Au Portugal nu.ma signe un projet soigné

© Ivo Tavares

Nuno Silva et Maria Fonseca sont les deux gérants de l’agence d’architecture nu.ma qui vient de livrer son dernier projet. Il s’agit d’un ensemble qui se développe sur deux étages et comprend un programme varié.

Un esprit harmonieux

Le programme est complexe, les architectes étaient tenus de faire cohabiter un espace d’exposition, un entrepôt et des bureaux, le tout dans un esprit harmonieux et une signature singulière. Une gageure que le duo a relevé avec brio.

La parcelle est irrégulière, située perpendiculairement à la route nationale, à Águeda, elle rend le défi plus complexe. Compte tenu des diverses contraintes réglementaires, la proposition de mise en œuvre a été conçue pour répondre favorablement aux demandes spécifiées. Le projet consiste en un parallélépipède de 100 mètres de long et de 32 ​​mètres de large. La bâtiment a été divisé en deux étages, le programme est fonctionnel et le résultat est enchanteur.

Un même matériau

Le au rez-de-chaussée comprend la zone dédiée au public et facilement accessible. Nous pouvons y trouver l’espace d’exposition et celui de stockage. Située non loin de la route principale, elle est facilement accessible, à l’inverse de l’entrepôt qui a été mis à l’arrière du terrain avec un accès secondaire. Au premier étage se trouvent les espaces privés comme les bureaux et le bar / salle à manger. Une plateforme extérieure (terrasse) a été créée au premier étage. Cette lanière a permis d’engendrer une dématérialisation sur le parallélépipède initial rendant l’ensemble plus intéressant.

Le système de construction a été simplifié, l’ensemble du bâtiment est enveloppé du même matériau, il s’agit de la tôle ondulée, de couleur foncée tandis qu’une grande transparence a été octroyée à l’entrée qui s’habille de grands cadres de verre. Un contraste volontaire qui, selon les architectes, précise les diverses fonctions.
Situé dans le district d’Aveiro, dans la commune d’Agueda, les architectes de l’agence nu.ma ont accompli un travail rigoureux qui se caractérise par son intérieur chic et ses détails soignés. Et c’est à découvrir sans tarder.

© Ivo Tavares
© Ivo Tavares
© Ivo Tavares
© Ivo Tavares

Le site de nu.ma: ici.

Les photos : © Ivo Tavares Studio

A New-York, une étonnante installation signée Tresoldi Studio

© Roberto Conte

Tresoldi Studio, le studio de design international dirigé par Edoardo Tresoldi, présente sa première oeuvre , « Fillmore » une sculpture spécialement conçue pour le restaurant Cathédrale de l’hôtel Moxy East Village, à New York.

Une présence éthérée

Conçu par Rockwell Group, l’hôtel est un hommage à l’East Village, l’un des quartiers les plus historiques et en constante évolution de Manhattan, connu comme le terreau fertile des mouvements artistiques et musicaux des années 1960.
 
Inspiré par la structure emblématique de Fillmore East, la légendaire salle de concert du Lower East Side active jusqu’en 1971 qui comprenait The Doors, Janis Joplin, Elton John et plus encore, Tresoldi Studio a conçu la sculpture suspendue au plafond au-dessus de la pièce principale du restaurant avec une présence éthérée qui recalibre les perceptions spatiales et temporelles de ses visiteurs.

Une dimension contemporaine

L’installation se présente comme une sculpture architecturale précieuse, un hommage au contexte culturel qui a influencé non seulement la ville de New York, mais plusieurs générations à travers le monde. Les gouffres profonds et l’immense dôme central fragmenté de l’installation profonde de six mètres, ainsi que le jeu du plein et du vide, projettent Fillmore dans une dimension contemporaine.
 
La sculpture génère des distorsions volumétriques et visuelles, tout en contrastant les éléments du passé avec les matériaux industriels. Fillmore vit à travers un point de vue amplifié et en constante évolution, chevauchant le design de la cathédrale pour façonner un environnement fortement scénique.

