Archives par mot-clé : durabilité

A La Haye, Cepezed signe un projet généreux

© Lucas van der Wee | cepezed

Aux Pays-Bas, à La Haye, les résidents du luxueux Park Hoog Oostduin ont récemment emménagé dans leurs appartements. Ils vivent désormais tranquillement dans un cadre verdoyant tout en étant au cœur de la ville. Par conséquent, le laissez-passer d’accès à leur parking privé est marqué par la phrase « Vivre dans le parc, profiter de la ville ».

Axée sur la durabilité

Le projet, conçu par l’agence d’architecture néerlandaise Cepezed consiste à la transformation de l’ancien bureau Shell, qui faisait depuis longtemps partie du campus Shell dans le majestueux quartier de Benoordenhout. Les architectes de Cepezed nous racontent que l’ensemble, datant de 1968, a été initialement conçu par H.E. Oud, fils du célèbre architecte moderniste J.J.P. Oud. La partie la plus importante de l’ensemble consistait en un gratte-ciel considérable, visible de loin. A proximité, se trouvait une deuxième section du bâtiment, plus fugace et moins haute. Le complexe a été construit en bordure du domaine Oostduin-Arendsdorp. Le terrain comportait également un grand parking souterrain et une cave avec une place de parking au sommet qui rendait la zone encore plus caillouteuse.

La transformation a été entièrement axée sur la durabilité et la qualité. Vu son âge, le complexe était dépassé sur le plan esthétique et surtout fonctionnel. Les architectes ont dû transformer l’ensemble en un environnement résidentiel de haute qualité avec des appartements confortables situés dans un cadre urbain agréable. Un niveau élevé de confort et d’installations pour les résidents était également important, comme les divers services dont The James Company s’occupe depuis le hall d’entrée du complexe rénové.

La situation existante représentait un défi considérable pour les architectes, qui ont su manier l’ensemble avec tact en mettant en avant les diverses qualités du projet telles que son emplacement et sa structure existante. Cepezed a été choisi pour mener à bien ce projet grâce à son expérience dans les transformations complexes et d’un plan offrant des solutions et des possibilités maximales combinées à un minimum d’interventions hautement ciblées. La conception utilise autant que possible les caractéristiques et qualités existantes. Cependant, la faible hauteur n’étant pas adaptée au logement, la structure a été démolie et remplacée par une nouvelle construction.

De la lumière du jour et une vue panoramique

La nouvelle tour s’appelle High Dune. Avec une grille structurelle de 1,80 m, le bâtiment se compose de bandes de bureaux le long des façades, d’un noyau central contenant les escaliers, les ascenseurs et les puits de lumière ainsi que les couloirs menant aux différents bureaux. Les logements ne sont pas traversants mais ils sont positionnés tout au long des façades, tout comme les bureaux auparavant. En conséquence, ils reçoivent beaucoup de lumière du jour et ont une vue panoramique vers le centre ville et le large. La grande hauteur libre des appartements procure une énorme expérience spatiale.

Cependant, les architectes avaient remarqué que les bandes de bureaux existantes n’étaient pas assez profondes pour les convertir en logements. De plus, les appartements devaient avoir de grands espaces extérieurs spacieux, c’est pourquoi, ils ont opté pour une solution simple, ajouter à l’ensemble un généreux couloir, tandis que des loggias ont été créées dans le contour du bâtiment existant. Ainsi, nous pouvons remarquer que, côté ville, le bâtiment est doté d’une extension de trois mètres de profondeur, contenant des balcons et un espace de vie supplémentaire. Cette extension se compose en acier avec des planchers de dalles composites aux tôles d’acier profilées. Les architectes soulignent que l’ensemble est relativement léger et transfère ses charges à la construction existante et au sous-sol existant, de sorte qu’il pourrait être réalisé sans fondation supplémentaire. Tous les appartements sont accessibles via l’ancien couloir côté ville. En plus, pour une expérience agréable, ouverte et spatiale, des vides ont été créés dans la zone d’accès.

