Archives par mot-clé : JDS Architects

Un manifeste nommé « Iceberg »

04@SipaneHoh

Quatre agences d’architecture et une seule signature. Une exceptionnelle collaboration entre JDS (Julien De Smedt),  CEBRASeARCH, et Louis Paillard qui a débouché sur le «Meilleur projet résidentiel » du MIPIM Awards 2013. Un remarquable programme de logements collectif ? Pas que.

Danemark | Aarhus | Logements

Aarhus, deuxième ville du Danemark désignée pour devenir capitale européenne de la culture en 2017 est une ancienne cité portuaire et industrielle. Son architecture se démarque par la couleur rosée de ses multiples façades et ses pavés qui tapissent les rues de son centre devenues piétonnes.

Cependant, l’activité portuaire déclinant, la ville ne peut dénier son passé visible surtout dans ses grands containers délaissés. C’est pourquoi, la mairie a lancé un projet de réhabilitation qui vise non seulement à redorer l’image de la cité mais à introduire de multiples activités capables de développer Aarhus.

Les divers programmes de logements font partie de la volonté de dynamisation du morceau de ville abandonné. Iceberg en est le témoignage parfait. Un glacier qui pourtant n’a rien à voir avec la forme des cités radieuses de Le Corbusier mais qui tente d’appliquer les mêmes principes utilisées pour une nouvelle configuration de la ville densifiée. Sauf qu’ici, nous avons quatre agences d’architecture et se mettre d’accord sur un projet commun n’est sans doute pas une mince affaire.

L’un des architectes d’Iceberg, Julien de Smedt (JDS), n’est pas à sa première collaboration de logements collectifs et les projets de VM Houses et Mountain Dwellings sont là pour nous le rappeler. L’agence JDS a été invitée par le promoteur Taekker Group avec CEBRA pour mener à bien le projet. Les deux bureaux d’architecture ont à leur tour convié des confrères. Une collaboration européenne ainsi qu’une agréable aventure qui a duré six ans a commencé. Entre-temps, des bouleversements (comme le changement de l’investisseur Taekker Group pour le fond de pension PensionDanmark) ont retardé le projet. Malgré tout Iceberg a fini par émerger.

09@SipaneHoh

02@SipaneHoh

10@SipaneHoh

Le visiteur qui arrive dans la deuxième ville danoise  est tout d’abord surpris par la grande parcelle portuaire délaissée. Et pourtant une activité naissante se devine. Par ici quelques grues, par là deux-trois camions, un tas de sable, plusieurs ouvriers et un peu d’agitation. Bienvenue au port d’Aarhus.

De loin quelques crêtes blanches guident tout amateur d’architecture. Le chemin est encore tortueux, quelques voies goudronnées mènent jusqu’au bout du port où le bras de terre rencontre la mer. Arrivé à destination, c’est la découverte d’une vue imprenable sur les environs et vers le large, chose qui n’a pas échappé aux architectes. L’enchevêtrement et la disposition des volumes font de sorte que tous les résidents d’Iceberg pourront savourer le panorama idyllique. Un pari difficile qui va concilier tous les occupants des 208 logements de différentes tailles qui forment le projet.

06@SipaneHoh

01@SipaneHoh  07@SipaneHoh

Allons faire un tour pour découvrir de plus près le « glacier ». Encore quelques surprises : Tout d’abord l’abondance des perspectives qui associe une nouvelle image à chaque point de vue. Et puis, la couleur blanche immaculée perçue de la ville quitte la place à une douceur bleuâtre qui couvre les balcons des rues intérieures liant les différentes entités. Une couleur qui s’estompe avec la hauteur jusqu’à ce qu’elle devienne transparente pour les derniers étages. Un effet voulu qui ne laisse point indifférent.

Regardons du côté des détails et bien que le résultat affiche une ressemblance frappante avec les premières images diffusées à l’époque du concours, chose qui n’est pas toujours le cas, la réalité reste inlassablement plus engageante. Qu’il s’agisse de l’aluminium qui couvre les toits ou le béton utilisé pour les façades ou bien l’asphalte blanc couvrant les sols, toutes les surfaces exposent le souci du détail, ce qui donne à l’ensemble le petit plus qui manque parfois à certaines constructions se voulant de grande envergure.

Reste la fonctionnalité du projet. Malgré sa forme innovante, Iceberg procure une grande luminosité à tous les étages. Les plans sont simples et les divers appartements (que ce soit d’un ou deux niveaux) paraissent confortables.

Sous ses airs d’extravagance, Iceberg n’est pas seulement un programme de logements collectifs tels que l’on trouve un peu partout, c’est un complexe résidentiel manifeste représentant la première pierre qui émergera l’ensemble du port d’Aarhus de son abandon…

03@SipaneHoh

08@SipaneHoh

Texte et photos: © Sipane Hoh

Mes autres photos d’Iceberg se trouvent sur ma galerie publique: ici.

Sur les toits…

Après avoir vu un studio mobile qui se pose sur la toiture de n’importe quel immeuble de la ville, parlons ici d’un aménagement complet qui peut ramener aux toits de nos édifices une touche de nouveauté doublée de couleurs. C’est l’agence JDS qui vient de terminer cette idée originale qui trouvera ses adeptes parmi les enfants et leurs parents. Il s’agit d’une conception qui met en cause la non-utilisation des toits de certains bâtiments. Une particularité qui une fois exploitée devient un espace de jeu, une promenade et un carré de verdure bien appréciés de tous…

Pour plus d’informations et de photos, voir : ici.
Le site de JDS Architects : ici.
La photo : © JDS Architects.

L’icône…

Une gigantesque structure qui épouse la colline, continue sa courbe naturelle et se lève vers le ciel. Un imposant monument qui étudit l’évolution de la pratique d’un sport à travers les ans et suit son inclinaison dans son ascension. Une ingénieuse figure qui devient dès sa construction l’icône de tout un pays. Il s’agit du « Holmenkollen Ski Jump », qui n’a pas fait que gravir le village du même nom sur la pente des « grands » mais son architecte aussi…

Pour plus d’informations et de photos, voir le site de JDS : ici.
La photo : © Marco Boella

Comme un igloo…

Il s’agit d’un projet conçu par l’agence de l’architecte Julien De Smedt pour une maison familiale de 1000m² se trouvant en Chine. Reprenant le principe de l’igloo, les cubes extérieurs sont là pour protéger la partie intérieure de la maison. Au milieu se trouve un oasis sous une forme de patio qui en plus de son côté esthétique et agréable aide à inviter la lumière naturelle dans certaines pièces de la construction. Avec des formes simples et minimalistes, les architectes ont réussi un projet qui supportera les conditions climatiques difficiles et se démarquera des autres habitations classiques tout autour…

Pour plus de photos et d’informations voir: ici.