Archives par mot-clé : noa*

Ötzi Peak 3251m, quand les architectes de noa* gravissent les sommets

© Alex Filz

Il y a quelque chose d’extraordinaire et de sublime dans ce lieu magique, au sommet de la montagne, juste au point culminant de la crête du glacier de la vallée de Schnals, dans le sud du Tyrol, où se dévoile l’impressionnant paysage alpin de l’Italie. Soudain, une réalisation se profile aux yeux des randonneurs, aussi subtile qu’élégante, il s’agit bien de la signature de l’agence d’architecture noa*.

Des sensations extrêmes

Les architectes de l’agence noa* basée à Bolzano et à Berlin viennent de terminer un projet singulier. Il s’agit d’une structure architecturale unique qui permet aux visiteurs des hautes montagnes ainsi qu’aux nomades à la recherche de sensations extrêmes de découvrir l’histoire fascinante des merveilles alpins.

Les architectes nous racontent que l’Hôtel Grawand se trouve tout en haut de cette intersection alpine unique, qui à plus de 3000 mètres d’altitude, est l’un des rares hôtels en Europe situé à une telle altitude. « La vue imprenable sur le paysage des sommets enneigés rend le temps figé. Les randonneurs et les skieurs visitent le sommet pour découvrir la nature à son apogée: robuste, caillouteuse, avec le vent et le temps – pure. »

C’est dons dans cet environnement extraordinaire que nous pouvons découvrir une plate-forme d’observation qui a été développée sur la base d’une structure légère en acier Corten. Une réalisation qui donne au lieu une touche de nouveauté tout en se fondant admirablement dans le paysage. Les architectes soulignent que la conception incorpore la croix de sommet préexistante et la plate-forme ne touche le sol que là où il y a une nécessité statique. L’ensemble devient ainsi presque flottant ne faisant qu’un avec les montagnes.

Un voyage intellectuel

La plate-forme suit la topographie naturelle avec une grille de plateau placée sur des traverses élancées enveloppées de lamelles verticales en acier Corten. Les éléments verticaux, tracent des courbes douces dans leur séquence. Cela crée un effet magique où une ouverture et une fermeture des vues suivent le mouvement du spectateur en l’invitant à découvrir de nouvelles perspectives à maintes reprises. Cette dynamique unique crée une expérience totalement immersive et sensuelle dans laquelle le temps se fige un instant en éclipsant les autres souvenirs.

En parlant de temps, un entonnoir géométrique a été creusé dans la plate-forme d’observation ondulée pour diriger les yeux des spectateurs vers quelque chose d’intemporel. À seulement quelques mètres de la frontière autrichienne, l’angle de la plateforme d’observation entraîne le visiteur dans un voyage intellectuel, l’homme des glaces n’est jamais trop loin.

Sur les hauteurs du Tyrol, entourée d’un panorama à couper le souffle, la réalisation de noa* est tout simplement sublime, c’est à découvrir sans tarder !

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa*: ici.

Les photos : © Alex Filz

Apfelhotel Torgglerhof, un élégant projet signé noa*

© Alex Filz

Au Tyrol du Sud, l’agence d’architecture noa *  a réalisé un hôtel de charme qui évoque l’élégance d’un hôtel historique tout en créant pour les utilisateurs des lieux, un oasis rempli de sens et de beaux moments partagés.

Quand la pomme devient muse

Les architectes de noa* nous raconte l’aventure : « La pomme, fruit originaire du Kazakhstan et apporté au Tyrol du Sud par les Romains, est au cœur du paysage culturel de la région. Le Torgglerhof se trouve à l’embouchure de la vallée de Passeier, ses racines sont profondément ancrées dans la culture de la pomme classique. Au fil du temps, il est devenu un endroit pour les personnes souhaitant s’attarder, se connecter et s’imprégner des vues panoramiques. C’est ici que l’Apfelhotel a été construit, et il est devenu depuis à la fois une destination de sortie et un conseil d’initié pour les clients à la recherche d’un plaisir de vacances et d’une escapade spéciale – avec une architecture succulente. »

En 2014, l’agence d’architecture noa * établie à Bolzano et à Berlin a remporté le concours de l’agrandissement de la structure existante de l’hôtel. En 2016, le bâtiment principal avec le restaurant ainsi que l’ancienne grange ont été démantelés et déshabillés pour être reconvertis.
Derrière la façade d’origine de la grange, sous les chambres, nous pouvons trouver la production de l’Apfelhotel avec ses diverses spécialités et fabriqués à partir de leurs pommes cultivées sur place ainsi que d’autres spécialités locales. L’Apfelsauna a été achevée puis a été agrandi.

