A la découverte de l’église San Leucio de Brindisi

© Sipane Hoh

Après la gare de Napoli-Afragola signée de Zaha Hadid Architects dont j’ai récemment parlé ici, mon échappée architecturale estivale continue avec, cette fois, une escale dans la ville de Brindisi où se trouve l’église de San Leucio.

Inaugurée le 26 novembre 2016, il s’agit d’un symbole fort pour la ville de Brindisi, mais penchons-nous sur l’architecture de ce lieu de culte pas comme les autres. En effet, loin du classicisme ambiant, la nouvelle église en béton et en bois affiche une identité à part entière qui titille l’imaginaire de tout curieux d’architecture. Des lignes pures, une architecture sobre, une forme organique, bref, tout ce qui nous éloigne de l’architecture des autres églises de la ville. Rapprochons-nous pour en savoir un peu plus.

L’ingénieur Donato Caiulo et l’architecte Ilaria Pecoraro sont les concepteurs de ce monument qui, niché dans un quartier périphérique de la ville, ne laisse point indifférent. Donnant sur la Via del Lavoro, dès le départ, le choix du terrain à construire n’a pas été dû au hasard. L’édifice se positionne sur la route du saint qui a quitté l’Egypte et qui est arrivé au IVème siècle à Brindisi.

L’architecture de l’édifice est visible de loin. L’ensemble, par son intérieur et sa salle unique, qui se termine par une abside en forme de dôme, se rapproche de la typologie de construction des premières églises. L’équipement enveloppe subtilement le cimetière avoisinant et crée ainsi un dialogue visuel à la fois subtil et direct entre l’intérieur et l’extérieur.

Après l’ancienne ville et le bord de mer qui valent le détour, la découverte de l’église de San Leucio constitue un petit plaisir architectural qui agrémente le reste.

© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh

Pour plus d’informations voir: ici.

Les photos: ©Sipane Hoh

Les palettes de bois dans l’espace public

 

© Sipane Hoh

Aujourd’hui, de plus en plus de gens sont poussés par l’idée du recyclage. Que ce soit pour des raisons budgétaires, par innovation ou tout simplement pour des questions éthiques. L’heure n’est pas seulement à empiler les exploits mais également à recycler intelligemment.

En architecture comme ailleurs, le recyclage gagne de plus en plus du terrain. Même les plus grands architectes se prêtent au jeu et les créations sont de plus en plus remarquables. J’ai beaucoup parlé des ces artistes pour qui la récupération est devenue l’une des clés de voûtes de leurs œuvres. Mais cette fois-ci, je pointe vers un recyclage très sympathique, à la portée de tous qui a réussi son insertion dans l’espace public.

C’est en Italie du sud, dans la ville de Locorotondo qui figure dans la liste des plus beaux villages du pays que j’ai eu le plaisir de découvrir quelques pépites. En effet, il s’agit, comme l’une de mes photos l’indique, d’un panneau de signalisation. Quelle belle surprise de constater qu’en réalité c’est une simple palette de bois. Un recyclage original à la fois fonctionnel, innovant et utile.

Un peu plus loin, toujours dans la province de Bari, les palettes en bois s’empilent pour constituer des bancs publics. Une idée intéressantes, qui, en plus d’être utile, donne un agréable goût d’exotisme. Pour les habitués des bancs en béton, en acier ou encore en bois, l’idée des palettes en bois est tout simplement avenante. La même idée trouve preneur ailleurs, direction les Pouilles, dans les établissements hôteliers qui jouent la carte du recyclage en appliquant le même concept et le florissant. Comme quoi, les choses simples sont toujours aussi appréciées.

© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh

Les photos: © Sipane Hoh

La fabuleuse histoire de Matera

© Sipane Hoh

En 2019, la capitale européenne de la culture sera Matera, la remarquable ville troglodyte située au sud de l’Italie. Visiter Matera c’est faire un grand retour vers le passé, mais aussi retrouver une ville qui a su malgré tout puiser dans son histoire pour se renouveler.

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1993, Matera n’a pas été toujours convoitée. En effet, malgré les dédales de ses habitations troglodytiques, la ville a connu maintes difficultés. Le cœur de la vieille-ville connu par ses sassi, les maisons façonnées dans la roche qui possèdent parfois une seule façade, a été vouée à la déshérence jusqu’au jour où plusieurs associations, appuyées par quelques organisations ont sonné l’alerte. Depuis, les chantiers de réhabilitation se sont succédés et aujourd’hui, Matera a retrouvé sa beauté d’autrefois.

