Archives par mot-clé : bois

En plein nature, un sauna

© Feste landscape / architecture

Réalisé sur les rives du lac Bandak en Norvège, le sauna de l’agence Feste Landscape / Architecture fait écho à la fois au paysage et à la construction locale. Une douce poésie se dégage de l’ensemble.

Inspiration des techniques de construction locales

A 160 km au sud-ouest d’Oslo, l’agence norvégienne Feste Landscape / Architecture a réalisé un majestueux sauna qui rappelle le paysage environnant tout en gardant un côté pittoresque. Intitulé « Soria Moria », l’ensemble recouvert de bardeaux, se trouve dans le comté de telemark et offre une vue époustouflante sur les environs.

Inspiré des techniques de construction locales, les architectes de Feste utilisent des bardeaux dorés étincelants pour vêtir leur réalisation. En Norvège, l’or est une référence au folklore local, d’où vient le nom du sauna. Il s’agit d’un conte de fées norvégien dont l’histoire se déroule sur un palais en or situé au cœur des montagnes. À l’intérieur du sauna se trouvent un vestiaire et un coin salon couvert pour admirer la vue. Par moments, on se croirait dans un petit îlot sur le lac.

Intégration parfaite dans la baie

La construction se trouve le long de la crique, sur pilotis, afin de permettre la baignade dans le lac. la passerelle a été conçue pour s’intégrer parfaitement à la baie, une composition paysagère caractéristique que les architectes ont souhaité mettre en valeur. A noter que la passerelle fait partie d’un réseau de sentiers existant qui s’étend tout au long du lac, avec des liaisons vers l’hôtel voisin.

Ce projet s’inscrit dans une initiative de grande envergure qui vise à faciliter la redécouverte du canal et de son paysage environnant grâce à l’architecture et à l’art. L’ensemble est divisé en six sous-projets, un pour chaque municipalité situé le long du canal. Feste Landscape / Architecture est chargée de la conception du premier des six sous-projets.

Avec plus de trente ans d’expérience, Feste Landscape / Architecture a développé un large panel de projets. Leur travail s’étend de la planification à grande échelle jusqu’aux projets plus modestes. Le sauna du lac Bandak est l’un des exemples de ces derniers.

© Feste landscape / architecture
© Feste landscape / architecture
© Feste landscape / architecture
© Feste landscape / architecture
© Feste landscape / architecture
© Feste landscape / architecture

Le site de Feste landscape / architecture: ici.

Les photos: © Feste landscape / architecture

A Taïwan, un curieux mélange de textures

© Yi-Hsien Lee

Dans la ville de Chiayi, l’agence d’architecture FCHY architecte lab a réalisé une résidence familiale qui met le béton sur un piédestal. Sobriété et simplicité sont au rendez-vous.

Une belle allure

Baptisée « Maison n ° 46 », il s’agit d’une construction située sur l’ancienne avenue d’une ville à forte densité de population. Entourée de toutes sortes de bâtiments aux différentes fonctions et usages, tels qu’une école, un hôtel, un temple, un restaurant, la résidence tout en béton possède une belle allure.

Comparée au paysage urbain proche du centre-ville, la vue de la rue est plus intéressante. En effet, elle offre un curieux mélange de formes et de textures. La coexistence entre la vie en ville à haute densité et la vie au rythme lent est selon l’architecte le sujet de ce projet.

Semi-fermée et compacte

L’idée est de créer un cube en tant que volume principal, puis de l’agrémenter de plusieurs éléments comme les grands balcons et les hauts murs qui font de ce projet une maison semi-fermée et compacte. Ainsi, la vision de l’intérieur serait en partie préservée tandis qu’une nouvelle vue intérieure a été créée. Il s’agit d’une charmante cour qui assure une grande luminosité à l’intérieur.

La palette de matériaux qui épouse l’esthétique du bâtiment répond au contraste entre les textures. La surface rugueuse des carreaux de granit aux couleurs chaudes souligne la surface lisse et fine du béton à l’extérieur du bâtiment. A l’intérieur, le matériau principal est le bois de teck, selon l’architecte, il s’agit d’une matière dont la chaleur naturelle réduit le sentiment d’isolement causé par les cours intérieures en béton.

A Chiai, les architectes de FCHY ont accompli un travail fin qui donne à l’ensemble une grande élégance.

