Archives par mot-clé : logements

logements

A Darmstadt, la «Waldspirale» toujours aussi étonnante

© Sipane Hoh

L’artiste Friedensreich Hundertwasser est mort en février 2000 quelques mois avant l’achèvement d’un bâtiment emblématique. Aujourd’hui, ce dernier, toujours aussi étonnant, continue à surprendre tout visiteur.

La « Waldspirale » ou « La forêt en spirale », construite dans la périphérie de la ville allemande de Darmstadt entre 1998 et 2000, dans le but de loger une centaine de familles, est un édifice de douze étages. L’ensemble, situé dans le quartier de Bürgerpark et qui ressemble à une citadelle des mille et une nuits où les textures et les couleurs se croisent savamment, est constitué de différentes couches de béton de recyclage multicolore, en hommage à le terre, contraste avec la couleur verte de la forêt avoisinante.

Friedrich Hundertwasser, toujours aussi créateur, a réalisé à Darmstadt, encore une fois, une œuvre unique qui tout en comportant sa griffe identifiable parmi toutes, ne ressemble à aucune autre. Ici, comme tous les autres œuvres de l’artiste, la façade a été construite avec une grande originalité tandis que le toit est constitué d’un jardin de tilleuls et d’érables. Nous pouvons même découvrir une aire de jeux ainsi qu’un fleuve artificiel sur la terrasse du bâtiment. Par ailleurs, un restaurant se trouve dans la tour sud-est tandis que la tour d’en face abrite un café très apprécié des visiteurs.

L’édifice, aux couleurs chatoyantes, est constitué d’une spirale qui finit par douze étages et 41 mètres, à son plus haut niveau. Nous pouvons y trouver en tout 105 appartements aux fenêtres de diverses tailles, formes et textures. Aujourd’hui, les curieux du monde entier, affluent à Darmstadt pour voir les habitations de Friedrich Hundertwasser, l’architecte qui est mort en février 2000 quelques mois avant l’achèvement du bâtiment de la « Waldspirale ».

© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh

Les photos : © Sipane Hoh

Arty, la réalisation raffinée d’a/LTA

© Charly Broyez

Non loin de Rennes, dans la commune de Cesson-Sévigné, les architectes de l’agence a/LTA (Maxime Le Trionnaire et Gwenaël Le Chapelin) viennet de livrer un nouveau projet. Il s’agit d’un immeuble de 40 logements qui croise astucieusement les lignes pures et les traits raffinés.

Deux entités compactes

Située sur une parcelle qui longe d’un côté la voie ferrée et de l’autre la route de Paris-Rennes, l’ensemble résidentiel qui se trouve à proximité de la zone d’activité de la Rigourdière, se démarque par sa fière allure. En effet, le lot attribué à Néotoa et sur lequel se sont amenés les architectes de l’agence a/LTA à réfléchir, offre un panorama sur le grand paysage champêtre mais aussi sur toute la vallée de la Vilaine à son côté nord.

De couleur blanche, la réalisation se compose de deux entités compactes qui jouissent de généreuses terrasses qui changent d’un niveau à l’autre. Tandis que certaines sont larges, d’autres sont plus profondes, par ailleurs, les garde-corps sont remplis de verre blanchi. Les architectes nous racontent que le nez de dalle comme la main courante en aluminium anodisé proposent une épaisseur unique et participent à gommer l’échelle des niveaux courants. Un exercice subtil qui pourrait différencier la réalisation des autres constructions.

De couleur épurée

Les façades sont simples, élégantes, leur traitement est homogène et les matériaux de bonne facture. Les parties maçonnées sont en béton peint de teinte claire. Une partie du rez-de-chaussée abrite des places de stationnement couvertes par une toiture béton végétalisée. Les voitures accèdent uniquement par le côté est au sous-sol où se trouvent 24 places de stationnement.

Un espace commun traité sous forme de placette pavée dessert le hall d’entrée vitré ainsi que le local deux-roues. Les architectes nous racontent également que des portillons piétons sont placés dans la clôture pour permettre un accès direct aux jardins privatifs et aux logements contigus directement depuis l’espace public. Tout a été pensé pour faciliter les parcours au sein de la parcelle.

