Archives par mot-clé : grange

A Yakima, Graham Baba Architects réalise un projet remarquable

© Kevin Scott

Dans l’état de Washington, à Yakima, l’agence d’architecture Graham Baba Architects vient de finaliser la réalisation du siège social de Washington Fruit & Produce Co. qui s’inspire de la typologie d’une grange et s’installe délicatement dans le paysage.

Comme une oasis

Entouré des entrepôts de conditionnement de fruits parmi les plus sophistiqués au monde, le siège social de Washington Fruit & Produce Co., d’une superficie de 16 500 pieds carrés, est conçu comme une oasis au milieu d’une mer de béton et de broussailles. Niché derrière les reliefs et les murs du site, le complexe de bureaux axé sur la cour, offre un refuge contre le bruit et l’activité des chantiers de transformation industriels à proximité.

Les architectes nous racontent comment l’idée est née. Ainsi, s’inspirant du design d’une grange vieillissante que le client avait identifiée comme favorite, le concept cherche à capturer l’essence d’une esthétique agricole utilitaire. Une structure simple, des matériaux naturels pour une conception fusionnant le vernaculaire rural et l’esthétisme contemporain.

Le bâtiment en forme de L est niché dans le paysage, grâce à l’utilisation de murs de chantier en béton formé de panneaux et des allées pavées en terre qui enveloppent le périmètre pour former une cour centrale paysagère. Une fente à travers la voie permet d’accéder du parking à la cour et à l’entrée du bâtiment. Traversant la cour par une promenade, le visiteur est entouré par une façade entièrement vitrée, rythmée par une série de colonnes de bois qui jalonnent le bâtiment à intervalles réguliers.

Des matériaux naturels et de teintes chaleureuses

Le bâtiment rappelle ses racines agricoles. Il est surmonté de poutres en treillis apparentes de 68 pieds de long, l’intérieur atteint 20 pieds à son apogée. La nature répétitive de la structure a assuré une fabrication et un assemblage faciles ainsi qu’une économie de coûts et de ressources. La façade de la cour exposée au nord est vitrée sur toute sa longueur, prolongeant visuellement l’espace intérieur dans la cour. L’éclairage intérieur est équilibré par une longue lucarne à claire-voie au sud, tandis que l’utilisation intensive de grands surplombs orientés au sud et de vitrages à haute efficacité limite la chaleur en été. Un revêtement en bois de grange récupéré et un toit en acier résistant aux intempéries complètent les matériaux extérieurs.

L’intérieur est spartiate, il est inondé de lumière du jour et complété par des matériaux naturels et de teintes chaleureuses. Les bureaux privés bordent le mur sud, tandis que les espaces de conférence et les fonctions d’arrière-plan sont installés dans des boîtes en bois. L’éclairage se compose de luminaires conçus sur mesure. Un système de plancher surélevé garantit une esthétique sans câblage, propre est préservée. Les différents détails sont soignés et l’ensemble est cohérent.

Le bureau des ventes est situé dans l’aile du bâtiment pour isoler le bruit et améliorer l’intimité. Une structure fermée séparément avec une table de 30 pieds de long où les agriculteurs avec lesquels l’entreprise travaille se réunissent pour des repas se trouve à côté. Le système structurel apparent reliant la salle à manger au bâtiment principal crée une petite cour partiellement couverte, faisant un joli clin d’œil au vestige d’une grange vieillissante.

Les vues dans tout le complexe sont contrôlées, que ce soit sur la cour, les collines éloignées ou même vers les bureaux privés. Tout est organisé pour créer un environnement paisible pour travailler. La réalisation de Graham Baba constitue une belle performance !

© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott
© Kevin Scott

Le site de Graham Baba Architects : ici.

Graham Baba Instagram: @grahambabaarchitects

Graham Baba Twitter: @grahambaba

Les photos : © Kevin Scott

A Woodside, la gracieuse réalisation signée Walker Warner Architects

© Matthew Millman

En Californie, l’agence d’architecture Walker Warner Architects a réalisé une élégante résidence qui allie merveilleusement et avec une grande délicatesse différentes textures. Lignes épurées, traits sobres, espaces généreux et une grande luminosité sont les principaux caractéristiques du projet.

Une variété d’expériences

Les architectes nous racontent que le concept de ce projet a commencé par une exploration de bâtiments séparés agencés pour créer une variété d’expériences de vie intérieures et extérieures mais complémentaires. Compte tenu du contexte rural de la ville de Woodside, les bâtis agricoles de la région et les formes emblématiques ont été référencés pour l’inspiration, ainsi que la fonctionnalité.

