Archives de catégorie : intérieur

Alvisi Kirimoto transforme le 32ème étage d’un gratte-ciel à Chicago

© Nick Lehoux

Dans l’un des quartiers animés de l’ouest de Chicago, suspendus entre les nuages, mais incontestablement implantés dans leur environnement, les nouveaux bureaux conçus par l’agence d’architecture Alvisi Kirimoto, basée à Rome, occupent l’intégralité du 32ème étage d’un impressionnant gratte-ciel.

Entre ciel et terre

Le projet est conçu pour accueillir le siège social d’une firme en mettant en valeur une partie de la collection d’œuvres d’art qu’elle possède. L’ensemble occupe une superficie de 2 600 m² dans un gratte-ciel de 224 mètres de haut situé au cœur de la ville de Chicago, au bord de la rivière éponyme.

Les architectes Massimo Alvisi et Junko Kirimoto décrivent l’expérience de la découverte de l’espace comme suit: « Dès que vous quittez les ascenseurs, en arrivant au 32e étage, vous avez l’impression de vous replonger dans la ville, à une hauteur différente, bien sûr, mais les pieds bien plantés dans les rues de Chicago, c’est précisément le tracé de la ville et ses surprises que nous nous efforçons de projeter au sein de cet espace: nous nous promenons dans des œuvres d’art contemporain, oriental, ou archéologique, surpris parfois par des couleurs vives ou par les doubles hauteurs inhabituelles d’un gratte-ciel, guidés par le rythme serré des murs, de la lumière et des axes visuels, notre premier instinct a été de laisser les angles libres pour maintenir un contact visuel permanent avec la ville. »

L’entrée principale du bâtiment est située dans son noyau structurel qui englobe toutes les services et installations. Dès l’entrée, le visiteur découvre deux salles opposées qui sont immédiatement visibles d’un côté, la réception et de l’autre, la salle de jeux, toutes deux caractérisées par une grande fenêtre qui s’ouvre sur l’aspect urbain mais aussi territorial de Chicago. Tandis que la partie nord abrite les fonctions les plus représentatives et les plus agrégées telles que la réception, la salle de réunion, le jardin d’hiver, les parcours d’exposition et le restaurant, la partie sud abrite les bureaux privés et quelques espaces communes.

Flexibilité et transparence

Les intérieurs présentent des murs en bois naturel allant du sol au plafond, des cloisons en verre et des panneaux suspendus qui, selon les combinaisons, délimitent les différentes zones de travail. La grande flexibilité et la transparence des éléments permettent aux visiteurs et aux employés de profiter de vues splendides, même dans les zones les plus privées, délimitées par des surfaces opaques.

Les murs en bois, dématérialisés en lattes verticales pour moduler le degré d’intimité et de luminosité, caractérisent les lignes principales du projet. Celles-ci constituent le leitmotiv qui accompagne le visiteur dans la découverte du jardin d’hiver, un environnement multifonctionnel à double hauteur qui représente le cœur battant du projet.

« La hauteur de plafond de 3,60 m, qui est absolument extraordinaire pour un bureau, nous a permis d’alterner des éléments suspendus tels que des panneaux en tissu, des éléments sculpturaux reposant sur le sol et laissés à leur hauteur initiale. Ce jeu de compression et de suspension se termine dans le volume du jardin d’hiver: un espace unique suspendu dans la ville, un lieu qui contient un espace pour la musique, l’art et les événements, ainsi que pour la méditation et la lecture. » Soulignent les architectes.

A mi-chemin entre deux mondes

Selon le point de vue, la peau du jardin d’hiver, composée de deux rangées de lattes de bois suspendues et non alignées, encadre une cloison centrale en verre transparente qui devient opaque, générant de multiples perspectives et créant un intéressant jeu d’ombres et de lumières. La pièce est complétée par une sculpture en bambou suspendue de l’artiste japonais Ueno Masao et par une table conçue par Junko Kirimoto, avec une finition en laque japonaise. L’espace a une touche orientale, elle est en accord avec les sensibilités italiennes et japonaises qui animent le studio Alvisi Kirimoto.

