Archives par mot-clé : matière

Au Portugal, une charmante réhabilitation signée Liliana Maciel

© Ivo Tavares Studio

Au Portugal, dans la périphérie de Santo Tirso, l’agence d’architecture portugaise Liliana Laciel Arquitetura vient de terminer la réhabilitation d’une maison familiale aux lignes pures et aux traits épurés.

Un travail colossal

La maison se situe dans la périphérie de la commune de Santo Tirso, dans un lieu qui présente une transition claire vers l’environnement rural de la ville, une parcelle qui jouxte la très fréquentée, route nationale 105 qui relie Porto à Guimarães. L’ensemble, qui a cumulé plus d’un siècle d’existence et d’évolutions constructives successives, était très dégradé, non seulement en raison de l’âge, mais aussi du fait d’être inhabité pendant plus de 30 années.

Les architectes ont tout de suite remarqué le grand potentiel de la propriété, sa grandeur et sa beauté ont été jugées comme indéniables. Bénéficiant d’une excellente exposition et d’un terrain généreux, la maison réunit une série de caractéristiques qui ont fasciné ses propriétaires et, plus tard, les architectes. En effet, ces derniers, tombés amoureux du lieu, ont entrepris un travail colossal, à la fois rigoureux et subtil pour redonner vie à la résidence.  

Préserver la mémoire et l’identité

La volonté de réhabiliter, de préserver la mémoire et l’identité ont été des piliers décisifs pour un projet qui conjugue les contemporanéité des solutions dans la recherche d’une spatialité du confort thermique, acoustique et bien sûr esthétique, dans le respect des âges. « La matérialité la plus emblématique de la mosaïque, ou la plus ancienne de pierre et de bois, a été préservée et pensée à propos, depuis l’exécution des détails les plus discrets, jusqu’à la lecture de l’ensemble, en associant des matériaux d’usage et un langage plus contemporain, avec des tons, des combinaisons et des compositions qui aboutissent à cet ensemble parfaitement intégré dans le paysage. » Déclarent les architectes qui ont gardé certains aspects anciens tout en ajoutant de nouvelles touches, le tout dans une harmonie parfaite qui croise diverses contrastes, plusieurs textures et différentes matières. Il en résulte un projet exquis qui mérite reconnaissance.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Liliana Laciel arquitetura : ici.

Les photos : © Ivo Tavares Studio

Facebook: www.facebook.com/ivotavaresstudio

Instagram: www.instagram.com/ivotavaresstudio

Casa CG, la séduisante maison signée Pedro Henrique

© Ivo Tavares Studio

Au Portugal, à Arrifana, dans un environnement privilégié et idyllique, l’architecte Pedro Henrique a réalisé la Casa CG, une maison familiale aux traits purs et aux lignes discrets. Sobriété et élégance sont au rendez-vous.

Entre terre et mer

L’architecte nous raconte que la parcelle se trouve sur un plan surélevé par rapport à la rue et s’ouvrant sur un champ, elle est définie par les grands arbres qui nous procurent des sensations visuelles vécues grâce aux différentes palettes de couleurs qu’apporte chaque saison. C’est dans cet environnement idyllique, entre terre et mer que Pedro Henrique a construit son projet, une maison familiale aux lignes sobres et aux traits purs.

Un ensemble de volumes forme la maison qui incarne un archétype reconnaissable et divise l’espace intime et commun, séparant les chambres de la cuisine et des salons. « Ces volumes sont organisés selon différentes orientations à la recherche de la meilleure relation entre eux, et les uns avec les autres. » Nous raconte l’architecte. En effet, le contraste entre les façades en béton brut et l’intérieur de la maison crée une sensation singulière, ressentie à travers les patios, les lucarnes et les escaliers.

simplicité et sobriété

L’espace collectif s’étend à l’extérieur et à l’étage supérieur, créant une variété d’espaces de vie tout en étant en proximité des ménages. La partie qui comprend les chambres, comporte un espace extérieur couvert offrant de l’intimité et permettant, simultanément, à la lumière naturelle d’inonder l’intérieur. Afin d’intensifier le rapport à la nature, la maison évoque la simplicité et la sobriété qui caractérisent l’environnement.