Tresoldi Studio a été créé à partir de l’expérience artistique d’Edoardo Tresoldi dont Détails d’architecture avait déjà parlé ici. Le studio, basé à Milan possède de plus de cinq ans d’expérience dans la conception, le développement et la réalisation d’œuvres d’art à grande échelle et dans le monde entier.

© Roberto Conte
© Roberto Conte
© Roberto Conte

Le site de Tresoldi Studio: ici.

Les photos: © Roberto Conte

Vivienda RC34, un charmant projet signé Zooco Studio

© Imagen Subliminal

En Espagne, à Santander, l’agence d’architecture Zooco Studio vient de terminer la réalisation de la Vivienda RC34, un projet charmant qui revisite l’intérieur d’un appartement, manipule les divers espaces tout en gardant intact l’esprit des lieux.

Appartement avec vue

Le projet est développé dans une habitation existante située dans le quartier résidentiel d’el Sardinero, un lieu caractéristique avec une vue magnifique sur la mer Cantabrique. Le logement se trouve sous le niveau mansardé qui s’empare de l’ensemble du plan d’extension du bâtiment.

Les architectes nous racontent qu’à l’origine, la maison avait une distribution de plan obsolète. Elle ne correspondait plus, selon eux, aux standards actuels. En effet, le hall d’accès n’avait ni lumière naturelle ni aération naturelle et l’accès aux différentes pièces était assuré par un long couloir. « Avec ces locaux de départ, la revendication était de donner au logement une disposition ouverte et soulagée, également une limite ouverte avec l’extérieur essayant d’exploiter les vues de cet endroit. » Soulignent les concepteurs.

Un meuble central comme élément principal

Pour arriver au résultat actuel, la structure en béton a été découverte, de même, concernant le fonctionnement intérieur, une nouvelle distribution, indépendamment de la structure, a été repensée. Selon les architectes, l’élément principal du projet est le meuble central en bois qui définit les différents usages de la résidence. Ce volume intègre l’accès à l’espace privé comme la chambre, le dressing et la salle de bains, séparant ainsi l’espace du jour qui contient le salon et la salle à manger. Le meuble contient ainsi une cave à vin, un bureau et des rangements supplémentaires. Pensé d’une manière astucieuse, l’ensemble investit l’espace tout en apportant un grand gain de place.

Les nouveaux espaces ouverts permettent la continuité spatiale entre les différentes pièces et l’extérieur, grâce aux grandes fenêtres et les diverses porches. La brutalité du béton existant croise ainsi la chaleur du bois dans une dualité qui génère une certaine harmonie tout en gardant le caractère propre de chaque matière. Le bois de chêne et le béton deviennent ainsi les principaux acteurs de la palette des couleurs et des textures. L’importance de la mer, visible de chaque endroit de l’habitation, donne l’argument à cette palette. Le bleu et le jaune complètent ainsi la combinaison chromatique du projet. L’ensemble aux traits fins s’accorde merveilleusement à son environnement.

© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal

Le site de Zooco Studio : ici.

Les photos : © Imagen Subliminal 

A Amsterdam UNStudio taille une façade de luxe

© Eva Bloem
Façade à Amsterdam, UNStudio

L’agence internationale UNStudio dirigée par Ben Van Berkel vient de terminer, à Amsterdam, la rénovation de la façade de P.C. Hooftstraat 138. Cette dernière est l’une des rues commerçantes les plus élégantes d’Europe, elle abrite uniquement des créateurs internationaux et néerlandais, des magasins phares et des boutiques de luxe.

Une touche d’originalité

Située au cœur du quartier des musées, entre Museumplein et le Vondelpark, la P.C. Hooftstraat est un élégant magasin de design néerlandais. S’inspirant des musées voisins pour encadrer l’art néerlandais, la conception d’UNStudio tente de respecter l’existant tout en lui apportant une touche d’originalité.

La façade de P.C. Hooftstraat 138 est une célébration des textiles, tant dans leur forme que dans leur fonction. En effet, trois panneaux de verre incurvés descendent des étages supérieurs dans un design qui imite le tissu transparent ondulé. Ce jeu avec le verre crée des espaces d’ouverture au niveau des piétons qui leur dévoilent les dernières créations.

