Archives par mot-clé : musique

A Milan, une passerelle transsensorielle signée noa*

© Alex Filz

Cette année , à l’occasion du FuoriSalone de Milan, les visiteurs ont pu admirer une passerelle transsensorielle éphémère que l’agence noa* a réalisé au sein de l’université de Milan. Une œuvre singulière qui a fait sensation.

Lumière et paysage

L’architecture et les gens sont étroitement liés et à travers la création d’un espace. Ainsi, la connexion entre les individus au sein de cet espace est encouragée. C’est le concept qui a poussé noa* à concevoir son installation. L’idée propose une sorte de lumière et de son paysage, un ensemble dynamique qui accueille les visiteurs à leur entrée dans l’exposition.

De chaque côté de la porte, une couronne de faisceaux lumineux structurels s’ouvre, chacun à différentes hauteurs, amplifiant visuellement la séquence du portique du XVIIe siècle qui sert comme paramètre pour l’installation, nous racontent les architectes. Le résultat est une œuvre sculpturale qui combine divers éléments, dont la lumière, le son et le mouvement, en dialogue direct avec les personnes et avec l’espace.

Les architectes nous racontent que les faisceaux lumineux créent des relations, construisant des « ponts » entre les gens. « La lumière réagit à la présence des visiteurs et interprète en même temps la façon dont ils se rapportent à un autre. » Par un mécanisme « transsensoriel », une partition légère et musicale est créée qui n’est pas non seulement étroitement liée à la masse et au volume, mais elle devient aussi le moteur de l’installation. Le résultat est une chorégraphie originale et unique de lumière et de son, qui enrichit le parcours émotionnel des visiteurs.

D’acier et de LED

Les 34 faisceaux formant la couronne de lumière de part et d’autre de l’entrée sont constitués d’acier inoxydable et recouvert de miroir, amplifiant la présence des personnes et englobant l’espace qui les entoure. Chaque élément varie en hauteur de 2,50 m à 4 m et possède une section triangulaire de 7×7 cm² . La compétence technique et le savoir-faire de l’entreprise sud-tyrolienne EWO ont permis de traduire le concept d’interactivité en un système fonctionnel de lumière et de technologie. Les faisceaux lumineux en acier sont éclairés par des unités LED qui sont installées verticalement et équipées d’une technologie anti-éblouissement innovante appelée ewoLightTile. Quant au son, celui de Ebner Film + Music, il a été spécialement conçu pour cette installation et programmé pour réagir à la diversité des situations détectées par les capteurs. L’ensemble est réglementé par des haut-parleurs placés dans l’espace d’exposition de l’installation, tandis que les capteurs qui contrôlent la lumière et le son en fonction des interactions entre les personnes, sont répartis le long les 34 poutres.

A Milan, l’installation de noa* constitue une belle expérience sensorielle à découvrir sans tarder !

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de noa* : ici.

Les photos : © Alex Filz

A Paris, l’agence Engasser + associés réalise le 360° Paris Music Factory

© Luc Boegly photographe / Agence Engasser architecture

C’est un programme complexe d’un bâtiment de cinq étages baptisé Studio 360° qui se trouve à Paris. Réalisé par l’agence Engasser + associés, l’ensemble comprend une multitude d’activités qui gravitent autour d’une salle de spectacle dédiée aux Musiques du Monde.

Un véritable lieu de vie et de création artistique

Les architectes nous racontent que l’idée du projet découle de la vision d’un acteur majeur et d’une personnalité, Saïd Assadi, qui s’engage, depuis  plus de 20 ans, pour une production musicale basée sur la transculturalité et la diversité. Petit à petit l’idée a fait son chemin et la nécessité d’accomplir un tel projet s’est révélée. Ainsi, le 360° Paris Music Factory ne peut pas s’apparenter à une simple salle de spectacle, mais bien au-delà. Il s’agit d’un véritable lieu de vie et de création artistique.