Tandis que les façades affichent leur couleur épurée, quelques touches viennent égayer certains murs des parties communes au sein du bâtiment. Les différents appartements sont lumineux grâce aux généreux baies vitrées et l’ensemble des habitants goûtent aux divers panoramas qui leur sont offerts. L’édifice est perceptible de loin grâce à sa teinte et le mouvement de ses terrasses qui lui octroient un agréable côté géométrique.   

© Charly Broyez
© Charly Broyez
© Charly Broyez

Le site de l’agence a/LTA : ici.

Les photos : © Charly Broyez

De l’ancienne chaufferie aux logements

©Jean-Brice Viaud

C’est un programme prodigieux qui a été pris en main par BFV Architectes pour subir une transformation des plus intéressantes. Il s’agit de l’ancienne chaufferie de l’antiquaille à Lyon, devenue aujourd’hui un ensemble élégant constitué de logements et de bureaux.

Une reconversion complète

A Lyon, les architectes de l’agence BFV Architectes ont entrepris un travail de longue haleine à la fois délicat et complexe qui a donné naissance à un projet fonctionnel, utile et pratique.

Le projet consiste en une reconversion complète en logements et bureaux du bâtiment existant sur le site de l’ancienne chaufferie de l’Antiquaille. En effet, ce dernier, conçu par l’architecte Pierre Bourdeix est considéré comme un exemple remarquable de l’architecture rationaliste du XXe siècle. L’édifice en béton croise astucieusement, dès le départ, la simplicité des formes avec la lisibilité des espaces et la robustesse de la structure.

Le travail des architectes est complexe, il s’agit de transformer un grand volume existant, vide, en un ensemble accueillant huit logements, le tout selon une surface de 660m² mais aussi créer un dernier étage de bureau élaboré sur quatre niveaux. Le défi est important. Comment métamorphoser une architecture ancienne sans déformer ? La réponse des architectes est remarquable. A la fois simple et lisible, il s’agit d’un exercice qui a été mené avec adresse. Le travail de réinterprétation respecte l’ancien tout en se projetant vers l’avenir. Certaines gestes sont tout simplement astucieuses, donnons l’exemple des quelques éléments en béton qui ont été reconstitués en bois grisé. De même, tous les éléments structurels ainsi que les éléments de modénature abîmés ont été remplacés par des éléments en bois pré-grisé. Des travaux nécessaires selon les architectes pour pouvoir continuer à faire vivre l’édifice.

Une opération étonnante

L’ensemble situé sur une parcelle stratégique comporte en son sous-sol des empreintes historiques comme la voie Romaine, le cardo decumanus qui occupent les sous-sol des fondations. Malgré le passé glorieux et son emplacement privilégié de grande valeur historique, l’édifice ne bénéficie d’aucune protection au titre des Monuments Historiques. La nouvelle intervention devrait donc rester sur les fondations actuelles tout en accueillant un nouveau programme qui comporte trois niveaux de planchers. Une gageure que les architectes ont relevé avec brio en se servant de planchers métalliques, portés par des poteaux et suspendus à des portiques. Connus pour leur légèreté, les planchers métalliques gardent ainsi intact l’aspect général, dissolvent le problème des charges tout en dotant l’ensemble d’une structure pérenne prête à relever le nouveau défi. Notons par Ailleurs que les architectes ont fait le choix de la démolition de l’auvent et des éléments rapportés tardivement tels que l’ascenseur et l’escalier.

Bien que le bâtiment garde ses airs d’autrefois, nous pouvons constater un certain changement. Aussi subtil que discret, la présence du bois crée une belle mosaïque contemporaine tandis que la nouvelle façade de verre et de métal noir laisse transparaître la nouvelle destination.

Des logements et des bureaux occupent aujourd’hui la place de l’ancienne chaufferie et grâce à l’intervention de BFV Architectes, le bâtiment d’origine a été non seulement préservé mais magnifié. Une opération étonnante qui mérite la reconnaissance.

©Erick Saillet
©Erick Saillet
©Erick Saillet
©Erick Saillet

Le site de BFV Architectes : ici.

Les photos : ©Erick Saillet et Jean Brice Viaud

A la Nouvelle-Orléans, EskewDumezRipple signe un projet gracieux

© Timothy Hursley

Baptisé The Beacon, il s’agit d’un immeuble résidentiel de sept étages de 172 000 pieds carrés qui s’inspire des bâtiments historiques du quartier français de la ville. Réalisé par les architectes de l’agence EskewDumezRipple, l’ensemble croise astucieusement élégance et sobriété.

