Archives par mot-clé : piscine

Agrela House, une maison pour les livres

© Fernando Guerra FG+SG

Au Portugal, dans la périférie de Porto, les architectes de l’agence portugaise Spaceworkers ont réalisé une maison familiale qui joint l’utile à l’agréable. A la fois simple et sobre, l’ensemble aux formes géométriques et aux lignes pures constitue une originalité à part entière.

Un espace haut

C’est une maison pour les livres. Les architectes nous racontent que le défi a commencé avec un seul souhait de la part du client, réaliser un grand espace pour y caser de nombreux livres. « Immédiatement, notre imaginaire nous a guidés vers les nombreuses bibliothèques classiques de la Renaissance, avec des escaliers coulissants qui atteignent la montagne du livre. » Telle était donc la devise de l’intervention. Il fallait concevoir un espace haut capable de générer la composition et d’hiérarchiser les espaces intérieurs.

L’idée a trouvé chemin et l’expérience volumétrique a conduit à la différenciation fonctionnelle des espaces intérieurs, créant un toit comme une masse agitée de différentes hauteurs. La toiture fait figure également comme une cinquième façade et influence les autres. « Soudain, nous avions créé un toit de couverture dense, lourd et monolithique qui devait être subverti, donnant une idée de masse en lévitation qui repose légèrement sur du bois clair et du verre. » Racontent les architectes.

Un béton texturé

Le toit semble presque écraser les utilisateurs des lieux, leur rappelant leur propre échelle humaine et l’importance ancestrale de la notion de l’abri. Par ailleurs, le temps qui constitue une composante architecturale importante, forme également un vecteur essentiel de la composition. Les éléments construits, spécialement en béton, cherchent ainsi à enregistrer le passage du temps à travers la texture de coffrage. Ce dernier, similaire aux variations de la toiture, est formé des saillies et des renfoncements, permettant de garder intacte la représentation des ombres aux différentes heures de la journée, donnant un aspect dramatique aux façades.

Les architectes sont conscients qu’au fil du temps le béton texturé vieillira naturellement et s’intégrera mieux dans l’environnement rural où se trouve la maison. Il en sera de même pour la base en bois, qui plus elle vieillit, plus elle deviendra fastueuse. Deux matériaux qui apportent, chacun à sa manière, un caractère à l’ensemble.

Les intérieurs sont simples, sobres et épurés. La couleur blanche règne et procure un sentiment de générosité. Les grandes baise vitrées s’ouvrent à l’arrière de la villa sur un espace ordonné agrémenté par une somptueuse piscine. La clôture qui peut ressembler de loin à des murs d’enceintes, préserve la vue extérieure tout en apportant à l’ensemble un côté îlot pour y vivre à l’abri des regards. L’Agrela House ressemble à un petit bijou qui nécessite la découverte.

© Fernando Guerra FG+SG
© Fernando Guerra FG+SG
© Fernando Guerra FG+SG
© Fernando Guerra FG+SG
© Fernando Guerra FG+SG

Le site de l’agence Spaceworkers : ici.

Les photos : © Fernando Guerra FG+SG

Résidence Peninsula, l’élégante réalisation signée Richard Beard Architects

© Paul Dyer

Aux États-Unis, en Californie, dans la région de la baie de San Francisco, l’agence d’architecture Richard Bread Architects a réalisé la Peninsula Residence, une construction luxueuse qui croise adroitement l’élégance et la fonctionnalité.

La permanence, le confort, le luxe, la tradition et la modernité

La péninsule au sud de San Francisco est parsemée de villes et villages de banlieue dans les collines et les vallées le long de la côte ouest de la baie nichées au milieu des quartiers vallonnés. Les propriétaires étaient à la recherche d’une propriété ensoleillée qui offrait de l’intimité et la possibilité de s’étendre. L’abondance de terrains plats signifiait que le site serait en mesure d’accueillir une maison et des structures avec beaucoup d’espace restant pour le développement de paysages actifs et passifs.

« Le programme de la maison était assez compliqué», note Richard Beard, architecte principal du projet et fondateur de Richard Beard Architects. « Cela a nécessité des mouvements de composition intelligents pour répondre à tout ce que les clients désiraient. Bien qu’il ait été conçu pour une vie facile et décontractée au quotidien, il devait fournir un espace de divertissement généreux, un bureau, une salle de fitness et des locaux pour invités, tout en préservant l’intimité de chacun. » En effet, la maison devait être élégante mais fonctionnelle, une maison familiale qui transmettait simultanément la permanence, le confort, le luxe, la tradition et la modernité. Le défi était donc de savoir comment croiser ces notions apparemment disparates ensemble pour engendrer un projet harmonieux où il fait bon vivre.

