Archives par mot-clé : reconstruction

A La Haye, Cepezed signe un projet généreux

© Lucas van der Wee | cepezed

Aux Pays-Bas, à La Haye, les résidents du luxueux Park Hoog Oostduin ont récemment emménagé dans leurs appartements. Ils vivent désormais tranquillement dans un cadre verdoyant tout en étant au cœur de la ville. Par conséquent, le laissez-passer d’accès à leur parking privé est marqué par la phrase « Vivre dans le parc, profiter de la ville ».

Axée sur la durabilité

Le projet, conçu par l’agence d’architecture néerlandaise Cepezed consiste à la transformation de l’ancien bureau Shell, qui faisait depuis longtemps partie du campus Shell dans le majestueux quartier de Benoordenhout. Les architectes de Cepezed nous racontent que l’ensemble, datant de 1968, a été initialement conçu par H.E. Oud, fils du célèbre architecte moderniste J.J.P. Oud. La partie la plus importante de l’ensemble consistait en un gratte-ciel considérable, visible de loin. A proximité, se trouvait une deuxième section du bâtiment, plus fugace et moins haute. Le complexe a été construit en bordure du domaine Oostduin-Arendsdorp. Le terrain comportait également un grand parking souterrain et une cave avec une place de parking au sommet qui rendait la zone encore plus caillouteuse.

La transformation a été entièrement axée sur la durabilité et la qualité. Vu son âge, le complexe était dépassé sur le plan esthétique et surtout fonctionnel. Les architectes ont dû transformer l’ensemble en un environnement résidentiel de haute qualité avec des appartements confortables situés dans un cadre urbain agréable. Un niveau élevé de confort et d’installations pour les résidents était également important, comme les divers services dont The James Company s’occupe depuis le hall d’entrée du complexe rénové.

La situation existante représentait un défi considérable pour les architectes, qui ont su manier l’ensemble avec tact en mettant en avant les diverses qualités du projet telles que son emplacement et sa structure existante. Cepezed a été choisi pour mener à bien ce projet grâce à son expérience dans les transformations complexes et d’un plan offrant des solutions et des possibilités maximales combinées à un minimum d’interventions hautement ciblées. La conception utilise autant que possible les caractéristiques et qualités existantes. Cependant, la faible hauteur n’étant pas adaptée au logement, la structure a été démolie et remplacée par une nouvelle construction.

De la lumière du jour et une vue panoramique

La nouvelle tour s’appelle High Dune. Avec une grille structurelle de 1,80 m, le bâtiment se compose de bandes de bureaux le long des façades, d’un noyau central contenant les escaliers, les ascenseurs et les puits de lumière ainsi que les couloirs menant aux différents bureaux. Les logements ne sont pas traversants mais ils sont positionnés tout au long des façades, tout comme les bureaux auparavant. En conséquence, ils reçoivent beaucoup de lumière du jour et ont une vue panoramique vers le centre ville et le large. La grande hauteur libre des appartements procure une énorme expérience spatiale.

Cependant, les architectes avaient remarqué que les bandes de bureaux existantes n’étaient pas assez profondes pour les convertir en logements. De plus, les appartements devaient avoir de grands espaces extérieurs spacieux, c’est pourquoi, ils ont opté pour une solution simple, ajouter à l’ensemble un généreux couloir, tandis que des loggias ont été créées dans le contour du bâtiment existant. Ainsi, nous pouvons remarquer que, côté ville, le bâtiment est doté d’une extension de trois mètres de profondeur, contenant des balcons et un espace de vie supplémentaire. Cette extension se compose en acier avec des planchers de dalles composites aux tôles d’acier profilées. Les architectes soulignent que l’ensemble est relativement léger et transfère ses charges à la construction existante et au sous-sol existant, de sorte qu’il pourrait être réalisé sans fondation supplémentaire. Tous les appartements sont accessibles via l’ancien couloir côté ville. En plus, pour une expérience agréable, ouverte et spatiale, des vides ont été créés dans la zone d’accès.

