Archives du mot-clé pierre

D’un ancien manoir en unités d’habitation

© Claudio Manzoni

En Uruguay, les architectes Amelio-Ortiz ont réhabilité un ancien manoir datant de 1900 en une résidence contenant huit gracieux appartements. C’est un projet où l’ancien et le nouveau se croisent pour un résultat des plus agréables.

A Colonia del Sacramento, une ville du sud-ouest de l’Uruguay, dans un environnement privilégié, un ancien manoir a été réhabilité en un projet créatif qui regroupe huit appartements autour d’une cour centrale. L’architecture qui conserve le charme d’autrefois se voit mêler à de nouveaux éléments pour engendrer des espaces à la fois confortables et pratiques.

Le projet se compose de huit appartements avec des surfaces allant de 52m² à 64m² répartis sur deux étages et enveloppant une cour centrale qui fait un subtil clin d’œil à l’architecture coloniale de la région. Il s’agit d’un projet singulier qui entretient un lien harmonieux avec son environnement. L’architecture moderne et fonctionnelle se lie à la structure d’origine pour engendrer une conception gracieuse qui plaît à tous ses utilisateurs.

Joyeux mélange de textures

La cour centrale de la résidence est couverte d’une pergola datant de 1900. Les murs datant de la même époque affichent fièrement la brique apparente ainsi que la pierre. Outre les huit appartements, la résidence comprend un espace de stockage et une pièce pour garder les motos ainsi que les vélos.

Chaque unité d’habitation possède une mezzanine. Les structures des plafonds alternent l’acier et le bois. Quelques ouvertures zénithales assurent la luminosité à l’intérieur. Les lignes sont épurées, tandis que le bois apporte un sentiment de chaleur, les murs en briques qui ont été recyclés font un clin d’œil au passé. L’ensemble affiche un joyeux mélange de textures. A mi-chemin entre ancien et nouveau, le projet a tout pour plaire.

© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni

Les photos : © Claudio Manzoni

Une maison de vacances signée Cometa architects

© Dimitris Kleanthis

En Grèce, dans un lieu paradisiaque, les architectes de l’agence Cometa ont réalisé une résidence qui habite la pente et octroie de magnifiques panorama à ses habitants. Modernité et tradition se croisent pour un résultat accrocheur.

La maison se situe dans les Cyclades, adaptée au climat méditerranéen, elle s’inspire des constructions traditionnelles tout en affichant des caractéristiques nouvelles. De même, les architectes qui ont utilisé les matériaux locaux donnent une grande importance à l’économie d’énergie.

La maison est destinée pour accueillir une famille de quatre personnes, elle comporte trois entités facilement identifiables. Tandis que l’un des volumes comprend le salon, la salle à manger et la cuisine, les deux autres sont dédiés à la circulation et à la partie nuit. Le matériau principal choisi est la pierre locale, soigneusement fabriquée, elle donne une belle prestation à l’ensemble.

Une technique traditionnelle

L’exercice le plus difficile est le paysage escarpé, c’est pourquoi, les architectes ont opté pour une construction traditionnelle communément appelée «kotounto». Cette technique consiste à séparer par endroits l’édifice de la roche. Mis à part ce procédé traditionnel qui est principalement utilisé pour drainer les eaux provenant de la montagne et laissant les murs et les fondations à sec, la maison comprend une installation de chauffage par le sol. Ce dernier est généré par des radiateurs solaires installés sur le toit. Le refroidissement s’effectue grâce à une ventilation croisée. Enfin, l’eau de pluie est recueillie dans les trois toits et elle stockée dans un réservoir souterrain.

Les architectes ont également conçu tout l’intérieur de la maison, ils ont arrangé l’ensemble avec des meubles minimalistes souvent intégrés dans la structure intérieure blanchie à la chaux, un univers très caractéristiques des îles des Cyclades. Néanmoins, un détail très intéressant peut interpeller les visiteurs, il s’agit de l’utilisation de la corde comme matériau de décoration comme la couverture de la pergola ou la rampe qui mène au deuxième étage. Le projet qui a été achevé en 2016 a remporté une mention honorable pour le Best New Built Project de l’architecture grecque en 2017. Une maison qui est en harmonie avec son environnement.

© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis

Le site de Cometa architects: ici.

Les photos: © Dimitris Kleanthis

En Corée, une maison en pierre signée OBBA

 

© kyungsub shin

Dans la campagne coréenne, l’agence d’architecture OBBA a réalisé une maison en pierre pour un couple de personnes âgées. Intitulé « Les couches », le projet semble être taillé pour adopter le terrain incliné où il se trouve ainsi que le paysage environnant.

