Archives de catégorie : architecture

Sideyard, un projet remarquable signé Skylab

© Stephen Miller

Aux Etats-Unis, à Portland, l’agence d’architecture multidisciplinaire Skylab vient de terminer la réalisation d’un édifice épuré qui croise fonctionnalité et esthétisme. L’ensemble prend place sur le site de Central Eastside qui forme le cœur géographique de la ville et se trouve au bord du flux quotidien des voitures, des vélos et des piétons.

S’adapter au lieu

Sideyard a été conçu pour s’adapter au lieu en tant qu’un bâtiment visant à la connectivité des transports en commun, à l’ouverture piétonne et à l’accès prioritaire aux vélos. Il est positionné de manière centrale dans la nouvelle communauté Eastside envisagée par le plan de Burnside Bridgehead Framework. Le rez-de-chaussée sera activé par une vitrine qui s’ouvre sur le long de la troisième avenue et comporte un espace de travail au-dessus. Le programme de construction permettra, à terme, de réintégrer un escalier pour piétons du niveau du pont Burnside à la troisième avenue semblable aux escaliers d’origine qui existaient auparavant.

L’édifice comprend un nouveau système structurel CLT avec des environnements de vente au détail ouverts au niveau du sol pour les clients et les locataires. Quant à l’espace de travail ci-dessus, il est enveloppé de maçonnerie de briques,faisant un joli clin d’œil au pont Burnside et à de passerelle d’Eastside.

Ce site de Central Eastside est situé au cœur géographique de la ville de Portland. Vu sa situation stratégique, le développement contribue à renforcer le lien entre Eastside et le centre urbain du centre-ville de Westside. Également situé dans le quartier, se trouve le Burnside Skatepark de renommée mondiale, construit sur un espace adjacent de la ville sous le pont Burnside. L’équipe de développement du bâtiment a en outre loué un petit espace sous le pont adjacent à Sideyard et au skate park. Cela étendra l’environnement de vente au détail de la troisième avenue au niveau des espaces urbains oubliés et inutilisés, dotés d’un potentiel créatif.

Économiser le temps

« Le bois lamellé-croisé est un nouveau matériau de construction durable qui célèbre les qualités structurelles inhérentes du bois. Ce matériau a été défendu par l’entrepreneur général pour sa pertinence régionale, sa disponibilité et sa simplicité d’assemblage. L’utilisation de ce système de bois massif a permis d’économiser le temps et les dépenses de main-d’œuvre. Le projet a également utilisé du contreplaqué de masse pour la structure intérieure de l’escalier, les paliers et les marches. Ce projet est l’un des premiers à utiliser et à démontrer avec élégance le potentiel de ce produit en bois. » a déclaré Jill Asselineau, la directrice du projet.

Depuis 1996, la firme a construit des endroits rares principalement à Bend, Hood River et Portland, Oregon. A chaque projet, son lot de paradoxe réalisable qui aide à s’intégrer dans l’environnement tout en se démarquant. Créer de toutes nouvelles opportunités pour les résidents et les entreprises sans perturber inutilement les précédents historiques reste à tout jamais l’un des soucis principaux de l’entreprise. A Portland, Skylab a réalisé un projet fin à la fois fonctionnel et utile et c’est à découvrir sans tarder. Le bâtiment a reçu le U.S.Wood Design Award 2020 (Regional Award) du Wood Council.

© Stephen Miller
© Stephen Miller
© Stephen Miller
© Stephen Miller

Le site de Skylab : ici. Instagram : @skylabarchitecture.

Les photos: © Stephen Miller

Santa Cruz, le charmant projet signé João Nuno Macedo

© Ivo Tavares Studio

Au Portugal, à Braga, la ville connue surtout par son riche patrimoine religieux, l’architecte João Nuno Macedo a réalisé un charmant projet. Il s’agit de la démolition de deux maisons donnant sur rue pour ériger à leur place un cohérent ensemble de logements.  

Simplifier l’ensemble

L’architecte nous raconte qu’au début, il y avait deux maisons à un étage, sans proportion dans le contexte de la rue qui se caractérise par son apparence froide et grise où les bâtis étaient aux images et aux façades décontextualisées. Les bâtiments historiques typiques côtoyaient ainsi d’autres qui étaient plus contemporains. Ainsi, l’idée de l’architecte était, dès le départ, de simplifier l’ensemble avec des lignes épurées et sobres, de produire un projet sans emphase, quelque chose de léger, qui s’adapterait aux diverses aspirations futures que peut avoir la rue.

