Archives par mot-clé : crèche

Une crèche, deux oies et de multiples qualités

© Nicolas Grosmond

Baptisée les deux oies, il s’agit d’une crèche aussi charmante que sympathique. Située à Noisy-le-Roi, la réalisation signée WRA constitue un équipement discret qui se glisse dans l’existant et propose une extraordinaire aventure aux divers utilisateurs des lieux.

La maison des hobitts ? Construite par les Wild Rabbits

La maison des hobitts ? Construite par les Wild Rabbits. Cela aurait pu être un beau slogan pour la nouvelle crèche de Noisy-le-Roi. En effet, l’équipement, savamment enseveli, cache bien des atouts. Installée confortablement sur une parcelle en pente sur laquelle se trouvait auparavant une école de bois et de brique, la nouvelle crèche se glisse sous une toiture végétalisée et offre de nombreux espaces surprenants aux habitués des lieux.

A Noisy-le-Roi, la nouvelle structure multi-accueil pour la petite-enfance est composée de 70 à 80 places mais surtout d’une multitudes de coins et de recoins, mais aussi d’interstices et de fentes, de pleins et de vides bref c’est un joli imbroglio d’espaces qui se touchent, se croisent et se complètent pour le plus grand plaisir des enfants. Ces derniers, qui débarquent en contrebas par le chemin de l’abreuvoir ne peuvent pas manquer la crèche, située à bonne distance de la chaussée. Nous savons qu’à cet âge, tout peut sembler grand, d’où l’intérêt d’avoir des espaces équilibrés, des salles d’éveil largement ouvertes en façades et d’autres petites astuces que nos architectes ont réalisé avec brio. Ici, l’enfant est au centre du dispositif, le nouveau né se sent protégé et l’ensemble des usagers évoluent dans un univers confortable et lumineux, un lieu unique qui entretient un lien singulier avec son entourage.  

Envelopper un programme sensible, adroitement pensé et minutieusement opéré

A premier abord, le plan semble simple mais une fois à l’intérieur de ce bel équipement, nous nous rendons compte de la complexité de certaines actions. En effet, à l’image d’un morceau d’orfèvre, l’ensemble est confectionné par une juxtaposition de longs volumes pleins qui accueillent les dortoirs. Tandis que ces derniers dépassent légèrement de la vaste toiture, les salles d’éveil, largement ouvertes, occupent les interstices et se prolongent sur l’extérieur en courettes. Un procédé qui laisse dégager une façade en redans avec des pleins vitrés pour que les dortoirs puissent se faire ateliers et des creux, entièrement ouverts, qui laissent le regard filer sous la prairie. Quant aux services et aux bureaux, ils occupent la partie inférieure du plan, à droite de l’entrée.

Des années auparavant, les architectes de l’agence WRA avaient construit plusieurs écoles maternelles. Aussi surprenants qu’extraordinaires, les différents équipements revêtaient divers habits. Tantôt dorés, tantôt plissés, les revêtements ne faisaient qu’envelopper un programme sensible, adroitement pensé et minutieusement opéré. A Noisy-le-Roi, l’agence m’a, encore une fois, surpris par sa dextérité. Parmi les hangars agricoles d’un côté, les pavillons de banlieue de l’autre, l’architecture de la crèche s’émancipe de toute ressemblance voisine tout en forgeant un caractère unique où les petits se sentent bien. Ne serait-ce pas ça l’essence même du bonheur ?

© Nicolas Grosmond
© Nicolas Grosmond
© Nicolas Grosmond
© Nicolas Grosmond

Le site de WRA : ici.

Les photos : © Nicolas Grosmond

A Granada, Elisa Valero Ramos construit un avenant jardin d’enfants

© Fernando Alda
© Fernando Alda

Le but de ce jardin d’enfants est de favoriser le développement émotionnel qui se crée pendant les premières années de la vie à travers une architecture qui procure une expérience unique. Cette dernière se révèle via un geste pur et ludique se basant sur le jeu comme un moyen d’apprentissage. C’est avec ces idées que l’architecte Elisa Valero Ramos a conçu une crèche pédagogique à l’architecture sobre et épurée.

