Au Danemark, une maison de culture qui crée l’émerveillement

© Jens Lindhe

Au Danemark, sur une friche industrielle jusque là délaissée, les architectes de l’agence danoise Dorte Mandrup Arkitekter ont réalisé une maison de la culture pour enfants. Une construction joyeuse qui participe à la résurrection d’un quartier entier.

Amager, qui se prononce Ama’r est l’île la plus peuplée du Danemark. Depuis de nombreuses années, le quartier de Øresundsvej a été un lieu de passage alors que la culture hip-hop danoise se déployait tout autour où les bâtiments industriels abritaient pendant longtemps des studios d’enregistrements de la scène musicale underground. La rue qui traverse Amagerbrogade jusqu’à Amager se caractérisait par divers logements délabrés ainsi qu’un espace urbain délaissé.

En 2005, le quartier a été choisi pour y implanter de nombreux projets à caractère culturel renouvelant ainsi le tissu urbain existant. La maison de la culture de l’enfance fait partie d’un énorme projet de régénération de cette fraction de ville l’objectif étant de redonner un caractère attrayant à cette friche industrielle abandonnée.

La maison de la culture est composée de diverses installations, elle offre des possibilités d’utilisation variées et accueille les enfants de un à dix-huit ans. Située au coin d’une rue, entourée de constructions en briques, l’édifice se distingue par son enveloppe en aluminium argenté perforée par de grandes baies vitrées garantissant à l’ensemble une grande luminosité. L’intérieur est original, il est organisé d’une manière ludique permettant aux enfants un grand bien être. Côté durabilité, le bâtiment applique toutes les règles danoises et se distingue par la maîtrise de sa ventilation et son isolation.

La maison de l’enfance d’Ama’r est une originalité qui, entre inspiration et imagination, crée la fascination.

© Torben Eskerod

02© Jens Lindhe

02© Torben Eskerod

03© Torben Eskerod

Le site de l’agence d’architecture Dorte Mandrup Arkitekter : ici.

Les photos 1 et 3: © Jens Lindhe

Les photos 2,4 et 5 :© Torben Eskerod

Quand 2 :pm Architectures œuvre pour la promotion du bois

@2:pm Architecture

Pour Batimat 2014, les architectes de l’agence d’architecture bordelaise 2 :pm Architectures ont réalisé un stand destiné à promouvoir une marque de bois où l’imagination est au rendez-vous. Découverte d’un projet à la fois simple et ludique.

Matthieu Bergeret, Hans Lefèvre et Paul Rolland sont des architectes jeunes qui ont déjà quelques références connues à leur actif. J’avais déjà évoqué leur travail ici, ou en encore .

Il s’agit ici d’un projet différent, un premier dans son genre où l’agence promeuve une marque de bois (Meawood) pour Batimat 2014. Pour cela, les architectes ont conçu un stand entièrement constitué de poutres en pin d’Oregon lamellé collé. Le projet qui exploite pleinement les propriétés mécaniques du matériau, offre de grands décrochés et porte-à-faux, laissant ainsi entrer la lumière.

Suivant le trio de 2 :pm, « Cette réalisation se veut simple, lisible, comme un jeu de kapla ». C’est probablement vrai et je rajouterai que sous la simplicité se cache un fond à ne pas négliger. Il s’agit malgré tout d’une modeste fioriture qui mérite le détour.

@2:pm Architecture

@2:pm Architecture

@2:pm Architecture

Le site de 2:pm Architectures: ici.

Les photos: © 2:pm Architectures.

De la grange à la maison

4-2

En Suisse, dans un petit village du canton de Valais les architectes de l’agence Camponovo Baumgartner architekten ont réalisé la reconversion d’une ancienne grange en une maison familiale. Il en résulte une nouvelle construction hybride où l’atypisme est au rendez-vous.

Il était une fois il y avait une grange  dans la ville de Reckingen. Située non loin de l’église baroque de la commune, elle faisait partie des bâtiments protégés du centre-ville. Comme les propriétaires souhaitaient reconstruire une maison familiale à la place, ils ont opté finalement pour une intelligente reconversion qui garde le corps de la ferme en apportant divers changements à l’intérieur.

