Archives de catégorie : média

La sélection 2020 de Détails d’architecture

© Lililarchi

C’est la septième année consécutives où Détails d’architecture dévoile sa liste (non exhaustive) des constructions réalisées en une année qui ont marqué l’architecture en France. Et bien que depuis la première sélection, il y a eu divers changements, le fond reste fidèle au message du départ. Je présente donc à tous mes lecteurs les réalisations qui, selon moi, valent le détour.

Détails d’architecture, dès le départ, souhaite mettre tous les architectes sur le même piédestal, une démarche que j’assume complètement, puisqu’il s’agit d’une sélection strictement personnelle rendant hommage à des réalisations qui dessinent, selon moi, le paysage architectural, paysager et urbain de notre pays.

Depuis plus de douze ans, date à laquelle, Détails d’architecture s’appelait encore Détails, mon but reste inchangé, parlons d’architecture, lisons l’architecture, découvrons l’architecture et débattons de l’architecture.

Ceux qui lisent régulièrement Détails d’architecture et surtout ceux qui suivent année après année cette sélection, le savent déjà mais je le précise encore une fois, l’illustration est signée par la talentueuse Lili l’archi dont les dessins ont accompagné cette rubrique dès sa naissance.

Cette année, le voyage architectural est tout aussi riche que les années précédentes. Même si, comme d’habitude, certaines réalisations restent plus secrètes que d’autres, toutes valent vraiment le détour. A chaque construction son lot de surprises. Et si ça se trouve, comme chaque année, quelques projets seront nommés à l’équerre d’argent qui ne va pas tarder à révéler sa sélection, ou encore présentés par l’annuel du journal AMC…

De Paris à … Rennes, Nantes, Bordeaux mais pas que

Commençons notre virée cette année par Paris où les nouveaux projets sont nombreux et découvrons les 72 logements sociaux de l’agence ITAR (Ingrid Tallandier) dont j’ai parlé ici. Non loin de là, à Clichy-Batignolles allons à la découverte d’un ensemble cohérent signé Querkraft, Sam architecture et Karawitz, dont je parle ici. Avant de quitter la capitale, faisons une halte à l’impressionnant centre européen du judaïsme de Stéphane Maupin dont je parle ici.

Sur la route, arrêtons-nous à Saint-Germain-en-Laye et visitons le Lycée technique Léonard de Vinci de signé COSA avant de faire un crochet par Pontoise avec l’agence Vallet de Martinis architectes qui a réalisé la reconstruction d’un bâtiment d’enseignement supérieur l’ITESCIA. Continuons vers Les Mureaux à la découverte de la reconversion d’un ancien moulin en centre d’art, un projet charmante réalisé par THINK TANK architecture paysage urbanisme, j’en parle ici.

Avant d’aller à Rennes, découvrons le nouveau technopôle de Saint-Lô de Farid Azib (RANDJA) dont je parle ici vaut largement le détour. Arrivée Rennes, allons faire un tour dans la ZAC du Beauregard, à la découverte des logements de l’agence a/LTA architectes – urbanistes (Maxime Le Trionnaire et Gwénaël Le Chapelain) ainsi que leur programme intérgénerationnel dont je parle : ici mais aussi le projet de l’Urban Quartz qu’ils ont réalisé avec l’agence parisienne Hamonic + Masson & associés.

Avant d’aller à Nantes faisons un petit crochet avec les architectes de l’agence Guinée*Potin et visitons la salle festive de l’ancien presbytère de Riec-sur-Belon. Faisons une halte à Guérande pour visiter les 11 logements pour l’habitat participatif de L’Atelier Belenfant & Daubas. Et tant que nous ne sommes pas loin, pourquoi ne pas découvrir la visite des 21 logements du quartier Les Marsauderies réalisés par HUCA architecture et urbanisme (Cecile Carris et Xavier Hubert) ?