La réponse a été de créer une maison qui fonctionne comme une armature solide mais neutre et qui repose sur des proportions et des matériaux traditionnels. Les intérieurs pourraient alors servir de contrepoint élégant, animant les espaces à souhait. C’est ainsi qu’une série de structures et de murs recouverts de pierre définissent la propriété, contribuant à briser l’échelle globale de la maison qui mesure d’environ 12 000 pieds carrés. Les espaces entre les structures deviennent une suite de cours extérieures. La pierre, empilée à sec et dotée d’une face fendue brute, procure un sentiment d’intimité à la propriété.

Une esthétique ni trop formelle ni trop décontractée

La maison se déploie comme une série de couches qui signalent physiquement et métaphoriquement la transition de la vie publique à la vie privée. Le chemin est marqué par une série de murs et de cours, dès la rue, qui mènent à l’intérieur. En quittant la route et en traversant un plan d’eau, les propriétaires passent par un portail dans une loggia attenante à une cour et à une piscine réfléchissante. L’entrée en acier et en verre révèle l’intérieur de la maison, où un grand escalier incurvé s’élève devant une autre piscine réfléchissante et la cour arrière.

À l’intérieur de la maison, des proportions classiques ont été poussées, tirées et étirées pour créer des silhouettes singulières offrant à l’ensemble une atmosphère unique. Les murs extérieurs en pierre se glissent à l’intérieur de la maison où l’on trouve un mélange de calcaire (murs et sols), de bois et de plâtre. De subtiles différences dans la finition calcaire (aiguisée pour l’intérieur, brossée pour l’extérieur) contribuent à unifier les espaces intérieurs et extérieurs. De grandes fenêtres à ossature en acier et des poutres en cèdre rouge ajoutent de l’ampleur aux espaces intérieurs. « La principale préoccupation des propriétaires était toujours de devenir trop moderne et la mienne de rester trop traditionnelle », déclare l’architecte d’intérieur Kelly Hohla qui s’est occupée de l’agencement de la maison. « Je voulais qu’ils aient une maison au goût du jour qui se sente intemporelle et où ils peuvent grandir, je pense que nous avons réussi à trouver l’équilibre parfait. » Rajoute-t-elle.

Des espaces de rassemblement communs comme le salon, la salle à manger ou la cuisine, se trouvent au premier étage, chacun donnant accès à l’extérieur. Le deuxième étage comprend une zone réservée aux enfants. C’est une partie distincte et séparée de celle des parents tout en étant proche. Une salle de jeux généreuse et lumineuse se trouve juste à côté de l’escalier, c’est presqu’un un monde à part qui contient un avant-scène et une scène.

À l’extérieur, le terrain offre un mélange d’espaces formels et informels, des jeux d’eau et une piscine indépendante de 1000 pieds carrés. Cette entité, entièrement revêtue de bois de cèdre, sert de maison d’hôtes. La réalisation défie toute définition simple, son éclectisme fournit plutôt une esthétique ni trop formelle ni trop décontractée, il s’agit de la solution parfaite adaptée à la famille contemporaine.

© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer

Le site de Richard Beard Architects : ici.

Instagram: @Richard.Beard.Architects

Instagram de l’architecte d’intérieur: @kellyhohla

Les photos: © Paul Dyer

Quand Ilan Pivko conçoit une nouvelle icône pour la ville

© Ilan Pivko Architects

Le groupe Hagag Brothers vient de commencer la construction d’un nouveau projet. Ce dernier, composé d’appartements de luxe et d’un hôtel cinq étoile est situé sur le port de Tel-Aviv et porte la gracieuse signature d’Ilan Pivko. Un projet aux lignes pures qui deviendra une importante référence pour la ville.  

Elle s’inspire de l’art cubiste

Situé À 50 mètres (environ 164 pieds) du front de mer, le projet comprend 40 appartements exclusivement de luxe avec un hôtel cinq étoiles. Baptisé Port Tel Aviv, l’ensemble, conçu par l’agence Ilan Pivko Architects, s’inspire de l’art cubiste de Pablo Picasso et Georges Braque.

La propriété de dix étages est située au cœur du port, dans un quartier très convoité. Tandis que la boutique et l’hôtel occuperont les deux premiers étages et offriront 44 chambres et suites, les sept derniers étages comportent 40 luxueux appartements, deux mini-penthouses avec piscine privée et deux penthouses exclusifs de cinq chambres avec terrasses et piscines privées sur le toit. En somme, des espaces généreux pour une clientèle aisée.

