Archives du mot-clé reconversion

Au Portugal ExtraStudio réalise une charmante maison

 

© Fernando Guerra / FG+SG

La maison est située dans le petit village d’Azeitao qui se trouve au sud de la capitale portugaise. Il s’agit de la réhabilitation ainsi que de la reconversion d’une ancienne entreprise vinicole en une avenante propriété familiale qui mélange subtilement les textures.

A la fois fonctionnelle et plastique

Protégé par des collines qui donnent sur l’océan Atlantique, la région possède un microclimat méditerranéen doux créant les conditions idéales pour la culture du raisin, ce qui fait la renommée de la localité dans la production de certains des meilleurs vins du pays. Dans cet environnement idyllique, les architectes de l’agence ExtraStudio viennent de réaliser une construction atypique à la fois fonctionnelle et plastique.

Le projet consiste en la reconversion en logement d’une ancienne entreprise vinicole construite par les grands-parents du propriétaire au début du 20ème siècle. Donnant sur la route principale et entourée d’autres habitations, la parcelle accessible le long d’une ruelle étroite, contient un petit verger d’orangers considéré comme une oasis au milieu du village.

La préservation de ce verger a déterminé l’ensemble du projet. Pour conserver les arbres, il fallait tout d’abord garder le bâtiment existant. De même concevoir l’ensemble d’une manière à avoir deux murs aveugles des deux côtés de la maison à cause de sa proximité d’autres propriétés. L’architecte a donc eu l’idée d’imaginer une fenêtre de 14 mètres de long qui coupe la façade ouest face au verger, rendant ainsi flou toute limite entre intérieur et extérieur.

La lumière naturelle au rendez-vous

Dans la partie du terrain qui donne sur les maisons voisines, l’architecte a inséré un enclos permettant à la lumière naturelle d’entrer dans les parties les plus sombres de la maison. Les espaces communs de la maison sont aménagés au rez-de-chaussée tandis que les espaces privés se déploient au niveau supérieur.

Un plafond de 9 mètres donne une dimension de grandeur à l’entrée rappelant l’ancien bâtiment reconverti. A l’intérieur, un plancher blanc reflète la lumière du jour et les murs en miroir donnent à l’ensemble un sentiment de grandeur. Les grandes fenêtres coulissantes ouvrent tout le salon sur le jardin rendant les deux espaces intérieur et extérieur complémentaires.

Recyclage et reconstruction

Conçue pour s’adapter à la façon de vivre dans le sud, la maison était envisagée avec une atmosphère décontractée. Tous les matériaux existants ont été conservés et recyclés lors de la construction. Citons par exemple les vieux carreaux qui ont été réutilisés, la pierre qui a été transformée en rebords, la structure du toit en bois qui est devenue un pont extérieur. En conservant les murs existants, il fallait faire face à des techniques de construction méditerranéennes ancestrales. Pour rendre les anciens et nouveaux mortiers compatibles, un mortier à la chaux a été développé par une entreprise locale travaillant avec des techniques millénaires. Un pigment rouge naturel a été ajouté au mortier, pour donner une belle couleur à l’ensemble. Au fil du temps, la couleur de la maison peut changer, elle deviendra plus ou moins foncée suivant l’humidité mais une chose est sure, elle gardera une certaine présence.

Pour accentuer le caractère méditerranéen de la maison, une piscine a été insérée dans le jardin qui flaire le parfum des orangers. En somme, un véritable havre de paix.

© Fernando Guerra / FG+SG
© Fernando Guerra / FG+SG
© Fernando Guerra / FG+SG
© Fernando Guerra / FG+SG
© Fernando Guerra / FG+SG
© Fernando Guerra / FG+SG
© Fernando Guerra / FG+SG
© Fernando Guerra / FG+SG

Le site d’ExtraStudio : ici.

Les photos : © Fernando Guerra / FG+SG

A Lahaye, l’agence KAAN Architecten réhabilite un édifice historique

© Karin Borghouts, Sebastian van Damme
© Karin Borghouts, Sebastian van Damme

Initialement conçu en 1917 en tant qu’un bâtiment gouvernemental abritant un ministère, l’édifice réalisé par l’architecte Daniel E.C. Knuttel, vient de connaître un nouveau sort. Remaniés et réhabilités par l’agence néerlandaise KAAN Architecten, les locaux historiques continuent leur rôle bureaucratique mais dans un univers neuf, harmonieux et technologique.