Un univers hors du commun

Il est difficile de ne pas tomber sous le charme de cette ville. Grâce à son univers particulier, plusieurs réalisateurs comme Mel Gibson ou encore Pier Paolo Pasolini l’ont choisie comme un décor pour leurs films comme « La Passion du Christ » et « L’Évangile selon saint Matthieu » mais pas que, les architectes, les artistes et tous les curieux affluent depuis dans cette cité très singulière qui s’étend aux deux côtés du flanc de la Gravina. Se promener dans la vieille ville de Matera, découvrir les cavités secrètes taillées à même la roche, possède un goût spécifique qui propulse le visiteur au sein de l’histoire antique.

Depuis l’ère paléolithique, la ville a connu de grands changements, les traces de cette époque existent encore mais, depuis, la vie a évolué et bien que la réhabilitation est passée par là, Matera s’est agrandie. La nouvelle ville ressemble à toute ville européenne avec ses avenues, ses magasins et ses habitations de plusieurs étages. Cependant, plus qu’ailleurs le contraste est saisissant entre l’ancienne et la nouvelle ville. La future capitale de la culture possède bien de trésors à explorer.

© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh

Plus d’informations sur Matera: ici.

« Gli italiani », la merveilleuse exposition photographique de Raffaele Celentano

© Sipane Hoh

C’est dans la ville touristique de Sorrento, au sein de l’église dell’Addolatp située via S. Cesareo ainsi que dans le cloître de San Francesco que j’ai visité l’exposition photographique de l’artiste Raffaele Celentano. Il s’agit d’une série qui remonte à 1991 et qui est le résultat d’une vingtaine d’années de travail que l’auteur considère comme l’œuvre essentielle de toute sa carrière.

La via S. Cesareo fourmille de touristes venant du monde entier. Par ici, les magasins de souvenirs et par là, les produits locaux. Dans cet univers effervescent, une photo atypique attire néanmoins l’attention. Il s’agit de l’une des photographies en noir et blanc de Raffaele Celentano. A l’intérieur de l’église, dans un décor hors d’âge se trouvent d’autres photos tout aussi impressionnantes. Une ambiance singulière qui pousse à la découverte.

Je quitte la rue, direction un peu plus loin, au deuxième étage du cloître du couvent de l’église San Francesco, l’aventure continue, d’autres photos, d’autres découvertes, le tout dans une ambiance aussi spéciale que la première et avec un seul fil conducteur la signature unique de Raffaele Celestano.

Les plus belles pièces artistiques peuvent perdre leur lustre si elles ne sont pas mises en valeur à travers les lieux où elles s’affichent. A Sorrento, les deux endroits choisis mettent avec brio en avant les photos exposées. Quant à ces dernières, elles représentent des scènes italiennes stéréotypées qui entre beaucoup d’humour et une pointe de nostalgie nous font découvrir l’Italie mais aussi les italiens, leurs habitudes mais aussi leurs univers.

L’artiste qui est originaire de Sorrento et qui vit à Munich a choisi la ville de son enfance pour y exposer cette série hors-norme, un genre d’hommage à la cité qui l’a vue grandir. Si vous êtes à Sorrento, je vous recommande fortement de vous arrêter ne serait-ce qu’un petit moment pour contempler les photos de Raffaele. Un pur bonheur !

Pour plus d’informations, voir le site de Raffaele Celentano : ici.

Une visite estivale à l’œuvre napolitaine de Zaha Hadid

© Sipane Hoh

Quitter Naples, ses rues étroites, son foisonnement incessant et se diriger vers la gare de Napoli-Afragola c’est s’éloigner de la ville, prendre de la distance mais aussi prendre son temps pour découvrir l’une des œuvres italiennes de Zaha Hadid.

Après le projet de la gare maritime, l’œuvre posthume de Zaha Hadid qui a été inauguré à Salerme, c’est dans la banlieue de Naples que se trouve l’objet de ma convoitise. Aucun doute, il s’agit bel et bien de la griffe de l’architecte que j’ai eu le plaisir de découvrir sous la chaleur écrasante de ce mois de Juillet.

Située à 12 km au nord de Naples, la station d’Afragola est également prévue pour desservir les communautés locales d’Acerra, Afragola, Caivano, Casalnuovo di Napoli et Casoria qui varient en population de 10 000 à 50 000 habitants. Afragola sera un hub intermodal, soulageant la congestion dans le centre-ville mais ne remplacera pas l’actuel terminus de Napoli Centrale.

