Archives par mot-clé : Italie

La maison sur la colline, un petit bijou signé Dario Castellino

© Dario Castellino

En Italie, dans la petite commune de San Michele di Vignolo, l’architecte Dario Castellino a réalisé une charmante maison à la vue imprenable, aux traits fins et aux lignes pures.

Construire et préserver

Dario Castellino nous raconte que l’intervention est située à San Michele di Vignolo sur un lot triangulaire qui borde la route municipale en amont et en aval tandis que du troisième côté, elle se trouvé à côté d’une propriété privée. Le terrain vallonné contient des pentes raides qui mènent vers la vallée et une zone plate qui va vers la montagne. Sur cette partie plate, il y avait trois anciens bâtiments ruraux abandonnés sans valeur architecturale historique. C’est dans ce cadre hétéroclite que les propriétaires souhaitaient construire une nouvelle maison.

Le projet de la maison sur la colline fait ainsi partie d’un plan de relance qui impliquait une nouvelle construction tout en apportant des changements sur le bâtiment rural existant situé au sud. Construire et préserver était donc le but recherché par l’architecte. L’immeuble entretenu et récupéré est réparti sur trois étages. Nous pouvons y trouver un rez-de-chaussée au niveau de la cour, un premier étage avec accès extérieur par escalier et balcon et une cave accessible de l’intérieur du rez-de-chaussée. Le toit en bois est à deux pans, les murs sont porteurs et sont en maçonnerie mixte, tandis que les plafonds entre le rez-de-chaussée et le premier étage sont composés en partie en poutres et en tuiles. L’intervention de l’architecte est plutôt conservatrice, elle libère le noyau le plus ancien, consolide les murs et reprend la toiture. Cette dernière garde son ossature bois et son manteau en tuiles marseillaises. L’accès au premier étage est garanti par un nouvel escalier extérieur en bois similaire à l’existant.

Relier le passé et le présent

La nouvelle construction se compose de deux volumes placés côte à côte, l’un comprend le séjour et l’autre le coin nuit. Tous les deux comportent des toits en bois et des vieux tuiles similaires à celles des maisons environnantes. L’ensemble de la structure repose sur des piliers en bois qui évitent ceux en béton utilisés pour le soutènement. Quant aux murs, ils sont fabriqués de sorte à réduire autant que possible l’impact environnemental.

Les nouveaux volumes s’inspirent des constructions environnantes, tant par leur orientation que par la forme du bâti. Entre les deux entités, se trouve une charmante galerie ouverte recouverte d’une pergola avec des poutres en bois recyclé sur lesquelles une superbe glycine a été plantée. L’ensemble apporte de l’ombre les jours de grande chaleur. Dario Castellino connu par ses divers projets résidentiels, a, encore une fois, réalisé un petit bijou qui relie brillamment le passé et le présent. C’est une réalisation remarquable à découvrir sans tarder !

© Dario Castellino
© Dario Castellino
© Dario Castellino
© Dario Castellino

Le site de Dario Castellino : ici.

Les photos: © Dario Castellino

En Italie, un petit bijou signé Umberto Colasanto

© Vito Lauciello
© Vito Lauciello

C’est l’histoire d’une maison de petite taille que le designer italien Umberto Colasanto a réalisé. Un petit havre de paix situé dans la région des Pouilles dans la commune de Terlizzi nommée également la cité des fleurs. Un projet coquet et élégant qui porte bien la signature de l’architecte.

Toucher le ciel

L’homme de l’art nous raconte que la conception est née comme une réponse à des questions spécifiques de la société, mais pour ce projet, la réponse consistait à profiter agréablement de la maison, en particulier dans une période délicate comme celle que nous vivons.

« Plus que jamais, nous confirmons comment notre travail, avec une organisation fonctionnelle soignée de l’espace, a donné confort et sérénité à cette maison, malgré sa petite taille, seulement 50 mètres carrés pour 2,5 étages. » Déclare Umberto Colasanto. En effet, l’élément principal dans ce projet est la lumière. Il suffit, selon l’architecte, de regarder vers le haut ou de regarder au-delà de la grande fenêtre, même en se relaxant sur le lit et il vous semble que vous pouvez toujours toucher le ciel avec un doigt. « Vous ne vous sentirez plus confiné dans votre maison. » Rajoute-t-il.

Se doucher sous les étoiles

Un interstice illuminé par le haut inonde l’escalier menant vers l’étage de lumière naturelle. En haut, au niveau de la mezzanine et malgré l’exiguïté de l’ensemble, nous pouvons trouver un espace suffisant pour travailler intelligemment tout en œuvrant confortablement. « Et vous pouvez vous doucher sous les étoiles toute l’année et pas seulement les nuits d’été. » rajoute Umberto tout sourire.

