Le brutalisme toujours à la mode ?

 

© Pedro Reyes et Carla Fernández
© Pedro Reyes et Carla Fernández

A Mexico, la maison et le studio du sculpteur mexicain Pedro Reyes et de son épouse la styliste Carla Fernandez est une curiosité à part entière. Le couple Fernandez et Reyes, s’est formé en tant qu’architecte, avant de travailler dans l’art contemporain.

Dans un arrondissement situé dans le sud de la ville, qui abritait jadis la célèbre artiste mexicaine Frida Kahlo, le duo a conçu une maison atypique. Cette dernière, nommée « Maison Pedro Reyes », est principalement réalisé en béton brut. C’est l’habitation du couple et de leurs deux jeunes enfants. La conception prend ses repères dans les bâtiments modernistes et brutalistes de la ville de Mexico, y compris dans des habitations conçues par Luis Barragán.

Alors qu’une grande partie de la structure est en béton brut, quelques éléments sont peints en vermillon. Une immense bibliothèque en dalles de béton domine l’espace de vie principale, un salon à double hauteur, jonché de sculptures et de meubles placés sur une plate-forme surélevée. La bibliothèque occupe un mur entier du salon et ses étagères supérieures sont accessibles par un escalier en béton. Des éléments en pierre et de forme irrégulière sont assemblés pour couvrir les surfaces des planchers en béton. Originalité et sophistication sont au rendez-vous.

Une maison, un musée

La maison est aussi un lieu d’exposition, abritant une collection diversifiée de mobilier et de travaux des deux artistes ainsi qu’une vaste collection de livres. Mais l’ensemble reste malgré tout un lieu de rassemblement pour accueillir des amis, de la famille et des artistes locaux. Parmi ces derniers, quelques uns résident temporairement pour travailler avec le couple.

Avant de devenir artiste, Reyes s’est formé comme architecte à l’Université ibéro-américaine de Mexico. Son projet de construction de la maison consistait à transformer sa maison de 1000 m²  en lui attachant une piscine intérieure et diverses excentricités dans un espace moderne qui inclut les traces de toutes les modernités du Mexique. Ainsi, le sol en pierre est inspiré par le musée Anahuacalli, les planchers et les murs en béton brut ont été inspirés par les brutalistes mexicains, en particulier Teodoro González de León qui a réalisé de nombreuses constructions à Mexico.

Le couple a également conçu une grande partie du mobilier. La baignoire ainsi que l’évier de la salle de bain principale en pierre de lave et la table de cuisine en béton sont à eux seuls des œuvres d’art. Partout nous trouvons des pièces uniques inspirées des plus grandes pointures artistiques mondiales. Plus qu’une habitation, l’antre de Pedro Reyes et de Carla Fernández est un musée habité tout au long de l’année. Un pur chef-d’œuvre !

© Pedro Reyes et Carla Fernández
© Pedro Reyes et Carla Fernández
© Pedro Reyes et Carla Fernández
© Pedro Reyes et Carla Fernández
© Pedro Reyes et Carla Fernández
© Pedro Reyes et Carla Fernández
© Pedro Reyes et Carla Fernández
© Pedro Reyes et Carla Fernández

Les sites de Carla Fernández et Pedro Reyes: ici et .

L’architecture est un songe

© Antonino Cardillo
© Antonino Cardillo

En 2015, à Londres, l’architecte sicilien Antonino Cardillo a présenté une installation qui reste encore dans les esprits. Retour sur une œuvre épurée qui s’avère être une ode à l’architecture.

Dans l’une des rues géorgiennes de la capitale anglaise, derrière un portail typique se trouve un espace des moins anodins. Selon son architecte, il s’agit d’une « grotte ». En effet, si l’on regarde de près, les murs rugueux et la maçonnerie artisanale nous font penser à un antre millénaire. Pourtant il s’agit d’une scénographie menée intelligemment par l’architecte Antonino Cardillo.

Un univers inhabituel

Pour pouvoir comprendre son geste, il faudra faire un tour sur le site de l’architecte dans lequel il dévoile un projet atypique où plusieurs sens se croisent. Ainsi, en hommage à la construction traditionnelle, l’artiste présente des murs peints à l’ancienne. A l’intérieur de la « grotte », le décor est minimaliste et les ouvertures sur rue orchestrent l’ombre et la lumière. Au plafond, nous pouvons trouver des globes aux imperfections visibles à l’œil nu, suspendues au plafond par des fils de couleur noir. Un univers inhabituel où le vide constitue l’un des composants. L’occasion de porter l’intérêt sur le message que cette installation est supposée livrer.