A Nantes, allons voir un projet atypique nommé Zéro Newton, résultat de la collaboration d’Anthony Rio de l’agence Unité avec Souto de Moura. Il s’agit d’un immeuble de bureaux situé sur l’île de Nantes et qui vaut le détour. De même découvrons les 31 logements de Mabire Reich et l’atelier Vera, mais aussi la rénovation et surélévation d’une maison de ville signée onze 04. Toujours à Nantes, allons visiter l’immeuble des 100 logements de Tact architectes en collaboration avec Tectône. Envie de beaux panoramas? Allons découvrir le belvédère de Château Thébaud fraichement livré par l’Atelier Ritz, aménagé pour devenir une œuvre permanente.

Direction Bordeaux, visitons à Piriac-sur-Mer la transformation d’une villa balnéaire en capitainerie par THE architectes puis allons à St-Hilaire-de-Riez pour découvrir l’atypique équipement culturel signé Tetrarc ainsi que la restructuration du quartier de l’église avec la construction de deux équipements à Bretignolles-sur-Mer, un projet récemment terminé par TICA architectes urbanistes et si nous allions faire un halte à La Faute-sur-Mer pour emprunter la passerelle la Belle Henriette réalisée par d’ici là paysages et territoires ?

Envie d’une petite dégustation de vin ?  allons à Talmont-sur-Gironde et visitons la réalisation d’un chai par Christian Biecher. Allons voir les architectes de 2 :pma qui vont nous faire découvrir la maison des associations à Merignac. Une fois la découverte terminée, visitons la réhabilitation de la Cité-jardin du Claveau, avec Nicole Condorcet à Bordeaux et avant de quitter la région, allons à Arcachon à la découverte du nouveau centre culturel, associatif et tachnique signé King Kong.

Vers Paris et à Paris

C’était un long périple, il va falloir rentrer à Paris, mais visitons d’abord le complexe sportif de Beaucouzé près d’Angers, un projet signé CRR écritures architecturales, puis arrêtons-nous à Saint-Cyr-sur-Loire, pour visiter une école qui se fond dans le paysage signée Hessamfar-Verons, un projet charmant dont je parle : ici.

Faisons un petit crochet à Nogent-le-Rotou à la découverte des 13 maisons en bois-paille signées NZI. Retour à Paris pour quelques jours où on va pouvoir visiter plusieurs réalisations situées dans les alentours.

Cette année Boulogne-Billancourt connaît quelques réalisations qui valent le détour. Citons notamment les 15 logements en béton de chanvre signés North by Northwest architectes, une nouveauté pour la région. Découvrons également l’immeuble de 45 logements réalisé par CLCT architectes.

Allons faire une pause au restaurant gastronomique signé ENIA architectes à la Défence avant de se diriger vers les Yvelines et Villepreux à la découverte d’un charmant gymnase aux lignes épurées signé Joly & Loiret.

Restons à Paris et allons visiter l’Institut de l’audition et sa façade dynamique réalisée par VIB architecture mais aussi un ancien hôtel particulier remanié par Vincent Echalier dont je parle ici. Et pourquoi pas un petit détour pour visiter les 35 logements et l’atelier d’ébénisterie que l’agence MAO vient de livrer cet été? Comme s’il nous manquait d’exercice, allons s’entrainer dans le nouveau gymnase d’Archi 5, fraîchement livré puis allons-nous flâner dans le parc de la restructuration de la caserne des minimes signée RH+ architecture.

C’est déjà le moment de repartir mais avant de quitter la métropole, prenons le temps de visiter avec BFV architectes leur crèche multiaccueil composée de 99 places et une crèche familiale de 40 places mais aussi les 21 logements en accession et une crèche, un ensemble signé Chartier Dalix.

Amiens, Lille, Strasbourg et alentours…

Direction Amiens à la découverte de la restructuration et l’extension du musée de Picardie, un projet réalisé par Frenak + Jullien. Continuons vers Dunkerque pour visiter la transformation du musée des Beaux-Arts en bibliothèque, un charmant projet signé D’HOUNDT+BAJART architectes&associés dont je parle : ici. A Villereau-Herbignies découvrons l’éco-crèche de 24 places réalisée par Amélie Fontaine architecture et urbanisme.

C’est le moment d’aller à Lille à la découverte d’un ensemble intergénérationnel réalisé par Stefania Stera dont je parle ici. Restons en ville et visitons la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Hauts-De-France de Kaan architecten.

