L’architecture peut elle être un exutoire?

© Michael Sieber

C’est un projet de réhabilitation mais aussi un hymne à l’architecture que Giacomo Garziano, le fondateur de l’agence d’architecture néerlandaise GG-loop, adresse à sa maison familiale. Il s’agit d’un univers singulier qui, malgré sa fantaisie, trouve sa place à Altamura, une commune typique du sud d’Italie.

Deux mouvements en un

Le projet est composé de deux parties : Gentle Genius qui concerne l’extérieur de la bâtisse et Infection qui se concentre sur l’intérieur. Selon l’architecte, les deux parties correspondent à deux mouvements différents. Tout d’abord l’observation, qui touche l’extérieur et puis l’action qui met en avant l’intérieur.

Dans cette ville du sud de l’Italie et dans le but de prendre conscience de l’état critique de certains édifices, l’architecte réussit un grand pari. Se référant sans cesse à l’urbanité chaotique qui la compare à une partition de musique, Giacomo Garziano habille les murs extérieurs de l’ancienne résidence familiale. Ainsi, la façade du Gentle Genius croise des formes lisses mais aussi pointues en faisant un clin d’œil à l’histoire de la famille qui a connu tantôt la joie, tantôt le drame.

L’architecture peut elle peindre un état d’âme ?

L’architecture peut elle peindre un état d’âme ? Il faut y croire. Selon l’architecte, les séquences de joie extrême ou encore de profonde tristesse que l’on trouve aussi dans l’album de King Crimson peuvent exister en architecture. Ainsi, la couleur rouge de la façade de la maison peut exprimer la sensation de rage, la folie mais aussi la passion, tandis qu’à l’intérieur, le bleu peut s’apparenter à la solitude, au calme et à la tristesse.

L’extérieur plus rude à l’image d’un bouclier protecteur, porte selon l’architecte l’histoire du roi venant purifier l’intérieur, toujours en référence à l’album de King Crimson, qui influence le travail architectural même dans les moindres détails. Ainsi, l’intérieur cherche à générer une nouvelle vie, à recréer un équilibre positif dans un espace longtemps abandonné. De ce fait, l’architecture se déploie, telle une symphonie, pour déchaîner les passions et apporter la nouveauté.

Le projet The Seed Of Time a été ouvert en octobre 2015, avec une performance immersive du collectif d’art Elephants and Volcanoes. Les visiteurs ont été guidés à travers l’espace sculptural par la présence de qutre acteurs. Une intervention culinaire, une performance de danse, des installations sonores et des costumes ont transporté le visiteur dans une réalité parallèle où le passé, le présent et le futur se fusionnent pour modifier la perception et ouvrir de nouvelles voies de perspective.

© Michael Sieber
© Michael Sieber
© Michael Sieber
© Michael Sieber
© Michael Sieber

Le site de GG-loop : ici.  

Les photos: © Michael Sieber

FORO Studio réalise les nouveaux concept stores de Parah à Vérone et à Forte dei Marmi

Parah Forte dei Marmi © Francesco Romeo

Les deux boutiques innovantes et raffinées, situées à des endroits stratégiques tels que Vérone, ville d’art et attraction touristique incontournable, et Forte dei Marmi, destination de luxe internationale, sont les premières intervention de FORO Studio pour la célèbre marque italienne.

FORO Studio incarne un concept nouveau où cinq professionnels milanais, travaillant dans le domaine du design, associent leurs compétences uniques pour créer des projets exclusifs et sur mesure. Claudia Oldani, chargée de projet avec des compétences techniques et une créativité impulsive, Alessandro Pennesi, le « théoricien » de l’entreprise, Giuseppe Ponzo, le responsable de la planification stratégique, Fabio Romenici, le concepteur d’intérieurs et Salvatore Ponzo, le directeur de la création et architecte polyvalent, sont les cinq piliers de ce groupement extraordinaire et original.

La direction artistique, l’identité de marque et l’architecture intérieure ne sont que quelques-uns des principaux domaines opérationnels que FORO Studio développe et réalise à travers une approche innovante et multidisciplinaire.

