Archives par mot-clé : maison

Mediterraneo 01, la superbe villa signée Metroarea

© Fernando Alda

A Ibiza, dans un environnement privilégié, l’agence d’architecture Metroarea a réalisé une élégante résidence qui se fond astucieusement dans le paysage environnant.

Selon les architectes, le concept principal du bâtiment consiste en sa fusion entre la culture méditerranéenne et l’environnement naturel. Inspirée de la villa romaine et de l’héritage espagnol et arabe, la maison prend forme à travers le lexique naturel de l’expressionnisme italien (Moretti, Michelucci, etc.), qui conserve également un puissant souvenir de Rudolf Steiner. Pour Metroarea, en fait, concevoir un bâtiment contemporain signifie établir un dialogue privilégié avec l’histoire et la nature.

Puiser dans l’histoire

Les architectes ont puisé donc dans l’histoire pour concrétiser leur idée et engendrer une architecture à la fois plastique et fonctionnelle. La maison entretient un lien privilégié avec son environnement, la relation intérieure-extérieure obtenue par les grandes baies vitrées se matérialise par des jardins suspendus, des auvents et des volets en bambou sur mesure, qui rappellent les auvents traditionnels et les treillis des Moucharabieh.

L’atrium central consiste le cœur de la maison, il est formé par le point de rencontre des différents flux. Le jardin est doté d’un impluvium qui est un système de captage des eaux de pluie, il est utilisé pour collecter l’eau et la réutiliser pour alimenter une cascade ainsi qu’un ruisseau qui relie les deux piscines. La forme de la villa suit la pente naturelle du sol et épouse la colline suivant une forme qui rappelle un amphithéâtre entouré par la nature.

Des matériaux simples

Les architectes ont eu recours à l’utilisation de matériaux simples, tels que le béton et les plaques de plâtre en forme de panneaux irréguliers. Cela souligne le désir d’éviter une image populaire du luxe, tout en recherchant une connexion avec l’île, le sol ainsi que la tradition. Le résultat est donc informel et hospitalier, selon les leçons de Busiri Vici, Couelle et Vietti. Les volets en bambou fabriqués sur mesure rappellent les auvents traditionnels et les treillis de Moucharabieh. Le béton a été produit sur place, aucune cimenterie de l’île ne pouvant garantir la densité du béton.

La maison réalisée à Ibiza, par l’agence Metroarea Architetti Associati basée dans la province de Trieste, est un petit bijou niché dans son environnement naturel et c’est à découvrir sans tarder.

© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda


Le site de Metroarea ArchitettiAssociati : ici.

Les photos : © Fernando Alda

« L House », l’élégante maison qui embrasse la nature

© Sandra Pereznieto

Située à 156 km de Mexico, Valle de Bravo est une charmante ville pittoresque connue par son architecture coloniale. C’est dans cette ville, entourée d’une dense végétation que l’agence d’architecture Dellekemp Arquitectos a réalisé son projet. Il s’agit d’une élégante maison de week-end aux multiples qualités.

S’imbriquer dans la végétation

Selon les architectes, le projet est né de la réunion de deux volumes qui forment un « L » articulé autour d’une terrasse couverte. L’ensemble cherche à s’imbriquer dans la végétation du terrain et à explorer la typologie du patio vis-à-vis de la maison. Notons que dans leur projet, les architectes ont fait tout leur possible pour préserver les arbres qui existaient sur la parcelle. Ainsi, c’est la maison qui s’est trouvée comme glissée dans son milieu naturel.  

L’existence des patios généreux donne le sentiment de vivre dans la nature. L’organisation générale de la maison permet aux propriétaires ainsi qu’à leurs invités de disposer d’espaces en toute indépendance. A l’intérieur, un couloir relie les différentes entités,les habitants peuvent ainsi traverser toute la maison.

Minimaliste et épuré

L’ensemble est minimaliste et épuré, des petites touches de bois se mêlent astucieusement au béton brut. Grâce aux grandes portes-fenêtres, le projet s’ouvre sur le jardinet une grande luminosité règne à l’intérieur. Ainsi les propriétaires peuvent profiter de la vue sur le lac tout en savourant pleinement la végétation environnante.

Cependant un curieux détail peut attirer l’attention. Il s’agit des enclos situés aux coins de la maison. Ces derniers, dépourvus de toit évoquent les ruines. Une idée assumée de la part des architectes mais qui trouve toute son utilité quand il s’agit de préserver les arbres qui s’y trouvent.

