Archives par mot-clé : Californie

Résidence Peninsula, l’élégante réalisation signée Richard Beard Architects

© Paul Dyer

Aux États-Unis, en Californie, dans la région de la baie de San Francisco, l’agence d’architecture Richard Bread Architects a réalisé la Peninsula Residence, une construction luxueuse qui croise adroitement l’élégance et la fonctionnalité.

La permanence, le confort, le luxe, la tradition et la modernité

La péninsule au sud de San Francisco est parsemée de villes et villages de banlieue dans les collines et les vallées le long de la côte ouest de la baie nichées au milieu des quartiers vallonnés. Les propriétaires étaient à la recherche d’une propriété ensoleillée qui offrait de l’intimité et la possibilité de s’étendre. L’abondance de terrains plats signifiait que le site serait en mesure d’accueillir une maison et des structures avec beaucoup d’espace restant pour le développement de paysages actifs et passifs.

« Le programme de la maison était assez compliqué», note Richard Beard, architecte principal du projet et fondateur de Richard Beard Architects. « Cela a nécessité des mouvements de composition intelligents pour répondre à tout ce que les clients désiraient. Bien qu’il ait été conçu pour une vie facile et décontractée au quotidien, il devait fournir un espace de divertissement généreux, un bureau, une salle de fitness et des locaux pour invités, tout en préservant l’intimité de chacun. » En effet, la maison devait être élégante mais fonctionnelle, une maison familiale qui transmettait simultanément la permanence, le confort, le luxe, la tradition et la modernité. Le défi était donc de savoir comment croiser ces notions apparemment disparates ensemble pour engendrer un projet harmonieux où il fait bon vivre.

La réponse a été de créer une maison qui fonctionne comme une armature solide mais neutre et qui repose sur des proportions et des matériaux traditionnels. Les intérieurs pourraient alors servir de contrepoint élégant, animant les espaces à souhait. C’est ainsi qu’une série de structures et de murs recouverts de pierre définissent la propriété, contribuant à briser l’échelle globale de la maison qui mesure d’environ 12 000 pieds carrés. Les espaces entre les structures deviennent une suite de cours extérieures. La pierre, empilée à sec et dotée d’une face fendue brute, procure un sentiment d’intimité à la propriété.

Une esthétique ni trop formelle ni trop décontractée

La maison se déploie comme une série de couches qui signalent physiquement et métaphoriquement la transition de la vie publique à la vie privée. Le chemin est marqué par une série de murs et de cours, dès la rue, qui mènent à l’intérieur. En quittant la route et en traversant un plan d’eau, les propriétaires passent par un portail dans une loggia attenante à une cour et à une piscine réfléchissante. L’entrée en acier et en verre révèle l’intérieur de la maison, où un grand escalier incurvé s’élève devant une autre piscine réfléchissante et la cour arrière.

À l’intérieur de la maison, des proportions classiques ont été poussées, tirées et étirées pour créer des silhouettes singulières offrant à l’ensemble une atmosphère unique. Les murs extérieurs en pierre se glissent à l’intérieur de la maison où l’on trouve un mélange de calcaire (murs et sols), de bois et de plâtre. De subtiles différences dans la finition calcaire (aiguisée pour l’intérieur, brossée pour l’extérieur) contribuent à unifier les espaces intérieurs et extérieurs. De grandes fenêtres à ossature en acier et des poutres en cèdre rouge ajoutent de l’ampleur aux espaces intérieurs. « La principale préoccupation des propriétaires était toujours de devenir trop moderne et la mienne de rester trop traditionnelle », déclare l’architecte d’intérieur Kelly Hohla qui s’est occupée de l’agencement de la maison. « Je voulais qu’ils aient une maison au goût du jour qui se sente intemporelle et où ils peuvent grandir, je pense que nous avons réussi à trouver l’équilibre parfait. » Rajoute-t-elle.

Des espaces de rassemblement communs comme le salon, la salle à manger ou la cuisine, se trouvent au premier étage, chacun donnant accès à l’extérieur. Le deuxième étage comprend une zone réservée aux enfants. C’est une partie distincte et séparée de celle des parents tout en étant proche. Une salle de jeux généreuse et lumineuse se trouve juste à côté de l’escalier, c’est presqu’un un monde à part qui contient un avant-scène et une scène.