La première phase de la gare de Napoli Afragola qui constitue la nouvelle porte d’entrée au sud de l’Italie a été inaugurée il y a à peine deux mois. Les trains à grande vitesse ont commencé à circuler dès le 11 juin. Une fois que les travaux soient terminés, le nombre des trains va atteindre 28. Aujourd’hui, la gare paraît surdimensionnée, l’occasion de s’y promener pour mieux la découvrir.

Conçu comme un pont public urbanisé reliant les deux côté du chemin de fer, la station est censée minimiser les distances pour ceux qui embarquent et descendent à Napoli Afragola ainsi que les passagers qui se connectent à différents services ferroviaires.

Le monolithe

A l’image de toutes les réalisations de Zaha Hadid Architects, le monolithe, de loin, semble imposant mais une fois dans son ventre les lignes courbes guident astucieusement la circulation des passagers. L’ensemble, qui paraît renfermé vers l’extérieur devient un passage géant où se mêlent remarquablement la frugalité du béton et la transparence du verre.

Le voyageur curieux qui possède un peu de temps peut même découvrir de grandes images de synthèse posées discrètement ici ou là et qui lui révèlent les détails de la conception ainsi que le nom de son architecte.

Une fois que toutes les lignes seront opérationnelles, ce qui n’est pas encore le cas à ce jour, 32 700 passagers devraient utiliser la station chaque jour. Ainsi, les allées vides que j’ai découvert avec joie s’empliront, l’architecture remplira son rôle de toujours et le monolithe deviendra ainsi un important lieu de passage aussi utile qu’esthétique.

© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh

Le site de Zaha Hadid Architects : ici.

Les photos: © Sipane Hoh

Une réhabilitation subtile qui croise les matières

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

En Espagne, à Calle de Castelló, les architectes Paul Galindo Pastre et Ophélie Herranz Lespagnol de l’agence VONNA /PYO arquitectos ont réalisé un projet simple qui privilégie les textures et les détails. Il s’agit de l’agencement d’une boutique qui donne sur rue où la sobriété est de mise.

La nouvelle architecture que les architectes de l’agence VONNA /PYO arquitectos ont créé à Madrid provoque une belle rupture avec l’existant. La menuiserie de la vitrine qui est attachée à l’ancrage de la façade, expose la structure existante. L’intervention s’approprie les qualités du lieu, elle s’en inspire pour ensuite se détacher de l’histoire tout en la mettant en valeur. Un projet ingénieux qui a su croiser subtilement plusieurs générations.

Un joyeux métissage qui croise l’ancien et le nouveau

La menuiserie a été soigneusement travaillée pour s’éloigner de la rue et accueillir le visiteur dans un espace domestique. Ainsi, la matérialité se détache de l’espace nu qui l’entoure ainsi que du mouvement de la rue alentour. Le marbre qui définit le socle de la vitrine intérieure se penche dans la rue pour inviter à entrer. L’intervention sur les matériaux existants est axée sur la récupération de leur qualité brute.

Les carreaux du terrazzo sont brillants. Les plafonds suspendus sont démantelés et le squelette en béton est apparu. Les surfaces sont déshabillées révélant leurs plis, leur fragilité et même leur imperfection rendant l’ensemble plus atypique et mettant l’accent sur le temps qui passe.

Dans la pièce principale, les nouveaux matériaux font leur apparition, comme les profils en laiton, les boutures en marbre, les quelques cloisons métalliques ainsi que les montants en bois de pin. L’ensemble affiche une écriture dans laquelle chaque ligne peut être considérée comme un joyeux métissage croisant l’ancien et le nouveau. Par ailleurs, le projet juxtapose dans la même espace deux mondes successifs, révélant un monde qui privilégie les détails et qui évolue avec son temps. Une intervention méticuleuse à découvrir sans tarder.

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

Le site de l’agence VONNA /PYO arquitectos : ici.

Les photos: © Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

 

Enfouie dans la forêt

© Vivi Spaco

Au nord de São Paulo, sur une parcelle escarpée, l’agence d’architecture Arkitito Arquitetura a réalisé une remarquable maison qui, tout en faisant un clin d’œil aux vieilles fermes de la région, affiche une image caractéristique de l’architecture d’aujourd’hui.

