Archives par mot-clé : marbre

Casa Santa Marinha, la charmante réalisation signée Paulo Moreira

© Ivo Tavares Studio

Au Portugal, l’architecte Paulo Moreira a réalisé une charmante villa qui se caractérise par ses lignes pures et ses traits distingués. Malgré le fait que la réalisation semble se trouver derrière un écrin clos, sobriété, générosité et luminosité sont au rendez-vous.

Une transformation complète

Paulo Moreira nous raconte que la Casa Santa Marinha est située dans une zone périphérique dispersée de la ville portugaise de Vila Nova de Gaia. « Il existe une variété de bâtiments différents dans les environs, des maisons individuelles avec annexes à l’arrière aux blocs résidentiels assez indescriptibles. » Souligne l’architecte.

En effet, le terrain, situé dans un coin, était occupé par une ancienne ruine. « Il ne restait que deux façades en pierre, ainsi qu’une zone de terrain vide surélevée au-dessus de la route. » rajoute Paulo. Le projet a donc nécessité une transformation complète afin de réaliser le programme requis. Ce dernier comprend une maison individuelle, avec un salon et une cuisine, deux chambres, un bureau, un garage ainsi qu’une annexe pour les invités.

La maison existante sur la parcelle a été agrandie, ajoutant un nouveau volume au rez-de-jardin qui donne sur le pignon du bâtiment voisin. Les deux volumes sont unifiés par une matérialité et un langage homogènes, sans distinction entre le nouveau et l’ancien. Une certaine harmonie se dégage ainsi de l’ensemble.

Les deux entités sont surmontées de nouveaux toits en zinc aux géométries variées. À l’extérieur, les pierres de l’ancienne ruine ont été réutilisées pour créer des détails et des connexions uniques entre la maison principale et la nouvelle annexe, située aux extrémités opposées du terrain.  

Un doux dialogue avec le jardin

À l’intérieur, les matériaux ont été synthétisés. Tandis que les plafonds et les sols sont en bois, les murs blancs et le marbre caractérisent les différentes aires de service. Le nouveau volume abrite le salon et la cuisine, avec un coin en verre. Ce dernier crée un doux dialogue avec le jardin vers qui il s’ouvre grâce aux différentes baies vitrées. Le plus grand volume abrite les zones de circulation et de service, les chambres et le bureau. La spatialité fluide permet la circulation entre les différents étages et volumes, améliorant les transparences et créant une mezzanine avec un bureau.

À l’étage inférieur, se trouvent un garage et une buanderie ainsi que d’autres zones techniques. À l’étage supérieur, nous pouvons trouver deux suites qui communiquent avec la rue et avec une terrasse donnant sur le reste du terrain. Les toilettes sont revêtues de marbre blanc, créant une luminosité qui est renforcée par la lumière naturelle des puits de lumière.

L’ensemble est d’une grande sobriété. Les différentes textures et matières mettent en avant la volonté de créer quelque chose de perenne à la fois frugal et intemporel. Paulo Moreira et son équipe ont réalisé un projet subtil qui semble être façonné pour le contexte. Un travail qui mérite d’être reconnu!

© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio
© Ivo Tavares Studio

Le site de Paulo Moreira architectures: ici.

Les photos: © Ivo Tavares Studio

Casa do Monte, une charmante reconstruction signée Leopold Banchini

© Leopold Banchini Architects

Au Portugal, l’architecte Leopold Banchini a réalisé une charmante reconstruction. Il s’agit de la Casa do Monte construite en utilisant des matériaux simples locales et de bonne facture. Le résultat est tout simplement remarquable.

Des intérieurs sculptés

Créée en 1147 par des Augustins et reconstruite après le tremblement de terre de 1755, la chapelle de Nossa Senhora do Monte domine la ville de Lisbonne. Le quartier populaire construit autour de l’ermitage historique se repose sur la colline escarpée. Accessible uniquement par des escaliers étroits, de nombreuses maisons ont été abandonnées au fil des ans. Un bâtiment est reconstruit pour accueillir la maison unifamiliale au niveau des arbres.

L’architecte nous raconte son expérience et souligne que le rythme régulier des ouvertures historiques de la façade blanche du bâtiment est conservé, mais les intérieurs sont sculptés pour créer de plus grands volumes, jouer sur la lumière et les vues. Grâce à leur double hauteur, les espaces permettent de respirer et de communiquer entre les étages, générant un intérieur fluide et non divisé.

L’architecte a veillé au côté économique de l’opération. En effet, la maison est construite avec des matériaux simples. Nous pouvons distinguer la structure en béton minéral, qui est laissée exposée, montrant ainsi le processus de sa construction. Selon l’architecte, le marbre local rose et blanc de la carrière voisine d’Estremoz est le matériau unique utilisé pour les intérieurs. De grandes dalles de pierre créent des murs, des planchers et des étagères, réduisant les détails au strict minimum. Des rideaux légers en tissu sont utilisés pour les divisions visuelles et l’intimité. La maison affiche un minimalisme résolu qui lui donne un air sobre et frugal.

