Archives par mot-clé : arbre

Au Mexique, un subtil remaniement signé Campo Taller

 

© Moritz Bernoully

Le projet est situé dans le quartier Coyoacán de la ville de Mexico. Il consiste à réhabiliter une maison construite dans les années soixante-dix tout en répondant aux diverses exigences de ses nouveaux propriétaires.

Améliorer le lien avec son environnement

Selon l’architecte, l’un des principaux objectifs était d’introduire la lumière du jour dans tous les espaces intérieurs et d’améliorer le lien visuel entre la maison et son environnement immédiat. Le jardin est dominé par un vieil arbre qui a plus de 80 ans. Ce dernier est encadré sur deux côtés par la construction. Il fallait donc à tout prix préserver l’existant.

La maison d’origine possédait des fenêtres avec des faux arcades et des cadres en bois épais. Ces deux éléments ont été changés et remplacés par des nouveaux cadres en acier rectangulaires offrant une meilleure vue et une transparence générale au niveau du rez-de-chaussée. La nécessité de construire un nouveau réservoir dans le jardin a été l’occasion de créer une surface d’eau servant de miroir pour la couronne de l’arbre. Sans parler des propriétés de refroidissement que le plan d’eau peut offrir les journées de grande chaleur.

Simple, sobre et subtil

L’intérieur a été complètement remanié, les murs ont été démoli afin d’organiser la cuisine, la salle à manger et le salon dans un espace libre et ouvert. L’escalier en bois nouvellement introduit devient une partie du mobilier intégré au rez-de-chaussée et au premier étage.

L’intervention inclut également la formation d’une terrasse sur le toit qui sert de vestibule pour la chambre du premier étage. La salle de service qui a été détachée de l’ensemble, est dotée d’une nouvelle façade perméable couverte de mosaïques en argile empilées avec un minimum de ciment. Afin de créer une distinction visuelle entre la structure originale et les nouvelles parties rajoutées, une technique de coffrage expérimentale a été utilisée. L’ensemble a été savamment remanié pour la grande satisfaction de ses nouveaux propriétaires.

© Moritz Bernoully
© Moritz Bernoully
© Moritz Bernoully
© Moritz Bernoully
© Moritz Bernoully
© Moritz Bernoully
© Moritz Bernoully
© Moritz Bernoully

Le site de l’agence d’architecture Campo Taller : ici.

Les photos : © Moritz Bernoully

Quand la cabane se substitue à une pomme !

© Anders Berensson Architects

Quand on parle de la charmante cabane en bois cachée dans les arbres c’est l’imaginaire enfantin avec mille et une images qui ressort. Et que dire si cette même cabane prend des allures d’une pomme ?

En Suède, l’architecte suédois Anders Berensson a conçu une charmante cabane en forme de pomme qui outre sa fonction attire par son côté ludique. Le projet est destiné à un particulier mais qui sait ? si jamais l’idée plait, nous pouvons avoir des cabanes dans les arbres en forme de pomme.

La silhouette de la construction utilise la forme du fruit pour créer un atypique refuge niché dans un jardin. Quant au centre, il offre un lieu d’émerveillement qui invite les petits mais aussi les grands à profiter de la vue à travers un périscope qui fait en même temps office de la tige du fruit.

Mais pourquoi une pomme?

L’architecte a décidé de réaliser la maison dans les arbres sous la forme d’une pomme et non pas un autre fruit parcequ’un pommier existait jadis dans cet endroit. En plus des raisons précédentes, il s’agit donc d’un hommage à un arbre mort, une subtilité que les propriétaires ont largement appréciés.

A l’intérieur nous pouvons trouver un banc, une bibliothèque et le fameux périscope caché qui plait déjà à ses utilisateurs. La structure est construite à partir de  feuilles de contreplaqué qui prennent la forme de la pomme, alors que le reste mise sur le polycarbonate pour créer une agréable transparence.

C’est un projet atypique bien qu’il reprend un thème exploité de nombreuses fois, l’architecte a l’habitude de concevoir en bois, ici l’idée s’y prête à merveille. La cabane dans les bois d’Anders Berensson a de quoi séduire tout amoureux de la nature.

© Anders Berensson Architects

© Anders Berensson Architects

© Anders Berensson Architects

Le site d’Anders Berensson Architects : ici.