À l’extérieur, le terrain offre un mélange d’espaces formels et informels, des jeux d’eau et une piscine indépendante de 1000 pieds carrés. Cette entité, entièrement revêtue de bois de cèdre, sert de maison d’hôtes. La réalisation défie toute définition simple, son éclectisme fournit plutôt une esthétique ni trop formelle ni trop décontractée, il s’agit de la solution parfaite adaptée à la famille contemporaine.

© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer

Le site de Richard Beard Architects : ici.

Instagram: @Richard.Beard.Architects

Instagram de l’architecte d’intérieur: @kellyhohla

Les photos: © Paul Dyer

En Californie, Zooco Estudio enchante les petits et les grands

© Pixel Lab

Baptisée « Big and Tiny », il s’agit d’une idée originale qui a été conçue pour les enfants et leurs parents. Un espace qui croise astucieusement plusieurs générations et où l’on se sent enchantés. Signé Zooco Estudio (Miguel Crespo Picot, Javier Guzmán Benito et Sixto Martín Martínez), l’ensemble qui vient de voir le jour à Silverlake semble être appréciés de tous.

Un module constructif répétitif

C’est un endroit où les familles peuvent prospérer dans tous les aspects de leur vie. C’est ainsi qu’est née l’idée de Big and Tiny qui a ouvert son premier espace à Santa Monica. Ce projet est le deuxième local de la marque et il est situé à Silverlake en Californie.

Le projet couvre une surface de 467 m2 (5027 pieds carrés) avec une hauteur maximale de plafond de 6,50 m (22 pieds). Il est caractérisé par une structure de toit visible qui ressemble à celle d’une ferme couvrant l’ensemble de bâtiment d’usine. Par ailleurs, l’édifice présente quelques volumes fermés de différentes hauteurs qui contiennent les espaces de stockage ainsi que les salles de bains, la cuisine et les salles de réunion.

Le projet est créé selon l’idée de générer deux espaces isolés acoustiquement les uns des autres. Ces espaces sont dédiés aux adultes et aux enfants. Les architectes y ont créé des carrés ouverts. « Nous avons construit un mur qui divise le bâtiment en deux parties. Ce mur contient l’acoustique et l’isolant et est recouvert de miroirs afin de générer plus d’amplitude dans les deux espaces. » Racontent les architectes. Ainsi, une fois cette division générée, les concepteurs ont engendré un module constructif répétitif qui, grâce à son expansion et sa compression, couvre tout le périmètre des locaux.

Cette organisation spatiale crée des espaces qui répondent au programme demandé tout en  engendrant une façade intérieure qui formera l’espace principal pour les enfants ou bien une zone à aménager pour les diverses activités estudiantines. Ces bandes se matérialisent dans différents matériaux selon leur utilisation ou leur fonction et deviennent même des treillis qui communiquent visuellement les différents espaces entre eux.

Le bois, le liège, le feutre et le carton

En ce qui concerne les matériaux, les architectes ont eu recours à l’utilisation du bois, du liège, du feutre et du carton, le tout mis en avant grâce à l’utilisation des miroirs. Tandis que le bois est utilisé comme éléments de structure mais aussi dans la majorité des meubles, le miroir dans le mur central amplifie les différents espaces. Ailleurs, le liège et le feutre sont utilisés comme une enveloppe extérieure pour les cubes et les plinthes. Enfin, le liège est utilisé dans le comptoir et dans les étagères d’exposition comme moyen d’organiser et soutenir les étagères. Un ensemble d’éléments qui se croisent astucieusement tout en gardant une atmosphère sereine.

Au niveau fonctionnel, nous remarquons la construction de deux cubes à l’intérieur de l’espace enfants (Tree House y Ball pit) ainsi que deux autres dans la zone adulte (Bike Cube y Silence Cube) en plus de l’existence d’un volume entre les deux zones connectées à celle des enfants car elle est utilisée pour les enfants qui fréquentent les lieux en soirée. Chaque entité est reliée par de hautes plinthes ou des courbes en lattes de bois. Le tout est modulé par des panneaux de bois ainsi que des montants. Un soin particulier a été donné à l’éclairage qui accentue l’univers paisible de la Big and Tiny. Les architectes de Zooco Estudio ont accompli un travail méticuleux qui croise astucieusement plusieurs textures.