© Yi-Hsien Lee
© Yi-Hsien Lee
© Yi-Hsien Lee
© Yi-Hsien Lee
© Yi-Hsien Lee
© Yi-Hsien Lee
© Yi-Hsien Lee
© Yi-Hsien Lee

Le site de FCHY architect lab : ici.

Les photos: © Yi-Hsien Lee

Au Portugal, un complexe sportif sobre et épuré

© João Morgado

Au Portugal, à Viana do Castelo l’architecte Valdemar Coutinho vient de livrer un complexe sportif aux allures brutalistes, composé d’une entrée en porte à faux et d’un subtil jeu de cubes. Sobriété, simplicité mais aussi frugalité sont au rendez-vous.

Se fond dans le paysage

Au nord du Portugale, dans la ville Viana do Castelo réputée par ailleurs pour la pratique du surf, l’architecte Valdemar Coutinho a réalisé un équipement sportif qui prend place à un carrefour de la ville et se fond admirablement dans le paysage urbain environnant.

Les autorités locales prévoyaient, dès le départ, un complexe public qui desservirait toute la communauté en fournissant une gamme d’installations sportives. En réponse, les architectes ont conçu un bâtiment qui occupe presque la totalité du site. Un espace d’une surface de 650 m² avec une hauteur sous plafond de 7,5 mètres est prévue pour les jeux de basketball et le volleyball.

De verre et de béton

L’entrée principale se trouve sous un porte à faux, elle peut accueillir jusqu’à 80 personnes. L’aire de réception est reliée à une cafétéria, aux toilettes et aux espaces techniques. Dans le hall d’entrée, l’artiste Rário a créé une installation murale constituée de divers panneaux de tuiles grises en relief. Ces derniers font allusion aux crustacés et aux algues des plages voisines. Tandis que les façades aux tons gris font référence à l’océan voisin.

Malgré le contraste avec l’architecture traditionnelle des constructions voisines, le projet occupe toute la parcelle et s’intègre à son contexte tout en se démarquant par son apparence. Selon les architectes, le choix du béton brut résulte des contraintes budgétaires serrés qui sont devenues un défi pour composer leur projet. D’autre part, les matériaux semblent harmonieux, le mariage du verre et du béton apporte une certaine rigueur à l’extérieur tandis qu’à l’intérieur certaines espaces jouissent de murs recouverts de bois. Ce dernier apporte une ambiance chaleureuse qui contraste avec l’enveloppe du bâtiment.

© João Morgado
© João Morgado
© João Morgado
© João Morgado
© João Morgado
© João Morgado
© João Morgado
© João Morgado

Le site de l’agence de Valdemar Coutinho : ici.

Les photos : ©  João Morgado

Le subtil mélange des matières de la villa L.A.

© N+P Arkitektur

Au Danemark, non loin de la ville d’ Aarhus, l’agence d’architecture pluridisciplinaire danoise N+P Arkitektur vient de terminer un astucieux projet. Il s’agit d’une villa qui conjugue à merveille la sobriété et les diverses matières.

Un ensemble cohérent

Située dans l’un des quartiers résidentiels de Højbjerg près d’Aarhus, l’habitation prend place sur un terrain très vallonné. Il a fallu donc que les architectes composent avec la topographie existante pour engendrer un ensemble cohérent qui optimise les surfaces.

La villa se compose d’une figure géométrique qui prend la forme d’un rectangle. Dans ce dernier, certaines zones sculptées créent des vides ainsi que des terrasses. La manière dont les architectes se sont emparés de la parcelle est assez intéressante. En effet, la maison épouse le terrain tout en offrant aux propriétaires une grande fonctionnalité.

Les espaces alternent l’intérieur et l’extérieur

Des dalles en béton marquent l’entrée du garage et de la maison tandis que des escaliers en béton sont liés directement avec les terrasses extérieures du premier étage. Les espaces de vie alternent astucieusement l’intérieur et l’extérieur qui par moment ne font qu’une seule et unique zone pour le plus grand plaisir des utilisateurs. De la route la maison ressemble à une boîte hermétique mais sa particularité se révèle à travers son volume complètement ouvert sur l’arrière de la parcelle où la lumière naturelle apporte à l’ensemble un doux jeu d’ombres et de lumière.

L’intérieur affiche des lignes épurées à la fois simple et sobres. Les matériaux principaux de la maison sont la brique, le béton, le bois de cèdre mais nous pouvons y trouver également quelques touches de cuivre. A la fois compacte et géométrique, la villa L.A. comporte bien des atouts.

