Archives par mot-clé : noa*

Quand noa* fait revivre un ancien monastère

© Alex Filz

Dans la commune d’Arco, située dans la province de Trente et se trouvant à la pointe nord du lac de Garde, les espaces monumentaux d’un monastère du XVIIe siècle reprennent vie grâce à l’intervntion de l’agence d’architecture noa* qui les a transformés en un hôtel unique, tout en conservant le charme de l’architecture d’époque et son atmosphère de paix et de méditation.

Un noble complexe

Dans le jardin, le spa s’inspire de certaines constructions rurales typiques, que l’on peut trouver sur les rives du lac. Restaurer la puissance majestueuse et la dimension spirituelle d’un ancien centre monastique et faire de ses éléments les plus distinctifs les principales caractéristiques d’un hôtel unique et charmant, était la mission accomplie de noa*. Ce noble complexe ainsi que son vaste jardin, sont entourés d’un haut mur d’enceinte qui date de la seconde moitié du XVIIe siècle. La moitié du bâtiment du monastère, qui abrite également l’église et le cloître, où les religieuses continuent de vivre, ont été laissés intacts et en 2020 le travail sur le projet d’hôtel a commencé en étroite collaboration avec l’Office de la Culture de Trente Patrimoine. « La majesté et la rigueur de l’architecture, les longs couloirs, les plafonds voûtés ainsi que les autres caractéristiques se combinent pour donner à ces espaces un vrai sentiment ancestral », explique Francesco Padovan, l’architecte de l’agence noa* qui a suivi le projet architectural.

Le projet noa* comportait deux phases principales : La rénovation et la transformation du monastère et de ses intérieurs en hôtel, réalisées en créant au rez-de-chaussée, des espaces communs  comme la réception, le hall, la salle de petit-déjeuner, l’espace bar et la cuisine) avec les pièces principalement réparties entre le premier étage et le grenier. L’aménagement d’un nouvel espace de bien-être au sein du jardin luxuriant comprenant 500m² de salles de relaxation, des cabines de soins,des saunas et des parcours de bien-être avec hammam. Ces interventions ont abouti à un hôtel très particulier, comme l’explique Padovan: « Un refuge qui vous fait voyager dans le temps, étroitement centré sur l’histoire et la particularités de ce lieu. Et où chaque choix de construction, chaque matière et détail, a été étudié pour puiser dans la majesté du contexte préexistant, l’exaltant et lui donnant une nouvelle vie ».

Maintenir l’architecture typique

Avec ses 40 chambres (dont 2 suites), le Monastero Arx Vivendi – le nom du nouvel hôtel – offre une hospitalité en parfaite harmonie avec l’emplacement spectaculaire. Du point de vue de la conception, l’idée sous-jacente était de maintenir l’architecture du monastère typique, en préservant la conception originale des chemins intérieurs et en prolongeant sa rigueur géométrique aux nouveaux volumes, tout en portant une grande attention au choix des matériaux et couleurs. « Une philosophie de conception qui nous a guidés et nous a aidés à maintenir la composition, la statique et la clarté visuelle qui fait d’un monastère un endroit si spécial », souligne Padovan. Et ce n’est pas tout. Le paysage agricole environnant a également joué un rôle important, inspirant l’architecture des constructions en verre clair qui abritent l’espace bien-être et créent une relation symbiotique entre l’histoire et la terre.

Entièrement clos par un mur d’enceinte de 7 mètres de haut dont l’aspect d’origine a été préservé, l’intérieur le monastère est réparti sur trois niveaux. « C’est un peu surprenant de découvrir que les espaces de chaque étage sont structurés de manières très différentes », observe Padovan. « Les espaces concentriques du sol le sol contraste avec le majestueux couloir du premier et puis il y a la masse des poutres en bois dans le grenier. Nous avons porté une grande attention à cette variété d’environnements, développer des solutions qui n’altèrent pas les différentes conceptions mais qui renforcent leur charme et leur originalité». Ainsi, l’aménagement des espaces communs du rez-de-chaussée a mis l’accent sur le plan existant du monastère. Situé le long de l’axe central, se trouve la réception, la salle de petit-déjeuner et une salle de lecture/salon, le tout agrémenté de beaux plafonds voûtés d’ogives et entourés par un long couloir continu. Le bar et la cuisine sont également situés au rez-de-chaussée. Une suite avec un jardin privatif a également été créée à ce niveau. Le décor change au premier étage où le majestueux couloir central est bordé de poutres de plafond qui s’étendent sur une longueur impressionnante de près de 50 mètres. Ici les anciennes « cellules » monastiques, alignées sur les côtés, ont été jointes deux par deux pour créer de plus grandes chambres (de 22 à 30 m²). De cette façon, dans chaque pièce, une « cellule » constitue la chambre, tandis que l’autre accueille la salle de bain. Les vieilles portes, en bois clair, sont toutes conservés du côté extérieur, le long du couloir, pour maintenir le spectacle saisissant des entrées qui parsemaient le long couloir. Le premier étage offre également une suite qui a été développé à partir de la partie du bâtiment qui abritait à l’origine les salles d’eau et les salles de bains. Le deuxième étage n’est pas moins frappant. Un grand loft surmonté de fermes accrocheuses, accueillant deux rangées de pièces qui s’ouvrent sur un long couloir central. La restauration des fermes en bois rendent hommage à leur fonction d’origine. Au point le plus élevé du toit, une lucarne court tout le long du plafond, éclairant non seulement le couloir mais aussi les chambres grâce aux faîtières.

