Archives du mot-clé maison

Qu’elle est séduisante, l’extension londonienne de Tonkin Liu !

© Tonkin Liu

Dans la capitale anglaise, l’architecte Tonkin Liu vient de livrer la réhabilitation ainsi que l’extension d’une maison de ville de style géorgien. Un travail remarquable pour un ouvrage original et tout aussi accrocheur.

Un joli deux en un

L’extension se situe à l’arrière d’une maison londonienne. Conçue et construite par l’architecte Tonkin Liu en collaboration étroite avec des artisans locaux, elle sert à la fois d’atelier et de foyer pour la famille de l’un de ses collaborateurs. L’architecte a tout fait pour trouver une meilleure utilisation de l’étroit jardin arrière de la propriété. Un espace de travail a été donc créé au rez-de-chaussée plus un espace de vie au sous-sol.

Selon l’associé de Tonkin Liu, à l’instar d’autres résidences géorgiennes, la façade avant garde une certaine uniformité tandis que celle située à l’arrière et donc non visible de la rue comprend parfois un croisement de plusieurs époques. Cela est expliqué par les diverses exigences des propriétaires et leur besoin de plus d’espace au fil du temps.

L’ensemble, remanié, se démarque par son toit qui couvre tout le jardin. Cependant pour maximiser l’exposition à la lumière naturelle, une courbe a été découpée dans la toiture. Une idée singulière qui donne à l’extension un caractère plastique.

L’eau, les gouttes de pluie et le plan d’eau

La couche inférieure du toit est recouverte d’un motif de cercles découpés sur plusieurs couches destinés à imiter les ondulations créées par les gouttes de pluie tombant sur l’eau. D’où le nom de l’extension : « Sun rain room ». Une canalisation située tout au bord de la forme arrondie de la toiture récolte l’eau de pluie et la transporte dans un réservoir. A travers un mécanisme et en appuyant sur un bouton, le réservoir peut être vidé pour inonder d’eau récoltée, le patio noir carrelé et le transformant en piscine. Cette eau peut également être utilisée pour irriguer les plantations qui se trouvent sur le toit.

Un mur en miroir situé dans un angle de l’extension cache entre autres un atelier et un hangar. Sous le patio, le sous-sol existant a été agrandi pour créer une chambre à coucher, deux salles de bain qui se trouvent sous la nouvelle toiture. Le niveau inférieur est relié à la maison principale par un escalier en colimaçon noir qui se trouve dans un puits de lumière abondamment végétalisé. Ce dernier, est surmonté d’un second escalier réalisé en verre pour que l’espace reste clair et aéré.

Tout respire l’épurement et la sobriété. L’extension de Tonkin Liu est un petit chef d’œuvre qui fera le bonheur de tous.

© Tonkin Liu
© Tonkin Liu
© Tonkin Liu
© Tonkin Liu
© Tonkin Liu
© Tonkin Liu
© Tonkin Liu
© Tonkin Liu

Le site de Tonkin Liu : ici.

Les photos : © Tonkin Liu.

Une élégante maison en Corée

© Yousub Song

En Corée, située dans le quartier atypique de Yeonnam-dong, l’agence d’architecture Cho & Partners a réalisé une résidence qui se démarque de ses voisins. Subtilité, originalité mais aussi fonctionnalité sont au rendez-vous.

Originale et fonctionnelle

Le quartier de Yeonnam-dong est connu en Corée. Il s’agit d’une localité résidentielle qui a subi de grands changements grâce à l’implantation de nombreux artistes et des ateliers de design. Le quartier qui se distingue par ailleurs par ses boutiques ainsi que ses ruelles exiguës, son ambiance colorée et son parc, attire depuis peu de nouveaux habitants à la recherche d’originalité.

Dans ce contexte charmant où les différentes cultures se croisent, les jeunes architectes de l’agence Cho & Partners ont réalisé un travail remarquable. Malgré l’exiguïté de la parcelle, la maison affiche une certaine élégance. En effet, sur un terrain de 130m², s’érigent des murs en béton apparent dont certains sont couverts de bois de frêne carbonisé. Les ombres des cerisiers qui se trouvent en face de la résidence sont visibles sur la façade à laquelle ils donnent un bel effet dynamique.