© N+P Arkitektur
© N+P Arkitektur
© N+P Arkitektur
© N+P Arkitektur
© N+P Arkitektur
© N+P Arkitektur
© N+P Arkitektur
© N+P Arkitektur

Le site de N+P Arkitektur: ici.

Les photos : © N+P Arkitektur

Un gracieux pavillon flottant !

© Ana Cecilia Garza Villarreal

Au Mexique, à Monterrey, les architectes Cesar Guerrero et Ana Cecilia Garza ont réalisé un charmant petit pavillon qui flotte sur les eaux du lac Presa de la Boca. Le but des concepteurs était de créer un espace flottant, sans être forcément un bateau, pour partir à la découverte. Sobriété, subtilité et délicatesse sont au rendez-vous.

Un cadre idyllique

Tout d’abord il y a le cadre, un site exceptionnel avec des vues imprenables sur les environs. Et puis il y a la conception même qui se situe à mi-chemin entre une île à part entière et un pavillon flottant qui encadre le paysage.

L’ensemble est construit à travers une grille de 10,16 x 10,16 cm tramé de piliers de bois qui se trouvent tous les 80 cm, un petit clin d’œil aux diverses constructions du bord de l’eau de la région.Un subtil rappel qui replace la cabane dans son environnement.

Comme un catamaran

Avec sa superficie, le pavillon utilise un système de flottaison de huit réservoirs remplis d’air qui sont placés sur l’eau pour soutenir la structure en bois. Ses 25 colonnes occupent et habitent l’espace tout en offrant un endroit où les gens, une fois à l’intérieur, peuvent s’accrocher, au cas où ils perdent l’équilibre.

Le système de propulsion du pavillon flottant utilise une bande de tissu blanc attaché le long de la partie supérieure de la structure. Un peu comme un catamaran, cette bande sert à diriger l’ensemble selon le vent. Dans leur conception, les architectes ont allié maîtrise et intelligence, simplicité et sobriété, le tout pour un résultat subtil et flatteur.

© Ana Cecilia Garza Villarreal
© Ana Cecilia Garza Villarreal
© Ana Cecilia Garza Villarreal
© Ana Cecilia Garza Villarreal
© Ana Cecilia Garza Villarreal
© Ana Cecilia Garza Villarreal

Les photos : © Ana Cecilia Garza Villarreal

Le site de l’agence d’architecture S-AR: ici.

Au bord du lac

 

© Andreas Balon

En Autriche, l’architecte Alexander Diem basé à Vienne a réalisé une impressionnante villa qui semble sortir des contes des mille et une nuits. Découverte d’une remarquable maison familiale nichée dans son écrin naturel.

Une conception subtile

Malgré les quelques projets réalisés en Autriche, la villa au bord du lac marque un tournant dans la pratique de son architecte. Il ne s’agit non seulement d’un simple volume qui répond favorablement aux diverses exigences mais d’une conception subtile qui met en avant le savoir-faire de son architecte.

Selon l’architecte, la confidentialité est le thème central de cette maison familiale qui jouit d’un environnement naturel exceptionnel. En effet, les façades habillées de moucharabieh procurent une grande intimité aux habitants. Tout a été minutieusement pensé pour un résultat accrocheur. La construction célèbre la transition de l’univers public vers l’univers privé. Les escaliers, par exemple, sont considérés comme une zone secondaire et sont réduits à une simple nécessité en ce qui concerne la hauteur du plafond. En revanche, les salles de séjour sont organisées généreusement, avec des hauteurs de plafond jusqu’à 5,6 mètres.

Un doux jeu d’ombre et de lumière

La façade principale en bois reprend les motifs rustiques de la région. Les panneaux ajourés  sont variables et peuvent être maintenus ouverts ou fermés selon les besoins, ils procurent un doux jeu d’ombre et de lumière. La façade ne joue pas seulement le rôle de protection du soleil mais permet également de contrôler le degré d’intimité souhaitée. Tout en offrant de nombreuses possibilités, la maison est loin d’être isolée de ses environs immédiats. La villa au bord du lac répond au contexte spécifique où elle se trouve, c’est un petit bijou à découvrir sans tarder.

© Andreas Balon
© Andreas Balon
© Andreas Balon
© Andreas Balon
© Andreas Balon
© Andreas Balon
© Andreas Balon
© Andreas Balon

Le site d’ Alexander Diem : ici.