Un charme sophistiqué et accueillant

L’attention portée à l’utilisation de matériaux écologiques et à la pointe de la technologie, ainsi que l’application de stratégies en dialogue constant avec le client, vise à créer une image unique donnant corps et âme à chaque projet, toujours à la recherche de capacités cognitives, émotionnelles et sensorielles. expériences afin de dialoguer avec les gens.

l’architecture des nouvelles boutiques de Vérone et Forte dei Marmi de la marque Parah va également dans le sens de cette tendance. Le projet se concentre sur les points d’identité de la marque, tels que l’exclusivité, le luxe et la féminité. La palette des couleurs, les matériaux et le nouveau système d’ameublement distinguent la marque et donnent aux deux boutiques un charme sophistiqué et accueillant, adapté à une expérience contemporaine. De même, les éléments structurels et décoratifs dialoguent et s’adaptent à la promotion et à la vente.

Le concept des boutiques s’inspire de la mode internationale, dont la marque fait naturellement partie. Pour arriver à ce résultat, l’agence FORO a choisi de jouer avec les contrastes. Le résultat est tout simplement extraordinaire.

La boutique de Vérone

Le périmètre de la boutique est recouvert de panneaux rembourrés, habillés d’un tissu effet daim rose pâle et divisés en bandes verticales qui rythment le lieu. L’environnement feutré présente une allure intime et réservée, adaptée à la catégorie de produits à vendre. Le type de tissu confère au lieu un attrait sophistiqué, tandis que sa teinte rose fait référence à la couleur de la peau nue.

De cette façon, l’expérience d’achat rappelle un sentiment de naturel et de calme.
Le tissu sur les murs crée un joli contraste avec le granit et le marbre à grain fin, lié par un béton blanc à haute résistance. Les présentoirs verticaux se dotent d’une structure de support en acier de couleur ivoire, qui supporte les tiroirs et les vitrines laquées roses. De plus, un groupe de caissons lumineux en polycarbonate alvéolaire translucide couronne ces structures. Ce sont de véritables machines optiques qui jouent avec la lumière émise de l’intérieur et créent des effets particuliers.

La boutique de Forte dei Marmi

L’emplacement prestigieux et la taille réduite de la salle invitent à jouer avec l’idée d’un coffre au trésor. Comme si la boutique était le coffre à bijoux et les maillots de bain les bijoux.

La boutique s’ouvre sur une forme en demi-cercle, entièrement recouverte de velours, qui accueille le visiteur dans une ambiance chaleureuse. Au milieu se trouve un mur en led sur lequel sont affichées des images des défilés de mode et d’autres contenus visuels liés à la marque.

Les présentoirs se dotent de tubes cylindriques de couleur ivoire, des tiroirs laqués en rose et de caissons lumineux. Au centre de la salle, un écran monolithique contraste avec la légèreté du plateau en verre soutenu par une structure tubulaire légèrement métallique. A l’étage inférieure se trouvent les vestiaires qui sont séparées de la pièce principale par une salle d’attente filtrante. L’ensemble respire l’élégance.

A noter que le projet a reçu le  German Design Award 2019, l’IF Design Award 2019 ainsi que le Best Project 2018 d’Archilovers.

Parah Forte dei Marmi © Francesco Romeo
Parah Verona © Francesco Romeo
Parah Verona © Francesco Romeo
Parah Verona © Francesco Romeo

Les photos : © Francesco Romeo

Le site de FORO Studio : ici.

Un petit hôtel de charme à Santorin

© Stale Eriksen

En Grèce, sur l’île de Santorin, les architectes de k-Studio ont réalisé un hôtel de charme avec une vue exceptionnelle sur le large. De couleur blanche, les diverses entités se superposent et se rencontrent pour former un ensemble cohérent à la fois fonctionnel et plastique.

Une architecture unique

Le souhait du propriétaire était la conception d’un petit hôtel sur un site spectaculaire en bordure du volcan de Santorin. Le projet a été mené par l’agence grecque établie à Athènes k-Studio.

Selon les architectes, le propriétaire, originaire de l’île, avait une vision et une détermination qui ont conduit le projet de bout en bout et ont donné aux architectes l’occasion de pousser le concept et sa réalisation jusqu’à ses limites, dans tous les sens du terme. Il en résulte une architecture à la fois unique et spectaculaire qui répond aux différentes exigences du propriétaire des lieux tout en faisant un joli clin d’œil à la tradition architecturale de Santorin.