Une oasis apaisante

Contrairement à la cour résidentielle typique accessible uniquement aux habitants de l’immeuble, celle du projet The Beacon donne directement sur la rue Girod. Les architectes nous informent qu’ils ont créé un équipement non seulement pour le bâtiment, mais aussi pour le quartier, en somme un nouveau développement dans son ensemble.

Cette particulière organisation fournit une oasis apaisante pour les 126 unités résidentielles et un espace public unique dans lequel les gens peuvent croiser vivre et échapper à l’agitation commerciale alentours. L’ensemble est doté par 20 000 pieds carrés de commerce de détail en son rez-de-chaussée, parfaitement intégré au projet.

S’étendant sur l’idée de la réinterprétation de la réputation de la Nouvelle-Orléans en tant que « joyau caché », les thèmes de cet espace sont enracinés dans les images et les textures d’une géode. Ainsi, nous pouvons remarquer un éventail de couleurs vibrantes dans tout l’intérieur en contraste avec les gris extérieurs sobres et austères. Tandis que la façade donnant sur la rue est composée de briques sombres, les murs de la cour donnant sur l’intérieur sont revêtus de panneaux métalliques clairs pour refléter la lumière du soleil, créant une expérience chaleureuse et accueillante.

Une attention portée aux détails et à la texture

Les boîtes d’ombre le long des fenêtres créent un extérieur articulé visibles des deux rues qui se croisent. Tout au long de la journée, des ombres s’étendent sur la brique grise tamisée, créant une peau multi-texturée en constante évolution. Les bandes variées sont disposées selon un motif décalé qui produit une façade rigoureuse mais animée. Offrant des plans d’étage contemporains, inspirés des loft, contenant une ou deux chambres, l’intérieur allie un style contemporain et un goût éclectique.

Les architectes nous racontent que la conception visait, avant tout, à fournir une palette neutre de gris et de blanc que les résidents pouvaient personnaliser tout en respectant la conception générale du bâtiment. Il s’agit ainsi d’un espace propre et accueillant mis en valeur par une attention portée aux détails et à la texture. Une attention supplémentaire a été accordée aux éléments tels que les îlots de cuisine, les dressings et les salles de bain pour donner à l’espace une sensation plus grande tout en conservant une certaine compacité. Les escaliers d’entrée sont sculptés et placés en angle, créant une fissure qui sépare les entrées publiques et privées les unes des autres. Alors que les clients des parties commerciales sont dirigés vers le haut et dans la cour, les résidents peuvent contourner les escaliers et accéder au hall sans interférence. Tout a été minutieusement étudié pour le plus grand confort de tous.

Terrasse avec vue

La procession à travers le bâtiment conduit les invités et les résidents hors de l’agitation extérieure vers une cour tranquille surélevée et fournit une connexion à la terrasse sur le toit qui offre une vue imprenable sur la ville. Contrairement à la cour traditionnelle du quartier français de la Nouvelle-Orléans, construite comme un espace exclusif réservé aux rassemblements privés, la cour intérieure de ce bâtiment est conçue pour être ouverte et inclusive.

La terrasse du quatrième étage offre un espace clos pour les invités et les résidents. C’est un lieu de détente où les gens peuvent également manger et boire dans un cadre plus intime. Servant de l’expérience des résidents, cette terrasse sur le toit comprend un coin salon, un bar lambrissé et de vastes coins de détente. Entouré de tons gris apaisants et d’une belle végétation, cet espace offre à tous un salon calme à l’esthétique moderne. A la Nouvelle-Orléans, les architectes de l’agence EskewDumezRipple viennent de réaliser un projet fonctionnel, utile et esthétique.

© Timothy Hursley
© Timothy Hursley
© Timothy Hursley
© Timothy Hursley
© Timothy Hursley

Le site de l’agence EskewDumezRipple : ici.