Le projet est situé à la Goutte d’or, un quartier parisien cosmopolite et prioritaire, facilement accessible et à proximité des  métros  Barbès-Rochechouart et Château Rouge. Le bâtiment prend place à l’angle de la rue tout en s’insérant délicatement dans le contexte urbain alentour. Il s’agit avant tout d’un lieu stratégique, assumé par son créateur et ayant pour un seul but, la propagation de la culture musicale en créant un modèle économique optimale pour les artistes.

La réalisation présente par ailleurs des dimensions cohérentes pensées pour répondre favorablement aux divers besoins du quartier tout en faisant écho aux différents espaces culturels présents dans le voisinage. Le programme comprend entre autres un espace d’accueil, une zone de restauration, une partie dédiée à l’hébergement, une autre à l’enregistrement et les répétitions. En gros, le projet regroupe tout ce qui permet à un projet artistique et culturel d’éclore et d’aboutir selon le rythme des artistes en résidence. Notons également que le lieu est doté d’une pépinière d’entreprises offrant aux jeunes entrepreneurs des espaces de coworking.

Une implantation exemplaire dans le quartier

Malgré sa sobriété et son implantation exemplaire dans le quartier, le bâtiment se distingue des autres constructions alentours par son enveloppe constituée de panneaux en acier, perforés et laqués. Cette peau métallique se prolonge en toiture  jusqu’à la terrasse située au dernier étage et continue même à l’intérieur du bâtiment. Quant à la bande vertical qui comprend l’escalier de service situé contre un bâtiment mitoyen situé rue Myrha, elle est réalisée à la  fois en béton peint dans les étages inférieurs et en bardage de zinc aux derniers niveaux. Selon les architectes, ce traitement se différencie du volume principal de couleur blanche afin de marquer une certaine transition vis-à-vis au voisinage. Nous pouvons trouver la même tôle sombre sur la toiture au-dessus des lucarnes.

Quelques agencements rendent la réalisation beaucoup plus accessible voire pratique. Par exemple, le restaurant et le hall d’accueil de la salle de spectacle qui donnent directement sur l’extérieur ou encore l’escalier d’honneur situé dans le hall à triple hauteur qui sonne sur les deux rues Myrha et Léon. Sur le même palier, se trouve également le restaurant qui utilise des produits de circuit court. Un petit coup de cœur pour la terrasse du deuxième étage, qui, traitée en creux, révèle aux passants les différentes activités du lieu. Tout a été minutieusement étudié pour offrir un confort optimal aux divers utilisateurs des lieux. A Paris, les architectes de l’agence Engasser + associés ont accompli un projet utile, fonctionnel et créatif et c’est à découvrir sans tarder.

© Luc Boegly photographe / Agence Engasser architecture
© Luc Boegly photographe / Agence Engasser architecture
© Luc Boegly photographe / Agence Engasser architecture
© Luc Boegly photographe / Agence Engasser architecture

Le site de l’agence Engasser: ici.

Les photos : © Luc Boegly photographe / Agence Engasser architecture

Lola James Harper à Paris!

© Lola James Harper
© Lola James Harper

Dès le premier novembre 2016, Amastan Paris et Lola James Harper collaborent pour présenter une exposition de photographies et des concerts. L’hôtel qui dédie un espace complet à l’hébergement d’installations artistiques temporaires agrémente ses murs par les œuvres de Rami Mekdachi, le fondateur de Lola James Harper.

Toujours à l’affut d’un esprit jeune et collaboratif, Amastan Paris présente un projet engageant qui fait écho aux voyages et à la culture. L’exposition qui commence le 9 novembre durera jusqu’au 27 novembre et présentera une série de photos de voyage prises en été. En parallèle, de spectacles musicaux gratuits se dérouleront  le 9 novembre, 16 novembre et le 23 novembre à l’hôtel.