Tous les aspects du projet ont été soigneusement adaptés et harmonisés, du mobilier sur mesure, tel que les postes de travail et les tables de la cafétéria, à la disposition et au choix de la gradation des lumières. L’utilisation de la couleur est pondérée. Elle donne parfois de la sérénité, à d’autres moments, elle dessine de l’espace ou définit une fonction. Les couleurs vont de l’orange brillant  à la couleur blanche immaculée en par le rouge intense. L’art joue un rôle déterminant dans ce projet, en effet les bureaux hébergent un parcours d’exposition global de plus de 1 000 m² consacré à certaines des pièces de collection du propriétaire des lieux, qui se superposent à la ville et génèrent des imprévus.

A Chicago, les architectes de l’agence Alvisi Kirimoto on accompli un travail méticuleux pour un résultat enchanteur !

© Nick Lehoux
© Nick Lehoux
© Nick Lehoux
© Nick Lehoux

Le site de l’agence d’architecture Alvisi Kirimoto + Partners : ici.

Les photos : © Nick Lehoux

A Barcelone, une élégante rénovation signée Miel Arquitectos

© Jose Hevia et Asier Rua

Deux fenêtres qui donnent sur un mur mitoyen ont signé le début du projet. Il s’agit d’un appartement de 65 m² qui a été complètement remanié par l’agence d’architecture espagnole Miel Arquitectos.

Un kaléidoscope de lumière

« Parlament19 » est une expérience d’ergonomie réflexive dont les architectes de Miel Arquitectos sont fiers. Il s’agit de la distribution créative de plusieurs miroirs qui mettent en exergue la lueur de la lumière entrant timidement au sein de l’appartement situé au troisième étage du quartier Sant Antoni. C’est une manière comme une autre d’inviter les arbres et la nature du quartier à l’intérieur de l’habitation.

« Nous avons étendu cette stratégie de conception à la distribution interne de l’espace. » Racontent les architectes qui ont positionné un cube de miroirs, agissant comme un kaléidoscope de lumière à la charnière géométrique de l’appartement. A l’intérieur de ce cube d’or se trouvent les diverses services comme la cuisine et les deux salles de bains privatives.

De l’extérieur, le cube crée une grande générosité qui se répand dans les chambres et les espaces communes. Dès l’entrée, il agit comme un observatoire invitant le visiteur dans son environnement magnifié. Soigneusement équilibré, l’agencement de « Parlament19 » s’articule autour de la cuisine et de la salles de bain.

Concentre les contrastes

L’ensemble se compose d’un salon, d’une salle à manger et d’un balcon, en plus d’une chambre à coucher et sa salle de bains. Grâce à une combinaison de portes coulissantes et de rideaux, les différents espaces se connectent et se déconnectent du reste de l’appartement, en s’adaptant à une fonction collective ou plus intime.

L’intérieur se caractérise par une couleur blanche immaculée. Quelques touches sous forme de renforts, poignées et interrupteurs, touches dorées ajoutent de la chaleur et de la luminosité à l’espace général tout en apportant une belle note de surprise. Les architectes ont gardé l’ancien plancher qui se marie à merveille avec les pièces ajoutées.

« Parlament19 » concentre les contrastes. C’est un projet sobre où les différentes textures se complètent.

© Jose Hevia et Asier Rua
© Jose Hevia et Asier Rua
© Jose Hevia et Asier Rua

Le site de Miel Arquitectos : ici.

Les photos: © Jose Hevia et Asier Rua

En Italie, O A S I architects redone vie à la CM House

© Laura Cavelli

Busto Arsizio est une charmante ville italienne située dans la province de Varèse, en Lombardie. C’est dans cette commune de 83000 habitants que l’agence O A S I architects a réalisé la réhabilitation d’une maison abritant un jeune couple et ses trois enfants. Subtilité, sobriété et qualité sont au rendez-vous.

Révéler la beauté des lieux

La villa réhabilitée par O A S I architects se trouve dans le nord-ouest de l’Italie, à Busto Arsizio. Situé non loin du centre-ville, le projet nécessitait, dès le départ, une grande attention. Les architectes ont fait un travail remarquable qui se base sur un processus de soustraction. En effet, se référant aux paroles de Gordon Matta Clack qui disait : « L’anarchitecture fait de la place sans la construire. L’Anarchitecture ajoute une notion d’événements non matériels … l’Anarchitecture est plus proche du jeu parfait des vides. », l’intervention a consisté à enlever l’inutile pour révéler la beauté des lieux.