L’inclinaison abrupte du site, appelait, dès le départ à des solutions innovantes. Ces dernières devaient répondre aux problèmes de circulation et d’aménagement, tout en assurant aux utilisateurs des lieux des vues ainsi que des panoramas spectaculaires. Le programme contient trois villas compactes et dynamiques qui prennent une forme sculptée et se juxtaposent au bord du chemin composé de roche volcanique et des murs de soutènement.
Traditionnellement, les maisons des villages grecques sont petites et étroites. Pour offrir une expérience haut de gamme, l’ambition des architectes était de créer de l’espace pour les invités tout en leur assurant le plus d’intimité possible. La rénovation de la villa troglodyte d’origine a conservé son plan caractéristique, composé de trois pièces, l’ensemble s’ancre dans le rocher.

Révéler les sensations fortes du site

« Parfaitement sculptés dans la montagne, les courbes des plafonds voûtés adoucissent les ombres en supprimant les lignes nettes et en les fondant dans l’espace plus sombre situé à l’arrière du plan. La façade et la lumière sont exploitées, mais l’espace plus frais et plus sombre invite les visiteurs à s’échapper de la chaleur accablante qui règne à l’extérieur. » Racontent les architectes qui soulignent par ailleurs que cette villa est située au-dessus des deux autres nouvellement construites. Ces dernières coupent le plan linéaire en deux, s’empilant les unes sur les autres, de sorte que chaque villa présente un niveau supérieur qui comprend les divers espaces de vie ainsi qu’un étage inférieur où se trouvent la partie nuit. a disposition adoptée par les architectes permet une très grande luminosité aux trois villas tout en assurant aux utilisateurs un spectaculaire panorama. Ainsi, chaque entité se dote d’un point de vue unique pour admirer le coucher de soleil.

Les architectes racontent que les deux forces motrices de leur concept étaient la roche volcanique et l’architecture vernaculaire. Selon eux, ils souhaitaient révéler les sensations fortes du site tout en garantissant aux utilisateurs le confort, l’intimité et le style de vie décontracté. C’est pourquoi, ils ont travaillé avec « la roche volcanique naturelle pour couper des itinéraires à travers le site et en conserver les limites, ainsi qu’avec du bois calciné et du métal noirci pour mettre en valeur le pouvoir de la nature dans les villas. »

Les courbes douces, la couleur blanche immaculée due à l’utilisation de la chaux blanche, les diverses finitions en pierre plus claires, entre autres constituent d’importants détails qui créent un équilibre entre fraîcheur et calme des intérieurs. La roche volcanique noire et les finitions brûlées s’opposent aux courbes blanches froides et aux textures délavées apaisantes pour former un ensemble remarquable qui pousse à la découverte.

© Claus Brechenmacher
© Stale Eriksen
© Stale Erikse
© Stale Eriksen
© Mirto Latropoulou

Le site de k-Studio : ici.

A noter que Vora Villas a remporté le prix du « meilleur complexe hôtelier » de AHEAD Europe Award, 2018.

A Porto, un séduisant immeuble résidentiel signé dEMM arquitectura

© José Campos Photography

Au Portugal, à Porto, l’agence d’architecture dEMM arquitectura a réalisé un immeuble résidentiel qui se caractérise par son emplacement ainsi que son allure. Élégance et sobriété sont au rendez-vous.

Des unités avec vue

Baptisé 429 FOZ HOUSING®, le projet résidentiel est situé au 429 rue de Gondarém, à Porto. L’ensemble a été conçu et réalisé par l’agence d’architecture deEMM arquitectura
basée à Oporto et dirigée par Paulo Fernandes Silva qui a travaillé en collaboration avec Diana Fernandes Silva et Isabela Almeida Neves.

Le 429 Foz Housing est un immeuble résidentiel constitué de quatre appartements et de cinq étages. Situé à Porto, dans la région de Foz do Douro, l’ensemble est orienté est / ouest et s’insère dans une charmante zone urbaine qui se trouve non loin de l’océan Atlantique.