Arrêtons-nous à Hagueneau pour découvrir la restructuration et l’extension de l’école maternelle Marxnenhouse réalisée par l’agence d’architecture RHB (Rouby Hemmerlé Brigand architectes). Visitons aussi à Strasbourg la rénovation d’une charmante maison signée Gilles Kempf architecte. Finissons la visite par la découverte du monumental théâtre Le Maillon réalisé par LAN.

Découvrons aussi à Rosheim le subtil projet d’une passerelleen corten, qui se tortille comme un ruban et qui est emprunté par cyclistes et piétons. Un projet réalisé par Reiulf Ramstad Arkitekter. Continuons vers la vallée du Parce national des Vosges, pour visiter la première phase du projet du site verrier Meisenthal des deux agences d’architecture FREAKS et PILA dont je parle ici

Sur le chemin de retour vers Paris, faisons un petit arrêt à Ancy-Durnot en Moselle pour visiter le chai viticole et les chambres d’hôtes par GENS architectes. Puis un second arrêt à Reims pour découvrir la maison individuelle réalisée par l’atelier Gaëtan Cadet. A Noisy-le-Sec visitons le projet épuré des 106 logements en accession libre avec trois commerces, signé MFR ainsi que les 30 logements sociaux de RAUM à Pantin.

Paris, Lyon, Montpellier et bien d’autres

De nouveau Paris ! Et si nous allions visiter la réhabilitation de  l’ensemble immobilier de Canal architecture ? Il ne faut pas oublier la visite de la réalisation d’un programme mixte signé Brenac Gonzalez en collaboration avec MOA architectes. Non loin de là découvrons l’immeuble de bureaux réalisé par Brigitte Métra. Continuons avec l’école Vincent Auriol dans le 13ème arrondissement parisien, un petit bijou signé LA architectures.

Direction la petite commune de Faverges-Seythenex pour visiter la charmante halle culturelle et économique réalisée par NAO. Comme nous sommes dans la région, n’oublions pas de faire un crochet à la découverte du musée du fort d’Ecluse réhabilité avec tact par l’atelier PNG. Et pourquoi pas une visite dépaysante au bord du lac Léman ? C’est dans cet environnement idyllique que les architectes de l’agence O-S architectes nous font découvrir l’école de Lugrin qui allie légèreté et rationalité.

Maintenant c’est le tour de Lyon où nous pouvons découvrir la transformation en colocations étudiantes d’un bâtiment industriel remanié par A-MAS, de même allons à la découverte d’un projet atypique de démolition partielle et réhabilitation d’une halle industrielle en un éminent lieu numérique à Lyon, un projet signé Vurpas Architectes. Souvenons nous que c’est à Lyon, dans le centre-ville que l’architecte Alireza Razavi a signé un intérieur sobre dont j’ai parlé ici.

Restons dans la ville et visitons la réhabilitation des Anciennes Blanchisseries des Hospices de Lyon en 248 logements par Tangram architectes. A Vaux-en-Velin, visitons aussi le groupe scolaire René Beauverie signé de Dominique Coulon & associés. N’oublions pas que, non loin de la ville, à Charbonnière-les-bains l’agence tectoniques architectes a réalisé la maison des arts de qui vient d’être terminée. Faisons aussi un tour à Craponne, pour visiter l’office notarial aménagé par les soins de Ré architecture.  

Un peu plus au sud, Architecte à Tain l’Hermitage, découvrons le chai de Carl Fredrik Svenstedt. A Valflaunès, visitons la maison individuelle à énergie positive signée ma architectes puis à Montferrier la maison individuelle en structure mixte béton/acier réalisée par Bregues-Lepavec. A Montpellier allons voir la Bellaroia signée Manuelle Gautrand architecture. Un peu plus loin, à Colombiers découvrons l’extension du restaurant scolaire signé LS architectures.

Toulouse, Clermont-Ferrand…

Direction Toulouse à la découverte du cloître de l’université Toulouse Capitole signé Philippe Witt et Hervé Rodriguez dont je parle ici. Découvrons aussi l’impressionnante TSE Toulouse School of economics signée Grafton architects. Découvrons également la subtile réhabilitation d’une dépendance par BAST. Continuons vers Cahors pour découvrir le très sobre cinéma signé Antonio Virga Architecte.