Respecter l’architecture existante

Nouvellement développé dans le jardin du monastère, le spa se compose de sept verres clairs et de volumes en métal positionnés le long d’une colonne vertébrale en pierre. Les cours intérieures créent un motif évocateur de volumes avancés et en retrait. « Lors de la conception de cette zone, notre objectif était de créer un dialogue plus étroit avec l’environnement paysagé agricole qu’avec le monastère, un peu trop « puissant » en terme architectural », explique Padovan. « Pour ce faire, nous avons utilisé des éléments très simples avec une forte clarté structurelle. La charpente métallique légère, organisée en piliers et poutres, est inspirée par les maisons rurales caractéristiques du lac de Garde ». La colonne vertébrale de liaison – composée d’une série de piliers recouverts de pierre de Vicence, dont les couleurs rappellent les structures préexistantes, et une architrave horizontale en préfabriquée et béton sablé – fait écho au mur en pierre du canal surélevé qui court le long du côté oriental du couvent. L’espace bien-être comprend un espace de détente avec transats, un espace de soins et un deuxième espace de détente face au « lac naturel » qui est un bassin d’eau naturelle aux reflets bleu foncé. Vient ensuite un troisième espace de détente en galerie ouverte dans les cours verdoyantes, puis les saunas (dont un sauna finlandais) et un type particulier de hammam ou cours de bien-être qui tourne autour d’une grosse pierre noire chauffée.

« Le projet de conception a été guidé par notre respect total de l’architecture existante. Le design a été adapté aux espaces monastiques austères avec des solutions, sans compromis sur le confort, la fonctionnalité et l’esthétique contemporain », explique l’architecte d’intérieur Niccolò Panzani de noa*, qui a supervisé le projet de décoration d’intérieur. Les plafonds et décorations d’origine des espaces communs du rez-de-chaussée ont été conservés et restaurés. Les teintes dominantes sont le blanc, le gris et le noir, il s’agit des couleurs historiques du monastère. Les sols en béton, sont construits sur ceux d’origine, à l’exception du couloir de l’étage qui mène de l’entrée principale au jardin intérieur et qui maintient son revêtement en terre cuite d’origine après avoir été soigneusement restaurés. Après restauration et consolidation des travaux, les murs et les voûtes ont été traités pour créer un enduit ondulé qui donne un effet antique.

Textures et matières

La réception se distingue par son grand bureau en pierre, recouvert de granit et éclairé par une « pluie » de lampes suspendues et minimalistes. Autour de la réception se trouvent des chaises en fer forgé. Tout aussi sobre et agencée avec goût, la grande salle de petit-déjeuner, dominée par une longue table centrale qui rappelle l’ancienne réfectoire, comporte de plus petites tables positionnées le long les murs. Dans l’espace bar et la salle des buffets, un puits restauré et une cheminée ont été adaptés en îlots buffet. Au premier étage le majestueux couloir central, dont le sol en terre cuite a été refait sur la base du sol existant, a été délibérément laissé libre de mobilier. La totalité des chambres partagent une conception très rigoureuse, également en termes de choix de matériaux : les sols en chêne rabotés à la main pour la chambre et des carrelages d’aspect naturel pour la salle de bain. Le noir a été choisi pour les meubles, dont celui de la salle de bain. Tout est conçu sur mesure, y compris les lits à baldaquin en métal avec du chêne noir. Les chambres du loft adoptent le même style, mais avec quelques concessions supplémentaires à la modernité comportant des couleurs plus douces, des lits capitonnés pour le confort acoustique et des lampes en céramique. Dans l’espace bien-être, le choix des matériaux et de la décoration cherche à mettre en valeur la chaleur et atmosphère apaisante des chambres, caractérisée par les tons chauds du chêne blanchi, des textiles effet lin et du coton. A l’intérieur du spa, tout est conçu pour générer un sentiment de calme et de détente – des panneaux de bois fraisés qui font écho à la grenade au design stylisée, symbole du monastère, aux lits suspendus comme des balançoires et aux bancs du sauna naturel, qui incitent à la méditation et rappellent une salle de prière.

