Au Portugal, Studium signe un espace épuré

© Ivo Tavares Studio

Au Portugal, à Vila Nova de Gaia, l’agence d’architecture Studium Architects gérée par Sérgio Miguel Magalhães vienent de terminer la réalisation d’une salle d’exposition et de vente aux lignes pures et aux textures parfaites.

Le vin, le produit, le contexte, la vue, le paysage…

Comment engager le récit d’un sujet aussi long et diversifié, mais répétitif? Le vin, le produit, le contexte, la vue, le paysage etc… Comment impliquer les valeurs de l’entreprise, au-delà de l’approche typique du récurrent affichage superficiel de valeurs et d’énoncés de mission? Ce sont des questions essentielles auxquelles répond l’architecte avec tact. Tout d’abord, il faut, selon l’homme de l’art, évoquer le côté émotionnel du produit exposé, puis le côté théologique tout en gardant à l’esprit le l’architecture qui devrait contenir le siège de la

L’architecte nous raconte qu’il faudrait tout d’abord, impliquer l’état émotionnel dans lequel nous pouvons nous relier à chaque espace individuel lorsque nous parcourons tout le site. La création d’une promenade continue de proportions infinies allonge l’espace dû soit aux utilisations fonctionnelles qu’il proclame, soit à la disponibilité publique, soit en conservant l’accès privé. Cete attention relie les matériaux, les vues et engage une certaine perspective dans un programme ordonné par ailleurs ennuyeux. « Les ombres sont la touche finale, c’est composer la texture du temps dans un habitat très calme et détendu. » Rajoute l’architecte.

Une belle expérience

Deuxièmement, proposer une vision détaillée et sacrée de la relation entre l’homme et le vin. Une chapelle, un podium, un lieu de culte et de proportions savantes, le tout utilisé comme espace réservé pour évaluer. La pièce la plus importante, au cœur du bâtiment, sacralise, selon l’architecte, résolument l’atmosphère et croise avec l’élégance d’un ensemble robuste agrémenté de détails et du design original de chacun des composants.

Le showroom, est selon son concepteur, élaboré pour être une belle expérience et non une déclaration brutale ou excentrique. « La condition d’usage va plus loin dans la relation émotionnelle entre les humains eux-mêmes. Ce projet est un exercice holistique sur ce que nous nous attendons de l’utilisation de l’espace et ce que l’espace attend en retour. » Souligne l’architecte.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Studium Architects : ici.

Les photos : © Ivo Tavares Studio

www.facebook.com/ivotavaresstudio

Instagram: www.instagram.com/ivotavaresstudio

De l’ancienne chaufferie aux logements

©Jean-Brice Viaud

C’est un programme prodigieux qui a été pris en main par BFV Architectes pour subir une transformation des plus intéressantes. Il s’agit de l’ancienne chaufferie de l’antiquaille à Lyon, devenue aujourd’hui un ensemble élégant constitué de logements et de bureaux.

Une reconversion complète

A Lyon, les architectes de l’agence BFV Architectes ont entrepris un travail de longue haleine à la fois délicat et complexe qui a donné naissance à un projet fonctionnel, utile et pratique.

Le projet consiste en une reconversion complète en logements et bureaux du bâtiment existant sur le site de l’ancienne chaufferie de l’Antiquaille. En effet, ce dernier, conçu par l’architecte Pierre Bourdeix est considéré comme un exemple remarquable de l’architecture rationaliste du XXe siècle. L’édifice en béton croise astucieusement, dès le départ, la simplicité des formes avec la lisibilité des espaces et la robustesse de la structure.

Le travail des architectes est complexe, il s’agit de transformer un grand volume existant, vide, en un ensemble accueillant huit logements, le tout selon une surface de 660m² mais aussi créer un dernier étage de bureau élaboré sur quatre niveaux. Le défi est important. Comment métamorphoser une architecture ancienne sans déformer ? La réponse des architectes est remarquable. A la fois simple et lisible, il s’agit d’un exercice qui a été mené avec adresse. Le travail de réinterprétation respecte l’ancien tout en se projetant vers l’avenir. Certaines gestes sont tout simplement astucieuses, donnons l’exemple des quelques éléments en béton qui ont été reconstitués en bois grisé. De même, tous les éléments structurels ainsi que les éléments de modénature abîmés ont été remplacés par des éléments en bois pré-grisé. Des travaux nécessaires selon les architectes pour pouvoir continuer à faire vivre l’édifice.