Les photos : © Anders Berensson Architects

La maison dans les arbres selon Nano Valdés

© Nino Martinez
© Nino Martinez

A Majorque, le talentueux artiste Nano Valdés a réalisé une atypique construction dans les arbres qui saura enchanter les petits et grands. Il s’agit d’un imaginaire enfantin qui a été recréé dans une ambiance pittoresque dans le but de rapprocher l’homme et la nature. Un pari gagné vu le petit bijou qui en résulte.

En Espagne, au fond de la forêt Nano Valdés s’est amusé à construire une maison qui s’accroche aux arbres et se développe tout autour. A l’image de ses œuvres habituelles, l’artiste a sculpté un ouvrage intemporel qui servira pour une famille toute entière. Ici, il ne s’agit plus d’une œuvre exposée dans un musée mais d’une installation architecturale esthétique et fonctionnelle.

Architecture et nature en symbiose

Pour son installation, l’artiste a choisi un arbre hôte qui se trouve sur la propriété de Marga Bauzá à Estellencs où la cabane doit s’installer tout en créant un langage unique avec son environnement. La maisonnée mesure 2,50 x 3,00 mètres, elle est construite par des matériaux durables qui ne nécessitent aucun traitement spécial. Comme par exemple le bois d’olivier qui a été utilisé pour les charnières de la porte et les verrous ou l’Okoumé utilisé sous forme de contreplaqué. L’installation n’a pas nécessité de clous ou de vis dans le but du respect de l’arbre.

Le toit de la cabane est arrondi pour résister aux vents violents de la région, ce qui rapproche inconsciemment les habitants des constructions ludiques de leur enfance. Une astuce utilisée par l’artiste avec brio sans tomber dans le conformisme. Bien au contraire, l’ensemble affiche un air résolument contemporain qui traduit astucieusement les rêves de l’enfance dans une architecture agréable et inspirée.

A Majorque, Nano Valdés a créé un habitat durable et écologique qui met l’homme et la nature en adéquation. Un travail exemplaire où l’arbre habite la maison.

© Nino Martinez
© Nino Martinez
© Nino Martinez
© Nino Martinez
© Nino Martinez
© Nino Martinez

Le site de l’artiste Nano Valdés: ici.

Les photos : © Nino Martinez

Triangulaire…

© Jeroen Musch

Dans le village néerlandais d’Almen, au sein de la nature, Barend Koolhaas réalise une charmante maison avec une façade unique vitrée orientée vers le paysage environnant. Découverte d’une coquette réalisation qui a su recevoir plusieurs appréciations.

Une longue baie vitrée, de belles vues sur les environs, une couleur sombre pour le bois de la façade, le tout d’une manière mitoyenne à une propriété déjà existante, la maisonnée conçue par Barend Koolhaas est une originalité.

Tout d’abord, qui est Barend Koolhaas ? Né en 1975, Barend a étudié à l’université de Technologie de Delft. Après un passage à l’agence OMA où il a été chef de projet pour plusieurs réalisations, il ouvre sa propre agence d’architecture. Aujourd’hui, en plus de son agence, l’architecte enseigne à la Royal Academy of Art de La Haye, à l’Université de Technologie de Delft ainsi qu’à l’Académie d’Architecture d’Amsterdam.

Réinterpréter l’ancien et ravir le quotidien

De forme triangulaire, la résidence au mur mitoyen ne possède que deux façades pour assurer la luminosité à son intérieur. D’où l’orientation de la face vitrée qui joue un rôle important dans la conception même de la maison.

Les murs vêtus du bois de sapin peint sont, selon l’architecte, censés rappeler les anciennes granges de la région. Un clin d’œil à l’architecture locale que l’architecte a mis en avant via sa réinterprétation contemporaine.

A l’intérieur, l’espace est décloisonné et lumineux comme il est, il donne une sensation de grandeur. Les détails sont soignés et l’ensemble est enchanteresque. Les limites entre intérieur et extérieur s’estompent grâce à une ouverture dans la partie vitrée qui donne directement sur le jardin. A l’intérieur, une paroi coulissante sépare le séjour et une des deux chambres à coucher.

Une petite curiosité rajoutée à l’ensemble renforce la liaison entre l’espace intérieur et l’extérieur. Il s’agit d’un tronc d’arbre qui fait fi d’une colonne et se trouve dans la pièce principale. Le deuxième étage est illuminé naturellement grâce à une large lucarne qui se trouve dans la pente de la toiture.