Il s’agit d’un édifice classé que les architectes de l’agence KAAN devaient réhabiliter. Avec son architecture lumineuse, le nouveau projet, transforme l’ensemble en un avenant univers qui procure à ses utilisateurs un environnement de qualité.

 

Le projet dispose d’un rez-de-chaussée ouvert au public à la fois accessible et transparent, nous y trouvons également un restaurant, un café, un auditorium, une bibliothèque, des salles de réunion et de séminaires. Au milieu se trouve un grand atrium qui s’étend sur quatre étages où s’ouvrent les espaces de travail des diverses institutions. Plusieurs ouvertures couvrant l’atrium assurent une grande luminosité à l’ensemble.

L’une des curiosités du projet est le sol en mosaïque de l’atrium qui est réalisé par l’artiste hollandais Rob Birza. Quant à l’aménagement intérieur il respire la sobriété et l’élégance tout en répondant aux diverses exigences tant fonctionnelles qu’environnementales.

Les bureaux ainsi que les salons sont équipés de confortables assises, de tables mobiles offrant plusieurs possibilités d’utilisation et adaptables aux divers changements futurs.

A Lahaye, KAAN Architecten vient de transformer subtilement un bâtiment historique connu par sa rigueur en un ensemble accueillant qui offre un charmant environnement de travail à tous. Une renaissance réussie !

© Karin Borghouts, Sebastian van Damme
© Karin Borghouts, Sebastian van Damme
© Karin Borghouts, Sebastian van Damme
© Karin Borghouts, Sebastian van Damme
© Karin Borghouts, Sebastian van Damme
© Karin Borghouts, Sebastian van Damme
© Karin Borghouts, Sebastian van Damme
© Karin Borghouts, Sebastian van Damme

Les photos : © Karin Borghouts, Sebastian van Damme

Le site de l’agence d’architecture KAAN: ici.

D’un ancien manoir en unités d’habitation

© Claudio Manzoni

En Uruguay, les architectes Amelio-Ortiz ont réhabilité un ancien manoir datant de 1900 en une résidence contenant huit gracieux appartements. C’est un projet où l’ancien et le nouveau se croisent pour un résultat des plus agréables.

A Colonia del Sacramento, une ville du sud-ouest de l’Uruguay, dans un environnement privilégié, un ancien manoir a été réhabilité en un projet créatif qui regroupe huit appartements autour d’une cour centrale. L’architecture qui conserve le charme d’autrefois se voit mêler à de nouveaux éléments pour engendrer des espaces à la fois confortables et pratiques.

Le projet se compose de huit appartements avec des surfaces allant de 52m² à 64m² répartis sur deux étages et enveloppant une cour centrale qui fait un subtil clin d’œil à l’architecture coloniale de la région. Il s’agit d’un projet singulier qui entretient un lien harmonieux avec son environnement. L’architecture moderne et fonctionnelle se lie à la structure d’origine pour engendrer une conception gracieuse qui plaît à tous ses utilisateurs.

Joyeux mélange de textures

La cour centrale de la résidence est couverte d’une pergola datant de 1900. Les murs datant de la même époque affichent fièrement la brique apparente ainsi que la pierre. Outre les huit appartements, la résidence comprend un espace de stockage et une pièce pour garder les motos ainsi que les vélos.

Chaque unité d’habitation possède une mezzanine. Les structures des plafonds alternent l’acier et le bois. Quelques ouvertures zénithales assurent la luminosité à l’intérieur. Les lignes sont épurées, tandis que le bois apporte un sentiment de chaleur, les murs en briques qui ont été recyclés font un clin d’œil au passé. L’ensemble affiche un joyeux mélange de textures. A mi-chemin entre ancien et nouveau, le projet a tout pour plaire.

© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni

Les photos : © Claudio Manzoni

D’une ancienne ferme en école de musique

©José Hevia

En Espagne, les architectes de Bammp Arquitectes i Associates ont realise un projet atypique qui consiste à façonner une école de musique au sein d’une ancienne ferme. Subtilité, sobriété mais aussi grâce et délicatesse sont au rendez-vous.

La Ferme de Can Fargues a été construite autour d’une tour médiévale datant du XIIème siècle. Un élément patrimonial grandiose et imposant situé au centre de la nouvelle école devient ainsi le protagoniste du projet conçu par Bammp Arquitectes i Associates.