L’immeuble est mitoyen, il se glisse dans une interstice urbaine hétéroclite constitué de maisons traditionnelles mais aussi d’immeubles de plusieurs étages. Les accès au bâtiment se font côté est par la rue Gondarém où donnent également les chambres à coucher. Tandis que la cour arrière est orientée vers l’ouest, où se situent les espaces sociaux comme le salon et la chambre à coucher.

De couleur sombre

La cour qui se rapporte aux édifices voisins offre une vue partielle sur la mer. La conception des balcons oriente l’encadrement visuel vers l’océan Atlantique. La rue Gondarém contient principalement des bâtiments résidentiels avec des façades continues et des arbres feuillus. C’est pourquoi, les architectes ont ajusté la volumétrie du projet à celle délimitée par les bâtiments contigus.

En ce qui concerne le langage de conception, les architectes soulignent qu’ils ont exploré un visuel de contours fins, constituant le matériau principal de la couleur sombre. Ainsi, le résultat constitue un doux mélange de béton coloré avec une texture qui s’étend jusqu’aux éléments en bois et à la végétation de la façade.

A Porto, la réalisation signée de dEMM arquitectura se démarque de ses voisins tout en constituant un charmant ensemble résidentiel où il fait bon vivre.

© José Campos Photography
© José Campos Photography
© José Campos Photography
© José Campos Photography

Le site de deMM : ici.

Les photos : © José Campos Photography

Deux expositions en une à Lafayette Anticipations

© Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris

Après avoir présenté Simon Fujiwara, l’artiste en solo qui s’est approprié les trois étages de Lafayette Anticipations, nous voilà devant une autre formule. Un combiné de trois artistes qui occupent les espaces de l’établissement. Deux expositions en une qu’il faut impérativement aller voir jusqu’au 28 avril 2019.

Passer-by 

Les deux premiers étages de la Fondation d’entreprise Lafayette sont occupés par la designer Beca Lipscombe et l’artiste Lucy McKenzie qui forment ensemble l’Atelier E.B et présentent l’exposition « Passer-by » qui  vient d’ouvrir ses portes le 21 février 2019. 

L’exposition propose aux visiteurs un doux plongeon dans le milieu de la mode et de l’art contemporain. En effet, les deux artistes écossaises ont associé leur intérêt pour l’ornement et l’histoire du motif pour créer il y a douze ans un label de mode intitulé Atelier E.B.. Certains connaisseurs reconnaitront des créations que le duo a déjà présenté en 2018à la Serpentine Galleries de Londres. L’exposition de Lafayette Anticipations devient ainsi comme la suite de celle de la capitale anglaise sauf qu’à Paris le contenu a été repensé et le public aura le plaisir de découvrir de nouvelles productions.

Commençons par le titre de l’exposition, « Passer-by », qui selon les instigatrices du projet, « fait référence à une vision élargie des consommateurs de mode, ne se réduisant pas aux particuliers qui achètent des vêtements mais évoquant tous ceux et celles qui pratiquent le lèche-vitrine et s’intéressent à la mode à travers les livres, les magazines, les expositions et autres supports. » Une nouvelle manière d’aborder la mode ? Probablement parceque le résultat est assez élogieux. En effet, le visiteur se balade au sein de l’établissement comme s’il se baladait en ville, parfois il s’arrête devant une vitrine où il découvre des nouveautés mais aussi s’imprègne du lieu. Ce dernier a été organisé d’une manière atypique, il s’agit d’une configuration spéciale de l’espace central qui reprenant des éléments originaux de l’escalier monumental Art Nouveau des Galeries Lafayette. Cet escalier a été retiré des fameux magasins pour des raisons spatiales. Avec cette exposition parisienne, c’est un bout de l’histoire qui ressurgit.

La première exposition française de Beca Lipscombe et de Lucy McKenzie croise malicieusement la création contemporaine, l’histoire de la mode et la muséographie. Le visiteur découvre en premier lieu un vrai showroom réalisé sur mesure pour exposer leur dernière collection « Jasperwear » qui comprend entre autres des pulls, des manteaux, des bijoux, pour présenter ensuite un impressionnant ensemble d’archives appuyé par des recherches poussées sur le rôle du mannequin de la sculpture antique jusqu’aux vitrines des grands magasins. On retrouve parmi diverses photographies d’époque, les plans de l’Exposition internationale des arts et techniques de 1937 édités par les Galeries Lafayette, La visite se termine avec une série de compositions artistiques d’artistes contemporains qui ont travaillé sur les mêmes sujets abordés.