La maison est une compilation de trois bâtiments principaux, la maison principale, un bureau et une grange, le tout disposé autour d’une cour centrale où se trouve une piscine, pour créer une variété d’espaces intérieurs-extérieurs complémentaires et diverses possibilités de vie. « C’est une interprétation contemporaine des habitations rurales et traditionnelles », déclare l’architecte principal Greg Warner. Une quatrième entité composée du pool house complète l’ensemble. Il s’agit d’une série de trois pavillons alignés sur le même axe utilisant des matériaux similaires comme contrepartie inventive des bâtiments principaux.

Un langage commun

Toutes les constructions partagent un langage commun des lignes asymétriques fortes avec une palette de matériaux communs de pierre, du bois de cèdre rouge, de verre et d’acier, réunis sous un toit de zinc. L’utilisation de la pierre évoque la rusticité, faisant un joli clin d’œil vers les structures des anciennes fermes, tandis que les planches de cèdre à motifs aléatoires et la toiture en zinc rappellent le langage vernaculaire rurale de la grange à foin de Californie. En insérant de l’acier apparent et de grandes étendues de verre, la maison adopte un style contemporain et contrasté.

La grange, positionnée à l’avant de la propriété, sert d’entrée symbolique, renforçant le caractère rural du contexte environnant. Un passage ouvert menant à travers la grange encadre considérablement la façade d’entrée de la résidence principale. En entrant dans la cour, formée par trois structures, l’équilibre de l’espace et de la matière anime le projet dans son ensemble.

La résidence principale comprend deux espaces de vie principaux constitués d’un salon et d’une cuisine attenante à une salle à manger familiale. Une suite parentale, trois chambres et un bureau composent le deuxième étage. Concernant l’intérieur, la lumière est partout grâce aux grandes baies vitrées qui s’ouvrent sur l’extérieur brouillant les limites intérieur-extérieur. Une certaine subtilité se dégage du mélange des différentes textures. Entre sobriété et élégance la propriété réalisée par Walker Warner Architects constitue une curiosité à découvrir sans tarder !

© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman

Le site de Walker Warner Architects : ici.

Instagram: @walkerwarnerarchitects

Les photos : © Matthew Millman

Instagram: @matthewmillmanphoto

Architecture intérieure: Shawback Design Associates ; Paysagisme: Lutsko Associates ;

Maîtrise d’ouvrage: Chesler Construction

Messner House, l’élégante réalisation signée noa *

© Alex Filz

En Italie, dans le village alpin de Seis am Schlern situé dans le Tyrol du Sud, les architectes de l’agence noa* ont réalisé un charmant projet. Il s’agit de la réinterprétation d’une ancienne grange qui a vu naître une étonnante maison familiale où règne une ambiance magique inspirée par des souvenirs d’enfance.

Garder l’esprit des lieux

Le défi des architectes était de taille, comment créer un nouveau mode de vie dans une ancienne demeure abandonnée datant de 1850 tout en gardant l’esprit des lieux. Le résultat est impressionnant.

Le travail, achevé en 2017, s’insère merveilleusement dans son contexte qui comprend entre autres une partie des Dolomites reconnue au patrimoine mondial de l’Unesco pour la sa beauté naturelle exceptionnelle. Il était donc extrêmement important pour les architectes de respecter les paramètres de la structure d’origine ainsi que les exigences d’urbanisme et les réglementations de la commune.

A ce propos, Stefan Rier, le fondateur de noa* avec Lukas Rungger déclare : «Nous voulions que le projet respecte l’esthétique et les aspects urbains du village, un village où les granges en bois alternent avec des maisons en plâtre destinées aux agriculteurs et la garde du bétail », Dans cet esprit, nous avons terminé la structure extérieure avec un «revêtement» conforme à la tradition: une grille en bois sur les 4 côtés, juste comme est utilisé pour les granges alpines. » Cependant, en ce qui concerne l’intérieur, les architectes ont décidé de laisser la tradition de côté et de libérer raisonnablement le dessin. Ainsi, la maison prend des aires nouvelles tout en gardant une pert d’ancien. Cela rappelle selon Rier les belles années de son enfance.

Deux styles qui se croisent

La réalisation présente deux aspects et deux styles qui se croisent. Tandis que l’extérieur représente l’emplacement alpin traditionnel, magnifiquement immergé dans la topographie locale, l’intérieur revendique l’impulsion visionnaire, la surprise de l’espace libéré. Au rez-de-chaussée, nous pouvons trouver un espace commun où prennent place une table à manger ainsi qu’une généreuse cuisine. Le reste de la maison se développe verticalement et au lieu d’avoir une pièce classique, les architectes ont réalisé  des «Boîtes suspendues», placées à différentes hauteurs et reliées entre elles par des escaliers et passerelles. Ils donnent, selon les instigateurs, la sensation de monter un chemin de montagne jusqu’au sommet, plus on monte, le niveau de vie privée et d’intimité augmente. La «boîte» la plus haute dispose d’un sauna et s’ouvre vers la montagne.