Une fois de plus, l’architecture de l’agence noa* est perceptible et fait, comme son habitude, la différence. A commencer par le mobilier strictement artisanal et le naturel des matériaux choisis, comme la pierre et le bois. « Notre attention aux détails et nos conceptions personnalisées nous permettent de créer des créations uniques, exclusives, des projets ad hoc pour nos clients qui ne sont jamais répétitifs », souligne Niccolò Panzani. « Mais ici, la situation exceptionnelle a aussi contribué à façonner nos choix et restaurer ce sentiment de paix et de tranquillité que le monastère a sauvegardé pour des siècles »

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Andrea Dal Negro

Le site de l’agence noa* : ici.

Les photos : © Alex Filz

 Les photos par drone : © Andrea Dal Negro

Le Weisses Kreuz d’Innsbruck retrouve sa splendeur grâce à noa*

© Alex Filz

L’hotel Weisses Kreuz, situé dans le centre-ville d’Innsbruck, invite ses hôtes à un voyage dans le temps rafraîchissant et coloré avec 48 nouvelles chambres et suites, où l’agence d’architecture noa* a créé le cadre parfait.

Une mode intemporelle

Pas d’angle droit en vue dans le coin ! la vénérable maison de Herzog-Friedrich-Straße, qui date des années 1460, est un bâtiment situé dans l’une des rues historiques d’Innsbruck et dont l’architecture consiste en un condensé d’éléments architecturaux d’un large éventail d’époques historiques, ayant subi une transformation constante. Pourtant, les caractéristiques distinctes de chaque période se confondent dans une mode intemporelle pour former une symbiose d’urbanisme.

Au rythme des siècles, l’Hôtel Weisses Kreuz s’inscrit dans ce modèle, offrant un défi architectural attrayant pour noa*. Non loin du célèbre Goldenes Dachl (le Toit d’Or), l’hôtel a toujours été une destination populaire que ce soit pour les voyageurs célèbres ou les célébrités historiques, comme Wolfgang Amadeus Mozart, qui y séjourna à l’âge de 13 ans en 1769. Le bâtiment est étroit et allongée vers l’arrière, son arcade orientée vers l’avant se marie parfaitement avec le tissu de la ville. Lors de la refonte, un niveau loft a été ajouté aux six étages, qui ont été prolongés avec délicatesse tout en respectant les règles locales de conservation. Le nouveau loft est méticuleusement chorégraphié. D’une part, il s’adapte au quartier et au paysage urbain en conservant sa pente d’origine vers l’élévation avant, mais à l’arrière, il s’élève en hauteur et s’ouvre sur six cubes de verre offrant une vue magnifique sur les toits de la ville. De là, les clients peuvent goûter à un panorama unique, englobant les monuments importants alentour.

Un voyage dans le temps

Les clients sont invités à commencer leur voyage dans le temps au rez-de-chaussée. En effet, l’ascenseur est accessible par un long couloir ponctué de deux « obstacles en miroir ». Les invités se voient réfléchis, mais en même temps toutes les frontières sont dissoutes par les murs en miroir et le plafond, l’architecture cesse d’exister, l’immersion est complète. Dès l’entrée, les visiteurs sont transportés loin de leur propre époque. L’ascenseur les emmène directement au nouveau sixième étage, où un accueil chaleureux les attend. Là, la première chose qu’ils remarqueront est un meuble dominant dans la salle longue. Il s’agit d’une table en laiton, fabriquée sur mesure, de 13 mètres de long avec une ornementation baroque. La table sert au petit déjeuner buffet, mais aussi comme bar ou comme un lieu de rencontre convivial en soirée, ouvert également aux non-clients de l’hôtel. L’existence de la table est renforcée par le parquet en chêne fumé, et le laiton offre un contraste royal avec le bleu foncé qui domine la pièce. Le bleu choisi figure également au nom de cette icône « Zur blauen Brigitte » (Bleu Brigitte), du nom de l’un des deux propriétaires de l’immeuble. Le loft bleu, avec ses baies vitrées, ses alcôves vitrées et sa vue à couper le souffle, offre une atmosphère chaleureuse. L’éclairage offre une ambiance éclectique agrémentés de plusieurs touches en rose clair et jaune ocre. La signature du projet « Baroque Chic Shock » est évidente par ses caractéristiques variées et particulières. Le minimalisme et les espaces blancs sont inexistants, tout, jusqu’aux détails techniques, a été coloré, décoré et agrémenté. L’histoire dynamique du bâtiment refait surface et le nouveau chapitre qui est en train d’être écrit apparaît petit à petit.