Sur les collines du nord de Grenade, l’arrivée de l’école maternelle El Serrallo constitue une belle surprise. Le programme qui comprend trois parties est considéré par les pédagogues comme très pertinent. L’architecte manie à merveille les ficelles de la construction traditionnelle et les adapte aux exigences d’aujourd’hui pour produire un projet à la fois fonctionnelle et esthétique.

La flexibilité constitue l’un des points fort du projet où chaque salle de classe peut facilement se convertir en une chambre à coucher pour la sieste des enfants ou en une scène de théâtre. L’interaction avec le mobilier est telle que, l’aménagement général permet un espace transformable et adaptable à d’autres usages.

Une expérience multisensorielle

L’édifice se trouve sur le sommet d’une colline et donne sur un paysage époustouflant. Coincée entre deux routes, la bâtisse qui se déploie sur une parcelle triangulaire est formée de deux étages. Pour des questions sismiques, un mur de sept mètres de haut encercle l’ensemble.

Dans tout l’édifice, l’architecte soigne particulièrement la notion d’échelle. Ainsi, les fenêtres classiques sont exclues vu la taille des enfants. Toutes les ouvertures ont été repensées se basant sur ces données. Une attention particulière a été donnée à l’accessibilité afin que les enfants peuvent être  autonome.

La plupart des recherches neurobiologiques ont montré l’important rôle des divers sens dans la construction. Le caractère ludique de l’aire de jeu est renforcé par la présence de peintures murales géométriques aux couleurs vives conçues expressément pour ce projet par l’artiste Eduardo Barco.

A la fois simple et expressive, la crèche signée par Elisa Valero Ramos est un condensé d’attentions à l’égard de l’enfance. Un bel ouvrage !

© Fernando Alda
© Fernando Alda

© Fernando Alda
© Fernando Alda

© Fernando Alda
© Fernando Alda

Le site de l’architecte Elisa Valero Ramos : ici.

Les photos: © Fernando Alda

Une crèche durable pour Guastalla

© MorenoMaggi
© MorenoMaggi

En Émilie-Romagne, l’agence d’architecture MCA (Mario Cucinella Architects) a conçu une nouvelle école qui remplace deux bâtiments scolaires gravement endommagés par le séisme de mai 2012. Le nouvel équipement qui a été inauguré en septembre 2015 s’avère être une pure merveille.

Guastalla est une commune italienne à l’histoire riche en mutations qui a été frappée en 2012 par un séisme lui coûtant divers dommages concernant plusieurs de ses édifices. La crèche qu’ont imaginé les architectes de MCA et qui remplacera deux des bâtiments endommagés du centre-ville, consiste à accueillir 120 enfants jusqu’à trois ans.

Selon les architectes, le projet est conçu pour stimuler l’interaction de l’enfant avec l’espace environnant dans lequel rien n’est laissé au hasard. Tout a été minutieusement imaginé, conçu et réalisé pour l’intégration de la crèche dans son voisinage. Du choix des matériaux jusqu’à la répartition des pièces en passant par le traitement des divers éléments architecturaux, tout respire une connaissance profonde qui met l’esprit enfantin sur un piédestal.

Les fromes et les couleurs, les perceptions sensorielles ainsi que les suggestions tactiles renvoient vers une représentation pédagogique à la fois ludique et plaisante.

Les matériaux naturels à l’honneur

La structure implique l’utilisation de matériaux naturels à faible impact environnemental. D’où l’utilisation du bois, un matériau idéal et sûr pour maintenir l’isolation thermique du bâtiment. D’autres procédés comme la collecte des eaux pluviales, le système photovoltaïque qui couvre le toit ainsi que la répartition optimale des ouvertures montrent une volonté particulière pour une architecture respectueuse de son environnement.