En 2020, 18 nouvelles suites ont été construites, elles ont été soigneusement conçues pour s’intégrer dans la structure paysagère de la cour de la ferme tout en complétant l’environnement rural. Selon les architectes, un accent particulier a été mis sur la préservation des caractéristiques de l’ensemble de la ferme et le maintien de son échelle.
En tant que pièce centrale noa * a conçu un espace bien-être avec une architecture et une verdure qui ressemblent à un jardin luxuriant moderne. Une sorte de «cœur vert» qui, comme le sauna qui est en forme de pomme, s’intègre harmonieusement dans le paysage.

Le centre de bien-être, la nouvelle pièce maîtresse de l’hôtel

Le centre de bien-être nouvellement ouvert constitue la nouvelle pièce maîtresse de l’hôtel, il  n’a pas de façade côté nord, mais se fond dans une pente verte naturelle de sorte que le bâtiment est à peine visible. L’entrée du nouveau spa est une coque en béton semi-exposée incurvée qui s’insère dans le paysage et est conçue avec un magnifique portail en vieux bois. « Ici, à l’interface entre la surface et le sous-sol, le mot immersion prend un sens qui lui est propre. » Déclarent les architectes.  Le côté sud de l’espace bien-être, quant à lui, il s’ouvre sur une façade en verre et en acier qui disparaît sous une couverture de verdure sur le toit. La verrière en acier, sur laquelle grimperont les fleurs de jasmin parfumées, fait saillie vers le haut dans le ciel ouvert, rappelant les structures de maintien utilisées dans la culture moderne de la pomme.

Une grande partie de l’espace de bien-être est cachée à la vue. En effet, toute la structure est recouverte d’une couche de terre et de plantes, conçue pour se fondre naturellement dans le fond de la colline et ainsi se fondre dans le paysage. Le spa dispose d’une fontaine centrale en pierre naturelle et d’une cheminée à foyer ouvert dans un salon spacieux, qui mène aux douches, aux vestiaires et aux salles de beauté et de massage. La piscine intérieure s’étend vers l’extérieur à travers la façade verte envahie, elle est partiellement encadrée de roche. Un sentiment de sérénité mais aussi de plénitude se dégage de l’ensemble.

Une vue spectaculaire sur la vallée

L’étage supérieur est constitué d’un espace réservé aux adultes. Il dispose d’un sauna, d’une salle de relaxation, d’un sauna finlandais et d’un bain à vapeur ainsi qu’une terrasse adjacente où les gens peuvent se rafraîchir avec une douche extérieure. Le sauna finlandais, avec ses lattes de bois courbées horizontalement et ses généreuses fenêtres vitrées, offre une vue panoramique imprenable sur l’extérieur et les champs de pommiers. Le bain à vapeur a un caractère de grotte, quant à la salle de relaxation, elle offre une vue spectaculaire sur la vallée à travers la verdure de son revêtement de façade. Nous pouvons joindre l’Apfelsauna par un escalier ouvert incurvé, qui jouxte la coque en béton apparent.

Les diverses entités forment un ensemble cohérent qui non seulement dialogue admirablement avec le lieu mais offre une sensation unique suspendue dans le temps. Apfelhotel Torgglerhof de noa* est une réalisation singulière qui titille les sens !  

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa* : ici.

Les photos : © Alex Filz

Lake House Völs, une admirable réalisation signée noa*

© Alex Filz

C’est dans le bourg de Völs situé au bord du lac idyllique de Völser Weiher, à l’ouest de la ville d’Innsbruck, dans le Tyrol du Sud, que l’agence d’architecture noa* a croisé adroitement un concept moderne avec une tradition bien-aimée du public pour offrir une architecture en harmonie avec la nature.

