Archives par mot-clé : céramique

A Porto, une élégante réhabilitation signée Anarchlab

© Ivo Tavares Studio

C’est un ensemble complet que l’agence d’architecture portugaise Anarchlab dirigée par Pedro Ribeiro da Silva vient de terminer. Une réhabilitation lourde couplée d’une minutieuse reconversion que les architectes ont mené avec tact. Un projet où les textures et les matières se croisent pour un résultat séduisant.

Trois bâtiments pour une même signature

Au Portugal, à Porto, le bâtiment récemment rénové fait partie d’un ensemble de constructions commandées par la société Fábrica de Cerâmica das Devesas. Le complexe servait d’entrepôt et de vitrine pour les différents produits fabriqués à l’époque par la même entreprise. L’agence Anarchlab a été mandaté pour mener à bien ce projet.

L’ensemble se compose de trois bâtiments. Nous pouvons y trouver un grand immeuble conçu pour des bureaux, un entrepôt de produits, un magasin, un hall d’exposition mais aussi une vitrine avec une façade imposante face à la Rua José Falcão. Le bâtiment rénové était l’atelier de marbre, mais il fonctionnait également, à son dernier étage, comme une habitation. Parmi les divers volumes du complexe, il existe également une maison qui appartenait à Feliciano Rodrigues da Rocha, l’un des trois partenaires de l’enseigne.

L’ancien atelier de marbre est situé sur la Rua da Conceição, avec une cour commune située entre le bâtiment et l’entrepôt. Cet atrium fonctionne comme un joli espace qui lie entre les deux, articulant les façades des deux rues celle de la Rua José Falcão et la Rua da Conceição.

Bien qu’il ait été classé monument d’intérêt public, tout l’intérieur du bâtiment était complètement démoli au début du projet. Ont été gardé seulement les façades et les toits de l’original construction. Les architectes nous racontent que l’inévitable transformation programmatique a pris en compte l’héritage historique et architectural du bâtiment d’origine qui avait résisté aux aléas du temps. Les façades principales et celles qui sont orientées vers l’est ont été entièrement réhabilitées sans aucune modification tandis que la façade sud, déjà remaniée à l’époque, a pris une grande importance. Elle se démarque aujourd’hui par sa nouvelle palette de couleurs et l’introduction d’une fenêtre ronde en verre qui donne l’équilibre géométrique à l’ensemble et rétablit la communication avec son voisinage.

Faire revivre le lieu

À l’intérieur de l’ancien entrepôt en pierre tout est maintenue. La morphologie est similaire à l’original, le visiteur est accueilli par un vaste espace commun, baigné de lumière naturelle, qui révèle la hauteur saisissante de l’espace intérieur, complètement imperceptible de la rue. La structure qui renforce toute la construction existante est perceptible, le toit rénové et le dernier étage qui se caractérise par ses grands puits de lumière en verre laissant entrer la lumière naturelle, conserve l’ambiance industrielle de l’ancien bâtiment.

L’ensemble résidentiel comporte douze appartements qui vont du type loft avec mezzanine aux résidences de deux chambres. Ces derniers sont répartis sur les deux étages principaux tandis que le dernier niveau qui est de petite superficie est constitué des mezzanines des lofts. L’intérieur est organisé par la distribution soignée de volumes simples comme les armoires, les cuisines et les salles de bains. Un petit clin d’œil à la frugalité monolithique de l’entrepôt d’origine de l’ancienne usine de céramique. Les tons utilisés sont neutres nous pouvons y trouver le gris et le noir qui se marient avec le plancher de bois. L’ensemble dégage un sentiment de sérénité et les textures et matières utilisées se croisent merveilleusement pour faire revivre le lieu. La réhabilitation de l’agence Anarchlab ressemble à une intervention chirurgicale à la fois délicate et adaptée, une intervention élégante à découvrir sans tarder !

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de l’agence Anarchlab (Pedro Ribeiro da Silva en collaboration avec Fábio Peixoto et José Azevedo) : ici.

Facebook: www.facebook.com/anarchlab ; Instagram: www.instagram.com/anarchlab/

Les photos : © Ivo Tavares Studio

Facebook: www.facebook.com/ivotavaresstudio ;

Instagram: www.instagram.com/ivotavaresstudio

Au Portugal stu.dere et Civiurban réalisent un projet atypique

© Ivo Tavares Studio

Dans la ville portugaise d’Amarante, l’agence d’architecture stu.dere en collaboration avec Civiurban vient de terminer un projet atypique. Il s’agit d’une laverie libre-service qui répond non seulement à une demande accrue d’une clientèle exigeante mais qui s’avère être un petit exercice de style.