Par conséquent, une nouvelle maison a pris place derrière les façades;  le mur ancien qui séparait jadis les écuries de la ferme a été gardé tel quel. L’intérieur s’habille complètement en bois qui selon l’emplacement n’a pas toujours été traité pour laisser cours au processus naturel de vieillissement. Les espaces sont lumineuses et le mobilier est à la fois sobre et épuré. La reconversion de la grange est une originalité à découvrir.

4-3 4-54-1

Le site de l’agence d’architecture Camponovo Baumgartner architekten : ici.

Les photos: © José Hevia

A Waterford, le musée médiéval voit le jour

© Philip Lauterbach

En Irlande, les architectes de  Waterford City Council Architects ont réalisé le Waterford Medieval Museum qui est devenu, en très peu de temps, l’une des destinations culturelles et touristiques les plus convoitées du sud du pays. Découverte d’un élégant édifice qui remonte l’histoire tout en contrastant avec l’existant.

Dans la partie la plus ancienne de la ville irlandaise de Waterford, sur un terrain inoccupé entre une maison de maître et le théâtre, non loin de l’hôtel de ville et en face de la cathédrale se trouve le nouveau musée médiéval. Conçu et réalisé par les architectes de Waterford City Council Architects*, l’édifice, dont l’objectif était de renforcer le tissu historique, fait preuve d’une audace qui tranche avec l’architecture existante. L’un des principaux défis du projet était l’intégration des caves médiévales dans la structure existante chose qui attribue au musée son aspect singulier. Un accès souterrain lie le nouvel édifice, le théâtre et la mairie. La Waterford Lady qui se trouve actuellement sur l’une des façades du musée, a été trouvée lors des fouilles archéologiques et date du XIIIème siècle. Côté matériaux, on a utilisé du chêne irlandais, de l’ardoise galloise et de la pierre anglaise provenant de Dundry pour la façade.

Côté construction, une collaboration exemplaire a été notée entre architectes, ingénieurs, historiens, artistes et artisans. Une fusion pluridisciplinaire qui a valu au musée plusieurs distinctions dont le fameux LAMA Awards pour la meilleure construction publique ainsi que l’International Civic Trust 2014 Award pour le meilleur projet de patrimoine.

A Waterford, dans un corps contemporain, une nouvelle curiosité qui ranime l’histoire a vu le jour, avis aux curieux.

© Philip Lauterbach

© Philip Lauterbach

* : Rupert Maddock, Bartosz Rojowski, Agnieszka Rojowska. Actuellement Bartosz & Agnieszka de ROJO-Studio

Le site des architectes de Waterford City Consil: ici.

Les photos : © Philip Lauterbach

A mi-chemin entre traditionnel et moderne, une maison signée Vo Trong Nghia

01_detailsdarchitecture_@Hiroyuki Oki

Au Vietnam, à Ho Chi Minh, l’architecte Vo Trong Nghia en collaboration avec les architectes Sanuki + Nishizawa a réalisé une originale résidence en béton où cohabitent les membres d’une même famille dans un climat tropical.

C’est une drôle de résidence mi-ouverte et mi-fermée, où le climat tropical règne pour le bonheur de ses habitants. L’idée principale de cette habitation suivant son architecte, étant de faire cohabiter deux modes de vie, le moderne et le traditionnel. Le premier doté de toute la technologie d’aujourd’hui et l’autre plus classique, se référant aux méthodes ancestrales des maisons vietnamiennes, est exposé à la lumière naturelle, au vent et à l’eau.

Pour cela, il s’agit d’un jeu savant de volumes qui fait rentrer la lumière naturelle par ici, crée un jardin tropical par là ou bien un effet d’éclairage ailleurs. Alors que les parties publiques s’ouvrent vers l’extérieur, les chambres gardent toute leur intimité.

La maison conçue par Vo Trong Nghia s’éloigne des stéréotypes vietnamiens tout en se rapprochant de la nature, elle se distingue par sa singularité et ouvre une nouvelle page architecturale à aspect unique.

02_detailsdarchitecture_@Hiroyuki Oki 03_detailsdarchitecture_@Hiroyuki Oki 04_detailsdarchitecture_@Hiroyuki Oki 05_detailsdarchitecture_@Hiroyuki Oki

Le site de l’agence d’architecture Vo Trong Nghia Architects : ici.

