Archives de catégorie : intérieur

Quand la piscine s’invite dans la maison

© Marcello Mariana
© Marcello Mariana

En Italie, les architectes de Buratti Architetti ont transformé une ancienne maison en un élégant duplex doté d’une piscine souterraine. Une originalité qui répond parfaitement aux diverses attentes des propriétaires.

Située dans la périphérie de Milan la maison dont Buratti Architetti vient de manier l’intérieur présente une vraie originalité. Tandis que rares sont les photos qui montrent l’extérieur de la bâtisse, celle de l’intérieur sont nombreuses et montrent l’ensemble des pièces jusqu’aux moindres détails. De quoi attiser la curiosité de tous.

Un intérieur ouvert et organisé

Commençons par l’entrée où une multitude de matériaux se croisent affichant un air épuré. Les panneaux en bois de châtaignier de couleur sombre ainsi que les meubles laqués en mélèzes caractérisent une entrée généreuse qui s’ouvre sur une salle à manger où trône une table rode en verre ainsi qu’une cuisine en acier inoxydable.

Le cœur de la maison se compose d’un salon où la couleur noire s’impose et qui comprend une énorme écran télé ainsi qu’une cheminée. Le rez-de-chaussée est conçu comme une composition d’espaces reliés entre eux mais également capables de se séparer en différents sous-espaces grâce à des panneaux en bois mobiles. L’objectif des architectes est de générer un grand intérieur ouvert et organisé.

Couleurs, matériaux et textures

La partie consacrée à la nuit se définit par trois entités: le lit, le placard et la salle de bains. Un jeu de panneaux laqués et de miroirs différencient les divers espaces. Même la salle de bain (que les propriétaires peuvent ouvrir ou fermer via des panneaux coulissants) fait partie intégrante de l’ensemble. Quant aux deux étages de la maison, elles sont reliées au rez-de-chaussée par un escalier composé de marches en bois. Ce dernier lie deux ambiances différentes et pourtant complémentaires.

La singularité de la maison se trouve au sous-sol où l’on trouve un espace qui se caractérise par la présence d’un béton gris-résine sur les plafonds ainsi que sur les murs. Dans cet atmosphère particulier, se trouve une piscine lumineuse qui tranche avec la frugalité ambiante.

La recherche des couleurs, les matériaux, et le contraste constituent la clé de voûte du projet qui manie à merveille les différents composants démontrant un indéniable savoir faire dont Buratti Architetti est l’acteur principal.

© Marcello Mariana
© Marcello Mariana
© Marcello Mariana
© Marcello Mariana
© Marcello Mariana
© Marcello Mariana
© Marcello Mariana
© Marcello Mariana

Le site de Buratti Architetti : ici.

Les photos: © Marcello Mariana

« Brick House », un petit cocon réhabilité

© Cezar Rubio

A San Francisco, les architectes Christi Azevedo en collaboration avec Juliana Raimondi de l’agence Aevedo Design Inc. ont reconverti une ancienne chaufferie datant de 1916 en un adorable petit cocon. Découverte d’une réhabilitation réussie.

Il s’agissait autrefois d’une chaufferie, buanderie qui se trouvait en annexe d’une résidence situé dans la ville de San Francisco. L’architecte qui a été mandaté par les propriétaires pour réhabiliter et reconvertir l’ensemble en une petite maisonnée autonome, a mis un an et demi pour affiner la réalisation. Le résultat est une adorable petite maison qui allie le brique, le métal et le verre dans une gracieuse symphonie architecturale.

Lumineux et confortable

La surface de la cellule étant 15 m², il aura fallu à l’architecte d’envisager une extension d’un étage pour arriver à caser dans le volume général tout ce qu’une maisonnée puisse contenir pour rendre une vie confortable à ses habitants.

Alors que la cuisine, la salle à manger et un coin salon se trouvent au rez-de-chaussée, un escalier métallique amène vers une mezzanine où est située la chambre à coucher. Pour arriver à ce résultat, l’architecte a eu recours à plusieurs procédés qui donnent à l’intérieur un air plus vaste et lumineux. Presque tous les meubles qui habillent astucieusement l’espace ont été conçu à l’occasion.