La répartition des espaces intérieurs se remarque aussi de l’extérieur. Au nord, on voit les deux loges des chambres à coucher, finies en bronze et des treillis en bois alors que côté sud, c’est un sauna qui fait saillie sur la façade en verre. Un contraste atypique qui croise les différentes matières. De loin, nous pouvons apercevoir la structure, le cadre en mélèze qui supporte les caisses suspendues avec son toit soutenu par des colonnes en bois de 12 mètres de haut, l’ensemble rappelle le contour d’une ancienne grange. « En y réfléchissant, j’ai passé beaucoup de mon enfance à jouer dans des granges », souligne Stefan Rier, «et l’un de mes souvenirs les plus chers est celui où j’avais l’habitude de grimper haut dans les granges et puis me jeter dans le foin. Peut-être que si je n’avais pas eu cette expérience, Je ne serais jamais enthousiasmé pour concevoir cette maison … ».

Le souci du détail

La maison reflète l’archétype des bâtiments ruraux. À l’intérieur de la maison, la distribution des espaces et des fonctions est inhabituelle. Les boîtes qui abrite les trois chambres sont soutenues par la structure en bois, visible dans sa totalité. Les chambres sont conçues comme des micro-maisons, chacune ayant sa conception particulière. On y accède par un escalier et un système de passerelle qui en plus d’avoir une fonction de connexion comprend les salles de bain avec baignoires et les douches (seuls les WC restent fermés). Au dernier étage, un box accueille le sauna avec une vue panoramique côté sud. On trouve aussi un petit salon-bibliothèque avec un poêle antique qui provient du bâtiment préexistant.

Le souci du détail a été scrupuleux, de même que la recherche de solutions originales.
Le tissu choisi joue un jeu complexe avec le bois en créant une atmosphère presque théâtrale. Le projet vise à tirer le meilleur parti de la lumière naturelle: au sud, la façade est complètement en verre, la lumière est filtrée par la grille en bois tandis que les toits en saillie
protégent l’intérieur de la chaleur des mois d’été. Sur le toit, une lucarne s’ouvre à l’est, fournissant une autre source de lumière.

En 2018, la Messner House a attiré une attention particulière, elle a reçu l’Iconic Award 2018, a été nommée parmi les 5 projets finaux de WAF – World Festival d’architecture 2108 dans la catégorie maison et elle est présente dans le livre «Best of Intérieur 2018 ».

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de l’agence d’architecture noa* : ici.

Les photos: © Alex Filz

D’une ancienne ferme en une élégante résidence

© Ruinelli Associati Architetti

En Italie, Ruinelli Associati Architetti a réalisé la réhabilitation d’une grange ainsi que la reconstruction d’une partie en habitation. Le résultat est séduisant.

Le projet est constitué de deux parties distinctes, tout d’abord la reconversion d’une grange avec un grenier à foin en une résidence familiale et la reconstruction d’un bâtiment de ferme adjacent mais indépendant, utilisé à l’origine pour la production de fromage.

Garder l’harmonie du complexe agricole

Selon les architectes, le concept relie les deux petites structures à travers un passage creusé rendu invisible de l’extérieur afin de ne pas perturber l’harmonie du complexe agricole. Les deux entités sont traitées de manière autonome, malgré un certain nombre de caractéristiques leur permettant d’être considérées comme un seul projet. Donnons par exemple le revêtement de sol que les deux  ont en commun.

La distinction entre les volumes réside principalement dans le sentiment que l’espace interne et les matériaux communiquent au visiteur. La grange a une base en pierre, renforcée, enduite de chaux et de ciment et finie avec de la chaux mélangée avec du sable très fin. L’étage supérieur est un grenier à foin en rondins imbriqués dans lequel une pièce en mélèze massive a été insérée, reprenant ainsi l’essence du style des constructions locales. La porte du grenier à foin, qui comportait à l’origine deux panneaux, a été réinterprétée comme une grande porte-fenêtre en mélèze et comme toutes les portes et fenêtres de la grange, elle peut être fermée par un panneau coulissant en bois sculpté. Les portes et les fenêtres restantes ont été créées avec un minimum d’interférences sur les assemblages.

Le béton dans toute sa splendeur

Le bâtiment de ferme a conservé sa position et sa structure d’origine, le mur de pierre en plâtre a été remplacé par un nouveau mur en béton, isolé et en plâtre. L’intérieur est en béton apparent obtenu à l’aide de ciment blanc. Le coffrage est constitué de planches de bois sciées de différentes épaisseurs comprises entre 12 et 15 cm. Les fenêtres font écho aux ouvertures originales mais elle sont plus petites en taille à l’exception d’une grande ouverture située côté ouest et offrant une vue magnifique sur le lac Maloja.

