Archives par mot-clé : résidence

Un atypique immeuble de logements à Berlin

L’agence d’architecture berlinoise Barkow Leibinger (Frank Barkow et Regine Leibinger) a réalisé un immeuble de logements atypique. Avec son toit escarpé, ce dernier inspire originalité mais aussi fonctionnalité et frugalité.

Un toit pyramidal

Niché au sein d’un pâté de maisons du quartier berlinois de Prenzlauer Berg, l’édifice, adossé à un autre immeuble d’habitation et réalisé par l’agence Barkow Leibinger  attire les regards. En effet, il s’agit d’un complexe d’habitation doté d’un toit pyramidal à la forme inhabituelle et entièrement enveloppé de brique colorée.

L’immeuble se développe à la place d’un édifice ravagé par la guerre. Ainsi, le choix des architectes s’est doté de plusieurs clin d’œil qui rappellent l’existence de l’ancienne bâtisse. Des fenêtres à châssis en aluminium aux proportions irrégulières font référence à l’histoire des cours intérieures, souvent réservées à un usage industriel connu plutôt dans cette partie de la ville avant le développement du quartier.

À première vue, l’apparence de la maison ne semble pas adhérer aux conceptions actuelles des expansions de bâtiments axées sur le contexte. Il s’agit plutôt du résultat de paramètres stricts découlant de la réglementation de la construction et des conditions historiques de préservation. Utilisées de manière créative comme outils de conception, ces restrictions ont conduit les architectes à concevoir un bâtiment qui joint l’utile à l’agréable, qu’il soit à la fois familier et étrange tout en conservant un fort caractère indépendant.

Une configuration osée

Dans un cadre de densification du quartier, il était nécessaire de créer une certaine cohérence avec le passé industriel du quartier tout en proposant une configuration osée, le tout en respectant à la lettre la réglementation actuelle. La solution consistait donc à créer un toit en pente raide d’un peu moins de 70 °. La toiture s’étend sur trois étages, possède une hauteur d’environ dix-huit mètres où se trouve une terrasse. Le volume résultant, ressemblant à la forme archétypale d’une maison, satisfait les divers exigences règlementaires de la distance prescrite entre le bâtiment et les trois parcelles voisines.

La maison dispose de deux unités résidentielles qui sont organisées comme des appartements à plusieurs niveaux. La partie inférieure comprend une surface de 250 m², elle est organisée en un rez-de-chaussée qui s’ouvre sur un jardin privatif avec des chambres situées à l’étage. Quant à l’appartement supérieur, il mesure environ 200 m², il se compose de quatre niveaux dont une terrasse sur le toit.
Outre la forme, l’originalité de la résidence est son enveloppe qui donne un effet indéniablement esthétique à l’ensemble. A Prenzlauer Berg, la réalisation de Barkow Leibinger constitue une belle pièce d’architecture.

Le site de Barkow Leibinger (Frank Barkow et Regine Leibinger): ici.

Les photos : © Laurian Ghinitoiu et © Simon Menges, Berlin

Une maison de vacances signée Cometa architects

© Dimitris Kleanthis

En Grèce, dans un lieu paradisiaque, les architectes de l’agence Cometa ont réalisé une résidence qui habite la pente et octroie de magnifiques panorama à ses habitants. Modernité et tradition se croisent pour un résultat accrocheur.

La maison se situe dans les Cyclades, adaptée au climat méditerranéen, elle s’inspire des constructions traditionnelles tout en affichant des caractéristiques nouvelles. De même, les architectes qui ont utilisé les matériaux locaux donnent une grande importance à l’économie d’énergie.

La maison est destinée pour accueillir une famille de quatre personnes, elle comporte trois entités facilement identifiables. Tandis que l’un des volumes comprend le salon, la salle à manger et la cuisine, les deux autres sont dédiés à la circulation et à la partie nuit. Le matériau principal choisi est la pierre locale, soigneusement fabriquée, elle donne une belle prestation à l’ensemble.

Une technique traditionnelle

L’exercice le plus difficile est le paysage escarpé, c’est pourquoi, les architectes ont opté pour une construction traditionnelle communément appelée «kotounto». Cette technique consiste à séparer par endroits l’édifice de la roche. Mis à part ce procédé traditionnel qui est principalement utilisé pour drainer les eaux provenant de la montagne et laissant les murs et les fondations à sec, la maison comprend une installation de chauffage par le sol. Ce dernier est généré par des radiateurs solaires installés sur le toit. Le refroidissement s’effectue grâce à une ventilation croisée. Enfin, l’eau de pluie est recueillie dans les trois toits et elle stockée dans un réservoir souterrain.