Dans un geste fluide, la mode et l’architecture se réunissent pour représenter et célébrer l’artisanat et la géométrie des vêtements haut de gamme sur mesure, créant une harmonie entre l’esthétique et la fonction, le tout, en restant fidèle à la conception originale de la division verticale à trois fenêtres d’une maison de ville d’Amsterdam. Alors qu’UNStudio a conçu la façade et l’intérieur de l’appartement des deux étages au-dessus de l’espace commercial, le locataire sera responsable de l’aménagement intérieur du magasin.

Assemblés en usine et montés sur site

Deux principales caractéristiques relient le sol et les premiers étages: les entités en verre entourées de briques. Les trois « éléments » en verre structurel sont assemblés en usine et montés sur site. De grands panneaux de verre feuilleté recuit, à la fois incurvés et droits, sont liés avec du silicone structurel aux panneaux de verre adjacents avec des profils de bord en acier inoxydable, formant ainsi une boîte en verre. Chaque boîte est ensuite collée à un cadre en acier caché à des fins de protection et d’expédition, avant d’être installée comme une seule unité sur site.

Après l’installation, une couche isolante rigide est ajoutée sur le dessus d’un panneau GRC. Des lamelles de brique sont ensuite collées sur la couche d’isolation. Entre les entités de verre situées au rez-de-chaussée, une bande métallique est introduite pour créer une légère différenciation du reste de la maçonnerie et pour répondre aux exigences urbaines.

A Amsterdam, UNStudio a réalisé une façade innovante qui croise merveilleusement tradition et nouveauté. Un coup de maître qui interpelle tout visiteur!

© Eva Bloem
© Eva Bloem
© Eva Bloem

Le site de l’agence UNStudio: ici.

Les photos: © Eva Bloem

En Italie, Monovolume réalise le siège de Dust

© Paolo Riolzi

Dans la commune italienne de Bressanone située dans la province de Bolsano, l’agence d’architecture Monovolume vient de terminer la réalisation du nouveau siège de la société internationale Durst Phototechnik AG.  

Une aile flottante avec une tour

Durst est l’un des principaux fabricants mondiaux de technologies de production numérique avancées. De même, Durst est le premier choix et le partenaire privilégié pour la transformation et la numérisation des processus de production industrielle. C’est une entreprise familiale qui existe depuis 80 ans et qui met l’accent sur l’innovation, l’orientation des clients, la durabilité et la qualité. Durst emploie plus de 700 personnes et compte plus de 20 filiales à travers le monde.

Le concept souhaité par la société était de remanier l’architecture du bâtiment pour y ajouter un nouveau bloc administratif. L’intégration du nouvel édifice avec le bâtiment existant conçu par Othmar Bart consistait, dès le départ, une grande importance. L’idée originale d’une aile flottante plate avec une tour a été approuvée.

Le nouveau bâtiment se présente comme une entité compacte et homogène, qui suscite l’intérêt par sa façade inaccoutumée. Les architectes nous expliquent que la «façade en pixels» de forme organique se compose de panneaux d’aluminium. Des lumières à LED sont installées dans les pourtours des fenêtres. La façade pourra, une fois la nuit tombée, mise en lumière en devenant assez dynamique.

A l’image du contenu

La base en verre se poursuit en formant un corps, à deux étages, allongé légèrement incurvé qui se termine dans une tour à six étages. Cette dernière, visible de loin, affiche la volonté du groupe qui constitue un indicateur des secteurs d’activité de la société, car Durst est un leader mondial des systèmes d’impression hautes performances, du traitement et de l’imagerie des données, l’architecture qui abrite ces performances est donc à l’image du contenu.

Des connexions directes au bâtiment existant sont construites pour permettre une liaison idéale. Le rez-de-chaussée est conçu comme une zone ouverte dans laquelle se trouvent des zones de démonstration ainsi que les laboratoires. Dans la partie sud se trouvent la nouvelle entrée, le foyer, le bar et les toilettes. Un escalier ouvert mène au premier étage où sont logés le service clientèle et les relations publiques. Le développement de la tour et les bureaux se concentrent dans la partie sud-est du projet. Le deuxième étage est un étage de bureaux avec des salles de réunion et une connexion directe via un pont vers l’aile contenant les bureaux existants. Les espaces dédiés à la direction se trouvent au troisième et quatrième étages de la tour. Quant au cinquième étage, il sert de salle de conférence ou d’espace d’exposition. Au sous-sol se trouvent le matériel d’exposition et le terrain de squash, ainsi que les vestiaires, les douches et les toilettes. L’entrée est nouvellement organisée, de sorte que l’accès pour le personnel et les clients est séparé de l’accès pour la livraison.