© Pixel Lab
© Pixel Lab
© Pixel Lab
© Pixel Lab

Le site de Zooco Estudio : ici.

Les photos : © Pixel Lab

En Californie, Clayton Korte réalise une élégante grange dans le vignoble de Saxum

© Casey Dunn

En Californie, à mi-chemin entre San Francisco et Los Angeles dans la commune de Paso Robles, l’agence d’architecture Clayton Korte vient de terminer la réalisation d’une grange aux traits minimalistes et à l’allure moderne. Un projet atypique qui se démarque par sa durabilité.

Une structure autosuffisante

Situé dans la région de Templeton Gap à l’ouest de Paso Robles, cette structure de stockage agricole simple repose au pied du vignoble James Berry de 50 acres et de sa la cave adjacente située à un peu plus de 800 pieds. Cette structure est complètement autosuffisante et fonctionne indépendamment du réseau énergétique, maximisant la capacité de survie et la résilience de la structure.

Conçu comme une grange à poteaux moderne, les principaux objectifs de la structure sont, selon ses architectes, de fournir une armature pour un système de toit photovoltaïque qui compense plus de 100% de la demande d’énergie de la cave et de fournir un espace de stockage couvert en plein air pour les véhicules agricoles, leurs outils tout comme un atelier et espace de maintenance ainsi que de stockage pour le bétail.

Conçue pour exploiter le climat local afin de maximiser la ventilation croisée, la lumière du jour et l’énergie solaire, la structure qui déploie de tuyaux recyclés de champ pétrolifère, contient un système de toit photovoltaïque en verre feuilleté qui produit 1/3 plus d’énergie que nécessaire (environ 87000 kWh par an). Les architectes nous expliquent que l’utilisation des modules solaires en verre feuilleté à la fois comme toit principal et comme générateur d’énergie renouvelable permet de compenser les coûts supplémentaires de construction d’un toit supplémentaire avec des panneaux solaires cristallins montés séparément.

Des matériaux minimalistes et récupérés

Des matériaux minimalistes récupérés ont été sélectionnés pour résister au climat particulièrement sec, pour une disponibilité régionale, une durabilité à long terme et pour minimiser le besoin d’entretien régulier. Les colonnes principales et la structure du toit sont construites en tube de tige de forage récupéré. Les modules solaires en verre feuilleté, servant à la fois de système solaire et de toiture, sont montées sur des pannes en bois et en acier soudées aux tuyaux. Une gouttière est située à l’extrémité inférieure du toit pour permettre la récupération future de l’eau de pluie. Les panneaux en acier perforé ondulé fabriqués par Western Rib Cor-Ten offrent un ombrage et une confidentialité filtrée aux baies d’équipement.

Les matériaux récupérés sont nombreux. Les portes de la grange sont revêtues de chutes d’acier patinées qui ont été conservées pour la réutilisation des murs d’étayage de la cave adjacente, elles ont été réutilisées pour adapter les panneaux atypiques aux vantaux de porte à cadre en acier tubulaire. Les boîtes de rangement sont recouvertes d’un parement de cèdre teinté et les intérieurs sont revêtus de contreplaqué de sapin Douglas. Les fondations limitent la quantité de béton coulé en place en incluant un pavage de gravier perméable pour toutes les baies de stockage de véhicules ouvertes et les enclos à bétail, maximisant la quantité d’eau de pluie qui est filtrée à travers le sol dans le bassin. En outre, la fourniture d’un programme de terrassement approfondi technique a permis à la fondation structurelle d’être plus efficace avec l’utilisation du béton coulé en place.

Mis en place en sentinelle en tant que structure principale présente à l’entrée de la propriété bordée de vignobles, la grange et son système d’énergie renouvelable témoignent de l’engagement des architectes pour la durabilité ainsi qu’à l’implantation du projet dans son environnement naturel.

© Casey Dunn
© Casey Dunn
© Casey Dunn
© Casey Dunn

Le site de Clayton Korte : ici.

Instagram: @clayton_korte.