Dans son aperçu, la conception semble d’inspiration moderniste, elle fusionne parfaitement l’art et l’architecture. Les architectes nous expliquent que chaque étage dispose de terrasses privées encastrées enveloppantes avec des mosaïques des façades qui offrent à la fois une protection « brise soleil », ce qui réduit le gain de chaleur à l’intérieur du bâtiment en déviant la lumière du soleil. Les espaces de vie sont conçus pour maximiser la lumière méditerranéenne avec intérieurs ouverts lumineux, planchers luxueux et des hauts plafonds qui offrent une vue dégagée sur l’extérieur.

En tant que l’un des quartiers les plus dynamiques de Tel Aviv, l’emplacement allie loisirs et commodité à l’accès aux plages mais aussi aux diverses zones de loisirs comme les parcs, les  restaurants renommés, les marchés fermiers et les boutiques de mode. Depuis plusieurs années, la partie nord de la ville se développe de plus en plus, elle contient désormais une architecture nouvelle bien différente de l’architecture Bauhaus de renommée mondiale datant des années 1930 mais capable d’apporter un nouveau souffle à la ville blanche.

Et développe un langage architectural à part entière

L’idée originale d’Ilan Pivko, se base sur une utilisation tout à fait unique et optimale de l’ombre et de la lumière, s’inspirant des pionniers du mouvement cubiste du design et développant un langage architectural à part entière. Fidèle à la façade cubiste artistique du bâtiment, le hall du rez-de-chaussée à double hauteur fournira une collection en constante évolution d’œuvres d’art et de pièces exclusives d’artistes israéliens contemporains. Le rez-de-chaussée du bâtiment comprendra également une équipe de conciergerie tout en offrant un accès par ascenseur privé pour les résidents. Ces derniers auront également un accès privilégié aux équipements de luxe de l’hôtel.

Au rez-de-chaussée, l’ hôtel est prévu d’inclure de spacieux salons, un restaurant et un bar à cocktails couvrant toute la profondeur du bâtiment, mais aussi un deuxième salon / bar à cocktails et cinéma, un centre de conférence avec salles de réunion d’affaires et des salles à manger privées. Les fenêtres du sol au plafond et les portes vitrées s’ouvrent sur de spacieux ponts extérieurs en bois. Plus haut, tous les appartements disposent d’une spacieuse salle de réception avec une cuisine s’ouvrant sur une terrasse de loisirs privée à colombages. Deux des appartements de quatre chambres du huitième étage disposent de leurs propres piscines privées. Au neuvième et au dixième étage du bâtiment se trouvent deux magnifiques penthouses de cinq chambres. Un programme assez complexe vu le nombre de différents espaces qu’il contient.

Tous les appartements font face à la mer et bénéficient d’intérieurs lumineux. Les terrasses extérieures sont habilement conçues avec des brise-soleil mobiles innovants dans le but de protéger les résidents du soleil. Côté matériaux, nous pouvons trouver le verre, l’acier, le marbre et le chêne. De même, tous les appartements seront équipés des dernières technologies de pointe. Conçu pour créer une destination qui offre à la fois une maison et un style de vie luxueux, le projet deviendra très vite une icône dans la ville.

© Ilan Pivko Architects
© Ilan Pivko Architects
© Ilan Pivko Architects
© Ilan Pivko Architects
© Ilan Pivko Architects

Le site de l’architecte Ilan Pivko : ici.

Le site de Hagag Group : ici.

Les photos : © Ilan Pivko Architects

A Woodside, la gracieuse réalisation signée Walker Warner Architects

© Matthew Millman

En Californie, l’agence d’architecture Walker Warner Architects a réalisé une élégante résidence qui allie merveilleusement et avec une grande délicatesse différentes textures. Lignes épurées, traits sobres, espaces généreux et une grande luminosité sont les principaux caractéristiques du projet.

Une variété d’expériences

Les architectes nous racontent que le concept de ce projet a commencé par une exploration de bâtiments séparés agencés pour créer une variété d’expériences de vie intérieures et extérieures mais complémentaires. Compte tenu du contexte rural de la ville de Woodside, les bâtis agricoles de la région et les formes emblématiques ont été référencés pour l’inspiration, ainsi que la fonctionnalité.

La maison est une compilation de trois bâtiments principaux, la maison principale, un bureau et une grange, le tout disposé autour d’une cour centrale où se trouve une piscine, pour créer une variété d’espaces intérieurs-extérieurs complémentaires et diverses possibilités de vie. « C’est une interprétation contemporaine des habitations rurales et traditionnelles », déclare l’architecte principal Greg Warner. Une quatrième entité composée du pool house complète l’ensemble. Il s’agit d’une série de trois pavillons alignés sur le même axe utilisant des matériaux similaires comme contrepartie inventive des bâtiments principaux.