Réunissant les œuvres d’une multitude de créateurs, l’exposition « Passer-by » non seulement met en scène la démarche d’Atelier E.B en matière de recherche, de collaboration ou de production, mais elle constitue une belle vitrine qui régalera les nostalgiques mais aussi tous les autres visiteurs.

Fortune 

Le dernier étage de Lafayette Anticipations présente, quant à lui, une œuvre unique, celle de l’artiste Camille Blatrix. Intitulée « Fortune », l’installation qui vient d’ouvrir au public en même temps que « Passer-by » reste jusqu’au 28 avril 2019.

A mi-chemin entre sculpture et objet manufacturé, le travail de Camille Blatrix interroge le visiteur. Ce dernier découvre une œuvre unique qui malgré sa taille remplit l’espace. L’objet sculpté par Camille Blatrix dans les ateliers de Lafayette Anticipations croise astucieusement le bois, le métal et le plastique. « J’ai toujours aimé travaillé avec le bois de poirier, il a quelque chose d’intemporel » Souligne l’artiste. A la fois poétique et abstraite, l’installation hétéroclite qui oppose certains éléments de facture industrielle à d’autres réalisés manuellement, confère à l’ensemble une caractéristique unique.

Au centre du troisième étage de la Fondation se place ainsi une sculpture énigmatique qui selon l’artiste « perturbe l’espace et le dérange ». Dans cet univers conçu de métal et de verre, la présence d’un élément étranger qui peut rassembler en un même lieu une succession d’éléments fondamentaux de la vie comme l’eau, le feu ou encore l’air donne l’indice d’une possible présence. Mais ce qui sort de l’ordinaire c’est l’emplacement choisi par l’artiste pour son œuvre. Tandis que le visiteur attend à une œuvre unique mise en exergue au milieu de cette pièce ouverte sur le ciel, Camille Blatrix pose son œuvre à même la vitre donnant sur la cour intérieure voisine, un moyen qui incite à imaginer  au-delà de l’œuvre? Probablement. Toujours est-il que les avis sont partagés, certains voient cette disposition comme une intéressante ouverture vers le futur tandis que d’autres peuvent évoquer un possible déclin. D’ailleurs l’artiste, affiche une certaine satisfaction aux divers propos envisagés.

Pour sa première exposition institutionnelle parisienne, Camille Blatrix, qui a été invité à occuper le « ciel » de Lafayette Anticipations, conçu par Rem Koolhaas, propose une œuvre singulière qui incite à la réflexion. Une installation à voir pour tous !  

© Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris
© Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris
© Pierre Antoine / Lafayette Anticipations, Paris

A noter que l’entrée à toutes les expositions de Lafayette Anticipations est gratuite.

Casa Diagonale, le petit cocon où il fait bon vivre

© Piano B Architetti Associati

Dans la capitale italienne, l’agence d’architecture Piano B Architetti Associati a livré en 2018 un charmant projet. Il s’agit de la réhabilitation d’un appartement de 60 m² que les architectes ont accompli avec tact pour un résultat enchanteur.

Un espace de qualité

Le projet consistait, dès le départ, à offrir à une jeune famille un espace de qualité tout en prenant compte de leur budget limité. Sans oublier la forme irrégulière de l’appartement et son emplacement vis-à-vis de la rue, des données qui rendait la tâche des architectes plus complexe.

Cependant, en étudiant minutieusement l’ensemble, les architectes ont mis à profit les diverses difficultés pour les transformer en opportunités. Ainsi, la nouvelle organisation a permis d’obtenir une zone de nuit à la forme aussi régulière que possible. Pour ce faire, les architectes ont transformé l’irrégularité de l’ensemble un espace ouvert où se toutes les fonctionnalité comme l’entrée, la salle à manger, la cuisine ainsi que le salon.