Le respect du lieu s’applique également à ce projet. En effet, les lignes essentielles et les éléments naturels se nichent doucement dans la pierre pour rappeler le passé. L’intérieur, de couleur blanche donne plus de générosité tout en insufflant un univers épuré et sobre. Les divers matériaux utilisés sont de bonne facture et l’ensemble est élégant. Umberto Colasanto, connu par ses diverses créations en design, a réalisé à Terlizzi un petit bijou à découvrir sans tarder.

© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello

Pour plus d’informations sur Umberto Colasanto : ici.

Les photos : © Vito Lauciello Photographer

Messner House, l’élégante réalisation signée noa *

© Alex Filz

En Italie, dans le village alpin de Seis am Schlern situé dans le Tyrol du Sud, les architectes de l’agence noa* ont réalisé un charmant projet. Il s’agit de la réinterprétation d’une ancienne grange qui a vu naître une étonnante maison familiale où règne une ambiance magique inspirée par des souvenirs d’enfance.

Garder l’esprit des lieux

Le défi des architectes était de taille, comment créer un nouveau mode de vie dans une ancienne demeure abandonnée datant de 1850 tout en gardant l’esprit des lieux. Le résultat est impressionnant.

Le travail, achevé en 2017, s’insère merveilleusement dans son contexte qui comprend entre autres une partie des Dolomites reconnue au patrimoine mondial de l’Unesco pour la sa beauté naturelle exceptionnelle. Il était donc extrêmement important pour les architectes de respecter les paramètres de la structure d’origine ainsi que les exigences d’urbanisme et les réglementations de la commune.

A ce propos, Stefan Rier, le fondateur de noa* avec Lukas Rungger déclare : «Nous voulions que le projet respecte l’esthétique et les aspects urbains du village, un village où les granges en bois alternent avec des maisons en plâtre destinées aux agriculteurs et la garde du bétail », Dans cet esprit, nous avons terminé la structure extérieure avec un «revêtement» conforme à la tradition: une grille en bois sur les 4 côtés, juste comme est utilisé pour les granges alpines. » Cependant, en ce qui concerne l’intérieur, les architectes ont décidé de laisser la tradition de côté et de libérer raisonnablement le dessin. Ainsi, la maison prend des aires nouvelles tout en gardant une pert d’ancien. Cela rappelle selon Rier les belles années de son enfance.

Deux styles qui se croisent

La réalisation présente deux aspects et deux styles qui se croisent. Tandis que l’extérieur représente l’emplacement alpin traditionnel, magnifiquement immergé dans la topographie locale, l’intérieur revendique l’impulsion visionnaire, la surprise de l’espace libéré. Au rez-de-chaussée, nous pouvons trouver un espace commun où prennent place une table à manger ainsi qu’une généreuse cuisine. Le reste de la maison se développe verticalement et au lieu d’avoir une pièce classique, les architectes ont réalisé  des «Boîtes suspendues», placées à différentes hauteurs et reliées entre elles par des escaliers et passerelles. Ils donnent, selon les instigateurs, la sensation de monter un chemin de montagne jusqu’au sommet, plus on monte, le niveau de vie privée et d’intimité augmente. La «boîte» la plus haute dispose d’un sauna et s’ouvre vers la montagne.

La répartition des espaces intérieurs se remarque aussi de l’extérieur. Au nord, on voit les deux loges des chambres à coucher, finies en bronze et des treillis en bois alors que côté sud, c’est un sauna qui fait saillie sur la façade en verre. Un contraste atypique qui croise les différentes matières. De loin, nous pouvons apercevoir la structure, le cadre en mélèze qui supporte les caisses suspendues avec son toit soutenu par des colonnes en bois de 12 mètres de haut, l’ensemble rappelle le contour d’une ancienne grange. « En y réfléchissant, j’ai passé beaucoup de mon enfance à jouer dans des granges », souligne Stefan Rier, «et l’un de mes souvenirs les plus chers est celui où j’avais l’habitude de grimper haut dans les granges et puis me jeter dans le foin. Peut-être que si je n’avais pas eu cette expérience, Je ne serais jamais enthousiasmé pour concevoir cette maison … ».

Le souci du détail

La maison reflète l’archétype des bâtiments ruraux. À l’intérieur de la maison, la distribution des espaces et des fonctions est inhabituelle. Les boîtes qui abrite les trois chambres sont soutenues par la structure en bois, visible dans sa totalité. Les chambres sont conçues comme des micro-maisons, chacune ayant sa conception particulière. On y accède par un escalier et un système de passerelle qui en plus d’avoir une fonction de connexion comprend les salles de bain avec baignoires et les douches (seuls les WC restent fermés). Au dernier étage, un box accueille le sauna avec une vue panoramique côté sud. On trouve aussi un petit salon-bibliothèque avec un poêle antique qui provient du bâtiment préexistant.

