Archives par mot-clé : atelier

Summer home, quand l’esprit du lieu renaît

© Nikole Bouchard

Aux Etats-Unis, à Martha’s Vineyard l’architecte Erin Pellegrino vient de terminer la réhabilitation d’une construction atypique construite à l’origine par l’architecte Chester Wisniewski, ancien apprenti de Frank Lloyd Wright. L’esprit du lieu est bien de retour.

The Shop

Chester Wisniewski est le fondateur de l’agence Davis, Brody et Wisniewski (maintenant connu sous le nom de David, Brody et Bond. Après la mort de Wisniewski, ses fils ont décidé de préserver la structure d’origine et de transformer l’intérieur de l’ensemble qui servait à réparer des voiliers en une maison résidentielle qu’ils ont baptisée The Shop.

La conception de la rénovation est dirigée par Erin Pellegrino. Comme pour les autres structures de Wisniewski sur le vignoble, l’atelier a été créé par l’expérimentation à la fois du design et des matériaux. A l’époque, l’architecte a bâti l’atelier en utilisant des matériaux de construction standard facilement disponibles comme le bois, le contreplaqué, le verre et l’acier. L’ensemble est atypique, notons par exemple le toit a été inspiré par les temples japonais shinto que Wisniewski a observé pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour concevoir le toit, l’architecte s’est doté d’un livre sur les temples, s’inspirant des formes qui l’intéressent, puis il a redimensionné l’ensemble avec l’aide d’un de ses fils.

Erin Pellegrino, partage une certaine sensibilité avec Wisniewski surtout en ce qui concerne le design avec une approche pratique qui s’intéresse à l’expérimentation matérielle. Les deux architectes soutiennent la philosophie selon laquelle la création et la pensée ne seraient pas dissociable. Pellegrino, dans sa conception de la résidence (et des meubles spécifiques au site), s’est inspirée du concept d’atelier. Elle a séquencé l’espace en différentes zones. Nous pouvons trouver la zone publique qui possède elle-même des zones distinctes consacrées à des tâches spécifiques, similaires à celles d’un atelier, tandis que la partie privée est conçue pour se sentir à l’aise.

Un joli clin d’œil à l’île

Chaque élément architectural est fonctionnel tandis que la palette de matériaux exprime la nature des espaces et fait un joli clin d’œil à l’île. De plus, elle a édifié la plupart des meubles sur place. L’ossature du bâtiment est d’origine, y compris le sol et l’étonnant toit. L’architecte a travaillé à la réhabilitation de l’enveloppe du bâtiment afin de maintenir l’intégrité structurelle et de préserver l’habitation pour les années à venir. Lors de la conception et de la construction des deux parties publique et privée, elle a incorporé de nombreux matériaux originaux utilisés par Wisniewski ou des matériaux trouvés dans le sous-sol dans le but de garder l’esprit qu’il avait créé.

L’étage principal qui est divisé en deux parties et comprend la zone publique et la zone privée, est organisée telle que la zone publique est conçue autour du concept de l’outillage dans un atelier. Dans sa conception, l’architecte a envisagé que les gens se déplaceraient dans l’espace comme ils le feraient dans une menuiserie, selon des schémas ou des ordres d’opérations quelque peu prévisibles. Ainsi couper ou poncer dans un atelier se traduirait en un objectif plus social dans The Shop, c’est-à-dire manger, se prélasser ou cuisiner. La zone privée, qui comprend les chambres et les salles de bains, est conçue comme si on fleurait les meubles trouvés dans un atelier. Par exemple, les portes escamotables des chambres sont faites de contreplaqué de bouleau avec des poignées en métal qui donnent l’impression d’entrer dans une armoire à outils.

L’architecte a également conçu de belles portes que ce soit pour la buanderie ou le sous-sol avec des joints de vannes papillon et des poignées en tôle d’acier. Au-dessus des chambres se trouve une mezzanine qui offre une vue imprenable sur l’espace et le plafond voûté. Les fenêtres bordent les deux côtés du plafond où, pendant les heures du matin et le coucher du soleil, la lumière naturelle pénètre dans l’espace à travers le couloir entre les chambres et se reflète partout. Le projet de Wisniewski, mis subtilement au goût du jour, s’apprête ainsi à affronter le temps.