Un travail de nettoyage conceptuel et physique a donc été mené par des mains de maître et a permis aux architectes d’exposer l’espace horizontal de la vieille maison ainsi que le nouvel espace vertical du large couloir central. À travers les coupures dans les planchers, la vue s’ouvre sur la structure en bois du toit. Donnons l’exemple de la coupe en demi-lune et la coupe en parallélogramme qui relient les différents étages de la maison, transformant le vieux couloir sombre et inadéquat en cœur de passages donnant sur plusieurs niveaux.

Une architecture sobre

Le rez-de-chaussée est épuré, il devient l’espace central de la vie collective pour les habitants. Le premier étage est dédié aux chambres et aux salles de bains, il est agrémenté de sols transformés en tapis de matériaux neufs et recyclés. Dépouillé, l’ensemble respire une architecture sobre et plus adéquate aux différentes exigences d’aujourd’hui.

O A S I architects, qui est une société d’architecture émergente née en 2009, a répondu avec brio aux besoins spécifiques des propriétaires des lieux tout en respectant l’architecture existante. Un projet qui mérite reconnaissance.

© Laura Cavelli
© Laura Cavelli
© Laura Cavelli
© Laura Cavelli
© Laura Cavelli

Le site de O A S I  architects: ici.

Les photos : © Laura Cavelli

FORO Studio réalise les nouveaux concept stores de Parah à Vérone et à Forte dei Marmi

Parah Forte dei Marmi © Francesco Romeo

Les deux boutiques innovantes et raffinées, situées à des endroits stratégiques tels que Vérone, ville d’art et attraction touristique incontournable, et Forte dei Marmi, destination de luxe internationale, sont les premières intervention de FORO Studio pour la célèbre marque italienne.

FORO Studio incarne un concept nouveau où cinq professionnels milanais, travaillant dans le domaine du design, associent leurs compétences uniques pour créer des projets exclusifs et sur mesure. Claudia Oldani, chargée de projet avec des compétences techniques et une créativité impulsive, Alessandro Pennesi, le « théoricien » de l’entreprise, Giuseppe Ponzo, le responsable de la planification stratégique, Fabio Romenici, le concepteur d’intérieurs et Salvatore Ponzo, le directeur de la création et architecte polyvalent, sont les cinq piliers de ce groupement extraordinaire et original.

La direction artistique, l’identité de marque et l’architecture intérieure ne sont que quelques-uns des principaux domaines opérationnels que FORO Studio développe et réalise à travers une approche innovante et multidisciplinaire.

Un charme sophistiqué et accueillant

L’attention portée à l’utilisation de matériaux écologiques et à la pointe de la technologie, ainsi que l’application de stratégies en dialogue constant avec le client, vise à créer une image unique donnant corps et âme à chaque projet, toujours à la recherche de capacités cognitives, émotionnelles et sensorielles. expériences afin de dialoguer avec les gens.

l’architecture des nouvelles boutiques de Vérone et Forte dei Marmi de la marque Parah va également dans le sens de cette tendance. Le projet se concentre sur les points d’identité de la marque, tels que l’exclusivité, le luxe et la féminité. La palette des couleurs, les matériaux et le nouveau système d’ameublement distinguent la marque et donnent aux deux boutiques un charme sophistiqué et accueillant, adapté à une expérience contemporaine. De même, les éléments structurels et décoratifs dialoguent et s’adaptent à la promotion et à la vente.

Le concept des boutiques s’inspire de la mode internationale, dont la marque fait naturellement partie. Pour arriver à ce résultat, l’agence FORO a choisi de jouer avec les contrastes. Le résultat est tout simplement extraordinaire.

La boutique de Vérone

Le périmètre de la boutique est recouvert de panneaux rembourrés, habillés d’un tissu effet daim rose pâle et divisés en bandes verticales qui rythment le lieu. L’environnement feutré présente une allure intime et réservée, adaptée à la catégorie de produits à vendre. Le type de tissu confère au lieu un attrait sophistiqué, tandis que sa teinte rose fait référence à la couleur de la peau nue.