Une restructuration aussi sobre qu’élégante

A chaque étage se trouve un noyau central qui accueille les besoins élémentaires comme les lits, les douches, la cuisine ainsi que d’autres équipements nécessaires. Un espace de vie vaste et fluide entoure les noyaux, évitant les divisions et permettant une utilisation polyvalente et modulaire. Néanmoins, les différents volumes peuvent être séparés temporairement les uns par rapport aux autres grâce à de grandes portes coulissantes en bois. Un processus qui aide à  créer des chambres fermées en cas de besoin. Quant à la cheminée encastrée dans le marbre incurvé du rez-de-chaussée, elle chauffe le noyau de pierre à chaque étage.

Au niveau inférieur se trouve un patio renfermé et ombragé, il offre selon l’architecte, une pièce extérieure colorée ouverte sur le ciel de Lisbonne. Les murs du patio sont carrelés d’azulejos traditionnels produits localement. Un seul escalier en colimaçon relie les niveaux et atteint la terrasse sur le toit. Entouré par les eaux bleues de la piscine, l’espace en marbre blanc offre une vue panoramique sur le paysage urbain alentours. Sur la terrasse, trois pins parasols, rappellent ceux plantés par les moines devant la chapelle de Nossa Senhora do Monte, fournissent de l’ombre pendant les heures chaudes de la journée.

La restructuration de la Casa do Monte par l’agence Leopold Banchini Architects  est tout aussi sobre qu’élégante. Il s’agit d’une opération délicate qui croise astucieusement matières et textures.

© Leopold Banchini Architects
© Dylan Perrenoud
© Dylan Perrenoud
© Leopold Banchini Architects

Le site de Leopold Banchini Architects: ici.

L’agence est également présente sur Instagram: leopoldbanchini

Une réhabilitation subtile qui croise les matières

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

En Espagne, à Calle de Castelló, les architectes Paul Galindo Pastre et Ophélie Herranz Lespagnol de l’agence VONNA /PYO arquitectos ont réalisé un projet simple qui privilégie les textures et les détails. Il s’agit de l’agencement d’une boutique qui donne sur rue où la sobriété est de mise.

La nouvelle architecture que les architectes de l’agence VONNA /PYO arquitectos ont créé à Madrid provoque une belle rupture avec l’existant. La menuiserie de la vitrine qui est attachée à l’ancrage de la façade, expose la structure existante. L’intervention s’approprie les qualités du lieu, elle s’en inspire pour ensuite se détacher de l’histoire tout en la mettant en valeur. Un projet ingénieux qui a su croiser subtilement plusieurs générations.

Un joyeux métissage qui croise l’ancien et le nouveau

La menuiserie a été soigneusement travaillée pour s’éloigner de la rue et accueillir le visiteur dans un espace domestique. Ainsi, la matérialité se détache de l’espace nu qui l’entoure ainsi que du mouvement de la rue alentour. Le marbre qui définit le socle de la vitrine intérieure se penche dans la rue pour inviter à entrer. L’intervention sur les matériaux existants est axée sur la récupération de leur qualité brute.

Les carreaux du terrazzo sont brillants. Les plafonds suspendus sont démantelés et le squelette en béton est apparu. Les surfaces sont déshabillées révélant leurs plis, leur fragilité et même leur imperfection rendant l’ensemble plus atypique et mettant l’accent sur le temps qui passe.

Dans la pièce principale, les nouveaux matériaux font leur apparition, comme les profils en laiton, les boutures en marbre, les quelques cloisons métalliques ainsi que les montants en bois de pin. L’ensemble affiche une écriture dans laquelle chaque ligne peut être considérée comme un joyeux métissage croisant l’ancien et le nouveau. Par ailleurs, le projet juxtapose dans la même espace deux mondes successifs, révélant un monde qui privilégie les détails et qui évolue avec son temps. Une intervention méticuleuse à découvrir sans tarder.

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

Le site de l’agence VONNA /PYO arquitectos : ici.

Les photos: © Miguel de Guzmán / Rocio Romero / Imagen Subliminal

 

Vivre dans une pyramide…mais laquelle ?

Une forme pyramidale posée sur un gratte-ciel, c’est peut être commun. Ici, il s’agit d’une pyramide reconvertie en une originale habitation de deux étages. Avec une vue imprenable sur la ville cette maison perchée sur la fameuse Smith Tower, le gratte-ciel le plus ancien de la ville de Seattle, est une curiosité à part entière. Lumineuse, contemporaine, avec son agencement inhabituel qui allie le marbre, le bois, le béton et l’acier, cette maison inédite est à découvrir : ici.

Le site des architectes : ici.
La photo: © Christopher S. Maloney

Nichée dans la vallée…

C’est dans le beau paysage du nord de l’Italie que se trouve cette maison. Construite entièrement avec des matériaux provenant de la région comme le marbre, le granite, le bois de chêne et le bois de mélèze connu par ses caractéristiques environnementaux. Nichée dans la vallée, avec sa vue imprenable sur les montagnes qui l’entourent, cette maison contemporaine est une curiosité à découvrir…

Pour plus d’informations et de photos, voir : ici.
Le site de l’agence d’architecture: ici.
La photo: © Gunther Stckklauser