Se combiner harmonieusement avec son environnement

Au milieu d’un univers montagneux spectaculaire bordé de forêts de pins verts luxuriants, le lac Völser Weiher se trouve à plus de 1000 mètres d’altitude. C’est une réserve naturelle pittoresque qui offre aux visiteurs toute l’année un espace de détente et de loisirs. Dans cet environnement idyllique, l’agence d’architecture noa*, basée à Bolzano et à Berlin a été mandatée par la municipalité de Völs pour construire une petite cabane de baignade attrayante avec des vestiaires publics et des installations sanitaires qui complètent le cadre pittoresque.

Trop petit et plus adapté à l’usage, l’ancien kiosque existant fonctionnait depuis des années et manquait, entre autre, d’installations accessibles appropriées pour les personnes handicapées. La destination populaire pour les excursions en plein air, en particulier parmi les habitants, qu’il s’agisse d’une baignade rafraîchissante en été ou d’une patinoire en hiver, devait être refaite à neuf et aux normes actuelles. C’est pourquoi, l’ancienne installation a été démolie pour créer un nouvel espace où l’architecture pourrait se combiner harmonieusement avec son environnement.

Les architectes de noa* nous racontent qu’afin de se fondre dans l’environnement tout en gardant une discrète installation, ils ont conçu, deux structures compactes connectées le long d’un axe transversal. Le bâtiment principal, un nouveau snack-bar avec un toit classique, contient une cuisine et un comptoir partiellement ouverts où la nourriture et les boissons sont servies. Il se développe en une loggia ouverte et une terrasse, avec une vue panoramique sur le lac et une zone de baignade nouvellement conçue. L’axe transversal qui relie les deux bâtiments est défini par un évidement ouvert avec un élément pliable en bois. L’évidement fonctionne comme un deuxième comptoir où les baigneurs, les piétons et les cyclistes peuvent acheter de petits rafraîchissements, de la crème glacée et de la nourriture. Cet interstice agit également comme une cloison intelligente, de sorte que la loggia et la terrasse peuvent être maintenues confortablement silencieuses, tout en permettant simultanément un libre-service rapide et facile pour les clients.

Une ambiance de continuité fluide de la nature

La deuxième structure consiste en un cube séparé relié au snack-bar, elle garde une fonction publique et forme avec le bâtiment principal un ensemble cohérent à la fois sur le plan architectural et fonctionnel. Selon les architectes, « c’est ici que les installations sanitaires répondent aux exigences d’accessibilité et offrent des vestiaires aux sportifs de loisir enthousiastes comme les nageurs ou les patineurs. » Au des installations, se trouve un petit atrium ouvert avec des vestiaires pour les invités et des casiers spécialement conçus par les entreprises artisanales locales. L’atrium offre un aperçu de l’horizon pour signaler un accueil chaleureux aux baigneurs et randonneurs. « Dans ces locaux accessibles au public, une technologie de truelle en résine robuste a été sélectionnée qui peut à la fois résister à l’usure des patins et assurer la sécurité sur un sol mouillé. » En effet, pour se fondre dans l’environnement naturel, l’architecture se concentre sur une forte harmonisation visuelle entre l’intérieur et l’extérieur. Les architectes nous informent que le vert a été choisi comme couleur de base pour le sol, les murs et le plafond, avec différentes nuances contribuant à créer une ambiance de continuité fluide de la nature.
 
Le sol et les surfaces verticales ajoutent une autre caractéristique unique à l’installation au bord du lac. En effet pour ancrer l’architecture fermement dans son emplacement, noa* a incorporé un motif de dentelle traditionnelle du Tyrol du Sud dans le remplissage de résine. Les motifs ont été brièvement pressés dans la résine humide et rapidement enlevés pour créer un effet tridimensionnel irrégulier. Ces motifs 3D, plus ou moins apparents, ajoutent une impression visuelle particulière et une touche de spontanéité. Alors que le bâtiment principal dégage une présence caractéristique et il est à peu près de même taille que l’ancienne structure, noa * a créé un concept dans lequel le second volume se retire optiquement. La construction à ossature en bois le long de l’axe transversal, qui relie les deux bâtiments de l’installation, sert également de structure de support pour les plantes grimpantes. « En quelques mois, le jasmin à croissance rapide prévu enveloppera les vestiaires d’un feuillage naturel et vert. » selon les architectes.Vue du lac, la verdure fera disparaître le bâtiment dans son environnement.