Les bâtiments contenaient à l’origine des escaliers de secours. Ceux-ci ont été déplacés vers d’anciens puits, ce qui a permis la réalisation de logements d’angle spéciaux avec une vue encore plus large que les autres appartements. Les façades d’extrémité en pierre calcaire ont été conservées, quant aux façades longitudinales, elles ont été entièrement rénovées selon les normes actuelles. Avec de hautes bandes de verre et des bandes d’émail blanc, elles respectent le caractère moderniste du bâtiment existant tout en donnant l’image d’un imposant immeuble résidentiel. Au total, plus de 180 appartements ont été réalisés à Hoge Duin, variant de 70 à 200 m². Certains d’entre eux sont des appartements de courte durée. Il existe également des  appartements hôteliers pour les résidents. En outre, huit penthouses avec des dimensions comprises entre 165 et 300 m² ont été réalisés dans les anciens espaces sur le toit.

Hight dune, Low dune

Le nouveau bâtiment du complexe, de faible hauteur, est appelé Low Dune, il est construit sur la base de l’ancien édifice de faible hauteur démoli. Le volume allongé existant était directement perpendiculaire à la tour, mais le nouveau bâtiment carré plus compact a été construit à une certaine distance de celui-ci. Ainsi, nous pouvons remarquer plus d’espace entre les deux parties du bâtiment et le complexe dans son ensemble, outre sa transparence, engendre une belle relation avec la végétation environnante.

La nouvelle construction se compose de huit étages et comprend 30 logements. Trois maisons en duplex et les maisons qui se trouvent au dernier étage, sont des penthouses. Le bâtiment donne le sentiment de « vivre dans le parc » encore plus que le gratte-ciel. Les divers logements sont pourvus de portes coulissantes et de balcons, les chambres sont même dotées d’un jardin. Les couloirs présentent des façades transparentes. Par conséquent, ils reçoivent beaucoup de lumière du jour et offrent toujours aux résidents une vue sur l’extérieur. Malgré le nombre limité de logements, le bâtiment dispose de deux ascenseurs. Cela réduit les temps d’attente et garantit qu’il y a toujours un ascenseur disponible, même en cas de maintenance ou de panne.

Pour optimiser davantage la qualité de vie, une grande attention a été accordée au parvis, qui était autrefois une grande surface plane en pierre dédiée aux voitures. Une couche de stationnement supplémentaire a été réalisée par les architectes qui ont veillé à compléter l’ensemble par une conception paysagère qui maintient l’expérience de vivre dans la verdure. Pour améliorer encore cette expérience, les anciennes places de stationnement le long de la rue ont été annulées. Le cours d’eau qui s’étend autour d’Oostduin-Arendsdorp a été prolongé. Le garage offrant un espace pour plus de 250 voitures présente une finition de façade en acier corten.

Le projet a accordé une grande attention à la durabilité. En partie à cause de la réutilisation de nombreux matériaux, Le complexe existant, la tour d’habitation et le garage ont été réutilisés. Les finitions des murs en travertin dans l’entrée existante ont également été conservées, tandis que l’imposante verrière sculpturale en béton au-dessus de l’entrée a été complètement intégrée dans la nouvelle conception. Selon les architectes, la réutilisation du panneau de carreaux de céramique par l’artiste Karel Appel mérite une mention spéciale. Cela a d’abord honoré l’ancien édifice du complexe et est maintenant inclus du côté de la mer dans la façade de Hoge Duin.

En collaboration avec la firme d’ingénierie Repurpose, il a également été garanti que de nombreux matériaux libérés lors du démantèlement du complexe existant soient réutilisés dans d’autres projets. Par exemple, un grand nombre de portes, fermetures, appliques murales, mobilier de bureau et revêtements de sol entre autres, ont continué à vivre à travers d’autres projets. Au moins 80% des matériaux de démolition ont été réutilisés. De plus, les nouveaux appartements eux-mêmes sont entièrement équipés de systèmes de refroidissement et de chauffage au sol, ainsi que de vitres résistantes au soleil et de récupérateurs de chaleur. L’intervention de Cepezed est intelligente, les architectes ont su établir un lien fort entre leur proposition et le contexte tout en gardant l’esprit du lieu et dotant le site d’un projet remarquable.

© Lucas van der Wee | cepezed
© Lucas van der Wee | cepezed
© Lucas van der Wee | cepezed
© Lucas van der Wee | cepezed

Le site de Cepezed : ici.

Les photos: © Lucas van der Wee | Cepezed                    

Lake House Völs, une admirable réalisation signée noa*

© Alex Filz

C’est dans le bourg de Völs situé au bord du lac idyllique de Völser Weiher, à l’ouest de la ville d’Innsbruck, dans le Tyrol du Sud, que l’agence d’architecture noa* a croisé adroitement un concept moderne avec une tradition bien-aimée du public pour offrir une architecture en harmonie avec la nature.

