Archives par mot-clé : Julien de Smedt

A Rennes, un nouveau projet d’une grande envergure

© JDSA

Le 9 juillet 2019, la ville de Rennes a rendu public le nom du lauréat pour la réalisation d’une tour résidentielle qui prendra place sur le site de Blériot-Féval. Il s’agit de l’équipe conduite par JDSA en collaboration avec l’agence d’architecture rennaise Maurer et Gilbert Architectes et les deux équipes parisiennes Stéphane Maupin Architecture et création (SMAC) et Think Tank Architecture Paysage Urbanisme.

Un ensemble mixte

Parmi les 84 candidatures reçues entre le 21 septembre et le 19 octobre 2018, Julien De Smedt, Marc Mimram, Sou Fujimoto, Jakob+MacFarlane et Bruther étaient les équipes en lice pour la réalisation d’un ensemble mixte avec une tour de 85 mètres de haut, dans le quartier Eurorennes Gare. Parmi les deux équipes restantes, le jury a choisi celle de JDSA pour mener à bien le projet.

Les différentes équipes étaient composées d’une agence internationale, d’une nationale et d’un architecte inscrit à l’Ordre de Bretagne, conformément aux souhaits de Rennes Métropole et de son aménageur Territoires public.

L’équipe conduite par l’architecte Julien de Smedt est lauréate d’un programme de 32 000 m² situé à EuroRennes comprenant quatre bâtiments, dont le futur siège social du groupe Samsic et un immeuble d’habitation de 26 étages qui réinterprète les projets rennais des deux architectes Louis Arretche et Georges Maillols.

Au-delà de la réalisation du projet de la tour résidentielle, JDSA coordonnera un complexe de nouveaux bâtiments. Ces derniers seront situés sur le site Blériot-Féval. L’ensemble, qui se trouve non loin de la nouvelle station récemment inaugurée, va générer un quartier polyvalent et inclusif au sein du développement d’Eurorennes.

Un totem pour la ville

Le site est divisé en 4 parcelles, il est coordonné par JDSA en collaboration avec les architectes locaux Maurer & Gilbert et les bureaux parisiens SMAC et Think Tank.
La tour de Féval est la pièce maîtresse du plan directeur en matière de géographie et de gravité. A l’heure des diverses réflexions pour la ville durable, l’ensemble qui comprend 188 appartements neufs, promeut la densification en réponse à l’étalement urbain.

« Notre proposition de tour manipule la densité du plan directeur afin de proposer au niveau du sol un espace public en cascade qui invite le piéton à escalader sa base. Diverses adresses commerciales composeront cette base, sur laquelle le programme résidentiel se développe à partir du niveau 3, où la tour est la plus élancée. Résonnant l’héritage rennais, la tour s’épaissit au fur et à mesure que l’on grimpe, pour atteindre enfin sa circonférence maximale au niveau 10. » Souligne les architectes de JDSA.

La présence d’un parc luxuriant marque une pause dans l’ascension de la tour et accueille les résidents du bâtiment qui peuvent jouir d’une merveilleuse vue panoramique donnant sur les toits de la ville. Le bâtiment reprend ensuite son ascension jusqu’au 27ème étage dessinant finement le nouvel horizon rennais.

La végétation formera l’une des clés de voûte du projet. Ce dernier sera en osmose avec la nature tout en offrant un environnement durable à tous. A Rennes, un nouveau totem est en train de se créer ! 

© JDSA
© JDSA

Pour plus d’informations sur les architectes, voir : JDSA, Maurer et Gilbert Architectes,  SMAC, Think Tank Architecture, paysage, urbanisme.

Les photos: © JDSA

Un manifeste nommé « Iceberg »

04@SipaneHoh

Quatre agences d’architecture et une seule signature. Une exceptionnelle collaboration entre JDS (Julien De Smedt),  CEBRASeARCH, et Louis Paillard qui a débouché sur le «Meilleur projet résidentiel » du MIPIM Awards 2013. Un remarquable programme de logements collectif ? Pas que.

Danemark | Aarhus | Logements

Aarhus, deuxième ville du Danemark désignée pour devenir capitale européenne de la culture en 2017 est une ancienne cité portuaire et industrielle. Son architecture se démarque par la couleur rosée de ses multiples façades et ses pavés qui tapissent les rues de son centre devenues piétonnes.