C’est à une heure de route de la capitale coréenne, au pied du mont Toema que les architectes de l’agence OBBA ont construit la maison. Il s’agit d’une construction en pierre composée de murs stratifiés de couleur ocre. Adapté au paysage rural, la résidence à un seul étage est structuré en quatre espaces horizontaux et organisé selon l’orientation nord-sud, le tout en suivant gracieusement la légère inclinaison du terrain.

Séquence d’espaces

Puisque les architectes considèrent que la vie est faite d’une série de courts moments, la maison d’habitation devrait y découler. En conséquence, toujours selon les concepteurs, la conception doit donc englober plusieurs parties qui tranchent avec la monotonie quotidienne. D’où l’idée d’une séquence d’espaces qui se forment autour d’un long couloir offrant aux propriétaires une résidence fonctionnelle et ludique.

«Nous voulions offrir au couple de personnes âgées qui ont vécu une vie active et qui a été comme une série de courts moments, une maison rurale confortable mais pas ennuyeuse. » Voilà donc l’une des principales préoccupations de ce projet qui a réussi à transformer les différents espaces. Ces derniers sont dotés de diverses textures tout en étant tous en pierre.

Un projet simple qui a fait appel à l’imagination pour un résultat appréciable.

© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin

Le site de l’agence d’architecture OBBA: ici.

Les photos: © kyungsub shin

« Casa Roel », l’extraordinaire maison en béton

© Cristóbal Palma

Au Mexique, l’architecte Isaac Broid s’associe avec les architectes Assadi + Pulido pour réaliser une remarquable maison en béton où la sobriété et l’épurement ne font qu’un.

Les architectes ont conçu une résidence familiale proposant un schéma en H où deux pavillons font un astucieux face à face. Située dans une des zones les plus prestigieuses de la ville de Mexico, la « Casa Roel » se démarque par sa simplicité. Malgré son apparence presque monochromatique, la maison a été construite en utilisant quatre matériaux: le béton, le verre, la pierre et le bois. Une profusion de textures qui se mêlent joyeusement pour former un ensemble cohérent.

Textures et matières

La maison est composée de deux pavillons parallèles reliés entre eux par un volume situé proche de la rue adjacente. Il contient le salon, la salle à manger et la cuisine. La structure générale est complètement suspendue, elle repose au fond de la parcelle sur un socle en béton.

Un joli jardin luxuriant relie la rue à l’arrière du terrain en passant sous la bâtisse où se trouvent un parking et un espace polyvalent. Une présence paysagère que l’on trouve également sur le toit où des terrasses avec des jardins ainsi qu’une piscine ont été ajoutés. D’en haut, les habitants peuvent apprécier les vues intéressantes donnant sur les toits des maisons voisines ainsi qu’une grande partie de la ville.

De très grandes baies vitrées apportent la luminosité à l’intérieur qui est épuré et sobre. Les textures et les divers matériaux se marient à merveille dans un univers gracieux aux détails soignés. La « Casa Roel » est un petit bijou à découvrir sans tarder.

© Cristóbal Palma
© Cristóbal Palma
© Cristóbal Palma
© Cristóbal Palma

Les sites de Felipe Assadi + Francisca Pulido ainsi que celui d’Isaac Broid : ici et .

Les photos : © Cristóbal Palma

Accrochée à la roche

 

© David Vico

En Espagne, les architectes de l’agence UMMO ont réalisé la réhabilitation ainsi que la reconversion d’une ancienne étable en une charmante maison. Il en résulte une construction qui prend ses sources dans la cabane d’autrefois pour s’agrandir et s’étendre dans la roche.

C’est l’histoire d’une petite écurie qui se trouve dans le domaine du Cuevas del Pino située dans les contreforts de la Sierra Morena. La région est reconnue par ailleurs par ses roches disposées en strates légèrement inclinées qui donnent à la parcelle un indéniable charme.

C’est donc dans cet environnement atypique, où les fermiers gardaient à l’abri leur élevage, qu’interviennent les architectes de l’agence UMMO pour un projet de réhabilitation ainsi que de reconversion. Les propriétaires demandaient de reconvertir un petit abri niché dans le creux d’un rocher en un logement rural qui restera en phase avec son environnement.