Une opération étonnante

L’ensemble situé sur une parcelle stratégique comporte en son sous-sol des empreintes historiques comme la voie Romaine, le cardo decumanus qui occupent les sous-sol des fondations. Malgré le passé glorieux et son emplacement privilégié de grande valeur historique, l’édifice ne bénéficie d’aucune protection au titre des Monuments Historiques. La nouvelle intervention devrait donc rester sur les fondations actuelles tout en accueillant un nouveau programme qui comporte trois niveaux de planchers. Une gageure que les architectes ont relevé avec brio en se servant de planchers métalliques, portés par des poteaux et suspendus à des portiques. Connus pour leur légèreté, les planchers métalliques gardent ainsi intact l’aspect général, dissolvent le problème des charges tout en dotant l’ensemble d’une structure pérenne prête à relever le nouveau défi. Notons par Ailleurs que les architectes ont fait le choix de la démolition de l’auvent et des éléments rapportés tardivement tels que l’ascenseur et l’escalier.

Bien que le bâtiment garde ses airs d’autrefois, nous pouvons constater un certain changement. Aussi subtil que discret, la présence du bois crée une belle mosaïque contemporaine tandis que la nouvelle façade de verre et de métal noir laisse transparaître la nouvelle destination.

Des logements et des bureaux occupent aujourd’hui la place de l’ancienne chaufferie et grâce à l’intervention de BFV Architectes, le bâtiment d’origine a été non seulement préservé mais magnifié. Une opération étonnante qui mérite la reconnaissance.

©Erick Saillet
©Erick Saillet
©Erick Saillet
©Erick Saillet

Le site de BFV Architectes : ici.

Les photos : ©Erick Saillet et Jean Brice Viaud

A Lisbonne, la charmante réhabilitation du restaurant « Marco »

© Ivo Tavares Studio

L’agence portugaise FMJPC Architecture et Design dirigée par les deux architectes Filipa Menino et João Pedro Cavaco vient de terminer la réhabilitation du fameux restaurant « Marco » situé à Largo de Santos. Lignes pures et traits sobres sont au rendez-vous.

Différentes ambiances

Le restaurant «Marco» complètement restauré, cherche à créer différentes ambiances dans les diverses salles à manger. Avec une architecture simple et abordable, l’ensemble, signé de l’agence FMJPC constitue une belle découverte. Les architectes nous racontent que la seule restriction à l’intervention était d’éviter toute modification de l’aménagement existant. Une restriction qui a guidé les choix des architectes vers un univers qui rappelle l’ancien tout en proposant des nouvelles solutions.

L’intervention a pris en compte les trois principes suivants: l’altération et l’équilibre des couleurs existantes et nouvelles, la réorganisation des espaces cuisine et bar ainsi que la conception et la mise en place du nouveau mobilier. « Après avoir soigneusement analysé l’espace existant, la décision a été prise d’utiliser et de conserver les caractéristiques existantes distinctives des pièces. Tels que les colonnes, les arches, les fixations latérales de la table à manger et les finitions sur les murs. Comme la structure des murs et les couleurs se distinguaient dans la pièce principale, il était clair qu’une couleur similaire devait être utilisée sur de larges surfaces de la pièce, sur les plafonds et les conduits de ventilation. » Racontent les architectes. Ainsi, sur les caractéristiques uniques de la salle, il a été proposé d’utiliser les couleurs de la marque du restaurant pour créer un contraste visuel et relier la pièce. Les tissus, les meubles, l’escalier et le comptoir principal sont un exemple de cette utilisation de la couleur.