La terrasse constitue le point névralgique du projet, elle devient un incontournable point de rencontre ainsi que le seul espace d’interaction entre les propriétaires et leurs invités.Visible dès l’entrée de la propriété, elle invite les nouveaux arrivants à se reposer.

© Sandra Pereznieto
© Sandra Pereznieto
© Sandra Pereznieto
© Sandra Pereznieto

© Sandra Pereznieto

Le projet: Dellekamp Arquitectos / Derek Dellekamp et Jachen Schleich + Ándres Palomino
L’équipe du projet: Marco Jaime, AnaMaría Alcalá, Edgar Sandoval, Gustavo Hernández et David Fernández.

Chef de projet: Derek Dellekamp

Le site de DellekampArquitectos : ici.

Les photos: © Sandra Pereznieto


La petite maison à la porte jaune

© Gonzalo Viramonte

En Argentine, à Córdoba, l’architecte Mariclé Scalambro a réhabilité une ancienne maison datant du début du XXe siècle. Avec des petites touches de couleur jaune, ses lignes pures et sa grande sobriété, l’ensemble s’est agréablement métamorphosé.

La structure préservée

Connue sous le nom de « casa chorizo », la petite maison complètement remaniée par l’architecte Mariclé Scalambro est située dans le centre de la ville de Córdoba. Au fil du temps, plusieurs transformations ont désorganisé la disposition initiale de l’ensemble. Avant l’intervention, la vieille bâtisse était dans un état de détérioration totale.

Le projet de réaménagement et de restauration répond à un simple programme de logement individuel. Tandis que la façade et la structure interne d’origine ont été préservées, les découpes qui avaient été incorporées dans les interventions ultérieures ont été éliminées. L’architecte a fait tout son possible pour élargir les espaces et créer un flux de circulation.

L’intérieur remanié

La salle de service existante à l’étage supérieur, accessible depuis le patio, a été démolie. Profitant de la hauteur du salon, l’architecte a créé un nouvel espace mezzanine. Ce dernier peut servir ou bien d’espace de travail ou pour les éventuels invités. La cuisine, la salle de bains commune et la salle à manger servent de séparation entre la partie sociale et la partie intime de la maison. Cette dernière donne sur un charmant patio qui en plus de rendre l’intérieur lumineux, sert à préserver l’intimité de l’espace privé.

Dans le but de se différencier de son voisinage, l’architecte a choisi, pour la façade, des tons qui évitent l’uniformité tout en créant une petite touche d’originalité. Ainsi, la porte d’entrée devient jaune et les murs sont recouvert d’une couche grise. Comme si la maison, qui par ailleurs possède sa jumelle à côté, se trouvait à l’ombre. Un jeu de tonalité qui ne laisse pas indifférent. La petite maison à la porte jaune devient ainsi une référence dans le quartier.

© Gonzalo Viramonte
© Gonzalo Viramonte

© Gonzalo Viramonte
© Gonzalo Viramonte

© Gonzalo Viramonte
© Gonzalo Viramonte

© Gonzalo Viramonte
© Gonzalo Viramonte

Les photos : © Gonzalo Viramonte

Comme un air de vacances

© CDM

Les architectes de la firme mexicaine CDM ont réalisé un charmant jardin tropical circulaire qui se trouve au sein d’une maison située à Colima, environ 50 km de la côte pacifique du Mexique. Un air de vacances qui accompagne les habitants tout au longe de l’année.

Un environnement privilégié

La maison est conçue pour abriter quatre personnes, elle est située à la périphérie de la ville de Tecoman à Colima, un petit état du côte ouest du Mexique. L’agence d’architecture CDM a conçu la résidence sur une ancienne palmeraie de 11 670m². L’objectif était de fournir une retraite relaxante dans un environnement privilégié.

Le climat tropical de la région était une préoccupation majeure pour les architectes. En effet, les températures varient de 25°C à 50°C, tandis que le taux d’humidité reste toujours au-dessus de 75%. Les architectes ont fragmenté la résidence en plusieurs entités séparées par une série d’espaces ouverts. Cette astuce permet la circulation libre de l’air de la piscine jusqu’au jardin. Ce type de système de refroidissement naturel est couramment utilisé dans les régions tropicales du pays.

