Archives par mot-clé : Paris

Grand Central Saint-Lazare, un joli clin d’oeil à Monet

© Luc Boegly

Après plusieurs années d’étude et de recherche, la réhabilitation ainsi que la construction du Grand Central Saint-Lazare vient de se terminer. Situé dans l’un des quartiers parisiens les plus denses, non loin de la Gare Saint Lazare, l’ensemble jouit d’une belle allure.

L’impressionnisme dans toute sa splendeur

A Paris, au coeur du 8ème arrondissement, le bâtiment réalisé par l’agence Ferrier Marchetti fait sensation. En effet, la façade harmonieusement colorée qui joue admirablement avec la couleur du ciel, est selon ses concepteurs inspirée par les tableaux de Monet. L’impressionnisme dans toute sa splendeur vient d’enrichir l’architecture pour un résultat formidable.

L’agence Ferrier Marchetti avait déjà utilise la même astuce à Rouen mais, ici, à Paris, dans cet environnement minéral l’effet est tout autre. Tandis qu’à Rouen, l’édifice pouvait être contemplé de loin, à Paris, il procure à tous les utilisateurs des lieux mais aussi des vues lointaines. Il faut saluer la capacité des architectes d’engendrer une enveloppe qui a su s’intégrer merveilleusement dans son quartier.  

L’esprit des tableaux de Claude Monet a incité les architectes à réaliser un édifice doté de multiples espaces verts qui s’ouvrent comme une promenade à tous. Donnant sur la rue d’Amsterdam, la façade composée de 1700 lamelles de verres horizontales, de verre colorée, dynamique et vibrante, s’immisce finement dans le tissus parisien tandis que celle donnant sur la gare crée une subtile continuité avec l’existant. Quant aux terrasses qui se trouvent dans les étages, ils offrent une multitude de vues sur la capitale.

Aussi élégant que fonctionnel

Qui aurait pu penser, au premier regard, qu’il s’agit d’un immeuble de bureaux? Et pourtant l’édifice, aussi élégant que fonctionnel, multiplie la mixité des usages dans un environnement propice à la rencontre et à l’échange.

Les architectes nous apprennent que Grand Central est aussi porteur de son propre paysage. En effet, le Studio MUGO a réalisé un système éco-nourricier sur le toit, qui non seulement couvre la surface conséquente de 800 m², mais offre une vue originale sur les toits de Paris. C’est un lieu, accessible aux utilisateurs des lieux, qui croise astucieusement les cultures d’aromates et les fleurs comestibles mais aussi les plantes indigènes, il permet également aux insectes et oiseaux de bénéficier d’un refuge au cœur de la ville. En toute saison, les habitants pourront bénéficier des produits du jardin : 3 000 eaux parfumées et 6 000 infusions qui, confectionnés sur place, sans parler des ateliers pédagogiques qui feront la différence.

A Paris, avec Grand Canal Saint-Lazare, l’agence Ferrier Marchetti a relevé un défi difficile et au programme complexe. Le résultat est exceptionnel!

© Luc Boegly
© Luc Boegly
© Luc Boegly
© Luc Boegly

Le site de Ferrier Marchetti: ici.

Les photos: © Luc Boegly

A Paris, Vincent Eschalier redonne vie à un ancien hôtel particulier

© Axel Dahl

Situé dans XVIe arrondissement parisien, l’édifice vieillissant qui jouit d’un cadre privilégié, vient de subir un remaniement important. Grâce au Studio Vincent Eschalier, l’ensemble entame une nouvelle vie.

Une réhabilitation minutieuse

Après des travaux importants qui ont duré moins d’une année, l’agence d’architecture dirigée par Vincent Eschalier vient de livrer un élégant projet. Il s’agit d’un hôtel particulier de XVIe arrondissement de Paris, qui vient de subir une minutieuse réhabilitation. Le résultat est tout simplement charmant.

