Archives du mot-clé maquette

La Galerie d’architecture expose le Studio Razavi Architecture

©SipaneHoh

Baptisée « Maîtrise d’ouvrage particulière », la dernière exposition de la Galerie d’architecture met en honneur le travail du Studio Razavi Architecture. Une ambiance sobre où règne la couleur rose des maquettes mettant en avant une architecture sensible jusqu’au bout des détails. 

« Domesticity » n’est pas exactement la traduction littérale de« Maîtrise d’ouvrage particulière » mais ce double-sens du thème de l’exposition a aiguisé ma curiosité. Une visite au 11 rue des Blancs Manteaux était nécessaire.

Des maquettes jusqu’aux détails

Dès l’entrée de la Galerie d’architecture, le visiteur peut déceler la couleur dominante de l’exposition. En effet, tandis que de grandes maquettes de couleur rose posent les jalons du travail de l’agence exposée, les murs se tapissent d’énormes photos montrant certaines vues plus détaillées. Sans oublier le dessin d’architecture très cher à l’architecte.

 « L’architecture puise dans les rituels du quotidien. De la banalité de gestes répétés à
l’infini et d’une génération à l’autre, une expérience de l’espace – on pourrait parler de
tracé – est née. Ce que l’on désigne aujourd’hui par »programme » n’est autre que l’ensemble
des contraintes posées par quelques millénaires d’habitudes, en évolution constante. » Souligne Alireza Razavi dont j’avais déjà dressé le portrait et avec qui j’avais discuté de cette exposition qui a su non seulement mettre en avant avec beaucoup de tact les travaux de l’agence mais aussi révéler l’approche architecturale du personnage.

Des projets interdisciplinaires

Jusqu’au 12 janvier 2019, le visiteur peut ainsi découvrir plusieurs projets interdisciplinaires conçus par Alireza Razavi dont la fameuse Mountain House située à Manigod, en France, la maison pour un photographe qui se trouve àLoctudy, en France, la maison de ville de la 7ème avenue de Manhattan, le restaurant Boqueria de Times Square, la maison de quartier qui se trouve à Lancy en Suisse, les bureaux parisiens du siège social des assurances« La Parisienne », le projet de la gare maritime de Séoul ou encore le projet des tours à Téhéran entre autres. Parmi tous ces projets de tailles diverses, se glisse la table basse Clessidra, elle montre l’importance que donne l’architecte à toutes les réalisations  même celles de tailles modestes.

Aujourd’hui, le Studio Razavi Architecture implanté aussi bien à Paris, à Londres et à New York réalise des programmes divers qui forment une grande richesse. Cette dernière se matérialise à travers la fonctionnalité des plans, la justesse des matériaux et la sensibilité des formes…

©SipaneHoh
©SipaneHoh
©SipaneHoh

Pour plus d’information sur le Studio Razavi Architecture, voir: ici.

« Hans Richter. La traversée du siècle » l’exposition à Metz

Pour la première fois, la France rend un triple hommage à Hans Richter en accueillant son œuvre intégrale. Graphisme, peinture et filmographie se croisent pour une exceptionnelle exposition monographique qui se déroule au Centre Pompidou de Metz.

Culture | France | Expositions |

C’est un véritable voyage dans le temps que nous offre l’exposition « Hans Richter. La traversée du siècle » qui se déroule à Metz, au centre Pompidou. Le visiteur part à la découverte non seulement des œuvres de Richter mais de tous les artistes qui l’ont côtoyé. Dans les salles semi-obscures de l’édifice, cinquante ans de la vie du maître s’étalent et croisent d’autres griffes toujours aussi connues comme : Alexandre Calder, Fernand Leger, Jean Arp, Man Ray, Theo van Doesburg ou encore Ludwig Mies van der Rohe.