Les photos: © Andreas Balon

La petite maison de Seabeck

© Andrew Pogue

La petite maison de Seabeck est nichée dans une forêt luxuriante, située sur une falaise, orientée au nord et surplombant la Hood Canal. Avec des vues lointaines sur la baie de Dabob, cette petite perle est conçue par l’agence d’architecture mwworks basée à Seattle.

Simple et abstraite

C’est une construction simple et abstraite qui se niche au fond de la forêt et se caractérise par son extérieur brut contrastant avec un intérieur chaud et lumineux. Les propriétaires qui vivent à plein temps à Houston, au Texas, après avoir partagé de nombreux étés avec leur famille dans une propriété à proximité de Seabeck, ont souhaité posséder une petite « retraite » dans cette forêt. Les premières discussions de conception ont porté sur la création d’une structure compacte et moderne à la fois simple et peu coûteuse.

Le concept est né d’une idée qui réutilise une ancienne cabane située sur la parcelle. Le résultat est une boîte simple avec de grandes ouvertures sculptées dans le toit et les murs. L’ensemble jouit d’une vue imprenable sur les environs. Un mince auvent marque l’entrée et encadre les vues du canal ci-dessous. Les façades nord et ouest plus transparentes reflètent le paysage ainsi que la vue éloignée. Avec des vues principales sur l’eau, les façades sud et est offrent une belle vue sur l’allée principale ainsi que sur les propriétés avoisinantes. Les lucarnes prennent place sur le toit, apportant une grande luminosité à l’intérieur où les propriétaires peuvent même admirer les étoiles.

La cabane moderne

Les panneaux de remplissage en bois de cèdre noir et oxydé ainsi que le ciment noirci constituent un beau revêtement extérieur tandis que le contreplaqué de pin contribue à réchauffer l’ambiance intérieure. A l’ouest de la maison se trouve une grande terrasse qui ouvre généreusement l’intérieur sur l’extérieur. La petite cabane a finalement servi d’outil efficace pour guider le processus de conception. L’accent a été mis sur l’essentiel. Le projet qui en résulte espère capturer l’essence de la cabane moderne de petite taille mais offrant les mêmes caractéristiques d’une maison de vacances. Un projet qui habite le lieu et c’est à découvrir sans tarder.

© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue
© Andrew Pogue

Le site des architectes mwworks: ici.

Les photos : © Andrew Pogue

Plastique mais pas que…

Dans la commune catalane de Sant Joan les Fonts, les architectes Eduard Callís et Guillem Moliner de l’agence Unparelld’arquitectes basée à Olot, ont réalisé une charmante maison située sur le sommet de la colline. Subtile, la construction établit une relation avec la campagne environnante.

Une structure orthogonale

Contrairement à la nature rugueuse du béton qui forme l’enveloppe, la forme concave des plafonds offre une deuxième peau raffinée visible de l’intérieur de la maison. Le bâtiment, d’apparence compacte, est situé au sommet d’une colline à la périphérie de la ville. On pourrait dire que la maison sied parfaitement à son environnement. La façade nord présente une belle courbure qui épouse avec délicatesse la forme géométrique de la route. En revanche, la façade sud possède une forme concave qui embrasse le jardin.

Cette apparente divergence dissimule une structure orthogonale. L’ensemble peut être perçu comme une maison rectangulaire avec un toit en pente. L’ensemble est conçu avec des structures qui gagnent en inertie grâce à leurs formes courbées. La coquille est perforée avec précision, elle présente, en plus des portes-fenêtres du porche, deux trous carrés de taille différente. Chaque fenêtre répond à une position, une lumière et un point de vue sur le paysage idyllique environnant.

Aux espaces singuliers

L’intérieur est simple et sobre. À l’étage supérieur, les chambres sont définies par l’intrados des deux pentes du toit. Le rez-de-chaussée est conçu comme un seul espace avec des zones et des coins différenciés. La structure voûtée contribue essentiellement à singulariser les espaces, couronnant chacune des fonctions qui s’y déroulent.

Contrairement à la nature rugueuse du béton trouvé à l’extérieur, le plafond participe à la création d’une doublure raffinée à l’intérieur de la maison. La couleur blanche donne un sentiment de générosité à l’ensemble des intérieurs qui affichent des lignes épurées. La maison de Sant Joan les Fonts est une belle construction qui conjugue à merveille fonctionnalité et plasticité.

© Pep Sau
© Pep Sau
© Pep Sau
© Pep Sau
© Pep Sau
© Pep Sau
© Pep Sau
© Pep Sau

Le site de l’agence unparelld’arquitectes: ici.

Les photos : © Pep Sau