En Espagne, Domper Domingo Arquitectos signe un projet élégant

© Simon Garcia

Dans la ville espagnole de Huesca, dans un environnement unique et un contexte complexe, l’agence d’architecture Domper Domingo Arquitectos (Miguel Domper et Nuria Domingo) a réalisé un charmant projet. Il s’agit non seulement d’une réhabilitation mais d’une construction que les architectes ont mené avec adresse. Le résultat est enchanteur.

La perméabilité

Les architectes nous racontent que le projet découle de trois conditions fondamentales. Tout d’abord la situation urbaine et les limites de la parcelle, l’inégalité entre les niveaux d’accès mais aussi la préservation de la valeur historique et patrimoniale du bâtiment préexistant. Face à ces conditions, deux critères ou modes d’action ont été établis.

La situation a été traitée en recherchant la perméabilité. En effet, les architectes ont créé un nouveau « point de contact » entre la nouvelle ville et l’ancienne. Cette ouverture tente d’améliorer la situation d’isolement de la zone centrale de la rue Miguel Servet. L’idée de rendre le bâtiment accessible aux piétons devait également être compatible avec la différence existante entre les pentes des deux rues. Pour ce faire, les architectes ont recherché la dimension urbaine de la séquence d’éléments qui composent l’ensemble comme le passage, la place, les gradins et les terrasses. Selon les concepteurs, cette séquence qui traverse le bâtiment « renforce l’idée de continuité de l’espace urbain, et donc celle de perméabilité ».

Par ailleurs, l’intervention a visé à redonner de la valeur au bâtiment existant, non seulement en tant que restauration matérielle des façades, mais aussi en tant que « réactivation » du bâtiment pour son usage d’origine. Les architectes ont essayé de remettre en état les divers éléments d’origine en procédant à une restauration minutieuse et authentique. Ils nous expliquent que pour cela il fallait maintenir « l’essence spatiale » de la maison en préservant l’entrée principale, les dalles situées devant la façade tout en gardant intactes les propriétés spatiales  comme la hauteur et le volume. Quant aux nouvelles façades, elle respectent les normes de composition et les matériaux de la vieille ville, tout en évitant la solution de continuité.

Réaménager l’espace public

Avant d’attaquer l’aménagement de la zone destinée à l’usage public, la possibilité de consolider l’espace a été évaluée, surtout le bâtiment rattaché à la Casa Torrero. Les architectes soulignent qu’il était possible de relier cet espace public à la partie historique de la ville, en renforçant le tracé ancien de la muraille médiévale. En effet, cette dernière constituait l’un des principaux repères à prendre en compte lors de l’élaboration du projet. Le terrain a été minutieusement étudié pour pouvoir visualiser le mur existant et l’ancienne base de fondation du bâtiment. Pour cela, un plan a été généré à un niveau inférieur simulant l’excavation du terrain pour percevoir la fondation.

Au carrefour entre la plate-forme continue couverte de carrelage et l’excavation revêtue de caoutchouc, émerge un élément qui forme le mobilier urbain. Ce dernier, se dresse comme un mur vertical, de hauteur maximale de 60 cm, il est matérialisé par de l’acier corten.

Grâce à l’agence Domper Domingo Arquitectos, le programme qui comprend un bloc de logements multifamiliaux de quatre étages, de superficie totale de 4 174,70 m², est prêt pour l’avenir.

© Simon Garcia
© Simon Garcia
© Simon Garcia
© Simon Garcia

Le site de Domper Domingo Arquitectos : ici

Les photos: © Simon Garcia