L’intérieur présente ainsi une grande sobriété, la présence des briques nous ramène à l’histoire du lieu et le métal rajouté accentue le ton industriel qui s’y dégage. La petite maisonnée reconvertie et réhabilitée est ainsi prête à accueillir ses heureux habitants.

© Cezar Rubio

© Cezar Rubio

Le site de Christi Azevedo : ici.

Les photos : © Cezar Rubio

A Londres, Clément Blanchet donne un délectable rendez-vous avec la matière

© Philippe Ruault
© Philippe Ruault

A Londres, l’architecte Clément Blanchet vient de livrer un restaurant où les diverses textures utilisées font référence au passé. Une fine expérience sensorielle se dégage ainsi de l’ensemble.

Clément Blanchet a déjà une petite expérience dans la matière, tout en travaillant sur des projets de grandes envergures, l’architecte avait restructuré en 2001, le restaurant Le Dauphin à Paris.

Un style singulier

A Londres, l’exercice est toute autre. L’architecte a entrepris la création d’un vaste espace où se réunissent que ce soient les cuisiniers, les serveurs ainsi que les clients, le tout dans une atmosphère accueillante qui alterne le mobilier moderne et le sur-mesure.

L’univers intérieur, qui nous rappelle tant le style Bauhaus ou le constructivisme soviétique, dégage malgré tout un caractère singulier où diverses textures et les couleurs se mêlent pour créer un style propre à l’architecte où l’on perçoit une certaine recrudescence des connaissances.

Côté matériaux, les murs de la salle à manger principale sont recouverts de feuilles de laiton.

« Le projet détourne les matériaux habituellement associés aux instruments de cuisson (cuivres) ou aux lobbies stériles (grandes entrées luxueuse en marbre) en une application abstraite et contemporaine reflétant certaines expériences hédonistes. Cette combinaison de matériel traditionnel reconverti en une application très moderne détourne les habitudes. L’enveloppe en laiton projette une atmosphère continue sublimé par trois bandes minérales (marbres). »

La texture au cœur de la conception

Le bâtiment est divisé en trois parties qui répondent à trois types d’expériences différentes. Chacune d’elles se distingue par l’utilisation d’un marbre de couleur différente. Alors qu’une longue barre noire où travaillent les serveurs est entourée par des tabourets où les clients peuvent s’asseoir ou manger une collation après le travail, d’autres tables rondes de couleur verte ou rouge accueillent les groupes.

En parlant de ce projet, l’architecte fait référence à un univers semblable à celui de l’American Bar à Vienne où Adolf Loos avait créé une incomparable atmosphère tamisée qui affirme une grande sensibilité à l’utilisation expressive des matériaux.

Le niveau inférieur, qui abrite un bar beaucoup plus petit est recouvert de cuir vert et de marbre blanc. Il offre à ses habitués un environnement plus intime. Ce n’est pas une coïncidence que le restaurant porte le même nom de la fameuse maison parisienne de la Belle Époque, « Le Chabanais », la favorite d’Edward VII d’Angleterre, d’Henri de Toulouse-Lautrec et de Guy de Maupassant qui, reconnue pour ses intérieurs somptueux, a été primé lors de l’Exposition universelle de Paris en 1900.

© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault

 

Le site de Clément Blanchet: ici.

Les photos : © Philippe Ruault

Quand les panneaux publicitaires deviennent des logements temporaires

01@projectGregory

C’est l’ingénieuse idée d’une jeune agence d’architecture slovaque (formée par Michal Polacek, Matej Nedorolik et Martin Lee Keniz) qui bouleverse le concept même du panneau publicitaire le rendant d’une sérieuse utilité. Découverte d’un projet qui en très peu de temps a franchi les frontières du pays.