Cette œuvre architecturale aussi inattendue soit-elle traduit un certain dualisme où les formes ordonnées du contenant se heurtent aux imperfections des contenus. L’architecte qui livre un exposé détaillé sur son site livre entre autre un projet singulier où, malgré les explications de son auteur, chacun de nous trouvera sa propre interprétation. A mi-chemin entre art et architecture, le voyage au sein de cette grotte signée Antonino Cardillo constitue un moment suspendu dans le temps.

© Antonino Cardillo
© Antonino Cardillo
© Antonino Cardillo
© Antonino Cardillo
© Antonino Cardillo
© Antonino Cardillo

J’avais déjà évoqué le travail de l’architecte: ici.

Le site d’Antonino Cardillo : ici.

Les photos : © Antonino Cardillo

La maison qui habite la pente

© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone

En Corée, à une heure de route à l’est de Séoul, les architectes de l’agence Bcho Architects ont réalisé une atypique habitation qui épouse la pente et procure une vue imprenable sur les environs.

Au milieu des montagnes, dans un environnement paisible constitué principalement de champs de riz, la maison conçue par Bcho Architects est une curiosité à part entière. Selon ses concepteurs, la construction se base sur le «Ki», qui est le terme traditionnel désignant l’énergie universelle. En effet, la demeure appelée également « Tilt Roof », tente de respecter le flux d’énergie naturelle des montagnes alentour et tente de mettre en avant la relation entre les diverses qualités de la nature avec la bâti.

En pleine nature

En profitant de la pente raide de la parcelle, les architectes ont accordé la construction à la topographie existante, il en résulte une maison partiellement encastrée dans le sol à la fois charmante et fonctionnelle. Pour suivre le mouvement de la pente, le toit est incliné jusqu’à ce qu’il disparaisse dans le sol. Tout est conçu pour garder intact l’effet de la nature. Les architectes ont profité du toit incliné pour réaliser une chaleureuse terrasse parsemée de carrés de verdure. Ces dernières agrémentent l’ensemble et donnent la sensation d’être en plein nature aux habitants de la maison.

Un patio situé au cœur de la maison inonde l’intérieur par la lumière naturelle. Côté matériaux, la maison est construite en béton, elle est habillée en bois de pin foncé. Contrairement à l’extérieur, l’intérieur se pare de bois clair qui donne un sentiment de chaleur à l’ensemble. Pendant la saison chaude, quand le vent souffle du sud au nord, la ventilation au sein de la maison est assurée grâce au patio. Plusieurs détails qui font de cette maison un petit bijou ancré dans son milieu.

© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone

Le site de Bcho Architects: ici.

Les photos : © Sergio Pirrone

Équerre d’argent 2016, le jury presque parfait !

©Sipane Hoh
©Sipane Hoh

Au sein du XVIème arrondissement parisien, dans l’un des temples de l’architecture signé Auguste Perret, le 21 novembre 2016, a eu lieu la cérémonie annuelle du prix de l’équerre d’argent. Comme d’habitude, plusieurs prix ont fait un nombre conséquent d’heureux.

Parmi les sept finalistes seulement deux n’ont reçu aucun prix, il s’agit de programmes de logements l’un conçu par AAVP et l’autre par Tact architectes. J’avais déjà parlé du premier et j’espérais entendre parler du second, mais les deux aussi intéressants soient-ils ont disparus des écrans lors des délibérations.

Revenons aux distinctions, à part le prix spécial du jury qui sort de l’ordinaire que ce soit dans son programme ou sa réalisation, cette année plusieurs idées semblent lier les quelques projets primés comme par exemple « la réussite technique et typologique » des 49 logements sociaux Saulx-les-Chartreux (Jean & Aline Harari) est mise en avant ainsi que les « challenges techniques » du projet de la maison de recherche et de l’imagination de Caen (Bruther architectes) est salué.