Les photo : © Hiroyuki Oki

Un aménagement urbain réussi signé Comac

01_detailsdarchitecture_@comac

A Gignac La Nerthe (Bouches-du-Rhône), les architectes de l’agence d’architecture Comac (François Jaubert et Bastien Beguier) ont réalisé un espace intergénérationnel qui regroupe plusieurs fonctions en un seul lieu. Un aménagement urbain qui a gagné depuis la confiance de tous les habitants.

C’est sous forme multifonctionnelle que s’est déployé le projet dont le but principal était l’unification des diverses composantes urbaines en les assemblant autour de la mairie via un langage qui caractérise la région. C’est pourquoi, le parvis qui longe le pavillon est doté d’une caractéristique minérale et rassemble les habitants autour d’un jardin riche en espèces méditerranéennes et d’autres plantes locales. Des espaces ombragés s’installent autour du pavillon donnant à l’ensemble une cohérence visuelle. Locaux techniques, espaces de stockage et salle de festivités se lient pour se conclure par un amphithéâtre.

Une ancienne grange à ciel ouvert a été requalifiée et forme aujourd’hui un lieu de convivialité pour tous. La maison démolie présentait un sol revêtu de carreaux colorés typiques de la région, ces éléments ont été conservés et réemployés pour agrémenter la table de la grange. C’est à partir du dessin originel des carreaux, réinterprété dans les couleurs du drapeau provençal, que ces façades ont été dessinées. Le motif permet aujourd’hui d’identifier le projet en lui conférant une image de nouveauté qui nous ramène à la tradition locale de la construction.

Avec cet aménagement urbain, la ville de Gignac a capté l’estime de tous ses habitants.

02_detailsdarchitecture_@comac 03_detailsdarchitecture_@comac 05_detailsdarchitecture_@comac

Les photos: © Comac

Le site de Comac: ici.

Sur Détails d’Architecture, j’avais déjà évoqué ce projet dans: AMC avant l’heure?

Quand le traditionnel se fait moderne

01© IROJE KHM

En Corée, l’architecte Iroje Khm relance le langage traditionnel de l’architecture sud-coréenne dans une maison grandiose et sa cour intérieure. Il en résulte un doux dialogue à mi-chemin entre ancien et nouveau.

C’est une parcelle qui se trouve à Gangnam, une ville où les maisons sont construites par des architectes connus et où la hauteur des habitations reste modérée. Le propriétaire qui a acheté la maison a souhaité la démolir pour reconstruire à la place une nouvelle habitation conforme d’une part à ses goûts et d’autre part aux normes actuelles.

C’est en se référant à la pure tradition coréenne que l’architecte a aménagé un énorme patio qui sert comme puits de lumière et procure une importante présence naturelle et paysagère. Le mur en béton avec de grands motifs nous ramène également vers les traditions du pays et le toit flottant utilisé n’est qu’un clin d’œil aux porte-à-faux souvent utilisés dans les anciennes demeures.

Ainsi, comme si chaque détail était une réinterprétation de l’ancien, Iroje Khm a réussi la réalisation d’un ouvrage exceptionnel à découvrir sans tarder.

01© IROJE KHM01© IROJE KHM01© IROJE KHM

Le site des architectes KHM: ici.

Les photos : © IROJE KHM

Escale photographique à la Porte de La Villette

Depuis le 15 décembre 2012, un nouveau tronçon de tramway relie la Cité des Sciences à la porte de la Villette. Une escale à la station Porte de la Villette que le photographe Cyril Sancereau partage avec les lecteurs de Détails d’Architecture.

On se croirait dans un film de sciences fiction, une ambiance atypique règne aux environs des voies de la ligne 3 du tramway parisien. L’art urbain est au rendez-vous, parfois contemporain, souvent provocateur et finalement stupéfiant. Les utilisateurs des lieux ne s’arrêtent plus devant ces quelques traces de pas ou de pneus gravés impeccablement sur les murs, ils ne s’émerveillent plus non plus devant des feux arrière des voitures qui forment un bouquet insolite sur les murs, en peu de temps ces éléments aussi improbables soient-ils ont réussi à faire parti du paysage. L’art en sort encore une fois triomphant.

csancereau-01 csancereau-04 csancereau-06 csancereau-14 csancereau-21 csancereau-24 csancereau-25 csancereau-28 csancereau-31 csancereau-32

Les photos : © Cyril Sancereau