Lumineuse et ouverte

Le couple, dont les enfants ont tous déménagé, a souhaité une maison ouverte comme un loft où le salon et la chambre à coucher se trouvent dans le même espace. C’est pourquoi, les architectes ont créé un espace qui se divise en deux à travers une mezzanine qui donne sur le salon. Ce dernier comporte un grand patio qui procure une grande luminosité à l’ensemble.

L’un des souhaits des propriétaires était une grande terrasse où ils peuvent organiser une fête en invitant quelques amis. D’où l’idée d’ouverture de la salle à manger sur l’extérieur. Les architectes ont suivi non seulement le chantier mais l’organisation et l’agencement intérieur de la maison. Ainsi, chaque meuble, chaque tableau et chaque détail a trouvé une attention particulière. Le résultat est enchanteur.

Selon les architectes, il s’agit du fruit d’une agréable collaboration avec les propriétaires ainsi que les artisans. Un projet élégant qui croise astucieusement simplicité et originalité.

© Yousub Song
© Yousub Song
© Yousub Song
© Yousub Song
© Yousub Song
© Yousub Song
© Yousub Song
© Yousub Song

Le site de l’agence d’architecture Cho & Partners : ici.

Les photos : © Yousub Song

En bois et en béton, le petit bijou de Torquay

© Derek Swalwell

Baptisée « Torquay House », la maison réalisée en Australie par Wolveridge Architects vaut le détour. Il s’agit d’un projet qui tente de remettre en question les diverses notions traditionnelles de la façon dont le bâti peut s’adapter à un environnement côtier tout en apposant sa signature particulière.

A la fois fermée et ouverte

Dans le milieu côtier, les bâtiments doivent être robustes, ils doivent également défier la nature tout en créant des espaces de protection, internes et externes, qui permettent aux occupants de se sentir en sécurité et à l’aise, le tout en gardant leur intimité. C’est pourquoi les architectes de l’agence Wolveridge ont créé une atypique maison qui répond aux diverses exigences qu’elles soient météorologiques, environnementales ou personnelles.

Selon les architectes, que les occupants soient des résidents à temps plein ou occupant la résidence pour les fins de la semaine, la maison sur la plage devrait être un endroit où il fait bon vivre, que ce soit en été ou en hiver. Avec d’excellentes vues sur le nord et le sud ainsi qu’une grande motivation pour éviter les perspectives est / ouest, ce projet a évolué comme une série de conteneurs interconnectés et robustes.

Une maison où il fait bon vivre

L’édifice est divisé en trois entités connectées. La première et la seconde comportent deux étages et présentent des façades aveugles en béton, tandis que la troisième partie consiste en un volume de plain-pied entièrement revêtu de bois. Plusieurs petites cours sont insérées dans les renfoncements entre les blocs et sont ponctuées par la plupart des fenêtres de la maison qui donnent généralement vers le nord et le sud.

A l’origine, les propriétaires ont souhaité une structure qui ressemble à un entrepôt fermé, mais selon l’idée présentée par les architectes, ils ont changé d’avis. Convaincus qu’un bâtiment ouvert et accueillant serait plus adapté à remplir leurs exigences, les utilisateurs des lieux ont opté pour ce projet. Ce dernier, présente à l’arrière de la propriété, une grande ouverture qui jouxte un jardin planté. La maison se dote d’un joli espace de rencontre extérieur ainsi qu’un jardin qui sert de promenade publique où les passants trouvent même un un petit sanctuaire et des gargouilles rapportées du lieu de naissance du propriétaire.

Tandis que trois chambres sont situées à l’étage supérieur, un salon et une salle à manger occupent la partie arrière de la maison et s’ouvrent sur une charmante piscine. Tout a été pensé dans le but de rendre les propriétaire satisfaits. Protégée pour faire face aux conditions côtières tout en jouissant d’une imprenable vue sur le nord et sur le sud, la « Torquay House » réalisée par Wolveridge Architectes est un petit bijou aux diverses qualités.