Agencer et réhabiliter

La nouvelle école de musique qui s’articule autour de la tour médiévale, s’est réalisé d’une manière naturelle en optimisant le bâtiment existant et lui annexant d’autres constructions fonctionnelles qui forment le nouveau visage de l’équipement culturel.

La structure comportait le de nombreuses interventions produites au fil du temps, formant plusieurs espaces anarchiques tournant autour de la Tour. L’intervention des architectes consiste à agencer l’ensemble en premier lieu et puis à réhabiliter les parties endommagées.  Le projet s’inscrit dans son environnement, tandis que certains volumes embrassent la tour, d’autres se tissent un peu plus loin pour former un ensemble qui mêle subtilement le nouveau et l’ancien. Le résultat est donc une école où les classes ne répondent pas à une répétition typologique mais à une continuité programmatique ainsi qu’une cohérence visuelle menées par un main de maître.

Se greffer intelligemment à l’ancien

La complexité intérieure qui résulte de l’enchevêtrement de l’ancien et du nouveau se déplace également vers l’extérieur, où les porches, les terrasses, les patios, les escaliers et les allées sont interconnectés pour permettre aux divers espaces de s’adapter aux utilisations extérieures liées à l’équipement.

L’édifice est accessible depuis l’ancienne cour qui se relie, à travers un nouveau porche, au futur jardin. Tandis qu’au rez-de-chaussée se trouvent les espaces administratives ainsi que d’autres dépendances, le premier étage comporte la salle d’art et les escaliers. Ces derniers, attachés à l’ancienne tour, servent les étages supérieurs.

Les salles de classe sont logées dans les espaces existants et, uniquement lorsque cela s’est avéré nécessaire, les architectes ont rajouté de nouveaux volumes. L’école, qui est située dans les anciens jardins de Can Fargues, se connecte directement avec le vieux verger devenu une aire de jeux ou un espace commun où se déroulent les concerts en plein air. Quant au jardin romantique, situé au nord de la Masía, a été conçu comme un jardin public.

Une architecture nouvelle qui a su se greffer intelligemment à l’ancien et où tous les composants se magnifient mutuellement. C’est un projet qui vaut le détour.

©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia

Le site de l’agence d’architecture Bammp Arquitectes i Associats: ici.

Les photos: ©José Hevia

A Barcelone, une gracieuse habitation signée Carles Enrich

© Adrià Goula

Réhabiliter et reformuler les conditions d’habitation adaptées au climat méditerranéen concernant une maison située dans le dense quartier barcelonais de Gracia était pour l’agence d’architecture Carles Enrich une belle opportunité. Une occasion où l’architecte réalise un projet d’une grande sensibilité.

Réhabiliter et reconvertir

Au-delà de la conception d’un logement familial pour un jeune couple et ses deux enfants, le projet vise à imaginer la maison comme une galerie qui relie la rue aux cours intérieures. Le projet tend à améliorer le confort dans les espaces intermédiaires tout en répondant aux diverses exigences des propriétaires. Le programme comprend également l’intervention sur un ancien local de stockage pour le transformer en un studio de musique. Le patio devient alors une autre interstice habitée.

L’habitation d’origine, qui avait subie plusieurs interventions, était fragmentée en petites pièces reliées par des couloirs, qui, à leur tour, étaient légèrement reliés à l’extérieur. Le potentiel de l’espace existant était donc très prometteur. La nouvelle organisation du logement modifie la distribution existante et affecte la structure principale de l’appartement. C’est pourquoi, il fallait, en premier lieu, intervenir sur l’enveloppe.

Une démolition sélective a été effectuée par les architectes, qui ont réutilisé une très grande partie de la mosaïque et des anciennes briques provenant des cloisons, dans les façades. Une nouvelle vie s’offrait ainsi à ces matériaux. Les carreaux de la cuisine, de la salle de bains et du dressing, ont été remplacés. prolongeant la vie du pavé préexistant en tant que patrimoine matériel de la maison. La finition satinée de la mosaïque offre une luminosité dans les zones les plus dissimulées de la maison.

