Archives du mot-clé agence d’architecture

« Sangath »

© VSF

« Sangath » qui signifie « bouger ensemble » est l’agence d’architecture de l’architecte Balkrishna Doshi qui a travaillé entre autres avec Le Corbusier et Louis Kahn. Retour sur l’une des œuvres les plus représentatives de l’architecte qui vient d’être nommé pour le prix Pritzker 2018.

Une œuvre représentative

Une multitude de terrasses, quelques étangs, des élévations et des voûtes incurvées se croisent, s’entrelacent et cohabitent pour former une harmonie complète autour d’une œuvre représentative de l’architecte indien. Il ne s’agit pas d’une simple agence d’architecture destinée à la pratique d’une discipline mais d’un lieu caractéristique qui concentre toutes les convictions de l’homme de l’art.

Le projet « Sangath », est destiné, dès le départ, à abriter le bureau professionnel de Doshi, il a été construit entre 1979 et 1981, il est devenu, avec le temps, un emblème personnel. Les espaces intérieurs présentent une variété ainsi qu’une richesse dues à la qualité de lumière et aux différentes formes et usages, le tout dans un squelette de béton. Le projet reflète toute la pensée de l’architecte vis-à-vis de la vie et des associations.

Un manifeste

L’architecte s’inspire du passé riche et dense de l’Inde, un mélange de cultures et de traditions. Pour lui, l’architecture de chaque moment doit transcender différentes influences stylistiques, qu’elles soient héritées ou contemporaines. « Sangath » présente un ensemble de terrasses et de plates-formes extérieurs donnant accès à une enceinte couverte de longues voûtes en berceau à moitié enterrées, de tuiles blanches et des murs de soutènement. Les axes linéaires de ces espaces voûtés ombragés sont disposés parallèlement aux limites rectangulaires de la parcelle. Le visiteur et l’utilisateur sont obligés de suivre un chemin d’accès diagonal à partir de l’entrée. Cette marche sert de préambule à l’imposante présence de végétation ainsi que les bruits de l’eau présente. Un petit amphithéâtre formé sur l’herbe constitue un agréable point de rencontre qui précède les intérieurs. Une structure labyrinthique et de petites enceintes qui contrastent avec la contemplation des grandes voûtes se révèlent ainsi au visiteur lui permettant la découverte d’un environnement parsemé d’ombre et de lumière naturelle.

L’agence d’architecture est pour Doshi comme un petit microcosme, c’est un rêve personnel qui, à l’image d’une petite ville réunit en un même lieu tous ceux qui ont les goûts communs. Ce sanctuaire de l’architecture, de l’art et du développement durable est un oasis qui manifeste à merveille toute la poésie de l’architecture.

Une tour en béton en guise de maison

© Cristobal Palma

Dans la campagne chilienne, les architectes Mauricio Pezo et Sofia von Ellrichshausen ont réalisé une tour en béton de sept étages pour abriter leur propre logement ainsi que leur agence d’architecture. Le projet baptisé « Casa Cien » lie fonctionnalité, sobrieté et originalité.

L’édifice conçu par l’agence Pezo & Von Ellrichshausen constitue tout d’abord une réponse aux diverses exigences du couple. Les deux étages de la structure sont partiellement enfouies dans la colline, elles composent un grand atelier qui s’étend du sous-sol jusqu’au rez-de-chaussée. Au-dessus, s’élève une petite tour de cinq étages abritant la partie consacrée à l’habitation. Des escaliers distincts desservent chaque entité.

L’élégance à l’état brut

De loin, la silhouette du bâtiment est visible de tous. Construit en béton, l’édifice est revêtu de plusieurs couches donnant à l’ensemble une texture rugueuse très caractéristique. Des fenêtres carrées de différentes tailles perforent les murs, le vitrage y est encastré pour donner une impression d’épaisseur. A l’intérieur du bâtiment, une simple grille rectiligne délimite les différentes pièces.

Le premier de deux escaliers en bois spirale mène du salon principal aux chambres à coucher situées sur les deux niveaux au-dessus. Le deuxième escalier relie quant à lui les trois étages supérieurs, où les studios et les salles de réunion accueillent entre quatre et six employés. Les ouvertures qui se trouvent dans les planchers offrent des vues inattendues vers le haut et le bas. Une originalité dont les architectes semblent être fiers.

Parfois centrale, d’autres latérale, ou même en diagonale, chaque unité établit une relation différente entre les chambres. Piégée entre les deux mondes factuels qui sont destinés pour travailler, la vie domestique est protégée. A l’intérieur, les murs sont recouvertes de bois peint en blanc, une présence subtile d’acier galvanisé qui constitue les cadres des ouvertures rompt la monotonie des textures. Une certaine élégance à l’été brut se dégage de cette singulière maison.

© Cristobal Palma
© Cristobal Palma
© Cristobal Palma
© Cristobal Palma
© Cristobal Palma
© Cristobal Palma

Le site de Pezo von Ellrichshausen : ici.

Les photos: © Cristobal Palma