Par ailleurs, les détails soignés sont loués aussi bien pour le prix de la première œuvre que pour celui qui représente la catégorie « Habitat ». Il reste le projet de Centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne (Marne) Matthieu Poitevin architecture Caractère spécial § associé à NP2F, où le jury a souligné la « cohérence » et la « bienveillance » , une réalisation sur laquelle j’aimerais m’attarder un peu plus que les autres. Ce dernier de mon point de vue est un projet raffiné qui tout en se basant sur l’existant a accompli une véritable métamorphose. Il est inutile de dire que j’approuve le parti pris de ses architectes.

Quant à l’équerre d’argent 2016, cette année tranche avec les précédentes, simplicité et sobriété sont au rendez-vous avec une équipe jeune qui a su manier les différentes contraintes.

Et finalement, pour la première œuvre, j’attendais que la maison des pêcheurs de Bonifacio (Buzzo-Spinelli) décroche la distinction mais le choix du jury constitue pour moi une vraie surprise. Des surprises il en faut surtout quand il s’agit de point de vue. Contempler une architecture reste un exercice très différent que celui de la visiter ou de la vivre.

Un clin d’œil à l’architecture en France

© Lililarchi
© Lililarchi

C’était le marronnier de l’automne qui a duré trois années consécutives * où je dévoilais une liste non exhaustive de constructions réalisées qui, à chaque fois, en une année marquaient l’architecture en France. En quelque sorte un AMC avant l’heure qui a eu beaucoup de succès même si mon délicat répertoire ne constituait pas des pronostics pour les cent bâtiments présentés chaque année par le journal mais le but était d’attirer l’attention vers certains projets parfois méconnus ou peu médiatisés même si certains se trouvaient également dans la sélection du fameux annuel.

Cette année, j’ai décidé de changer la formule. Il n’y aura probablement pas cent réalisations comme AMC ni des catégories que j’avais instauré dès le début de ma rubrique mais tout simplement des clins d’œil vers telle ou telle agence d’architecture ou de réalisation qui selon moi mérite le détour.

Vous l’avez compris, il s’agit d’une sélection personnelle qui à sa manière rend hommage à des travaux parfois modestes mais qui dessinent le paysage architectural de notre pays. Et comme ce dernier n’est pas seulement impacté par l’architecture des bâtiments, je serai probablement amené à pointer vers d’autres disciplines qui le complètent et l’enrichissent.

Depuis plus de dix ans, le but de Détails d’architecture est de parler d’architecture, ce petit « Clin d’oeil » sera l’occasion de marquer encore une fois l’architecture avec un grand A. Et comme chaque année, l’illustration est signée par la talentueuse Lili l’archi dont les dessins accompagnent cette rubrique depuis quatre ans et que je remercie chaleureusement.

Je commence par des jeunes architectes et qui dit jeunes, pense directement aux AJAP. Je tends à préciser qu’avant même d’être nommés pour les AJAP 2016, j’avais déjà parlé de Guillaume Ramillien ou bien d’ABC Studio (Doonam Back et Yann Calcin) comme ici ou encore du duo Isabelle Buzzo et Jean-Philippe Spinelli de l’agence Buzzo-Spinelli Architecture qui font un travail fin chacun à sa manière. A noter que deux des trois agences mentionnées se retrouvent comme par hasard nommées pour la première œuvre de l’équerre d’argent cette année. Sympathique, non ?

Un clin d’oeil à des jeunes agences comme Line UP Architecture dont j’avais évoqué l’un de leurs projets ici . De même pour JOD architecture dont j’avais évoqué l’une des réalisations ici , une agence qui excelle dans la rénovation et la reconversion en attendant d’autres commandes de plus grande dimension. D’ailleurs, l’architecte ne s’amuse plus à faire les pronostics pour l’équerre d’argent. C’est bien dommage !

Comment ne pas évoquer WRA  et leur projet que j’affectionne particulièrement et que j’avais évoqué ici ou Wonk Architectes et leur projet dont j’avais parlé ici ou encore Think Tank architecture paysage urbanisme dont leur projet parisien de rénovation montre une infinie délicatesse ?

Citons aussi les architectes de 2 : pm architectures dont l’un de leur dernier projet livré se trouve ici. Et pourquoi pas l’atelier d’architecture Fuso et leur dernier projet livré en 2016? Ou encore CA’ Architectes et leur projet gracieux dont j’avais parlé ici.

Parmi mes agences d’architecture préférées se trouvent des amis, des connaissances ou tout simplement des architectes qui selon moi font un travail qui mérite reconnaissance. Une petite liste non exhaustive de projets réalisés cette année et quelques noms à noter dans vos répertoires.