Les bâtiments contenaient à l’origine des escaliers de secours. Ceux-ci ont été déplacés vers d’anciens puits, ce qui a permis la réalisation de logements d’angle spéciaux avec une vue encore plus large que les autres appartements. Les façades d’extrémité en pierre calcaire ont été conservées, quant aux façades longitudinales, elles ont été entièrement rénovées selon les normes actuelles. Avec de hautes bandes de verre et des bandes d’émail blanc, elles respectent le caractère moderniste du bâtiment existant tout en donnant l’image d’un imposant immeuble résidentiel. Au total, plus de 180 appartements ont été réalisés à Hoge Duin, variant de 70 à 200 m². Certains d’entre eux sont des appartements de courte durée. Il existe également des  appartements hôteliers pour les résidents. En outre, huit penthouses avec des dimensions comprises entre 165 et 300 m² ont été réalisés dans les anciens espaces sur le toit.

Hight dune, Low dune

Le nouveau bâtiment du complexe, de faible hauteur, est appelé Low Dune, il est construit sur la base de l’ancien édifice de faible hauteur démoli. Le volume allongé existant était directement perpendiculaire à la tour, mais le nouveau bâtiment carré plus compact a été construit à une certaine distance de celui-ci. Ainsi, nous pouvons remarquer plus d’espace entre les deux parties du bâtiment et le complexe dans son ensemble, outre sa transparence, engendre une belle relation avec la végétation environnante.

La nouvelle construction se compose de huit étages et comprend 30 logements. Trois maisons en duplex et les maisons qui se trouvent au dernier étage, sont des penthouses. Le bâtiment donne le sentiment de « vivre dans le parc » encore plus que le gratte-ciel. Les divers logements sont pourvus de portes coulissantes et de balcons, les chambres sont même dotées d’un jardin. Les couloirs présentent des façades transparentes. Par conséquent, ils reçoivent beaucoup de lumière du jour et offrent toujours aux résidents une vue sur l’extérieur. Malgré le nombre limité de logements, le bâtiment dispose de deux ascenseurs. Cela réduit les temps d’attente et garantit qu’il y a toujours un ascenseur disponible, même en cas de maintenance ou de panne.

Pour optimiser davantage la qualité de vie, une grande attention a été accordée au parvis, qui était autrefois une grande surface plane en pierre dédiée aux voitures. Une couche de stationnement supplémentaire a été réalisée par les architectes qui ont veillé à compléter l’ensemble par une conception paysagère qui maintient l’expérience de vivre dans la verdure. Pour améliorer encore cette expérience, les anciennes places de stationnement le long de la rue ont été annulées. Le cours d’eau qui s’étend autour d’Oostduin-Arendsdorp a été prolongé. Le garage offrant un espace pour plus de 250 voitures présente une finition de façade en acier corten.

Le projet a accordé une grande attention à la durabilité. En partie à cause de la réutilisation de nombreux matériaux, Le complexe existant, la tour d’habitation et le garage ont été réutilisés. Les finitions des murs en travertin dans l’entrée existante ont également été conservées, tandis que l’imposante verrière sculpturale en béton au-dessus de l’entrée a été complètement intégrée dans la nouvelle conception. Selon les architectes, la réutilisation du panneau de carreaux de céramique par l’artiste Karel Appel mérite une mention spéciale. Cela a d’abord honoré l’ancien édifice du complexe et est maintenant inclus du côté de la mer dans la façade de Hoge Duin.

En collaboration avec la firme d’ingénierie Repurpose, il a également été garanti que de nombreux matériaux libérés lors du démantèlement du complexe existant soient réutilisés dans d’autres projets. Par exemple, un grand nombre de portes, fermetures, appliques murales, mobilier de bureau et revêtements de sol entre autres, ont continué à vivre à travers d’autres projets. Au moins 80% des matériaux de démolition ont été réutilisés. De plus, les nouveaux appartements eux-mêmes sont entièrement équipés de systèmes de refroidissement et de chauffage au sol, ainsi que de vitres résistantes au soleil et de récupérateurs de chaleur. L’intervention de Cepezed est intelligente, les architectes ont su établir un lien fort entre leur proposition et le contexte tout en gardant l’esprit du lieu et dotant le site d’un projet remarquable.

© Lucas van der Wee | cepezed
© Lucas van der Wee | cepezed
© Lucas van der Wee | cepezed
© Lucas van der Wee | cepezed

Le site de Cepezed : ici.

Les photos: © Lucas van der Wee | Cepezed                    

G-ROAD, la route de la soie verte

© 2018, Peter Ruge Architekten

Conçue par l’agence d’architecture berlinoise Peter Ruge Architekten, le projet G-ROAD consiste en une vision durable et exceptionnelle d’une civilisation verte et en bonne santé, se développant le long de la route de la soie, inspirée par son riche héritage culturel et son avenir holistique.