De cette façon, l’expérience d’achat rappelle un sentiment de naturel et de calme.
Le tissu sur les murs crée un joli contraste avec le granit et le marbre à grain fin, lié par un béton blanc à haute résistance. Les présentoirs verticaux se dotent d’une structure de support en acier de couleur ivoire, qui supporte les tiroirs et les vitrines laquées roses. De plus, un groupe de caissons lumineux en polycarbonate alvéolaire translucide couronne ces structures. Ce sont de véritables machines optiques qui jouent avec la lumière émise de l’intérieur et créent des effets particuliers.

La boutique de Forte dei Marmi

L’emplacement prestigieux et la taille réduite de la salle invitent à jouer avec l’idée d’un coffre au trésor. Comme si la boutique était le coffre à bijoux et les maillots de bain les bijoux.

La boutique s’ouvre sur une forme en demi-cercle, entièrement recouverte de velours, qui accueille le visiteur dans une ambiance chaleureuse. Au milieu se trouve un mur en led sur lequel sont affichées des images des défilés de mode et d’autres contenus visuels liés à la marque.

Les présentoirs se dotent de tubes cylindriques de couleur ivoire, des tiroirs laqués en rose et de caissons lumineux. Au centre de la salle, un écran monolithique contraste avec la légèreté du plateau en verre soutenu par une structure tubulaire légèrement métallique. A l’étage inférieure se trouvent les vestiaires qui sont séparées de la pièce principale par une salle d’attente filtrante. L’ensemble respire l’élégance.

A noter que le projet a reçu le  German Design Award 2019, l’IF Design Award 2019 ainsi que le Best Project 2018 d’Archilovers.

Parah Forte dei Marmi © Francesco Romeo
Parah Verona © Francesco Romeo
Parah Verona © Francesco Romeo
Parah Verona © Francesco Romeo

Les photos : © Francesco Romeo

Le site de FORO Studio : ici.

Casa Diagonale, le petit cocon où il fait bon vivre

© Piano B Architetti Associati

Dans la capitale italienne, l’agence d’architecture Piano B Architetti Associati a livré en 2018 un charmant projet. Il s’agit de la réhabilitation d’un appartement de 60 m² que les architectes ont accompli avec tact pour un résultat enchanteur.

Un espace de qualité

Le projet consistait, dès le départ, à offrir à une jeune famille un espace de qualité tout en prenant compte de leur budget limité. Sans oublier la forme irrégulière de l’appartement et son emplacement vis-à-vis de la rue, des données qui rendait la tâche des architectes plus complexe.

Cependant, en étudiant minutieusement l’ensemble, les architectes ont mis à profit les diverses difficultés pour les transformer en opportunités. Ainsi, la nouvelle organisation a permis d’obtenir une zone de nuit à la forme aussi régulière que possible. Pour ce faire, les architectes ont transformé l’irrégularité de l’ensemble un espace ouvert où se toutes les fonctionnalité comme l’entrée, la salle à manger, la cuisine ainsi que le salon.

Un univers sobre et épuré

Dans cet univers à la fois sobre et épuré, plusieurs points retiennent notre attention. Citons par exemple le contraste entre d’une part la structure porteuse du bâtiment en béton brut et d’autre part la bibliothèque en sapin naturel. Le dialogue du béton et du bois est de plus bel effet et les différents détails semblent bien s’accorder.

Le bois de la bibliothèque se croise avec le parquet et la couleur blanche des murs pour offrir une délicate touche chaleureuse, tandis que les poteau de béton brut apportent une certaine radicalité. A la fois simple et recherché, le nouveau visage taillé sur mesure de l’appartement semble répondre aux diverses exigences du lieu mais aussi de ses habitants. A Rome, c’est un petit cocon où il fait bon vivre grâce à l’intervention de Piano B Architetti Associati !  

© Piano B Architetti Associati
© Piano B Architetti Associati
© Piano B Architetti Associati

Le site de Piano B Architetti Associati : ici.