Les photos : © Casey Dunn

Équipe de projet Clayton Korte : Brian Korte AIA Partner / chef de projet ; Josh Nieves ; Derek Klepac ; Brandon Tharp.
L’équipe de consultants : Clayton Korte (architecture) ; SSG Structural Engineering (ingénierie et structure) ; Clayton Korte (conception d’éclairage) ; Rarig Construction (maîtrise d’ouvrage) ; Pacific Energy (conception des supports photovoltaïques)

A Woodside, la gracieuse réalisation signée Walker Warner Architects

© Matthew Millman

En Californie, l’agence d’architecture Walker Warner Architects a réalisé une élégante résidence qui allie merveilleusement et avec une grande délicatesse différentes textures. Lignes épurées, traits sobres, espaces généreux et une grande luminosité sont les principaux caractéristiques du projet.

Une variété d’expériences

Les architectes nous racontent que le concept de ce projet a commencé par une exploration de bâtiments séparés agencés pour créer une variété d’expériences de vie intérieures et extérieures mais complémentaires. Compte tenu du contexte rural de la ville de Woodside, les bâtis agricoles de la région et les formes emblématiques ont été référencés pour l’inspiration, ainsi que la fonctionnalité.

La maison est une compilation de trois bâtiments principaux, la maison principale, un bureau et une grange, le tout disposé autour d’une cour centrale où se trouve une piscine, pour créer une variété d’espaces intérieurs-extérieurs complémentaires et diverses possibilités de vie. « C’est une interprétation contemporaine des habitations rurales et traditionnelles », déclare l’architecte principal Greg Warner. Une quatrième entité composée du pool house complète l’ensemble. Il s’agit d’une série de trois pavillons alignés sur le même axe utilisant des matériaux similaires comme contrepartie inventive des bâtiments principaux.

Un langage commun

Toutes les constructions partagent un langage commun des lignes asymétriques fortes avec une palette de matériaux communs de pierre, du bois de cèdre rouge, de verre et d’acier, réunis sous un toit de zinc. L’utilisation de la pierre évoque la rusticité, faisant un joli clin d’œil vers les structures des anciennes fermes, tandis que les planches de cèdre à motifs aléatoires et la toiture en zinc rappellent le langage vernaculaire rurale de la grange à foin de Californie. En insérant de l’acier apparent et de grandes étendues de verre, la maison adopte un style contemporain et contrasté.

La grange, positionnée à l’avant de la propriété, sert d’entrée symbolique, renforçant le caractère rural du contexte environnant. Un passage ouvert menant à travers la grange encadre considérablement la façade d’entrée de la résidence principale. En entrant dans la cour, formée par trois structures, l’équilibre de l’espace et de la matière anime le projet dans son ensemble.

La résidence principale comprend deux espaces de vie principaux constitués d’un salon et d’une cuisine attenante à une salle à manger familiale. Une suite parentale, trois chambres et un bureau composent le deuxième étage. Concernant l’intérieur, la lumière est partout grâce aux grandes baies vitrées qui s’ouvrent sur l’extérieur brouillant les limites intérieur-extérieur. Une certaine subtilité se dégage du mélange des différentes textures. Entre sobriété et élégance la propriété réalisée par Walker Warner Architects constitue une curiosité à découvrir sans tarder !

© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman
© Matthew Millman

Le site de Walker Warner Architects : ici.

Instagram: @walkerwarnerarchitects

Les photos : © Matthew Millman

Instagram: @matthewmillmanphoto

Architecture intérieure: Shawback Design Associates ; Paysagisme: Lutsko Associates ;

Maîtrise d’ouvrage: Chesler Construction

En Californie, la charmante House of Flowers signée Walker Warner Architects

© Douglas Friedman

En Californie, dans la commune de Healdsburg, l’agence d’architecture Walker Warners Architects a réalisé un projet remarquable qui, tout en respectant l’histoire du lieu, fait évoluer l’ensemble avec tact. Élégance et grâce sont au rendez-vous.

Un point de repère local

C’est une expérience inédite qui insuffle une nouvelle vie à un point de repère local très apprécié qui est devenu, à travers l’intervention des architectes, un domaine de style complexe destiné à la célébration du vin, à la nourriture et au paysage naturel.

Les architectes nous racontent que, situé à quelques minutes du centre-ville de Healdsburg, au cœur de la Russian River Valley, et construit à l’origine comme une cave au milieu des années 70, les installations du domaine de 13,5 acres s’étaient détériorées et devenues obsolètes. Connu depuis longtemps pour son charme rustique et son lien authentique avec la nature, le site était prometteur. Par coïncidence, Flowers Vineyard & Winery cherchait un lieu pour présenter leurs vins produits de manière durable dans un cadre qui exprimait leur philosophie de la nature.