Un langage commun

Toutes les constructions partagent un langage commun des lignes asymétriques fortes avec une palette de matériaux communs de pierre, du bois de cèdre rouge, de verre et d’acier, réunis sous un toit de zinc. L’utilisation de la pierre évoque la rusticité, faisant un joli clin d’œil vers les structures des anciennes fermes, tandis que les planches de cèdre à motifs aléatoires et la toiture en zinc rappellent le langage vernaculaire rurale de la grange à foin de Californie. En insérant de l’acier apparent et de grandes étendues de verre, la maison adopte un style contemporain et contrasté.

La grange, positionnée à l’avant de la propriété, sert d’entrée symbolique, renforçant le caractère rural du contexte environnant. Un passage ouvert menant à travers la grange encadre considérablement la façade d’entrée de la résidence principale. En entrant dans la cour, formée par trois structures, l’équilibre de l’espace et de la matière anime le projet dans son ensemble.

La résidence principale comprend deux espaces de vie principaux constitués d’un salon et d’une cuisine attenante à une salle à manger familiale. Une suite parentale, trois chambres et un bureau composent le deuxième étage. Concernant l’intérieur, la lumière est partout grâce aux grandes baies vitrées qui s’ouvrent sur l’extérieur brouillant les limites intérieur-extérieur. Une certaine subtilité se dégage du mélange des différentes textures. Entre sobriété et élégance la propriété réalisée par Walker Warner Architects constitue une curiosité à découvrir sans tarder !

© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman

Le site de Walker Warner Architects : ici.

Instagram: @walkerwarnerarchitects

Les photos : © Matthew Millman

Instagram: @matthewmillmanphoto

Architecture intérieure: Shawback Design Associates ; Paysagisme: Lutsko Associates ;

Maîtrise d’ouvrage: Chesler Construction

La Trullaia, un charmant complexe de trulli signé Flore & Venezia Architects

© Claudio Palma

Dans la région italienne des Pouilles, « la Trullaia » est un complexe de trulli remontant à la fin du XIXe siècle. L’ensemble qui était destiné aux agriculteurs et à leurs familles vient de subir une restauration minutieuse grâce à l’agence d’architecture italienne Flore & Venezia Architects.

La renaissance

À l’origine, les intérieurs étaient simples, créés exclusivement pour satisfaire les besoins quotidiens et étaient souvent divisés en une partie privée et un espace réservé aux écuries. Le grand terrain extérieur était cultivé et utilisé comme un potager tandis qu’une autre partie était couverte de longues rangées de vignes.

Les architectes nous apprennent qu’au fil du temps, la structure a été abandonnée et pendant des décennies, l’ensemble est resté inhabité jusqu’à ce que les deux experts, propriétaires de l’agence d’architecture Flore & Venezia, apprécient son potentiel et le restaurent complètement, conformément aux souhaits de jeune famille propriétaire des lieux.

Les propriétaires qui ont quatre enfants cherchaient un lieu adéquat pour passer leurs vacances d’été. « Les conditions initiales des trulli étaient critiques: la loi ne prévoyait pas de pavement ni de système électrique. Les salles de bain étaient inexistantes et les pierres traditionnelles, nécessitaient des travaux » Nous racontent les architectes, qui soulignent : « Au moment où l’on s’engage dans des projets de ce type, il est important d’identifier un fil invisible qui unit tous les éléments architecturaux tout en préservant la simplicité rustique. » C’est ainsi que le duo Aldo Flore et Rosanna Venezia, en accord avec leur philosophie de conception, ont réussi, faisant coexister harmonieusement différents styles et différentes époques.

Quand l’ambition croise la tradition

La zone interne s’étend sur environ 150 mètres carrés et s’articule autour de la surface habitable qui représente le cœur de la maison. « Dès l’étude de conception, la possibilité de créer une petite extension de la surface interne a émergé, nous permettant de redistribuer de manière optimale les environnements. De cette façon, nous avons réussi à réunir des pièces séparées », expliquent les architectes. Les demandes des propriétaires étaient donc ambitieuses. C’est pour cette raison qu’il était nécessaire de disposer de vastes espaces dédiés au salon, les cinq chambres avec salles de bains et la cuisine qui incarnait au goût exquis des Pouilles.

