Archives par mot-clé : Séoul

La maison qui habite la pente

© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone

En Corée, à une heure de route à l’est de Séoul, les architectes de l’agence Bcho Architects ont réalisé une atypique habitation qui épouse la pente et procure une vue imprenable sur les environs.

Au milieu des montagnes, dans un environnement paisible constitué principalement de champs de riz, la maison conçue par Bcho Architects est une curiosité à part entière. Selon ses concepteurs, la construction se base sur le «Ki», qui est le terme traditionnel désignant l’énergie universelle. En effet, la demeure appelée également « Tilt Roof », tente de respecter le flux d’énergie naturelle des montagnes alentour et tente de mettre en avant la relation entre les diverses qualités de la nature avec la bâti.

En pleine nature

En profitant de la pente raide de la parcelle, les architectes ont accordé la construction à la topographie existante, il en résulte une maison partiellement encastrée dans le sol à la fois charmante et fonctionnelle. Pour suivre le mouvement de la pente, le toit est incliné jusqu’à ce qu’il disparaisse dans le sol. Tout est conçu pour garder intact l’effet de la nature. Les architectes ont profité du toit incliné pour réaliser une chaleureuse terrasse parsemée de carrés de verdure. Ces dernières agrémentent l’ensemble et donnent la sensation d’être en plein nature aux habitants de la maison.

Un patio situé au cœur de la maison inonde l’intérieur par la lumière naturelle. Côté matériaux, la maison est construite en béton, elle est habillée en bois de pin foncé. Contrairement à l’extérieur, l’intérieur se pare de bois clair qui donne un sentiment de chaleur à l’ensemble. Pendant la saison chaude, quand le vent souffle du sud au nord, la ventilation au sein de la maison est assurée grâce au patio. Plusieurs détails qui font de cette maison un petit bijou ancré dans son milieu.

© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone
© Sergio Pirrone

Le site de Bcho Architects: ici.

Les photos : © Sergio Pirrone

Les faux jumeaux

© Nam Goonhsun

En Corée, à proximité de Séoul, l’agence d’architecture Moon Hoon a réalisé deux résidences atypiques où une énorme sphère marque une forme concave sur chacune des entités. Le résultat est à la fois inattendu et singulier.

Il s’agit de deux frères qui ont souhaité construire deux résidences proches sur un terrain situé non loin de la capitale coréenne. L’idée de l’architecte était de considérer les deux volumes comme des jumeaux avec des façades qui se côtoient. La conception du départ a été soulignée par l’ajout d’une cavité sphérique qui s’étale sur les deux façades avoisinantes créant les deux tranches de la lune, d’où le nom du projet : « Two Moon » faisant également un clin d’œil à un film qui porte à peu près le même nom.

Deux en un

Les deux formes apparaissent irrégulières vu que l’un des deux édifices présente un léger décalage par rapport à l’autre. La vision de la lune devient alors évidente, nous pouvons remarquer l’existence d’un croissant d’un côté et son complément de l’autre.

Les deux résidences sont constituées de trois étages chacune, à la fois distinctes, elles se rapprochent et s’accordent par endroits, une certaine poésie se dégage dans la manière dont l’architecte a étudié ces raccords. Pas d’escalier à l’intérieur des bâtiments, ceux-ci sont installés à l’extérieur. Alors que l’un des bâtiments contient une galerie au niveau du rez-de-chaussée, l’autre présente un café en son milieu, deux terrasses coiffent les toits des deux entités.

Les constellations en guise d’ornement

Tandis qu’un balcon semi-circulaire est nichée dans l’une des cavités courbes de l’une des façades, des constellations d’étoiles présentées sous forme de petites perforations se trouvent sur l’autre façade. Ces dernières représentent selon leur auteur les horoscopes des deux propriétaires.

Le matériau utilisé est le béton armé, il est en état brut à l’extérieur comme à l’intérieur. Pour agrémenter l’ensemble, à l’intérieur quelques briques ont été ajoutées, de même, les installations électriques ont été laissé exposées donnant un ton industriel à l’ensemble.

Cette double-résidence conçue par l’agence Moon Hoon est le dernier d’une série de projets aux façades inhabituelles qui me rappelle les travaux de Gordon Matta-Clark. Une belle réalisation en somme.

© Nam Goonhsun

© Nam Goonhsun

Le site de l’agence d’architecture Moon Hoon: ici.

