Archives par mot-clé : espace public

Le cœur d’Adra revit grâce à l’aménagement d’un espace public

Photographs: © Miguel de Guzmán

En Andalousie, les architectes de l’agence EX architects en collaboration avec Antonio Garcia Perez Architects et Cruz y Pérez Arquitectos ont remporté le premier prix du projet de construction d’un kiosque de café situé au cœur de la ville. Une coquette construction a ainsi vu le jour.

La ville d’Adra est une ville balnéaire située dans le sud de l’Espagne, elle donne sur la mer Méditerranée. Dans le quartier le plus animé de la cité, les autorités ont entrepris de construire un café qu’ils ont mandaté aux architectes de l’agence EX architects.

En raison de la circulation habituelle à travers cette esplanade et tout en essayant de ne pas perturber le flux des passants, le projet a été divisé en deux parties distinctes. Comme un élément de liaison entre ces dernières, la terrasse est recouverte par une pergola qui s’accorde avec la végétation existante de l’esplanade.

La forme sinusoïdale de l’ombrière suit la circulation des piétons dans le quartier et outre la liaison entre deux entités, elle fournit de l’ombre dans les périodes les plus chaudes de l’année où la vigne est la plus étoffée.

A Adra, autour du café de la place, les poutres en bois lamellé se croisent, se touchent et se superposent pour former la gracieuse toile qui fait désormais partie du paysage. Griffée EX architects, le café ainsi que la pergola qui l’entoure égayent l’espace public au cœur de la ville.

© Miguel de Guzmán © Miguel de Guzmán

Le site de l’agence d’architecture EX architects: ici.

Photographs:© Miguel de Guzmán

« Stealth Pavillion », l’espace public au goût du jour

2-1

2-4

Quand l’architecture s’inspire de la forme des avions, le résultat est un délicieux mélange à mi-chemin entre art et technologie. C’est l’idée qu’a eu Paul Segers dans la conception de la ‘Stealth Pavillion’ à la fois un espace hybride et une étonnante création.

L’idée du départ était de définir un lieu unique qui puisse explorer la notion d’hétérotopie. Pour cela, Paul Segers s’est inspiré de la forme du ‘F-117 Nighthawk’ qui selon l’artiste exprime le mieux l’altérité qu’il cherche à exposer. Ces espaces qui ne sont ni ici ni là-bas, métisses et à la fois complexes difficiles à décrire et à interpréter deviennent avec la conception de Segers tangibles et réalisables.

A premier abord, c’est difficile de faire la différence entre un bateau échoué en plein forêt et la forme révolutionnaire d’un avion de dernière génération. Le visiteur se trouve nez à nez avec une configuration étrange dotée d’un toit suspendu. L’intérieur du dit pavillon est en bois, comble du désarroi, une cheminée se trouve en son milieu. L’ensemble est déroutant même si l’œuvre semble intéressante.

Et s’il s’agissait simplement d’un espace public mis au goût du jour ?

C’est précisément ce qui explique Paul Segers. Un endroit où il est agréable de se retrouver autour d’un feu de cheminée et qui est à la fois à ciel ouvert et aéré. Un lieu de vie et de contrastes qui a réussi un pari audacieux et finalement si simple, celui de créer un espace public unique dans son genre qui toutefois puisse être adopté…

2-5

2-2

Le site de Paul Segers: ici.

Toutes les phots: © Peter Cox.

A Londres, le « Peace Pavilion » suscite la curiosité

peace-pavilion6

Organisé par ArchTriumph, le premier prix du concours du pavillon d’été a été décerné aux architectes parisiens Grégoire Zündel et Irina Cristea pour leur projet « Peace Pavilion ». Une conception qui incite, via le thème de la paix, à porter un regard différent sur la ville et les espaces publiques qui s’y trouvent.

C’est l’idée imaginée par l’atelier Zündel Cristea qui a été choisie parmi des centaines de projets soumis au jury du Triumph Pavilion. Baptisée « Peace Pavilion », la structure gonflable espère mettre en évidence l’importance de la paix dans le monde et créer un lieu de vie autour d’un pôle créatif.

Ainsi, une structure pneumatique autoportante de 4 mètres de haut s’est vue érigée au Bethnal Green Gardens au sein de la capitale britannique. Pour un volume d’air de 47 m3, un poids  de 141,6 kg avec 30 kg de couverture, la membrane qui présente une surface au sol de 62 m² a été montée dans les plus brefs délais.

Le pavillon est réalisé entièrement avec des matériaux légers. Plastiquement attrayant sa géométrie équilibrée et symétrique ainsi que sa couleur renforcent le sentiment de sérénité qui s’en dégage. Le visiteur perd toute notion d’intérieur et d’extérieur et part à la découverte d’un lieu unique qui éveille sa curiosité.

Il ne reste qu’une semaine pour pouvoir contempler et même profiter de cette originale installation qui nous invite à une découverte ludique capable d’interroger sans cesse la relation entre les habitants de la ville et les espaces qui les entourent…

Peace-Pavilion4

A découvrir les autres photos du pavillon dans l’album ci-contre:

[nggallery id=26]

Le site des architectes Zündel Cristea: ici.

Les photos : © Sergio Grazia.

A lire également à ce sujet, l’article du Moniteur: ici.