« Sur la base d’une recherche exhaustive, G-IDEAS est créé pour faire face à des opportunités visionnaires reflétant les défis environnementaux, les technologies de la santé, les identités locales, les conditions sociales et la diversité culturelle. Conçus délibérément à partir de diverses sources, ces concepts visent votre propre inspiration verte. Chaque projet est un rêve durable en soi et est lié à la longue histoire du G-ROAD. Dans son intégralité, G-ROAD.COM forme une impressionnante vision d’un développement vert et sain et à partager généreusement avec les générations futures. » Nous raconte l’équipe qui a travaillé sur le projet dont les membres sont : Peter Ruge, Kayoko Uchiyama, Matthias Matschewski, Pattanun Thongsuk, Chuan Wang et Sia Hong Rui.

Les projets proposes par les architectes sont quinze. Ils consistent à fournir des réponses immédiates qui s’avèrent être durable dans le temps, aux différentes villes évoquées. Donnons quelques exemples qui, si jamais se réaliseront un jour, changeront le visages des villes dont il est question.

©2018, GeoBasis-DE/BKG (©2009), Google

G-Gate est le projet d’une nouvelle ville verte et saine sur le G-ROAD. Construite en bois et en verre, cette tour qui marque l’entrée symbolique de Berlin, stocke une énorme quantité de CO2 au cours de son cycle de vie.

© 2018, DIA by Chin Yan Jun

Soudain, un objet en forme de fraise émerge dans le ciel. Son nom est Hover the Third, qui est prévu pour le désert de Gobi. Pour créer un équilibre éternel entre travail et vie personnelle, vous n’avez pas besoin de quitter votre famille et les personnes que vous aimez pour pouvoir travailler dans un lieu éloigné. Avec son apparence attrayante, le rêve de tout un chacun devient réalité. Aujourd’hui, Hover the Third avait enfin réalisé le désir humain et une nouvelle méthode de pensée durable le long du Chemin des rêves.

© 2018, DIA by Joann Liew Yii Ning

Dédié aux artistes qui vivent et travaillent, ainsi qu’aux habitants et aux visiteurs qui souhaitent profiter et mener à bien leurs activités, 71% du projet Blue consiste en une réponse durable à l’instar de l’alimentation en particulier et le secteur agricole en général constituent la base d’un mode de vie écologique et sain le long de GROAD. Une approche multicouche combine des méthodes de production alimentaire, de pensée créative et de bien-être.

copyright by ⼀一想⽹网络科技(成都)股份有限公司

Golden Panda Waterwheel utilise l’architecture vernaculaire pour émerger dans l’interaction de la communauté. Dans une région abondante où il reste beaucoup de qualités locales, l’ensemble constitue une réanimation culturelle indépendante qui convient à la nature locale et évite les effets négatifs sur l’environnement. La roue est une combinaison d’une centrale électrique modulaire et d’une salle de sport cinétique afin de générer de l’énergie pour leurs utilisateurs dans une perspective verte et saine.

“G – Street Libraries“ is a derivative of “Aleppo, citadel 2009 reflection“ by Johan, used under CC BY 2.0.

Les bibliothèques G-Street permettent l’éducation gratuite et rendent la culture accessible pour tous. Les informations étant vitales pour l’avenir du G-ROAD, les bibliothèques G-Street sont conçues pour la lecture gratuite et les échanges culturels. Il existe des briques recyclées disponibles en Syrie. La forme unique en forme de ruche est inspirée de la maison syrienne traditionnelle.

© 2018, Peter Ruge Architekten

Silk Road Energy Spine met l’accent sur l’une des approches les plus importantes du G-ROAD qui constitue le nouveau monde du partage. Il s’agit d’une étape clé dans les infrastructures innovantes en matière d’énergie, d’eau et de données volumineuses. Cette infrastructure est partagée par le réseau, ce qui constitue un partenariat durable entre les communautés hétérogènes.

“Water Lily“ is a derivative of “Entering the Ratargul Swamp Forest“ by Faisal Akram, used under CC BY-SA 2.0 and “Sylhet ratargul swamp forest 2“ by Abdullahap, used under CC BY-SA 4.0

G-Shell est une capsule modulaire confrontée à l’érosion des sols et augmentant l’efficacité de la revégétalisation. Il s’inspire de la forme naturelle des dunes de sable façonnées par le vent. L’espace intérieur est à l’abri et fournit les conditions appropriées pour la replantation. Comme la structure et la coque sont imprimées en 3D avec du sable et du sel, G-Shell fabrique et utilise les ressources disponibles localement.

