Quand les contraintes sont immatérielles

46-7

En Corée les architectes Lim Hyoungnam et Roh Eunjoo ont réalisé une originale maison en béton qui s’insère parfaitement dans son environnement. Découverte d’une conception censée matérialiser le bonheur et le respect.

Concevoir une maison familiale qui s’appellera : « La maison du respect et du bonheur » était un exercice d’un nouveau genre pour les architectes du Studio Gaon basés à Séoul. Quand le propriétaire apporte l’idée du projet, c’est aux architectes de faire leur possible pour la concrétiser. Et vu que pour une fois l’approche était différente, plusieurs questionnements et quelques recherches ont été nécessaires. Qu’est-ce que le respect ? Et qu’est-ce le bonheur ?

La parcelle se trouve dans la province coréenne de Gyeonggi-do, dans un lieu connu par ses étendues sauvages où les gens viennent se promener. Le programme comporte deux entités le privé et l’espace de vie. Pour cela le choix des architectes se porte sur deux volumes distincts qui gardent le côté chaleureux et étroit pour les pièces privées et attribuent une certaine générosité aux pièces de vie.

Comment exprimer donc le mot « respect » en architecture ? Les architectes ont pensé à la situation des deux volumes et leur composition. Il s’agissait de l’une des solutions possibles pour matérialiser  des deux concepts qui peuvent être liés. En conséquence, composer les espaces d’une manière non-hiérarchique les rendant tous visibles et accessibles est la clé de cette architecture qui tend à faire communiquer l’ensemble.

Côté matériaux, alors que le béton brut met en avant certains détails de construction à l’extérieur de la maisonnée, à l’intérieur, les murs sont de couleur blanche et le bois fait son apparition presque dans toutes les pièces. Une particularité retient notre attention, les larges rebords de fenêtres pour que les résidents s’y installent et profitent du paysage environnant.

La maison conçue par les architectes de Studio Gaon est la mise en œuvre de plusieurs idées qui font d’elle une réussite.

46-1

46-4

46-5

46-2

Le site de l’agence d’architecture Studio Gaon : ici.

Les photos : © Yong Kwan Kim.

2 réflexions sur « Quand les contraintes sont immatérielles »

  1. Le pari était difficile. Je ne suis pas certaine de voir du respect ou du bonheur (du moins la conception que j’en ai), mais la réalisation me plaît beaucoup.

    1. Il s’agit du point de vue subjectif des architectes qui ont concrétisé une « idée ». En effet d’autres concrétiseront ces idées autrement.

Les commentaires sont fermés.