Les architectes ont également conçu tout l’intérieur de la maison, ils ont arrangé l’ensemble avec des meubles minimalistes souvent intégrés dans la structure intérieure blanchie à la chaux, un univers très caractéristiques des îles des Cyclades. Néanmoins, un détail très intéressant peut interpeller les visiteurs, il s’agit de l’utilisation de la corde comme matériau de décoration comme la couverture de la pergola ou la rampe qui mène au deuxième étage. Le projet qui a été achevé en 2016 a remporté une mention honorable pour le Best New Built Project de l’architecture grecque en 2017. Une maison qui est en harmonie avec son environnement.

© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis

Le site de Cometa architects: ici.

Les photos: © Dimitris Kleanthis

Comme une forteresse

© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek

Dans la ville suisse de Savièse, Anako Architecture a réalisé une charmante maison en béton qui épouse agréablement la pente. Sous ses aires radicales, l’ensemble dégage une douce harmonie teintée d’une étonnante sobriété et d’une abondante luminosité.

Robuste, la maison suit la pente douce et en plus d’une vue époustouflante qui balaye les sommets des montagnes, elle procure à ses habitants l’intimité demandée. En effet, à cause de sa proximité des autres habitations alentours, les architectes ont opté pour un corps en béton qui protège comme une coquille les vues vers l’intérieur. En revanche, les grandes baies vitrées guident les regards de l’intérieur vers l’extérieur et apportent de belles perspectives qui encadrent le paysage environnant. Pour cela, les architectes se sont livrés à un bel exercice qui s’avère donner de bons résultats.

Se démarquer sans gêner

Le projet s’intègre parfaitement au lieu mais au lieu d’imiter l’architecture avoisinante, il apporte une certaine originalité qui se démarque des autres. Tout aussi par la forme que par le contenu où les espaces sont ponctués par trois patios. Ces derniers assurent la luminosité à l’intérieur de la résidence en apportant plusieurs coins de verdure à ciel ouvert au sein même de la construction.

La transparence des surfaces vitrées contraste avec l’aspect extérieur de la maison et fournit une connexion visuelle entre les espaces internes. Le béton brut de l’enveloppe s’accorde parfaitement avec le minimalisme des pièces à peine égayées à travers quelques rares touches de couleur dues au choix du mobilier.

Astucieuse et sobre

La radicalité de l’architecture est néanmoins adoucie à travers les malicieux jeux d’ombre et de lumière. La texture de la façade qui comporte des imperfections à cause de l’utilisation des coffrages formés de branches métalliques avec peaux en bois endommagé contraste merveilleusement avec l’immaculé des murs intérieur. Un procédé assumé par les architectes pour qui « Chaque étape de décoffrage était un véritable moment de découverte ».

Même chose concernant la pose aléatoire des branches métalliques ainsi que l’utilisation d’une petite quantité de béton vibré qui donnent à l’ensemble un aspect granuleux par endroit en faisant apparaître quelques nids de graviers. Quelques astuces très simples, vernaculaires même voulues et mises en oeuvres par les architectes qui peuvent fasciner tout amoureux de la matière.

Atypique par sa forme, astucieuse par sa mise en œuvre, sobre et à la fois différente, la maison conçue et réalisée par l’agence Anako Architecture est une originalité à découvrir sans tarder.

© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek
© Nicolas Sedlatchek

Le site d’Anako Architecture : ici.

Les photos : © Nicolas Sedlatchek

En Corée, une maison en pierre signée OBBA

 

© kyungsub shin

Dans la campagne coréenne, l’agence d’architecture OBBA a réalisé une maison en pierre pour un couple de personnes âgées. Intitulé « Les couches », le projet semble être taillé pour adopter le terrain incliné où il se trouve ainsi que le paysage environnant.

C’est à une heure de route de la capitale coréenne, au pied du mont Toema que les architectes de l’agence OBBA ont construit la maison. Il s’agit d’une construction en pierre composée de murs stratifiés de couleur ocre. Adapté au paysage rural, la résidence à un seul étage est structuré en quatre espaces horizontaux et organisé selon l’orientation nord-sud, le tout en suivant gracieusement la légère inclinaison du terrain.