Un espace unique dédié aux amoureux de la nature

L’ensemble se situe dans un paysage naturel unique et offre des perspectives magnifiquement cadrées ainsi que de superbes vues sur le lac, la forêt et la montagne environnante. La façade en bois de mélèze spécialement sélectionnée et non traitée sera laissée à son destin naturel se changeant lentement à mesure qu’elle est exposée aux éléments au fil du temps. Les jetées de baignade nouvellement construites, faites de bois des forêts environnantes, se ramifient et se dissolvent dans le lac, guidant les visiteurs. Pendant ce temps, l’architecture, moins visible mais délicatement présente, met en valeur la flore. Chaque élément démontre l’engagement de noa* à gérer les environnements naturels de manière responsable et avec soin tout en restant fidèle aux normes architecturales exigées. Entre les rangées de roseaux fraîchement posées et la nouvelle zone des enfants, l’architecture crée un espace unique dédié aux amoureux de la nature pour s’imprégner de la sérénité avoisinante. A l’image des autres réalisations de l’agence, la Lake House de Völs est un projet sobre et subtil qui a su s’insérer délicatement dans son entourage.

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de l’agence noa*: ici.

Les photos : © Alex Filz

Messner House, l’élégante réalisation signée noa *

© Alex Filz

En Italie, dans le village alpin de Seis am Schlern situé dans le Tyrol du Sud, les architectes de l’agence noa* ont réalisé un charmant projet. Il s’agit de la réinterprétation d’une ancienne grange qui a vu naître une étonnante maison familiale où règne une ambiance magique inspirée par des souvenirs d’enfance.

Garder l’esprit des lieux

Le défi des architectes était de taille, comment créer un nouveau mode de vie dans une ancienne demeure abandonnée datant de 1850 tout en gardant l’esprit des lieux. Le résultat est impressionnant.

Le travail, achevé en 2017, s’insère merveilleusement dans son contexte qui comprend entre autres une partie des Dolomites reconnue au patrimoine mondial de l’Unesco pour la sa beauté naturelle exceptionnelle. Il était donc extrêmement important pour les architectes de respecter les paramètres de la structure d’origine ainsi que les exigences d’urbanisme et les réglementations de la commune.

A ce propos, Stefan Rier, le fondateur de noa* avec Lukas Rungger déclare : «Nous voulions que le projet respecte l’esthétique et les aspects urbains du village, un village où les granges en bois alternent avec des maisons en plâtre destinées aux agriculteurs et la garde du bétail », Dans cet esprit, nous avons terminé la structure extérieure avec un «revêtement» conforme à la tradition: une grille en bois sur les 4 côtés, juste comme est utilisé pour les granges alpines. » Cependant, en ce qui concerne l’intérieur, les architectes ont décidé de laisser la tradition de côté et de libérer raisonnablement le dessin. Ainsi, la maison prend des aires nouvelles tout en gardant une pert d’ancien. Cela rappelle selon Rier les belles années de son enfance.

Deux styles qui se croisent

La réalisation présente deux aspects et deux styles qui se croisent. Tandis que l’extérieur représente l’emplacement alpin traditionnel, magnifiquement immergé dans la topographie locale, l’intérieur revendique l’impulsion visionnaire, la surprise de l’espace libéré. Au rez-de-chaussée, nous pouvons trouver un espace commun où prennent place une table à manger ainsi qu’une généreuse cuisine. Le reste de la maison se développe verticalement et au lieu d’avoir une pièce classique, les architectes ont réalisé  des «Boîtes suspendues», placées à différentes hauteurs et reliées entre elles par des escaliers et passerelles. Ils donnent, selon les instigateurs, la sensation de monter un chemin de montagne jusqu’au sommet, plus on monte, le niveau de vie privée et d’intimité augmente. La «boîte» la plus haute dispose d’un sauna et s’ouvre vers la montagne.