Et si nous allions à la découverte de L’onde, une petite maison à Murat signé Jean-Baptiste Barache & Sihem Lamine ? Par ailleurs, le théâtre de la Comédie de Clermond-Ferrand signé Eduardo Souto de Moura vaut largement le détour. Non loin de là, un autre projet nous interpelle, il s’agit de la station de pleine nature signée Atelier du Rouget Simon Teyssou & associés située à Mandailles-Saint-Julien.  

En rentrant à Paris, visitons le pôle médical pluridisciplinaire de Taverny, un projet signé MAAJ architectes. Mais aussi la réhabilitation et extension du Lycée Robert Doisneau à Corbeil-Essonnes par DE-SO architectes-urbanistes. Et pourquoi pas le centre de loisirs d’Athis-Mons signé Graal ? A Paris, allons voir la toute neuve maison des avocats de Renzo Piano et préparons-nous de nouveau à quitter la capitale et cette fois-ci direction Marseille.

Marseille, la Corse et ailleurs

A Marseille, accompagnons l’atelier d’architecture Lalo (Jean-Marc Lalo) qui nous fait découvrir la restructuration du cinéma Les Variétés dont je parle ici puis allons voir la transformation de l’ancien restaurant universitaire du campus de Marseille-Luminy en bibliothèque et learning center par Rémi Marciano. Découvrons également l’école maternelle de la Jouvelle, un projet réalisé par l’agence 28.04 architecture.

Un peu plus loin de la ville, à Roquevaire, visitons le Centre culturel Clément David signé Huit et demi. N’oublions pas qu’à Aix-en-Provence, Panorama Architecture a réalisé la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, un projet qui vaut le détour.

Continuons vers La Seine-sur-Mer et découvrons les 21 logements et le commerce nommé Le White Line, réalisé par Pietri architectes. A Toulon, visitons la médiathèque de Chalucet signée Corinne Vezzoni et associés. Allons aussi au Pradet où Boris Bouchet Architectes vient de terminer le superbe conservatoire du musique.

Direction la Corse où nous découvrons à Bastia le projet signé par Buzzo Spinelli Architecture et leur associé Antoine Dufour Architectes, il s’agit de la création d’un superbe théâtre de verdure, d’un outil de liaison verticale entre le Vieux Port et la place du Donjon de la Citadelle et la restauration du Jardin Romieu. Toujours en Corse visitons la Santa Teresa, une superbe maison signée Amelia Tavella et allons à la découverte d’une résidence pour un artiste réalisée par Orma architettura, plus de photos du projet : ici.

Retour à Paris

Retour dans la région parisienne, à Crosne, pour visiter la réhabilitation d’un hangar de stockage pour la création de la Maison des Jeunes et de la Maison des Associations  par Lemoal Lemoal architecture paysage. Non loin de là, à Créteil, découvrons la réhabilitation et résidentialisation de 602 logements collectifs en milieu vide par l’agence RVA. Allons au cœur bois de Vincennes pour découvrir le pôle sportif réalisé par Leclercq et associés ainsi qu’à Saint-Maurice en lisière du bois de Vincennes, à la découverte des bureaux en bois signés Atelier du Pont. Et pourquoi pas un crochet par Fontenay-sous-Bois à la découverte des 44 logements de l’atelier Philéas ?  Finissons cette visite par le retour en ville avec la visite de la maison Bergère signée AJILE que vous verrez bientôt sur ce site mais aussi la découverte de l’innovante Villa M de l’agence d’architecture franco-brésilienne Triptyque (Guillaume Sibaud et Olivier Raffaelli) dont je parle ici.

Comme chaque année, c’est à Paris que mon voyage prend fin mais l’architecture et les découvertes continuent ici et ailleurs. La sélection 2020 de Détails d’architecture n’est pas exhaustive, c’est aussi à vous de la compléter. Un grand merci à tous ceux qui lisent, commentent et critiquent Détails d’architecture.

« Le design énergétique des bâtiments » un livre ludique !

