Archives par mot-clé : Cyril Sancereau

Escale photographique à la Porte de La Villette

Depuis le 15 décembre 2012, un nouveau tronçon de tramway relie la Cité des Sciences à la porte de la Villette. Une escale à la station Porte de la Villette que le photographe Cyril Sancereau partage avec les lecteurs de Détails d’Architecture.

On se croirait dans un film de sciences fiction, une ambiance atypique règne aux environs des voies de la ligne 3 du tramway parisien. L’art urbain est au rendez-vous, parfois contemporain, souvent provocateur et finalement stupéfiant. Les utilisateurs des lieux ne s’arrêtent plus devant ces quelques traces de pas ou de pneus gravés impeccablement sur les murs, ils ne s’émerveillent plus non plus devant des feux arrière des voitures qui forment un bouquet insolite sur les murs, en peu de temps ces éléments aussi improbables soient-ils ont réussi à faire parti du paysage. L’art en sort encore une fois triomphant.

csancereau-01 csancereau-04 csancereau-06 csancereau-14 csancereau-21 csancereau-24 csancereau-25 csancereau-28 csancereau-31 csancereau-32

Les photos : © Cyril Sancereau

T7/RD7

RD703

RD705

RD708

RD710

RD717

RD733

Les paysages urbains étant en permanente mutation, T7/RD7 est un projet artistique et à la fois collectif se trouvant au carrefour des démarches éducatives, environnementales ou bien politiques et se base sur l’image pour traduire des travaux qui ont changé l’environnement.

Réalisé par des groupes d’enfants et d’adolescents qui ont accompagné le photographe, il s’agit d’un projet lié directement au paysage qui nous entoure. Accompagnant l’inauguration du tramway, divers ateliers ont été mené par le photographe Cyril Sancereau en partenariat avec le MAC/VAL (musée d’art contemporain départemental du Val-de-Marne) et le pro-jet T7 pour pointer vers l’évolution de l’espace urbain avoisinant.

Ces photos sont le témoignage de travaux suivis, un projet qui a duré de l’été 2012 jusqu’à l’automne 2013. Un livre relatant via les images l’épopée des travaux a été édité; Il en restera un précieux témoignage pour tous les acteurs qui se sont impliqués dans cette merveilleuse aventure.

Les photos : © Cyril Sancereau

GA Architecture à Orléans

bossuet-01

bossuet-14

A Orléans, GA Architecture a livré 24 logements ainsi que cinq maisons passives qui s’adaptent parfaitement à la typologie du terrain. Un nouveau genre de logement social serait-il en cours de généralisation ? Découverte.

C’est dans le quartier de La Source à Orléans, sur l’îlot Bossuet que le projet présenté par les architectes Giuseppe Grisafi et Patrizia Anania a été retenu. Une opération représentative et à la fois expérimentale dans le domaine de la résidence passive.

Sur une superficie de 850 m², non loin d’une médiathèque ainsi qu’un complexe sportif se trouvent cinq pavillons groupés qui présentent une même unité esthétique. Il s’agit bel et bien de logements sociaux. Et pour leur appellation passive, ces dernières doivent respecter quelques normes connues comme le besoin en énergie et chauffage ≤ 15 kwh/m² par an, fuites d’étanchéité à l’air pour n50 ≤ 0.6 h-1 et une consommation totale d’énergie primaire ≤ 120 kwh/m² par an. Pour cela un bureau d’étude spécialisé a aidé les architectes dans leur démarche.

Chaque maison possède sa propre terrasse et son entrée via une petite allée en béton. Comme cité dans le programme, les habitations sont réparties en deux types, T4 et T5 disposées en alternance permettant ainsi d’installer des terrasses protégées par des pergolas.

En face, les 24 appartements en béton affichent une nouvelle typologie du bâti. Chacune des unités possède son propre entrée via des escaliers externes qui lui confèrent un air de maison individuelle.

L’homogénéité et l’harmonie ainsi que les bonnes proportions sont les points forts de ces deux ensembles qui face à face contribuent à la revalorisation de tout un quartier…

bossuet-26

Le site de GA Architecture: ici.

Les photos : © Cyril Sancereau.

A Condé-sur-Suippe, un groupe scolaire signé GA Architecture

csancereau-conde-01

A Condé-sur-Suippe, GA Architecture vient de livrer un étonnant groupe scolaire qui ouvrira ses portes à la rentrée 2013. Un lieu qui fera le bonheur des enfants ainsi que du corps enseignant.

C’est un couloir qui présente une construction à part entière et traverse plusieurs bâtiments en liant les différentes fonctions du groupe scolaire de Condé-sur-Suippe (Picardie). Signé GA Architecture (Giuseppe Grisafi et Patrizia Anania), l’école élémentaire comprend six salles de classe, une salle polyvalente, une bibliothèque et un restaurant scolaire.