La couleur fait partie du voyage

Les nouvelles chambres et suites sont situés aux étages inférieurs. Malgré l’irrégularité architecturale des planchers, avec leurs plafonds gothiques, leurs arches et leurs hauteurs variables, noa* a réussi à apporter une sorte de calme à la folie. Les chambres d’hôtes côté rue permettent de se plonger dans l’agitation de la vieille ville d’Innsbruck simplement en regardant par la fenêtre, tandis que ceux qui font face à la cour intérieure se dotent d’un patio ou d’un balcon intérieur créant un idylle isolée. Pour la partie centrale et sans fenêtre du bâtiment, les architectes ont imaginé une façon particulièrement ingénieuse d’utiliser l’espace tout en permettant à ces pièces de recevoir la lumière naturelle. En effet, les concepteurs ont éclairés l’ensemble par une cour intérieure qui s’étend entre le premier et le sixième étages où se forme une petite terrasse privée et paysagée. Les chambres possèdent des codes de couleurs cohérents. Chaque pièce présente une couleur monochrome et devient le cadre de divers éléments baroques. La couleur fait partie du voyage. Chaque teinte donne une indication de la configuration de la chambre respective. Par exemple, les chambres rouges sont légèrement plus spacieuses que celles en bleu clair, tandis que les chambres en bleu foncé ont un balcon, et les chambres vertes ont une terrasse donnant sur la cour. Par ailleurs, les chambres grises sont toutes à deux lits. Tout le mobilier est en harmonie avec la couleur choisie, la moquette et le carrelage sont à la couleur des murs, des rideaux et des meubles. Le thème baroque se reflète dans des détails particuliers comme une pied de lavabo ou une commode qui portent des traits baroques. Ces derniers sont encore plus accentués, par une série spécialement créée de photographies de dames opulentes qui reprennent le leitmotiv du « Baroque Chic Shock » à travers des accessoires fantaisistes.

Des surprises et des secrets

Au premier étage, toutes les chambres ont une terrasse vitrée et un grand espace extérieur. le point culminant de cet étage est la chambre « Superpatio » avec son décor de jungle verte, un petit oasis avec des meubles anciens et un lit d’une forme inhabituelle. Au deuxième étage, se trouve la « Suite Mozart » qui constitue la retraite spacieuse où Mozart reposait autrefois. Ici, des éléments grandioses abondent en rouge et or. En hommage au célèbre compositeur et grand joueur, une table de billard orne la pièce. Une autre curiosité se trouve au troisième étage. IL s’agit d’une « armoire à balais », la plus petite pièce de l’hôtel, qui reste totalement inachevée. Avec ses murs non enduits, c’est l’espace « sans style » de l’hôtel où l’on trouve la raquette de tennis signée d’un célèbre champion de Wimbledon qui orne le mur. Le quatrième étage se prolonge dans le bâtiment voisin, il s’agit du Frank House qui dispose de 10 chambres supplémentaires. A cet étage se trouve la salle « Toit d’Or » avec son opulent mobilier doré. L’ensemble a été nommé d’après le toit d’or, qui peut être aperçu de la baie vitrée.

A l’hôtel remanié par noa*, ce ne sont pas seulement les formes irrégulières qui évoquent l’histoire, mais aussi les peintures murales découvertes pendant le projet. Elle racontent les histoires d’auteurs inconnus. Le Weisses Kreuz prend un nouveau départ avec un concept neuf, il regorge de surprises et de secrets. Par ailleurs, les rêves et les anecdotes d’autrefois s’étendent jusqu’au loft dont les baies vitrées mettent le ciel étoilé à portée de main.

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa* : ici.

Les photos : © Alex Filz

Au Tyrol, noa* réalise des cabanes dans les arbres

© Alex Filz

L’agence d’architecture connue par ses projets atypiques noa* (Lukas Rungger et Stefan Rier) basée à Bolsano et à Berlin vient de terminer l’extension d’un hôtel situé dans le Tyrol du Sud. Les dix suites à pignon sur pilotis, que les architectes ont ajouté à l’existant, sont censés préserver l’accès au terrain pittoresque. Originalité, perspicacité et harmonie sont au rendez-vous.