Les photos : © Piano B Architetti Associati 

En Californie, Feldman Architecture rénove la Woodpecker Ranch

© Paul Dyer

L’agence américaine Feldman Architecture a réalisé l’impressionnante transformation d’une ancienne ferme en une charmante résidence qui croise astucieusement les couleurs sobres, les lignes épurées et les matériaux nobles.

La maison pour tous

Redwood City est située sur la péninsule de San Francisco dans la région de la baie de San Francisco, en Californie. Woodpecker Ranch est une construction presque neuve qui a été réaménagée par Feldman Architecture pour répondre à la volonté des propriétaires des lieux. En effet, ces derniers souhaitaient créer une maison où ils pourraient élever leurs jeunes enfants tout en y passant leur temps de loisirs.

Situé au sud de San Francisco, le projet a subi une transformation complète. Les architectes ont redéfini l’entrée de la maison et tout en harmonisant la façade entière. Selon les architectes, l’une des demandes les plus difficiles des propriétaires était de clarifier la séquence d’arrivée à la maison, tant de l’extérieur que de l’intérieur, tout en cherchant des moyens d’améliorer l’attrait de la façade.

En collaboration avec les architectes paysagistes de l’agence Arterra, les équipes ont utilisé des murs de soutènement pour faciliter l’entrée des visiteurs vers un espace plus attrayant. La conception de l’escalier d’entrée a été simplifiée pour lui donner une transparence visuelle qui aide à réduire sa présence dans l’espace.

Une sophistication épurée

Pour l’intérieur, l’équipe de Kendall Wilkinson Design a tout fait pour donner une véritable âme à la maison. Pour cela, ils ont eu recours à l’utilisation de meubles contemporains offrant une sophistication épurée à chaque espace. L’art est présent dans chaque pièce mais n’empiète pas sur l’architecture ni le paysage.

Pour personnaliser le grand salon, avec ses panneaux muraux en béton et en noyer façonnés en carton, les architectes ont choisi une palette de tons de gris et de chocolat. Ailleurs, la touche graphique qui enveloppe les sièges comprend des formes contemporaines à la fois subtil et gracieux. Tout sent l’élégance et la grâce.

La transformation achevée de la maison démontre les compétences attendues d’une ferme moderne, tout en apportant une touche personnelle à la conception et aux aspirations de vie des habitants.

© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer

Le site de Feldman Architecture : ici.

Les photos : © Paul Dyer

En République tchèque, Štěpán Havlík réalise un appartement pour un musicien

© Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice

A 70 km au nord-ouest de la capitale tchèque, à Ústí nad Labem, l’architecte Štěpán Havlík (a-sh) a réalisé l’intérieur d’un appartement pour un musicien et son partenaire. Situé au deuxième étage d’un nouvel immeuble, la conception a gardé, selon le souhait du propriétaire, certains éléments comme les sols et les fenêtres.

Combiner les inspirations

L’inspiration du propriétaire concernant l’espace de vie résulte de l’intérêt porté à l’ameublement de vieilles maisons de campagne fortement dispersées sur les collines environnantes du paysage du haut plateau de la Bohême centrale České Středohoří. Le penchant du client pour les fermes ensoleillées de la Provence a constitué une autre influence.

Selon l’architecte, en dépit d’être assez disparates, ces deux visions semblaient très concrètes. Le but de ce projet était de combiner ces inspirations en un tout compact. « Je ne souhaitais pas que le projet reste dans le passé en répétant toutes les phrases architecturales empruntées bien connues. Je voulais plutôt créer une réponse réelle et contemporaine aux demandes spécifiques du client. En ce sens, le design était une recherche de l’atmosphère de ces références étudiées. » Raconte Štěpán Havlík, qui a utilisé les meubles en bois massif des cottages provençales pour agrémenter l’intérieur. Tandis que le choix des matériaux et de leur tonalité a été influencée par la nature environnante.

A l’intérieur de l’appartement nous pouvons trouver trois matériaux de base : un revêtement de ciment foncé, du bois de chêne et un contreplaqué de bouleau blanchi. Ce trio se croise astucieusement pour former un ensemble cohérent aux lignes épurées et sobres.

