En brique et bois, l’histoire d’une élégante extension

© Justin Alexander

En Australie, l’agence d’architecture Pivot vient de livrer une coquette extension qui transforme un simple volume en un original studio d’artiste. Découverte d’une belle réhabilitation qui a été réalisée en un temps record et qui apporte une délicieuse note de nouveauté à toute une rue.

La surface est exigüe, sur une parcelle donnant directement sur la rue, une ancienne maison aux traits classiques occupe le terrain. Comment faire pour rajouter un studio d’artiste ainsi qu’un bureau tout en gardant la structure de la maison ?

Les architectes ont entrepris de garder les murs de la maisonnée et de lui greffer une extension tout en enveloppant l’ensemble par un nouvel habit. Le bâtiment est recouvert de brique noir vernissé, un matériau qui contraste avec le large bandeau de bois clair rajouté sur la façade. Les lattes de bois ne constituent pas seulement un élément décoratif mais ils participent par leur inclinaison, à réguler la ventilation naturelle.

Les 73 m² rajoutés contiennent un studio d’artiste qui se niche délicatement dans ce quartier aux allures classiques et se démarque sans ostension. Pour des travaux qui ont duré seulement trois mois, le résultat est extraordinaire . Minimaliste et épurée, la nouvelle extension qui fait corps avec l’existant est une originalité à découvrir sans tarder.

© Justin Alexander

© Justin Alexander

© Justin Alexander

Le site de l’agence d’architecture Pivot: ici.

Les photos: © Justin Alexander

En tranches

4-1

En Corée, dans un environnement idyllique, les architectes de l’agence Archium ont réalisé une résidence familiale où le béton, le verre et le bois se mêlent pour un résultat époustouflant. Très loin des clichés des traditionnelles demeures coréennes, la maison ressemble plutôt à une ode à la contemporanéité.

Dangjin est une ville qui se trouve à l’ouest de la Corée du sud. C’est dans un environnement sauvage que l’architecte Jung Seung Kwon a implanté sa conception. Une maison aux lignes pures, minimaliste qui sort de l’ordinaire. Néanmoins quelques détails rappellent les anciennes maisons coréennes comme par exemple le toit en pente et le subtil mélange d’intérieur et d’extérieur.

Alors que le rez-de-chaussée présente un étage uni, le premier niveau se compose de plusieurs entités connectées entre elles par des loggias. Néanmoins, une particularité retient notre attention : La pente graduelle de la résidence qui traverse les volumes et qui, outre son côté fonctionnel, confère à l’ensemble une gracieuse perspective.

La maison construite par Jung Seung Kwon est une originale résidence à découvrir.

4-3

4-5

4-7

Le site de l’agence d’architecture Archium : ici.

Les photos : © Parkyoungchae

Blanche comme la neige

57-3

Au Japon, à Kanazawa, l’agence Takuro Yamamoto Architects a réalisé une maison qui s’adapte au climat hivernal. De couleur blanche comme la neige qui l’entoure, la villa s’apparente par moment à un morceau du paysage.

Baptisée « White Cave House », la maison signée Takuro Yamamoto Architects est une originalité qui se trouve dans la préfecture d’Ishikawa. A part son héritage architectural, Kanazawa est une ville connue par son hiver rude et son manteau de neige. C’est dans cet environnement extraordinaire que se niche un parallélépipède blanc qui, par sa simplicité et  sa grâce, nous rappelle  quelques œuvres de grands architectes.

Avec la « White Cave House », l’architecture japonaise montre toute sa splendeur, épurée et introvertie, elle se ferme vers l’extérieur pour s’ouvrir vers l’intérieur. Les architectes ont creusé, comme une grotte, un monolithe et l’ont évidé jusqu’à l’obtention d’un dédale de pièces qui se croisent et se touchent créant un jardin artificiel par ici et un puits de lumière par là.

L’un des principaux thèmes de cette maison étant le vide, l’ensemble présente un parcours labyrinthique où le vide et le plein se complètent dans une ambiance plus proche d’un étonnant décor de théâtre que de la réalité.

Minimaliste, la maison de Kanazawa est une incontournable réalisation qui interroge à sa manière les limites de l’architecture japonaise et c’est à découvrir sans tarder.

57-1

57-2

57-5

Le site de Takuro Yamamoto Architects : ici.