© Derek Swalwell
© Derek Swalwell
© Derek Swalwell
© Derek Swalwell
© Derek Swalwell
© Derek Swalwell
© Derek Swalwell
© Derek Swalwell

Le site de Wolveridge Architects: ici.

Les photos: © Derek Swalwell

Au Japon, du béton recyclable pour une maison de ville

© Toshihiro Sobajima, Jérémie Souteyrat

Dans la réalisation de cette maison située dans la capitale japonaise, au lieu d’utiliser du sable, les architectes de l’Atelier Tekuto ont opté pour un béton 100% recyclable. C’est un projet atypique qui se développe sur 103 m² de surface et comporte une charmante maison de ville.

A la place du béton traditionnel

A la place du sable, c’est le shirasu qui a été utilisé pour la construction de la maison. Il s’agit d’un type de béton durable utilisant des particules de cendres volcaniques qui se trouvent en abondance dans les parties sud du Japon.  Un matériau entièrement recyclable qui remplace le béton tout en donnant la même impression.

L’avantage de ce matériau est sa résistance ainsi que sa durabilité qui augmente pendant une longue période à cause de la réaction du shirasu. En plus, la densité de cette matière, qui provient de sa granularité fine , protège le béton de la neutralisation. Le shirasu contient également des micro-cellules fermées qui confèrent au béton des qualités de contrôle de l’humidité et de désodorisation. Le développement et l’utilisation de cette matière écologique peuvent être un atout considérable surtout dans les zones riche de ce matériau.

Pour la réalisation sur un site exiguë, la conception sectionnelle et volumétrique devient très importante. Une salle  insonorisée de haut niveau prend place au sous-sol et une galerie spacieuse ainsi qu’une chambre sont placées au premier étage. La fonctionnalité a été privilégiée au deuxième étage où se trouvent un salon, une salle à manger, une cuisine et une salle de bain. Le salon est constitué d’un très petit espace, mais un plafond de 5m de haut et une grande fenêtre triangulaire oblique, lui confèrent une grande luminosité et une ouverture sur l’extérieur.

Un ensemble cohérent

Trois méthodes de conception ont été adoptées par les architectes. Tout d’abord la connexion entre l’intérieur et l’extérieur, l’étude de l’espace qui se fait par la superposition des murs et des volumes ainsi que la création d’un espace multi-couches avec une plus grande ampleur. Cela peut s’expliquer par exemple plusieurs détails et des interconnexions qui produisent une richesse spatiale et donnent une particularité à l’ensemble.

Concernant les couleurs et les textures, les architectes ont choisi du béton apparent, des planches de bois tannées au charbon, de l’acier martelé, de l’acier inoxydable noir et de l’argent noir oxydé. Les couleurs sont riches et unifiées, elles vont du gris jusqu’au noir. Cette attention à la couleur et à la texture crée une certaine unité rendant intéressants tous les espaces.

La maison de l’Atelier Tekuto est un petit bijou à découvrir sans tarder.

© Toshihiro Sobajima, Jérémie Souteyrat
© Toshihiro Sobajima, Jérémie Souteyrat
© Toshihiro Sobajima, Jérémie Souteyrat
© Toshihiro Sobajima, Jérémie Souteyrat
Tokyo, March 24 2015 – R-Torso-C House by Atelier Tekuto.
Tokyo, March 24 2015 – R-Torso-C House by Atelier Tekuto.
© Toshihiro Sobajima, Jérémie Souteyrat
© Toshihiro Sobajima, Jérémie Souteyrat

Le site de l’Atelier Tekuto : ici.

Les photos : © Toshihiro Sobajima, Jérémie Souteyrat

A Melbourne, B.E Architecture mélange différentes textures de granite

© B.E. Architecture

Le granite est l’un des principaux composants utilisé à l’extérieur et à l’intérieur de cette maison signée B.E. Architecture et située à Melbourne. Malgré l’utilisation des tonnes de granite et une certaine frugalité, un sentiment de légèreté règne autour de cette exceptionnelle propriété.

