Archives du mot-clé Brésil

Enfouie dans la forêt

© Vivi Spaco

Au nord de São Paulo, sur une parcelle escarpée, l’agence d’architecture Arkitito Arquitetura a réalisé une remarquable maison qui, tout en faisant un clin d’œil aux vieilles fermes de la région, affiche une image caractéristique de l’architecture d’aujourd’hui.

Entourée par les arbres la maison conçue par Arkitito Architectura se trouve à 45 km au nord de São Paulo. La parcelle est atypique, il s’agit d’un terrain entouré de végétation luxuriante qui a une spécificité topographique. En effet, entre l’arrivée à la maison et la limite du terrain, nous pouvons constater une différence de 15 mètres de dénivelé. Ce qui donne à la construction une certaine appartenance au lieu.

Maintenir le lien entre la forêt et la maison

La vue est splendide, la maison s’ouvre sur la forêt de Serra dos Cristais, l’un des lieux les plus authentiques du pays. L’idée principale du projet était de maintenir le lien entre la forêt et la maison, de sorte que les propriétaires savourent pleinement le paysage environnant. Afin d’éviter les impacts du sol, dès le départ, le concept des échasses a été adopté. La villa devient ainsi une entité suspendue à l’image des maisons dans les arbres.

L’ensemble est divisé en deux entités avec différents niveaux et toitures. Tandis que la première partie qui possède un toit en ciment sur des poutres en bois et un plafond en contreplaqué, comprend deux chambres, le second volume dispose d’un salon avec une entrée donnant une vue de 360 ° sur les environs. Les couleurs utilisées par les architectes rappellent les vieilles maisons de ferme tout en se différenciant par leurs blocs de béton brut et leur plancher de ciment brûlé.

La maison dans la forêt réalisée par les architectes d’Arkitito est constituée d’une multitude de détails qui font sa spécificité. Un gracieux projet à découvrir sans tarder.

© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco

Le site de l’agence d’architecture Arkitito : ici.

Les photos: © Vivi Spaco

A São Paulo, une charmante maison signée spbr arquitectos

© Nelson Kon

Une charmante maison avec une impressionnante piscine sur le toit et une vue dégagée sur la ville, il s’agit bien d’une réalisation d’exception signée par les talentueux architectes de l’agence spbr. C’est à São Paulo que se trouve ce petit bijou sur une parcelle idyllique entourée d’autres habitations.

Situé non loin de l’avenue la plus connue de la cité, dans l’un des principaux quartiers résidentiels de São Paulo, la maison conçue par les architectes de l’agence spbr outre ses diverses qualités visibles de l’extérieur, comprend un agencement intérieur de bonne facture.

En effet, mis à part la piscine, le solarium et le jardin qui sont visibles des environs, le reste du programme est composé d’une chambre à coucher, d’un petit studio pour le gardien ainsi qu’un bel espace de réception.

La piscine sur le toit

La curiosité de cette maison qui allie subtilement le béton brut, le bois et le verre est la piscine ouverte du dernier étage. Tandis que d’autres architectes placent cette dernière soit au sous-sol, soit dans le jardin et entouré d’une végétation luxuriante, les architectes de spbr ont fait le choix de la hisser au dessus des toits. Un parti pris plus difficile à gérer tout au long d’un chantier mais qui fait sans aucun doute le bonheur de ses utilisateurs.

Dans ce site spécifique, la hauteur moyenne des autres habitations ne dépasse pas les six mètres suivant le code d’urbanisme du quartier, de quoi prendre un peu de hauteur pour admirer le paysage alentour tout en se prélassant dans l’eau. Dans cette métropole de 20 millions d’habitants, les habitants de cette maison n’ont probablement plus besoin de s’attarder dans les bouchons mais une fois le week-end arrivé, il suffit de monter quelques étages pour oublier ne serait-ce qu’un peu leur quotidien chargé. La ville aussi grande soit-elle peut devenir un agréable lieu de villégiature.

© Nelson Kon
© Nelson Kon
© Nelson Kon
© Nelson Kon
© Nelson Kon
© Nelson Kon

Le site de l’agence d’architecture spbr arquitectos : ici.

Les photos: © Nelson Kon

A Brasilia, une réhabilitation signée Debaixo do Bloco

 

© Joana França

Au Brésil, l’agence d’architecture Debaixo do Bloco a eu le rôle de requalifier une charmante résidence construite par l’un des maîtres de l’architecture du bois, le brésilien Zanine Caldas. Une intervention délicate, minutieuse et esthétique.

