Archives du mot-clé bois

D’un ancien manoir en unités d’habitation

© Claudio Manzoni

En Uruguay, les architectes Amelio-Ortiz ont réhabilité un ancien manoir datant de 1900 en une résidence contenant huit gracieux appartements. C’est un projet où l’ancien et le nouveau se croisent pour un résultat des plus agréables.

A Colonia del Sacramento, une ville du sud-ouest de l’Uruguay, dans un environnement privilégié, un ancien manoir a été réhabilité en un projet créatif qui regroupe huit appartements autour d’une cour centrale. L’architecture qui conserve le charme d’autrefois se voit mêler à de nouveaux éléments pour engendrer des espaces à la fois confortables et pratiques.

Le projet se compose de huit appartements avec des surfaces allant de 52m² à 64m² répartis sur deux étages et enveloppant une cour centrale qui fait un subtil clin d’œil à l’architecture coloniale de la région. Il s’agit d’un projet singulier qui entretient un lien harmonieux avec son environnement. L’architecture moderne et fonctionnelle se lie à la structure d’origine pour engendrer une conception gracieuse qui plaît à tous ses utilisateurs.

Joyeux mélange de textures

La cour centrale de la résidence est couverte d’une pergola datant de 1900. Les murs datant de la même époque affichent fièrement la brique apparente ainsi que la pierre. Outre les huit appartements, la résidence comprend un espace de stockage et une pièce pour garder les motos ainsi que les vélos.

Chaque unité d’habitation possède une mezzanine. Les structures des plafonds alternent l’acier et le bois. Quelques ouvertures zénithales assurent la luminosité à l’intérieur. Les lignes sont épurées, tandis que le bois apporte un sentiment de chaleur, les murs en briques qui ont été recyclés font un clin d’œil au passé. L’ensemble affiche un joyeux mélange de textures. A mi-chemin entre ancien et nouveau, le projet a tout pour plaire.

© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni

Les photos : © Claudio Manzoni

En Finlande, l’école maternelle se pare d’un habit coloré

 

© AFKS

C’est avec un revêtement métallique à la fois rayé et coloré que les architectes de l’agence finlandaise AFKS ont enveloppé une école maternelle se trouvant à Espoo, située à 15 km à l’ouest de Helsinki.

L’école maternelle conçue par l’agence AFKS  se trouve dans le quartier de Lintuvaara sur une parcelle bordée d’une route très fréquentée sur son côté nord. Les conditions et la situation du terrain ont incité les concepteurs à proposer un plan en forme de U qui enveloppe une cour ainsi qu’une aire de jeux donnant sur le sud. Fermée sur l’extérieur comme une forteresse, la construction s’ouvre sur le cœur de la parcelle où les enfants peuvent se sentir dans un environnement en retrait même si la route n’est jamais très loin.

À l’arrière du bâtiment, se trouve une cour abritée qui permet d’accéder aux espaces communs, aux couloirs, à la cafétéria ainsi qu’à l’aire de jeux principale. Tandis que les couleurs couvrent entièrement les façades qui donnent vers l’extérieur, celles donnant sur les cours présentent une partie immaculée couronnée par les mêmes couleurs.

Couleurs et textures

Nous constatons le même contraste concernant les matériaux utilisés. Alors que l’extérieur s’habille d’acier, la partie de l’édifice donnant sur le cœur d’îlot est en lattes de bois. Une matière plus accessible pour les enfants.

Selon les architectes, les rayures colorées sont inspirées des craies colorées, des rangées de livres ou même des peintures utilisées jadis par les amérindiens. Les ouvertures ne sont pas alignées avec les coutures verticales des façades. Il s’agit de la volonté des architectes qui espèrent renforcer l’esthétique légèrement aléatoire à travers ce geste.

Les rayures se poursuivent à l’intérieur où elles deviennent moins complexes et espacées. La sobriété est au rendez-vous et malgré la simplicité de la structure, la maternelle de la ville d’Espoo présente plusieurs qualités.

© AFKS
© AFKS
© AFKS
© AFKS
© AFKS
© AFKS

Le site de l’agence d’architecture AFKS : ici.

Les photos: © AFKS

A la découverte de l’église San Leucio de Brindisi

© Sipane Hoh

Après la gare de Napoli-Afragola signée de Zaha Hadid Architects dont j’ai récemment parlé ici, mon échappée architecturale estivale continue avec, cette fois, une escale dans la ville de Brindisi où se trouve l’église de San Leucio.