Avec le temps, l’édifice ancien était devenu délabré. Il fallait donc une intervention majeure surtout à l’intérieur du bâtiment dont l’état initial était dégradé. Fidèle à sa renommée, l’architecte procède à un important curage des lieux et retrouve ainsi la lisibilité des espaces. Des gestes devenus habituels pour l’homme de l’art qui manie l’ensemble avec adresse. Les nouveaux volumes sont désormais lumineux et adaptés aux divers aménagements des bureaux qu’ils vont accueillir.

L’architecte a opté pour le plafond brut qui laisse deviner les matières utilisées, où l’inox et le béton apportent un esprit industriel. Des matériaux qui contrastent sensiblement avec le parquet et les peintures blanches mais dont le croisement se passe sans heurt bien au contraire, l’ensemble crée un atmosphère élégant qui réinterprète le bureau contemporain. Afin de laisser une visibilité complète sur l’ensemble des plateaux, le cloisonnement se veut minimaliste et sans obstacle visuel. Par ailleurs, un doux jeu de lumière et de reflets se créé avec les vitres et l’inox.

De même, l’ensemble, résolument contemporain entame un dialogue d’un nouveau genre avec la façade historique du bâtiment. « Nichée dans le dôme visible depuis la façade, seule une pièce, la mieux conservée, est gardée en héritage de l’histoire du bâtiment. Le parquet y est restauré et les moulures valorisées par un éclairage intégré dans la corniche. » Nous raconte l’architecte.

L’évolutivité

Soucieux de tout ce qui touche de près ou de loin à la durabilité, l’architecte a fait le choix de l’évolutivité. Ainsi, le bâtiment, destiné à accueillir une société financière, peut être modulable en cloison ou en open-space. Même les éléments techniques sont pensés pour pouvoir suivre, à l’avenir, l’évolution des lieux. Par ailleurs, les circulations verticales sont repensées pour faciliter les divers flux au sein de l’édifice.

Les ouvertures sont refaites à l’identique et les ferronneries sont conservées. Concernant la création de plusieurs ouvertures sur l’une des façades historiques, un échange constructif a été établi avec les architectes des bâtiments de France. La cour privative a été aménagée par un paysagiste. Les intérieurs sont épurés, les différents détails sont soignés. Vincent Eschalier démontre encore une fois sa maîtrise pour de tels projets.

© Axel Dahl
© Axel Dahl
© Axel Dahl
© Axel Dahl

Le site de Vincent Eschalier: ici.

Les photos: © Axel Dahl

« The Beautiful Dreamer » l’œuvre parisienne d’Arne Quinze

© Dave Bruel pour Arne Quinze

À Paris Expo Porte de Versailles, l’œuvre monumentale d’Arne Quinze, fait sensation. Baptisée « The Beautiful Dreamer », il s’agit d’une sculpture monumentale de 11, 50 mètres de haut qui apporte au lieu une belle touche d’originalité.

Une œuvre organique

La première œuvre française, parisienne, permanente et publique de l’artiste de renommée internationale Arne Quinze, a été inaugurée le mercredi 20 novembre 2019. Située sur le parc des expositions de la Porte de Versailles, non loin des nouveaux projets architecturaux de Valode et Pistre, Jean-Michel Wilmotte et Jean Nouvel.

L’installation confiée à ArtBliss Paris spécialiste dans l’intégration d’œuvres d’art au sein des espaces urbains, vient rythmer le vaste programme de modernisation du site de Paris Expo Porte de Versailles. « The Beautiful Dreamer », est donc une œuvre organique et monumentale qui a nécessité la sollicitation de l’artiste belge deux ans auparavant. Dans sa volonté de capturer la beauté de la nature et la ramener en ville, Arne Quinze imagine une sculpture organique composée d’une variété de métaux. L’œuvre poétique et colorée, moulée dans le bronze et composée d’éléments en pierre naturelle est située entre les deux hôtels, Mama Shelter et Novotel, à proximité du nouveau pavillon 6, et vient ainsi sublimer le nouveau parvis.

L’artiste, qui intervient aux quatre coins du monde depuis plus de 25 ans, reste convaincu qu’il faudrait guider nos espaces urbains vers un avenir meilleur en rendant nos environnements plus verts. Ses installations internationales ouvrent ainsi une nouvelle dynamique en matière de développement urbain.