Le patio à l’honneur

Selon les architectes les maisons mexicaines brouillent généralement les limites entre l’intérieur et l’extérieur, elles privilégiant les patios, les jardins, les terrasses et les espaces ouverts afin de créer un flux d’air naturel dans toute la maison. C’est pourquoi, selon le même principe, l’espace extérieur principal consiste une cour ronde située au centre de la maison. Elle est plantée par les architectes par une végétation indigène ainsi que des palmiers. Un peu comme si la jungle environnante envahissait la propriété.

Les volumes qui entourent la cour s’ouvrent sur le patio à travers de très grandes baies vitrées. Chaque entité accueille une fonction différente, y compris la salle familiale et la cuisine qui sont séparées par un passage étroit. Outre la chambre principale et sa salle de bain, les deux salons, la salle à manger, nous pouvons y trouver également une chambre d’hôtes, une salle de sport et deux chambres à coucher. L’ensemble gravite astucieusement autour du patio central qui constitue le clé de voûte de la réalisation.

© CDM
© CDM

© CDM
© CDM

© CDM
© CDM

Le site de CDM : ici.

Les photos: © CDM

« Easterbrook House », une séduisante conception à Auckland

© Emma-Jane Hetherington

Conçue et réalisée par l’agence néozélandaise Dorrington Atcheson Architects, la charmante maison baptisée « Easterbrook » prend ses éléments des formes utilitaires d’une tente et d’un hangar. Un joli dialogue se crée ainsi avec l’environnement.

Des matériaux simples

La maison signée des architectes de l’agence Dorrington Atcheson Architects est située à Titirangi, l’un des quartier relativement riche de la capitale néozélandaise. Il s’agit d’une construction familiale qui avait besoin d’être élargie tout en utilisant des matériaux modestes capables d’intégrer l’ensemble dans le paysage environnant.

La maison principale est conçue comme un pavillon de grange avec des chambres pour adultes qui se trouvent à l’opposé de celles des enfants. Les 120 m² de surface ont poussé les architectes à une planification méticuleuse où chaque pièce trouve sa place sans aucun espace gaspillé. Bien que la forme rectangulaire comprend seulement quatre mètres de large, le toit ainsi que les grandes baies vitrées apportent un sentiment d’ouverture à l’espace de vie principale. Pendant la saison chaude, les habitants peuvent jouir de l’ombre de la charmante pergola extérieure qui donne un certain charme à l’ensemble.

Optimisation de l’espace

La palette sobre des poutres en lamellé-collé, les murs de contreplaqué, la menuiserie en aluminium et les planchers en béton donnent à la maison une sensation décontractée que l’on retrouve dans les résidences de vacances. Le mobilier intégré participe à l’économie d’espace souhaité. Les lits intégrés dans les chambres des enfants peuvent se convertir facilement en bureau, un point important qui montre la flexibilité du mobilier pour un éventuel agrandissement futur de la famille. Tout a été fait pour s’accorder avec son environnement. Une belle maison simple et soigneuse.

© Emma-Jane Hetherington
© Emma-Jane Hetherington

© Emma-Jane Hetherington
© Emma-Jane Hetherington

© Emma-Jane Hetherington
© Emma-Jane Hetherington

Le site de Dorrington Atcheson Architects: ici.

Les photos : © Emma-Jane Hetherington

De couleur rouge

© joão guimarães – JG photography
© joão guimarães – JG photography

Au Portugal, l’agence d’architecture Rebelo de Andrade a réalisé une originale maison de couleur rouge vif qui se démarque parmi toutes. Située dans un environnement privilégié, entourée d’une végétation dense, la construction aux traits particuliers attire les regards.

Respecter l’environnement

Selon l’architecte, cette maison rouge vif a été conçue pour se démarquer dans le vaste paysage uniforme du sud du Portugal. Conçue par l’agence d’architecture Rebelo de Andrade, basée à Lisbonne, le projet est situé sur un terrain de 500 hectares peuplé de nombreux arbres à liège particulièrement difficile d’accès.

La résidence, ainsi que le bâtiment de ferme adjacent, ont été conçus pour être construits rapidement et à moindre coût. Dans son geste, l’architecte a veillé pour le respect de l’environnement. Pour cela, des panneaux solaires ainsi que des capteurs thermiques produisant plus d’énergie que la maison n’en consomme ont été installés. Une durabilité que l’architecte prend à cœur d’ailleurs, il a précédemment conçu un éco-complexe comprenant sept petites unités ainsi qu’un ensemble de logements accessibles via un pont surélevé, des projets respectueux de l’environnement.