Construite à Brasilia en 1988, la maison possède une vue privilégiée d’où il est possible de voir les principales œuvres architecturales de la capitale. L’idée initiale du projet était de maintenir l’identité et la griffe de Zanine surtout concernant les éléments emblématiques de la maison brésilienne. La structure apparente en bois de la bâtisse a été maintenue d’une part pour magnifier la symétrie et d’autre part pour devenir le principal élément esthétique et architectural de l’ensemble.

l’architecture moderniste sous son plus beau visage

Les diverses petites interventions des architectes apparaissent notamment dans l’étude de l’éclairage ainsi que dans les ouvertures qui privilégient surtout l’impressionnante vue sur les environs. Le rajout de transparence a été déterminant pour la réhabilitation, ce qui crée une harmonie entre l’architecture intérieure et la nature environnante. Les murs de verre procurent différentes couleurs à l’intérieur selon l’heure de la journée.

A l’intérieur de la maison, la ventilation naturelle offre un confort thermique optimal à un environnement entièrement translucide où l’architecture moderniste se révèle sous son plus beau visage. Les pièces iconiques d’Oscar Niemeyer et de Lina Bo Bardi cohabitent délicieusement avec d’autres créations plus récentes. Quant à la mezzanine, elle est composée d’un bureau qui donne une vue plongeante sur l’ensemble de la maison. Entouré des murs en briques, ce petit coin privilégié jouit d’un emplacement exceptionnel.

A l’extérieur se trouve une belle piscine entourée d’une végétation luxuriante, elle procure un cadre exceptionnel aux habitants de la maison. Cette dernière réhabilitée peut toujours continuer à vivre.

© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França

Le site de Debaixo do Bloco Arquitetura : ici.

Les photos: © Joana França

Qui est Henrique Oliveira ?

© Henrique Oliveira
© Henrique Oliveira

Nous avons déjà croisé ses installations en France. Que ce soit au Palais de Tokyo ou au domaine de Chaumont-sur-Loire, le personnage interpelle via son art. Connu notamment pour ses œuvres « Baitogogo » ou « Transarquitetônica », il s’agit d’un artiste hors pair qui mérite le détour.

En plus d’une vingtaine de distinctions, le natif de São Paulo a à son actif une cinquantaine d’expositions (personnelles ou en groupe) dans le monde. A la fois, peintre et sculpteur, l’artiste né en 1973 garde une écriture unique identifiable de tous.

Dans ses œuvres, Henrique Olivera utilise un matériau répandu dans son pays natal, il s’agit du bois que l’on trouve sur les palissades des chantiers de la cité. Une matière primitive qui devient une œuvre d’art à la puissance exceptionnelle. Les œuvres d’Oliveira interagissent le plus souvent avec l’architecture du lieu de l’exposition dont ils adoptent les configurations. Utilisant quelquefois le collage et tantôt l’assemblage, l’artiste crée des formes organiques spectaculaires dont il émane une telle force que le visiteur a l’impression d’être emporté dans le doux tournoiement de la matière.

Entre architecture et nature

La plus grande installation de l’artiste à ce jour est « Transarquitetônica » l’installation qui a été présentée au MAC (Museu de Arte Contemporanea da Universidade) de São Paulo où à partir de matériaux recyclés, l’artiste questionne le lien entre architecture et nature. Ainsi, à travers des installations en bois qui envahissent le lieu, Oliveira montre comment l’espace intérieur peut être saisi et vécu par le visiteur.

Dans l’art d’Oliveira les multiples potentialités sont conçues pour embrasser l’observateur dans un univers grandiose qui mêle à merveille construction, nature et textures. Comme si toutes les astuces utilisées sont là pour exprimer symboliquement la transformation de l’évolution de l’architecture. Un clin d’œil à une avant-garde brésilienne dont les idées dominent l’ambiance présentée.

Qu’elles soient sous forme de peintures, de sculptures ou des installations, l’art composite d’Henrique Oliveira exhorte à la fois l’urbain et le paysage, il implique aussi curieusement la science , c’est pourquoi ses assemblages paraissent toujours invraisemblables.

Bientôt, nous pouvons admirer l’une des installations de l’artiste dans le Centro Pecci de Prato qui vient d’ouvrir ses portes et dont j’ai récemment parlé: ici.

Le site de l’artiste Henrique Oliveira: ici.

La maison dans la forêt tropicale

© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG

Au sein de la forêt tropicale brésilienne, l’agence d’architecture Studio MK27 (Marcio Kogan) a réalisé une prodigieuse maison en béton qui se distingue par sa piscine sur le toit. Singularité, fonctionnalité et sobriété sont au rendez-vous.