« Nous avons de nombreux sujets reliés ensemble dans un seul projet. Nos expériences passées nous ont forcées à connecter de nombreux concepts dans un seul et rechercher la solution qui ne sera pas seulement visuellement attrayante, mais possède également un sens profond. Nous avons connecté l’étude de l’architecture, l’art, le design, le conceptualisme, la publicité et le problème des personnes sans domicile et le résultat est le projet de Gregory. »

Le concept de « Project Gregory » est ainsi né de la volonté d’apporter une réponse à un problème récurrent touchant nos sociétés, l’hébergement des sans abris, tout en utilisant des structures déjà existantes et à la fois couteuses dans leur installation.

Le phénomène de l’itinérance devenant fréquent, il est de plus en plus difficile de trouver la solution adéquate qui implique selon les auteurs une coordination de plusieurs compétences ainsi que de divers domaines.

L’idée de « Project Gregory » est novatrice, elle peut se construire partout dans le monde là où se trouvent les panneaux publicitaires. En forme triangulaire, elle se niche entre deux panneaux pointant leur nez vers l’autoroute et s’ouvre du côté opposé utilisant le troisième côté du triangle comme source de lumière. A l’intérieur, le minimalisme est de mise, la pièce principale est composée d’un bureau, d’un lit, de quelques rangements et d’une petite kitchenette. La salle d’eau comprend une douche et des toilettes. En un mot, tout le confort d’un logement temporaire s’y trouve.

Côté structure, alors que le béton est utilisé pour le socle, le bois tapisse tout l’intérieur donnant à l’ensemble un côté chaleureux. Deux fenêtres sont essentielles pour apporter de la luminosité.

Le « Project Gregory » est conçu comme une initiative «open source» où interagissent à la fois les architectes, les artistes et les architectes qui pourraient trouver de nouvelles alternatives de construction et de mise en place dans le but d’une expansion libre et plus rapide.

A part son côté créatif qui se base sur l’optimisation des espaces en architecture, le projet résout un problème humain voire existentiel. Chacun de nous peut apporter son soutien ici, pour que le premier prototype voie le jour.

03@projectGregory

02@projectGregory

Pour plus d’information sur ce sujet, voir: le site du Project Gregory.

Et si l’architecture contribuait à adoucir certaines phobies ?


C’est dans le village de Best, au Pays-Bas que se trouve cette originalité.
Qu’est-ce pourrait être cette construction neuve qui fait un clin d’œil aux traits de l’architecture locale et se niche dans ce cadre verdoyant ?
Une maison d’hôtes? Une cabane ? Ni l’une ni l’autre, bien qu’il s’agisse d’une extension à une ancienne villa déjà existante.
Le projet est signé des architectes Harm Timmermans et Pieter Heymans de l’agence « Shift Architecture Urbanism » et il s’agit à notre grande surprise d’un cabinet dentaire entouré d’un environnement agréable qui pourrait ne serait-ce que par sa forme et son ambiance adoucir certaines phobies et c’est à découvrir : ici.
Le site des architectes : ici.
Les photos : © Shift Architecture Urbanism.

Six ans de souvenirs mais pas que…


Il y a six ans, quelques blogs américains avaient eu la merveilleuse idée de se spécialiser en architecture. Au même moment suite à un manque de blogs en langue française, DETAILS a commencé timidement de parler architecture, urbanisme, arts, photographie et tout ce qui aborde de près ou de loin le thème de la ville.
Étant expatriée, c’était aussi l’époque et donc l’occasion de présenter l’architecture quotidienne ailleurs.
Depuis, de retour en France, le blog a continué son rythme avec toujours l’architecture dans le monde mais agrémenté cette fois-ci des dernières créations architecturales en France.
Parmi les journaux d’architecture spécialisés présents sur le net, je parcourais: Le Moniteur, Archicool, Cyberarchi et Batiweb. Depuis, il y a eu d’autres sites comme D’A , Actu-Architecture et d’autres.
Cependant un constat, à chaque fois que je contactais les architectes pour présenter leurs œuvres, les agences non-françaises répondaient présentes et très vite alors que de nombreux architectes français, je les attends encore. N’étant pas mon métier, je ne relance personne et je considère que ceux qui ne répondent pas se passent largement de quelques lignes sur un blog gratuit sans publicité ni aucun lien commercial écrit en français ayant pour but de mettre en avant l’architecture pour l’architecture et non de faire le panégyrique de n’importe quel projet à l’image des agences de communications trop nombreuses par le monde.
Je profite de l’anniversaire des six ans du blog DETAILSpour une rétrospective qui retrace des noms d’agences d’architecture, d’architectes, d’architectes d’intérieur, des photographes d’architecture, des artistes et des blogs que j’ai évoqué avec un grand plaisir au cours de ces années.
Parmi les architectes ou agences d’architecture, je ne peux m’empêcher de citer (par ordre alphabétique) :
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

