Archives par mot-clé : Toulouse

Un campus actif à Toulouse

© Philippe Ruault

L’agence d’architecture ppa • architectures (architectes mandataires) en collaboration avec Scalene architectes et Almudever Fabrique d’Architecture viennent de livrer un programme complexe qui ambitionne la création d’un lieu de vie laborieux sur le campus Ponsan Bellevue à Toulouse. Une réalisation sobre à la fois utile et fonctionnelle.

Il s’agit de la démolition ainsi que la reconstruction de 615 logements étudiants, trois logements de fonction, un bâtiment de la vie collective (salle polyvalente et service culturel du Crous) ainsi que des aménagements paysagés. Une opération vaste qui croise plusieurs fonctions.

Une intervention minutieuse

Le projet articule trois échelles, le campus, la résidence étudiants et le logement. Il fallait donc une intervention minutieuse à la fois juste et réfléchie. Les agences d’architectures qui ont collaboré ensemble ont su mener cette opération avec tact. Un travail circonspect qui a donné un résultat enchanteur.

Le programme comporte deux ensembles bâtis qui libèrent un parc. Les architectes ont souhaité que ce dernier soit ouvert sur le quartier tout en rassemblant les résidences étudiant qui comptent 1000 logements. L’édifice de la vie collective qui accueille les divers espaces associatifs est adossé à la colline. L’ensemble qui constitue  un lieu animé pour la vie sociale est en prolongement de la grande prairie centrale. Ainsi, l’idée des architectes de « créer les conditions d’un campus actif et partagé » semble remplir bien son rôle.

L’architecture est simple, à la fois sobres et frugale, les différents espaces répondent favorablement aux diverses exigences du contexte. Pour faciliter les usages communs du campus, les nouveaux volumes sont suspendus au-dessus du sol. En conséquence, chaque entité cerne son jardin central de larges coursives qui prolongent l’espace de vie intime des logements.

Tout au long des parcours, les formes géométriques se croisent intelligemment tout en s’éloignant de l’effet de ruche que l’on peut trouver dans ce genre de projet.

Un nouvel éclat

De même pour la façade qui réagit autant à son milieu par ses reflets qu’aux pratiques de ses occupants par sa mobilité. Quant au logement et sa surface de 16 m², il détermine un espace standard librement appropriable. Selon les architectes : « Le dispositif mobilier permet de le requalifier en fonction des usages et modes de vies singuliers tout en libérant de l’espace à vivre. » Tout a été bien pensé pour libérer l’espace de vie.

Selon les architectes, il s’agit d’un projet dont « l’objectif est la pérennité de l’aménagement en termes d’usages et d’esthétique, son adaptabilité aux différents modes de vies, cultures et personnalités des étudiants : donner un esprit au lieu sans le sur-qualifier. »

Concernant les déplacements dans la résidence, les architectes ont utilisé un langage visuel très appréciable. La signalétique se définit par un caractère typographique, fait de lettres semi penchées qui suggèrent les directions. Que ce soit le personnel de l’administration ou encore les étudiants, tous les utilisateurs des lieux sont invités à utiliser ce langage spécial comme un outil de communication interne au campus.

Remaniée, la résidence universitaire Olympe de Gouges retrouve un nouvel éclat qui l’accompagnera pour les années à venir.

© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault
© Philippe Ruault

Les photos: © Philippe Ruault

La proposition de Clément Blanchet pour l’IRT de Toulouse

8 - L'entrée de l'IRT

C’est une idée qui n’a pas été choisie pour être réalisée mais qui reste néanmoins intéressante dans sa démarche. Il s’agit du projet de Clément Blanchet pour l’institut de Recherche et Technologie (IRT) de Saint-Exupéry à Toulouse qui définit de nouvelles formes de transparences à travers un édifice qui dialogue astucieusement avec la lumière extérieure.