Situé dans l’État de São Paulo, la maison enfouie dans la forêt conçue par Marcio Kogan vaut le détour. Nichée dans une clairière à la végétation luxuriante la villa profite pleinement du paysage pittoresque alentour. Les espaces de vie ont été placés à côté de la piscine, occupant l’étage le plus haut, tandis que les autres niveaux comportent les chambres à coucher et les parties intimes.

Selon son architecte, cette maison a pour objectif d’instaurer le dialogue entre l’architecture et la nature. En effet, en privilégiant la vue sur l’océan ainsi que la disposition du volume vis-à-vis de son environnement, l’homme de l’art a accompli un travail tout en finesse malgré les difficultés de la parcelle, surtout dans l’inscription de la maison dans la pente.

Sobriété et élégance

Tandis que la grande terrasse en bois abritée sous le volume général offre une aire de jeux ombragée pour les enfants, un petit volume recouvert de bois abrite la salle de jeux. A l’intérieur de la cage d’escalier, les murs de béton brut qui dévoilent la texture magique de cette matière sont agrémentés d’une œuvre d’art conçue par l’artiste Olafur Eliasson. L’escalier mène vers six chambres avec balcons qui donnent tous vers la forêt.

Les balcons accueillent des hamacs et se trouvent à l’abri du soleil grâce à l’utilisation des volets pliants en caillebotis. Le dernier étage formée d’une boîte vitrée contient la cuisine, la salle à manger et le salon. L’ensemble est entouré par un patio avec une piscine d’un côté et un petit bain à remous circulaire ainsi qu’un sauna de l’autre. La piscine est partiellement immergé dans le sol mais possède une bordure surélevée  formée de balustrades en verre qui permettent aux nageurs de profiter de la vue.

Marcio Kogan qui a fondé son agence à São Paulo dans les années quatre-vingt continue toujours à faire rêver à travers chacune de ses réalisations. L’architecte, habitué à manipuler le béton aussi bien que le bois, conçoit des projets toujours aussi élégants et intemporels. La maison de la forêt en est une.

© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG

Le site de l’agence d’architecture Studio MK27 (Marcio Kogan) : ici.

Les photos: © Fernando Guerra / FG + SG

A Rio, une école écologique voit le jour

© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti

A Rio, les architectes Ivo Mareines et Rafael Patalano (Patalano Arquitetura) viennent de terminer la troisième phase du groupe scolaire MOPI . Écologie et durabilité sont au rendez-vous.

Situé non loin d’un parc national, dans l’un des coins les plus naturels de Rio de Janeiro, le groupe scolaire MOPI interpelle. Les volumes disposés en forme de U s’ouvrent vers les montagnes et procurent une sensation singulière aux habitués des lieux.

La première phase de l’école a été construite en 2009 où l’on a ajouté une piscine en 2010. Depuis, grâce à l’annexion de plusieurs terrains, l’établissement grandit, double sa taille et il est doté d’un centre sportif. Malgré la construction qui a duré plusieurs années les architectes ont réussi à donner à l’ensemble une allure fluide et cohérente. Alors que la première partie du projet est orientée vers la végétation et la montagne, l’extension occupe la face tournée vers la route. La façade est constituée de panneaux de cuivre pré oxydé et perforées attachés via des poutres de bois stratifié et recyclé, qui sont fixés à la structure en béton.

Le recyclage au cœur de l’ouvrage

MOPI est un équipement dont l’interaction avec la nature ne s’arrête pas au fait de fournir des solutions de planification caractéristiques mais sa profonde approche pour la conception durable vise à limiter son impact sur l’environnement. Parmi les procédés utilisés par le duo d’architectes est l’utilisation du bois façonné d’une manière responsable ou recyclé, les façades perforées permettent ainsi la ventilation naturelle tout en protégeant l’intérieur de la pluie. De même, les sols dans les espaces communes sont fabriqués à partir de caoutchouc recyclé venant de pneus de voiture. L’eau de pluie est récoltée et réutilisée, l’eau chaude est réchauffée par l’énergie produite par les panneaux solaires et les robinets sont dotés des minuteries pour limiter les pertes.

Respectueux de son environnement, le groupe scolaire MOPI est un établissement bien intégré dans son cadre à la fois urbain et naturel. Le projet expose une volonté écologique mêlée à une architecture subtile qui la révèle. Un bon exemple à suivre.

© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti

Les architectes : Mareines + Patalano Arquitetura (Ivo Mareines & Rafael Patalano)

Les photos: © Leonardo Finotti

Au fond de la forêt…

© Atelier Marko Brajovic
© Atelier Marko Brajovic

Au Brésil, dans le cadre idyllique et sauvage du parc national de la Serra da Bocaina, l’architecte Marko Brajovic a réalisé une originale maison qui avec sa structure en métal serait l’interprétation contemporaine de la typologie utilisée jadis par les autochtones (les asurini et les médio xigu). Lé résultat est une délicieuse immersion dans la nature.

Le parc national de la Serra da Bocaina, offre d’extraordinaires excursions à travers la Mata Atlântica ou une multitude de cascades ponctuent le paysage. C’est un lieu magique, à la fois sauvage et reposant où beaucoup d’animaux se sentent en liberté.

Loin du vacarme de la ville, dans cet environnement privilégié l’architecte Marko Brajovic a construit une résidence qui allie l’aluminium et le zinc en un composite d’acier, facilement démontable et constructible ailleurs.

L’Arche

L’intérieur tranche avec l’extérieur, couvert de bois, il donne un sentiment de chaleur à l’ensemble. L’Arche comme aime bien l’appeler son architecte, est constitué de deux chambres, d’une cuisine entièrement équipée qui allie le bois et l’acier et d’une salle de bain ainsi qu’un salon vaste et ouvert qui sert de lieu de rencontre.

Vue sa forme unique, toutes les pièces donnent vers l’extérieur et grâce aux grandes baies vitrées, les occupants ont l’impression de partager amplement cette ambiance unique. L’extérieur est éclairé par des projecteurs LED qui créent une atmosphère singulière surtout une fois la nuit tombée.

Cette maison qui est destinée à être habitée uniquement pour le week-end peut également être utilisée pour de courts séjours par des amoureux de la nature et leurs enfants qui veulent ne serait-ce que pour un moment s’isoler pour renouer avec la vie dans la forêt.

44-2

44-4

44-5

44-6

Le site de l’architecte Marko Brajovic : ici.

Les photos : © Atelier Marko Brajovic

La « Casa Mororó » un joyau en pleine nature

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

Une maison de 65 mètres de long dans la campagne brésilienne ? C’est l’une des remarquables réalisations de l’architecte Marcio Kagan (Studio mk27) située près de 160 km de São Paulo. Conçue comme un hangar, la résidence est une originalité à découvrir.

Des espaces généreuses et confortables

C’est une région montagneuse où les températures dépassent rarement les 20°C. Dans cet environnement sauvage, la villa réalisée par Marcio Kagan attire l’attention. Recouverte de l’extérieur par une tôle ondulée, la résidence possède une extrémité entièrement vitrée qui donne sur une avenante terrasse et une piscine intérieure.

Pour les jours de grand froid, l’architecte a cherché à créer des espaces généreuses et confortables. Le contraste est éloquent entre le bloc de tôle opaque où se nichent le salon et les chambres et la légèreté du tronçon transparent qui abrite la piscine chauffée et le sauna.

Dès le départ, les propriétaires ont demandé une maison qui donne sur le flanc de la colline et qui bénéficie des meilleurs vues. Mais l’architecte a fini par les persuader de construire la maison sur une section inférieure entourée de pins ce qui ajoute l’immersion totale dans la nature.

Pour prévenir la condensation qui brouille la transparence du verre, un système de ventilation a été intégré de sorte que les résidents puissent continuer à profiter du paysage tout en se baignant.

Le bois n’est pas qu’une simple décoration

L’intérieur est vaste, aux lignes épurées et aux détails soignés. Tandis qu’un coin de cuisine et une desserte longent la partie arrière (cachés selon les occasions par un paravent), une grande table qui accueille jusqu’à 16 personnes occupe le coeur de la salle à manger. Le bois donne une présence chaleureuse à l’ensemble un peu comme les chalets traditionnels situés dans les régions montagnardes. Au lieu d’un simple vitrage, une série de portes en verre longent les parois latérales de la maison. De même, par temps froid, les résidents peuvent se protéger à l’aide des volets coulissants en bois.

Pour assurer un processus de construction pas cher et rapide, une grande partie de la structure a été préfabriquée avant d’être transportée sur le site. Les matériaux industriels, de la gaine métallique ondulée jusqu’au cadre en acier, ont été également définis dans la mesure du possible.

A la fois chaleureuse et confortable, avec les diverses contrastes qui y créent une dualité marquée, cette conception de Marcio Kagan est une délicieuse demeure à découvrir sans tarder.

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

Le site de Studiomk27 (Marcio Kogan) : ici.

Les photos : © Fernando Guerra | FG+SG