« Nous avons perdu le dialogue avec la nature, ce qui a créé des espaces publics gris et sans intérêt. Avec The Beautiful Dreamer, j’ai souhaité capturer la beauté de la nature et la ramener en ville pour nous rappeler sa diversité fascinante. » A déclaré Arne Quinze, à l’occasion de l’inauguration.

Une installation permanente

Dans le but de hisser le parc aux plus hauts standards internationaux, d’en faire un modèle de développement durable et d’y intégrer une grande dimension Viparis a lancé en 2015 un vaste programme de métamorphose de Paris Expo Porte de Versailles s’achevant en 2024. Outre l’œuvre d’Arne Quinze, un véritable parcours au sein du parc a été créé par des artistes aux spécialités très différentes. Citons parmi ces installations, l’œuvre de Jean-Jacques Pigeon qui, situé à l’entrée du Parc, prend la forme d’un arc-en-ciel suspendu dans les escaliers du Hub des services ou encore la mise en lumière du Tunnel Renan de François Gaunand, citons aussi la plus grande fresque d’Europe signée Ella & Pitr qui a utilise comme support le toit du Pavillon 3.

« The Beautiful Dreamer » est donc une installation permanente à la fois dynamique et ludique, elle réintroduit avec tact et d’une manière chimérique un soupçon de nature au cœur de la ville.  

© Dave Bruel pour Arne Quinze
© Dave Bruel pour Arne Quinze

Le site d’Arne Quinze: ici.

Les photos: © Dave Bruel pour Arne Quinze

Hôtel Métropole, une escale obligée

© Salem  Mostefaoui
© Salem Mostefaoui

A Paris, le Pavillon de l’Arsenal nous propose un délicieux voyage. A la fois ludique, instructif mais aussi didactique, il s’agit d’une remarquable exposition nommée « Hôtel Métropole » . Sous la houlette de Catherine Sabbah et Olivier Namias, deux journalistes spécialistes de la ville, l’équipement hôtelier se dévoile, depuis 1818 jusqu’à nos jours en révélant avec lui les diverses facettes d’une industrie qui côtoie notre quotidien mais qui reste encore largement méconnue sauf des visiteurs venus de loin.

Les différents chapitres de l’hôtellerie parisienne

Qui aurait pu croire que Le Grand Paris compte 2.053 hôtels et 121.677 chambres ? le secteur hôtelier francilien a assuré, en 2018, 52 millions de nuitées, se plaçant au deuxième rang européen après Londres ? en 2017, l’hôtellerie a généré 47 500 emplois directs, soit 1/6e des 295 000 emplois touristiques du Grand Paris? le plus ancien équipement hôtelier parisien est Le Meurice ? Des questions pertinentes qui ont trouvé réponse grâce aux recherches poussées des deux commissaires. Parce qu’un tel sujet n’a encore jamais été étudié surtout dans ses facettes les plus larges. C’est ainsi que rentre en jeu l’expérience de Catherine Sabbah spécialiste de l’économie de la ville et d’Olivier Namias, architecte de formation, tous les deux sensibles aux diverses mutations des cités et qui ont mis leurs recherches en commun pour un résultat notable où les chiffres, les formes et l’histoire des lieux sont épluchées avec une grande finesse.

L’exposition ouvre les différents chapitres de l’hôtellerie parisienne en dévoilant l’évolution allant de l’équipement le plus ancien, jusqu’aux diverses possibilités que les architectes imaginent pour l’hôtel de demain en passant par l’établissement moderne, les multiples chaînes hôtelières proposant diverses services récréatives ou encore l’hôtel accueillant les sans abris. A chaque établissement ses spécificités, à chaque enseigne ses usagers et à chaque architecture ses enjeux. L’évolution de l’habitat temporaire qui accompagne la mutation urbaine mais aussi les diverses exigences des utilisateurs des lieux devient, grâce à l’exposition accessible à tous. Tandis que certains férus de chiffres, découvriront les taux d’occupations ou les prix des chambres, d’autres se pencheront sur le langage architectural et la mutation des réalisations hôtelières alors que d’autres découvriront les dernières réflexions actuelles qui accompagnent l’hôtel de demain.