Comme un grand volume

Le bâtiment apparaît comme un grand volume qui se pose délicatement au niveau de la rue, au-dessus du sous-sol, où se trouve le parking. En gros, c’est un volume suspendu sans interférence avec les volumes voisins. « Le bâtiment est développé et conçu pour avoir comme « cible » le marché universitaire, donc son intérieur est défini par ce concept, à travers des appartements avec un ensemble simple de plans, et d’autres éléments plus avant-gardistes œuvrant en parfaite harmonie. » Déclare l’architecte.

L’utilisation d’une touche très discrète de couleur procure un sentiment singulier, qui ne cause pas de restrictions mais transforme le lieu, selon son architecte, en un endroit fluide qui s’adapte aux différents contextes. La couleur blanche ajoute le sentiment de générosité dans un intérieur où la luminosité est très bien gérée. En effet, grâce aux grandes baies vitrées qui donnent sur la rue, les diverses pièces sont inondées de lumière.

Pour João Nuno Macedo, il était impératif d’attribuer du caractère à l’intérieur, permettant de devenir l’espace de quelqu’un qui entame une nouvelle vie académique ou professionnelle ou même simplement de passage temporairement, cet espace est donc destiné à se sentir comme chez soi, un lieu adopté par celui qui l’habite et dont il devient sa demeure pour un moment.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de João Nuno Macedo : ici.

Les images : © Ivo Tavares Studio

Facebook: www.facebook.com/ivotavaresstudio

Instagram: www.instagram.com/ivotavaresstudio

La nouvelle agence de Zooco Estudio à Santander

© Imagen Subliminal

L’agence d’architecture espagnole Zooco Estudio qui était jusque là, établie à Madrid, vient de créer une nouvelle agence à Santander. Les nouveaux bureaux signent une nouvelle ère pour l’agence.

L’arc comme élément central

Le projet est situé se trouve à la jonction de deux façades aux fenêtres rythmées où règne une forme semi-circulaire. Cela donne à l’espace investie, selon les architectes, une grande personnalité. Ces éléments sont si vigoureux et caractéristiques qu’ils sont devenus au fil des travaux, le leitmotiv de la morphologie locale .

Pour résoudre les besoins fonctionnels, l’arc arrondi est utilisé comme un élément central, donnant une continuité et améliorant le langage spatial préexistant. Dans un endroit complètement diaphane, deux éléments sont insérés de manière à organiser l’espace pour l’adapter aux diverses exigences. Le premier de ces entités contient toutes les services comme les toilettes, le bureau-cuisine, le local de stockage entre autres, tandis que l’autre partie définit les deux espaces de réunion existants qui sont indépendants l’un de l’autre, mais qui restent visuellement connectés.

Comme une salle commune

Le reste de l’espace est conçu comme une salle commune où se mêlent zones de travail, de détente et d’échange. Les architectes nous racontent que c’est la distribution du mobilier lui-même qui établit les circulations et les séjours, générant un espace flexible qui permet de multiples configurations. Grâce à l’agencement général, un agréable jeu de cache-cache semble régner au sein de l’agence.

Le chêne naturel est présent dans les cavités des arcades et au sol. Ce matériau devient primordial en raison de l’absence de couleur par ailleurs, créant une agréable sensation d’harmonie. Les différentes lignes ainsi que les traits sont sobres et épurées, les divers détails sont soignés et l’ensemble est équilibré. De même, les grandes baies vitrées assurent une bonne luminosité.

A Santander, Zooco Estudio vient de réaliser un espace qui représente bien les différentes aspirations de l’agence. Nous lui souhaitons une bonne continuation !

© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal

Le site de Zooco Estudio : ici.

Les photos : © Imagen Subliminal

Apfelhotel Torgglerhof, un élégant projet signé noa*

© Alex Filz

Au Tyrol du Sud, l’agence d’architecture noa *  a réalisé un hôtel de charme qui évoque l’élégance d’un hôtel historique tout en créant pour les utilisateurs des lieux, un oasis rempli de sens et de beaux moments partagés.