Monolithique et épuré

A Malbourne, l’agence d’architecture australienne B.E Architecture a conçu la maison Armadale, une résidence de trois étages réalisée pour abriter un couple souhaitant une propriété compacte et sur mesure située dans la banlieue d’Armadale.

Les propriétaires voulaient que la maison soit suffisamment flexible pour accueillir leurs enfants adultes, tout en leur offrant une série d’espaces qui puissent répondre à leurs besoins quotidiens. Le bâtiment est dissimulé derrière une clôture, il n’est pas visible de la rue, l’intimité des habitants est préservée. De l’extérieur, une porte s’ouvre sur une cour intérieure où sont plantés plusieurs cerisiers japonais.

A première vue, le côté monolithique de la maison est très rapidement remarqué. Cela est dû principalement au granit massif qui forme majoritairement les façades ponctuées par des ouvertures intégrant des grilles en bois à lattes.

Selon les architectes : « La texture naturelle et l’irrégularité du matériau fendu brouille les lignes dures du bâtiment rectiligne empilé » et rajoutent : « Alors que le bâtiment est robuste, il se fond tranquillement dans son environnement »

Le granite présent partout

Le sous-sol accueille un bureau, une salle de sport et une cave. Un ascenseur et un escalier relient ces espaces souterrains aux deux étages supérieurs. L’espace de vie principale est située vers l’arrière de la propriété, elle est bordée par des portes coulissantes en verre qui se rétractent pour ouvrir cet espace sur une cour étroite pavée des mêmes dalles de granite utilisées qu’à l’intérieur. Une douce continuité se crée ainsi entre intérieur et extérieur.

Les architectes ont travaillé en étroite collaboration avec les constructeurs et les tailleurs de pierre pour avoir des détails architecturaux de haute qualité. La pose du granit avait un rôle important tout au long du projet parcequ’il s’agissait à la fois d’un revêtement de façade, d’une utilisation intérieure et de dallage. Dans quelques endroits, l’intervention a nécessité des fabrications sur mesure. Donnons par exemple la salle de bains principale où une baignoire et un lavabo sur mesure ont été conçus à partir de blocs de pierre solides créant ainsi un effet extraordinaire.

Fonctionnel et lumineux

La lumière naturelle caractérise chaque pièce, elle est également introduite dans les espaces centrales de circulation à travers des interventions telles qu’une lucarne circulaire au-dessus de l’escalier en spirale. L’aménagement paysager répond à la volonté des clients d’avoir des perspectives plantées et des terrasses diversifiées. Cependant quelques particularité qui valent le détour comme le jardin séparé situé à côté de la chambre principale au dernier étage, qui dispose d’un groupe d’arbres et un chemin pavé menant à une douche extérieure.

L’agence B.E Architecture qui a conçu plusieurs résidences dans la ville australienne, a prouvé encore une fois sa maîtrise dans le domaine. La maison d’Armadale constitue un joli condensé de qualités.

© B.E. Architecture
© B.E. Architecture
© B.E. Architecture
© B.E. Architecture
© B.E. Architecture
© B.E. Architecture
© B.E. Architecture
© B.E. Architecture
© B.E. Architecture

Le site de B.E. Architecture : ici.

Les photos : © B.E. Architecture

Au Brésil, MF + Arquitetos réalise une charmante maison

© MF+Arquitetos

Un avenant jardin fermé rempli de plantes tropicales recouvrant le couloir vitré de la maison. Il s’agit d’une charmante réalisation signée MF+Arquitetos située dans la ville brésilienne de Franca. Influencée par l’architecture moderniste du pays, la résidence affiche un merveilleux savoir faire.

