Archives par mot-clé : prototype

Des abris en feuilles de palmier ?

© dr sandra piesik

De nos jours, nous ne rencontrons plus ou très peu de constructions en feuilles de palmier, pourtant, à une époque, ces derniers étaient utilisés d’une manière régulière et témoignaient de la tradition locale de certains pays. Aujourd’hui, Sandra Piesik, encouragée par l’UNCCD (United Nations Convention to Combat Desertification) tente de faire revivre cette tradition en construisant aux Émirats arabes unis un prototype en feuilles de palmier.

Al-Aïn qui se trouve aux Émirats arabes unis, est une ville typique classée par l’UNESCO. C’est dans cette cité qui se trouve aux portes du désert que Sandra Piesik en collaboration avec 3 ideas ltd a réalisé un abri en feuilles de palmier en créant une solution durable qui peut donner l’exemple.

Après ce retour, la feuille de palmier peut redevenir en vogue surtout que c’est un matériau économique aux ressources renouvelables et à la fois durable. Ici, il s’agit du développement d’un projet humanitaire qui donnera probablement l’exemple à d’autres pays où les palmiers sont régulièrement cultivés.

Appelé « Sabla », l’abri en question est un projet humanitaire visant à contribuer aux programmes de développement social de certains pays pauvres. C’est un moyen de faire renaître les méthodes traditionnelles de construction en utilisant les techniques d’aujourd’hui dans le but d’offrir de solutions efficaces, rapides et écologiquement durables.

La technique de Arish utilisée traditionnellement a été modifiée afin de regrouper l’ensemble des feuilles de palmier qui peuvent être regroupées par la suite pour former des sections circulaires facile à courber. Ainsi, voient le jour, des éléments de structures modulables et facilement utilisables. Un revêtement en tissus est également envisageable pour couvrir le toit.

La feuille de palmier a donc de beaux jours devant elle. Il faut espérer que ce prototype traverse les frontières et sera utilisé là où le besoin se ressente.

© dr sandra piesik

© peter sheehan

Les architectes : Sandra Piesik of 3 ideas ltd

Les photos 1 et 2: © Sandra Piesik

La photo 3: © Peter Sheehan

« Iris », la structure qui produit de l’énergie

36-3

A Beyrouth, l’agence d’architecture Najjar & Najjar  a conçu un original prototype qui tout en jouant le rôle d’un belvédère, produit l’électricité. Une idée innovante qui met la technologie et l’esthétisme en diapason.

C’est dans l’une des régions côtières du Liban, entre Aïn el Mreisseh et al Manara que les architectes Karim et Ramez Najjar comptent installer leur projet. Il s’agit d’une multitude de structures surélevées qui donnent une vue imprenable sur la mer. Ouvertes à tout visiteur, ces cellules sont en même temps connectées (à l’image de l’iris et les paupières) à des balises flottantes dans l’eau, dont le mouvement ondulatoire des vagues entraine un générateur qui transmet l’électricité aux habitations voisines. Pour illustrer le concept, l’équipe a réalisé un modèle à l’échelle 1 :5 et l’a testé sur le littoral.

Dans une région qui a connu ces dernières années un boom de nouvelles constructions, selon les architectes, « Iris » est un doux retour à la mer. Ainsi que ce soit les pêcheurs ou n’importe quel passant, tous peuvent se prélasser un petit bout de temps dans ces alvéoles en bois et contempler l’horizon.

36-4

36-5

36-1

Le site des architectes Najjar & Najjar : ici.

Les images : © Ieva Saudargaitë.

‘Primeval Symbiosis’, la maison signée Konrad Wójcik

19-2

L’architecte d’origine polonaise, basé au Danemark, Konrad Wójcik a récemment dévoilé une conception qui selon lui incite à sensibiliser les communautés à vivre dans la nature sans la blesser. Découverte d’un projet facilement concevable qui pourrait devenir vite une référence.

Konrad Wójcik est un architecte soucieux de son environnement. Pour cela, il a conçu un prototype qui se niche dans la forêt tout en ayant un impact minimal sur cette dernière. Selon l’auteur, l’étalement urbain devient de plus en plus important grignotant les espaces vertes indispensables à la survie de l’écosystème. L’idée de l’architecte est donc de garder intactes les espaces forestiers de la planète et de s’y insérer des maisons types. Sans oublier de penser à développer les transports en commun qui peuvent arriver jusqu’à proximité de ces maisonnées qui peuvent abriter de deux à quatre personnes.

Chaque unité d’habitation est constituée d’un petit intérieur entièrement fonctionnel se divisant en quatre niveaux. La structure est équipée des dernières technologies de l’industrie énergétique pour pouvoir produire autant d’énergie qu’elle en consomme. En cas de problème technique, une alternative de secours a même été envisagée.

La cabane est conçue avec des matériaux écologiques certifiés pour un recyclage complet après désuétude. Les piliers ancrés dans le sol sont également en bois stratifié enveloppé d’une couche plus résistante (du bois I-OSB)et ce pour pouvoir contrer les diverses intempéries.

Selon cette théorie, être proche de la nature sans la dévaster est possible et Konrad Wójcik donne l’une des solutions à envisager…

19-3

19-1

Le site de Konrad Wójcik : ici.

Les images : © Konrad Wójcik

Vers la façade nouvelle génération?

@DKS

Et si l’enveloppe d’un édifice était capable de maintenir le confort thermique comme la peau humaine en utilisant des matériaux écologiques et les dernières nouveautés technologiques ?

C’est l’idée de Doris Kim Sung, une étudiante en biologie devenue architecte qui a consacré ses études aux matériaux intelligents et leur réaction vis-à-vis aux changements de température.

Le prototype a été présenté au public via une installation artistique à Los Angeles. Les visiteurs peuvent expérimenter l’efficacité d’une géante sculpture composée de deux fines couches de métal qui se dilatent et se contractent en réponse à la température et à des rythmes différents. L’ensemble, inspiré de la peau humaine première ligne de défense pour le corps suivant sa créatrice, a offert à tous les curieux présents un spectacle technologique unique dans son genre.

Ainsi, le dynamisme et la réactivité des matériaux ont prouvé la possibilité de leur utilisation dans des domaines différents et surtout en bâtiment.

Les futures façades des constructions dotées de matériaux intelligents réagissant comme la peau humaine et maintenant la température constante constitueraient donc une avancée technologique qui si elle se réalisera à de grandes échelles, elle bouleversera le monde de l’architecture…

Pour plus d’informations, voir : ici.

Un film explicatif se trouve également : ici.

Etonnante…

Il s’agit d’un prototype conçu pour les pays scandinaves. C’est une étonnante maison de vacances, pyramidale, entièrement en bois, lumineuse et à la fois spacieuse. Avec ses grandes lucarnes qui procurent une vue spécifique suivant chaque emplacement et qui sont utilisées comme échappatoires occasionnelles, cette petite villa de vacances devient une curiosité à part entière…

Pour plus d’informations et de photos, voir: ici.
Le site de l’agence d’architecture: ici.