Séquence d’espaces

Puisque les architectes considèrent que la vie est faite d’une série de courts moments, la maison d’habitation devrait y découler. En conséquence, toujours selon les concepteurs, la conception doit donc englober plusieurs parties qui tranchent avec la monotonie quotidienne. D’où l’idée d’une séquence d’espaces qui se forment autour d’un long couloir offrant aux propriétaires une résidence fonctionnelle et ludique.

«Nous voulions offrir au couple de personnes âgées qui ont vécu une vie active et qui a été comme une série de courts moments, une maison rurale confortable mais pas ennuyeuse. » Voilà donc l’une des principales préoccupations de ce projet qui a réussi à transformer les différents espaces. Ces derniers sont dotés de diverses textures tout en étant tous en pierre.

Un projet simple qui a fait appel à l’imagination pour un résultat appréciable.

© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin
© kyungsub shin

Le site de l’agence d’architecture OBBA: ici.

Les photos: © kyungsub shin

En Corée, une atypique résidence en béton

© Moon Hoon

L’architecte sud-coréen Moon Hoon surprend toujours à travers ses réalisations. La dernière en date est une résidence atypique de quatre étages, tout en béton qui offre une vue spectaculaire sur les environs.

Encadrer le paysage urbain de Busan tout en offrant une résidence digne d’une forteresse, c’est l’idée que tout promeneur puisse faire à la vue d’une telle demeure. Il s’agit bien d’une architecture singulière, caractéristique de son architecte qui offre tout le confort à ses habitants.

Bien qu’il est difficile de le constater de l’extérieur, le bâtiment en question est divisé en plusieurs parties, créant deux appartements de plain-pied au premier étage ainsi qu’un autre petit duplex qui couronne l’ensemble.

Le hibou de Busan

Selon l’architecte, il s’agit d’un concept qui fait penser à un hibou surtout quand la nuit tombée, la lumière fait briller les fenêtres. L’aile de l’oiseau est représentée par un bloc vertical avec un coin tranché contenant une lucarne. Cette aile est à l’image d’une saillie et abrite l’escalier principal.

L’architecte Moon Hoon défend son concept, l’idée que l’espace offre « plein de bizarreries et de plaisir pour l’enfant » est assumée. En effet, l’intérieur présente plusieurs intéressantes perspectives. L’ensemble reste néanmoins très confortable et les espaces sont vastes et lumineux. Un certain épurement règne à l’intérieur où les détails sont soignés et l’ambiance est chaleureuse.

Quelques astuces donnent un côté ludique à la résidence, comme par exemple la bibliothèque qui est rattachée à l’espace de jeu par une sympathique petite alcôve. Quant au grenier, comme dans les maisons traditionnelles, il coiffe l’ensemble et dispose d’une fenêtre donnant sur les environs.

Dans le niveau le plus bas du duplex où se trouvent une cuisine et une salle à manger, des portes coulissantes s’ouvrent sur une terrasse et un jardin orientés vers le sud. Deux autres appartements sont situés au premier étage du monolithe, où les murs inclinés permettent l’apport de la luminosité. Sur la face ouest de l’édifice nous trouvons des ouvertures disposées en forme de ruban, tandis que les murs en verre facetté en dessous créent une entrée couverte.

Originale par sa forme, fonctionnelle et astucieuse par son intérieur, la réalisation de Moon Hoon à Busan présente une grande curiosité.

© Moon Hoon
© Moon Hoon
© Moon Hoon
© Moon Hoon
© Moon Hoon
© Moon Hoon
© Moon Hoon
© Moon Hoon

Le site de l’agence d’architecture Moon Hoon : ici.

J’avais déjà parlé de cette agence d’architecture: ici et .

Les photos: © Moon Hoon.

Transparence et vivacité en Corée

© Shinkyungsub.

En Corée du sud, l’agence d’architecture AND (Architecture of Novel Differentiation) basée à Séoul a réalisé une drôle d’enveloppe qui couvre une maison et un café. Transparence et légèreté sont au rendez-vous.

Des persiennes en aluminium couvrent les murs incurvés de la réalisation. Il s’agit d’une maison et d’un café situés dans la province de Gyeonggi. Le projet qui se trouve dans la ville de Paju se distingue par son revêtement qui tranche avec son environnement.

Les lamelles utilisées par les architectes pour couvrir le toit de la conception optimisent la quantité de la lumière qui pénètre au sein du bâtiment où se logent un café en son rez-de-chaussée et une habitation pour un couple et leurs cinq chats dans les deux étages suivant.