Croiser les matières

Ainsi, l’appartement se dote d’un plafond modelé en contreplaqué de bouleau de couleur claire et blanchi. Cette astuce fait référence aux murs d’escalade car le propriétaire est un escaladeur. Des grandes surfaces vitrées apportent une meilleure luminosité à l’ensemble et surtout au plafond qui change de perception sous l’effet de la lumière. De même, le plafond cache un système de points pour suspendre des éléments tels que des hamacs ou des barres d’exercices ainsi qu’un éclairage ponctuel. En même temps, il cache une poutre ou une ventilation visuellement peu attrayante au-dessus de l’îlot de cuisine. L’architecte nous explique qu’il n’a pas été facile de mettre en œuvre ce plafond abaissé à cause de la hauteur sous-plafond. Cependant, le caractère distinctif et la fonctionnalité l’ont convaincu du contraire.

L’entrée d’origine qui était à la fois généreuse et sombre a été divisée par un mur de placard en un couloir et un dressing. Le hall d’entrée est devenu donc beaucoup plus agréable. De plus, cette idée a renforcé la connexion visuelle entre l’entrée et la table à manger. Le placard au centre de la disposition agit comme un filtre entre la chambre à coucher et le studio d’enregistrement. La cuisine prend forme grâce à de grands «tiroirs» qui sortent des murs. De même, le comptoir près de l’évier est formé en retirant une partie de la masse qu’il a ensuite placée sur l’autre mur. Le comptoir et l’évier insérés sont en granit africain avec une surface structurée. Le mur avec des étagères placées au hasard est également recouvert de contreplaqué, il contient entre autres une petite cave à vin.

L’architecte a étudié également la sonorisation de l’ensemble qui constitue la clé de voûte de l’équipement d’un appartement pour un musicien. Outre le côté plastique et original, la nouvelle organisation répond parfaitement aux diverses attentes du propriétaire.

© Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice
© Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice
© Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice

Le site de Štěpán Havlík : ici.

Les photos : © Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice

De couleur rose…

© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki

Baptisée « Nanan » (en français bonbon), il s’agit d’une pâtisserie qui vient d’ouvrir ses portes à Wroclaw, en Pologne. Les architectes de Buck Studio proposent ici au visiteur un univers de couleur rose qui pousse à la découverte.

Visuel et gustatif

C’est une découverte à la fois gustative et artistique qu’offre la nouvelle pâtisserie polonaise située en plein cœur historique de Wroclaw. Tout d’abord son nom ensuite le décor et finalement les pâtisseries. Ces dernières finement décorées prennent place dans un environnement sobre, minimaliste et subtil.

La spécialité de cette boutique est l’éclair qui a donné l’inspiration de l’aménagement intérieur à l’architecte. Ainsi, les éclairs mais aussi les macarons, les pralines ou les profiteroles sont exposés dans le comptoir central de forme ovale à travers un présentoir qui ressemble plutôt à une vitrine de bijouterie. Le positionnement de ce dernier offre aux clients un espace fluide pour pouvoir choisir librement ou admirer tout simplement les douceurs présentées.

Jusqu’aux moindres détails

Les gâteaux ont également inspiré la création des lampes et d’autres détails tels que les poignées de porte, les cintres, les miroirs et même les perforations en tôle. Le motif s’est aussi naturellement prêté à l’identification visuelle de la confiserie. Le lieu possède des murs de velours roses avec des ouvertures qui font une référence subtile à la forme et à la texture de la pâtisserie. Combiné avec de délicats détails en bronze brillant, les comptoirs en marbre rose, les revêtements en chêne naturel et les parquets également en chêne créent une atmosphère féerique.

Dans cette création, l’impact visuel et très important, la boutique montre que même les éclairs peuvent constituer une inspiration pour la création d’un univers entier. C’est également un excellent exemple de la conception commerciale à la fois vivante et significative de nos jours. Comme le goût et les couleurs ne se choisissent pas selon les critères rationnelles, certains vont adorer cet univers rose, d’autres les gâteaux présentés ou d’autres encore les deux. Et si on allait à Wroclaw pour goûter ces délices?

© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki
© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki

© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki
© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki

© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki
© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki

© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki
© PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki

Le site de l’agence d’architecture Buck Studio : ici.

Les photos: © PION Basia Kuligowska, Przemysław Nieciecki