Chez l’un des principaux éditeurs français de livres professionnels et techniques vient de paraître « Le design énergétique des bâtiments », un livre écrit par Pascal Lenormand dont la préface est de l’architecte Dominique Gauzin-Müller et la postface est d’Olivier Sidler, énergéticien, co-fondateur de l’Association négaWatt.

Changeons nos comportements

« Parceque la vie s’invite dans les questions énergétiques » c’est ainsi que commence le livre signé Pascale Lenormand pour qui les démarches énergétiques classiques sont inadaptées aux enjeux de notre époque. C’est pourquoi, l’auteur qui est un spécialiste en énergie du bâtiment, propose dans son livre un nouveau concept : le design énergétique des bâtiments.

Dans son livre, Lenormand ne donne pas le secret d’une belle architecture ou d’un design réussi mais, convaincu que la transition commence par le changement de regard et de comportement, il propose une découverte voire même quelques solutions. Loin de s’opposer aux lois de la thermique, l’auteur montre dans cet ouvrage comment les inscrire dans une approche humaniste et réaliste. En effet, il écrit : «Ce dont il s’agit, c’est de cesser de considérer le bâtiment seul comme l’objet d’étude, mais bien le couple usager/bâtiment dans son ensemble. Cela demande rien de moins que d’ajouter un large volet de savoir-être à un certain savoir-faire technique (en énergétique, en thermique des enveloppes, en conception de systèmes, …). »

Certaines clés de la réussite

Déterminer les besoins thermiques des utilisateurs, les usages des futurs habitants tout en cultivant l’empathie avec eux, de même, réveiller l’entente entre architectes et ingénieurs, telles sont ainsi quelques unes des clés de la réussite de cette démarche d’avenir proposée par l’auteur.

Dans son livre «  Le design énergétique des bâtiments » qu’il définit comme « un livre pour redéfinir une posture, un métier », Pascal Lenormand invite le lecteur à le suivre sur les chemins de l’anticonformisme et de la réflexion humaniste. Néanmoins, il s’agit d’un récit ludique parsemé d’une petite dose d’humour qui rend l’ensemble original voire même agréable à la lecture. Le livre de Lenormand dépasse les attentes, c’est un ouvrage écrit par un ingénieur certes, mais qui peut être lu volontiers par tous les acteurs du bâtiment, y compris les utilisateurs.

« Regard sur l’architecture de Tadao Andô »

Regarder une œuvre n’est jamais objective, à chacun sa manière. Tandis que certains contemplent l’ensemble, d’autres s’imprègnent du contexte et quelques uns cherchent les détails. A chaque architecture son public, ses amoureux ou encore ses détracteurs. « Regard sur l’architecture de Tadao Andô » est un ouvrage unique dans son genre où le lecteur suit les traces de l’architecte à travers le regard de Yann Nussaume.

L’auteur n’est pas un inconnu, loin de là, il s’agit d’un personnage qui a déjà écrit un premier livre sur l’architecture de Tadao Andô. Avec « Regard sur l’architecture de Tadao Andô », Nussaume continue son exploration en traitant des particularités géographiques ainsi que climatiques des ouvrages du grand architecte. Et comme l’architecture née du contexte, la relation entre ces deux éléments est largement commentée dans ce livre.

Le livre commence par l’expression suivante : « Ce livre peut se découvrir de différentes manières… » En effet, présenté par Augustin Berque, la partie « Milieu et architecture » peut être parcourue par le lecteur au début comme à la fin ou encore tout au long des questionnements et des délicieuses découvertes. Quant aux autres parties du livre, elles présentent un voyage inédit où le lecteur découvre les croquis, les projets mais aussi des bribes de la vie de Tadao Andô.

De sa naissance dans l’un des quartiers populaires d’Osaka jusqu’à sa réalisation du cimetière de Makomanai Takino de Hokkaidô en passant par ses œuvres connues comme l’église sur l’eau ou la maison Ishihara, l’immersion dans les ouvrages de Tadao Andô est comlpète. Les différentes périodes du travail de l’architecte, les diverses évolutions de ses projets ainsi que son architecture toujours à même n’échappe pas au lecteur qui semble, tout au long de ce livre, vivre l’architecture avec son auteur.

« Regard sur l’architecture de Tadao Andô » est un manuel d’architecture qui vaut bien le détour !