© Nikole Bouchard
© Nikole Bouchard
© Nikole Bouchard
© Nikole Bouchard

Architecture : Chester Wisniewski
Rénovation et réhabilitation: Erin Pellegrino Les photos : © Nikole Bouchard

Au Japon, compacité et luminosité vont de pair

© Shigeo Ogawa

Sur une petite parcelle entourée d’une superposition de maisons qui s’étendent vers les monts Rokkō, des massifs montagneux situées au sud-est de la préfecture de Hyōgo, l’agence d’architecture Fumiaso Architect & Associates vient de réaliser une charmante maison fermée sur l’extérieur mais ouverte à l’intérieur. Compacité, luminosité mais aussi sobriété sont eu rendez-vous.

Deux fonctions en une

Dans le quartier, de nombreuses maisons s’ouvrent sur le côté sud où se trouve la mer, une sorte d’homogénéité est donc éprouvée. En construisant une maison sur cette parcelle, Fumiaso Architect & Associates, ont instauré une paroi intérieure inclinée côté sud par rapport à la lumière et l’axe du mur incliné à 45 degrés vers le haut. En conséquence, l’intérieur est illuminé généreusement générant une profondeur vers toutes les directions.

Afin de croiser deux utilisations, l’habitation d’une part et l’atelier d’autre part, les architectes ont créé une allée intérieure vouée à être utilisée comme un espace semi-public. L’entrée qui relie l’extérieur se connecte avec l’atelier au premier étage et devient un espace avec une grande intimité à l’arrière du deuxième étage. Dans l’allée centrale, quelques soupçons de vert et des ouvertures de chaque côté, l’ensemble se connecte avec la résidence et l’atelier en optimisant la distance par rapport à la rue.

Une structure originale

La structure en bois qui couvre le bâtiment ressemble à un chapeau. Afin de maintenir une travée de 8,2 mètres les architectes ont rajouté une structure en treillis concernant la poutre du grand toit, il se dégage un sentiment de légèreté malgré le poids soutenu. En utilisant un matériau qui peut être aperçu autant que possible dans chaque partie de la maison, comme le mur en tuile ou le plancher en cyprès, les architectes ont rendu l’ensemble plus expressif. Les diverses textures qui se croisent octroient une caractéristique singulière à l’espace intérieur. Avec cette maison aux lignes épurées, les architectes ont accompli un joli travail.

© Shigeo Ogawa
© Shigeo Ogawa

© Shigeo Ogawa
© Shigeo Ogawa

© Shigeo Ogawa
© Shigeo Ogawa

© Shigeo Ogawa
© Shigeo Ogawa

Le site de Fumiaso Architect & Associates : ici.

Les photos : © Shigeo Ogawa

A Mexico, un bâtiment industriel revisité

 

© Rafael Gamo

A Naucalpan, dans la périphérie de Mexico, dans une zone industrielle parsemée d’entrepôts, le studio d’architecture mexicain Arqmov Workshop a revisité un bâtiment industriel en ajoutant une façade à motifs, des fenêtres qui donnent vers l’extérieur et une imposante entrée à l’un des coins de la bâtisse. Contrastes et sobriété sont au rendez-vous.

L’environnement résidentiel de ce centre commercial qui occupe un site triangulaire est marqué par l’auto-construction. Les matériaux des résidences environnantes se révèlent sous leur état brut. Ces derniers, dépourvus de toute finitions, donnent à l’ensemble des constructions une certaine cohérence.

La parcelle est délimitée par deux rues animées, elle abrite un édifice qui était autrefois un atelier automobile. Le pari des architectes, dès le départ, était la conservation des éléments existants tout en apportant à l’ensemble une fonctionnalité conforme aux nouvelles normes.