Quand le nouveau complète l’ancien

En utilisant les quelques murs existants, les architectes ont créé un espace d’une grande ingéniosité qui fournit un subtil dialogue entre les générations. Ainsi, la nouvelle architecture vient compléter l’ancien sous le poids des sédiments millénaires. Une composition qui offre une grande richesse à l’ensemble.

De même l’utilisation de nouveaux matériaux ne fait qu’accentuer le contraste. La pierre, le marbre et le béton se complètent pour offrir un lieu singulier qui fera probablement le bonheur de ses habitants. Tandis que l’extérieur affiche un air épuré, l’intérieur se démarque par la forte présence de la roche. Conjuguer avec cette dernière n’était surement pas une mince affaire. Dans le remaniement général, les architectes ont montré une grande maîtrise, il en résulte des espaces d’une grande simplicité, à la fois lumineux et aérés. Des meubles en bois fabriqués sur-mesure donnent un sentiment chaleureux à l’ensemble. La petite maison dans la grotte mérite bien un grand détour !

© David Vico
© David Vico
© David Vico
© David Vico
© David Vico
© David Vico

Le site de l’agence d’architecture UMMOestudio : ici.

Les photos: © David Vico

Une subtile transformation signée AZO Sequeira

 

© Nelson Garrido
© Nelson Garrido

Les architectes de l’agence AZO Sequeira ont transformé une petite construction utilisée jadis comme colombier en une gracieuse salle de jeux. Nichée dans son jardin, la structure s’avère être un véritable petit bijou.

L’ancien colombier voué à l’abandon se trouve dans l’arrière d’un jardin comportant une maison familiale. Nous sommes au Portugal, dans l’un des quartiers de Braga, le projet abordé par les architectes joint l’utile à l’agréable et propose une salle de jeux pour les enfants des propriétaires des lieux. Cependant, l’idée est intelligente, elle fait appel à l’imagination en prenant ses sources dans les maisons perchées pour créer un espace subtil qui semble convenir à tous.

Finesse et sobriété

Comme la propriété se dote d’une piscine, les architectes ont proposé d’utiliser le rez-de-chaussée de la construction pour y abriter les douches tout en réservant le second étage aux activités enfantines. Vu l’emplacement du projet, grimper au deuxième étage devient ainsi un jeu comme si les enfants escaladaient un arbre.

La cabane se pose sur un socle un béton brut, l’ensemble se hisse sur une boîte en pierre dont les murs continuent la clôture, l’ensemble donne l’impression qu’il flotte. Le toiture est à pignon et les murs du premier étage sont revêtus en bois. Quant à la porte d’entrée, elle est en métal. Une certaine originalité se dégage du projet. Le croisement des différentes textures, les détails soignés, tout a été étudié pour un résultat impeccable.

A l’intérieur, les lignes sont gardées très pures, les architectes tenaient à l’absence des éléments superflus pour laisser libre cours à l’imagination des enfants. Un seul détail sur l’un des murs du rez-de-chaussée attire néanmoins l’attention, il s’agit de la forme d’une colombe gravée dans le béton brut, un petit clin d’œil à l’histoire du lieu. En conséquence, le colombier en ruine continue à vivre sous une autre identité.

© Nelson Garrido
© Nelson Garrido
© Nelson Garrido
© Nelson Garrido
© Nelson Garrido
© Nelson Garrido

Le site de l’agence AZO Sequeira Arquitectos Associados: ici.

Les photos : © Nelson Garrido.

La maison avec vue sur la baie de Rio

© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG

Situé dans les collines près de la plage de São Conrado et avec une vue spectaculaire sur la baie de Rio de Janeiro, l’architecte Arthur Casas a réalisé une impressionnante maison en béton. Lignes épurées et volumes distingués sont au rendez-vous.

Un panorama idyllique et une maison qui répond entièrement aux attentes de son propriétaire, tels sont les atouts de la « Casa AL » érigée pour un ami de longue date de l’architecte. Le choix judicieux de la parcelle a été accompagné par une architecture sobre qui habite astucieusement le paysage.

Suspendu entre mer et terre

Dès le départ, l’objectif du propriétaire était clair: profiter de la vue incroyable sur les montagnes et la mer de Rio tout en habitant des volumes spacieuses. Il s’agit d’un ami de longue date pour qui l’architecte avait la minutieuse tâche de trouver un terrain et d’y construire la maison de ses rêves. L’homme d’affaires est un célibataire qui souhaite quitter son appartement et vivre dans une grande maison  qui répond à ses critères.