Continuons avec A+ et son projet suivant ou Studio 02 et leur projet dont j’ai évoqué ici ou encore Soul architecture et leurs logements dont j’ai parlé ici. Un détour s’impose par le subtil projet de Boris Bouchet , la maison signée de  WY-TO architectes  ainsi que la maison de l’étudiant de l’agence parisienne Air architectures .

Faisons une pause avec le dernier projet livré de Bast architecture tout en admirant l’unité de vie de Villepreux signée par Angélique Chedemois et Marylène Gallon . Un clin d’œil à l’agence Ajeance et leurs logements passives dont j’ai parlé ici ainsi qu’à l’agence Mabire & Reich et leur projet suivant.

Poursuivons par le projet de la petite enfance de Nomade Architectes et visitons la gracieuse crèche de l’agence Y.Architectes avant de découvrir le groupe scolaire Wagner de de Alzua+ ainsi que le centre culturel et sportif de l’Atelier Ferret architectures.

Et un tour par la réhabilitation-extension d’une maison à Asnières-sur-Seine signée par Antonin Ziegler ou encore la cabane dans les arbres de l’Atelier du Pont ou bien la maison individuelle conçue par Stéphane Deligny.

Découvrons également Gaëtan le penuel & associés  et son projet suivant , le dernier projet de Pietri Architectes que l’on trouve ici puis faisons un tour par l’agence Terreneuve et leur cité internationale de la tapisserie ainsi que par la ruche d’entreprise de Tank architectes en passant par l’atypique projet de Loci Anima avant notre escale parisien et les logements de l’agence  AAVP  dont j’ai parlé ici.

Un peu plus modeste dans l’échelle de ses projets mais une jeune agence d’architecture qui vaut le détour, il s’agit de TICA architectes & urbanistes et leur projet suivant. Mais aussi l’atelier d’architecture Mima avec leur réalisation nommée JJ&S.M. Et si on continuait avec Thomas Landemaine Architectes et ses logements que j’ai évoqué ici  ou les logements étudiant de Fresh architectures dont j’ai parlé ici?

Dans un autre registre nous pouvons également découvrir la Grande école d’ingénieurs et centre de recherche à Caen fraîchement terminée et signée par VIB architecture ainsi que l’étonnant MusVerre conçu par W-Architectures .

Parlons également de l’immeuble mixte de l’agence AZC , des logements de Philippon-Kalt Architectes ou ceux signés LAN. Sans oublier la résidence des personnes âgées fraichement livrée de Brenac+Gonzalez ainsi que la remarquable réhabilitation et l’extension de l’ancien hôpital Sabourin de Dubesset-Lyon.

Si on terminait ce petit tour d’horizon par Mauves-sur-Loire et le très photogénique projet de Tact architectes nommé à l’équerre d’argent 2016?

Néanmoins, je tiens à rappeler quelques noms d’agences d’architecture même si certains n’ont pas de réalisations cette année mais d’intéressants chantiers en cours.

Hessamfar-Verons , SKP Architecture , Bruno Mader , Ateliers O-S architectes , PAN architecture , LS Architecture , Atelier Mima , Laps architecture , Prinvault Architectes , Huca, Combas architectes , nunc architectes , K-architecture , Corinne Vezzoni et associésDVVD , TVK , Benjamin Fleury Architecte-Urbaniste , Pangalos Dugasse Feldmann architectes , THE architectes , Franklin Azzi architectureA+A architectes , Clément Blanchet architecture , Encore Heureux

Cependant il y a quelques noms d’agences d’architecture comme a/LTA architectes dont j’avais parlé ici ou bien Guinée*Potin dont j’ai évoqué presque chaque projet de leur parcours (par exemple cette réalisation ou celle-là) ou Vallet de Martinis architectes et leurs projets épurés (comme le groupe scolaire de Chatellerault) ou bien encore l’agence Tetrarc bien que présents dans les divers journaux, absents de quelques grandes manifestations architecturales comme l’équerre d’argent au profit d’autres agences dont le nom revient sur scène presque chaque année. L’occasion pour Détails d’architecture de non seulement en parler mais de pointer vers leur architecture de qualité.