« Quelques mots pour le futur »

« J’ai trouvé ce que vous disiez si extraordinaire que j’ai estimé que certaines choses devaient être consignées pour l’histoire de l’architecture. » Ainsi débute la conversation entre Ieoh Ming Pei et Fumihiko Maki.

Le recueil est de petite taille mais les propos concis, les dialogues tout au long de l’ouvrage, les échanges inattendus rendent l’ensemble attachant. L’un est né à Canton, l’autre à Tokyo, l’un a 100 ans, l’autre 90 mais tous les deux sont connus en dehors de leurs frontières. La rencontre aura lieu dans les bureaux de Fumihiko Maki à Hillside Terrace lors de la visite de Ieoh Ming Pei à Tokyo.

De quoi peut parler deux géants de l’architecture quand ils se rencontrent ? La question rend curieux tout amoureux d’architecture d’autant plus qu’à dix ans de différence d’âge, les deux architectes ont connu les mêmes personnages, les mêmes idoles, les mêmes contextes dans la pratique de leur profession. Cette dernière dure depuis plus de cinquante ans, depuis, de gros changements ont été perçus, des styles, des matériaux, bref, il s’agit de deux visions qui parfois se rapprochent ou se divergent selon les périodes. En évoquant le passé, de grands noms de l’architecture connus de tous sont évoqués, quelques souvenirs personnels mais aussi quelques anecdotes sont au rendez-vous.

Cependant dans ce livre, c’est Maki qui pose les questions et Pei y répond. De ses années à Harvard jusqu’à son retour à Suzhou, sa ville natale, en passant par la réalisation de la pyramide du Louvre, Pei revient sur plus d’un siècle d’histoire d’architecture, son histoire mais aussi celle des autres, de tous ces pays qui ont accueilli ses réalisations dont la France.

« Quelques mots pour le futur » est un livre d’un peu plus de 100 pages, tellement accrocheur, que le lecteur lira d’un seul trait !

Et si on parlait architecture aux enfants?

DR

Qui n’aimerait donner un peu de « culture architecturale » à son enfant ? A l’instar des activités culturelles ou sportives, de plus en plus de personnes cherchent des structures pour inculquer une certaine connaissance architecturale à leur progéniture. Comme certains architectes, je participe personnellement, de manière épisodique, à animer des ateliers au sein d’établissements scolaires et je me rend compte de la grande curiosité des enfants concernant l’architecture et les questions urbaines. C’est pourquoi, alors que des parents sont à la recherche de livres spécialisés, des associations voient le jour. A l’approche de Noël, Détails d’architecture vous présente quelques lieux où votre enfant, avec d’autres de son âge, pourra partir à la découverte architecturale. Un joli cadeau de Noël, non ?

En France

A Paris, en partenariat avec le Conseil Régional de l’Ordre des architectes d’Ile-de-France, L’atelier des P’tits archis n’est plus une adresse anonyme. En effet, Mlle Féfé et son ami Imhotep, deux marionnettes pleines de vie, vous proposent des ateliers d’architecture pour les enfants. Ceci se passe surtout à la Maison de l’Architecture en Ile-de-France mais aussi dans les écoles.

A Lyon, l’association Chic de l’Archi a pour but de sensibiliser et transmettre une culture architecturale, urbanistique, paysagère ainsi que technique auprès du jeune public. Grâce à la mise en place d’ateliers ludiques et créatifs conçus sur-mesure, en amenant les enfants sur les chantiers, cette dynamique structure fait découvrir les coulisses de la conception et de la construction à tous les curieux jusqu’à 16 ans.

A Libourne, la Rue du p’tit chantier est un Atelier d’architecture pour les enfants, il vaut aussi le détour.

A Rennes, les ateliers Carton Plume animés par Adélaïde ou Marie, emmènent tout au long de l’année les enfants en voyage à la découverte d’artistes, d’œuvres d’art, d’architectes et de bâtiments à travers le monde, le tout en s’amusant. N’est-ce pas une bonne idée ?

A Paris, d’autres ateliers pour enfants et des visites guidées sont également proposés par la Cité de l’architecture ainsi que le Pavillon de l’arsenal.