Matières et textures

La structure est en béton armé, les habitués du café peuvent contempler cette matière brute qui s’expose ainsi que le subtil jeu d’ombre et de la lumière qui le couvre. Les architectes ont utilisé plusieurs textures pour agrémenter l’intérieur du café. Ainsi, le béton de la structure, le bois, l’aluminium et le verre forment un mélange inédit qui donne au lieu toute sa richesse.

La conception de la façade a été réalisée à l’aide d’un algorithme informatique développé par des chercheurs de l’Université nationale de Séoul (le Louver Design System Parametric) reconnu pour calculer la meilleure forme d’enveloppe.

Aux matériaux précédents s’ajoute la brique qui est utilisée pour recouvrir une porche formant les deux entrées séparées de l’édifice l’une étant pour le café l’autre pour la maison. Ces dernières se distinguent par leur matérialité, l’une étant vitrée l’autre pas. Au premier étage se trouvent la chambre à coucher et la salle de bains tandis qu’un salon ouvert contenant une petite cuisine occupe le deuxième niveau.

Dès le départ, les architectes souhaitaient disposer de la lumière du jour à l’intérieur du café, la conception ainsi réalisée répond à toutes leurs attentes ainsi qu’à celles des propriétaires des lieux. Luminosité, sobriété et épurement sont les spécifications de la formule gagnante qui caractérise ce projet.

© Shinkyungsub.
© Shinkyungsub.
© Shinkyungsub.
© Shinkyungsub.
© Shinkyungsub.
© Shinkyungsub.

Le site de l’agence d’architecture AND (Architecture of Novel Differentiation): ici.

Les photos : © Shinkyungsub.

A Rambouillet, Benjamin Fleury signe un projet social

C’est l’histoire d’une maison Relais destinée à accueillir dix-neuf appartements pour des personnes fragilisées et isolées et un logement de fonction pour un assistant social. Un programme qui s’articule autour d’un jardin et ancre le projet dans une exemplaire démarche environnementale.

© David Boureau
© David Boureau

A Rambouillet (Yvelines), l’architecte Benjamin Fleury a réalisé un projet destiné à l’accompagnement et à la réinsertion des personnes déstabilisées qui, malgré sa situation au coin de deux rues, s’inscrit dans une démarche environnementale et durable.

Le jardin en cœur d’îlot

Le jardin est le point d’orgue de ce projet, situé en cœur d’îlot, il comporte un potager, des arbustes et arbres fruitiers. Ainsi, les usagers peuvent disposer d’une activité collective leur permettant de suivre et de récolter ce qu’ils ont semé. Des ateliers potagers vont s’y dérouler, épaulés par l’association des jardins familiaux de la ville qui mettent à la disposition des locataires un bénévole dans le but de les aider dans leur réinsertion sociale.

Les dix-neuf appartements qui vont du studio jusqu’au deux pièces et sont répartis selon de strictes règles environnementales, les séjours et les chambres donnent vers le sud (la lumière étant une source thérapeutique) de même pour le jardin tandis que les salles de bain et les divers locaux donnent vers le nord.

Favoriser les rencontres

Une salle commune est déjà présente dans le programme mais parfois il est difficile de favoriser les rencontres  tout a été donc mis en œuvre pour faciliter les rencontres. Une grande importance a été donnée  aux paliers qui à l’image d’un lieu public, ont été conçus pour encourager via leur disposition les rencontres entre les usagers. De même, l’escalier est décloisonné et contient un vide mettant en relation les différents niveaux. « L’espace est baigné de lumière et offre des vues sur les voies ferrées comme le signe d’un nouveau départ. » Raconte l’architecte.

Le traitement thermique est renforcé au sein de l’édifice qui a été labellisé : « Habitat et Environnement profil A ». Tandis que les panneaux solaires présents sur les toits produisent  50% de l’eau chaude, chaque logement possède ses propres compteurs en eau, électricité et de chauffage. Tout a été conçu pour responsabiliser les usagers en les préparant à affronter le retour à la vie sociale.

La maison Relais de Benjamin Fleury est loin d’être un geste architectural gratuit , bien au contraire, c’est un doux exercice qui met l’architecture au service de la société.

© David Boureau
© David Boureau
© David Boureau
© David Boureau
© David Boureau
© David Boureau

Le site de Benjamin Fleury : ici.

Les photos (Non libres de droits, autorisées pour Détails d’architecture) : © David Boureau