Photographies : © Ken’ichi Suzuki

Quand l’architecture joue un rôle social

58-2

L’agence d’architecture ASA (active social architecture) a, depuis quelques années, développé plusieurs prototypes de centres de petite enfance qui non seulement s’insèrent dans le paysage africain où ils se trouvent mais qui portent une forte signification sociale vue leur vocation.

C’est suite à une demande accrue de la part de l’UNICEF dans le but d’aider la population de certains pays africains qu’un projet de centre de développement de petite enfance a vu le jour. C’est l’agence d’architecture ASA qui a conçu plusieurs projets dont deux réalisés jusqu’à ce jour. Il s’agit d’une conception qui met en évidence le rôle d’un espace culturel et éducatif en tant que catalyseur pour la communauté dans une réinterprétation contemporaine d’un modèle traditionnel appelé plus communément « « urugo ».

La structure est modulaire, les composants peuvent s’adapter à divers terrains et situations. Tous les projets comprennent une salle polyvalente, une cuisine ouverte, une partie administrative et diverses classes. Alors que les fondations sont en béton, le corps du projet est en tuile, un matériau abordable et produit sur place. Certains projets sont destinés à évoluer suivant les techniques d’autoconstruction, des plans élaborés par les architectes qui soutiennent et guident par la suite la population qui les édifie.

Les centres de petite enfance de l’agence ASA sont des équipements aussi utiles que fonctionnelles qui méritent toute notre attention.

58-4

58-3

Le site d’active social architecture : ici.

Au Vietnam, l’architecture traditionnelle à l’honneur

55-1

Au Vietnam, les architectes de l’agence a21studio ont réalisé une station thérapeutique qui s’avère être un incontournable complexe touristique mettant en avant les matériaux locaux. Un lieu d’inspiration à l’architecture traditionnelle a vu ainsi le jour.

Le complexe est situé à Nha Trang, l’une des villes vietnamiennes balnéaires très appréciée des touristes. Dans cette cité à la riche histoire, les architectes de l’agence a21studio ont réalisé un complexe à but thérapeutique. Au programme : des bassins pour des sources chaudes, des espaces dédiés aux bains de boue, des lieux pour méditer et profiter de l’environnement idyllique, le tout avec une architecture traditionnelle et des matériaux locaux.

Les artisans de la ville qui maîtrisent le travail manuel depuis des générations, ont apporté leur savoir-faire pour la construction des divers volumes éparpillés sur le site. L’architecture qui joint la roche, le bois et les feuilles de cocotiers se distingue par sa finesse et sa méticulosité.

L’aménagement extérieur est tout aussi réussi. Quelques étangs par-ci, des jardins fleuris par là, des passages ombragés ailleurs, des bancs publics (une denrée devenue rares dans nos cités) tout est soigneusement conçu pour donner à l’ensemble une ambiance tropicale des plus gracieuses.

Côté durabilité, le complexe bénéficie d’une ventilation naturelle et les différents espaces sont adaptés au climat tropical. C’est un projet simple qui met l’architecture traditionnelle à l’honneur.

55-2

55-4

55-3

Le site de l’agence d’architecture a21studio: ici.

Les photos: © Hiroyuki Oki

A Pilar, une Ode à la brique signée Film-Obras de Arquitectura

56-3

A Buenos Aires, l’agence Film-Obras de Arquitectura a réalisé une maison de vacances qui met en avant l’un des matériaux traditionnels les plus utilisés en architecture, la brique. Un résultat séduisant à mi-chemin entre simplicité et esthétisme.

A Pilar la ville argentine qui se trouve à 54 Km de Buenos Aires, dans un environnement privilégié se trouve la « Pilar House », un condensé de savoir faire que les architectes Carlos Fernández, Jorge Isaías, Gabriel Lanosa et Claudio Maslat ont intelligemment conçu et réalisé. La façade principale qui se trouve sur un étage formé de piliers en béton armé et qui donne sur le jardin est éloquente; perforée, elle impressionne par le jeu du plein et du vide qu’elle représente.