Un concept original

Dans le village alpin de Siusi allo Sciliar, les dirigeants de l’hôtel Floris souhaitaient d’élargir la capacité de l’établissement en y ajoutant dix suites supplémentaires. Le projet de la réhabilitation ainsi que l’extension a été attribué à l’agence d’architecture noa*. Les architectes nous racontent comment ils ont procédé à l’élaboration d’un concept original qui croise astucieusement la fonctionnalité, l’aventure et la rêverie.

Depuis de nombreuses années, les chambres confortables du Parc Hotel Florian, situées au pied du village de Siusi allo Sciliar, offrent des vacances uniques toute l’année à leurs visiteurs. Cependant, le magnifique parc constitue une caractéristique unique de cette propriété, un espace singulier où tout le monde est encouragé à s’attarder parmi les arbres centenaires, un étang idyllique et une piscine extérieure. Un environnement idyllique qui ne laisse personne indifférent.

Beaucoup de tact et de sensibilité

Le complexe a récemment été agrandi avec dix nouvelles suites situées dans un bâtiment indépendant, qui se connecte à la structure existante, offrant à la fois un sentiment de continuité et une nouvelle perspective avec un langage architectural divergent. Les architectes de noa * qui ont été chargés d’améliorer la conception de l’hôtel se trouvent donc en face de plusieurs exigences, d’une part, la marque de l’hôtel reconnue par ses motifs uniques qui devait être préservée de manière optimale et d’autre part, la problématique des environs, avec l’existence de la résidence familiale adjacente, le parking et l’hôtel lui-même, un ensemble qui demande beaucoup de tact et de sensibilité.

Les architectes nous racontent qu’au départ, l’idée était de séparer le nouveau bâtiment de l’ancien afin de laisser le terrain intact et occuper le moins d’espace possible. Mais l’idée n’était pas seulement de ranger plusieurs pièces côte à côte mais de créer un groupement ordonné de cabanes dans les arbres à la fois intimes et autonomes, le tout élevé sur des supports de trois mètres de haut, laissant le terrain entièrement accessible en dessous. En même temps, il y avait un souhait non seulement pour accueillir les invités dans les nouvelles suites du parc, mais pour leur permettre d’en faire partie. Au cours du processus de conception, le parc est devenu le thème central de l’architecture, intégrant le nouvel édifice dans la nature, comme s’il avait toujours été là.

Ainsi, le concept des cabanes dans les arbres a commencé à prendre forme et la passerelle qui forme l’épine dorsale du nouveau développement est la structure à deux étages contenant les suites et leurs cinq chambres situées à l’étage, toutes avec vue sur le parc. Afin de rendre le complexe architectural encore plus dynamique, les chambres sont situées les unes au-dessus des autres marquant un léger angle, créant l’impression d’une structure naturelle tout en préservant les vues. Les usagers ont la sensation d’être installés dans leur petite maison.

Rendre floue la relation intérieur-extérieur

Les nouvelles «Floris Green Suites» ne sont pas moins spectaculaires à l’intérieur qu’à l’extérieur. Tous les espaces de vie, les chambres et leurs salles de bain ont été repensés. La pièce de vie centrale est ouverte, grâce à sa baie vitrée, sur un balcon abrité avec une vue sur la magnifique montagne environnante, tout suit la logique de rendre floue la relation intérieur-extérieur. La partie intime se trouve à l’extrémité de la suite, où se trouve l’entrée en plus des toilettes et d’un petit sauna finlandais privé, que les visiteurs peuvent utiliser quand ils le souhaitent. Un petit coup de cœur pour le patio ouvert avec un bain à remous extérieur, qui rend l’ensemble exceptionnellement attrayant.

L’architecture intérieure est conçue autour d’un vert tamisé entrecoupé de nuances de gris, accentuant l’ambiance de la cabane dans les arbres. Les revêtements en tissu sont à la base du concept général, en tuiles et surfaces peintes, qui aident à fusionner l’intérieur et l’extérieur. Le chêne fumé des revêtements du sol, les divers accessoires et les éléments de la salle de bain sont dans une nuance sobre et se mélangent harmonieusement avec le reste. Les jardinières sur les balcons et terrasses rehaussent l’ambiance naturelle. La volonté des architectes de noa* de se rapprocher le plus possible de la nature est palpable même dans les moindres détails. Une réalisation intelligente, élégante et sensible qui profite de la nature sans endommager le lieu.

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa* : ici.