L’intérieur se caractérise par le joli croisement des matières où le béton brut cohabite à merveille avec le bois des planchers et les murs blanches immaculées. L’ensemble dégage un atmosphère serein où règnent la sobriété et la grâce. Pedro Henrique a fait tout son possible pour engendrer un ensemble élégant où il fait bon vivre. Un projet remarquable à découvrir sans tarder.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Pedro Henrique Arquiteto : ici.

Facebook: https://www.facebook.com/pharq/ Instagram: @pedrohenriquearquiteto

Les photos: © Ivo Tavares Studio

Facebook: www.facebook.com/ivotavaresstudio. Instagram: @ivotavaresstudio

A Londres, Clément Blanchet donne un délectable rendez-vous avec la matière

© Philippe Ruault
© Philippe Ruault

A Londres, l’architecte Clément Blanchet vient de livrer un restaurant où les diverses textures utilisées font référence au passé. Une fine expérience sensorielle se dégage ainsi de l’ensemble.

Clément Blanchet a déjà une petite expérience dans la matière, tout en travaillant sur des projets de grandes envergures, l’architecte avait restructuré en 2001, le restaurant Le Dauphin à Paris.

Un style singulier

A Londres, l’exercice est toute autre. L’architecte a entrepris la création d’un vaste espace où se réunissent que ce soient les cuisiniers, les serveurs ainsi que les clients, le tout dans une atmosphère accueillante qui alterne le mobilier moderne et le sur-mesure.

L’univers intérieur, qui nous rappelle tant le style Bauhaus ou le constructivisme soviétique, dégage malgré tout un caractère singulier où diverses textures et les couleurs se mêlent pour créer un style propre à l’architecte où l’on perçoit une certaine recrudescence des connaissances.

Côté matériaux, les murs de la salle à manger principale sont recouverts de feuilles de laiton.

« Le projet détourne les matériaux habituellement associés aux instruments de cuisson (cuivres) ou aux lobbies stériles (grandes entrées luxueuse en marbre) en une application abstraite et contemporaine reflétant certaines expériences hédonistes. Cette combinaison de matériel traditionnel reconverti en une application très moderne détourne les habitudes. L’enveloppe en laiton projette une atmosphère continue sublimé par trois bandes minérales (marbres). »

La texture au cœur de la conception

Le bâtiment est divisé en trois parties qui répondent à trois types d’expériences différentes. Chacune d’elles se distingue par l’utilisation d’un marbre de couleur différente. Alors qu’une longue barre noire où travaillent les serveurs est entourée par des tabourets où les clients peuvent s’asseoir ou manger une collation après le travail, d’autres tables rondes de couleur verte ou rouge accueillent les groupes.

En parlant de ce projet, l’architecte fait référence à un univers semblable à celui de l’American Bar à Vienne où Adolf Loos avait créé une incomparable atmosphère tamisée qui affirme une grande sensibilité à l’utilisation expressive des matériaux.

Le niveau inférieur, qui abrite un bar beaucoup plus petit est recouvert de cuir vert et de marbre blanc. Il offre à ses habitués un environnement plus intime. Ce n’est pas une coïncidence que le restaurant porte le même nom de la fameuse maison parisienne de la Belle Époque, « Le Chabanais », la favorite d’Edward VII d’Angleterre, d’Henri de Toulouse-Lautrec et de Guy de Maupassant qui, reconnue pour ses intérieurs somptueux, a été primé lors de l’Exposition universelle de Paris en 1900.

© Philippe Ruault
© Philippe Ruault

© Philippe Ruault
© Philippe Ruault

© Philippe Ruault
© Philippe Ruault

 

Le site de Clément Blanchet: ici.

Les photos : © Philippe Ruault