Tout a été conçu pour aiguiser la curiosité des enfants, même les espaces de connexion entre les salles de classe et les laboratoires sont destinés à être vécus avec bonheur. Le voyage sensoriel continue vers l’extérieur du bâtiment, intègre les arbres existants et englobe la structure entière créant des places protégées où les utilisateurs des lieux peuvent se reposer. Un ensemble cohérent que le bois rend chaleureux et une forme étrange qui sort de l’ordinaire mais un volume bien pensé qui révèle une architecture de qualité.

© MorenoMaggi
© MorenoMaggi

© MorenoMaggi
© MorenoMaggi

Le site de MC Architects : ici.

Les photos: © MorenoMaggi

Quand la crèche joue à la princesse des mille et une nuits

@JulienLanoo

Dans l’environnement hétérogène du nouveau quartier parisien Fréquel Fontarabie une boîte de couleur blanche interpelle. L’élégance d’un écrin épuré se mêle à la grâce des façades dentelées pour façonner le programme complexe d’une crèche qui se niche en plein cœur du XXème arrondissement signée de l’agence d’architecture Avenier Cornejo Architectes (Christelle Avenier et Miguel Cornejo).

Dès le départ, la parcelle triangulaire ne facilite pas la tâche des architectes souhaitant réaliser un édifice fin qui s’insère dans son environnement. L’idée de la résille métallique perforée d’une myriade de trous n’est que le résultat d’une étude pointue qui aspire à éclaircir, à unir et à protéger l’ensemble tout en procurant une enveloppe sensible aux divers changements de la lumière.

La crèche se développe sur deux niveaux et respecte les différentes dispositions du voisinage. Ainsi, la réglementation du PLU et les divers chartes du programme sont tenus. L’entrée de l’édifice se trouve sur la façade nord et comme la parcelle est plutôt en longueur, un atrium a été fondamental à l’apport de la lumière naturelle à l’intérieur tout en jouant un rôle non négligeable dans la régulation thermique de l’ensemble.

Un logement de fonction fait partie du programme. Il se déploie au 2ème et 3ème étage, traversant du nord au sud, son accès se fait par une entrée indépendante. Au fond de la parcelle un espace planté constitue un charmant interstice de verdure qui tranche avec la blancheur de la bâtisse.

Près des Lilas, des p’tits trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous

La durabilité étant l’une des préoccupations de ses architectes, livrée en Janvier 2014, la crèche et son logement de fonction respectent le Plan climat de la ville de Paris. On y trouve plusieurs procédés (comme les panneaux solaires et la terrasse végétalisée) qui définissent la démarche environnementale de l’édifice.

Alors que le revêtement ajouré de la crèche fournit un doux jeu d’ombre et de lumière, de grandes baies vitrées s’ouvrent vers la cour et le jardin pour éclairer naturellement l’intérieur. Et tandis que quelques touches de couleurs viennent égayer le contenu, le contenant arbore son immaculée texture telle une robe de princesse.

En structurant l’espace où elle se trouve, la crèche conçue par Christelle Avenier et Miguel Cornejo est un doux univers englobé de son écrin de lumière.

@DavidFoessel

@DavidFoessel

@JulienLanoo

Le site de l’agence d’architecture Avenier Cornejo Architectes : ici.

Les photos 1 et 4: © Julien Lanoo.

Les photos 2 et 3: © David Foessel.

La crèche qui tisse un lien fort avec son entourage

© José Manuel Cutillas

En Espagne, au nord de Valence, les architectes Fernández -Vivancos et Abalosllopis ont réalisé une élégante crèche qui marie parfaitement les différents matériaux. Ainsi, bois et béton se mettent en diapason pour offrir aux habitants un charmant lieu culturel.