Toutes les boiseries sont en chêne, il s’agit, selon les architectes, d’une combinaison qui fonctionne mieux avec le béton ainsi que le mélèze. L’extérieur est enduit de chaux et de ciment, marqué le lendemain de son application pour lui donner l’aspect brut des maisons de montagne. Les volets extérieurs sont en métal. Le revêtement de sol continu des deux structures est en béton battu, obtenu en ajoutant du marbre en poudre et imprégné de savon de Marseille.

La nouvelle construction va de pair avec la réhabilitation de l’ancienne grange, un travail d’orfèvre que l’agence Ruinelli Associati Architetti a accompli avec tact. Le résultat est subtil.

© Ruinelli Associati Architetti
© Ruinelli Associati Architetti
© Ruinelli Associati Architetti
© Ruinelli Associati Architetti

Le site de Ruinelli Associati Architetti : ici.

Les photos : © Ruinelli Associati Architetti 

Quand la grange devient une maison

David Nossiter Architects

A Suffolk David Nossiter Architects transforme une ancienne grange en briques en une spacieuse maison au goût du jour. Sobriété et raffinement sont au rendez-vous.

Les murs en briques d’origine et le plafond à poutres apparentes sont exposés à l’intérieur de cette ancienne grange transformée par David Nossiter Architects et située à la frontière entre les deux comtés de Suffolk et celui d’Essex.

Church Hill Barn qui possède un plan cruciforme a été conçu à l’origine par un pionnier des méthodes expérimentales pour abriter plusieurs activités agricoles sous le même toit. L’ensemble est donc classé au patrimoine. Dans les années cinquante, la grande salle a été détruite par le feu et les bâtiments de la ferme sont depuis petit à petit tombés en déshérence.

Depuis peu, l’ensemble a trouvé de nouveaux propriétaires qui ont mandaté l’agence londonienne de l’architecte David Nossiter pour accomplir les travaux de réhabilitation et de la reconversion. Les architectes se sont concentrés sur la préservation des matériaux qui donnent à la grange son caractère distinctif, tout en introduisant de nouvelles fonctionnalités telles que le vitrage et l’isolation améliorée.

Une rénovation authentique

L’un des aspects clés de la modernisation consistait à rénover le toit du bâtiment de manière à ce que les plafonds à huit mètres de haut puissent rester en évidence sans compromettre les atouts écologiques du projet. Une isolation extérieure a donc été adoptée. Cela a été réalisé en ajoutant des panneaux d’isolation en laine de mouton collés à des panneaux de mélèze horizontales. De même, pour préserver l’apparence habituelle du bâtiment, les ardoises et le bois qui ont été récupérés dans les autres dépendances trop endommagées, ont été recyclés et réutilisés.

Une chaudière à biomasse est utilisée pour chauffer l’intérieur, elle est complétée par un système de ventilation mécanique qui contribue à faire circuler l’air chaud à l’intérieur.

De grandes baies vitrées dont quelques unes qui s’ouvrent directement vers la terrasse donnent une belle luminosité à l’intérieur qui a gardé toute sa flexibilité grâce à l’arrangement communicatif des architectes. Le plancher en béton lisse, la brique des murs et le bois de la toiture forment ensemble un joli panel de textures qui donnent un effet singulier à l’ensemble. Une reconversion réussie!

David Nossiter Architects
David Nossiter Architects

 

David Nossiter Architects
David Nossiter Architects

David Nossiter Architects
David Nossiter Architects

David Nossiter Architects
David Nossiter Architects

Le site de David Nossiter Architects : ici.

Les photos : © David Nossiter Architects.

De la grange à la maison

4-2

En Suisse, dans un petit village du canton de Valais les architectes de l’agence Camponovo Baumgartner architekten ont réalisé la reconversion d’une ancienne grange en une maison familiale. Il en résulte une nouvelle construction hybride où l’atypisme est au rendez-vous.

Il était une fois il y avait une grange  dans la ville de Reckingen. Située non loin de l’église baroque de la commune, elle faisait partie des bâtiments protégés du centre-ville. Comme les propriétaires souhaitaient reconstruire une maison familiale à la place, ils ont opté finalement pour une intelligente reconversion qui garde le corps de la ferme en apportant divers changements à l’intérieur.

Par conséquent, une nouvelle maison a pris place derrière les façades;  le mur ancien qui séparait jadis les écuries de la ferme a été gardé tel quel. L’intérieur s’habille complètement en bois qui selon l’emplacement n’a pas toujours été traité pour laisser cours au processus naturel de vieillissement. Les espaces sont lumineuses et le mobilier est à la fois sobre et épuré. La reconversion de la grange est une originalité à découvrir.

4-3 4-54-1

Le site de l’agence d’architecture Camponovo Baumgartner architekten : ici.

Les photos: © José Hevia