Le souci du détail a été scrupuleux, de même que la recherche de solutions originales.
Le tissu choisi joue un jeu complexe avec le bois en créant une atmosphère presque théâtrale. Le projet vise à tirer le meilleur parti de la lumière naturelle: au sud, la façade est complètement en verre, la lumière est filtrée par la grille en bois tandis que les toits en saillie
protégent l’intérieur de la chaleur des mois d’été. Sur le toit, une lucarne s’ouvre à l’est, fournissant une autre source de lumière.

En 2018, la Messner House a attiré une attention particulière, elle a reçu l’Iconic Award 2018, a été nommée parmi les 5 projets finaux de WAF – World Festival d’architecture 2108 dans la catégorie maison et elle est présente dans le livre «Best of Intérieur 2018 ».

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de l’agence d’architecture noa* : ici.

Les photos: © Alex Filz

En Italie, Monovolume réalise le siège de Dust

© Paolo Riolzi

Dans la commune italienne de Bressanone située dans la province de Bolsano, l’agence d’architecture Monovolume vient de terminer la réalisation du nouveau siège de la société internationale Durst Phototechnik AG.  

Une aile flottante avec une tour

Durst est l’un des principaux fabricants mondiaux de technologies de production numérique avancées. De même, Durst est le premier choix et le partenaire privilégié pour la transformation et la numérisation des processus de production industrielle. C’est une entreprise familiale qui existe depuis 80 ans et qui met l’accent sur l’innovation, l’orientation des clients, la durabilité et la qualité. Durst emploie plus de 700 personnes et compte plus de 20 filiales à travers le monde.

Le concept souhaité par la société était de remanier l’architecture du bâtiment pour y ajouter un nouveau bloc administratif. L’intégration du nouvel édifice avec le bâtiment existant conçu par Othmar Bart consistait, dès le départ, une grande importance. L’idée originale d’une aile flottante plate avec une tour a été approuvée.

Le nouveau bâtiment se présente comme une entité compacte et homogène, qui suscite l’intérêt par sa façade inaccoutumée. Les architectes nous expliquent que la «façade en pixels» de forme organique se compose de panneaux d’aluminium. Des lumières à LED sont installées dans les pourtours des fenêtres. La façade pourra, une fois la nuit tombée, mise en lumière en devenant assez dynamique.

A l’image du contenu

La base en verre se poursuit en formant un corps, à deux étages, allongé légèrement incurvé qui se termine dans une tour à six étages. Cette dernière, visible de loin, affiche la volonté du groupe qui constitue un indicateur des secteurs d’activité de la société, car Durst est un leader mondial des systèmes d’impression hautes performances, du traitement et de l’imagerie des données, l’architecture qui abrite ces performances est donc à l’image du contenu.

Des connexions directes au bâtiment existant sont construites pour permettre une liaison idéale. Le rez-de-chaussée est conçu comme une zone ouverte dans laquelle se trouvent des zones de démonstration ainsi que les laboratoires. Dans la partie sud se trouvent la nouvelle entrée, le foyer, le bar et les toilettes. Un escalier ouvert mène au premier étage où sont logés le service clientèle et les relations publiques. Le développement de la tour et les bureaux se concentrent dans la partie sud-est du projet. Le deuxième étage est un étage de bureaux avec des salles de réunion et une connexion directe via un pont vers l’aile contenant les bureaux existants. Les espaces dédiés à la direction se trouvent au troisième et quatrième étages de la tour. Quant au cinquième étage, il sert de salle de conférence ou d’espace d’exposition. Au sous-sol se trouvent le matériel d’exposition et le terrain de squash, ainsi que les vestiaires, les douches et les toilettes. L’entrée est nouvellement organisée, de sorte que l’accès pour le personnel et les clients est séparé de l’accès pour la livraison.

La verrière de 850 m² est composée d’environ 250 feuilles de panneaux de verre isolant de taille différente mais de formes partiellement triangulaires. La façade couvre environ 7 000 m². dont 1.800 m² en bois lamellé-collé en tant qu’élément de façade porteur. L’innovation et les défis des matériaux innovants, le calendrier extrêmement serré de la conception et l’installation des éléments métalliques de la façade ont été complexes mais les architectes de Monovolume ont mené l’ensemble des travaux avec une grande adresse. Le résultat est épatant !

© Paolo Riolzi
© Paolo Riolzi
© Paolo Riolzi
© Paolo Riolzi

Le site de l’agence architecture monovolume + design : ici.