La répartition des espaces intérieurs se remarque aussi de l’extérieur. Au nord, on voit les deux loges des chambres à coucher, finies en bronze et des treillis en bois alors que côté sud, c’est un sauna qui fait saillie sur la façade en verre. Un contraste atypique qui croise les différentes matières. De loin, nous pouvons apercevoir la structure, le cadre en mélèze qui supporte les caisses suspendues avec son toit soutenu par des colonnes en bois de 12 mètres de haut, l’ensemble rappelle le contour d’une ancienne grange. « En y réfléchissant, j’ai passé beaucoup de mon enfance à jouer dans des granges », souligne Stefan Rier, «et l’un de mes souvenirs les plus chers est celui où j’avais l’habitude de grimper haut dans les granges et puis me jeter dans le foin. Peut-être que si je n’avais pas eu cette expérience, Je ne serais jamais enthousiasmé pour concevoir cette maison … ».

Le souci du détail

La maison reflète l’archétype des bâtiments ruraux. À l’intérieur de la maison, la distribution des espaces et des fonctions est inhabituelle. Les boîtes qui abrite les trois chambres sont soutenues par la structure en bois, visible dans sa totalité. Les chambres sont conçues comme des micro-maisons, chacune ayant sa conception particulière. On y accède par un escalier et un système de passerelle qui en plus d’avoir une fonction de connexion comprend les salles de bain avec baignoires et les douches (seuls les WC restent fermés). Au dernier étage, un box accueille le sauna avec une vue panoramique côté sud. On trouve aussi un petit salon-bibliothèque avec un poêle antique qui provient du bâtiment préexistant.

Le souci du détail a été scrupuleux, de même que la recherche de solutions originales.
Le tissu choisi joue un jeu complexe avec le bois en créant une atmosphère presque théâtrale. Le projet vise à tirer le meilleur parti de la lumière naturelle: au sud, la façade est complètement en verre, la lumière est filtrée par la grille en bois tandis que les toits en saillie
protégent l’intérieur de la chaleur des mois d’été. Sur le toit, une lucarne s’ouvre à l’est, fournissant une autre source de lumière.

En 2018, la Messner House a attiré une attention particulière, elle a reçu l’Iconic Award 2018, a été nommée parmi les 5 projets finaux de WAF – World Festival d’architecture 2108 dans la catégorie maison et elle est présente dans le livre «Best of Intérieur 2018 ».

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de l’agence d’architecture noa* : ici.

Les photos: © Alex Filz

Mohr Life: le spa théâtral signé noa*

© Alex Filz

L’agence d’architecture noa * vient de terminer son dernier projet. Il s’agit d’un espace de bien-être conçu comme un théâtre proposant de nombreuses interprétations de l’espace. Un nouveau regard frais sur le concept traditionnel du Spa.

Puiser dans la nature

Les architectes de l’agence noa* ont puisé dans l’incroyable nature qui règne au cœur du Tyrol, en Autriche, pour concevoir un bâtiment contemporain et attrayant où le verre et le ciment sont en dialogue permanent avec la morphologie, la culture et l’histoire du lieu.
 
En octobre 2018, le nouvel espace bien-être du Mohr Life Resort a été inauguré à Lermoos, l’un des plus anciens domaines skiables du Tyrol, situé à seulement 80 km d’Innsbruck. L’hôtel lui-même est chargé d’histoire, reconnu par tous ceux qui visitent le domaine de ski qui se trouve dans les Alpes du nord du Tyrol.
 
La nouvelle structure en verre et en béton est construite sur une pente douce située en contrebas de l’hôtel. Ce dernier offre une vue unique sur la vaste vallée d’Ehrwalder Becken parsemée de vieilles fermes et de granges. De plus, les 3 000 mètres imposants de la montagne Zugspitze, qui représente une frontière géographique entre l’Autriche et l’Allemagne, surplombent toute la vallée.
 
