Archives du mot-clé maison

A São Paulo, une charmante maison signée spbr arquitectos

© Nelson Kon

Une charmante maison avec une impressionnante piscine sur le toit et une vue dégagée sur la ville, il s’agit bien d’une réalisation d’exception signée par les talentueux architectes de l’agence spbr. C’est à São Paulo que se trouve ce petit bijou sur une parcelle idyllique entourée d’autres habitations.

Situé non loin de l’avenue la plus connue de la cité, dans l’un des principaux quartiers résidentiels de São Paulo, la maison conçue par les architectes de l’agence spbr outre ses diverses qualités visibles de l’extérieur, comprend un agencement intérieur de bonne facture.

En effet, mis à part la piscine, le solarium et le jardin qui sont visibles des environs, le reste du programme est composé d’une chambre à coucher, d’un petit studio pour le gardien ainsi qu’un bel espace de réception.

La piscine sur le toit

La curiosité de cette maison qui allie subtilement le béton brut, le bois et le verre est la piscine ouverte du dernier étage. Tandis que d’autres architectes placent cette dernière soit au sous-sol, soit dans le jardin et entouré d’une végétation luxuriante, les architectes de spbr ont fait le choix de la hisser au dessus des toits. Un parti pris plus difficile à gérer tout au long d’un chantier mais qui fait sans aucun doute le bonheur de ses utilisateurs.

Dans ce site spécifique, la hauteur moyenne des autres habitations ne dépasse pas les six mètres suivant le code d’urbanisme du quartier, de quoi prendre un peu de hauteur pour admirer le paysage alentour tout en se prélassant dans l’eau. Dans cette métropole de 20 millions d’habitants, les habitants de cette maison n’ont probablement plus besoin de s’attarder dans les bouchons mais une fois le week-end arrivé, il suffit de monter quelques étages pour oublier ne serait-ce qu’un peu leur quotidien chargé. La ville aussi grande soit-elle peut devenir un agréable lieu de villégiature.

© Nelson Kon
© Nelson Kon
© Nelson Kon
© Nelson Kon
© Nelson Kon
© Nelson Kon

Le site de l’agence d’architecture spbr arquitectos : ici.

Les photos: © Nelson Kon

Une maison tout en béton

© Gustav Willeit

Une maison de trois étages entièrement en béton prend place dans l’une des pentes raides de la vallée d’Eisack, au Tyrol du Sud. Réalisée par l’architecte Andreas Gruber, l’ensemble s’avère être un petit bijou dans un écrin de verdure.

Le cadre montagneux de l’Italie du nord et la parcelle escarpée comportaient, dès le départ, une certaine difficulté. A cela s’ajoute le nombre des restrictions ainsi que de réglementations, le tout dans le soucis d’engendrer une architecture innovante qui s’adapte à l’environnement alpin. « Les conditions climatiques spéciales dans les Alpes, ainsi que les exigences des directives nationales d’économie d’énergie, nous ont obligé à réfléchir à la façon dont l’application des matériaux de construction peut être optimisée sans la production de déchets », explique Andreas Gruber.

Quand le béton devient écologique

La résidence est construite à partir d’une variété poreuse de béton, connue sous le nom de Dämmbeton. Utilisé pour former des murs de 60 centimètres d’épaisseur, le matériau a été choisi pour son efficacité thermique, mais aussi parce qu’il est recyclable, ce qui permet de réduire l’empreinte carbone du bâtiment.

La conception prévoit que les murs en béton texturé permettront le développement de la végétation sur le bâtiment, avec le temps, ce dernier fera partie du paysage. La maison comprend trois chambres et une salle de bain ainsi qu’une salle de séjour, une salle à manger, une cuisine et un espace multifonctionnel.

A l’intérieur, les murs rugueux côtoient astucieusement les parois couverts de bois ou d’autres présentant une couleur blanche immaculée. Le contraste est saisissant et l’ensemble affiche un joyeux mélange de textures. L’architecte donne une grande importance aux ouvertures qui encadrent de belles perspectives donnant sur les Dolomites.

Les différentes pièces se regroupent autour d’un escalier central à la fois sobre et plastique qui mène aussi vers un autre point focal de la maison que l’architecte a voulu présenter comme un salon moderne. La maison conçue par Andreas Gruber présente une structure écologique, élaborée avec un béton isolant. Il s’agit de mettre en application d’une nouvelle génération du matériau qui trouvera probablement des admirateurs. Raffinement et sobriété qualifient ce projet.