Figure majeure qui a guidé le retournement du mouvement artistique en Europe et l’a accompagné jusqu’aux Etats-Unis, Hans Richter reste l’un des fondateurs du mouvement moderne. Pionnier du cinéma expérimental, il a à son actif plusieurs réalisations dont le fameux Rythmus 21. Via l’exposition, nous découvrons également le personnage qui a été chargé du commissariat des films de l’exposition internationale de 1929 à Stuttgart et les quelques vidéos qui mettent en avant le foisonnement créatif de l’époque.

De Munich aux Etats-Unis, en passant par la Russie, les Pays-Bas, la France, la Suisse, Richter n’avait qu’un seul souci, vivre pour l’art et le cinéma, chose qui l’a faite pendant toute son existence, une implication forte dans un mouvement qui a influencé moult disciplines qui se croisent. C’est pourquoi, il n’est pas surprenant de voir exposée la maquette d’un concours perdu du gratte-ciel conçu par Mies Van Der Rohe pour Friedrichstrasse à Berlin.

C’est une exposition qui raconte l’art avec un grand A, de la peinture à la sculpture et jusqu’au cinéma, tout se déroule en peu de temps devant nos yeux comme la bande de l’un des films de son héros.

Dehors, de loin la ville de Metz affiche comme un tableau d’autres explorations, le contenant nous rappelle que nous sommes en 2014, le réveil est saisissant mais la vie continue…

01

02

03

04

05

06

07

08

Présentée à Los Angeles, cette exposition organisée par le Centre Pompidou-Metz et le Los Angeles County Museum of Art, reste en France jusqu’au 14 Février et voyagera à Berlin pour la fin Mars.

Les photos : © Sipane Hoh

Une maquette, une ville…

Cette image représente la maquette de la planification de la ville de Pékin en Chine. Quand on la voit remplissant une grande salle du musée, on se rend compte de l’immensité des travaux architecturaux dans cette ville dont la population atteint les 17 millions.

Je reviens de ma première visite de cette ville jusque là étrangère avec une autre idée de la dimension que peut prendre le mot « grand ». A Pékin, tout est géant à l’image du pays qui pourrait très bien être un continent, commençant par les cités anciennes appartenant à des diverses dynasties qui ont traversés l’histoire, les murs qui entourent ces mini villes, les immenses portes, les cours intérieurs, les autoroutes à 12 voies où à l’époque n’étaient là que pour l’utilisation des vélos et des voitures ou moyens de locomotions des familles dirigeantes. Les places comme la place historique de Tian’anmen sans parler de la fameuse muraille de 6000Km de long qui a été érigée pour préserver cette ville contre les invasions des mongols.

Connaissant ou s’intéressant un peu à l’histoire, on a tendance à croire qu’avec la nouvelle ère tout allait changer, mais quand on regarde cette maquette et les nouveaux projets qui s’y trouvent, on se rend compte de la continuité de cette immense échelle et son extension jusqu’à nos jours.

A commencer par les immeubles datant de l’an 2000, d’énormes barres et tours parsemées dans la ville, d’autres projets qui les ont succédé et qui continuent comme l’incontournable grand théâtre flottant sur un lac construit par l’architecte français Paul Andreu, l’immeuble de la CCTV de Rem Koolhaas, le village olympique avec son stade et sa piscine, tous ces projets uniques au monde qui contribuent entre autre à faire de cette ville une attraction universelle digne des comptes d’autrefois.


Je reviendrais dans d’autres billets sur les détails de chaque grand projet que j’ai pu voir, prendre en photos et visiter, des détails et des images qui donneront peut être une autre image de celle de la Chine d’autrefois.

Le Pékin d’aujourd’hui, celui de l’explosion architecturale, des projets qui se multiplient à chaque coin de rue et qui menacent ses anciens quartiers les fameux hutongs images authentiques d’hier, l’ampleur des travaux, les grues qui sont devenues un élément permanent du paysage architectural de la ville, un gigantisme qui parfois fait peur vu l’ampleur des changements apportés mais qui en même temps justifieraient les besoins d’une population qui ne cesse de grandir et d’évoluer…