Se combiner harmonieusement avec son environnement

Au milieu d’un univers montagneux spectaculaire bordé de forêts de pins verts luxuriants, le lac Völser Weiher se trouve à plus de 1000 mètres d’altitude. C’est une réserve naturelle pittoresque qui offre aux visiteurs toute l’année un espace de détente et de loisirs. Dans cet environnement idyllique, l’agence d’architecture noa*, basée à Bolzano et à Berlin a été mandatée par la municipalité de Völs pour construire une petite cabane de baignade attrayante avec des vestiaires publics et des installations sanitaires qui complètent le cadre pittoresque.

Trop petit et plus adapté à l’usage, l’ancien kiosque existant fonctionnait depuis des années et manquait, entre autre, d’installations accessibles appropriées pour les personnes handicapées. La destination populaire pour les excursions en plein air, en particulier parmi les habitants, qu’il s’agisse d’une baignade rafraîchissante en été ou d’une patinoire en hiver, devait être refaite à neuf et aux normes actuelles. C’est pourquoi, l’ancienne installation a été démolie pour créer un nouvel espace où l’architecture pourrait se combiner harmonieusement avec son environnement.

Les architectes de noa* nous racontent qu’afin de se fondre dans l’environnement tout en gardant une discrète installation, ils ont conçu, deux structures compactes connectées le long d’un axe transversal. Le bâtiment principal, un nouveau snack-bar avec un toit classique, contient une cuisine et un comptoir partiellement ouverts où la nourriture et les boissons sont servies. Il se développe en une loggia ouverte et une terrasse, avec une vue panoramique sur le lac et une zone de baignade nouvellement conçue. L’axe transversal qui relie les deux bâtiments est défini par un évidement ouvert avec un élément pliable en bois. L’évidement fonctionne comme un deuxième comptoir où les baigneurs, les piétons et les cyclistes peuvent acheter de petits rafraîchissements, de la crème glacée et de la nourriture. Cet interstice agit également comme une cloison intelligente, de sorte que la loggia et la terrasse peuvent être maintenues confortablement silencieuses, tout en permettant simultanément un libre-service rapide et facile pour les clients.

Une ambiance de continuité fluide de la nature

La deuxième structure consiste en un cube séparé relié au snack-bar, elle garde une fonction publique et forme avec le bâtiment principal un ensemble cohérent à la fois sur le plan architectural et fonctionnel. Selon les architectes, « c’est ici que les installations sanitaires répondent aux exigences d’accessibilité et offrent des vestiaires aux sportifs de loisir enthousiastes comme les nageurs ou les patineurs. » Au des installations, se trouve un petit atrium ouvert avec des vestiaires pour les invités et des casiers spécialement conçus par les entreprises artisanales locales. L’atrium offre un aperçu de l’horizon pour signaler un accueil chaleureux aux baigneurs et randonneurs. « Dans ces locaux accessibles au public, une technologie de truelle en résine robuste a été sélectionnée qui peut à la fois résister à l’usure des patins et assurer la sécurité sur un sol mouillé. » En effet, pour se fondre dans l’environnement naturel, l’architecture se concentre sur une forte harmonisation visuelle entre l’intérieur et l’extérieur. Les architectes nous informent que le vert a été choisi comme couleur de base pour le sol, les murs et le plafond, avec différentes nuances contribuant à créer une ambiance de continuité fluide de la nature.
 
Le sol et les surfaces verticales ajoutent une autre caractéristique unique à l’installation au bord du lac. En effet pour ancrer l’architecture fermement dans son emplacement, noa* a incorporé un motif de dentelle traditionnelle du Tyrol du Sud dans le remplissage de résine. Les motifs ont été brièvement pressés dans la résine humide et rapidement enlevés pour créer un effet tridimensionnel irrégulier. Ces motifs 3D, plus ou moins apparents, ajoutent une impression visuelle particulière et une touche de spontanéité. Alors que le bâtiment principal dégage une présence caractéristique et il est à peu près de même taille que l’ancienne structure, noa * a créé un concept dans lequel le second volume se retire optiquement. La construction à ossature en bois le long de l’axe transversal, qui relie les deux bâtiments de l’installation, sert également de structure de support pour les plantes grimpantes. « En quelques mois, le jasmin à croissance rapide prévu enveloppera les vestiaires d’un feuillage naturel et vert. » selon les architectes.Vue du lac, la verdure fera disparaître le bâtiment dans son environnement.

