Archives par mot-clé : minimaliste

Une réalisation immaculée signée Porto Architects

© Ivo Tavares Studio

Au Portugal, à Porto, l’architecte Ricardo Porto Ferreira vient de terminer la construction du Portugal Vineyards Concept Store, le premier magasin de la société de vins en ligne. Blancheur et épurement sont au rendez-vous.

Minimaliste et sobre

Situé à côté du siège de l’entreprise, donnant directement sur la rue et occupant 90m², le magasin se compose d’un espace ouvert dépourvu de cloisons. Ricardo Porto Ferreira, qui dirige l’agence d’architecture Porto Architects est l’architecte du projet.

L’espace intérieur est d’une blancheur flamboyante, à la fois minimaliste et sobre, l’architecture met en avant avec goût la seule et l’unique marchandise, le vin. Les présentoirs sont sculptés dans les murs en référence aux terrasses viticoles dans une forme circulaire qui remplit le champ de vision du client avec sensibilité et grâce à un éclairage indirect et au contraste net entre le produit et l’espace. Cette luminosité crée le cadre parfait pour l’expérience d’observation de la diversité que le vin représente et une chance de ramener le design à son cœur pour commencer quelque chose de nouveau.

« Dans ce projet, nous avions prévu de célébrer la bouteille de vin, sa forme et l’éclat de son verre coloré sans mensonge, un intérieur utilisant une forme simple et la couleur la plus pure et neutre. » Nous raconte l’architecte Ricardo Porto Ferreira. En effet, l’expérience du visiteur commence par la perception des murs incurvés et du chemin circulaire qui l’entoure peu de temps après son entrée dans le magasin.

Un espace gracieux

L’architecte souligne que l’approche était de se concentrer sur la création d’un espace pouvant émerger des points d’accès et de développer une sensation d’espace intérieur défini par les trois terrasses viticoles qui présentent l’une des collections de vins portugais les plus étendues.

« Les comptoirs des terrasses viticoles offrent à nos clients la flexibilité d’organiser la présentation thématique et d’ajuster ces groupes en fonction des tendances du marché et des saisons; au visiteur permet une vue à 360º du magasin et une perception rapide de la gamme de vins. » Rajoute l’homme de l’art. Sans affecter les locaux, un espace en ligne a été ajouté, permettant une visite virtuelle de l’entrepôt, où se trouvent les vins portugais les plus connus comme les moins connus.  De même, pour compléter l’expérience de la visite de ce magasin, une zone de dégustation avec un bar où les fûts de bois traditionnels sont intégrés dans le concept.

A Porto, l’architecte Ricardo Porto Ferreira a réalisé un espace gracieux qui a été très rapidement approprié par les clients. L’architecture méticuleuse du lieu, le choix des formes fluides et les matériaux sobres composent merveilleusement pour un résultat séduisant.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Porto Architects : ici.

Photos: © Ivo Tavares Studio

Casa JA, la maison qui épouse la pente

© Cesar Manuel belio Leal

Au Mexique, à Morelia, à mi-chemin entre Mexico et Guadalajara, l’agence d’architecture HW-Studio a réalisé une maison familiale de 550 m² qui épouse merveilleusement la parcelle et se caractérise par une grande sobriété.

Le minimalisme accentue la magie du lieu

La Casa JA est une maison imaginée dès le départ dans le but de mettre en évidence la lumière. Selon les architectes, la façade principale est intentionnellement cachée du regard des passants de la rue Santa Barbara, ainsi, l’ensemble garde son intimité.

Comme un origami qui se déroule et embrasse la parcelle, la résidence réalisé minutieusement par HW-Studio se caractérise par sa couleur immaculée, sa forme simple qui suit avec tact la géométrie du terrain et ses lignes épurées identifiables de loin. Dans leur concept, les architectes ont opté pour le minimalisme qui ne fait qu’accentuer la magie du lieu.