Mais d’autres agences d’architecture beaucoup plus discrètes existent aussi citons quelques unes comme ZN , Rodde Aragües Architectes  , Art’ur architectes , Beva architectes , NZI et Gilles Kempf architecte . Si nous parcourons leurs travaux, de bien belles surprises nous attendent!

Dans un autre registre, à mi-chemin entre architecture et scénographie le duo Berger & Berger (Laurent P. Berger et Cyrille Berger) mérite également le clin d’œil. Surtout qu’il s’agit d’une agence d’architecture choisie pour présenter la France à la 12ème biennale de Venise et qui vient de terminer une intéressante réalisation dont j’ai évoqué ici.

Un petit clin d’œil spécial pour Philippe Rahm et ses travaux de recherches de grande qualité.

Et finalement, des agences qui sont beaucoup plus connues et mondialement médiatisées mais dont j’apprécie la démarche et tiens à les mentionner ci-contre : 5+1AA (Alfonso Femia, Gianluca Peluffo, Simonetta Cenci) dont j’avais déjà parlé à plusieurs reprises comme ici ainsi que la remarquable réalisation de  Julien de Smedt dont j’ai parlé ici.

En parcourant mon papier certains diront que mes clins d’œil sont subjectifs, en effet je l’assume, cette année il ne s’agit pas de présenter un panel étendu de réalisations détaillées comme le font probablement très objectivement le jury de l’équerre d’argent ainsi que les journalistes d’AMC mais d’un échantillon de travaux d’architectes que je qualifie comme intéressant. J’ai surement oublié ou négligé quelques uns, intentionnellement ou pas, en tout cas, ce panachage répond à l’idée même avec laquelle Détails d’architecture avait déjà commencé : Parler avant tout loyalement de l’univers de l’architecture et pas des étoiles. A l’année prochaine !

*: Les saisons précédentes: ici, ici et .

En Angleterre la remarquable reconversion d’un garage en résidence

© Vojteck Ketz
© Vojteck Ketz

En Angleterre, à l’est du Sussex, l’agence d’architecture Marta Nowicka & Co a transformé un garage qui abritait jadis des ambulances en une coquette maison familiale. L’ancien et le nouveau se mélangent ainsi dans une réalisation au cachet particulier.

Des murs en briques et des finitions d’apparence industrielle, l’ancien garage construit en 1950 pour abriter les deux ambulances de la ville de Rye a subi une grande transformation. L’architecte Marta Nowicka dont la firme est basée à Londres a revisité les lieux et a reconverti l’ensemble en une avenante résidence de vacances.

Le nouveau au charme d’autrefois

La structure d’origine a été remodelée et une extension de deux étages a été ajoutée au volume existant. De ce fait, la maison est constituée de quatre chambres à coucher avec un grand espace pour recevoir des invités. Situé dans une cour privée se trouvant à côté d’une maison géorgienne l’ensemble garde son charme d’autrefois tout en se greffant à un nouveau volume. Ce dernier reprend les mêmes codes que l’existant et se fond merveilleusement au paysage comme s’il a toujours été là.

Le rez de chaussée se développe sur un socle en béton, le mur de séparation qui existait auparavant a été enlevé pour ouvrir la cuisine sur le salon et sur la salle à manger. Sur le même étage, une chambre à coucher et une salle de bain ont été ajoutés.

Les murs en brique ont été restaurés dans toute la maison. Ils sont complétés par des panneaux de chêne gris qui couvrent le sol ainsi que les murs de la cage d’escalier. Cette dernière fascine avec sa double hauteur et donne une nouvelle dimension à l’ensemble. Au premier étage, la salle de bain dispose d’éléments en acier inoxydable, un clin d’œil à l’histoire du lieu. Les lignes sont épurées et les détails soignés. Tout a été minutieusement étudié pour un résultat agréable.

La transformation du garage connu plus communément sous le nom de Rye St John en une résidence familiale s’avère être une belle réussite.

© Vojteck Ketz
© Vojteck Ketz
© Vojteck Ketz
© Vojteck Ketz
© Vojteck Ketz
© Vojteck Ketz

Le site des architectes Marta Nowicka & Co: ici.

Les photos: © Vojteck Ketz

Lola James Harper à Paris!

© Lola James Harper
© Lola James Harper

Dès le premier novembre 2016, Amastan Paris et Lola James Harper collaborent pour présenter une exposition de photographies et des concerts. L’hôtel qui dédie un espace complet à l’hébergement d’installations artistiques temporaires agrémente ses murs par les œuvres de Rami Mekdachi, le fondateur de Lola James Harper.