Des idées pour demain

A l’heure de l’évolution du territoire, des grands chantiers en cours, des jeux olympiques qui vont bientôt pointer leur nez, « Hôtel Métropole » montre qu’il est aussi nécessaire d’envisager la promotion de l’offre hôtelière francilienne à venir, sans oublier les grands thèmes actuels comme le développement durable ou l’économie d’énergie.  

Pour appuyer les concepts proposés, les visiteurs découvrent les travaux de quatre agences d’architecture qui tentent d’inventer l’hôtel de demain. C’est ainsi que Cigüe, Nicolas Dorval-Bory associé à Vorbot, Lina Ghotmeh et Jean-Benoît Vétillard dévoilent leurs idées. Tandis que Ciguë imagine une salle de bains qui ressemble à un cabinet de curiosité, permettant de consommer moins d’eau, Lina Ghotmeh, conçoit une grande chambre capable d’accueillir d’autres usages. Par ailleurs, Jean-Benoît Vétillard réinterprète l’historique marquise en utilisant la fibre végétale et Nicolas Dorval Bory et l’agence Vorbot proposent de décarboner les couloirs des établissements hôteliers. Ses 24 m² sont transformés en boîte à outils où dormir n’est qu’une fonction parmi d’autres.

Avec sa grande diversité de ressources, « Hôtel Métropole » constitue un précieux recueil indissociable de la ville et c’est à découvrir jusqu’au 12 janvier 2020. Un livre accompagne également l’exposition, il s’agit d’un ouvrage indispensable à garder dans chaque bibliothèque.

© Salem  Mostefaoui
© Salem Mostefaoui
© Salem  Mostefaoui
© Salem Mostefaoui
© Salem  Mostefaoui
© Salem Mostefaoui
© Salem  Mostefaoui
© Salem Mostefaoui

Pour plus d’informations, voir: ici.

A Paris Mobile Architectural Office signe un projet élégant

© Nicolas Grosmond, Fabien Brissaud

A Paris, la rue Orfila vient de se doter d’un nouvel équipement qui croise merveilleusement sobriété et élégance. Composée de 25 logements sociaux et d’une crèche de 35 berceaux, la réalisation de l’agence d’architecture Mobile Architectural Office se démarque par ses lignes pures et ses textures.

Continuer l’histoire du lieu

La parcelle est difficile et le programme conséquent. Il a fallu, dès le départ une grande méticulosité pour pouvoir d’une part s’insérer dans le tissue urbain existant et d’autre part répondre à un cahier de charge exigeant. Un exercice que les architectes ont accompli avec brio.

« Nous considérons que chaque lieu possède son histoire et que notre devoir est de s’y insérer pour continuer l’histoire du site. En tant qu’architecte urbain, notre projet se veut être un point dans une série faisant référence aussi bien aux masses construites, qu’aux usages qu’à la matérialité de son contexte. Le projet réinterprète le porche de la cour parisienne, le principe de contre courette (lumière et ventilation naturelle) et la découverte d’un cœur d’ilot végétal en opposition avec une façade minérale sur rue.» Raconte Fabien Brissaud, l’architecte fondateur de mobile architectural office.

La parcelle est cernée par un espace vert protégé, elle jouit de diverses vues dégagées donnant sur le cimetière du Père-Lachaise, un environnement singulier dans la densité parisienne. « L’implantation proposée provient dans un premier temps de notre envie d’offrir le plus grand dégagement visuel possible, un maximum d’ensoleillement pour tous les logements et d’accueillir le paysage au cœur du projet. »

De bois et de brique

Les divers logements offrent aux habitants un cadre de vie tourné vers la nature. Grâce aux grandes ouvertures, toutes les espaces intérieures sont lumineuses. Les utilisateurs des lieux apprécient le grand confort qui leur est offert. Les deux derniers étages de l’édifice s’affinent créant deux entités distinctes. Une attention particulière est apportée au paysage proposé en cœur d’îlot. Les deux premiers niveaux des façades sont constitués de panneaux coulissants en bois qui permettent de moduler l’apport de lumière en fonction des diverses exigences.