Un espace unique dédié aux amoureux de la nature

L’ensemble se situe dans un paysage naturel unique et offre des perspectives magnifiquement cadrées ainsi que de superbes vues sur le lac, la forêt et la montagne environnante. La façade en bois de mélèze spécialement sélectionnée et non traitée sera laissée à son destin naturel se changeant lentement à mesure qu’elle est exposée aux éléments au fil du temps. Les jetées de baignade nouvellement construites, faites de bois des forêts environnantes, se ramifient et se dissolvent dans le lac, guidant les visiteurs. Pendant ce temps, l’architecture, moins visible mais délicatement présente, met en valeur la flore. Chaque élément démontre l’engagement de noa* à gérer les environnements naturels de manière responsable et avec soin tout en restant fidèle aux normes architecturales exigées. Entre les rangées de roseaux fraîchement posées et la nouvelle zone des enfants, l’architecture crée un espace unique dédié aux amoureux de la nature pour s’imprégner de la sérénité avoisinante. A l’image des autres réalisations de l’agence, la Lake House de Völs est un projet sobre et subtil qui a su s’insérer délicatement dans son entourage.

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de l’agence noa*: ici.

Les photos : © Alex Filz

A Séoul, UNStudio modernise la façade du siège Hanwha

©Rohspace
©Rohspace

Tandis que le bâtiment est resté complètement occupé, l’agence d’architecture mondialement connue UNStudio a métamorphosé le siège du leader mondial du marché des panneaux solaires dans la capitale coréenne Séoul. Un acte osé qui a eu pour but de répondre aux exigences de durabilité les plus récentes.

Rénover l’existant

Sur la base de considérations environnementales, une décision consciente a été prise pour rénover le bâtiment existant, plutôt que d’opter pour la démolition et la nouvelle construction.
Aini, grâce à une méthode de construction efficace, UNStudio et Hanwha ont également pu s’assurer que les employés pouvaient continuer à travailler dans le bâtiment tout au long de l’intervention. Le résultat de ce « remodelage » est un bâtiment avec un climat intérieur sain, un programme extrêmement flexible et une façade entièrement nouvelle et génératrice d’énergie avec des panneaux solaires intégrés. En tant que tel, le bâtiment exprime désormais efficacement l’identité et les ambitions du groupe Hanwha.

Le programme est complexe. La rénovation de la tour de bureaux intègre le remodelage de la façade, la manipulation de l’intérieur des espaces communs, les halls, les espaces de réunion, l’auditorium, les zones exécutives, ainsi que la refonte de l’aménagement paysager.
Situé sur le Cheonggyecheon à Séoul, le bâtiment de 57 696 m² ne reflétait plus les idées de la firme connue comme l’un des principaux fournisseurs de technologies environnementales au monde. Pour le concours de rénovation de la tour, UNStudio s’est associé à Arup (consultant en durabilité et en façade) et Loos van Vliet (paysagiste). Suite à la sélection du design du concours, agLicht a rejoint l’entreprise en tant que consultant en éclairage. Une coopération qui a apporté d’excellent résultats.

Les architectes d’UNStudio nous racontent que la rénovation de la façade et des intérieurs a été réalisée alors que le bâtiment est resté entièrement occupé et fonctionnel, permettant ainsi à l’entreprise de continuer à travailler dans le bâtiment pendant toute la période de construction. Afin de permettre cela, trois étages ont été rénovés à la fois, à l’intérieur et sur la façade. Le choix d’une méthode de construction qui aurait un impact minimal sur le fonctionnement de l’entreprise et sur l’environnement, est un bon exemple pour toutes les parties prenantes dans le processus de construction pour envisager des paramètres alternatifs et des mesures durables qui peuvent être introduites lors de la rénovation des bâtiments existants .

