Archives par mot-clé : histoire

En Italie, un charmant retour à l’origine avec Umberto Colasanto

© Vito Lauciello

C’est avant tout une histoire de respect, le respect des lieux mais aussi des matériaux d’origine qu’Umberto Colasanto met en avant dans sa dernière création. Il s’agit de l’aménagement intérieur d’une ancienne demeure.

Croiser les matériaux

La résidence est située en Italie de sud, dans la région des Pouilles, à Terlizzi. Il s’agit d’un projet qui selon le concepteur, devrait garder son âme d’origine. Cette dernière est révélée grâce à un travail minutieux à la fois élégant et intemporel.

« Une rencontre s’est créée entre la beauté du souvenir du passé à travers les poutres, les carreaux de ciment, les escaliers et les portes ainsi que la sensation de fraîcheur, de nouveauté et de tendance à travers une palette de couleurs raffinée qui brise le temps. » Souligne le designer qui prend par ailleurs, un malin plaisir de raconter le contexte, l’utilisation des matériaux et les diverses idées qui l’ont amené à remanier le projet.

Un univers intrigant et sensible

Nous pouvons constater que l’ensemble croise astucieusement les éléments du passé avec les nouveaux matériaux finement choisis à l’occasion. Tandis que le plafond et les portes respirent un petit air d’antan, le nouveau mobilier aux lignes pures trouve naturellement sa place dans un univers de contraste à la fois intriguant et sensible.

Concernant les couleurs, Umberto Colasanto a eu recours à des teintes chaudes qu’il complète avec tact en utilisant d’autres colories naturelles pour un résultat agréable où les habitants jouissent d’un univers singulier qui leur rappelle leur enfance. C’est une réalisation simple qui conjugue à merveille le passé et le présent.

© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello
© Vito Lauciello

Pour plus d’informations sur Umberto Colasanto : ici.

Les photos : © Vito Lauciello

«Histoire naturelle de l’architecture», l’exposition passionnante du Pavillon de l’Arsenal

A Paris, au Pavillon de l’Arsenal, le public découvrira dès demain, le 24 octobre 2020, la passionnante exposition conçue par l’architecte et le docteur en architecture Philippe Rahm. A la fois riche en références, didactique mais surtout instructive, l’exposition plonge le visiteur dans l’épopée même de l’architecture, très chère à nos cœur.

Regarder autrement

Bousculer et bouleverser certaines convictions figées concernant quelques grands classiques de l’architecture n’est pas une chose facile, mais regarder les mêmes données autrement n’est pas donné à tout le monde. Après des années de recherches et de documentations poussées, Philippe Rahm arrive à nous surprendre. Non, il ne remet pas en cause ni les travaux de Vitruve ni ceux de Palladio, ni du Bauhaus et encore moins les préceptes de Le Corbusier mais il les regarde d’un point de vue scientifique. Un regard qui mène à une intéressante relecture, jusque là absente des tabloïds de l’histoire de l’architecture.

Quand plusieurs personnes contemplent une même œuvre d’art, c’est rare qu’ils voient la même chose. Ce principe s’applique-t-il à l’histoire de l’architecture ? Peu de monde se sont jusqu’à nos jours aventurés sur ces sentiers délicats. C’est grâce à une curiosité poussée, avec une maîtrise complète, une conviction absolue épaulée d’une argumentation sans faille que Philippe Rahm arrive à forger un nouveau regard vers une réalité reconnue de tous. Le but de l’architecte étant d’expliquer scientifiquement certains phénomènes lointains pourtant si proches.

Tandis que d’habitude ce sont les données sociales, culturelles ou encore politiques qui dirigent notre pensée vis-à-vis à une réalisation architecturale, l’exposition se focalise sur les données scientifiques pour expliquer l’acte de bâtir. Parle-t-on d’architecture quand nous évoquons les maladies ou les épidémies ? Probablement pas ou trop peu mais avec cette exposition nous allons apprendre à le faire. Aussi surprenant qu’il soit, une fois plongés dans cet univers, nous allons prendre goût à ce délicieux jeu de décortication pour essayer de mieux comprendre certains actes historiques pourtant si clairs.

Un triple parcours

L’exposition est tout aussi vaste que complète, nous pouvons aussi bien découvrir comment certaines maladies ou des croyances physiques, chimiques ou scientifiques ont influencé le quotidien et surtout l’architecture de chaque époque. Nous ne pouvons pas s’empêcher de se poser la question : Pendant nos études d’architecture, on nous auraient menti ? La réponse est pourtant très claire, non, tout simplement on n’avaient pas ou peu évoqués cet aspect des choses, d’où l’intérêt de l’exposition.

« L’architecture naît de la nécessité de créer un climat pour maintenir notre température corporelle à 37 °C élevant des toits et des murs pour se mettre à l’abri du froid ou de la chaleur du soleil. » Dit ou lu comme ça, l’idée est évidente mais ce n’est pas toujours la première chose à laquelle nous pensons quand nous parlons d’architecture. « L’épidémie mondiale de choléra qui débute en 1816 engage les grandes transformations urbaines du XIXe siècle. » Quand nous parlons souvent de grands changements urbains, nous évoquons très peu les maladies. « Les antibiotiques ont permis le retour à la ville » Franchement quand nous parlons d’antibiotiques, qui à part Pasteur peut nous traverser l’esprit ? Penser à la médecine oui mais à l’architecture ?

« L’usage de la chaux blanche qui parcourt toute la modernité est avant tout hygiéniste. » Nous avons tous connu au moins uns réalisation de couleur blanche et couverte de chaux mais mis à part le côté épuré avons-nous posé la question de l’hygiène ? Probablement pas ! « La peur de l’air stagnant engendre les grands dômes de la Renaissance pour ventiler les miasmes. » Tout le mythe des grands dômes est en train de tomber mais l’explication est pertinente et le regard différent. Les exemples sont nombreux et les interprétations tout aussi passionnantes. C’est ainsi que nous dégustons, petit à petit,  tous les chapitres de l’exposition. En effet, cette dernière propose un triple parcours chronologique qui va de la découverte de l’histoire de l’architecture fondée sur les causes naturelles, énergétiques ou encore sanitaires, jusqu’à la découverte de certains objets des techniques d’éclairage en passant par l’évolution des matériaux de construction.

Par ailleurs, en nourrissant ses propos par divers exemples et travaux de chimistes, écrivains, théoriciens, ingénieurs, physiciens entre autres, Philippe Rahm, engage, à travers cette exposition, un dialogue qui dépasse largement l’analyse de la discipline de l’architecture mais va au-delà vers la formation même des villes . Ainsi, les découvertes scientifiques, les innovations techniques ou encore les relectures phénoménologiques permettent d’appréhender l’architecture et les villes non pas comme des événements culturels, mais comme les conséquences directes des exigences humaines.

A Paris, au Pavillon de l’Arsenal, l’exposition «Histoire naturelle de l’architecture» propose un parcours intelligent qui nous mène jusqu’aux tréfonds de l’architecture. Une exposition à découvrir sans tarder à partir de demain et ce jusqu’au 28 février 2021.