La verrière de 850 m² est composée d’environ 250 feuilles de panneaux de verre isolant de taille différente mais de formes partiellement triangulaires. La façade couvre environ 7 000 m². dont 1.800 m² en bois lamellé-collé en tant qu’élément de façade porteur. L’innovation et les défis des matériaux innovants, le calendrier extrêmement serré de la conception et l’installation des éléments métalliques de la façade ont été complexes mais les architectes de Monovolume ont mené l’ensemble des travaux avec une grande adresse. Le résultat est épatant !

© Paolo Riolzi
© Paolo Riolzi
© Paolo Riolzi
© Paolo Riolzi

Le site de l’agence architecture monovolume + design : ici.

Les photos: © Paolo Riolzi

A Nouakchott, Segond- Guyon réalise l’extension du lycée Théodore Monod

© Studio Erick Saillet

Les architectes lyonnais Segond Guyon ont été mandaté, dans le but d’offrir une extension au lycée français de Nouakchott dont les bâtiments principaux ont été conçus par l’architecte français André Ravereau selon des conceptions bioclimatiques avancées pour l’époque.

Un défi difficile

En Mauritanie, à Nouakchott, les travaux de l’extension du lycée Théodore Monod ont été menés sur un site occupé. Un défi difficile pour les architectes Segond Guyon qui ont su dissocier avec tact les diverses fonctionnalisés tout en leur donnant une homogénéité.

Le lycée Théodore Monod de Nouakchott se trouve sur le campus diplomatique de l’ambassade de France. Suite à une demande grandissante, l’équipement datant de 1983, devait augmenter ses capacités d’accueil et améliorer l’organisation de certains espaces en recentrant l’ensemble de l’enseignement primaire sur les locaux existants et construisant des locaux neufs pour accueillir l’ensemble collège-lycée ainsi que l’administration. Un programme complexe d’autant plus que les travaux devaient se dérouler en site occupé, le tout en respectant un budget serré.

Les architectes de l’agence Guyon Second ont répondu aux diverses exigences avec habileté. L’architecture simple et bioclimatique se sert ainsi des techniques et des matériaux usuels en Mauritanie, pour un résultat accrocheur au coût global maîtrisé.

En harmonie avec l’existant

Le nouvel équipement est en harmonie avec les bâtiments existants, il se pose délicatement sur la parcelle en proposant des vides et des circulations qui tissent les liens avec son environnement immédiat. Les architectes ont opté pour le béton armé pour ses qualités de pérennité, de comportement au feu et d’isolation acoustique. L’évolutivité de l’espace était au centre de la conception, c’est pourquoi, une ossature porteuse de type poteaux poutres a été adoptée. Il se trouve qu’il s’agit de la technique la plus couramment utilisée à Nouakchott pour la construction de bâtiments publics.

Une attention particulière a été apportée à la disposition des protections solaires. En effet, la totalité des ouvertures bénéficie d’une protection solaire extérieure par le biais de brises soleils horizontaux maçonnés.

Concernant l’isolation thermique et l’étanchéité des toitures, les architectes ont eu recours à une technique traditionnelle, avec l’emploi de coquillages associés au sable en plus du dispositif technique classique contemporain. « La blancheur des coquillages permet une réverbération importante du soleil et évite donc un échauffement de la dalle de toiture et par transmission celui des espaces inférieurs. » Nous expliquent les architectes.

A Nouakchott, les architectes Segond Guyon ont entrepris un travail d’orfèvre qui, sous ses aires de simplicité, possède de nombreuses qualités.

© Studio Erick Saillet
© Studio Erick Saillet
© Studio Erick Saillet
© Studio Erick Saillet

Le site de Segond Guyon: ici.

Crédit photo © Studio Erick Saillet