Une façade dynamique

Répondant à la demande que la conception soit guidée par l’environnement, influencée par la nature et entraînée par l’environnement, UNStudio a développé un concept de façade dynamique qui améliore le climat intérieur du bâtiment existant et réagit à la fois à la distribution du programme et à l’emplacement.
« Au moyen d’un geste réducteur et intégré, la conception de la façade du siège de Hanwha met en œuvre des systèmes entièrement inclusifs qui ont un impact significatif sur le climat intérieur du bâtiment, améliorent le confort des utilisateurs et garantissent des niveaux élevés de durabilité et d’accessibilité. Grâce à des stratégies de conception entièrement intégrées, les façades d’aujourd’hui peuvent fournir des enveloppes réactives et performatives qui réagissent à la fois contextuellement et conceptuellement à leur environnement local, tout en déterminant simultanément les conditions intérieures. » Déclare Ben van Berkel.

L’idée générale est d’obtenir un effet de variété, d’irrégularité et de complexité partout sur la façade. Cette expression est manifestée par le soleil et les facteurs d’orientation, ainsi que par le programme. En variant l’emplacement des panneaux de façade, une variété d’ouvertures ont ainsi été créées. De ce fait, la façade nord s’ouvre pour permettre l’éclairage de jour à l’intérieur du bâtiment, tandis que la façade sud devient plus opaque, car le soleil aurait autrement trop d’impact sur la charge thermique du bâtiment. Les ouvertures à l’intérieur de la façade sont davantage liées aux vues. S’ouvrir là où les vues sont possibles, mais devenir plus compactes du côté adjacent aux bâtiments voisins.

L’impact solaire direct sur le bâtiment est réduit par l’ombrage qui est fourni en inclinant le vitrage loin de la lumière directe du soleil, tandis que la partie supérieure de la façade sud est inclinée pour recevoir la lumière directe du soleil. Les cellules photovoltaïques sont placées sur les panneaux opaques sur la façade sud / sud-est dans les zones ouvertes où il y a une quantité optimale de lumière directe du soleil. De plus, les panneaux photovoltaïques sont inclinés dans les zones de la façade où l’énergie solaire peut être mieux récupérée.

Le paysage se poursuit à l’intérieur

La conception fluide du paysage de la place encourage les gens à entrer à l’intérieur de l’immeuble de tous les côtés, tandis que les jardinières multifonctionnelles servent non seulement d’élément d’orientation tout en fournissant des sièges personnalisés. Les différentes zones du paysage peuvent être utilisées pour une gamme d’activités, de la relaxation plus privée aux rassemblements à plus grande échelle.

Dans le concept UNStudio pour le hall du siège social de Hanwha, le paysage se poursuit à l’intérieur et sert de guide, tandis que les matériaux naturels et la plantation offrent un environnement relaxant aux visiteurs. Un jeu de couleurs subtil est combiné avec un mobilier en bois et, dans les accès d’entrée nord et sud, un coin café crée la possibilité d’interaction sociale et d’échange. L’augmentation de la hauteur du sol au plafond des halls d’entrée est soulignée par la nouvelle conception de la façade en augmentant la lumière du jour et en créant des connexions visuelles entre les places extérieures et les deux vestibules.

Dans les halls des ascenseurs, un guidage intuitif à travers des éléments de design intérieur et un éclairage intégré connectent de manière transparente les espaces communs et les couloirs à tous les niveaux de bureau. Ce lien entre les halls des ascenseurs et les zones d’accueil et les couloirs communs crée une identité commune aux différents niveaux, tout en permettant une flexibilité dans les espaces de travail et l’attribution de différents types / tailles de bureaux, maintenant et pour l’avenir.

Des tons de bois chaleureux, des matériaux naturels et des plantations vertes

La stratégie d’orientation continue jusqu’aux salles de réunion, créant des espaces fermés par du verre, avec différents degrés de transparence pour créer une certaine intimité mais aussi suffisamment de translucidité pour garantir des espaces de réunion bien éclairés. Les espaces collectifs desservent tous les employés, réunissant les différents départements et offrant des espaces informels de rassemblement social avec de grandes qualités spatiales et matérielles. Le restaurant du 28ème étage est un espace de repos, de détente et de restauration. Des tons de bois chaleureux, des matériaux naturels et des plantations vertes créent des espaces où les employés du siège peuvent venir se ressourcer et se ressourcer. Le restaurant est divisé en plusieurs zones, chacune proposant différents types de cuisines et de restaurants.