Quand la pomme devient muse

Les architectes de noa* nous raconte l’aventure : « La pomme, fruit originaire du Kazakhstan et apporté au Tyrol du Sud par les Romains, est au cœur du paysage culturel de la région. Le Torgglerhof se trouve à l’embouchure de la vallée de Passeier, ses racines sont profondément ancrées dans la culture de la pomme classique. Au fil du temps, il est devenu un endroit pour les personnes souhaitant s’attarder, se connecter et s’imprégner des vues panoramiques. C’est ici que l’Apfelhotel a été construit, et il est devenu depuis à la fois une destination de sortie et un conseil d’initié pour les clients à la recherche d’un plaisir de vacances et d’une escapade spéciale – avec une architecture succulente. »

En 2014, l’agence d’architecture noa * établie à Bolzano et à Berlin a remporté le concours de l’agrandissement de la structure existante de l’hôtel. En 2016, le bâtiment principal avec le restaurant ainsi que l’ancienne grange ont été démantelés et déshabillés pour être reconvertis.
Derrière la façade d’origine de la grange, sous les chambres, nous pouvons trouver la production de l’Apfelhotel avec ses diverses spécialités et fabriqués à partir de leurs pommes cultivées sur place ainsi que d’autres spécialités locales. L’Apfelsauna a été achevée puis a été agrandi.

En 2020, 18 nouvelles suites ont été construites, elles ont été soigneusement conçues pour s’intégrer dans la structure paysagère de la cour de la ferme tout en complétant l’environnement rural. Selon les architectes, un accent particulier a été mis sur la préservation des caractéristiques de l’ensemble de la ferme et le maintien de son échelle.
En tant que pièce centrale noa * a conçu un espace bien-être avec une architecture et une verdure qui ressemblent à un jardin luxuriant moderne. Une sorte de «cœur vert» qui, comme le sauna qui est en forme de pomme, s’intègre harmonieusement dans le paysage.

Le centre de bien-être, la nouvelle pièce maîtresse de l’hôtel

Le centre de bien-être nouvellement ouvert constitue la nouvelle pièce maîtresse de l’hôtel, il  n’a pas de façade côté nord, mais se fond dans une pente verte naturelle de sorte que le bâtiment est à peine visible. L’entrée du nouveau spa est une coque en béton semi-exposée incurvée qui s’insère dans le paysage et est conçue avec un magnifique portail en vieux bois. « Ici, à l’interface entre la surface et le sous-sol, le mot immersion prend un sens qui lui est propre. » Déclarent les architectes.  Le côté sud de l’espace bien-être, quant à lui, il s’ouvre sur une façade en verre et en acier qui disparaît sous une couverture de verdure sur le toit. La verrière en acier, sur laquelle grimperont les fleurs de jasmin parfumées, fait saillie vers le haut dans le ciel ouvert, rappelant les structures de maintien utilisées dans la culture moderne de la pomme.

Une grande partie de l’espace de bien-être est cachée à la vue. En effet, toute la structure est recouverte d’une couche de terre et de plantes, conçue pour se fondre naturellement dans le fond de la colline et ainsi se fondre dans le paysage. Le spa dispose d’une fontaine centrale en pierre naturelle et d’une cheminée à foyer ouvert dans un salon spacieux, qui mène aux douches, aux vestiaires et aux salles de beauté et de massage. La piscine intérieure s’étend vers l’extérieur à travers la façade verte envahie, elle est partiellement encadrée de roche. Un sentiment de sérénité mais aussi de plénitude se dégage de l’ensemble.

Une vue spectaculaire sur la vallée

L’étage supérieur est constitué d’un espace réservé aux adultes. Il dispose d’un sauna, d’une salle de relaxation, d’un sauna finlandais et d’un bain à vapeur ainsi qu’une terrasse adjacente où les gens peuvent se rafraîchir avec une douche extérieure. Le sauna finlandais, avec ses lattes de bois courbées horizontalement et ses généreuses fenêtres vitrées, offre une vue panoramique imprenable sur l’extérieur et les champs de pommiers. Le bain à vapeur a un caractère de grotte, quant à la salle de relaxation, elle offre une vue spectaculaire sur la vallée à travers la verdure de son revêtement de façade. Nous pouvons joindre l’Apfelsauna par un escalier ouvert incurvé, qui jouxte la coque en béton apparent.

Les diverses entités forment un ensemble cohérent qui non seulement dialogue admirablement avec le lieu mais offre une sensation unique suspendue dans le temps. Apfelhotel Torgglerhof de noa* est une réalisation singulière qui titille les sens !  

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa* : ici.

Les photos : © Alex Filz

St. Klemenz Kirche, un joyau en béton signé Walter Maria Förderer

© Sipane Hoh

L’église de Saint Klemenz a été construite dans la commune suisse de Bettlach (Bâche) en 1965-1969 par l’architecte Walter Maria Förderer qui a construit huit églises dans le même style brutaliste intemporel. Aussi sobre que délicat, l’ensemble garde jusqu’à nos jour, son allure extraordinaire mais aussi son style remarquable.