Les photos : © Alex Filz

Ötzi Peak 3251m, quand les architectes de noa* gravissent les sommets

© Alex Filz

Il y a quelque chose d’extraordinaire et de sublime dans ce lieu magique, au sommet de la montagne, juste au point culminant de la crête du glacier de la vallée de Schnals, dans le sud du Tyrol, où se dévoile l’impressionnant paysage alpin de l’Italie. Soudain, une réalisation se profile aux yeux des randonneurs, aussi subtile qu’élégante, il s’agit bien de la signature de l’agence d’architecture noa*.

Des sensations extrêmes

Les architectes de l’agence noa* basée à Bolzano et à Berlin viennent de terminer un projet singulier. Il s’agit d’une structure architecturale unique qui permet aux visiteurs des hautes montagnes ainsi qu’aux nomades à la recherche de sensations extrêmes de découvrir l’histoire fascinante des merveilles alpins.

Les architectes nous racontent que l’Hôtel Grawand se trouve tout en haut de cette intersection alpine unique, qui à plus de 3000 mètres d’altitude, est l’un des rares hôtels en Europe situé à une telle altitude. « La vue imprenable sur le paysage des sommets enneigés rend le temps figé. Les randonneurs et les skieurs visitent le sommet pour découvrir la nature à son apogée: robuste, caillouteuse, avec le vent et le temps – pure. »

C’est dons dans cet environnement extraordinaire que nous pouvons découvrir une plate-forme d’observation qui a été développée sur la base d’une structure légère en acier Corten. Une réalisation qui donne au lieu une touche de nouveauté tout en se fondant admirablement dans le paysage. Les architectes soulignent que la conception incorpore la croix de sommet préexistante et la plate-forme ne touche le sol que là où il y a une nécessité statique. L’ensemble devient ainsi presque flottant ne faisant qu’un avec les montagnes.

Un voyage intellectuel

La plate-forme suit la topographie naturelle avec une grille de plateau placée sur des traverses élancées enveloppées de lamelles verticales en acier Corten. Les éléments verticaux, tracent des courbes douces dans leur séquence. Cela crée un effet magique où une ouverture et une fermeture des vues suivent le mouvement du spectateur en l’invitant à découvrir de nouvelles perspectives à maintes reprises. Cette dynamique unique crée une expérience totalement immersive et sensuelle dans laquelle le temps se fige un instant en éclipsant les autres souvenirs.

En parlant de temps, un entonnoir géométrique a été creusé dans la plate-forme d’observation ondulée pour diriger les yeux des spectateurs vers quelque chose d’intemporel. À seulement quelques mètres de la frontière autrichienne, l’angle de la plateforme d’observation entraîne le visiteur dans un voyage intellectuel, l’homme des glaces n’est jamais trop loin.

Sur les hauteurs du Tyrol, entourée d’un panorama à couper le souffle, la réalisation de noa* est tout simplement sublime, c’est à découvrir sans tarder !

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa*: ici.

Les photos : © Alex Filz

Apfelhotel Torgglerhof, un élégant projet signé noa*

© Alex Filz

Au Tyrol du Sud, l’agence d’architecture noa *  a réalisé un hôtel de charme qui évoque l’élégance d’un hôtel historique tout en créant pour les utilisateurs des lieux, un oasis rempli de sens et de beaux moments partagés.

Quand la pomme devient muse

Les architectes de noa* nous raconte l’aventure : « La pomme, fruit originaire du Kazakhstan et apporté au Tyrol du Sud par les Romains, est au cœur du paysage culturel de la région. Le Torgglerhof se trouve à l’embouchure de la vallée de Passeier, ses racines sont profondément ancrées dans la culture de la pomme classique. Au fil du temps, il est devenu un endroit pour les personnes souhaitant s’attarder, se connecter et s’imprégner des vues panoramiques. C’est ici que l’Apfelhotel a été construit, et il est devenu depuis à la fois une destination de sortie et un conseil d’initié pour les clients à la recherche d’un plaisir de vacances et d’une escapade spéciale – avec une architecture succulente. »

En 2014, l’agence d’architecture noa * établie à Bolzano et à Berlin a remporté le concours de l’agrandissement de la structure existante de l’hôtel. En 2016, le bâtiment principal avec le restaurant ainsi que l’ancienne grange ont été démantelés et déshabillés pour être reconvertis.
Derrière la façade d’origine de la grange, sous les chambres, nous pouvons trouver la production de l’Apfelhotel avec ses diverses spécialités et fabriqués à partir de leurs pommes cultivées sur place ainsi que d’autres spécialités locales. L’Apfelsauna a été achevée puis a été agrandi.