Le défi consistait donc à faire évoluer la collection existante d’installations et à préserver l’héritage naturel tout en veillant à ce que le lieu puisse répondre aux attentes d’aujourd’hui et devenir une destination à part entière. « Notre approche était d’une simplicité trompeuse », note Brooks Walker, directeur de Walker Warner Architects. « Laisser la nature dominer et utiliser l’architecture pour encadrer l’expérience. »

Remodeler plutôt que construire

Situés dans un bosquet de séquoias, les bâtiments existants étaient largement déconnectés de leur riche paysage. Selon les architectes, la stratégie consistait à trouver des moyens de reconnecter les visiteurs au paysage tout en réinventant ce qui était une série de bâtiments industriels simples. L’intervention a commencé en investissant le site selon un sens aigu d’orientation. En effet, de nouvelles voies conduisent les visiteurs de l’aire de stationnement au centre d’accueil nouvellement remanié. Auparavant l’entrepôt devenu le centre d’accueil offre aux clients une orientation sur le site et présente l’histoire du lieu. Comme pour les autres structures existantes sur le site, la maison d’accueil de 15 700 pieds carrés a été colorée d’un noir sombre, inspirée par l’ombre profonde de la forêt de séquoias environnante, pour aider les bâtiments à reculer dans le site et permettre au paysage de faire la mise au point.

Remodeler les structures existantes plutôt que de reconstruire c’est l’idée même de l’engagement de la House of Flowers envers la durabilité. L’approche, qui a permis de « recycler la majeure partie de la structure d’origine », a mis l’accent sur les efforts de conception, magnifiant ce qui était déjà présent. Les stratégies énergétiques passives, à faible coût et à fort impact, ont été maximisées et comprennent la mise à profit de la lumière du jour (puits de lumière et grandes fenêtres) et de l’ombre (les lattes de bois extérieures servent de voile tandis que la forêt de séquoias environnante offre de l’ombre supplémentaire). La durabilité est renforcée par plusieurs grandes installations de bois. En effet, ces dernières fonctionnelles et monumentales, sont construites de rondins récupérés par l’artiste Evan Shively.

« Les formes vernaculaires fortes et simples de la région ont servi de guide et de point de référence pour aider à ancrer l’architecture dans son environnement. En affinant visuellement les structures, en simplifiant la palette et en faisant abstraction des détails vernaculaires traditionnels, nous avons tenté de créer une expression architecturale qui honore le contexte local tout en faisant en sorte que le visiteur se sente chez lui et à l’aise. En fin de compte, l’intention était de prendre des formes et des éléments confortables et familiers et de les utiliser pour créer des espaces extraordinaires pour les visiteurs. » Souligne Mike McCabe, directeur de Walker Warner Architects.

Niché dans le paysage

Niché discrètement dans le paysage, la transformation impliquait l’ajout d’un élément pop-up à une extrémité de la maison d’accueil à un étage. L’addition tricote le bâtiment avec la topographie, résultant en une installation à plusieurs niveaux qui préserve les formes vernaculaires modestes tout en offrant un accès sans faille aux vues imprenables et aux jardins offerts par le sommet de la colline. La structure aérée au sommet d’une colline sert de transition vers les jardins spacieux et fournit des sièges abrités et des espaces d’agrément, y compris un four à bois extérieur. Les intérieurs sont lumineux grâce au revêtement de cyprès blanchi, complétant la relation yin-yang (lumière sombre) de l’extérieur vers l’intérieur. « L’expression architecturale est sous-estimée », note Mike McCabe, directeur de Walker Warner Architects. « Il ne s’agissait pas de faire une déclaration. Il s’agit de créer un lieu qui peut unifier les valeurs importantes pour la marque Flowers – célébrer la nature et le contexte local avec ce qui est important pour le site et la communauté. » La volonté, notent les propriétaires de Flowers, était de « créer un environnement où les clients se sentent comme s’ils entraient chez nous, expérimentant des vins élaborés sans compromis et partagés sans prétention. »