Cependant, l’activité portuaire déclinant, la ville ne peut dénier son passé visible surtout dans ses grands containers délaissés. C’est pourquoi, la mairie a lancé un projet de réhabilitation qui vise non seulement à redorer l’image de la cité mais à introduire de multiples activités capables de développer Aarhus.

Les divers programmes de logements font partie de la volonté de dynamisation du morceau de ville abandonné. Iceberg en est le témoignage parfait. Un glacier qui pourtant n’a rien à voir avec la forme des cités radieuses de Le Corbusier mais qui tente d’appliquer les mêmes principes utilisées pour une nouvelle configuration de la ville densifiée. Sauf qu’ici, nous avons quatre agences d’architecture et se mettre d’accord sur un projet commun n’est sans doute pas une mince affaire.

L’un des architectes d’Iceberg, Julien de Smedt (JDS), n’est pas à sa première collaboration de logements collectifs et les projets de VM Houses et Mountain Dwellings sont là pour nous le rappeler. L’agence JDS a été invitée par le promoteur Taekker Group avec CEBRA pour mener à bien le projet. Les deux bureaux d’architecture ont à leur tour convié des confrères. Une collaboration européenne ainsi qu’une agréable aventure qui a duré six ans a commencé. Entre-temps, des bouleversements (comme le changement de l’investisseur Taekker Group pour le fond de pension PensionDanmark) ont retardé le projet. Malgré tout Iceberg a fini par émerger.

09@SipaneHoh

02@SipaneHoh

10@SipaneHoh

Le visiteur qui arrive dans la deuxième ville danoise  est tout d’abord surpris par la grande parcelle portuaire délaissée. Et pourtant une activité naissante se devine. Par ici quelques grues, par là deux-trois camions, un tas de sable, plusieurs ouvriers et un peu d’agitation. Bienvenue au port d’Aarhus.

De loin quelques crêtes blanches guident tout amateur d’architecture. Le chemin est encore tortueux, quelques voies goudronnées mènent jusqu’au bout du port où le bras de terre rencontre la mer. Arrivé à destination, c’est la découverte d’une vue imprenable sur les environs et vers le large, chose qui n’a pas échappé aux architectes. L’enchevêtrement et la disposition des volumes font de sorte que tous les résidents d’Iceberg pourront savourer le panorama idyllique. Un pari difficile qui va concilier tous les occupants des 208 logements de différentes tailles qui forment le projet.

06@SipaneHoh

01@SipaneHoh  07@SipaneHoh

Allons faire un tour pour découvrir de plus près le « glacier ». Encore quelques surprises : Tout d’abord l’abondance des perspectives qui associe une nouvelle image à chaque point de vue. Et puis, la couleur blanche immaculée perçue de la ville quitte la place à une douceur bleuâtre qui couvre les balcons des rues intérieures liant les différentes entités. Une couleur qui s’estompe avec la hauteur jusqu’à ce qu’elle devienne transparente pour les derniers étages. Un effet voulu qui ne laisse point indifférent.

Regardons du côté des détails et bien que le résultat affiche une ressemblance frappante avec les premières images diffusées à l’époque du concours, chose qui n’est pas toujours le cas, la réalité reste inlassablement plus engageante. Qu’il s’agisse de l’aluminium qui couvre les toits ou le béton utilisé pour les façades ou bien l’asphalte blanc couvrant les sols, toutes les surfaces exposent le souci du détail, ce qui donne à l’ensemble le petit plus qui manque parfois à certaines constructions se voulant de grande envergure.

Reste la fonctionnalité du projet. Malgré sa forme innovante, Iceberg procure une grande luminosité à tous les étages. Les plans sont simples et les divers appartements (que ce soit d’un ou deux niveaux) paraissent confortables.

Sous ses airs d’extravagance, Iceberg n’est pas seulement un programme de logements collectifs tels que l’on trouve un peu partout, c’est un complexe résidentiel manifeste représentant la première pierre qui émergera l’ensemble du port d’Aarhus de son abandon…

03@SipaneHoh

08@SipaneHoh

Texte et photos: © Sipane Hoh

Mes autres photos d’Iceberg se trouvent sur ma galerie publique: ici.