Un petit clin d’œil à l’histoire

A l’intérieur nous pouvons trouver la pierre noire qui non seulement réalise un très joli contraste avec la blancheur des murs, mais participe à mettre en valeur le toit et à souligner la ligne d’horizon sur laquelle le soleil, le ciel et les montagnes se joignent. « La magie des couchers de soleil depuis l’emplacement de la maison était quelque chose d’important pour nous. » Déclarent les architectes qui continuent « tout au long du processus de conception, les espaces ont été influencés par la beauté de cette lumière qui ne fait que produire un certain enchantement. »

La maison est divisée en trois parties réparties sur différents niveaux et reliées entre elles par de larges escaliers. Ces derniers, couverts et découverts confèrent à l’ensemble un espace continu et fluide. Les jardins, les patios et les places organisent le reste du programme et offrent des espaces introspectifs domestiqués et silencieux qui se caractérisent par une grande intimité. Cela rappelle l’architecture préhispanique et coloniale de certaines constructions de l’état de Michoacán. Un petit clin d’œil historique !

© Cesar Manuel belio Leal
© Cesar Manuel belio Leal
© Cesar Manuel belio Leal
© Cesar Manuel belio Leal
© Cesar Manuel belio Leal

Le site de HW-Studio : ici.

Les photos : © Cesar Manuel belio Leal

Casa Parásito, un curieux refuge signé El Sindicato Arquitectura

© AndrésVillota

Conçu et réalisé par l’agence El Sindicato Arquitectura, le logement minimaliste de 12m² se greffe sur les toits des immeubles du quartier de San Juan à Quito, en Equateur. Une alvéole qui contient tout le confort et peut résoudre de nombreux problèmes.

Un objet minimaliste

Les architectes nous rappelle que José Mujica, l’ancien président de l’Uruguay disait : « Les pauvres ne sont pas ceux qui possèdent peu, mais ceux qui ont besoin de beaucoup », un exemple qui ont suivi pour engendrer leur projet.

Casa parásito (la maison parasite) est un objet minimaliste, axé sur la résolution des besoins de base en matière d’habitation pour une personne ou un jeune couple. L’alvéole comprend: une salle de bain, une cuisine, un lit, un petit espace de stockage et un autre espace qui sert comme cuisine/salle à manger.

Le projet est développé à partir d’une façade en forme de A. Les architectes nous racontent « Son concept vient de la recherche de l’espace de vie optimal en fonction de l’activité que nous effectuons. Nous avons proposé un noyau rectangulaire, où toutes les activités debout sont effectuées et où l’on peut accéder à tous les espaces utilitaires, tels que: la table de cuisine, la salle de bain, le lit, le rangement, le bureau, etc. » Les espaces utilitaires, adjacents au noyau, se trouvent dans les triangles. Cette géométrie octroie une stabilité à l’ensemble de la structure.

Selon les architectes, le projet est composé de 3 modules créés par 4 cadres structurels qui combinent des espaces libres d’objets utilitaires, afin de maximiser l’utilisation du volume et de diminuer la zone construite. « Cela permet d’utiliser l’espace flexible du noyau rectangulaire pour la commodité de l’activité exercée dans le logement. » Soulignent-ils.

Avec une grande fenêtre transparente, le projet laisse entrer la lumière naturelle à travers la façade nord. Il offre une vue sur la ville et les volcans Cotacachi, Imbabura, Mojanda et Cayambe. En revanche, un verre dépoli sur la façade sud assure un éclairage suffisant, une bonne ventilation et une intimité vis-à-vis des voisins. Quant aux deux façades, est et ouest, elles reçoivent la lumière directe du soleil toute l’année, elles sont complètement fermées pour éviter la surchauffe.

Sur les toits

Pour les murs intérieurs et les sols, les panneaux OSB sont utilisés comme finition. Concernant les murs extérieurs et la toiture, les architectes ont favorisé les panneaux en acier. « Compte tenu de la structure en bois et de la sous-structure pour la fixation des panneaux métalliques, nous créons un vide d’isolation de 12 cm qui est rempli de fibre de coco comme matériau isolant. Des fondations en acier sont utilisées pour fixer le projet à la dalle de la structure existante. » Rajoutent les architectes.

Bien qu’il soit possible de construire le projet dans des parcelles urbaines ou rurales sans constructions existantes, les architectes nous informent qu’idéalement la construction devrait se produire sur des toits sous-utilisés d’édifices urbains structurellement sains. Des bâtiments où il est plus facile de se connecter aux réseaux d’eau, de déchets et électriques existants. « De cette façon, nous pouvons contribuer à la densification de la ville à très petite échelle, avec un minimum d’investissement économique et d’utilisation des ressources, ainsi que contribuer à la conservation du patrimoine architectural. »

© PabloOlalla
© PaoloCaicedo
©ElSindicatoArquitectura
© AndrésVillota

Le site de l’agence El Sindicato Arquitectura: ici.