Vous pourrez découvrir une variété de lieux de rassemblements intimes pour savourer les vins de la côte de Sonoma Flowers à l’intérieur comme à l’extérieur. En entrant, les clients sont conduits au deuxième étage qui comprend le solarium, la salle à manger et les espaces de vie ainsi que les espaces privés pour les invités VIP. Les jardins, encadrés par des murs de terre battue rénovés existants, mettent l’expérience plus en évidence, se déployant comme une série d’espaces tranquilles destinés à la collecte, à la dégustation de vin et à la célébration de la nature. Le site occupe la frontière entre le vignoble quadrillé et les champs agricoles du fleuve , il est situé parmi les contreforts de prairies de chênes menant aux forêts de séquoias côtiers qui entourent les vignobles du domaine de Flowers sur l’extrême côte de Sonoma. Les jardins en terrasses présentent des essences végétales que l’on trouve dans les environs. De nouveaux murs en béton formés de panneaux ont été ajoutés au paysage, qui, au besoin, servent de contrepoint et augmentant la série de pièces archéologiques exposées. Le paysage et l’architecture se croisent pour former un refuge tranquille, un endroit pour célébrer les amis à travers l’expérience du vin.

© Douglas Friedman
© Douglas Friedman
© Douglas Friedman
© Douglas Friedman
© Douglas Friedman
© Douglas Friedman

Les photos: © Douglas Friedman

Pour plus d’informations sur les acteurs qui ont contribué à l’aventure:

Le site de House of Flowers : ici. Instagram: @Flowerswinery

Le site de Walker Warner Architects: ici. Instagram: @walkerwarnerarchitects

Le site de Maca Huneeus Design: ici. Instagram: @maca_huneeus

Le site du photographe Douglas Friedman: ici. Instagram: @douglasfriedman

Le site de Cello & Maudru Construction Company: ici. Instagram: @cellomaudru

Le site de Nelson Byrd Woltz Landscape Architects: ici. Instagram: @nelsonbyrdwoltz 

Le site de l’agence Alexis Woods Landscape Design: ici.

Le site d’Anna Kondolf Lighting Design: ici.

En Californie, Feldman Architecture rénove la Woodpecker Ranch

© Paul Dyer

L’agence américaine Feldman Architecture a réalisé l’impressionnante transformation d’une ancienne ferme en une charmante résidence qui croise astucieusement les couleurs sobres, les lignes épurées et les matériaux nobles.

La maison pour tous

Redwood City est située sur la péninsule de San Francisco dans la région de la baie de San Francisco, en Californie. Woodpecker Ranch est une construction presque neuve qui a été réaménagée par Feldman Architecture pour répondre à la volonté des propriétaires des lieux. En effet, ces derniers souhaitaient créer une maison où ils pourraient élever leurs jeunes enfants tout en y passant leur temps de loisirs.

Situé au sud de San Francisco, le projet a subi une transformation complète. Les architectes ont redéfini l’entrée de la maison et tout en harmonisant la façade entière. Selon les architectes, l’une des demandes les plus difficiles des propriétaires était de clarifier la séquence d’arrivée à la maison, tant de l’extérieur que de l’intérieur, tout en cherchant des moyens d’améliorer l’attrait de la façade.

En collaboration avec les architectes paysagistes de l’agence Arterra, les équipes ont utilisé des murs de soutènement pour faciliter l’entrée des visiteurs vers un espace plus attrayant. La conception de l’escalier d’entrée a été simplifiée pour lui donner une transparence visuelle qui aide à réduire sa présence dans l’espace.

Une sophistication épurée

Pour l’intérieur, l’équipe de Kendall Wilkinson Design a tout fait pour donner une véritable âme à la maison. Pour cela, ils ont eu recours à l’utilisation de meubles contemporains offrant une sophistication épurée à chaque espace. L’art est présent dans chaque pièce mais n’empiète pas sur l’architecture ni le paysage.

Pour personnaliser le grand salon, avec ses panneaux muraux en béton et en noyer façonnés en carton, les architectes ont choisi une palette de tons de gris et de chocolat. Ailleurs, la touche graphique qui enveloppe les sièges comprend des formes contemporaines à la fois subtil et gracieux. Tout sent l’élégance et la grâce.

La transformation achevée de la maison démontre les compétences attendues d’une ferme moderne, tout en apportant une touche personnelle à la conception et aux aspirations de vie des habitants.

© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer
© Paul Dyer

Le site de Feldman Architecture : ici.

Les photos : © Paul Dyer