Et ailleurs

Allons cette fois-ci en Suisse, à Genève à la découverte de l’association Chantier Ouvert, qui, parrainée par la Maison de l’architecture de Genève, propose des cours publics mais aussi privés au Pavillon Sicli mais aussi in situ dans différentes structures scolaires ayant le but de sensibiliser différents publics vers une meilleure compréhension du paysage bâti.

A Lausanne, l’association Ville en tête, par ses projets et ses actions, s’engage dans la sensibilisation à l’environnement naturel et construit, notamment auprès du grand public et des jeunes en particulier.

En Belgique, à Liège, issu d’une collaboration entre les Rimbelles et la Maison de l’Urbanité, Créaville propose différents ateliers urbains pour les enfants âgés entre 5 et 12 ans.

A Londres, au RIBA, au 66 Portland Place, en jouant et en s’amusant, côtoyés par des architectes et des artistes, familles et enfants explorent l’architecture et les grandes constructions à travers des ateliers numériques.

Au Canada, tandis que le centre canadien de l’architecture organise Lors de chaque exposition, des visites pour les étudiants, kumulus, situé à Montréal, sensibilise le jeune et le grand public à l’importance du design et de l’architecture.

Retour en Italie, où le Palladio kids est le programme didactique du Musée Palladio de Vicenza pour promouvoir et diffuser la culture de l’architecture des jeunes générations. En accord avec la stratégie culturelle du musée, Palladio Kids se tourne vers la Renaissance pour étudier des thèmes et des concepts significatifs de nos jours afin de créer une plateforme culturelle pour l’architecture de demain.

Il existe d’autres structures de par le monde qui diffusent la connaissance architecturale aux enfants mais aussi aux adultes, Détails d’architecture partira à leur recherche et les ajoutera au fur et à mesure à cette liste non exhaustive. D’ici là tout commentaire concernant ce sujet, serait le bienvenu !

Équerre d’argent 2016, le jury presque parfait !

©Sipane Hoh
©Sipane Hoh

Au sein du XVIème arrondissement parisien, dans l’un des temples de l’architecture signé Auguste Perret, le 21 novembre 2016, a eu lieu la cérémonie annuelle du prix de l’équerre d’argent. Comme d’habitude, plusieurs prix ont fait un nombre conséquent d’heureux.

Parmi les sept finalistes seulement deux n’ont reçu aucun prix, il s’agit de programmes de logements l’un conçu par AAVP et l’autre par Tact architectes. J’avais déjà parlé du premier et j’espérais entendre parler du second, mais les deux aussi intéressants soient-ils ont disparus des écrans lors des délibérations.

Revenons aux distinctions, à part le prix spécial du jury qui sort de l’ordinaire que ce soit dans son programme ou sa réalisation, cette année plusieurs idées semblent lier les quelques projets primés comme par exemple « la réussite technique et typologique » des 49 logements sociaux Saulx-les-Chartreux (Jean & Aline Harari) est mise en avant ainsi que les « challenges techniques » du projet de la maison de recherche et de l’imagination de Caen (Bruther architectes) est salué.

Par ailleurs, les détails soignés sont loués aussi bien pour le prix de la première œuvre que pour celui qui représente la catégorie « Habitat ». Il reste le projet de Centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne (Marne) Matthieu Poitevin architecture Caractère spécial § associé à NP2F, où le jury a souligné la « cohérence » et la « bienveillance » , une réalisation sur laquelle j’aimerais m’attarder un peu plus que les autres. Ce dernier de mon point de vue est un projet raffiné qui tout en se basant sur l’existant a accompli une véritable métamorphose. Il est inutile de dire que j’approuve le parti pris de ses architectes.

Quant à l’équerre d’argent 2016, cette année tranche avec les précédentes, simplicité et sobriété sont au rendez-vous avec une équipe jeune qui a su manier les différentes contraintes.

Et finalement, pour la première œuvre, j’attendais que la maison des pêcheurs de Bonifacio (Buzzo-Spinelli) décroche la distinction mais le choix du jury constitue pour moi une vraie surprise. Des surprises il en faut surtout quand il s’agit de point de vue. Contempler une architecture reste un exercice très différent que celui de la visiter ou de la vivre.