Les différentes salles de conférence au niveau exécutif (niveau 27) ont également subi une rénovation complète. Le design intérieur mélange des zones pour des activités de réunion plus formelles, avec des espaces de réunion plus sociaux et informels. Au niveau exécutif, le concept intérieur combine les principes directeurs de l’orientation à travers l’éclairage et crée dans un grand étage de bureau d’entreprise, plusieurs zones privées et conçues sur mesure qui offrent diverses possibilités de travail et de réunion dans différentes constellations, des petites réunions au travail ciblé, aux grands rassemblements de la salle de réunion. A Séoul, UNStudio a recrée un objet architectural à la fois fonctionnel et séduisant!

©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace
©Rohspace

Le site d’UNStudio : ici.

Les photos : ©Rohspace

En Espagne, Domper Domingo Arquitectos signe un projet élégant

© Simon Garcia

Dans la ville espagnole de Huesca, dans un environnement unique et un contexte complexe, l’agence d’architecture Domper Domingo Arquitectos (Miguel Domper et Nuria Domingo) a réalisé un charmant projet. Il s’agit non seulement d’une réhabilitation mais d’une construction que les architectes ont mené avec adresse. Le résultat est enchanteur.

La perméabilité

Les architectes nous racontent que le projet découle de trois conditions fondamentales. Tout d’abord la situation urbaine et les limites de la parcelle, l’inégalité entre les niveaux d’accès mais aussi la préservation de la valeur historique et patrimoniale du bâtiment préexistant. Face à ces conditions, deux critères ou modes d’action ont été établis.

La situation a été traitée en recherchant la perméabilité. En effet, les architectes ont créé un nouveau « point de contact » entre la nouvelle ville et l’ancienne. Cette ouverture tente d’améliorer la situation d’isolement de la zone centrale de la rue Miguel Servet. L’idée de rendre le bâtiment accessible aux piétons devait également être compatible avec la différence existante entre les pentes des deux rues. Pour ce faire, les architectes ont recherché la dimension urbaine de la séquence d’éléments qui composent l’ensemble comme le passage, la place, les gradins et les terrasses. Selon les concepteurs, cette séquence qui traverse le bâtiment « renforce l’idée de continuité de l’espace urbain, et donc celle de perméabilité ».

Par ailleurs, l’intervention a visé à redonner de la valeur au bâtiment existant, non seulement en tant que restauration matérielle des façades, mais aussi en tant que « réactivation » du bâtiment pour son usage d’origine. Les architectes ont essayé de remettre en état les divers éléments d’origine en procédant à une restauration minutieuse et authentique. Ils nous expliquent que pour cela il fallait maintenir « l’essence spatiale » de la maison en préservant l’entrée principale, les dalles situées devant la façade tout en gardant intactes les propriétés spatiales  comme la hauteur et le volume. Quant aux nouvelles façades, elle respectent les normes de composition et les matériaux de la vieille ville, tout en évitant la solution de continuité.

Réaménager l’espace public

Avant d’attaquer l’aménagement de la zone destinée à l’usage public, la possibilité de consolider l’espace a été évaluée, surtout le bâtiment rattaché à la Casa Torrero. Les architectes soulignent qu’il était possible de relier cet espace public à la partie historique de la ville, en renforçant le tracé ancien de la muraille médiévale. En effet, cette dernière constituait l’un des principaux repères à prendre en compte lors de l’élaboration du projet. Le terrain a été minutieusement étudié pour pouvoir visualiser le mur existant et l’ancienne base de fondation du bâtiment. Pour cela, un plan a été généré à un niveau inférieur simulant l’excavation du terrain pour percevoir la fondation.

Au carrefour entre la plate-forme continue couverte de carrelage et l’excavation revêtue de caoutchouc, émerge un élément qui forme le mobilier urbain. Ce dernier, se dresse comme un mur vertical, de hauteur maximale de 60 cm, il est matérialisé par de l’acier corten.

Grâce à l’agence Domper Domingo Arquitectos, le programme qui comprend un bloc de logements multifamiliaux de quatre étages, de superficie totale de 4 174,70 m², est prêt pour l’avenir.

© Simon Garcia
© Simon Garcia
© Simon Garcia
© Simon Garcia

Le site de Domper Domingo Arquitectos : ici

Les photos: © Simon Garcia

D’un ancien manoir en unités d’habitation

© Claudio Manzoni

En Uruguay, les architectes Amelio-Ortiz ont réhabilité un ancien manoir datant de 1900 en une résidence contenant huit gracieux appartements. C’est un projet où l’ancien et le nouveau se croisent pour un résultat des plus agréables.