Alors que le toit ondulé est en structure métallique, les murs sont en béton. La volumétrie crée la distinction entre les différentes fonctions, ainsi, chaque visiteur peut deviner et de loin les diverses parties du programme. Néanmoins, la bibliothèque attire l’attention. Les murs qui donnent vers l’extérieur, au lieu d’être comme le reste, en béton, sont composés de panneaux colorés de polycarbonate, une curiosité qui rend l’ensemble plus ludique et attrayant.

L’intérieur est fonctionnel, sobre et lumineux. Les détails sont soignés et l’ensemble est enchanteresque. Dans cet écrin naturel, le  groupe scolaire de Condé-sur-Suippe se démarque par une architecture inhabituelle et des couleurs acidulées. Une construction que les habitués des lieux vont pouvoir rapidement adopter…

csancereau-conde-16

Le site de GA Architecture: ici.

D’autres projets des mêmes architectes sur Détails d’Architecture: ici.

Les photos: © Cyril Sancereau

A Colombelles, PO&PO réalise une nouvelle typologie du bâti

CSANCEREAU-06

Concevoir des logements collectifs qui s’apparentent à des logements privés dans un quartier en plein mutation était la volonté des architectes de l’agence PO&PO. Nous voilà devant une nouvelle typologie du bâti à la signature particulière.

Un jour, la ville de Colombelles a eu l’idée de construire une nouvelle tranche de ville où les diverses services cohabitent sur une surface de 18 ha. C’est l’urbaniste Michel Guérin qui a été en charge de la conception de ce quartier dont une majeure partie des constructions a reçu par la suite le label BBC.

Le parti pris privilégie des voies pour les piétons et les vélos. Dans le quartier de Libéra, tout a été conçu pour inciter les habitants à se passer de leur voiture. Par exemple, une ligne de bus dessert directement le centre commercial.

C’est dans ce quartier, que se trouve les 29 logements conçus et réalisés par les architectes Jean-Luc Calligaro et Bruno Palisson de l’agence d’architecture PO&PO qui depuis leur construction n’ont pas cessé d’attirer les curieux.

C’est avant tout la typologie des bâtiments qui interpelle. L’ensemble est conçu comme des petites parcelles où la résidence personnelle garde une place primordiale. Les couleurs utilisées sont sobres et mettent en valeur chacune des entités.

Ainsi, formes et teintes forment un surprenant mélange pour des logements qui se trouvent à mi-chemin entre maison individuelle et habitat collectif…

La photo: © Cyril Sancereau.

Un malicieux « Jeu d’écrins » signé Fabienne Bulle…

CSANCEREAU-10

CSANCEREAU-11

CSANCEREAU-12

CSANCEREAU-14

CSANCEREAU-19

CSANCEREAU-03

CSANCEREAU-08

CSANCEREAU-20

CSANCEREAU-17

C’est un quartier en mutation, qui se trouve entre les deux communes Clichy-sous-Bois et Montfermeil. Secoué à plusieurs reprises par de regrettables événements, le secteur commence à connaître un nouveau sort.

C’est ici, dans le quartier du plateau, face au carrefour des Libertés, sur l’une des parcelles encore vacantes que l’architecte Fabienne Bulle a introduit un atypique commissariat de police.

Alors qu’une carapace en verre identifie l’entrée du commissariat, un volume en acier Indaten perforé garantit une séparation nette avec le parking environnant. Entre ces deux dernières, une boîte en aluminium de couleur rouge se dresse à l’image d’un signal urbain tel un inhabituel objet artistique qui tranche avec son environnement ; et qui, grâce au jeu savant d’ombres et de lumières trouve sa place dans ce contexte urbain toujours fragile.

Un « objet » entreprenant aussi bien qu’enchanteur, où le geste architectural joint la subtilité des détails et c’est à découvrir : ici.

Les photos: © Cyril Sancereau.

« Fragment »

J’avais déjà évoqué à plusieurs reprises le travail du photographe Cyril Sancereau. Il s’agit cette fois-ci d’une nouvelle collection qui attire mon attention. Avec « Fragment », l’œuvre architecturale que Cyril a l’habitude de mettre en avant s’efface et laisse place aux différents détails. C’est une approche photographique qui pousse au-delà des limites d’une simple représentation. Ainsi, des fractions de la vie de chaque mur ou fenêtre constituent une histoire abstraite que seule l’imagination puisse formuler…

Les photos: © Cyril Sancereau

Un incontournable repère urbain…


La passerelle de Villetaneuse (Seine-Saint-Denis) constitue un original « trait urbain » qui lie les différents quartiers de la ville et facilite l’accès à la gare.De forme végétale, elle se roule telle une feuille et enjambe les diverses voies améliorant ainsi la circulation dans la ville.
Selon les architectes de l’agence DVVD, la passerelle est conçue comme née de la déformation du sol, elle est construite en bois et elle est piétonne. C’est un projet qui a ainsi réussi à devenir un incontournable repère urbain…
Pour plus d’informations et de photos, voir : le site des architectes DVVD.
Les photos : © Cyril Sancereau.