Archives par mot-clé : peau

A Lisbonne, une exposition éphémère signée Diogo Aguiar Studio

© Ivo Tavares Studio

Stylisée comme une ville géométrique et abstraite, construite par de grands cubes jaunes, le musée temporaire de Nadir Afonso est un espace ouvert et fluide qui cherche à créer de nombreuses relations visuelles et conceptuelles avec le travail de l’artiste abstrait et architecte portugais. Réalisée par l’agence d’architecture Diogo Aguiar Studio, l’œuvre située à Lisbonne constitue une belle curiosité.

Une peau en textile

Récusant l’échelle du lieu et se rapportant aux œuvres artistiques de grande envergure, l’exposition éphémère présente une structure dotée d’une peau en textile colorée et translucide. L’idée étant la construction d’une multitude d’entités avec peu de matière. L’agence d’architecture portugaise Diogo Aguiar Studio (Diogo Aguiar, Daniel Mudrák, Elena Bredariol, Tomáš Pevný et Dominika Widlarz) a entrepris un travail délicat à la fois simple et audacieux. La forme des parallélépipèdes est primaire mais la couleur attire indéniablement l’attention.

Offrant des variations d’échelle, d’intensité, de proportion et de rythme, les différentes entités (ou salles d’exposition) de l’espace muséal sont définis par des bâtiments géométriques (ou des volumes autonomes) qui abritent les œuvres d’art, cherchant à profiter de la verticalité (et de l’échelle) de l’espace central du centre commercial Centro Colombo à Lisbonne.

Une expérience spatiale

Parmi les nombreux « bâtiments » qui dessinent cette ville composée, deux invitent à une visite intérieure, offrant une expérience spatiale distincte : la salle multimédia immersive et l’architecture de la scène. Les architectes nous racontent que si, pendant la journée, l’intensité solaire donnera corps et volume à la « ville », illuminant les rues et carrés; la nuit, les bâtiments allument leurs lumières de l’intérieur (volumes rétro-éclairés) offrant une expérience spatiale différente dans le même espace muséal. C’est un beau travail qui rend hommage à Nadir Afonso, l’artiste, l’architecte et le théoricien portugais.

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Diogo Aguiar Studio : ici.

Facebook: https://www.facebook.com/diogoaguiarstudio

Instagram: https://www.instagram.com/diogoaguiarstudio

Les photos : © Ivo Tavares Studio

Facebook: www.facebook.com/ivotavaresstudio

Instagram: www.instagram.com/ivotavaresstudio

A Moreno, Ça Arquitectura habille un bâtiment résidentiel

© Federico Kulekdjian

Dans la périphérie de Buenos Aires, l’architecte Juan Micieli de l’agence Ça Arquitectura vient de terminer le chantier d’un bâtiment résidentiel qui, au plus grand bonheur des habitants, s’habille en une subtile résine métallique. Textures et ornements sont au rendez-vous.

Le bâtiment s’intègre parfaitement dans le tissu urbain environnant qui, selon le nouveau plan de la municipalité, a prévu de changer le zonage  de cette fraction de ville d’ici quelques années. L’édifice se compose de deux volumes qui contiennent des appartements d’une ou de deux chambres. Le noyau de circulation vertical s’ouvre sur un patio assurant une grande luminosité à l’intérieur.

Le dernier étage possède un plafond à double hauteur qui crée une connexion fluide entre la terrasse et l’appartement et, comme un périscope, capture la lumière en éclairant les autres espaces. La deuxième façade se plie vers l’intérieur au niveau supérieur et crée un généreux espace semi-couvert.

Un écran mais pas que

La façade fonctionne comme une enveloppe formelle, donnant un indéniable caractère à l’édifice. Elle améliore l’efficacité énergétique tout en créant un charmant écran entre les intérieurs et la rue, elle sauvegarde ainsi l’intimité des habitants.

L’enveloppe qui rappelle la calligraphie cursive est composée d’une texture arabesque entièrement conçue dans des ateliers locaux connus par leur travail manuel. Métallique, elle donne une grande légèreté à l’ensemble. Selon l’architecte, le dessin de la façade a été coupé au plasma dans des tôles d’acier et a ensuite été traité par un processus d’oxydation et de fixation. Tout a été pensé pour un projet cohérent où l’utile et l’agréable ne font qu’un.

© Federico Kulekdjian
© Federico Kulekdjian

© Federico Kulekdjian
© Federico Kulekdjian

© Federico Kulekdjian
© Federico Kulekdjian

© Federico Kulekdjian
© Federico Kulekdjian

Le site de Ça Arquitectura : ici.

Les photos : © Federico Kulekdjian