A l’intérieur, la simplicité des espaces est de mise. Par ici une étagère en béton qui n’est que la prolongation d’un mur extérieur, par là des armoires formées par les divers décrochages d’une façade et ailleurs quelques cloisons transparents qui comportent des portes en métal. En somme, il s’agit d’un univers flexible, à la fois simple et accueillant où le béton et la brique se mêlent dans un paysage de rêve pour le plus grand plaisir de ses propriétaires.

La maison que les architectes de Film-Obras de Arquitectura ont réalisé à Pilar, que ce soit par la forme ou pas le fond, est un doux retour aux sources  qui vaut le détour.

56-2

56-4

56-1

Le site de l’agence d’architecture Film-Obrasdearquitectura: ici.

Les photos : © Gustavo Sosa Pinilla

A Blaibach, la salle de concert est un extraordinaire monolithe

© Edward Beierle

L’édifice fait partie du projet de revitalisation et de réaménagement urbain du nouveau centre de Blaibach. Avec sa forme inclinée et sa façade de pierre vêtue, la salle de concert est une originalité qui change le visage de tout un quartier. Découverte d’un extraordinaire monolithe signé Peter Haimerl.

C’est dans la commune bavaroise de Blaibach que l’architecte Peter Haimerl vient de livrer son prodigieux projet, une salle de concert tout en béton habillée de pierre. Il s’agit d’un monument qui non seulement participe à l’aménagement du centre-ville mais contribue à la richesse culturelle et économique de ce dernier.

C’est un monolithe minimaliste et épuré qui se pose astucieusement dans la place centrale de Balibach. Hermétique de l’extérieur, le parallélépipède s’incline et dégage un passage qui mène le visiteur vers le hall d’entrée habillé en bois. A l’intérieur de l’édifice, le spectacle est de taille, les murs de la salle de concert sont constitués de blocs de béton qui se chevauchent, se touchent et s’entremêlent. Des LED incrustés dans les interstices offrent un effet singulier à l’ensemble qui en même temps profite à l’acoustique de la salle.

Une autre particularité retient l’attention du visiteur, les sièges de l’auditorium qui se démarquent et par la matière et par la couleur de leurs semblables. A Blaibach, pas de bancs ni de fauteuils mais d’élégantes chaises en métal qui semblent flotter au-dessus de nombreux fentes en béton légèrement éclairés.

La salle de concert de Blaibach griffée Peter Haimerl est un remarquable équipement culturel qui mérite la découverte.

© Edward Beierle

© Edward Beierle

© Edward Beierle

Le site de l’architecte Peter Hemerl: ici.

Les photos: © Edward Beierle

Et si nous prenions nos vacances dans un bunker ?

© Tim Van de Velde.

Aux Pays-Bas, l’agence d’architecture belge B-ILD a réaménagé un minuscule bunker enterré datant de la deuxième guerre mondiale pour en faire une coquette maisonnée pour les vacances. Il en résulte un original lieu atypique qui pourra plaire à plusieurs d’entre nous.

Il n’est pas anodin de passer ses vacances dans un petit espace souterrain qui ressemble plus à une cellule de prison qu’à une confortable villa avec vue. Mais avec la perspicacité des architectes de B-ILD ce lieu exigu est devenu un véritable « havre de paix ». Paradoxal ? Certainement vu l’épopée du bunker qui se trouve sur l’ancienne ligne de défense néerlandaise ayant connu une tumultueuse histoire.

Le lieu, faisant partie de l’histoire du pays, change aujourd’hui de destination pour ouvrir une autre page plus joyeuse. Ainsi, réhabilité et réaménagé la petite cellule austère d’autrefois renaît pour devenir une maison de vacances où le charme du béton se mêle au bois. Par ici une nouvelle cuisine qui s’installe, par là quelques lits superposés et un aménagement contemporain pour former un coin de salon. A l’intérieur les espaces sont optimisés, tout le mobilier qui a été construit sur mesure peut se plier ou se glisser pour faire de la place ou s’adapter à une autre fonction. A l’extérieur, sur le prolongement de la parcelle, un plateau en guise de terrasse a été rajouté.

Les architectes ont fait un travail minutieux qui garde l’esprit du lieu tout en procurant tout le confort demandé. En conséquence, à Vuren, une charmante maison de vacances est née.

© Tim Van de Velde.

© Tim Van de Velde.

© Tim Van de Velde.

Le site de l’agence d’architecture B-ILD : ici.

Les photos : © Tim Van de Velde.