Twitter: @EDR_Design ; Instagram: @eskewdumezripple ; Facebook: https://www.facebook.com/EskewDumezRipple/

Les photos : © Timothy Hursley

Les architects de l’agence EskewDumezRipple qui ont participé au projet: Steve Dumez, FAIA; Jose Alvarez, AIA, LEED AP ; Hussein Alayyan, LEED AP BD+C ; Wendy Kerrigan, AIA

EskewDumezRipple (architecture et architecture intérieur); Spackman Mossop+Michaels (paysagisme); Woodward Engineering Group (ingenierie civile et structure); Pontchartrain Mechanical (ingénieur mécanique)  ; Northside Electric Inc. (ingénieur électrique); Woodward Design+Build (maîtrise d’ouvrage)

A Portland, une élégante tour résidentielle signée Skylab

© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.

Située de l’autre côté de la rivière Willamette, dans le centre-ville de Portland, le YARD est un immeuble de logements à usage mixte de 21 étages et de 343 100 pieds carrés qui s’élève au-dessus du célèbre pont Burnside. Un projet élégant réalisé par l’agence d’architecture Skylab.

Logements avec vue

La dalle est composée d’un ensemble de plantations indigènes qui profitent aux habitants. La forme de toit plié rappelle de manière abstraite la pente naturelle du site riverain. Le paysage est à la fois ouvert au public et aux acquéreurs offrant des installations de spa, de remise en forme et de travail collaboratif qui profitent des vues incomparables du centre-ville de Portland.

Les 284 unités résidentielles de l’immeuble, dont 20% sont réservés aux résidents de faibles revenus, constituent un mélange de studios et d’appartements à une et deux chambres. Les architectes nous confient que le site n’était pas sans défis, en effet, PLU oblige, 40% du site était limité à la construction de cinq ou six étages au maximum. Pour résoudre les différentes contraintes, la tour a été décalée hors axe et encadrée par deux moitiés de dalles. L’aspect extérieur du bâtiment est défini par une façade en métal bronze anodisé de couleur brun chocolat, contrastant avec les fenêtres en verre réfléchissant. Ensemble, le revêtement et le système de fenêtres incarnent l’esprit du projet qui explore comment des mouvements simples et des produits de base peuvent être mis en avant grâce à de simples modifications.

Une esthétique décontractée

À l’intérieur, une esthétique décontractée définit les espaces communs du bâtiment. Les équipements des appartements comprennent des plaques de cuisson en verre et des comptoirs en granit, la technologie de la maison intelligente est présente dans certaines unités. Les espaces communs de coworking et le salon encouragent une atmosphère sociable, en particulier concernant les parties intérieures et extérieures partagées se trouvant sur la dalle paysagère. Par ailleurs, un spa populaire baptisé Knot Springs ainsi qu’un club axé sur la santé et le bien-être est situé aux 4ème et 5ème étages. A noter que Skylab était également responsable de la conception de cet espace.

La conception de Knot Springs a été inspirée par les sources chaudes qui se trouvent dans le désert d’Alvord dans le sud-est de l’Oregon. Le paysage surélevé de la cour et la structure en béton ondulent dans les bassins et le gymnase rappelant le talus de la rivière autochtone. Le spa s’ouvre sur le paysage, permettant la circulation à travers un couloir en plein air vers des destinations respectives dans un voyage de bien-être. La palette Knot Springs s’inspire des matériaux primaires pour rehausser les bassins d’eau en utilisant du bois, du verre, de l’acier et du béton, le tout en appliquant des procédés durables et efficaces. Les graphiques, le plafond végétal en macramé et les petits détails attirent l’attention. Notons que le béton et le bois ont été utilisés de manière holistique.

Tisser le bâtiment dans le paysage urbain

La tour, la porosité du podium et les vastes espaces extérieurs se combinent pour tisser le bâtiment dans le paysage urbain. « Il invite la rue et le public à entrer dans le bâtiment », explique Jeff Kovel, le fondateur de Skylab qui rajoute par ailleurs : « Nous sommes à une époque où les bâtiments sont presque devenus des communautés fermées, et nous avons vraiment décidé de créer l’antithèse de cela. Je pense que c’est en grande partie la raison pour laquelle les gens aiment y vivre. Ils ont l’impression qu’il s’agit d’un centre social et les connectent, à d’autres personnes et à la vie créative de la ville. » A Portland, les architectes de Skylab ont réalisé un projet gracieux, ouvert sur l’extérieur et concentrant de nombreuses qualités.

© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.
© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.
© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.
© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.
© Maria Lamb, Stephen Miller, and Brian Walker Lee.