S’ouvrir sur le monde et l’avenir

En parlant de son projet, Clément Blanchet raconte : « L’évolution des représentations dans le monde actuel a pour conséquence une démultiplication d’objets hermétiques à la ville et à l’espace public. ». D’où la conception d’une structure qui malgré ses 25000 m², tend à converser avec son environnement. Cet échange n’est possible qu’à travers la perforation de la résille qui via ses puits de lumière et d’air ne fait que s’ouvrir sur le monde et l’avenir. La perception de cette structure « rejoint celles figurées sur les planches de l’Encyclopédie que nous réinterprétons: la Table des Rapports. » selon l’architecte.

L’ensemble du projet se base sur une trame tridimensionnelle et engendre des espaces généreux que ce soit pour les bureaux ou les laboratoires ou encore pour un parking. Ainsi, des espaces évolutifs ponctuent l’intérieur offrant le maximum de confort à tous les utilisateurs des lieux.

Structure aérienne

La structure est ponctuée par endroits par des jardins en terrasse qui font partie intégrante de l’ensemble rendant le volume plus expressif. Tandis que chacun des trois programmes qui constituent le bâtiment  peut s’emparer du nombre de trames dont il a besoin, l’intérieur et l’extérieur se mêlent dans une douce fusion qui constitue l’un des points fort de la conception.

L’idée même de ce projet consiste à s’adapter aux diverses exigences qui peuvent parvenir avec le temps et des différents occupants. Ces nombreux changements ne devraient pas altérer l’image de la structure grâce à la clarté des éléments du volume général parmi lesquels nous trouvons l’exosquelette, les patios ainsi que les parties dédiées à la circulation parmi d’autres.

A la fois simple et épuré, le monolithe évidé par endroits signé de Clément Blanchet Architecture et qui rassemble plusieurs programmes en une même structure se distingue par son intervention sur toutes les échelles qu’elles soient architecturale ou urbaine. Un objet discret qui aurait pu se distinguer dans le paysage urbain toulousain !

Après la phase de dialogue qui a suivi le concours international où deux conceptions ont été choisie, l’agence d’architecture Cardete Huet a été retenue pour réaliser son projet.

Quelques photos du projet de Clément Blanchet:

2- L'encyclopédie adaptée à l'IRT

11 - Vue du Ring

Le site de Clément Blanchet architecture : ici.

A Toulouse, des logements signés Christophe Rousselle et Nicolas Laisné

01@CyrilleWeiner

A Toulouse, les architectes Christophe Rousselle et Nicolas Laisné ont récemment livré cinq bâtiments à basse consommation d’énergie. Et voilà l’émergence d’un éco-quartier de plus en France.

Dans la ZAC Balma Gramont, le nouvel éco quartier toulousain, l’arrivée des 90 logements étudiants a été saluée par tous. Lancé en 2009 par la ville de Toulouse et la SETOMIP, le concours avait trouvé en son lauréat la proposition la plus adéquate.

Le projet s’aligne à la limite de la parcelle. Alors que les vitrines de boutiques se trouvent au rez-de-chaussée, une faille créée sur trois niveaux, révèle subtilement le jardin du cœur de l’îlot où se trouve également l’entrée des logements. La végétation de ce dernier est constituée d’arbres de grande taille qui s’adaptent aux espaces publics alentours.

Les bâtiments se trouvent sur un socle sombre en béton donnant ainsi un sentiment de légèreté à l’ensemble. Néanmoins, nous pouvons noter une particularité, les doubles hauteurs qui non seulement participent à rythmer les volumes, mais favorisent également le développement des végétaux dans les étages.

Du côté de la rue Georges Pompidou, l’immeuble en retrait laisse la place à des plantations qui appartiennent aux habitants du rez-de chaussée. Ces derniers surélevés procurent une plus grande intimité à leurs habitants.

Ce projet livré en Mai 2013, est une innovation dans son genre et s’inscrit dans une démarche environnementale qui constitue la première phase de l’éco-quartier. Une référence à suivre…

02@CyrilleWeiner

04@CyrilleWeiner

03@CyrilleWeiner

Le site de l’architecte Nicolas Laisné : ici.

Les photos : © Cyrille Weiner

Quand les résidences étudiantes deviennent modulaires

 

01@Patriarche&co_CROUS

A Toulouse l’agence d’architecture Patriarche & co (en collaboration avec Sorec Habitat) a réalisé des logements étudiants à la fois modulaires, adaptés aux spécificités locales et reproductibles, le tout pour un prix raisonnable. Une démarche à suivre ?