C’est dans l’environnement champêtre de Benicàssim, loin de la mer que les architectes Enrique Fernández -Vivancos et Abalosllopis (Ana Ábalos Ramos, Pablo Llopis Fernández)ont construit leur crèche. Le volume général est constitué de plusieurs modules dédié chacun à un groupe d’enfants. Ainsi, l’ensemble forme une communauté qui réunit toutes ces cellules autour d’en espace central comme les anciennes maisons et leur patio d’autrefois. Ce dernier est couvert de poutrelles en béton qui tout en préservant l’intérieur laissent filtrer la lumière du jour.

Alors que les murs sont en béton, le sol est en bois, un joli contraste qui procure à l’ensemble un univers singulier. La végétation est cependant très présente autour de l’édifice, la crèche tisse un lien fort avec son environnement.

Selon les architectes : « il s’agit d’un moyen concret pour aller plus loin dans la compréhension des relations humaines entre les individus et la société. »

En effet, l’édification d’une crèche est une manière architecturale de cultiver le sujet de la coexistence dans une société. L’architecture se nourrit des diverses exigences des gens pour aboutir à une forme où la fonction et l’esthétisme se complètent.

La crèche de Benicàssim signée Fernández -Vivancos et Abalosllopis est un remarquable objet architectural qui approprie les lieux et s’y installe avec tact.

© José Manuel Cutillas

© José Manuel Cutillas

© José Manuel Cutillas

Les sites des architectes Fernández -Vivancos et Abalosllopis : ici.

Les photos : © José Manuel Cutillas

A Grenade, la nouvelle crèche sauve un équipement désuet

© Fernando Alda

En Espagne, au nord de Grenade, sur une ancienne construction militaire, l’architecte Elisa Valero Ramos a réalisé une adorable crèche qui met l’ancien et le nouveau au diapason. Découverte d’une construction à la fois élégante, utile et fonctionnelle.

Sur son site Elisa Valero Ramos se présente : « A un moment dans notre culture où le bruit est extrêmement dense, j’ai choisi une architecture qui agit en silence, sereinement et sans attirer l’attention. »
L’architecte qui a commencé sa carrière au Mexique, est rentrée depuis dans son pays natal et travaille dans un petit bureau en face de l’Alhambra pour réaliser d’œuvres gracieuses qui témoignent d’une touche fine et personnelle qui caractérise leur auteure.

C’est au nord de la ville de Grenade, dans la rue de Ribera del Beiro que se trouve un ancien terrain militaire. L’existence des murs blancs ainsi que les tours de guet caractérisent depuis longtemps le paysage. L’architecte a décidé que le nouvel équipement devrait « transformer sans détruire ». C’est pourquoi, avec une infinie délicatesse, le nouveau projet s’insère au lieu et se l’approprie. Alors qu’un bâtiment déjà existant a été réhabilité pour des bureaux administratifs, la crèche s’installe dans la grande cour et forme une continuité avec la muraille d’autrefois.

L’équipement qui se compose de trois modules, est destiné pour accueillir les enfants jusqu’à trois ans. La façade est constituée de panneaux composite verre GRC qui avec leur panel de couleurs égayent l’atmosphère et marque un changement de destination. Les salles, qui s’ouvrent sur un jardin couvert de sable, se caractérisent par un double éclairage et sont protégées à l’ouest  par un auvent en béton.

La salle à manger est gérée d’une manière indépendante, elle possède ses propres entrées ainsi qu’une curiosité selon laquelle l’ensemble peut s’ouvrir pendant la belle saison pour que les enfants puissent déjeuner à l’air libre.

A Grenade, la rue Ribera del Beiro connaît depuis l’installation de cette crèche un souffle nouveau qui a réussi à apporter la vitalité à tout un quartier.

© Fernando Alda

© Fernando Alda

Le site d’Elisa Valero Ramos : ici.
Les photos : © Fernando Alda