Redistribuer et remanier

L’intervention comprend la conception d’un espace principal basé sur la succession de différentes pièces reliées par des portiques. Ainsi, la profondeur visuelle et les différentes circulations de la maison ont été améliorées. De ce fait, les habitants peuvent profiter de la vue sur la rue et la cour intérieure. Une fois  les interventions structurelles réalisées, les espaces intérieurs sont redistribués. Les architectes ont eu recours aux éléments légers qui octroient à l’ensemble une très grande flexibilité et permettent d’envisager des modifications futures. Les trois pièces résultantes sont interconnectées avec l’insertion d’une structure en bois qui fonctionne comme un espace de distribution. Cette construction légère génère un lieu partagé très apprécié.

Dans la cour, une structure en profilés et cordes en acier est introduite afin de créer un porche saisonnier qui améliore les conditions climatiques et permet l’utilisation du patio pendant les mois les plus chauds de l’année. Il a été également envisagé un escalier en bois qui permet d’accéder au toit du studio, où se trouvent un jardin ainsi qu’un solarium.

Recycler et optimiser

Les architectes ont optimisé la relation intérieur-extérieur, à travers un système de charpente qui permet les ouvertures maximales, les architectes ont créé une galerie intermédiaire qui règle l’ombre et la lumière. Les patios offrent de grands avantages dans la régulation thermique ainsi que l’éclairage naturel.

Les briques provenant de la démolition des cloisons existantes qui ont été réutilisées sur les façades participent à améliorer l’inertie thermique et l’isolation acoustique. Quant à l’eau de pluie collectée, elle sera utilisée pour irriguer les plantations ainsi qu’une pergola végétale composée de glycines, de vigne et du jasmin.

C’est une intervention à la fois sensible, utile, fonctionnelle et esthétique.

© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula

Le site de l’agence d’architecture de Carles Enrich Giménez : ici.

Les photos: © Adrià Goula

A Mexico, un bâtiment industriel revisité

 

© Rafael Gamo

A Naucalpan, dans la périphérie de Mexico, dans une zone industrielle parsemée d’entrepôts, le studio d’architecture mexicain Arqmov Workshop a revisité un bâtiment industriel en ajoutant une façade à motifs, des fenêtres qui donnent vers l’extérieur et une imposante entrée à l’un des coins de la bâtisse. Contrastes et sobriété sont au rendez-vous.

L’environnement résidentiel de ce centre commercial qui occupe un site triangulaire est marqué par l’auto-construction. Les matériaux des résidences environnantes se révèlent sous leur état brut. Ces derniers, dépourvus de toute finitions, donnent à l’ensemble des constructions une certaine cohérence.

La parcelle est délimitée par deux rues animées, elle abrite un édifice qui était autrefois un atelier automobile. Le pari des architectes, dès le départ, était la conservation des éléments existants tout en apportant à l’ensemble une fonctionnalité conforme aux nouvelles normes.

Garder l’ancien

Le changement semble radical mais si nous nous approchons nous pouvons constater que l’enveloppe garde ses caractéristiques d’origine. Les architectes ont habillé les façades de briques et de béton gris et rouge, ils ont ajouté à l’ensemble des fenêtres tout en leur accordant une légère inclinaison vers l’extérieur. De même, sur le coin pointu du bâtiment, l’équipe a évidé une partie du niveau inférieur pour y ajouter une accueillante entrée.

À l’intérieur, il a été crée un couloir central bordé des deux côtés par des vitrines vitrées où les gens peuvent aisément se balader. L’ensemble est éclairé d’une manière zénithale et la lumière y est abondante. En utilisant les mêmes méthodes de construction que la structure existante, les architectes ont rajouté une mezzanine lié au niveau principal par un escalier bleu avec des murs en verre.

La reconversion de l’atelier automobile en un centre commercial par l’agence Arqmov Workshop est une belle réussite qui respecte le passé industriel du bâtiment tout en l’accordant au goût du jour. Un projet qui vaut le détour.

© Rafael Gamo
© Rafael Gamo
© Rafael Gamo
© Rafael Gamo
© Rafael Gamo
© Rafael Gamo

Le site de l’agence d’architecture Arqmov Workshop : ici.

Les photos : © Rafael Gamo

A Boston Nadaaa revisite une ancienne résidence

© NADAAA
© NADAAA

A Washington DC, c’est une belle reconversion d’une propriété en brique datant de 1920 que l’agence d’architecture Nadaaa a réalisé. Une réhabilitation qui a permis de créer un gracieux lien entre la robustesse de l’édifice et le paysage environnant.