Raviver l’existant

Pour assurer la connectivité entre les pièces, les couleurs de l’escalier sont reproduites sur une grande plinthe au premier étage. Cette dernière contribue à protéger les murs et à créer une harmonie entre les différentes pièces. Afin d’organiser l’espace bar et le flux des clients, le propriétaire des lieux a demandé d’intégrer et de concevoir un bar sur mesure avec rangement fixe. Ainsi, le mobilier fixe proposé répond au besoin de rangement et aide à séparer les espaces publics et privés. « Il était crucial de relier et d’équilibrer les matériaux, les caractéristiques et les couleurs existants avec les détails et le mobilier proposés. Ceci a été réalisé en remplaçant les écrans de table, les tables, l’éclairage et les sièges existants. » Soulignent les architectes. Des parterres de fleurs à côté des tables à manger fixes et des murs végétalisés ont également été proposés dans les chambres. Filipa Menino et João Pedro Cavaco ont conçu un projet cohérent qui a su raviver l’existant. Une réalisation à découvrir sans tarder !

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de l’agence FMJPC : ici.

Les images : © Ivo Tavares Studio

Facebook: www.facebook.com/ivotavaresstudio

Instagram: www.instagram.com/ivotavaresstudio

La Casa MF, sobriété, élégance et grâce

© Fernando Guerra | FG+SG

Au Portugal, les architectes de l’agence Spaceworkers qui ont réalisé la Casa MF nous racontent que le grand défi de ce projet était de s’adapter aux divers exigences du client qui souhaitait une maison en forme de «L». Le résultat est tout simplement charmant.

Un monolithe irrégulier

« Développer une identité originale et trouver une réponse à cette demande, a été la principale inspiration de la démarche adoptée de manière quasi imperceptible. » Déclarent les architectes qui ont accompli un travail tout en finesse. La distribution des espaces, avec clarté et rationalité, sans l’évidence morphologique cachée dans le mouvement tenu des éléments qui accompagnent les deux rues, engendre une volumétrie qui participe à la formation d’un projet conforme aux demandes des propriétaires.

Les façades principales de ce monolithe irrégulier sont en béton apparent avec un coffrage en bois. Elles sont composées d’une succession de volumes opaques, bruts et hermétiques qui ferment la maison au monde extérieur. Pour l’intérieur du terrain, le volume est découpé afin de profiter de la lumière et du jardin, assurant l’intimité face à la rue. Le programme de la maison est réparti sur une série de volumes consécutifs, comme dans un jeu de pièces encastrées, presque ludique. Chacun des entités présente différentes fonctions, hauteurs et profondeurs créant une dynamique spatiale unique et mettant l’accent sur une nouvelle lecture d’une maison en forme de «L».

Les architectes ont créé de nouvelles relations visuelles entre le plein et le vide mais aussi entre les espaces privés, semi-privés et la vue sur l’espace central du jardin où se trouve également la piscine. Le projet pour un couple avec deux enfants est, selon Spaceworkers, une ode à l’intimité du résident. De l’extérieur, le côté nord de la maison est obscur et fermé. En effet, depuis la rue, il n’est possible d’identifier que deux ouvertures (l’une mesurant 5 mètres de haut) pour voir le ciel et l’autre depuis les chambres menant à la cour intérieure. D’autre part, le reste de la lumière est apporté par l’organisation intérieure du volume qui éclaire la maison d’un bout à l’autre, elle est liée aussi bien au jardin qu’à la piscine. L’accès principal à la maison est marqué par un énorme volume en porte-à-faux qui lévite au-dessus de l’entrée, avec une hauteur sous plafond imposante qui priorise le volume d’accès vis-à-vis de l’ensemble du monolithe. Ce bloc suspendu contraste avec un grand plan de verre qui relie subtilement, légèrement et d’une manière équilibrée l’extérieur avec la vue sur le jardin. A côté de l’entrée et à proximité de l’espace commun, il y a une étude utilisée pour les réunions fréquentes des propriétaires, étant un espace semi-public, préserve soigneusement l’intimité de la famille.

Un jeu géométrique audacieux et texturé

Un espace polyvalent a été conçu pour les plus jeunes, il est actuellement utilisé comme salle de jeux, avec la particularité que l’entrée lumineuse se trouve au même niveau du sol, permettant ainsi de voir le jardin lorsque les enfants sont assis en train de jouer. Et à l’avenir, lorsque l’espace sera utilisé comme une salle d’étude, cette entrée lumineuse ne se considèrera plus comme une distraction. Les quatre salles sont continues avec un accès indépendant au jardin et à la piscine, entretenant la relation intérieur / extérieur sans exposer ses utilisateurs. Les salles de bains, quant à elles, sont éclairées de lumière zénithale grâce à 3 puits de rectangulaires de lumière présents dans 3 chambres. Les placards accompagnent le jeu volumétrique de la maison suivant les différentes échelles et les hauteurs de chaque bloc.