UN Studio ; Valeria Eva Rossi ; Vincent Callebaut ; Zaha Hadid Architects

Concernant les blogs d’architecture ou sites culturels qui me suivent et que je lis fréquemment même s’il ne s’agit pas toujours d’architecture :
Architecture positive ; Archimage ; Arrêt sur images (la page d’Alain Korkos)
 
Muuuz (A l’époque où Eric Foulon s’occupait seul du site) ; Paris Secret ; Pierre Peyrefitte ;
Dans la catégorie Design et architecture intérieur, le choix est plus simple :
Les sites de Bold Design et de l’architecte d’intérieur Maurice Padovani 
Les artistes dont j’ai parlé et je parlerai toujours :
Parlons photographie d’architecture, les photographes dont j’ai évoqué le travail :
 

Philippe Cottier  ; Thierry Hardy ; Xavier Delory

Mes liens favoris qui racontent chacun à sa manière la ville :
Concernant l’architecture et la solidarité ainsi que l’architecture sans frontières, aucune agence ou collectif vaut le détour. Cependant, je constate un manque d’articles traitant ce sujet sur le blog, une chose est sure, je reviendrai sur ce thème avec de nouveaux liens dans les plus brefs délais.
Un petit coin dédié aux architectes qui ne sont plus de ce monde mais dont j’ai largement évoqué le travail  et j’y reviendrai aussi souvent que possible.
André Bloc, Carlo Scarpa, Frank Lloyd Wright, Gae Aulenti, Ludwig Mies Van Der Rohe et Oscar Niemeyer.
Certains rendez-vous pris pour les prochaines semaines:
Le mot de la fin est un remerciement spécial à Jacques-FranckDegioanni pour tous ses encouragements.
Le blog DETAILS remercie tous ses lecteurs, il continue et sera de retour pour de nouvelles découvertes…

Habiter le patrimoine industriel, c’est possible…


C’est une drôle de reconversion qu’a subi cette station d’épuration qui se trouve à Villefranche sur mer. C’est l’architecte d’intérieur Bernadette Jacques qui s’est chargée de de l’ensemble des travaux jusqu’aux moindre détails.Une fois à l’intérieur de la bâtisse, on se croirait dans un musée mais il s’agit bien d’une résidence familiale aménagée avec un grand soin et des matériaux de qualités. Alors que l’extérieur garde son charme d’antan, l’intérieur a subi une transformation des plus spectaculaires. Néanmoins, l’esprit industriel reste présent pour rappeler à ses occupants la fonction d’origine. C’est une curiosité à découvrir et elle se trouve : ici.
La photo : © 3mille.

« The snake »

Il s’agit d’une structure blanche et sinueuse qui s’invite à l’intérieur d’un parallélépipède et bouleverse la monotonie de l’espace contenu. C’est un projet commandé par un collectionneur et destiné à devenir un espace de vie ainsi qu’une galerie d’art.
L’intérieur est éclairé par une lumière zénithale qui met chaque objet en valeur. La blancheur immaculée est perturbée par quelques rares touches de couleurs venant des œuvres exposées.
Ici, l’architecte François Roche, fidèle à la réflexion architecturale qui va au-delà des principes du XXème siècle nous présente un travail atypique qui vaut non seulement le détour mais suscite notre questionnement sur la complexité architecturale et sa mutation future…   
Pour plus d’informations sur cet œuvre, voir : ici.

Le site de François Roche : ici.

La photo: © new-territories