La Casa AV, un joli havre de paix

© Claudio Palma

Les architectes Aldo Flore et Rosanna Venezia qui dirigent l’agence Flore & Venezia ont réalisé une charmante maison très caractéristique du sud de l’Italie, qui s’insère parfaitement dans le contexte environnant. Élégance et simplicité se croisent pour charmer tout visiteur.

Un refuge de vacances

La Casa AV est située à Ostuni en pleine campagne au milieu des oliviers. La parcelle se trouve au sommet d’une colline où les propriétaires peuvent profiter d’une vue extraordinaire. La maison, d’environ 250 m² dispose d’un grand salon, d’un coin cuisine et de quatre chambres à coucher et leurs salles de bains.

Selon les architectes, la particularité de la maison est en fait déterminée par l’inclusion de la parcelle. Ainsi, une composition de conception étroite, jamais banale, recoupe les diverses indications de la maison, de la piscine et des différents chemins reliant les diverses zones. Comme la résidence est destinée à être utilisée pendant les vacances d’été, les architectes ont doté la maison de grands espaces extérieurs. De ce fait,  les propriétaires peuvent profiter de la vue et passer le plus de temps possible à l’extérieur en compagnie de leurs hôtes.

Des matériaux naturels

A l’extérieur, une grande salle à manger caractérisée par une table en résine fabriquée par des artisans locaux se dresse parmi des oliviers centenaires auxquels est suspendue une voile en tissu qui augmente la quantité d’ombre. La piscine à débordement donne sur une vue à couper le souffle. Sur ses bords se trouvent différentes zones ombragées où sont installés plusieurs transats. Autour de la piscine, a été réalisé un passage en pierre des Pouilles, il est antidérapant, compact et change de couleur selon les différentes heures de la journée.

Le bois d’olivier a été utilisé pour l’ameublement intérieur, la cuisine et la salle de bain, un joli clin d’œil qui fait référence à une tradition millénaire typique des Pouilles. Les matériaux utilisés pour la maison sont tous naturels, comme la résine à base de chaux et les autres revêtements de sol et des murs, tandis que la pierre a été privilégiée pour les sols extérieurs. Les fenêtres grâce aux grandes portes coulissantes en verre s’ouvrent sur le paysage environnant. L’ensemble respire la sobriété et le minimalisme, il s’agit d’un doux havre de paix à découvrir sans tarder.

© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma
© Claudio Palma

Le site de l’agence Flore & Venezia : ici.

Les photos: © Claudio Palma

A Morelia, HW-Studio réalise un petit bijou

© Bruno Gómez de la Cueva

Au Mexique, l’agence d’architecture HW-Studio a reconverti une cave historique datant du 16ème siècle en une impressionnante résidence familiale. Sobriété et tranquillité sont au rendez-vous.

La rencontre du nouveau et de l’ancien

En plein centre-ville de Morelia, l’ancien entrepôt reconverti est méconnaissable. Aujourd’hui, une maison blanche aux lignes pures se glisse méticuleusement dans cet environnement historique apportant une grande satisfaction d’une part aux architectes qui l’ont conçue et d’autre part aux propriétaires qui l’ont acquise. 

« Lorsque nous avons commencé à travailler sur ce projet, le propriétaire nous a montré un entrepôt de 40 mètres de long et de 8 mètres de large, situé à deux pâtés de maisons de l’une des plus importantes écoles de musique du pays, de l’ancien couvent des dominicaines du XVIe siècle de Santa Catalina de Siena, et de l’une des les places les plus appréciées, les plus belles et les plus visitées de Morelia: Las Rosas. » Nous racontent les architectes de l’agence SW-Studio qui ont réalisé le projet.