Les photos: © Paolo Riolzi

A Matera, La Casa AR pointe son nez

© Claudio Palma

La Casa AR est située à Matera, la ville italienne connue par ses célèbres Sassi, un ensemble d’habitations troglodytes sculptées à flanc de montagne. La maison signée par l’agence d’architecture italienne Flore & Venezia se trouve dans un jardin caractérisé par des plantes méditerranéennes où l’on trouve du laurier, du romarin, du thym, de la myrte et une série d’arbres fruitiers.

Compacte, sobre et linéaire

C’est dans un environnement idyllique que les architectes Flore & Venezia ont réalisé leur projet, une maison compacte, sobre et très linéaire. Le blanc des façades est interrompu par le rythme des ouvertures qui définissent une géométrie rigoureuse. L’ensemble est doté d’un grand espace de vie inondé de lumière et trois chambres à coucher avec deux salles de bain.

La cuisine ouverte permet aux hôtes d’interagir avec les nombreux amis et invités. L’articulation entre la cuisine et le salon se fait à travers la présence d’une table en chêne naturel et ses chaises. Grâce à une grande porte en verre coulissante qui donne une grande lumière à l’intérieur, la salle à manger continue vers l’extérieur de la maison. Une cheminée avec une base en corten s’aligne sur la porte d’entrée et constitue un élément centrale liant la salle à manger et le salon. Le grand espace de vie se caractérise par la présence de canapés en tissu, de fauteuils ethniques et de fauteuils design.

De l’art contemporain et des matériaux naturels

Sur les murs, nous pouvons trouver plusieurs œuvres d’art contemporain d’artistes italiens émergents, l’art étant la véritable passion des propriétaires. Les matériaux utilisés pour la maison sont entièrement naturels: la pierre utilisée pour les sols intérieurs et extérieurs ainsi que pour les revêtements des salles de bains, nous pouvons citer également le bois utilisé pour les luminaires, ainsi que l’utilisation des peintures à base de plâtre et de chaux.

Et bien que la réalisation de Flore & Venezia tranche avec les anciens sassi, elle s’adapte parfaitement à son environnement en adoptant un langage contemporain à la fois simple et sobre.

© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma

Le site de l’agence Flore & Venezia : ici.

Les photos: © Claudio Palma

La Casa AV, un joli havre de paix

© Claudio Palma

Les architectes Aldo Flore et Rosanna Venezia qui dirigent l’agence Flore & Venezia ont réalisé une charmante maison très caractéristique du sud de l’Italie, qui s’insère parfaitement dans le contexte environnant. Élégance et simplicité se croisent pour charmer tout visiteur.

Un refuge de vacances

La Casa AV est située à Ostuni en pleine campagne au milieu des oliviers. La parcelle se trouve au sommet d’une colline où les propriétaires peuvent profiter d’une vue extraordinaire. La maison, d’environ 250 m² dispose d’un grand salon, d’un coin cuisine et de quatre chambres à coucher et leurs salles de bains.

Selon les architectes, la particularité de la maison est en fait déterminée par l’inclusion de la parcelle. Ainsi, une composition de conception étroite, jamais banale, recoupe les diverses indications de la maison, de la piscine et des différents chemins reliant les diverses zones. Comme la résidence est destinée à être utilisée pendant les vacances d’été, les architectes ont doté la maison de grands espaces extérieurs. De ce fait,  les propriétaires peuvent profiter de la vue et passer le plus de temps possible à l’extérieur en compagnie de leurs hôtes.

Des matériaux naturels

A l’extérieur, une grande salle à manger caractérisée par une table en résine fabriquée par des artisans locaux se dresse parmi des oliviers centenaires auxquels est suspendue une voile en tissu qui augmente la quantité d’ombre. La piscine à débordement donne sur une vue à couper le souffle. Sur ses bords se trouvent différentes zones ombragées où sont installés plusieurs transats. Autour de la piscine, a été réalisé un passage en pierre des Pouilles, il est antidérapant, compact et change de couleur selon les différentes heures de la journée.

Le bois d’olivier a été utilisé pour l’ameublement intérieur, la cuisine et la salle de bain, un joli clin d’œil qui fait référence à une tradition millénaire typique des Pouilles. Les matériaux utilisés pour la maison sont tous naturels, comme la résine à base de chaux et les autres revêtements de sol et des murs, tandis que la pierre a été privilégiée pour les sols extérieurs. Les fenêtres grâce aux grandes portes coulissantes en verre s’ouvrent sur le paysage environnant. L’ensemble respire la sobriété et le minimalisme, il s’agit d’un doux havre de paix à découvrir sans tarder.

© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma

Le site de l’agence Flore & Venezia : ici.

Les photos: © Claudio Palma