Entourée par les arbres la maison conçue par Arkitito Architectura se trouve à 45 km au nord de São Paulo. La parcelle est atypique, il s’agit d’un terrain entouré de végétation luxuriante qui a une spécificité topographique. En effet, entre l’arrivée à la maison et la limite du terrain, nous pouvons constater une différence de 15 mètres de dénivelé. Ce qui donne à la construction une certaine appartenance au lieu.

Maintenir le lien entre la forêt et la maison

La vue est splendide, la maison s’ouvre sur la forêt de Serra dos Cristais, l’un des lieux les plus authentiques du pays. L’idée principale du projet était de maintenir le lien entre la forêt et la maison, de sorte que les propriétaires savourent pleinement le paysage environnant. Afin d’éviter les impacts du sol, dès le départ, le concept des échasses a été adopté. La villa devient ainsi une entité suspendue à l’image des maisons dans les arbres.

L’ensemble est divisé en deux entités avec différents niveaux et toitures. Tandis que la première partie qui possède un toit en ciment sur des poutres en bois et un plafond en contreplaqué, comprend deux chambres, le second volume dispose d’un salon avec une entrée donnant une vue de 360 ° sur les environs. Les couleurs utilisées par les architectes rappellent les vieilles maisons de ferme tout en se différenciant par leurs blocs de béton brut et leur plancher de ciment brûlé.

La maison dans la forêt réalisée par les architectes d’Arkitito est constituée d’une multitude de détails qui font sa spécificité. Un gracieux projet à découvrir sans tarder.

© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco

Le site de l’agence d’architecture Arkitito : ici.

Les photos: © Vivi Spaco

D’une ancienne ferme en école de musique

©José Hevia

En Espagne, les architectes de Bammp Arquitectes i Associates ont realise un projet atypique qui consiste à façonner une école de musique au sein d’une ancienne ferme. Subtilité, sobriété mais aussi grâce et délicatesse sont au rendez-vous.

La Ferme de Can Fargues a été construite autour d’une tour médiévale datant du XIIème siècle. Un élément patrimonial grandiose et imposant situé au centre de la nouvelle école devient ainsi le protagoniste du projet conçu par Bammp Arquitectes i Associates.

Agencer et réhabiliter

La nouvelle école de musique qui s’articule autour de la tour médiévale, s’est réalisé d’une manière naturelle en optimisant le bâtiment existant et lui annexant d’autres constructions fonctionnelles qui forment le nouveau visage de l’équipement culturel.

La structure comportait le de nombreuses interventions produites au fil du temps, formant plusieurs espaces anarchiques tournant autour de la Tour. L’intervention des architectes consiste à agencer l’ensemble en premier lieu et puis à réhabiliter les parties endommagées.  Le projet s’inscrit dans son environnement, tandis que certains volumes embrassent la tour, d’autres se tissent un peu plus loin pour former un ensemble qui mêle subtilement le nouveau et l’ancien. Le résultat est donc une école où les classes ne répondent pas à une répétition typologique mais à une continuité programmatique ainsi qu’une cohérence visuelle menées par un main de maître.

Se greffer intelligemment à l’ancien

La complexité intérieure qui résulte de l’enchevêtrement de l’ancien et du nouveau se déplace également vers l’extérieur, où les porches, les terrasses, les patios, les escaliers et les allées sont interconnectés pour permettre aux divers espaces de s’adapter aux utilisations extérieures liées à l’équipement.

L’édifice est accessible depuis l’ancienne cour qui se relie, à travers un nouveau porche, au futur jardin. Tandis qu’au rez-de-chaussée se trouvent les espaces administratives ainsi que d’autres dépendances, le premier étage comporte la salle d’art et les escaliers. Ces derniers, attachés à l’ancienne tour, servent les étages supérieurs.

Les salles de classe sont logées dans les espaces existants et, uniquement lorsque cela s’est avéré nécessaire, les architectes ont rajouté de nouveaux volumes. L’école, qui est située dans les anciens jardins de Can Fargues, se connecte directement avec le vieux verger devenu une aire de jeux ou un espace commun où se déroulent les concerts en plein air. Quant au jardin romantique, situé au nord de la Masía, a été conçu comme un jardin public.

Une architecture nouvelle qui a su se greffer intelligemment à l’ancien et où tous les composants se magnifient mutuellement. C’est un projet qui vaut le détour.

©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia
©José Hevia

Le site de l’agence d’architecture Bammp Arquitectes i Associats: ici.

Les photos: ©José Hevia