A Colonia del Sacramento, une ville du sud-ouest de l’Uruguay, dans un environnement privilégié, un ancien manoir a été réhabilité en un projet créatif qui regroupe huit appartements autour d’une cour centrale. L’architecture qui conserve le charme d’autrefois se voit mêler à de nouveaux éléments pour engendrer des espaces à la fois confortables et pratiques.

Le projet se compose de huit appartements avec des surfaces allant de 52m² à 64m² répartis sur deux étages et enveloppant une cour centrale qui fait un subtil clin d’œil à l’architecture coloniale de la région. Il s’agit d’un projet singulier qui entretient un lien harmonieux avec son environnement. L’architecture moderne et fonctionnelle se lie à la structure d’origine pour engendrer une conception gracieuse qui plaît à tous ses utilisateurs.

Joyeux mélange de textures

La cour centrale de la résidence est couverte d’une pergola datant de 1900. Les murs datant de la même époque affichent fièrement la brique apparente ainsi que la pierre. Outre les huit appartements, la résidence comprend un espace de stockage et une pièce pour garder les motos ainsi que les vélos.

Chaque unité d’habitation possède une mezzanine. Les structures des plafonds alternent l’acier et le bois. Quelques ouvertures zénithales assurent la luminosité à l’intérieur. Les lignes sont épurées, tandis que le bois apporte un sentiment de chaleur, les murs en briques qui ont été recyclés font un clin d’œil au passé. L’ensemble affiche un joyeux mélange de textures. A mi-chemin entre ancien et nouveau, le projet a tout pour plaire.

© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni

© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni

© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni

© Claudio Manzoni
© Claudio Manzoni

Les photos : © Claudio Manzoni

De l’usine aux logements étudiants

© Chris Mosier
© Chris Mosier

A Kreuzberg, l’un des quartiers les plus branchés de la capitale allemande, les architectes de l’agence Macro Sea basée à New-York ont réhabilité et reconvertit une usine datant de cent ans pour un complexe d’élégants logements d’étudiants.

C’est un projet qui mélange divers éléments de l’architecture traditionnelle bavaroise mêlée au mobilier danois dans un écrin qui date de cent ans. Une improbable cohabitation qui a été réalisée grâce aux architectes de Macro Sea. Le concept ainsi que l’aménagement intérieur reflètent très bien l’esprit du quartier qui se veut décontracté et dynamique.

Recyclage

Doté de matériaux de récupération de l’usine originale et répondant à une atmosphère qui reflète le mode de vie berlinois, l’idée de ces logements est une alternative d’hébergement idéale pour les étudiants à la recherche d’un environnement informel et socialement actif.

Macro Sea a fait équipe avec le Conseil de l’International Educational Exchange, une des plus grandes organisations à but non lucratif pour les études à l’étranger, en repensant ce complexe de plus de 78000 m² datant du début du XXème siècle. Situé au 27 Gneisenaustrasse, l’un des édifices qui comporte cinq étages abrite les bureaux administratifs et appartements de professeurs, tandis que le grand bâtiment de l’usine de six étages situé de l’autre côté de la cour intérieure comprend les logements des étudiants.

L’«incubateur social»

Les chambres, conçues de manière minimaliste et mettant en vedette des artifices récupérés de la propriété d’origine peuvent accueillir plus de 200 étudiants. Les intérieurs peuvent être personnalisés selon les préférences individuelles. Les salles de classe, les salles à manger et les diverses salles de séjour communes, agissent comme une sorte d’«incubateur social» qui facilite l’échange et le débat selon les architectes.

David Belt, le fondateur ainsi que le président de Macro Sea dont l’épouse est de Berlin raconte : «J’ai vraiment adoré chaque étape de ce projet, à partir de la première fois où nous l’avons esquissé.(…) Ma femme est de Berlin, il était donc vraiment spécial d’y passer du temps, en particulier dans Kreuzberg, l’un des quartiers les plus intéressants de la ville. Ce fut un plaisir de travailler avec la CIEE et avoir construit de nombreux projets (…) ».

La reconversion de cette ancienne usine est non seulement un projet créatif mais sauve le patrimoine industriel de l’époque.

© Chris Mosier
© Chris Mosier

© Chris Mosier
© Chris Mosier

© Chris Mosier
© Chris Mosier

Le site de Macro Sea : ici.

Photos: © Chris Mosier