Dans la suite parentale, deux volumes d’échelles différentes sont rejoints par un petit patio intérieur qui apporte un peu de nature à la maison et accompagne la transition entre la chambre principale, la salle de bain et le dressing. Le seul espace éloigné du reste s’ouvre sur la piscine et est stratégiquement positionné pour obstruer et minimiser la relation visuelle avec la maison voisine. L’espace extérieur et la piscine sont protégés par ce volume qui cache la vue sur le salon et le jardin et les voisins. L’intimité créée a donc un effet sur les deux maisons. Le résultat est un jeu géométrique audacieux et texturé, avec différentes hiérarchies qui sont structurées de manière sophistiquée et améliorent l’interaction et l’intimité des habitants, en préservant toujours une relation harmonieuse avec l’environnement.

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

Le site de Spaceworkers : ici.

Les photos : © Fernando Guerra | FG+SG

LA Garage, une architecture en mouvement signée SRG Partnership

© Andrew Pogue

A Beaverton, dans l’Oregon, le siège mondial de Nike constitue un lieu singulier à l’architecture étonnante signée SRG Partnership. Baptisé LA Garage, l’ensemble, de 409 000 pieds carrés comprend un centre d’activités pour les personnes qui arrivent sur le campus.

Une architecture unique

« Arriver à la table sans idées préconçues a contribué à faire de l’innovation une réalité », note Jeff Yrazabal, directeur principal de l’agence SRG Partnership. La conception rompt avec la masse typique de la structure du parking, offrant des possibilités de lumière du jour et créant un espace entre deux. Il s’agit d’une cour couverte publique creusée au centre du bâtiment qui encourage les rencontres fortuites, les rassemblements occasionnels et la collaboration.

Entourée de trois côtés de verre rétroéclairé montrant des athlètes olympiques emblématiques, la cour fait face à la garderie du campus. Les employés et leurs enfants peuvent découvrir des éléments ludiques intégrés à la conception, comme une glissade dans la cour, des pyramides caoutchoutées, une poutre d’équilibre et une piste de course. De plus, des vélos sont fournis pour connecter facilement les personnes présentes dans l’espace au campus.

« C’est un endroit où les gens sont introduits sur le campus pour la première fois », note Yrazabal. « C’est là que les employés commencent et terminent chaque journée, de sorte que l’expérience doit être quelque chose de spécial … non seulement dans la structure du parking, mais dans tous les espaces extérieurs et les espaces entre les bâtiments. » LA garage ne ressemble pas à un garage ni à un autre local. Son architecture est unique, ses lignes sont bien dessinées et ses couleurs maîtrisées.

Une expérience plus facile et mémorable

L’architecte nous explique : « Le concept était plutôt d’avoir une grande structure massive, nous avons commencé à séparer la structure en plusieurs bâtiments à plus petite échelle pour créer à la lumière naturelle, des opportunités de pénétrer dans l’ensemble. Cela a créé tous ces grands espaces entre deux. Nous avons réfléchi pour trouver des moyens et des moments où nous pourrions décomposer l’échelle du bâtiment et nous concentrer sur tout l’aspect du mouvement et de l’expérience … pour créer quelque chose de spécial. Cela a ouvert la voie au fonctionnement en tant que lieu pour des événements spéciaux, un moyen de créer des espaces qu’ils n’ont pas sur le campus pour le moment. » Le résultat est un endroit où des centaines de personnes peuvent se rencontrer et se rassembler. C’est une valeur ajoutée que la structure du parking apporte au campus à plus grande échelle. Incarnant le thème du mouvement, qui est la clé de la culture du design du propriétaire des lieux, les murs extérieurs sont inclinés pour donner à la peau élaborée du bâtiment en panneau métallique perforé et en verre une qualité dynamique tout en dissimulant les voitures à l’intérieur. L’alignement des panneaux selon un motif le long d’une grille diagonale crée une sensation d’inclinaison, ce qui donne l’impression que le bâtiment est prêt à bondir vers l’avant. La superposition des éléments de façade assure à la fois une ventilation naturelle et ajoute au dynamisme du garage.

