Archives du mot-clé MAD

Quand le tunnel joue les trompe l’oeil

© MAD Architects

Au Japon, dans la préfecture de Niigata, à l’intérieur du tunnel de la gorge de Kiyotsu, l’agence d’architecture MAD a créé cinq extraordinaires installations. Des interventions qui représentent l’eau, le bois, la terre, le métal mais aussi feu.

Une œuvre temporaire

L’agence d’architecture MAD est basée en Chine, à Beijing. A l’occasion de la Triennale Echigo-Tsumari 2018, qui consiste à créer des œuvres d’art temporaires et permanentes dans 200 villages de la région, elle a été invitée à transformer un tunnel datant de plusieurs décennies.

L’intervention consiste en cinq œuvres immersives différentes, chacune conçue pour représenter un élément de la nature. Un coup de cœur pour l’installation comprenant une pièce remplie de miroirs, par ailleurs d’autres œuvres comme la toilette publique imaginée comme une capsule réfléchissante ont attiré également l’attention.

Un dialogue subtil avec la nature

Le tunnel s’étend sur 750 mètres à travers la gorge de Kiyotsu, réputée pour être l’un des gouffres les plus impressionnants du Japon. L’ensemble offre quatre points de vue face aux formations rocheuses inhabituelles de la gorge, dont une qui donne directement sur le canyon. La plus frappante des installations de MAD se situe exactement à cet endroit. Il s’agit d’un espace en forme de tunnel avec un bassin d’eau recouvrant son sol et des miroirs qui tapissent ses murs et son plafond voûtés. Les reflets dans le sol donnent l’impression fausse qu’il s’agit d’une surface arrondie, tandis que les reflets dans les murs apportent une nouvelle teinte au tunnel.

L’entité sombre se voit ainsi éclairée. Le tunnel change complètement d’aspect et devient un extraordinaire lieu de contemplation où l’irréel se croise avec le réel. La présence de l’eau où se reflètent les diverses surfaces donne à cette œuvre une dimension particulière. Dans cette contrée lointaine et ce passage public, l’art contemporain réussit à tisser un dialogue subtil  avec la nature environnante.

© MAD Architects

Le site de MAD Architects : ici.

Les photos : © MAD Architects

Architecture sans domicile fixe, de l’utopie à la consommation

01-terreform1

Suivre le mouvement, bouger ? A l’heure de l’exode rural, de nombreux villages de par le monde se vident de leur population ou sont purement et simplement abandonnés au profit de mégapoles congestionnées. Quid du rôle de l’architecte face à cette affluence incontrôlable ? Pour certains, la réponse réside dans la mobilité : un thème récurrent, désormais phagocyté.

Monde

La ville, sujet de diverses théories, rêvées, fictives, utopiques ou futuristes a, au fil des siècles, toujours assumé son rôle de laboratoire pour l’humanité.

Au milieu des années cinquante, la mobilité est devenue pour une génération d’architectes et d’urbanistes un sujet de réflexion au même titre que la ville et son avenir. Au lendemain de la Seconde guerre mondiale et en réaction aux besoins d’une société renaissante, les architectes d’Archigram, entre modernisme et contestation, ont abordé cette problématique.

L’évidence d’une vision

En 1965, l’architecte anglais Ron Herron, membre d’Archigram, présentait ‘Walking City’, une ville gigantesque faite d’une multitude de monstres interconnectés et juxtaposés, se déplaçant telle une machine où logent nombre d’habitants dès lors qu’ils y ont trouvé un endroit propice pour s’y installer. Une fiction – sinon une provocation – qui défait la ville de toute logique de reconnaissance et de notion de territoire. Une utopie décrite par certains sociologues comme «familière».

Depuis, les considérations liées à la ville n’ont que peu changé. L’agence américaine Terreform 1, connue pour ses projets urbanistiques et architecturaux fondés sur d’importants travaux de recherches, vient de rendre public ‘Homeway’, sa dernière vision de l’urbanisme mobile.

02-terreform1

Co-gérant de Terreform1 et de Planetary One, Mitchell Joachim**, spécialiste de la ville du futur dans nombre de grandes écoles d’architecture, a conçu une entité dense sinon tentaculaire. Dotée d’une imposante structure, elle comporte plusieurs moyens de transports destinés à faciliter la mobilité entre downtowns américains et banlieues.

Pour ce faire, ‘Homeway’, en alternative aux lotissements typiques des grandes agglomérations, propose de mettre, après rénovation, d’anciens logements sur roues et de les acheminer vers les grands centres urbains.