De simples petits détails bien étudiés et malicieusement mis en œuvre font de cette maisonnée une belle originalité.

© Jeroen Musch

© Jeroen Musch

© Jeroen Musch

Le site de Barend Koolhaas : ici.

Les photos : © Jeroen Musch

Quand nature et architecture se complètent

© Daici Ano

Au Japon, dans la préfecture de Kagawa, l’architecte Hironaka Ogawa (Hironaka Ogawa & Associates) a réalisé une surprenante extension pour une maison datant de plus de trente-cinq ans. Sauf que le projet ne pouvait pas se réaliser sans la suppression de deux arbres qui occupaient le site. Une difficulté qui a fini par trouver une étonnante solution.

La Zelkova est un arbre présent entre autres en Asie. Sur la parcelle occupée par une villa, l’existence d’un Zelkova et d’un camphrier entravait le travail de l’extension exigée par les propriétaires de la maison. Pour cela, il a fallu à l’architecte composer avec l’existant. Le résultat est un impressionnant projet qui met la nature et l’architecture au diapason.

C’est à Kagawa, une petite préfecture japonaise que se trouve la maison. L’édifice d’origine est situé sur une parcelle où sont plantés de nombreux arbustes. Parmi ces derniers, deux arbres, plantées lors de la construction de la maison font parti de l’histoire de la famille, d’où le souhait des propriétaires de les garder. La femme se rappelle toujours de son enfance quand elle grimpait sur ces arbustes pour jouer et aimerait garder autant que possible ce souvenir d’enfance.

L’architecte qui a été mandaté pour mener à bien l’extension demandée, après avoir visité les lieux a essayé de faire de son mieux d’une part pour garder la tradition familiale et d’autre part pour dégager la place en vue d’une nouvelle construction. Abattre les deux arbres était malheureusement nécessaire pour agrandir la maison.

Utiliser les deux arbres comme colonnes dans la pièce la plus centrale de l’édifice était pour l’architecte une manière particulière pour leur donner de l’importance tout en cultivant l’attachement des habitants vis-à-vis de ces derniers.

L’extension en question est donc une coquette petite maison qui respecte les principes de ses habitants. De grandes baies vitrées s’ouvrent sur les environs et laissent apercevoir pour toujours les deux arbres au sein de la construction.

L’intérieur de l’extension est épuré avec la couleur blanche qui y domine. Les dalles sont couvertes de bois et l’ensemble est atypique. Grâce à cette intervention, le problème de manque de place a été résolu et l’esprit du lieu a été conservé.

© Daici Ano

© Daici Ano

Le site de l’architecte Hironaka Ogawa (Hironaka Ogawa & Associates): ici.
Les photos: © Daici Ano, Courtesy of Hironaka Ogawa & Associates

La maison autour de l’arbre

44-3

A Almaty, dans un environnement idyllique, entre montages et forêts, les architectes de l’agence A.Masow Design Studio ont conçu une maison atypique qui enveloppe un arbre se trouvant sur la parcelle. Nature et architecture semblent en symbiose.

Il est devenu courant de voir les arbres ou autres végétations faire partie de l’environnement intérieur des maisons familiales. Ici, il s’agit d’une première, la maison se développe autour d’un pivot qui n’est qu’un arbre centenaire.

C’est un programme taillé pour un couple qui souhaitait  posséder un espace pour s’y échapper de la vie quotidienne stressante. Selon son architecte, la maison amplifie le sentiment de spiritualité. La construction est transparente, elle s’harmonise avec son environnement et peut agir comme un belvédère pour profiter des forêts avoisinantes.

Des colonnes métalliques constituent la structure principale qui enveloppe à son cœur l’arbre complètement préservé. Les planchers sont en béton et en bois, un escalier en colimaçon s’enroule et desserve les différents étages. L’intérieur est sobre, épuré et minimaliste. La maison autour de l’arbre, une fois réalisée, formera  un bel exemple qui met en relation la nature et l’homme.

44-1

44-2

Le site de l’agence d’architecture A.Masow Design Studio: ici.

Les images: © A.Masow Design Studio

Dessine-moi un arbre de Noël

Qu’ils sont nombreux les architectes qui se sont pris un jour ou l’autre au fabuleux jeu de la création d’arbre de Noël. Découverte d’un petit bouquet d’œuvres singuliers.