En 2020, 18 nouvelles suites ont été construites, elles ont été soigneusement conçues pour s’intégrer dans la structure paysagère de la cour de la ferme tout en complétant l’environnement rural. Selon les architectes, un accent particulier a été mis sur la préservation des caractéristiques de l’ensemble de la ferme et le maintien de son échelle.
En tant que pièce centrale noa * a conçu un espace bien-être avec une architecture et une verdure qui ressemblent à un jardin luxuriant moderne. Une sorte de «cœur vert» qui, comme le sauna qui est en forme de pomme, s’intègre harmonieusement dans le paysage.

Le centre de bien-être, la nouvelle pièce maîtresse de l’hôtel

Le centre de bien-être nouvellement ouvert constitue la nouvelle pièce maîtresse de l’hôtel, il  n’a pas de façade côté nord, mais se fond dans une pente verte naturelle de sorte que le bâtiment est à peine visible. L’entrée du nouveau spa est une coque en béton semi-exposée incurvée qui s’insère dans le paysage et est conçue avec un magnifique portail en vieux bois. « Ici, à l’interface entre la surface et le sous-sol, le mot immersion prend un sens qui lui est propre. » Déclarent les architectes.  Le côté sud de l’espace bien-être, quant à lui, il s’ouvre sur une façade en verre et en acier qui disparaît sous une couverture de verdure sur le toit. La verrière en acier, sur laquelle grimperont les fleurs de jasmin parfumées, fait saillie vers le haut dans le ciel ouvert, rappelant les structures de maintien utilisées dans la culture moderne de la pomme.

Une grande partie de l’espace de bien-être est cachée à la vue. En effet, toute la structure est recouverte d’une couche de terre et de plantes, conçue pour se fondre naturellement dans le fond de la colline et ainsi se fondre dans le paysage. Le spa dispose d’une fontaine centrale en pierre naturelle et d’une cheminée à foyer ouvert dans un salon spacieux, qui mène aux douches, aux vestiaires et aux salles de beauté et de massage. La piscine intérieure s’étend vers l’extérieur à travers la façade verte envahie, elle est partiellement encadrée de roche. Un sentiment de sérénité mais aussi de plénitude se dégage de l’ensemble.

Une vue spectaculaire sur la vallée

L’étage supérieur est constitué d’un espace réservé aux adultes. Il dispose d’un sauna, d’une salle de relaxation, d’un sauna finlandais et d’un bain à vapeur ainsi qu’une terrasse adjacente où les gens peuvent se rafraîchir avec une douche extérieure. Le sauna finlandais, avec ses lattes de bois courbées horizontalement et ses généreuses fenêtres vitrées, offre une vue panoramique imprenable sur l’extérieur et les champs de pommiers. Le bain à vapeur a un caractère de grotte, quant à la salle de relaxation, elle offre une vue spectaculaire sur la vallée à travers la verdure de son revêtement de façade. Nous pouvons joindre l’Apfelsauna par un escalier ouvert incurvé, qui jouxte la coque en béton apparent.

Les diverses entités forment un ensemble cohérent qui non seulement dialogue admirablement avec le lieu mais offre une sensation unique suspendue dans le temps. Apfelhotel Torgglerhof de noa* est une réalisation singulière qui titille les sens !  

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa* : ici.

Les photos : © Alex Filz

Lake House Völs, une admirable réalisation signée noa*

© Alex Filz

C’est dans le bourg de Völs situé au bord du lac idyllique de Völser Weiher, à l’ouest de la ville d’Innsbruck, dans le Tyrol du Sud, que l’agence d’architecture noa* a croisé adroitement un concept moderne avec une tradition bien-aimée du public pour offrir une architecture en harmonie avec la nature.

Se combiner harmonieusement avec son environnement

Au milieu d’un univers montagneux spectaculaire bordé de forêts de pins verts luxuriants, le lac Völser Weiher se trouve à plus de 1000 mètres d’altitude. C’est une réserve naturelle pittoresque qui offre aux visiteurs toute l’année un espace de détente et de loisirs. Dans cet environnement idyllique, l’agence d’architecture noa*, basée à Bolzano et à Berlin a été mandatée par la municipalité de Völs pour construire une petite cabane de baignade attrayante avec des vestiaires publics et des installations sanitaires qui complètent le cadre pittoresque.

Trop petit et plus adapté à l’usage, l’ancien kiosque existant fonctionnait depuis des années et manquait, entre autre, d’installations accessibles appropriées pour les personnes handicapées. La destination populaire pour les excursions en plein air, en particulier parmi les habitants, qu’il s’agisse d’une baignade rafraîchissante en été ou d’une patinoire en hiver, devait être refaite à neuf et aux normes actuelles. C’est pourquoi, l’ancienne installation a été démolie pour créer un nouvel espace où l’architecture pourrait se combiner harmonieusement avec son environnement.