En contraste avec l’extérieur coloré, l’intérieur affiche une couleur blanche immaculée. Les lignes sont pures et les détails sont soignés. L’ensemble constitue une originalité qu’il est nécessaire de découvrir.

© joão guimarães – JG photography
© joão guimarães – JG photography

© carlos cezanne
© carlos cezanne

© joão guimarães – JG photography
© joão guimarães – JG photography

© joão guimarães – JG photography
© joão guimarães – JG photography

Le site de Rebelo de Andrade: ici.

Les photos : ©

 

A kythera, une résidence qui surplombe la nature

© Pygmalion Karatzas

Elle surplombe la mer mais aussi les montagnes, la résidence conçue par le studio grec r.c. tech se trouve dans la partie sud de kythera, l’île grecque située entre le Péloponnèse et la Crète.

Rétablir le lien avec le voisinage

Située en face du château vénitien et au bord d’une crique à la végétation méditerranéenne dense, la maison est entourée de multiples oliviers dispersés ainsi que de vieux cyprès. La vue panoramique est impressionnante et s’étend entre l’imposant château et la mer.

Sur la parcelle, il existait auparavant,une construction de deux niveaux datant des années quatre-vingt. La maison existante suivait parfaitement la morphologie abrupte du terrain tout en dissimulant les diverses vues de l’intérieur. Les architectes de l’agence r.c. tech ont préféré rétablir le lien de la maison avec les vues et les espaces extérieurs aménagés. Ainsi, les propriétaires peuvent profiter de l’environnement paysager et des vues splendides donnant sur le large.

Sobre et épuré

L’ensemble a été renforcé structurellement et un niveau séparé qui contient la chambre principale a été ajouté. les espaces extérieurs ont également été réaménagés en unifiant les fonctions internes et externes de la maison. La construction affiche des lignes sobres et la couleur blanche nous rappelle les autres constructions de l’île. L’intérieur est épuré, le bois y fait son apparition par petites touches et les grandes baies vitrées amènent le maximum de lumière naturelle.

Sur cette petite île grecque connue par ses trésors archéologiques, la villa réalisée par le studio r.c. tech habite le site et procure un peu de sérénité à ses habitants.

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

Le site du studio r.c. tech: ici.

Les photos: © Pygmalion Karatzas

A Delft, une maison familiale aux lignes épurées

© GAAGA

Comme un tableau abstrait, la maison de deux étages qui se trouve dans la banlieue de Delft attire les regards. En effet, les lignes pures, la façade atypique, le revêtement en brique, la construction réalisée par l’agence d’architecture néerlandaise GAAGA est une belle curiosité à découvrir.

Répondre aux diverses exigences

La transformation de la zone de chemin de fer de Delft comprend la création d’un nouveau quartier résidentiel, le nouveau Delft. La maison réalisée par l’agence GAAGA est située dans ce quartier qui se caractérise par sa petite taille, son cadre de vie familial, ses rues étroites et ses maisons en rangée et typiques de la ville.

Le propriétaire souhaitait construire une maison familiale à l’architecture actuelle contenant une grande variété de pièces séparées. Le défi des architectes consistait donc à répondre aux diverses exigences tout en créant un projet lumineux. La maison est organisée autour d’un escalier reliant les étages tout en créant une succession d’espaces intérieurs. Le résultat est ludique, comprenant une grande variété d’espaces visuellement connectés et uniques ainsi que de nombreux recoins.

Tout en créant un projet lumineux

De grandes baies vitrées définissent l’architecture de la façade et apporte une grande luminosité à l’intérieur. et de l’intérieur du bâtiment. Le revêtement en métal lisse de ces ouvertures contraste avec la rugosité de la façade en brique. Selon la tradition néerlandaise, les habitations ne se parent pas de rideaux pour occulter les intérieurs, ces grandes fenêtres donnent ainsi à l’ensemble un autre cachet une fois la nuit tombée et les pièces éclairée.

L’intérieur est paré d’une teinte blanche et de touches de bois qui apportent un peu de chaleur aux divers espaces. Les lignes sont épurées et le minimalisme y règne en maître. La maison signée GAAGA est un petit bijou qui comporte bien des qualités.

© GAAGA
© GAAGA

© GAAGA
© GAAGA

© GAAGA
© GAAGA

Le site de l’agence d’architecture GAAGA: ici.

Les photos : © GAAGA