Garder l’ancien

Le changement semble radical mais si nous nous approchons nous pouvons constater que l’enveloppe garde ses caractéristiques d’origine. Les architectes ont habillé les façades de briques et de béton gris et rouge, ils ont ajouté à l’ensemble des fenêtres tout en leur accordant une légère inclinaison vers l’extérieur. De même, sur le coin pointu du bâtiment, l’équipe a évidé une partie du niveau inférieur pour y ajouter une accueillante entrée.

À l’intérieur, il a été crée un couloir central bordé des deux côtés par des vitrines vitrées où les gens peuvent aisément se balader. L’ensemble est éclairé d’une manière zénithale et la lumière y est abondante. En utilisant les mêmes méthodes de construction que la structure existante, les architectes ont rajouté une mezzanine lié au niveau principal par un escalier bleu avec des murs en verre.

La reconversion de l’atelier automobile en un centre commercial par l’agence Arqmov Workshop est une belle réussite qui respecte le passé industriel du bâtiment tout en l’accordant au goût du jour. Un projet qui vaut le détour.

© Rafael Gamo
© Rafael Gamo

© Rafael Gamo
© Rafael Gamo

© Rafael Gamo
© Rafael Gamo

Le site de l’agence d’architecture Arqmov Workshop : ici.

Les photos : © Rafael Gamo

L’architecture, un écrin pour l’art

© Gonçal Garcia

© Gonçal Garcia

A Majorque, l’agence d’architecture Munarq a transformé un ancien corps de ferme en un étonnant atelier de peinture pour l’artiste Dolors Comas. Un langage qui prend ses sources dans l’architecture de la région et la magnifie.

C’est à la périphérie de la ville de Pla de na Tesa que les architectes de Munarq ont réhabilité ainsi que reconstruit une ancienne ferme devenue désuète en un avenant atelier pour artiste.  En conséquence, l’espace de travail ainsi que la galerie d’exposition ont trouvé un écrin des plus atypiques.

Propice à la création

Les principales exigences des propriétaires étaient outre la création de deux grands espaces (une galerie d’exposition et un atelier), les hauts plafonds, l’éclairage naturel ainsi que l’existence de quelques coins d’intimité où l’artiste pourra travailler en toute quiétude. Les architectes ont choisi de préserver et prolonger la structure existante tout en retravaillant l’intérieur pour créer plus de luminosité et de clarté.

L’ancien bâtiment était dans un mauvais état et a été envahi par les plantes, pour le rendre de nouveau utilisable, de nombreuses réparations ont dû être apportées. Tout d’abord, les murs de l’édifice ont été nettoyés, ensuite une extension a été ajouté pour créer une entité d’une superficie totale de 230 m².

A l’intérieur, un plancher en béton coulé a été ajouté sur les deux étages, les murs intérieurs ont été replâtrés et peints en blanc, contrastant avec les poutres du plafond en bois apparentes et les marches d’escalier. Quelques touches subtiles qui ont fini par changer radicalement l’ensemble.

Deux entrée desservent l’atelier dont une vitrée, qui se trouve à la jonction entre les deux entités et donnant accès à la galerie d’un côté et le studio de l’autre. La deuxième entrée se trouve au fond de l’extension et donne sur une terrasse permettant ainsi à l’artiste de s’isoler et de prendre l’air.

L’ensemble est épuré, propice à la création, il est conforme aux attentes de l’artiste qui l’a adopté avec satisfaction. Une belle réhabilitation !

© Gonçal Garcia
© Gonçal Garcia

© Gonçal Garcia
© Gonçal Garcia

© Gonçal Garcia
© Gonçal Garcia

Le site de l’agence d’architecture Munraq:ici.

Les photos : © Gonçal Garcia

Une maison de caractère…

© Peter Guthrie
© Peter Guthrie

C’est un exemple d’une construction innovante que l’architecte William O’Brien Jr. a réalisé à Sonoma, en Californie. Une typologie nouvelle conçue pour abriter deux artistes et qui revisite les bâtiments industriels à sheds que l’on trouve dans le coin.