Les architectes de noa* nous racontent qu’afin de se fondre dans l’environnement tout en gardant une discrète installation, ils ont conçu, deux structures compactes connectées le long d’un axe transversal. Le bâtiment principal, un nouveau snack-bar avec un toit classique, contient une cuisine et un comptoir partiellement ouverts où la nourriture et les boissons sont servies. Il se développe en une loggia ouverte et une terrasse, avec une vue panoramique sur le lac et une zone de baignade nouvellement conçue. L’axe transversal qui relie les deux bâtiments est défini par un évidement ouvert avec un élément pliable en bois. L’évidement fonctionne comme un deuxième comptoir où les baigneurs, les piétons et les cyclistes peuvent acheter de petits rafraîchissements, de la crème glacée et de la nourriture. Cet interstice agit également comme une cloison intelligente, de sorte que la loggia et la terrasse peuvent être maintenues confortablement silencieuses, tout en permettant simultanément un libre-service rapide et facile pour les clients.

Une ambiance de continuité fluide de la nature

La deuxième structure consiste en un cube séparé relié au snack-bar, elle garde une fonction publique et forme avec le bâtiment principal un ensemble cohérent à la fois sur le plan architectural et fonctionnel. Selon les architectes, « c’est ici que les installations sanitaires répondent aux exigences d’accessibilité et offrent des vestiaires aux sportifs de loisir enthousiastes comme les nageurs ou les patineurs. » Au des installations, se trouve un petit atrium ouvert avec des vestiaires pour les invités et des casiers spécialement conçus par les entreprises artisanales locales. L’atrium offre un aperçu de l’horizon pour signaler un accueil chaleureux aux baigneurs et randonneurs. « Dans ces locaux accessibles au public, une technologie de truelle en résine robuste a été sélectionnée qui peut à la fois résister à l’usure des patins et assurer la sécurité sur un sol mouillé. » En effet, pour se fondre dans l’environnement naturel, l’architecture se concentre sur une forte harmonisation visuelle entre l’intérieur et l’extérieur. Les architectes nous informent que le vert a été choisi comme couleur de base pour le sol, les murs et le plafond, avec différentes nuances contribuant à créer une ambiance de continuité fluide de la nature.
 
Le sol et les surfaces verticales ajoutent une autre caractéristique unique à l’installation au bord du lac. En effet pour ancrer l’architecture fermement dans son emplacement, noa* a incorporé un motif de dentelle traditionnelle du Tyrol du Sud dans le remplissage de résine. Les motifs ont été brièvement pressés dans la résine humide et rapidement enlevés pour créer un effet tridimensionnel irrégulier. Ces motifs 3D, plus ou moins apparents, ajoutent une impression visuelle particulière et une touche de spontanéité. Alors que le bâtiment principal dégage une présence caractéristique et il est à peu près de même taille que l’ancienne structure, noa * a créé un concept dans lequel le second volume se retire optiquement. La construction à ossature en bois le long de l’axe transversal, qui relie les deux bâtiments de l’installation, sert également de structure de support pour les plantes grimpantes. « En quelques mois, le jasmin à croissance rapide prévu enveloppera les vestiaires d’un feuillage naturel et vert. » selon les architectes.Vue du lac, la verdure fera disparaître le bâtiment dans son environnement.

Un espace unique dédié aux amoureux de la nature

L’ensemble se situe dans un paysage naturel unique et offre des perspectives magnifiquement cadrées ainsi que de superbes vues sur le lac, la forêt et la montagne environnante. La façade en bois de mélèze spécialement sélectionnée et non traitée sera laissée à son destin naturel se changeant lentement à mesure qu’elle est exposée aux éléments au fil du temps. Les jetées de baignade nouvellement construites, faites de bois des forêts environnantes, se ramifient et se dissolvent dans le lac, guidant les visiteurs. Pendant ce temps, l’architecture, moins visible mais délicatement présente, met en valeur la flore. Chaque élément démontre l’engagement de noa* à gérer les environnements naturels de manière responsable et avec soin tout en restant fidèle aux normes architecturales exigées. Entre les rangées de roseaux fraîchement posées et la nouvelle zone des enfants, l’architecture crée un espace unique dédié aux amoureux de la nature pour s’imprégner de la sérénité avoisinante. A l’image des autres réalisations de l’agence, la Lake House de Völs est un projet sobre et subtil qui a su s’insérer délicatement dans son entourage.

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de l’agence noa*: ici.

Les photos : © Alex Filz