Ce sont, en général, les architectes d’intérieur qui chaque année sortent une ribambelle de nouveautés concernant l’arbre de Noël. Que ce soit pour des grandes marques de vêtements ou de bijoux ou bien encore de chocolat, les pistes sont nombreuses. Devant ce défilé d’œuvres divers, l’architecte ne reste point contemplateur, bien au contraire…

En voici quelques emblématiques arbres de Noël qui portent chacun à sa manière la signature de son auteur.

Pour commencer, une sculpture plus qu’un arbre, tout en abstraction, quand la grande Zaha s’adonne au plaisir de créer un arbre de Noël. Le résultat est surprenant voire même élégant.

@ZahaHadid

A l’occasion de la célébration du centenaire de la Gran Via de Madrid, une installation signée de l’architecte Ben Busche (de l’agence d’architecture Brut Deluxe Architects) vaut le détour. Ni végétal, ni épineux mais tout simplement éblouissant.

@BrutDeluxeArchitects

Vient le moment de parler recyclage, trois arbres de Noël qui se démarquent par la réutilisation de leurs matériaux. Ecologiques et à la fois prodigieux ils valent le détour.

Tout d’abord, il s’agit d’un arbre de Noël constitué de vélos tombés en désuétude. Brisant les codes traditionnels du sapin de Noël, le résultat est tout simplement étonnant. Il s’agit de l’arbre à vélos de Sarah Wigglesworth Architects conçu pour orner Bermondsey Square à Londres.

@SarahWigglesworth

Après l’arbre à vélo, découvrons ensemble l’arbre à bouteilles. C’est une multitude de bouteilles en verre que l’architecte chilien Ricardo Sanhueza De La Maza a assemblé pour un effet saisissant qui ne laisse point indifférent.

@RicardoSanhuezaDeLaMaza

Vient alors un recyclage inédit, celui des luges en bois. Construite d’une manière homogène, l’arbre de Noël de l’agence Hello Wood est une originalité à découvrir. Conçue à partir de 365 traîneaux réunis, l’installation a été présentée en Juillet 2013 et se trouve en ce moment devant le Palace of Arts (MÜPA) de Budapest.

@HelloWood

Pour finir cette liste et même cette année en bonne humeur et pourquoi pas avec un peu d’humour, un sapin de Noël signé Herzog et de Meuron semblable à ceci et à l’échelle 1/1 fera probablement un jour son apparition dans la capitale française…

@HerzogMeuron

Serero Architectes à Meudon

01@Serero

08@Serero

A Meudon-La-Forêt, l’agence d’architecture Serero Architectes a réalisé un centre culturel dont l’arbre constitue la source d’inspiration. Découverte.

C’est au mois d’octobre qu’aura lieu l’inauguration de l’espace culturel de Meudon-La-Forêt (Hauts-de-Seine). Il s’agit d’un monolithe en béton aux ouvertures irrégulières qui prend place dans un environnement mitigé. D’un côté se trouvent les bâtiments  signés  Fernand Pouillon et de l’autre la forêt de Meudon.

De loin, la construction intrigue, imposante elle affiche une identité propre qui à la fois tranche avec le reste des édifices et dialogue avec le site.

Selon les architectes : « Ce projet s’inspire de la nature, et plus particulièrement de l’arbre, non pas dans sa simple forme symbolique, mais précisément dans son rapport profond à l’architecture, dans les relations qu’il entretient entre structure et enveloppe, entre redondance et optimisation, entre force et fragilité, entre singularité et diversité. »

Grâce à la toiture des ateliers, qui est rythmée par des sheds (redans partiels) ainsi que le mur rideau du hall d’entrée, les espaces de circulations sont baignés de lumière naturelle. Aux heures de la journée où cette dernière se fait rare, des lampes installées dans les redans et reliées à des cellules photosensibles assurent la luminosité. D’où l’importance de la toiture dans le projet car elle intègre les dispositifs de traitements des ambiances lumineuses et de contrôle thermique.

C’est un projet culturel qui s’articule autour d’une salle de spectacle de 300 places et qui sera très vite adopté par la ville et ses habitants…

09@Serero

10@Serero

Le site de Serero Architectes: ici.

Les photos: © Serero Architectes.