Sauf que le terrain choisi n’avait pas une vue directe sur la mer. Mais l’ingéniosité de l’architecte s’est déployée pour transformer la parcelle en un véritable comte de fée où non seulement le propriétaire peut jouir d’un joli panorama ouvert vers la mer mais un lieu  singulier qui tire le meilleur du paysage environnant.

La disposition au sein de la villa est originale, tandis que les chambres à coucher se trouvent au rez-de-chaussée, les parties communes comme le salon et la salle à manger donnent directement vers une terrasse qui accueille une gracieuse piscine en forme de rectangle. Les grandes baies vitrées s’ouvrent directement vers l’extérieur estompant les limites avec l’intérieur. Un troisième étage, plus modeste accueille une suite pour le propriétaire ainsi que son bureau personnel.

Les matériaux utilisés sont la pierre et le bois, ils s’inspirent du paysage et donnent à l’ensemble une certaine élégance. L’agencement intérieur favorise le confort et les éléments de décoration sont de bonne facture. Tout a été bien pensé jusqu’aux moindres détails qui dévoilent une maîtrise parfaite de la part de son architecte. C’est un incroyable projet suspendu entre mer et terre. Une réussite en somme !

© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG

Le site de Studio Arthur Casas : ici.

Les photos: © Fernando Guerra / FG + SG

La « Torre de Huercal Overa » accessible à tous !

© Fernando Alda
© Fernando Alda

En Espagne, l’agence Castillo-Miras arquitectos a réhabilité et reconverti une ancienne tour d’une forteresse en état de ruine. C’est un panachage réussi de pierre et de corten qui donne naissance à un adorable lieu public.

La « Torre de Huercal Overa » remonte au 13ème siècle à l’époque où le royaume Nazari régnait le sud de la péninsule ibérique. Située au bord d’une falaise, la tour ainsi que les quelques vestiges existants faisaient partie d’une grande forteresse aujourd’hui disparue. Cette dernière ayant perdu sa fonction principale après la chute de la monarchie est tombée petit à petit dans un état de délabrement.

Pendant la guerre civile espagnole, le lieu a été utilisé comme un bunker où plusieurs trous, causés par des mitrailleuses, ont sérieusement endommagé la structure. Plus tard, la tour est devenue une propriété privée et le propriétaire y a effectué un certain nombre de modifications. Cependant, il y a quelques années, la municipalité a acquis les droits de propriété et a lancé de suite le projet de restauration.

La rencontre entre l’ancien et le nouveau

L’objectif principal du projet était de rendre la tour accessible à tous, tout en préservant dans la limite du possible le cachet d’origine. Ainsi, les architectes ont commencé un travail de longue haleine qui consistait à respecter les matériaux d’autrefois tout en  ajoutant à l’ensemble des parties amovibles. Ces derniers sont posés directement sur le sol, sans gêner les fondations tout en contrastant avec les matériaux millénaire déjà sur place. Au lieu de reconstruire de nouvelles pièces, le projet met l’accent sur les ajouts et pointe vers les parties manquantes de la forteresse.

Les architectes se sont inspirés de la topographie existante pour mieux insérer les nouvelles greffes. Le bureau d’information, amovible, est une boîte en corten. Le panorama voisin est contemplé via quelques bancs publics qui se sont dispersés tout au long d’une douce pente qui monte vers le site. Tandis que le sentier est pavé de dalles en béton, les bancs en pierre fixés le long du chemin, émergent comme une partie de la montagne.

Pour réaménager l’entrée de la tour qui se trouve à quatre mètres au-dessus du niveau du sol, un nouvel escalier en acier a été construit. Ce dernier est conçu comme un objet mobile, en corten, il contraste avec le bâtiment existant, de même, sa matérialité renforce son caractère provisoire.

Dans une délicieuse promenade architecturale à travers la structure, les visiteurs sont invités à profiter de la beauté du paysage. L’intérieur de la tour a été modifié au cours des dernières années. L’escalier intérieur qui a été partiellement démoli, a été reconstruit à l’image des escaliers que l’on trouve dans des tours similaires. Les murs en briques qui étaient recouverts de plâtre ont été nettoyés. Tout a été minutieusement pensé, étudié et préparé pour aboutir à une réalisation authentique capable de franchir les années. Une réhabilitation qui conjugue à merveille justesse et rigueur.

© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda

Le site de Castillo-Miras arquitectos : ici.

Les images : © Fernando Alda