Une intégration avec la nature

Le projet est conçu pour un couple et leur deux filles. Les propriétaires souhaitaient une grande résidence ventilée et inondée d’une lumière naturelle. Pour cela , les architectes ont opté pour une structure en béton et un toit végétalisé qui améliore sa connexion avec le paysage environnant. Une accroissement en bois permet également au toit de fonctionner comme un espace extérieur supplémentaire, et les volets larges qui s’ouvrent sur le jardin effacent les limites entre intérieur et extérieur.

Le bâtiment est situé à la périphérie de la ville et comprend deux ailes en forme de L autour d’un jardin et d’une piscine. Les architectes qui disent chercher une intégration totale avec la nature ont fait tout leur possible pour engendrer un ensemble cohérent, simple et épuré. Ils ont également mis en accord et avec la plus grande subtilité plusieurs matériaux comme le béton, le bois, l’acier ou encore la pierre. Il s’agit donc d’un joyeux mélange qui constitue le puissance du projet. En surélevant la construction, les architectes cherchaient à maximiser les vues vers la vallée voisine. Une astuce réussie.

Sur les pas des modernistes brésiliens

Cette construction donne également l’impression que des sections de la dalle du plancher en béton continuent vers le jardin, ce qui contribue à alléger l’esthétique globale. La plus longue des deux ailes contient la chambre des parents, deux suites pour les filles, une suite d’invités et une salle à manger. Les énormes volets qui bordent ces espaces forment une surface entièrement opaque lorsqu’ils sont fermés, mais peuvent être ouverts individuellement pour relier les pièces au jardin privé.

L’aile perpendiculaire contient une grande cuisine avec une salle à manger supplémentaire et un salon qui peut être ouvert sur trois côtés, et qui est principalement utilisé lors de l’hébergement d’amis et de la famille.

Les dalles de pavage placées dans la pelouse à l’extérieur de la cuisine constituent un raccourci vers le salon principal, où les visiteurs peuvent également y accéder à partir d’un couloir vitré offrant une belle vue sur le jardin et situé le long de la chambre.

Selon les architectes, que ce soient les formes ou la diversité des matériaux ainsi que l’utilisation des grandes surfaces vitrées, sont influencées par les conceptions des modernistes brésiliens tels que Oscar Niemeyer ou Lúcio Costa. Un joli clin d’œil qui donne une grande élégance à la maison.

© MF+Arquitetos
© MF+Arquitetos
© MF+Arquitetos
© MF+Arquitetos
© MF+Arquitetos
© MF+Arquitetos
© MF+Arquitetos
© MF+Arquitetos

Le site de l’agence d’architecture MF+Arquitetos: ici.

Les photos : © MF+Arquitetos

Sobre et épurée, la maison japonaise créée par Hiroto Suzuki

© Studio Monorisu

Située dans le quartier résidentiel dense de Sendai, la maison réalisée par l’agence d’architecture japonaise Hiroto Suzuki architects and associates est une curiosité à part entière.

Une connexion entre l’espace privé et public

Dans un environnement atypique et métissé où les anciennes maisons reconstruites se croisent avec les résidences nouvelles, la maison signée par Hiroto Suzuki attire l’attention. Un peu comme dans toutes les villes japonaises, l’étroitesse de la parcelle a incité les architectes à concevoir des projets compacts qui optimisent l’intérieur.

Le projet consiste à construire une nouvelle résidence familiale à la place d’une autre qui ne répondait pas aux exigences de ses nouveaux propriétaires ni aux normes actuelles. Comme les propriétaires venaient d’emménager dans la région, les architectes ont jugé utile de concevoir un projet qui fait la connexion entre l’espace privé et l’espace public. Ainsi, la communication avec le voisinage serait facilitée.

Un lien avec le monde extérieur

La maison comprend trois étages, un espace extérieur qui peut être utilisé comme une aire de stationnement pour deux voitures ainsi qu’un petit jardin. Pour créer un lieu de rassemblement pour la famille et leurs invités, les architectes ont placé le salon et la salle à manger au 2ème étage où l’on accède directement de l’extérieur. Les architectes ont constaté que les maisons japonaises plus anciennes possèdent un espace commun où les gens peuvent se réunir et bavarder. Le jardin ainsi que l’escalier extérieur qui mène directement au salon peuvent tenir le rôle de lien avec le monde extérieur.