La dualité entre le traditionnel et le moderne

Le projet de la laverie libre-service a été pensé suite au besoin d’un espace laverie qui, en même temps, sert à offrir un service personnalisé pour le traitement des vêtements. « Cet espace se veut être un espace harmonieux qui offre un espace lounge pour que les personnes aient un lieu confortable en attendant la fin des équipements de lavage et de séchage. » Nous racontent les architectes.

Pour l’élaboration du concept de projet, la dualité entre le traditionnel et le moderne a été pris en compte, l’accent étant mis, selon les concepteurs, sur la nature. « Le but était de créer un environnement moderne et innovant, reflétant l’évolution d’une société qui cherche des solutions pratiques pour la gestion de celle-ci au quotidien, tout en ramenant la mémoire des laveuses communautaires traditionnelles. »

Les céramiques de couleur verte

L’espace qui résulte de la fusion de deux magasins, a été divisé en une zone de libre-service et une zone de service spécialisée, qui sera ouverte sur une plage horaire plus restreinte, par conséquent, elle sert de barrière physique grâce à la présence de la porte à damier métallique, qui s’aligne sur la céramique des murs environnants.

Les céramiques de couleur verte ont été choisies pour faire allusion à la céramique utilisée dans les laveries anciennes, un clin d’œil qui nous rappelle les aspects sociaux de la collecte de l’eau. Le sol est construit en microciment qui, en plus d’utiliser les solutions esthétiques actuelles, convient aux zones à forte affluences tout en étant totalement étanche, sans joints, facilitant son entretien.

L’utilisation des plantes suspendues est destiné à souligner la nature grâce à la légèreté et la fraîcheur de l’espace pendant que les gens s’y trouvent. En effet, sous les quelques plantes, nous pouvons trouver une table en marbre, un clin d’œil aux vieux réservoirs en pierre utilisés jadis.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de stu.dere: ici

Les photos : © Ivo Tavares Studio

L’ascenseur urbain de Gironella

© Adrià Goula
© Adrià Goula

Dans la province de Barcelone, l’architecte Charles Enrich a réalisé un atypique ascenseur qui lie les deux fractions de la ville de Gironella. Il s’agit non seulement d’un nouveau moyen de connexion qui facilite l’accessibilité mais d’un élément architectural qui s’intègre dans le tissu urbain de la cité.

Gironella est une municipalité qui a grandit au cours des dernières décennies. Divisée par le fleuve Llobregat, le centre historique situé sur le sommet d’une colline (où se trouve également le château) est devenu de plus en plus loin par rapport à la nouvelle ville qui s’est étendue de l’autre côté de la rivière.

Petit à petit une certaine fracture s’est installée entre les dux parties de la ville. En raison de l’accessibilité difficile, le centre ville a été dépeuplé au profit des nouveaux quartiers. Pour monter sur la colline la fréquentation des petites ruelles demande un grand effort aux personnes âgées. Pour cela, la municipalité a décidé de construire un nouvel accès pour le centre-ville, un moyen simple et rapide qui puisse être utilisé par tous les habitants.

La proposition de l’architecte consiste à intégrer un ascenseur à un endroit stratégique qui s’intègre merveilleusement dans le tissu urbain de la ville médiévale. Pour cela, le choix a été porté sur un ancien passage que les habitants utilisaient pour se rendre aux usines.

Acier, céramique et verre

La structure en acier qui se compose de 80 piliers cylindriques a été réalisée dans une entreprise locale et le montage a duré quatre jours. Un grillage perforé en briques est placé sur les faces latérales de cette dernière s’étend sur 16 mètres de haut.

Le choix de la boîte poreuse répond, d’une part, à son rôle de filtre solaire tout en offrant une aération et une luminosité suffisante à l’intérieur. Malgré sa taille, une apparence de légèreté dégage de l’ensemble. La partie inférieure de cette combinaison est vitrée, elle s’ouvre ainsi sur le paysage en créant un lien fort avec la nature environnante.

La réalisation de cet ascenseur urbain a résolu un véritable problème qui concerne la commune de Gironella d’autant plus que sa présence architecturale est loin d’être désagréable. Bien au contraire, la mosaïque urbaine a gagné un élément fondamental comme s’il a été toujours existé.

© Adrià Goula
© Adrià Goula

© Adrià Goula
© Adrià Goula

© Adrià Goula
© Adrià Goula

Le site de Charles Enrich : ici.

Les photos: © Adrià Goula

Reconversion…

C’est à Madrid que les architectes de l’agence Aranguren & Gallegos ont accompli la reconversion, l’agacement et la transformation complète d’une ancienne usine en un musée moderne. Avec son intérieur sobre et lumineux, sa façade constituée en panneaux de céramique qui lui donnent un aspect à la fois moderne et futuriste, ce lieu devenu un icône culturel  pour la ville est une curiosité à découvrir…
Pour plus d’informations et de photos, voir : ici.
Le site des architectes: ici.
La photo : © Jesus Granada