L’architecte Christian Rottensteiner, l’un des associés de noa *, explique à Détails d’architecture comment « la présence majestueuse et puissante de la montagne elle-même était notre banc d’essai. Le Zugspitze en général, avec sa beauté, sa force et sa complexité formelle en particulier, a été notre inspiration et le protagoniste du projet. Le nouvel espace bien-être est conçu comme un espace de théâtre, idéal pour admirer ce chef-d’œuvre extraordinaire. Les clients sont logés dans un environnement relaxant qui s’harmonise avec l’environnement. Notre défi est de créer des structures qui élargissent et intensifient la perception des espaces, créant ainsi des espaces de restauration qui suscitent de nouvelles émotions chez les visiteurs. »  

Une grille structurelle

Le nouvel espace de bien-être du Mohr Life Resort s’étend sur 600 m² et comprend une partie extérieur avec piscine. Cette dernière relie également les deux bâtiments via une extension centrale dans le spa. La structure de verre et de béton s’étend horizontalement pour créer une nervure artificielle, reflétée par les murs de pierre sèche sur toute sa longueur. Le projet a été spécifiquement conçu en tenant compte du terrain en pente douce. Il se développe sur deux niveaux, cela crée une différence de hauteur qui a permis la création de la piscine. L’ensemble est sobre et lumineux, il est constitué de formes simples comme les cubes de verre placés sur deux niveaux créant la grille structurelle du squelette de l’édifice.
 
Par ailleurs, l’utilisation d’une surface de verre réfléchissante produit un effet scénique inattendu. Ainsi, les différentes formes s’affaiblissent pratiquement dans l’arrière-plan et se fondent dans un « écran » reflétant la silhouette gigantesque du Zugspitze. Quant à la piscine, elle est alignée le long de la façade en verre du spa, doublant ainsi l’image de la montagne grâce à des effets de miroir chromatique percutants.
 
Alors que la structure extérieure présente des lignes et des formes épurées, l’intérieur est doté de lignes douces et organiques, enveloppant le spectateur une fois à l’intérieur du bâtiment. Le contraste entre l’intérieur et l’extérieur enrichit le bâtiment esthétiquement et formellement. Les espaces de détente ont été développés pour ressembler à des scènes de théâtre qui offrent une vue imprenable sur la montagne. Des espaces généreux enrichis de grandes balançoires suspendues au plafond, enveloppés de draperies ou de cônes en métal, encadrent la montagne et s’alternent avec des balcons fermés offrant plus d’intimité et de détente, le tout, avec une vue impressionnante sur les environs.

Inspirés des scènes de théâtre

Le rez-de-chaussée dispose également d’un salon privé; un hall et un bar pour les rafraîchissements, en plus d’un spa et un sauna panoramique pour environ 20 personnes comprenant un mini-bistrot rappelant les salles de cinéma. Nous pouvons y trouver des cabines et des douches. Enfin et surtout, un escalier en colimaçon pittoresque est situé au centre du bâtiment et conduit les fêtards aux différents étages.
 
La piscine représente l’extension naturelle de l’espace de bien-être. Il s’étend à l’air libre et comporte des zones de détente offrant différentes expériences sensorielles. Six « îlots » parsèment le bassin d’eau, reflétant la structure surplombant la piscine. Des sources de lumière spécifiques sont utilisées pour doter l’ensemble de lumières d’ambiance inspirées par un seul motif: une sphère de verre.
 
Grâce à sa surface réfléchissante, l’extérieur du bâtiment plonge dans les différentes nuances de la nature, qui change en fonction de l’heure du jour et des saisons. À l’intérieur, les couleurs et les textiles ont été inspirés par les scènes de théâtre. Le coton et le velours lisse sont imbibés de teintes chaudes appréciables de tous.

Fidèles à leurs habitude, les architectes de l’agence noa* ont accompli un travail minutieux à découvrir sans tarder.

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa*: ici.

Les photos: © Alex Filz

Zallinger, le charmant hôtel en haute montagne signé noa *

© Alex Filz

L’agence d’architecture noa* a réalisé la rénovation et l’agrandissement du refuge de Zallinger situé dans les Dolomites. Grâce à l’intervention minutieuse des architectes, un nouveau modèle d’hospitalité est né, il sert aussi d’exemple pour le tourisme responsable.