Tandis que les édifices alentours suivent une trame horizontale, la maison conçue par Hiroto Suzuki adopte un angle de 45 degrés par rapport aux limites de la parcelle. En conséquence, la vue n’est pas interrompue par les bâtiments voisins et l’intérieur gagne en luminosité. La construction de trois étages étant plus haute de ses voisins, par conséquent une vue plus dégagée est assurée à ses habitants.

Avec des gestes simples, les architectes ont donc entrepris une belle relation avec l’environnement. L’intérieur se caractérise par des lignes épurées et sobres, à la fois lumineux et ordonné. Que des ingrédients utiles pour une construction de qualité.

© Studio Monorisu
© Studio Monorisu
© Studio Monorisu
© Studio Monorisu
© Studio Monorisu
© Studio Monorisu
© Studio Monorisu
© Studio Monorisu

Le site de Hiroto Suzuki architects and associates : ici.

Les photos: ©  Studio Monorisu

Aux Açores, une charmante maison de couleur rose

© Fernando Guerra | FG+SG

Dans l’archipel des Açores,  sur la côté sud de l’île São Miguel, à Ponta Delgada, l’agence d’architecture italienne Atelier Mezzo (Giacomo Mezzadri et Joana Oliveira) vient de livrer une charmante villa de couleur rose. Simplicité, sobriété mais aussi charme sont au rendez-vous.

C’est le résultat d’une belle réhabilitation ainsi qu’une reconversion d’une ancienne écurie datant du début du XXe siècle. Les architectes de l’Atelier Mezzo ont accompli un travail subtil en reconvertissant l’ensemble en deux maisons d’hôtes.

Respecter l’existant

L’objectif principal était, dès le début, la conservation du caractère, des lignes ainsi que l’atmosphère rurale de la construction, tout en adaptant la structure à une toute nouvelle typologie ainsi qu’aux dernières normes et réglementations. En conséquence, de nouvelles ouvertures ont été soigneusement découpées dans les façades colorées et sur le mur de pierre, par la suite, un nouveau volume a été ajouté à la construction principale, ce qui a permis l’intégration d’une deuxième maison de taille plus petite dans l’ensemble.

La plus grande maison se développe sur deux niveaux. Le rez-de-chaussée s’ouvre sur les espaces extérieurs environnants et crée un étage en semi-niveau où un espace commun donne accès aux suites privées et à l’aire de service. L’étage supérieur contient les espaces communs, il tire parti de la structure du toit et de sa hauteur. De la cuisine, on accède à une terrasse qui est située au-dessus du rez-de-chaussée de la petite maison .

En réinterprétant l’architecture vernaculaire

Certains éléments rajoutés comme les escaliers extérieurs qui relient à la terrasse extérieure, ou le bois blanchi utilisé pour les intérieurs, sont des réinterprétations de l’architecture vernaculaire des Açores. Un joli clin d’œil aux maisons environnantes. Quant aux tons rosés et ocres vieillis, elles confirment l’identité architecturale la zone où se trouve l’édifice. Ainsi, l’ocre qui était traditionnellement utilisé pour encadrer les fenêtres et les portes, a été utilisé dans la cuisine et les chambres, ajoutant une relation subtile entre l’intérieur et l’extérieur.

A l’intérieur, les meubles ont été réalisés sur mesure. Ils ont été soigneusement conçus afin de créer une atmosphère épurée et paisible, donnant l’importance aux vues extérieures. Le bois, matériau local, a été abondamment utilisé dans la construction, les meubles et les vieilles poutres de pin et d’acacia, récupérés sur le site, ces dernières ont été transformées en tables. Tout montre une grande implication de la part des architectes pour garder l’esprit des lieux en réalisant une touche nouvelle et joyeuse.

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

Le site de Mezzo Atelier : ici.

Les photos: ©  Fernando Guerra | FG+SG