D’étranges objets totémiques

Dans les années soixante, l’architecte Walter Maria Förderer a conçu huit églises en Suisse et en Allemagne. Influencé par le grand maître Le Corbusier, et plus encore par l’architecture gothique, l’homme de l’art a conçu des d’étranges objets totémiques qui forment désormais certains des édifices religieux les plus avant-gardistes d’Europe.

A noter que les églises modernes d’après-guerre sont nées surtout de nécessité. A l’époque, l’Europe, ravagée par la guerre, avait perdu d’innombrables lieux de culte. De la fin des années 1950 jusqu’aux années 1970, le pays a construit plusieurs églises qui comptent parmi les plus avant-gardistes d’Europe. Le matériau utilisé était le béton brut, une matière qui a été reprise plus tard dans d’autres constructions par les architectes suisses.

Un formalisme remarquable

Walter Maria Förderer, né en 1928, a commencé comme sculpteur et son utilisation du béton a évolué au fur et à mesure de l’avancement de sa carrière. Tandis que certains architectes ont gardé le fonctionnalisme, Förderer a manipulé adroitement le béton brut pour en arriver à un certain formalisme remarquable et identifiable qui frise parfois même l’excentricité et la fantaisie. Une fantaisie que l’on décèle dans les traits de la St. Klemenz Kirche et qui interpelle tout curieux d’architecture.

L’œuvre de Förderer constitue une curiosité architecturale et plastique à part entière et sous ses allures brutalistes, l’ensemble porte un interêt structurel qui fascine jusqu’à nos jours. A noter que l’église a été rénovée en 2013. L’architecte qui a abandonné l’architecture par la suite pour continuer sa carrière dans la sculpture laisse derrière lui quelques réalisations inaccoutumées probablement peu fréquentées vu leur situation géographique, mais résolument contemporaines.

Les photos : © Sipane Hoh

© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh
© Sipane Hoh

La charmante Villa Tonden, un projet signé HofmanDujardin

© Matthijs van Roon

Conçue pour échapper à l’agitation de la ville, la villa Tonden, une conception en bois signée HofmanDujardin constitue le refuge idéal pour les vacances. Nichée dans la nature, la réalisation qui se trouve dans la commune néerlandaise de Brummen, comporte diverses qualités.

S’adapter au lieu

L’agence HofmanDujardin a soigneusement façonné l’aspect caractéristique du projet pour s’adapter parfaitement au lieu. Cette maison revêtue de bois est équipée de toutes les commodités nécessaires pour profiter d’un moment décontracté avec la famille et les amis. Toutes les chambres offrent une vue imprenable sur la nature environnante.

La Villa Tonden est composée de trois volumes en forme de maison archétypale. Les façades embrassent différentes terrasses qui surplombent les champs et les bois alentours. Alors que les volumes individuels se traduisent par des espaces intérieurs uniques avec des qualités spécifiques, l’utilisation de portes coulissantes renforce les connexions internes.

Le hall d’entrée et sa grande fenêtre sont connectés à l’espace de vie principale. Avec des ouvertures orientées dans trois directions, le salon suit le soleil. Deux grandes portes coulissantes en verre s’ouvrent sur une terrasse et brouillent les liens entre l’intérieur et l’extérieur. Avec la structure du toit en bois laissée visible, la hauteur est encore plus soulignée. Le salon constitue le cœur de la maison, invitant la famille à passer des soirées chaleureuses et confortables autour de la cheminée.

Regarder les étoiles

La chambre principale possède une salle de bain privée et une grande fenêtre qui offre une vue imprenable sur les bois environnants. La chambre des enfants comprend des lits superposés intégrés aux quatre coins de l’espace, un agencement spécial pour se sentir en sécurité dans cet environnement naturel. Situées devant une grande fenêtre, les chambres donnent sur les bois et permettent aux enfants de regarder les oiseaux et les cerfs depuis leur lit. Outre la chambre principale et celle des enfants au rez-de-chaussée, la Villa Tonden dispose de deux chambres d’hôtes supplémentaires dans les combles. Toutes deux, sont dotées d’un puits de lumière pour regarder les étoiles et les cimes des arbres. De cette façon, chaque espace entretienne une relation unique avec la nature. L’ensemble, aux traits fins et épurés, se niche parfaitement dans l’environnement naturel. Un coup de maître de la part des architectes !

© Matthijs van Roon
© Matthijs van Roon
© Matthijs van Roon
© Matthijs van Roon
© Matthijs van Roon

Le site de HofmanDujardin : ici.

Les photos : © Matthijs van Roon