Cependant, concernant l’espace extérieur, il y avait beaucoup de places, les architectes ont entrepris d’y placer le parking, la belle piscine à débordement et un espace équipé d’un barbecue. En entrant par l’entrée principale, le visiteur apprécie immédiatement la succession rapide des ambiances. La cuisine, la salle à manger et le salon reproduisent la distribution spatiale classique des maisons traditionnelles s’ouvrant sur le jardin et regroupées autour du foyer, symbole de la chaleur et de la convivialité familiale, tandis que la zone de nuit comprend une chambre principale recouverte de deux trulli et caractérisée par un lit inséré dans une alcôve. L’ensemble comprend également une chambre d’amis et de grandes chambres réservées aux enfants.

Un bel arcade soutient les marches de chaux à base de résine et les intérieurs naturels. Selon les architectes, le lien étroit existant entre l’intérieur et l’extérieur, considéré comme une partie intégrante du projet, recommandait de choisir du bois et des tissus naturels pour le mobilier, tandis que la palette de couleurs favorisée variait du blanc des murs à la crème des sols.

En Italie du sud, les trulli restent une institution, il s’agit de l’âme de la région que les architectes Flore & Venezia ont révélé à travers leur minutieuse réhabilitation. Un geste qui vaut la reconnaissance.

© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma

Le site de l’agence Flore & Venezia : ici.

Les photos: © Claudio Palma

La Casa Kutz, une réalisation aux lignes épurées

© Tamara Uribe

La Casa Kutz est un projet familial situé au sein du Yucatán Country Club à Mérida, dans le Yucatán au Mexique. Réalisée par CPDA Arquitectos (dirigé par Juan Pablo Cepeda), l’ensemble aux lignes épurées affiche une fière allure.

Un espace pratique

Conçu, pour fonctionner comme une maison de vacances et une résidence secondaire pour le propriétaire et sa famille élargie, le concept était de créer un espace pratique nécessitant peu d’entretien, où les espaces privés et sociaux pouvaient être séparés et utilisés de manière isolée.

Sur un terrain de 1200 m² de forme trapézoïdale, avec deux façades donnant sur la rue, le projet dispose de 800 m² de construction. Cette dernière, étant situé dans une ville au climat extrême, tous les détails concernant le soleil ont été pris en charge, cherchant toujours à se protéger de l’ouest et à disposer d’ouvertures dans la volumétrie en fonction de la trajectoire solaire dans le but de ventilation; à travers des terrasses et des cours intérieures qui favorisent la circulation naturelle de l’air et des ombres rafraîchissantes.

La réalisation est constituée de trois volumes dirigés vers le nord où les espaces intérieurs requis par les utilisateurs ont été configurés en fonction de la relation entre eux et de leur degré de confidentialité. Dans le volume nord-est, au rez-de-chaussée, se trouve la chambre principale tandis que les deux des chambres secondaires sont au dernier étage. La cuisine et les aires de service sont placés côté sud-ouest dans le volume se trouvent au rez-de-chaussée et les deux chambres sont situées à l’étage. Les deux entités sont reliées à l’extérieur par une poutre en béton armé qui donne une belle ombre à la terrasse et à la piscine.

Des matériaux naturels

Le volume central, d’une hauteur de 8 mètres, concentre les espaces sociaux, le salon, la salle à manger et le bar, c’est le cœur de la maison. « Nous cherchons l’intégration avec l’extérieur à travers ce volume. Il s’ouvrait vers la terrasse et comportait une lucarne pour faciliter la circulation de l’air et créer un effet de cheminée. » Souligne Juan Pablo Cepeda qui a été épaulé pour cette mission par Patricia Juarez et Eloisa Queijeiro.

Les matériaux utilisés sur toute la façade sont constitués de doubles murs de blocs de béton avec une finition Chukum, un matériau naturel qui se trouve principalement dans la péninsule du Yucatan, connu pour sa durabilité élevée et son entretien minimum. De même, les espaces intérieurs de bloc de béton sont en finition Chukum.

A l’intérieur, nous pouvons trouver le marbre travertin qui couvre les sols ainsi que la porcelaine pour les extérieurs. Toute la menuiserie est en bois de tzalam traité pour une plus grande durabilité.

La forme extérieure reflète certains espaces intérieurs, tandis que l’intérieur et l’extérieur se croisent astucieusement. Ainsi, la maison, la terrasse avec la piscine et le jardin forment un ensemble cohérent qui croise sobriété et élégance.

© Tamara Uribe
© Tamara Uribe
© Tamara Uribe
© Tamara Uribe

Le site de CPDA Arquitectos: ici.

Les photos : © Tamara Uribe