La résidence comprend de grands ateliers  ainsi qu’une galerie en plus d’une habitation pour les deux artistes qui y vivent. Baptisée « Hendee-Borg House », la maison présente une série d’espaces qui comportent huit puits de lumière et fournissent une luminosité diffuse à l’intérieur alors que l’ensemble est orienté vers le sud.

Deux en un

Bien que les diverses pièces sont connectées, le salon et la salle principale sont séparés, ce qui entraîne une distinction interne entre les deux zones, celle du travail et celle qui contient les pièces de vie. La conception globale reflète la symétrie en terme de logement ainsi qu’en espace de travail.

La maison dispose d’une organisation spatiale simple, la cuisine , le salon et la salle à manger situées au rez-de-chaussée tandis que les chambres (dont une principale et une autre pour les hôtes), les deux bureaux, les deux studios ainsi que la galerie se trouvent au premier étage. La galerie d’exposition occupe toute l’aile est de l’étage et donne (à travers  un vide) sur le séjour créant un lien indirect entre les deux niveaux et tout en procurant un meilleur éclairage à l’ensemble.

Alors que la maison est complètement fermée à l’est via un mur habillé par des bardages en bois, les autres côtés de la résidence sont dotées de grandes baies vitrées qui s’ouvrent vers le jardin avoisinant et brouillent par moments les fragiles liens d’intérieur et d’extérieur.

Mi-atelier et mi-maison, à la fois charmante et épurée, la « Hendee-Borg House » est un élégant projet à découvrir sans tarder.

© Peter Guthrie
© Peter Guthrie

© Peter Guthrie
© Peter Guthrie

© Peter Guthrie
© Peter Guthrie

© Peter Guthrie
© Peter Guthrie

Le site de William O’Brien Jr. : ici.

Les photos: © Peter Guthrie

Un studio pour un artiste

© José Hevia

En Catalogne, l’agence d’architecture espagnole Arquitecturia (Josep Camps et Olga Felip) a réalisé un atelier de peinture dans le jardin d’une maison d’un artiste-peintre. Malgré le budget restreint et la taille demandée, le logis présente un doux lieu d’inspiration.

Dès le départ l’exigüité de la parcelle où s’étend le jardin dicte les lignes de l’atelier. Les architectes doivent donc composer avec l’existant pour y introduire un atelier de peinture à la fois lumineux et avenant.

Petit budget et grand potentiel

Pour un budget de 34000 euros, 80 m² ont été construit sur un plan en forme de croix avec un double espace central qui profite de la lumière naturelle. Alors que les façades sont vêtues de bois de pin provenant d’une forêt se trouvant à proximité, l’intérieur est de couleur blanche. La structure en bois préfabriquée a été assemblée sur place en seulement trois semaines. Un temps minimal pour ne pas perturber la vie quotidienne de la famille.

La construction se trouve à côté d’une allée en pente pavée où une muraille en béton trace les limites de la parcelle. Ainsi, l’ensemble offre une belle vue en hauteur et dégagée sur les environs.

La forme de l’atelier a été conçue de sorte pour que les quatre parties de la croix puissent être utilisées pour stocker, accrocher ou laver du matériel. Tandis que la partie centrale sert plutôt de salle d’exposition.

Quand les limites de l’intérieur et de l’extérieur se brouillent

Les larges ouvertures du studio donnent directement sur le jardin, juste devant de chacune d’elle se trouve un espace en gravillon orné des deux côtés par des plantes et fleurs comme si le jardin continuait vers l’intérieur. Une douce lumière zénithale provient du toit et inonde l’intérieur donnant le sentiment d’une ampleur à l’ensemble du volume.

Travailler tout près de son domicile en étant dans son jardin et tout en se trouvant dans un lieu indépendant devient avec ce projet non seulement réalisable mais s’apparente à une plaisante aventure.

© José Hevia

© José Hevia

Le site de Arquitecturia: ici.

Les photos : © José Hevia