La parcelle est impressionnante, elle est entourée par une architecture classique très caractéristique. Malgré l’emplacement au cœur de la ville, le lieu est très silencieux. C’est un bout de havre de paix, un fait très rare, qui a séduit, dès le départ, les architectes. « C’était la bonne occasion pour combiner notre langage architectural avec les architectures du passé tout en explorant la relation et la dialectique entre les deux. » Ajoutent les architectes.

L’emplacement au milieu du 16ème siècle se composait de l’arrière-cour de la maison d’une riche famille. Cependant, avec le temps, les réformes, les changements de propriétaires ainsi que les différentes utilisations du lieu, ont fait perdre à l’espace toute sa signification. Le toit était recouverts de tôle d’aluminium, les murs de la carrière ont été aplatis avec du ciment et le marbre ainsi que la résine ont remplacé l’ancien sol très caractéristique des années 60. « Nous pensions que l’endroit avait perdu son âme. » Racontent les architectes, qui, ont travaillé scrupuleusement pour faire revivre cet exceptionnel lieu.

Pour un ensemble harmonieux

Selon les concepteurs, le processus de conception a commencé par identifier les éléments à restaurer puis, les architectes ont identifié quelques préceptes de composition comme les axes, les itinéraires, les volumes, le ciel, les arbres ainsi que l’utilisation de matériaux naturels. C’est de cette manière que tout ce qui est antique a été sauvé, tandis que les différentes interventions faites au fil du temps ont été remplacées. De ce fait, Un nouvel équilibre a été créé entre le nouveau et l’ancien.

Une avenue centrale bordée d’arbres a été dessinée, elle est bornée de deux volumes longitudinaux blancs. Sur chaque entité, deux autres volumes transversaux ont été assemblés sous la forme d’un « L » inversé, ce qui sert à créer des terrasses en étage. Cependant, le but des architectes était de cadrer, sans exclusion, les différentes couches de l’histoire architecturale laissées à travers les siècles. Selon les architectes : « Il était gratifiant de découvrir comment ces éléments simples encadrent l’architecture de plusieurs époques ». La réalisation qui résulte de ce difficile exercice de réadaptation montre une belle maîtrise dont les architectes de HW-Studio sont les acteurs.

© Bruno Gómez de la Cueva
© Bruno Gómez de la Cueva
© Bruno Gómez de la Cueva
© Bruno Gómez de la Cueva

Le site de HW-Studio : ici.

Les photos : © Bruno Gómez de la Cueva

Au milieu des vignes, une chapelle

© Tali Kimelman
© Tali Kimelman

En Uruguay, à Pueblo Edén, au milieu d’un vignoble, les architectes de MAPA ont réalisé une charmante chapelle. A la fois sobre et épurée, la construction de taille modeste est une invitation à la sérénité.

Un écrin naturel

Selon ses architectes, la chapelle Sacromonte est conçue comme un « amplificateur de paysage ». Situé à Sacromonte Landscape Hotel, l’ensemble se fond dans le paysage idyllique formé de vignobles, de lagunes et de collines . Un écrin naturel qui attire plus d’un curieux.

Il s’agit d’une réalisation préfabriquée en bois CLT, qui a été transportée directement de l’usine située au Portugal vers l’Uruguay. Le lieu constitue un incontournable pour aborder le monde des vins fins dans un cadre naturel reculé. Les terres qui s’étendent sur 250 hectares, sont nichées dans un lieu privilégié: les sierras sauvages de l’est de l’Uruguay. À égale distance entre Punta del Este, José Ignacio et Pueblo Garzón, c’est un écosystème unique à découvrir.

Une architecture minimaliste

Dans ce paysage idyllique de jeunes vignobles adaptés aux caractéristiques uniques, une architecture nouvelle surgit. Il s’agit d’une chapelle qui contraste avec l’existant mais qui participe à l’enrichissement du lieu. L’ensemble se caractérise par sa grande simplicité. En effet, ouvert sur l’extérieur, le volume se plie de deux côtés et offre un lieu magique à ses visiteurs.

Au milieu du vignoble de l’est de l’Uruguay, la chapelle réalisée par les architectes de l’agence MAPA est un petit bijou qui vaut le détour.

© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti

© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti

© Leonardo Finotti
© Leonardo Finotti

© Tali Kimelman
© Tali Kimelman

Le site de MAPA Arquitetos: ici.

Les photos: Leonardo Finotti et Tali Kimelman