Le site de Skylab Architecture: ici.

Instagram : @skylabarchitecture

Les photos : © Maria Lamb, Stephen Miller et Brian Walker Lee.

L’équipe du projet : Architecture et architecture intérieure: Skylab; Client: Key Development Corporation; Maîtrise d’ouvrage: Andersen Construction; Ingénieur civil: Harper Houf Peterson Righellis – Inc.; Ingénieur de structure: KPFF Consulting Engineers; Ingénieur mécanique, fluides : PAE Consulting Engineers; Ingénierie géotechnique: GeoDesign Inc.; Paysagisme: 2.ink Studio; Eclairage: LUMA Lighting Design; Acoustique: SSA Acoustics, LLP; Ingénierie géotechnique: GeoDesign Inc.; Géomètre-expert: Blue Dot Group; Consultant d’acoustique: SSA Acoustics, LLP; Consultant enveloppe de l’immeuble: The Façade Group, LLC; Graphisme: Open Studio Collective.

A Lanzarote, Zooco Estudio réalise un élégant complexe hôtelier

© Imagen Subliminal

Dans l’archipel des Canaries, à Lanzarote, l’agence d’architecture Zooco Estudio vient de terminer la réalisation d’un complexe hôtelier aux lignes pures et aux formes simples. Textures et matières se croisent pour un résultat enchanteur.

Une belle relation entre intérieur et extérieur

Le projet du complexe hôtelier est situé dans la zone centre-est de l’île de Lanzarote. Les architectes nous racontent que la parcelle de 19.162 m² possède une forme rectangulaire et comprend, grâce à cette intervention, de petites constructions blanches qui sont situées et regroupées générant deux espaces centraux proposant une belle relation entre intérieur et extérieur.

Pour renforcer l’unicité de l’ensemble, les ornements ainsi que les éléments décoratifs ont été dépouillés. Les architectes ont choisi la couleur blanche existante comme base ainsi que le bleu pour toutes les menuiseries extérieures et les clôtures. Tandis que l’utilisation du verre, du basalte et du bambou, génèrent des traits harmonieux en accord avec l’environnement. Une forme particulière commune est répétée dans tout le complexe. Donnons l’exemple de l’utilisation d’un treillis avec divers matériaux qui est représenté à l’intérieur des chambres mais aussi dans la porte en verre qui donne sur la salle de bain mais aussi à l’extérieur du complexe, en bleu métallique.

Des typologies variées

Les petits immeubles, de deux et trois niveaux abritent les logements de typologies variées, qui comptent des chambres doubles avec salon mais aussi des studios et appartements avec cuisine. Toutes les unités ont été réformées, suivant les mêmes critères quel que soit le type du logement. Une palette de couleurs douces est utilisée. Le blanc, le beige et le gris véhiculent un univers paisible. Le bois, rehaussé de quelques petites touches de bleu, tant dans la menuiserie que dans les éléments en céramique apporte un sentiment de chaleur. Les détails ont été soigneusement étudiés pour une ambiance élégante et sobre.

Au nord-ouest, se trouve un bâtiment au rez-de-chaussée, qui a été entièrement rénové. Il abrite la réception de l’hôtel, la salle de vente, la salle de sport et une zone de service avec blanchisserie, et des espaces dédiés au personnel de l’hôtel. Tandis que le bureau d’accueil, le back office, les toilettes, les bureaux et les espaces de vie se trouvent dans un autre volume. Dans la zone sud-est se trouve le restaurant buffet qui a été rénové et où une terrasse fermée a été agrandie. La végétation a été introduite à l’intérieur, générant des murs végétaux verticaux, qui répartissent sur différents espaces. Un peu plus loin, sur l’autre place, un nouveau bâtiment en pierre basaltique a été construit, il s’agit d’un élégant pool-bar où les habitués des lieux peuvent se rencontrer. Cet espace se caractérise par de grandes pergolas en bambou qui possèdent différentes hauteurs et qui génèrent des espaces extérieurs protégés du soleil.

Les intérieurs sont à l’image des extérieurs, à la fois sobres et épurés. A Lanzarote, les architectes de Zooco Estudio ont accompli un travail minutieux à découvrir sans tarder.

© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal

Le site de Zooco Estudio : ici.

Les photos : © Imagen Subliminal