Toujours à l’affut d’un esprit jeune et collaboratif, Amastan Paris présente un projet engageant qui fait écho aux voyages et à la culture. L’exposition qui commence le 9 novembre durera jusqu’au 27 novembre et présentera une série de photos de voyage prises en été. En parallèle, de spectacles musicaux gratuits se dérouleront  le 9 novembre, 16 novembre et le 23 novembre à l’hôtel.

Néanmoins, derrière cette collaboration se cache l’idée d’une belle collection et le partage de souvenirs via l’image. Pour le visiteur qui découvre les photos, une brise chaude venant d’ailleurs l’enveloppe. Outre les routes vides, les skatepark et les voitures anciennes qui peuvent réveiller la nostalgie de certains, les photos de Rami montrent des paysages au ciel bleu, des pâturages et des palmiers, le dépaysement est garanti !

Pendant ses voyages à travers le monde, Rami qui est né à Beyrouth et vit à Paris a également noué des amitiés avec des musiciens comme Ulona Hooman, Billy Hell et Karima Adams, il a fini d’écrire avec eux des chansons de rock et folk sous le nom de Lola James Harper. Le groupe interprètera trois concerts de musique à l’occasion de l’exposition.

Amastan hôtel, qui a ouvert ses portes en été 2016 est devenu très vite une plate-forme pour l’expression artistique. Pop-In situé à côté de l’établissement entre la rue du Faubourg Saint Honoré et l’avenue des Champs-Élysées, dans le 8ème arrondissement de Paris, continue la philosophie de la marque pour rassembler un bel échantillonnage de différents talents créatifs.

© Lola James Harper
© Lola James Harper

Les photos : © Lola James Harper

Une maison de week-end au Chili

© Ricardo Torrejón
© Ricardo Torrejón

Située sur un terrain de 5000 m² dans la Hacienda los Aromos, à proximité de Limache, la maison conçue et réalisée par Ricardo Torrejón est un petit bijou aux diverses qualités.

Dès le départ, le programme ainsi que le budget exigeaient l’efficacité. La maison se compose d’un volume comprenant quatre ailes. Ces derniers dispersent le programme mais gardent une belle cohérence. Les architectes, conscients des diverses exigences des propriétaires ont pensé à une forme qui interagit avec son environnement.

Le volume qui occupe la partie supérieure d’une pente douce, est orienté principalement vers le nord-est de sorte qu’il obtient la meilleure exposition au soleil tout en tournant le dos aux vents forts. Pour garder la géométrie de l’ensemble aussi simple que possible, les architectes ont décidé d’alterner les murs aveugles et les ouvertures.

Une réalisation d’exception

La structure principale est en bois de pin en plus de quelques renforts en acier qui aident à prévenir les déformations de ce dernier. Une baie de 4 mètres de large attire l’attention, elle s’ouvre sur le paysage et offre une vue imprenable sur les environs. A l’intérieur, la couleur blanche est omniprésente y compris dans les salles de bains et la cuisine. Selon les concepteurs, aucun revêtement supplémentaire n’a été nécessaire et les murs intérieurs et extérieurs sont couverts de pin teinté.

Le propriétaire qui souhaitait une maison accueillant un grand nombre d’enfants et d’adultes tout en se munissant d’un espace privé pour la famille a été satisfait vu la remarquable alliance de la forme et du fond en plus des différentes prestations apportées par les concepteurs.  Surnommée la « Casa CGM », la villa qui est située sur une presqu’île à 20 km du littoral, est  entourée d’un réservoir d’eau naturel utilisé à des fins récréatives.

Malgré l’aspect luxueux de la maison, une grande importance a été donnée aux matériaux naturels plutôt qu’aux produits industriels. Le contexte géographique, le contraste entre l’intérieur et les vues environnantes, les espaces généreuses et les détails soignés font de cette construction une réalisation d’exception.

© Ricardo Torrejón
© Ricardo Torrejón
© Ricardo Torrejón
© Ricardo Torrejón
© Ricardo Torrejón
© Ricardo Torrejón
© Ricardo Torrejón
© Ricardo Torrejón

Le site de l’agence d’architecture de Ricardo Torrejón : ici.

Les photos:  © Ricardo Torrejón