Le dispositif est valable pour les supermarchés, les centres d’affaires, les commerces qui, de fait, s’aligneront le long des axes routiers pour créer un véritable échange avec la ville existante. Utopique mais véridique, Terreform 1 est un champ d’expérimentation pour une architecture nomade, somme toute, des plus classiques.

2008, la onzième Biennale d’Architecture de Venise. Lors de l’événement, MAD, agence chinoise installée à Beijing, propose, à sa façon, une autre ville, toute aussi futuriste, où technologie et architecture ne font qu’un. ‘Superstar’, est une entité en forme d’étoile, auto-suffisante et productrice d’énergie. Elle se déplace de par le monde dans le but de participer au rayonnement de la culture chinoise.

MAD

Créée pour abriter 15.000 personnes et dotée du confort contemporain, ‘Superstar’ s’inspire des multiples Chinatown présents aux quatre coins du monde pour en proposer une version «grand luxe», qui plus est «mobile». D’aucuns pourraient y découvrir la cuisine chinoise, faire du shopping, y vivre voire y mourir, virtuellement bien sûr : un cimetière numérique recenserait ceux qui ont quitté l’étoile.

Impressionnante par sa démarche, effrayante par sa taille, cette ville compacte et ambulante, à l’architecture ultra-moderne, ne fait que renforcer la vision de l’homme dans sa recherche d’un futur urbain. Architecture vagabonde, ‘Superstar’ pourrait devenir une éventualité.

Itinérance à toutes les échelles 

Retour à une échelle moindre, réaliste, celle d’une construction. Bien plus modeste donc, Mumo, le musée mobile, est un nouveau concept d’art itinérant sous forme de galerie dédiée aux enfants. Du nord au sud de la France, toujours en route pour de nouvelles contrées, Mumo est désormais au Cameroun. Ce container à l’architecture rougeoyante et élémentaire a pu abriter de prestigieuses signatures : Daniel Buren en a habillé les parois, Paul Mac Carthy y a exhibé son lapin rouge. Un succès pour l’expérience.

@JPHH

Enfin, comment ne pas oublier le Mobile Art de Zaha Hadid. Le musée itinérant aux allures de vaisseau spatial a échoué début 2011 sur le parvis de l’Institut du Monde Arabe. Celui qui, au départ, avait pour mission de faire connaître une marque internationale, a suspendu sa mobilité et s’est mué en un abri à l’adresse fixe, 1 rue des Fossés Saint-Bernard, Paris Ve.

Ce dernier cas laisse à penser que l’urbanité itinérante, celle conçue sinon rêvée pour pallier aux problématiques de la ville contemporaine, qu’il s’agisse de l’étalement urbain ou de la consommation énergétique, laisse place à une architecture nomade, esthétique voire commerciale.

Sipane Hoh

[nggallery id=8]

Toutes les photos de l’album: © Terreform1

Les photos 1 et 2 : © Terreform1

La photo 3 : © MAD

La photo 4: © JPHH

N.B. Cet article est paru en première publication dans le courrier de l’architecte le 14 mars 2012.

Une bulle dans la ville…

Il s’agit d’une vision concernant la capitale chinoise et plus précisément les hutongs, ces quartiers millénaires qui ont participé depuis toujours à l’identité de cette ville. C’est une conception futuriste qui sous forme d’une bulle viendrait se greffer sur chacune de ces habitations, complétant ainsi les quelques fonctionnalités manquantes (comme les toilettes et les escaliers qui se trouvent aujourd’hui à l’extérieur) de ce trame authentique et historique.

Une invention audacieuse qui va défigurer à jamais l’une des empreintes les plus significatives du pays ou un agréable mélange qui tout en introduisant une touche de nouveauté dans la ville met l’ancien en évidence, le valorise et l’améliore ?

D’autres blogs qui ont parlé de cette conception: ici.
Le site des architectes: ici.
La photo: © Mad architects.
Pour plus de renseignements sur les hutongs: Paris-Pékin.

Transition…

Se trouvant au nord de la ville de Pékin, cette construction est un exemple de transition d’un milieu liquide vers un autre solide dans un endroit où la nature est reine. Il s’agit bien d’une construction ouverte au publique, simple et minimaliste avec quelques détails saisissants, les deux branches, qui rejoignent ce bâtiment, l’une étant une piscine flottante sur le lac avoisinant, l’autre, un passage semi immergé dans ces mêmes eaux. Pour certains c’est un exploit énorme et une prouesse technologique de pouvoir garder les eaux naturelles du lac, éloignées et indépendantes des eaux artificielles de la piscine, pour d’autres une originalité sans précédent où les gens et la nature sont en symbiose …

Pour plus d’informations et de photos voir: ici.