Inaugurée le 26 novembre 2016, il s’agit d’un symbole fort pour la ville de Brindisi, mais penchons-nous sur l’architecture de ce lieu de culte pas comme les autres. En effet, loin du classicisme ambiant, la nouvelle église en béton et en bois affiche une identité à part entière qui titille l’imaginaire de tout curieux d’architecture. Des lignes pures, une architecture sobre, une forme organique, bref, tout ce qui nous éloigne de l’architecture des autres églises de la ville. Rapprochons-nous pour en savoir un peu plus.

L’ingénieur Donato Caiulo et l’architecte Ilaria Pecoraro sont les concepteurs de ce monument qui, niché dans un quartier périphérique de la ville, ne laisse point indifférent. Donnant sur la Via del Lavoro, dès le départ, le choix du terrain à construire n’a pas été dû au hasard. L’édifice se positionne sur la route du saint qui a quitté l’Egypte et qui est arrivé au IVème siècle à Brindisi.

L’architecture de l’édifice est visible de loin. L’ensemble, par son intérieur et sa salle unique, qui se termine par une abside en forme de dôme, se rapproche de la typologie de construction des premières églises. L’équipement enveloppe subtilement le cimetière avoisinant et crée ainsi un dialogue visuel à la fois subtil et direct entre l’intérieur et l’extérieur.

Après l’ancienne ville et le bord de mer qui valent le détour, la découverte de l’église de San Leucio constitue un petit plaisir architectural qui agrémente le reste.

© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh

Pour plus d’informations voir: ici.

Les photos: ©Sipane Hoh

Une réhabilitation subtile qui croise les matières

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

En Espagne, à Calle de Castelló, les architectes Paul Galindo Pastre et Ophélie Herranz Lespagnol de l’agence VONNA /PYO arquitectos ont réalisé un projet simple qui privilégie les textures et les détails. Il s’agit de l’agencement d’une boutique qui donne sur rue où la sobriété est de mise.

La nouvelle architecture que les architectes de l’agence VONNA /PYO arquitectos ont créé à Madrid provoque une belle rupture avec l’existant. La menuiserie de la vitrine qui est attachée à l’ancrage de la façade, expose la structure existante. L’intervention s’approprie les qualités du lieu, elle s’en inspire pour ensuite se détacher de l’histoire tout en la mettant en valeur. Un projet ingénieux qui a su croiser subtilement plusieurs générations.

Un joyeux métissage qui croise l’ancien et le nouveau

La menuiserie a été soigneusement travaillée pour s’éloigner de la rue et accueillir le visiteur dans un espace domestique. Ainsi, la matérialité se détache de l’espace nu qui l’entoure ainsi que du mouvement de la rue alentour. Le marbre qui définit le socle de la vitrine intérieure se penche dans la rue pour inviter à entrer. L’intervention sur les matériaux existants est axée sur la récupération de leur qualité brute.

Les carreaux du terrazzo sont brillants. Les plafonds suspendus sont démantelés et le squelette en béton est apparu. Les surfaces sont déshabillées révélant leurs plis, leur fragilité et même leur imperfection rendant l’ensemble plus atypique et mettant l’accent sur le temps qui passe.

Dans la pièce principale, les nouveaux matériaux font leur apparition, comme les profils en laiton, les boutures en marbre, les quelques cloisons métalliques ainsi que les montants en bois de pin. L’ensemble affiche une écriture dans laquelle chaque ligne peut être considérée comme un joyeux métissage croisant l’ancien et le nouveau. Par ailleurs, le projet juxtapose dans la même espace deux mondes successifs, révélant un monde qui privilégie les détails et qui évolue avec son temps. Une intervention méticuleuse à découvrir sans tarder.

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

Le site de l’agence VONNA /PYO arquitectos : ici.

Les photos: © Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

 

Enfouie dans la forêt

© Vivi Spaco

Au nord de São Paulo, sur une parcelle escarpée, l’agence d’architecture Arkitito Arquitetura a réalisé une remarquable maison qui, tout en faisant un clin d’œil aux vieilles fermes de la région, affiche une image caractéristique de l’architecture d’aujourd’hui.