Les photos: © Nam Goonhsun

Quand les contraintes sont immatérielles

46-7

En Corée les architectes Lim Hyoungnam et Roh Eunjoo ont réalisé une originale maison en béton qui s’insère parfaitement dans son environnement. Découverte d’une conception censée matérialiser le bonheur et le respect.

Concevoir une maison familiale qui s’appellera : « La maison du respect et du bonheur » était un exercice d’un nouveau genre pour les architectes du Studio Gaon basés à Séoul. Quand le propriétaire apporte l’idée du projet, c’est aux architectes de faire leur possible pour la concrétiser. Et vu que pour une fois l’approche était différente, plusieurs questionnements et quelques recherches ont été nécessaires. Qu’est-ce que le respect ? Et qu’est-ce le bonheur ?

La parcelle se trouve dans la province coréenne de Gyeonggi-do, dans un lieu connu par ses étendues sauvages où les gens viennent se promener. Le programme comporte deux entités le privé et l’espace de vie. Pour cela le choix des architectes se porte sur deux volumes distincts qui gardent le côté chaleureux et étroit pour les pièces privées et attribuent une certaine générosité aux pièces de vie.

Comment exprimer donc le mot « respect » en architecture ? Les architectes ont pensé à la situation des deux volumes et leur composition. Il s’agissait de l’une des solutions possibles pour matérialiser  des deux concepts qui peuvent être liés. En conséquence, composer les espaces d’une manière non-hiérarchique les rendant tous visibles et accessibles est la clé de cette architecture qui tend à faire communiquer l’ensemble.

Côté matériaux, alors que le béton brut met en avant certains détails de construction à l’extérieur de la maisonnée, à l’intérieur, les murs sont de couleur blanche et le bois fait son apparition presque dans toutes les pièces. Une particularité retient notre attention, les larges rebords de fenêtres pour que les résidents s’y installent et profitent du paysage environnant.

La maison conçue par les architectes de Studio Gaon est la mise en œuvre de plusieurs idées qui font d’elle une réussite.

46-1

46-4

46-5

46-2

Le site de l’agence d’architecture Studio Gaon : ici.

Les photos : © Yong Kwan Kim.

Quand l’ancien et le nouveau cohabitent

36-3

En Corée, dans l’un des anciens quartiers de Séoul, l’agence d’architecture Jya-rchitects a réhabilité une ancienne demeure et lui a annexé une nouvelle maison créant ainsi un original patchwork urbain. Découverte d’un travail minutieux qui a donné naissance à une belle entité intergénérationnelle.

Buam-Dong est l’un des vieux quartiers de la capitale coréenne, il est situé au pied du mont Bukak et connu par ses pruniers. Dans cet environnement marqué plutôt par l’architecture traditionnelle, les architectes de Jya-rchitects ont été mandatés pour la réhabilitation d’une maison (qui avait déjà subi un petit accroissement) ainsi que la construction d’une nouvelle, le tout sur une parcelle exigüe donnant sur deux ruelles. Un travail délicat vu le mélange des générations et l’état dans lequel se trouvait la demeure traditionnelle construite sur les principes des anciennes maisons coréennes.

Pour cela, la première chose à faire c’était de consolider la structure de l’ancienne demeure en remplaçant les poteaux endommagés par des nouveaux. Les architectes ont également renouvelé les tuiles, ils ont ajusté la hauteur du plancher et entrepris plusieurs travaux de transformations pour rendre à la maison existante son éclat d’origine afin de pouvoir rajouter une autre habitation qui prend place sur la même parcelle.

Cependant que ce soit pour des raisons esthétiques ou pratiques, les architectes ont préféré concevoir, entre les divers éléments, un espace de transition formant ainsi une certaine continuité qui occupe le terrain. En conséquence, quatre constructions appartenant à plusieurs générations se touchent, se complètent et se croisent créant une atmosphère singulière autour d’un petit patio qui sert de terrasse.

Et bien que la nouvelle demeure s’affirme avec son architecture épurée, elle cohabite à merveille avec l’ancienne maison qui malgré son lifting a gardé l’essentiel de son architecture d’antan. C’est l’histoire d’un puzzle urbain où les architectes ont collé brillamment les morceaux.

36-2

36-1

Les ite de JYA-RCHITECTS : ici.

Les photos : © Hwang hyochel

En Corée, un doux labyrinthe en guise de musée

©ParkWansoon

Dans le sud de la capitale coréenne, à Yangju, les architectes Chae Songhee et Laurent Pereira (Chae-Pereira architects) en collaboration avec la fondation Chang Ucchin ont réalisé un musée qui reflète à merveille la spécificité même de la peinture exposée. Il en résulte un espace abstrait où contenu et contenant sont en diapason.