Le 09 septembre 2013, l’inauguration du nouveau CROUS de Toulouse constitue la première étape d’un projet de démolition-reconstruction d’environ 600 logements qui vont prendre place progressivement dans la cité universitaire de Ponsan-Bellevue sur le campus de l’université Paul-Sabatier.

Basée sur le procédé constructif Dhomino, la résidence est composée de 50 modules 3D à ossature bois, comprenant chacun deux chambres de 18m². Nous savons par ailleurs que le bois offre une bonne performance thermique et il s’inscrit dans les enjeux du développement durable. Des données non-négligeables surtout quand il s’agit de coupler qualité et coûts de fabrication.

Et comme les modules Dhomino ont des caractéristiques structurelles permettant une grande liberté de conception, les architectes ont donné une part importante à la création qui ne s’arrête pas à une simple juxtaposition d’éléments.

Le système constructif utilisé permet un empilement sur 5 niveaux sans structure porteuse. Le principe d’assemblage des unités se base sur des modules autoporteurs positionnés verticalement les uns sur les autres et accrochés entre eux horizontalement. Ces derniers arrivent sur le chantier avec une façade finie, seuls les quelques éléments de liaison, les passerelles et l’habillage des pignons sont ajoutés sur place après empilement.

Cette résidence étudiante est le premier bâtiment à énergie positive de son genre avec des logements conformes à la réglementation thermique RT2012 et labellisés BBC. L’enveloppe thermique comporte une isolation comprise entre 30cm et 35 cm et permet d’avoir de très faibles besoins de chauffage grâce à la ventilation double flux, la récupération de la chaleur et les apports solaires. Par ailleurs, l’eau chaude sanitaire est produite par des pompes à chaleur air/eau haute température. Ainsi, l’ensemble se dote d’une bonne performance.

Côté façades, à la fois simples et sobres, elles sont rythmées par quelques touches de couleurs. Quant aux toitures terrasses, elles sont conçues pour procurer des lieux de convivialité aux étudiants. A l’intérieur, l’espace de la chambre est optimisé, les principales fonctions sont développées en enfilade tout en répondant aux spécificités des logements étudiants.

Modulaires et innovantes, les résidences étudiantes telles que celles construites à Toulouse, sont sur une nouvelle voie, d’autres pourront suivre le même chemin d’ici quelques temps…

02@Patriarche&co_CROUS

03@Patriarche&co_CROUS

04@Patriarche&co_CROUS

05@Patriarche&co_CROUS

Le site de l’agence d’architecture Patriarche & co: ici.

Les photos: © Patriarche & co.

J’avais déjà évoqué un autre genre de résidences étudiantes: ici.

A Toulouse BAST crée la surprise

M03_PHOTO HQ 07

A Toulouse, les architectes de l’agence BAST viennent de livrer une surprenante réhabilitation ainsi qu’une surélévation d’une maison. Textures et contrastes sont au rendez-vous.

C’est dans la rue de la Briqueterie, à Toulouse que se trouve la maison de 120m² récemment réhabilitée par l’agence toulousaine BAST(Bureau Architectures Sans Titre). Les architectes ont gardé la toiture en versant qui est l’une des caractéristiques des constructions de la rue. Concernant la texture du socle, qui après avoir été entièrement conservé, sera rehaussé par un badigeon de chaux.

La nouvelle partie qui vient de se greffer à la base est en construction métallique légère. Un certain aspect hybride se dégage de l’ensemble. Il s’agit là d’une typologie d’habitat qui tout en se tendant vers le minimalisme et l’abstraction, pousse à se poser la  question du renouvellement et l’évolution du bâti ancien.

C’est donc en toute simplicité que la maison M03 arrive à surprendre tout visiteur…

M03_PHOTO HQ 02

M03_PHOTO HQ 03

M03_PHOTO HQ 04

 

M03_PHOTO HQ 09

M03_PHOTO HQ 05

Le site de l’agence d’architecture BAST: ici.

Les photos: © BAST.