“Oxygen City“ is a derivative of “Moscow July 2011-16“ by Alvesgaspar, used under CC BY-SA 3.0 and “St. Basil‘s Cathedral“ by Erik Charlton, used under CC BY 2.0

Les tours à oxygène fonctionnent comme des purificateurs d’air. Ils sont remplis de filtres à air combinés à des éoliennes qui améliorent la qualité de l’air. En tant que structure importante dispersée dans la ville, son design est basé sur l’architecture russe.

“Water Lily“ is a derivative of “Entering the Ratargul Swamp Forest“ by Faisal Akram, used under CC BY-SA 2.0 and “Sylhet ratargul swamp forest 2“ by Abdullahap, used under CC BY-SA 4.0

Water Lily est un prototype de collecte et de transport de l’eau dans les zones arides via G-Spine afin d’équilibrer les conséquences du changement climatique. Situés dans la forêt de marais Ratargul, l’une des rares forêts marécageuses d’eau douce au monde, dans le nord-est du Bangladesh, ils stockent l’eau pendant les fortes pluies et maintiennent le niveau d’eau pendant la saison sèche. Le dépassement de l’eau est transporté par GSpine.

“Blizzard Blazzer“ is a derivative of “⻩黄鹤楼⻄西侧⾯面“ by JuneAugust, used under CC BY 3.0

Le Blizzard Blazer est situé à Wuhan, dans le Hubei, où le blizzard est l’un des défis les plus difficiles à résoudre dans la province. Il dégage de la chaleur pour faire fondre l’excès de neige de la tempête de neige, ce qui fait qu’il pleut jusqu’à terre. Il s’agit d’une tour de guet signalant les changements climatiques, inspirée par la fonction originale de la célèbre tour Yellow Crane.

© 2017, DIA by Bei Chen

S’inspirant de l’historique de la route de la soie où des marchandises sont produites, acquises et échangées entre commerçants locaux, les arbres sont proposés comme une nouvelle devise potentielle. Chaque arbre est en corrélation avec une capacité de captage et de stockage du dioxyde de carbone. Cette nouvelle monnaie compense le changement de valeur le plus important du 21ème siècle au-delà du G-ROAD.

© 2018, Peter Ruge Architekten

Par ailleurs, le monde de voitures électriques approche. G-Charging Pod propose un nouveau concept de bornes de recharge et d’espaces publics. Chaque dessin de G-Charging Pod apprécie la nature. Constitué des ressources disponibles les plus proches, il réconcilie les utilisateurs avec leur conscience et leur environnement.

© 2018, Peter Ruge Architekten

Green Health City à Boao Lecheng est un prototype de nouveau développement urbain international, écologiquement durable, axé sur la protection de la santé et les traitements médicaux. La structure urbaine s’aligne sur son identité locale, en tenant compte de la tradition et de l’histoire médicinale ancienne chinoises. Il s’agit d’un prototype de nouvelle infrastructure de santé verte et d’une stratégie de design urbain qui ouvrent la voie au développement futur de la ville verte.

© 2017, DIA by Alex Sia Hong Rui

Le changement climatique et le manque d’eau conduisent à la désertification, aux catastrophes naturelles, à la guerre et à l’extinction le long de la route de la soie. Inspirées d’un système de transport d’eau traditionnel, les tours « Karez » sont conçues pour pomper de l’eau salée souterraine dans le désert du Taklamakan. Le traitement des eaux de dessalement pour les zones de peuplement situées dans un rayon d’alimentation limité est développé sous forme de tours multifonctions et s’étale le long de la G-ROAD.

© 2018, Peter Ruge Architekten

Et enfin, Moving Clinic reflète la vision de G-ROAD sur un développement holistique incluant les conditions de vie en zone rurale. Fabriqués à partir de conteneurs recyclés de taille standard, les cliniques mobiles sont en mesure de servir les patients. En arrivant à la clinique mobile, les utilisateurs peuvent se connecter à leur compte, recevoir immédiatement un traitement médical et se connecter à des spécialistes éloignés.

Le site de Peter Ruge Architekten : ici.

Pour plus d’informations sur le G-ROAD: ici.