Un univers sobre et épuré

Dans cet univers à la fois sobre et épuré, plusieurs points retiennent notre attention. Citons par exemple le contraste entre d’une part la structure porteuse du bâtiment en béton brut et d’autre part la bibliothèque en sapin naturel. Le dialogue du béton et du bois est de plus bel effet et les différents détails semblent bien s’accorder.

Le bois de la bibliothèque se croise avec le parquet et la couleur blanche des murs pour offrir une délicate touche chaleureuse, tandis que les poteau de béton brut apportent une certaine radicalité. A la fois simple et recherché, le nouveau visage taillé sur mesure de l’appartement semble répondre aux diverses exigences du lieu mais aussi de ses habitants. A Rome, c’est un petit cocon où il fait bon vivre grâce à l’intervention de Piano B Architetti Associati !  

© Piano B Architetti Associati
© Piano B Architetti Associati
© Piano B Architetti Associati

Le site de Piano B Architetti Associati : ici.

Les photos : © Piano B Architetti Associati 

En Chine, une impressionnante rénovation signée Kokaistudios

© Seth Powers

C’est un projet d’architecture et d’intérieur conçu par l’agence Kokaistudios et sur mesure pour l’un des plus importants fournisseurs de mode Haute Couture de Chine, la Grace Chen. Créativité, élégance et éclectisme sont au rendez-vous.

Le savoir-faire et les détails complexes

L’agence d’architecture Kokaistudios vient de terminer la rénovation d’une ancienne villa datant des années 1920, située au cœur de l’ancienne concession française de la ville de Shanghai et l’a transformée en maison de la marque de haute couture Grace Chen.

Comprenant une salle d’exposition, une galerie, des cabines d’essayage, des bureaux, une bibliothèque, une cuisine ouverte ainsi qu’une suite VIP pour une expérience complète, le projet constitue une étape clé dans le développement de la marque ainsi qu’un symbole de sa croissance.

La créatrice de mode, Grace Chen, a demandé aux architectes de Kokaistudios de transformer une ancienne villa de style espagnol en une élégante maison conçue pour incarner sa marque. Mettant l’accent sur le savoir-faire et les détails complexes ainsi que sur un style enraciné dans la culture chinoise mais résolument moderne, les architectes ont essayé de trouver un esprit semblable au personnage que doit incarner le lieu. « Notre point de départ et notre inspiration pour la conception du projet provenaient des vêtements magnifiques et complexes de Grace Chen. Nous avons développé un projet intemporel, élégant et moderne qui contraste et complète le design classique de la villa elle-même. » Racontent les architectes.

Valoriser les éléments originaux

La réalisation est située à Huashan Lu, dans l’un des quartiers les plus plaisants de Shanghai. Les architectes ont été mandaté pour l’architecture mais aussi pour transformer l’intérieur de la villa. A savoir que cette dernière a été partiellement modifiée au fil du temps. De même, Kokaistudios a complètement repensé les espaces verts afin de créer un espace de vie pouvant accueillir de petits défilés de mode. Le programme comprend également un nouveau pavillon en verre ainsi qu’un espace événementiel dans le jardin.

L’entrée de la villa est marquée par un grand portail sculptural en métal tissé de couleur noir et bronze, inspiré d’une des conceptions de Grace. Une fois la porte franchie, le visiteur se trouve dans les jardins dotés d’un sol en pierre blanche martelée à la main, d’éléments aquatiques apaisants et d’une végétation luxuriante centrée autour du cube de verre. L’ensemble est conçu pour présenter à la fois les dernières créations de l’artiste et devenir également un lieu d’exposition temporaire pour d’autres artistes et designers. Juste après l’espace événementiel se trouve la cuisine ouverte sur une salle à manger en plein air mais ombragée.

Les architectes se sont lancés dans une restauration architecturale du bâtiment qui valorisait les éléments originaux de la villa, notamment les portes-fenêtres et le sol en marbre incrusté de mosaïque ainsi que la belle maçonnerie de la façade. Le bâtiment comprenait une partie ajoutée dans les années quatre-vingt, les architectes ont préféré de recouvrir cette partie du projet d’un mur végétal avec des jardinières et des plantes à fleurs.