Entourée par les arbres la maison conçue par Arkitito Architectura se trouve à 45 km au nord de São Paulo. La parcelle est atypique, il s’agit d’un terrain entouré de végétation luxuriante qui a une spécificité topographique. En effet, entre l’arrivée à la maison et la limite du terrain, nous pouvons constater une différence de 15 mètres de dénivelé. Ce qui donne à la construction une certaine appartenance au lieu.

Maintenir le lien entre la forêt et la maison

La vue est splendide, la maison s’ouvre sur la forêt de Serra dos Cristais, l’un des lieux les plus authentiques du pays. L’idée principale du projet était de maintenir le lien entre la forêt et la maison, de sorte que les propriétaires savourent pleinement le paysage environnant. Afin d’éviter les impacts du sol, dès le départ, le concept des échasses a été adopté. La villa devient ainsi une entité suspendue à l’image des maisons dans les arbres.

L’ensemble est divisé en deux entités avec différents niveaux et toitures. Tandis que la première partie qui possède un toit en ciment sur des poutres en bois et un plafond en contreplaqué, comprend deux chambres, le second volume dispose d’un salon avec une entrée donnant une vue de 360 ° sur les environs. Les couleurs utilisées par les architectes rappellent les vieilles maisons de ferme tout en se différenciant par leurs blocs de béton brut et leur plancher de ciment brûlé.

La maison dans la forêt réalisée par les architectes d’Arkitito est constituée d’une multitude de détails qui font sa spécificité. Un gracieux projet à découvrir sans tarder.

© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco
© Vivi Spaco

Le site de l’agence d’architecture Arkitito : ici.

Les photos: © Vivi Spaco

A Kyoto, Alphaville signe un projet atypique

© Studio Alphaville

La structure en bois est l’une des grandes curiosités qui composent cette maison située à Kyoto et réalisée par l’agence d’architecture japonaise Alphaville. Conçu pour optimiser l’espace, l’ensemble présente néanmoins plusieurs qualités et de belles surprises.

Le projet est situé dans un quartier résidentiel proche du palais impérial de la ville. Dans un contexte où les logements sont généralement étroits et allongés, les chantiers peuvent être difficiles à gérer.

L’étroitesse devient un atout

Sur un terrain mesurant seulement 53 m², l’agence d’architecture japonaise Alphaville a été chargée de créer une maison qui bénéficie de tout confort. Pour optimiser l’espace intérieur tout en permettant l’ouverture de la façade, les architectes ont utilisé une structure en bois qui forme le cœur même de l’édifice. Les éléments structurels diagonaux incorporés dans les parois de séparation servent à la fois d’éléments de tension et de colonnes qui supportent les poutres situés aux extrémités des planchers. Orientées dans les directions opposées de part et d’autre, les entretoises tracent une ligne visible le long des parois intérieures et émergent dans certaines pièces et espaces de circulation créant un effet aussi agréable que surprenant.

Les architectes ont choisi la méthode de construction préfabriquée pour des raisons budgétaires et de commodité, ainsi, les compétences des artisans locaux ont été mis en avant.

L’autre objectif de la conception était de parvenir à un équilibre entre la vie privée des habitants, l’apport de la lumière naturelle tout en maintenant une connexion visuelle avec l’extérieur et l’intérieur des différentes pièces.

Optimiser l’espace

En ne poussant pas la construction jusqu’aux bords de la parcelle, et en utilisant une porte avant vitrée, les architectes ont pu conserver les vues sur la rue. L’entrée est en retrait, elle se trouve derrière une porche que les habitants peuvent utiliser pour garer leur voiture. Un escalier entièrement en bois monte autour d’un vide au centre du bâtiment où se trouvent simultanément la cuisine, la salle à manger, le salon ainsi que les chambres à coucher.

Les pièces des étages supérieurs sont dotées de vitres givrées qui font face à la rue. Ces grandes ouvertures procurent à l’intérieur beaucoup de luminosité. Les fenêtres situées aux deux extrémités du bâtiment apportent à leur tour la lumière naturelle qui se propage du rez-de-chaussée jusqu’aux étages à travers le cage d’escaliers. Les balustrades en bois fixées sur les accolades diagonales entrent en collision avec les poutrelles accentuant l’effet artisanal de la réalisation. Malgré son étroitesse, il s’agit d’un projet à la fois simple et innovant.