Néanmoins, derrière cette collaboration se cache l’idée d’une belle collection et le partage de souvenirs via l’image. Pour le visiteur qui découvre les photos, une brise chaude venant d’ailleurs l’enveloppe. Outre les routes vides, les skatepark et les voitures anciennes qui peuvent réveiller la nostalgie de certains, les photos de Rami montrent des paysages au ciel bleu, des pâturages et des palmiers, le dépaysement est garanti !

Pendant ses voyages à travers le monde, Rami qui est né à Beyrouth et vit à Paris a également noué des amitiés avec des musiciens comme Ulona Hooman, Billy Hell et Karima Adams, il a fini d’écrire avec eux des chansons de rock et folk sous le nom de Lola James Harper. Le groupe interprètera trois concerts de musique à l’occasion de l’exposition.

Amastan hôtel, qui a ouvert ses portes en été 2016 est devenu très vite une plate-forme pour l’expression artistique. Pop-In situé à côté de l’établissement entre la rue du Faubourg Saint Honoré et l’avenue des Champs-Élysées, dans le 8ème arrondissement de Paris, continue la philosophie de la marque pour rassembler un bel échantillonnage de différents talents créatifs.

© Lola James Harper
© Lola James Harper

Les photos : © Lola James Harper

Un charmant centre communautaire signé Andreas Flora

 © Benjamin Pfitscher

Dans le nord-est de l’Italie, à San Martino in Passiria, l’architecte Andreas Flora a réalisé un charmant centre communal qui réunit fonctionnalité et esthétisme dans un seul projet. Découverte d’une curiosité qui forge le nouveau visage de la place du village.

San Martino in Passiria est une petite commune de 3100 habitants située dans la province de Bolzano, en Italie du nord. C’est dans le cadre du réaménagement de la place du village que les autorités entreprennent la construction d’un lieu communautaire qui sert de pavillon de musique.

L’ouvrage qui se développe sur une pente légère et ressemble de loin à une maison donnant directement sur la place comprend une grande partie de son programme (comme la salle de répétition et d’autres dépendances) dans son sous-sol. Le dialogue que l’édifice noue avec la maison paroissiale non loin de là s’avère être doux et éloquent. Quant aux matériaux utilisés, il s’agit de la pierre naturelle que l’on trouve dans la région et du bois non traité apporté des environs.

Dans cet environnement de carte postale, l’arrivée de la nouvelle construction ne s’apparente en aucun cas à un geste architectural arrogant mais bien au contraire à une discrète insertion qui fleurit son voisinage.

 © Benjamin Pfitscher

 © Benjamin Pfitscher

 © Benjamin Pfitscher

Le site de l’architecte Andreas Flora: ici.

Les photos: © Benjamin Pfitscher

Old England…

De style Art Nouveau, cet ancien magasin, qui était l’un des plus beaux de son époque, a gardé tout son charme d’autrefois.
Avec son squelette de fonte et d’acier, le verre qui accentue sa luminosité, la présence du bois à son intérieur, les différents détails omniprésents sur ses façades, cette construction remarquable ne pourrait que devenir un exemple et un icône architectural pour la ville.
Il s’agit de l’une des réalisations les plus connues de l’architecte belge Paul Saintenoy. Aujourd’hui réhabilitée et rénovée, elle fait partie du musée des instruments de musiques de Bruxelles.
Dans une ville qui accumule aussi bien tradition et modernité, architecture et bande dessinée, une visite et quelques clins d’oeils vers ce bâtiment au passé glorieux…












Les photos : © Sipane Hoh

Source d’inspiration…

Une maison entièrement couverte par une coulée verte. Tel a été le choix de ce propriétaire, musicien aux goûts particuliers. Une salle de musique singulière avec les caractéristiques d’une villa écologique, une belle entrée, bien qu’un peu théâtrale, un entourage original, le tout comme une source d’inspiration pour l’artiste qui l’habite…

D’autres blogs qui ont parlé de cette construction: ici.
Le site des architectes: ici.
La photo: © KWK PROMES.