Chang Ucchin est un peintre coréen né sous l’occupation japonaise. Avec ses toiles qui décrivent les aspects de la vie quotidienne, en développant son propre style, Ucchin est devenu l’un des représentants de la peinture moderne en Corée.

Le musée est donc un hommage aux œuvres de l’artiste. Situé dans la ville de Yangji, à 10 km de Séoul, l’édifice se développe comme un labyrinthe au bord d’une colline et épouse délicatement le paysage. Les architectes qui n’ont pas souhaité concevoir un bâtiment moderne standardardisé ou une construction qui rappelle les traditions du pays, ont opté pour une forme particulière. L’intérêt se trouve dans l’ambigüité que présente le musée. Le visiteur peut  confondre cette bâtisse blanche immaculée qui s’ouvre par moments sur le paysage avec une belle résidence non loin des rives du fleuve.

Et bien que chaque forme qui se succède est simple, l’œil averti ne peut manquer une  ressemblance avec la simplicité de certains éléments des œuvres du peintre. L’intérieur est tout aussi immaculé que l’extérieur, les lignes sont pures et l’ensemble dégage une atmosphère imprégnée de grâce.

Le musée Chang Ucchin est une curiosité à découvrir sans tarder.

©ParkWansoon

©ThierrySauvage

©ParkWansoon

Le site de Chae-Pereira Architects: ici.

Les photos: © Park Wansoon, Thierry Sauvage

Comme un monolithe évidé

14-5

En Corée, les architectes de l’agence Kim in-cheurl+ARCHIUM ont réalisé un immeuble de bureaux pour une firme développant des services bancaires via internet. Un équipement commercial qui s’installe sans confusion dans un quartier résidentiel typique de la capitale et s’adapte avec sa forme aux divers règlements d’urbanisme.

C’est à Séoul, dans le quartier de Seocho-gu que se trouve le bâtiment. Il s’agit du nouveau siège d’une société financière qui a souhaité construire l’édifice sur un terrain où existait déjà une ancienne maison. Faire émerger un projet commercial dans un quartier résidentiel n’étant pas une mince affaire, il a fallu tout d’abord et après démolition de la résidence existante, étudier tous les critères contrôlant la densité urbaine tout en concevant une architecture fonctionnelle.

Ainsi, le choix des architectes s’est porté sur une construction de sept étages (dont un sous-sol) qui se développe sur 1029 m². La structure est en béton armé qui ressemble à un monolithe évidé vu le nombre des ouvertures qui tapissent l’ensemble. Il s’agit véritablement d’une résille en béton qui contient des galeries intérieures faisant le tout du bâtiment, des espaces qui se trouvent entre l’intérieur et l’extérieur et sont utilisés par les employés comme des lieux de distractions ou de contemplation.

Pour les architectes qui affirment que l’objectif de l’architecture est avant tout un outil pour définir l’espace, avec une telle structure et ses galeries ont réussi de relier l’architecture et la ville ainsi que l’homme et son environnement.

14-4

14-3

14-2

Le site des architectes Kim in-cheurl+ARCHIUM

Les photos : © Wansoon Park

Ondulée…

Organique, ondulée et toute en verre, elle vient de chambouler la monotonie des rues de  la capitale coréenne, Séoul. Avec ses 130mètres de haut, cette nouvelle tour de bureaux a pu intégrer plusieurs mesures de développement durable comme l’installation de panneaux photovoltaïques, l’utilisation de la lumière et la ventilation naturelles pour un environnement sain et agréable. C’est une curiosité qui vient d’être terminée et c’est à découvrir, ici.

Le site de l’agence d’architecture, ArchitectenConsort : ici.
la photo : © ArchitectenConsort

Le pont comme attraction…

Depuis toujours l’homme a utilisé les ponts pour des fins utiles. De plus en plus les architectes ont essayé d’en faire des œuvres d’art, beaux, parfois habitables, majestueux et puissants. La capitale coréenne a aussi son pont devenu depuis un mois plus une attraction qu’une utilité en soi. On y a ajouté un système qui pompe l’eau dans le fleuve et le diffuse dans le même fleuve via ce pont d’une manière artistique. Le pont est devenu un outil pour une originale attraction qui change le paysage autour de ses utilisateurs et un spectacle gratuit des touristes de passages…

Pour plus de photos et d’informations voir: ici.
La vidéo de cette attraction se trouve: ici.