© Studio Alphaville
© Studio Alphaville
© Studio Alphaville
© Studio Alphaville
© Studio Alphaville
© Studio Alphaville

Le site du Studio Alphaville : ici.

Les photos: © Studio Alphaville.

La gracieuse «Field House»

© Piotr Krajewski

Dans l’une des plus anciennes villes de Pologne, à Głogów, les architectes de l’agence Blank Architects ont réalisé une charmante maison revêtue en bois de sapin. Authenticité et simplicité sont au rendez-vous.

La maison est située dans un village du XIXe siècle, construit au carrefour de deux routes traversant le cœur de la communauté où les maisons traditionnelles sont alignées et leurs façades en brique ainsi que leur toit en pignon font toujours face à la route.

Le village est entouré de champs agricoles avec une grande présence d’oiseaux, de cerfs et de lièvres se déplaçant librement. La parcelle est constituée d’une longue bande de terre qui longe une route et elle est entourée d’un long champ cultivé d’un côté et de quatre maisons adjacentes d’un autre côté. L’une de ces dernières est habitée par la famille du propriétaire des lieux.

S’inscrire dans la tradition

L’emplacement ainsi que l’environnement ont inspiré les architectes pour construire une maison qui capte les diverses vues donnant sur le paysage alentour. D’où la présence des fenêtres alignées. Outre la vue, les ouvertures assurent une grande luminosité à l’intérieur de la maison.

La maisonnée est composée d’un espace ouvert qui se ferme selon les exigences et s’isole par rapport aux parties privées. La vue du salon est centrée sur le jardin qui contient le plus grand arbre existant dans la région. Les autres pièces donnent quant à elles vers le paysage avoisinant.

La maison, entièrement construite en structure bois, s’inscrit dans la tradition locale, elle possède un toit en pignon donnant sur la route. Le revêtement en bois de sapin Douglas caractérise cette construction et la rend identifiable de loin. Les architectes n’ont pas négligé les normes de l’accessibilité, ainsi, la maison est entièrement accessible pour les fauteuils roulants grâce à des rampes et des passages larges.

Aussi simple soit-elle, la réalisation  vaut le détour, elle a été nommée pour le World Architecture Festival 2016.

© Piotr Krajewski
© Piotr Krajewski
© Piotr Krajewski
© Piotr Krajewski
© Piotr Krajewski
© Piotr Krajewski
© Piotr Krajewski
© Piotr Krajewski

Le site de Blank Architects : ici.

Les photos: © Piotr Krajewski.

L’atypique « Less House »

© Quang Dam

Au Vietnam, l’agence d’architecture HA a réalisé une maison familiale très particulière. Avec sa surface totale de 72 m², ses quatre mètres de large , la construction relève brillamment de nombreux défis.

C’est une petite maison de ville située à Ho Chi Minh que les architectes de l’agence HA viennent de livrer. Malgré son étroitesse, l’ensemble présente plusieurs qualités qu’il est très agréable de découvrir.

Un joli cocon préservé

La vie urbaine n’est jamais trop loin et pourtant cela ne semble pas le cas pour les habitants de la Less House. En effet, une fois à l’intérieur de la maison, il y règne un sentiment paisible avec une grande présence accordée à la nature. La végétation est partout, la maison se dote d’une très grande luminosité grâce aux grandes baies vitrées, les espaces ne sont exiguës et les couleurs choisies avec tact donnent une sensation de grandeur aux diverses pièces. Tout est fait pour se sentir dans un joli cocon tout en se trouvant au sein de la ville.

Selon les architectes, la maison est conçue dans le but d’ouverture tout en gardant la vie familiale à l’abri des regards. Ce qui explique l’utilisation de la façade principale en acier ajouré qui laisse passer les rayons de soleil tout en assurant l’intimité des habitants. Nous pouvons constater qu’une fois la nuit tombée, l’ensemble éclairé ressemble à une charmante lanterne.

L’intérieur, quant à lui est agencé avec minimalisme et sobriété, donnant l’importance aux espaces ouverts où la présence du bois apporte un doux sentiment de chaleur. Malgré son étroitesse, l’ensemble affiche un projet bien trempé.

© Quang Dam
© Quang Dam
© Quang Dam
© Quang Dam
© Quang Dam
© Quang Dam
© Quang Dam
© Quang Dam

Le site de l’agence d’architecture HA : ici.

Les photos: © Quang Dam