« Sur la rue Orfila, les façades des bâtiments voisins sont assez classiques, tramées et avec une matérialité forte (brique). Nous avons souhaité évoquer ces principes pour proposer une façade avec des matériaux qualitatifs et durable. Celle-ci est habillée d’un parement de brique, sa trame reprend certaine ligne de composition des façades voisines. » Souligne l’architecte.

L’architecture est frugale, elle croise astucieusement le bois et la brique pour un résultat accrocheur. Les détails tels que les menuiseries en bois, les menuiseries en acier laqué, sont soigneusement réalisés. L’ensemble consiste en un petit bijou à découvrir sans tarder.  

© Nicolas Grosmond, Fabien Brissaud
© Nicolas Grosmond, Fabien Brissaud
© Nicolas Grosmond, Fabien Brissaud
© Nicolas Grosmond, Fabien Brissaud

Le site de l’agence MOA : ici.

Les photos : © Nicolas Grosmond, Fabien Brissaud

Katinka Bock, Tumulte à Higienópolis, c’est à Lafayette Anticipations!

Les photos : © Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris

Recyclage ou mutation? Réutilisation ou régénération? L’exposition de Katinka Bock à Lafayette Anticipations fait suggérer, réfléchir mais aussi réagir. Plusieurs œuvres de petites tailles, gravitent autour d’une installation majeure qui trace une intéressante histoire.

Mémoire

A la fois touchante et suggestive, la pièce maîtresse qui habite l’espace de la tour d’exposition de Lafayette Anticipations est une sculpture monumentale qui mesure 9 mètres de haut. intitulée Rauschen il s’agit d’une installation recouverte de feuilles de cuivre récupérées à Hanovre. Cependant, il ne s’agit pas de simples matériaux de réutilisation mais des plaques de cuivre du dôme de l’Anzeiger-Hochhaus, le seul gratte-ciel d’époque, un monstre de briques recouvert d’un impressionnant dôme en cuivre de 12 mètres de diamètre, considéré comme un haut-lieu de la presse allemande et qui a vu naître des journaux de renom comme Stern ou Der Spiegel.

Les plaques de cuivre conservent les stigmates du temps, ainsi le visiteur peut y découvrir les impacts des bombes mais aussi l’effet de la pollution, des griffures des oiseaux. L’installation, rappelle dans sa forme les autres sculptures en céramique de l’artiste, qui, à la fois creuses et asymétriques, définissent des formes fluides, dynamiques ou en mouvement. Cependant, restent quelques imperfections évoquées par l’artiste avec la plus grande philosophie et un sourire discret: « J’aime quand les œuvres sont parfois fragiles et pas toujours parfaites ».

Richesse

Plusieurs autres sculptures de tailles beaucoup plus modestes, agrémentent les espaces intérieurs et extérieurs de la Fondation, par ici, un semblant d’un porc-épic, par là un noyau de cerise, ailleurs, d’autres plaques pliées du dôme en cuivre ou encore quelques cactus en bronze moulés directement sur la plante vivante ou morte, bref, entre silhouettes humaines, êtres en mutation, objets en équilibre, l’exposition de Lafayette Anticipations démontre une grande richesse d’esprit dont l’ensemble consiste aux diverses recherches actuelles de Katinka Bock portant sur les textures et les matériaux, dont le cuivre, l’argile, et les différentes techniques d’impression.

Du 7 mars au 17 mai 2020, l’exposition est à voir au Kestner Gesellschaft de Hanovre qui occupe depuis 1997 le bâtiment mitoyen du Anzeiger-Hochhaus, les anciens bains Goseriede. La sculpture Rauschen y sera présentée, à l’emplacement du bassin des hommes mais en position couchée. De quoi engendrer d’autres sensations!

Les photos : © Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris
Les photos : © Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris
Les photos : © Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris
Les photos : © Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris

Tumulte à Higienópolis est à découvrir jusqu’au 5 Janvier 2020 à Lafayette Anticipations.

Pour plus d’informations, voir le site de Lafayette Anticipations.