Le thème du mouvement a également inspiré la conception du site, qui intègre des éléments de programme sportifs et fonctionnels qui célèbrent l’interaction, l’activité, la forme physique et un mode de vie sain. L’orientation est exprimée en éléments de circulation de couleur orange pour les voitures et les personnes. Les accès prononcées agissent comme des portails pour créer une expérience holistique d’entrée, de circulation et de sortie du garage. Maximisant cet espace abritant 1130 voitures avec sécurité et efficacité, des passerelles séparent les piétons des conducteurs et guident les piétons vers la cour. Chaque niveau est thématisé avec des graphiques et des couleurs pour une équipe sportive différente, renforçant le concept général et faisant de l’orientation une expérience plus facile et  mémorable.

© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue

Le site de SRG Partnership : ici.

Instagram: @srgpartnership

Les photos : © Andrew Pogue

Instagram: @poguephoto

Architecte: SRG Partnership ; Maître d’oeuvre: Hoffman Construction; Ingénieurie Structure: KPFF Consulting Engineers; Ingénierie électrique: PAE Consulting Engineers; Ingénieurie Civil: WH Pacific; Paysagisme: PLACE Studio; Eclairage: Luma

Au Japon, Hikokonishi Architecture INC. réalise un projet harmonieux

© Nacasa & Partners Inc.

Au Japon, à Hokkaido, l’architecte Hikohito Konishi (Hikokonishi Architecture INC.) vient de terminer la réalisation d’une boutique-bibliothèque qui allie sobriété et élégance.

Un fort contraste avec la verdure

L’architecte nous raconte que la firme Tsutaya Books a confié à son agence la conception du vingtième magasin d’entreprise depuis sa restructuration, situé dans la ville d’Ebetsu, à Hokkaido, le site est adjacent à la promenade Four Seasons, un sentier piétonnier paysager, qui fait face à une zone boisée connue par ses nombreux grands arbres. Avec un concept de magasin « une bibliothèque dans les bois », l’objectif était de créer, dès le départ, un espace confortable pour les clients.

« Afin de réduire le volume de la structure de 140 mètres de long, nous l’avons divisée en trois blocs et cinq zones avec une disposition en quinconce. Les blocs forment un ensemble cohérent efficace pour attirer plus de personnes. » Souligne l’architecte. En effet, la finition des façades est réalisée avec des briques de trois entreprises locales, créant un fort contraste avec la verdure environnante. « Nous nous attendons à ce que les briques vieillissent magnifiquement, ainsi que les panneaux de ciment extrudé sur les côtés des bâtiments. »

Culture, vie, nourriture

Les trois blocs se voient attribuer les thèmes respectifs comme celui de la culture, de la vie et de la nourriture, et leurs intérieurs sont configurés pour offrir des vues encadrées de la forêt ainsi qu’un sentiment d’unité. Les briques produites localement, les sols en béton, les cadres en acier apparents et les meubles en bois et en acier contribuent à l’atmosphère paisible, tout comme la conception de l’éclairage.

Le magasin accueille près de 50 événements chaque mois et plus de 500 tout au long de l’année, jouant un rôle qui va bien au-delà de celui d’un bâtiment public typique. Ce n’est pas seulement un établissement commercial vendant des livres, des DVD entre autres, mais également  un lieu qui s’efforce de créer et de nourrir la culture locale. Cela résonne avec l’engagement du fondateur de la société à créer des lieux de rassemblement et avec le concept de librairie «slow life» à Hokkaido nous apprend son architecte.

© Nacasa & Partners Inc.
© Nacasa & Partners Inc.
© Nacasa & Partners Inc.
© Nacasa & Partners Inc.
© Nacasa & Partners Inc.

Le site de Hikokonishi Architecture INC. : ici.

Les photos : © Nacasa & Partners Inc.