Le projet prévoyait la modification du grenier et le sous-sol tout en optimisant l’espace pour l’agrandissement d’une famille. L’intervention spatiale la plus marquante a été l’introduction d’un nouvel escalier au centre de la maison ainsi que la création de deux espaces à plusieurs hauteurs. Le premier est un espace à double hauteur qui sert comme entrée et relie le premier étage avec le niveau du jardin via un nouveau salon qui s’étend vers l’extérieur. Le deuxième espace relie l’entrée à l’ancien grenier, les architectes ont réussi à y glisser un généreux loft de jeu pour les enfants. Ce dernier, couvert par un puit de lumière apporte une grande luminosité à l’intérieur.

Agrandir, Optimiser et illuminer

Lors de la rénovation de la propriété, les architectes ont ôté l’ornementation des façades en brique et ont créé une extension vers le haut pour avoir un plus grand grenier. Les éléments intérieurs comme les cloisons et les rampes d’escalier sont constitués de couches stratifiées de contreplaqué cela permet à la lumière de pénétrer partout et sans interruption.

Tandis que la façade nord donnant sur la rue reste relativement intacte, l’expression de l’ensemble change surtout côté sud. En agrandissant les zones de vitrage sur la façade sud et en établissant une relation plus précise entre les pièces et leurs ouvertures respectives, un nouvel ordre architectural est établi. Ce dernier est plus informel et en dialogue avec la nature environnante.

Une stratégie qui a impacté la structure même de l’édifice. Ainsi, en augmentant la surface du verre sur la face, le mur en brique devient un mur-rideau offrant une stabilité  à l’ensemble. Économique dans son organisation, le projet exploite la composition existante de la résidence pour maximiser son impact architectural et programmatique sans la nécessité de démolition ou une nouvelle construction. Une réhabilitation habile qui apporte à l’ensemble un nouveau souffle.

© NADAAA
© NADAAA
© NADAAA
© NADAAA
© NADAAA
© NADAAA

Le site de l’agence d’architecture Nadaaa : ici.

Les photos : © NADAAA

La subtile reconversion d’une église espagnole

© Adrià Goula

Située à Vilanova de la Barca, l’église qui a été à moitié détruite pendant la guerre civile espagnole, puis abandonnée de longues années vient de subir une incroyable reconversion. Grâce aux architectes de l’agence AleaOlea, l’équipement renaît de ses cendres et devient une salle polyvalente.

L’intérêt de la restauration de l’église espagnole de Vilanova de la Barca de Lleida demeure dans la fusion de l’ancien et du nouveau. En effet, les architectes, tout en récupérant les morceaux de ruines et en les restaurant ont réussi un pari délicat : l’intégration dans une architecture nouvelle en maintenant l’esprit d’autrefois.

Un fin dialogue entre l’ancien et le nouveau

Établir un dialogue architectural entre les restes de l’église et les nouveaux éléments est un exercice qui demande une certaine finesse. Surtout quand il s’agit d’un édifice religieux datant du 13ème siècle. Démoli puis tombé en déshérence pendant de longues années, l’ensemble ne contient que quelques fragments du passé comme l’abside et plusieurs fractions de la façade.

L’église entière a été construite avec un socle de pierre qui depuis a été largement endommagé. Le travail des architectes a donc consisté à revaloriser l’ensemble en renforçant la structure et s’occupant particulièrement de la toiture. Le choix va vers une façade de brique basée sur une texture en treillis et un nouveau toit de tuiles à pignon. L’ensemble, conçu comme une nouvelle coque se griffe aux ruines de l’église. Tandis que la façade extérieure garde ses ouvertures d’origine, la façade intérieure est conçue avec de la brique blanche perforée qui renforce le contraste et la discontinuité entre l’ancien et le nouveau.

De l’extérieur, nous avons l’impression que l’ancienne église est toujours présente alors qu’elle a subi une énorme transformation. A l’intérieur l’atmosphère présente une certaine sérénité et la couleur blanche lui donne une grande clarté.

A Vilanova de la Barca, les architectes d’AleaOlea ont accompli un brillant travail.

© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula
© Adrià Goula

Le site de l’agence AleaOlea architecture & landscape : ici.

Les photos: © Adrià Goula