Raviver le charme de l’ancien

Le projet consiste en une délicate intervention, de récupération historique et paysagère, que les architectes de l’agence noa*, qui se sont depuis longtemps engagés à développer des modèles innovants de tourisme vert, ont mené avec tact où les granges du XIXe siècle renaissent sous la forme de mini-chalets pour raviver le charme d’un village alpin.

La tradition du Tyrol du Sud est de combiner le confort, la qualité et la durabilité. L’objectif du projet était, dès le départ, d’améliorer la qualité et la capacité d’hébergement d’une ancienne structure hôtelière sans altérer le paysage délicat et l’équilibre environnemental, le tout en créant une valeur esthétique et durable.

Le projet, a créé de nouveaux espaces sans modifier les volumes existants et tout en respectant le concept historique et les caractéristiques architecturales du petit village d’origine. Grâce aux diverses solutions et aux matériaux adoptés, le nouveau lieu de villégiature revit aujourd’hui.

A ce propos, Stefan Rier, l’un des architectes associés de noa*, explique : « Dans ce projet, nous avons également essayé de faire ressortir cette relation solide entre architecture et contexte, qui caractérise toutes nos œuvres. Nous voulons proposer de nouveaux modèles de vie et d’hospitalité qui, d’une part, permettent de récupérer formes et matériaux traditionnels expriment en revanche la qualité du design, haut niveau de confort et de durabilité. L’environnement alpin est un complexe et système fascinant qui doit être compris et respecté. Nous pensons que c’est Il est important de penser à de nouveaux espaces et aux moyens de l’inhiber: des environnements sur un être humain. A l’échelle, confortable, accueillant, mais surtout unique et authentique. »

La cabane Zallinger date du milieu du XIXe siècle, elle a été construite à 2200 mètres au-dessous du Sassopiatto. Le lieu était autrefois entouré de sept granges et une petite église. Par la suite, les granges ont été remplacées par un seul grand bâtiment (1880), qui, au fil du temps a assumé d’autres fonctions. L’extension était l’occasion de faire revivre la structure d’origine ainsi que la restructuration du corps central de l’hôtel, la démolition de l’ancien grange et la construction de sept nouveaux chalets aménagés dans le respect du plan original du site.

Le bois à l’honneur

Les architectes de noa * ont ajouté 24 chambres dans les nouveaux mini-chalets et ont laissé les 13 chambres d’origine. Chaque chalet est constituée de quatre chambres non connectées entre elles. La vie privée est donc assurées. Chaque unité, se repose sur une dalle en béton, est construite avec des méthodes préfabriquées en bois à partir d’une ingénierie « sur mesure » par les architectes de noa *.

Les revêtements extérieurs qui entourent les chalets sont constitués de blocs de bois massif empilés dans une alternance de plein et de vide, devenant un motif caractéristique. Le résultat, inspiré par la structure des anciennes granges, évite les reflets gênants des fenêtres exposées, inappropriées dans un contexte de haute montagne. Les panneaux en bois sont conçus pour pouvoir s’ouvrir, offrant une vue sur le paysage alpin spectaculaire, mais une fois fermés, ils créent une ambiance particulière dans les chambres.

Durabilité, respect de la montagne et contact direct avec la nature sont les principes qui ont guidé tous les choix de conception. Par exemple, les bardeaux de bois des toits sont typiques de la tradition du Tyrol du Sud, tous les matériaux sont certifiés, il a même été décidé de ne pas éclairer les chemins reliant les chalets et l’abri, pour éviter la pollution lumineuse et
permettre aux invités, équipés de lanternes, d’admirer le charme du ciel étoilé.

Avec la rénovation du refuge de Zallinger, une étude a également été lancée pour minimiser le flux des voitures dans une zone qui a observé une forte croissance du nombre de visiteurs ces dernières années. Avec l’intervention de noa*, le refuge Zallinger reprend vie !

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de l’agence d’architecture noa* : ici.

Les photos: © Alex Filz