« Pour le design de la villa principale elle-même, nous avons opté pour une palette de couleurs neutres et une gamme de matériaux naturels qui, ensemble, créent un environnement réconfortant qui sert de support aux belles créations de la créatrice. » Soulignent les architectes. L’entrée principale de la villa se fait par les portes d’origine et mène à un showroom et à un salon lumineux, avec des présentoirs conçus sur mesure et de grands miroirs antiques aux bords arrondis, inspirés des styles art déco des années 1930. Le voyage à travers la villa se poursuit jusqu’au 2ème étage où se trouvent les principales salles d’essayage. 

Flexibilité et sobriété

Une grande partie des armoires et des miroirs ont été conçus sur mesure selon un aspect qui complète le caractère historique de la villa, tout en insufflant à l’ensemble des éléments ainsi que des finitions volontairement modernes. Les architectes ont travaillé conjointement avec l’artiste pour réaliser son objectif dans la conception du projet. Ils ont créé un espace où les clients puissent faire l’expérience de la marque ainsi que goûter au style de vie qui lui est associé. C’est un lieu d’élégance intemporelle et chic.

De même, nous trouvons à l’intérieur des espaces flexibles qui créent une ambiance chaleureuse, privée et presque résidentielle, adaptable à différentes situations, telles que les petits événements et les défilés de mode. L’éclairage intérieur est complété par une conception d’éclairage extérieur équilibrée pour correspondre parfaitement à la perception globale de la villa, ainsi le jardin et surtout le pavillon de verre attirent les regards pendant la soirée. Ce projet, malgré sa taille modeste, représente une grande maîtrise de la part des architectes qui ont créé un espace entièrement nouveau en partant de la restauration d’un bâtiment historique. C’est un lieu à l’architecture intemporelle et chic.

© Seth Powers
© Seth Powers
© Seth Powers
© Seth Powers

Le site de kokaistudios : ici.

Les photos : © Seth Powers

Aux Pays-Bas, un marché dans un ancien silo à grains

© Tim Van de Velde

Aux Pays-Bas, l’agence d’architecture Wenink Holtkamp Architecten a réhabilité et reconvertit un silo à grains désaffecté en un avenant marché alimentaire. Le projet se démarque non seulement en offrant aux habitants la possibilité de faire leurs emplettes mais sauve un patrimoine industriel en péril.

Conçu par l’agence d’architecture Wenink Holtkamp Architecten basée à Eindhoven, le projet de réhabilitation de l’ancien silo à graines préserve l’architecture historique en insufflant un nouveau souffle à l’ancien. Situé sur le port de la ville de Deventer, la rénovation du bâtiment qui a été commandée par une fondation spécialisée dans la réorientation des sites du patrimoine culturel pose la question de la préservation architecturale des sites en déclin.

La renaissance

The Zwarte Silo (le silo noir) se distingue par une couche de bitume ajoutée, pour des raisons d’étanchéité, à la structure d’origine datant de 1923. Cependant, le silo à grains qui a connu de beaux jours, a été désaffecté depuis 1990. Le projet de reconversion visait à reconquérir l’ancienne structure industrielle qui renforce la connexion avec le port en lui procurant de nouveau un important rôle dans la ville.

L’édifice qui était jadis l’un des emblèmes de la ville comporte une grande surface qui a été optimisée avec la nouvelle reconversion. Les architectes qui ont été mandaté pour la réhabilitation, ont également rénové les deux entrepôts adjacente en briques, utilisés autrefois pour le stockage du sel.

La nouvelle fonction du bâtiment confère, en contraste avec le caractère fermé du stockage des céréales, une caractéristique plus ouverte à ce dernier. Ainsi, côté est, une ouverture de neuf mètres de haut fournit à l’ensemble, un agréable lien entre l’intérieur et l’extérieur. En conséquence, les visiteurs peuvent pleinement profiter du paysage alentour.

La séparation initiale des espaces est conservé, tandis qu’une partie contient un espace polyvalent utilisé pour des événements. Même si les architectes ont conservé certains éléments d’origine qui donne le caractère industriel à l’édifice, l’intérieur remanié avec justesse offre un nouvel espace à la ville, le tout en préservant l’essentiel.

© Tim Van de Velde
© Tim Van de Velde
© Tim Van de Velde

Le site de l’agence d’architecture Wenink Holtkamp Architecten: ici.

Les photos : © Tim Van de Velde.