© Gustav Willeit
© Gustav Willeit
© Gustav Willeit
© Gustav Willeit
© Gustav Willeit
© Gustav Willeit

Le site de l’agence d’architecture Andreas Gruber Architect : ici.

Les photos : © Gustav Willeit

A Brasilia, une réhabilitation signée Debaixo do Bloco

 

© Joana França

Au Brésil, l’agence d’architecture Debaixo do Bloco a eu le rôle de requalifier une charmante résidence construite par l’un des maîtres de l’architecture du bois, le brésilien Zanine Caldas. Une intervention délicate, minutieuse et esthétique.

Construite à Brasilia en 1988, la maison possède une vue privilégiée d’où il est possible de voir les principales œuvres architecturales de la capitale. L’idée initiale du projet était de maintenir l’identité et la griffe de Zanine surtout concernant les éléments emblématiques de la maison brésilienne. La structure apparente en bois de la bâtisse a été maintenue d’une part pour magnifier la symétrie et d’autre part pour devenir le principal élément esthétique et architectural de l’ensemble.

l’architecture moderniste sous son plus beau visage

Les diverses petites interventions des architectes apparaissent notamment dans l’étude de l’éclairage ainsi que dans les ouvertures qui privilégient surtout l’impressionnante vue sur les environs. Le rajout de transparence a été déterminant pour la réhabilitation, ce qui crée une harmonie entre l’architecture intérieure et la nature environnante. Les murs de verre procurent différentes couleurs à l’intérieur selon l’heure de la journée.

A l’intérieur de la maison, la ventilation naturelle offre un confort thermique optimal à un environnement entièrement translucide où l’architecture moderniste se révèle sous son plus beau visage. Les pièces iconiques d’Oscar Niemeyer et de Lina Bo Bardi cohabitent délicieusement avec d’autres créations plus récentes. Quant à la mezzanine, elle est composée d’un bureau qui donne une vue plongeante sur l’ensemble de la maison. Entouré des murs en briques, ce petit coin privilégié jouit d’un emplacement exceptionnel.

A l’extérieur se trouve une belle piscine entourée d’une végétation luxuriante, elle procure un cadre exceptionnel aux habitants de la maison. Cette dernière réhabilitée peut toujours continuer à vivre.

© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França
© Joana França

Le site de Debaixo do Bloco Arquitetura : ici.

Les photos: © Joana França

Au Chili, une charmante maison de vacances en béton

© Oliver llaneza

Au Chili, dans la région de Valparaiso, l’architecte Raimundo Anguita vient de livrer une maison de vacances qui profite pleinement du contexte pour apporter un maximum de confort à ses propriétaires. Subtilité, luminosité mais aussi une infinie sensibilité sont au rendez-vous.

La villa est située sur la côte centrale, au bord de la mer entre les villes de Zapallar et de Papudo. Il s’agit de l’un des endroits les plus courus pour les vacances d’été du littoral chilien. Un contexte d’exception que l’architecte a mis au profit pour y engendrer une charmante construction en béton dont la parcelle couvre près de 3000 m² de surface.

La maison se compose de deux zones distinctes qui s’ouvrent vers une cour centrale extérieure. Une douce communion est ainsi créée entre l’intérieur et l’extérieur. Chaque pièce constitue à elle seule un charmant espace de contemplation.

Quand le béton croise le bois

Un toit incurvé en béton brut couvre le salon, la salle à manger ainsi que la terrasse, ce qui confère à cette dernière une spécificité unique à mi-chemin entre l’extérieur et l’intérieur. Un jardin couvert où donnent les chambres mène à une espace qui jouit d’un point de vue exceptionnel sur le voisinage. À l’exception de cette pièce, le reste de la maison se trouve au rez-de-chaussée avec l’intention de faciliter les rassemblements et la vie familiale, des éléments essentiels pour une maison de vacances.

L’intérieur de la villa présente un gracieux univers ponctué par la présence du béton et du bois. Tandis que ce dernier donne une sensation de chaleur, le béton se révèle sous sa plus belle tenue, brutal il met en avant tout ce qui le contient. Les murs parés de grands tableaux ne détournent pas pour autant la vue de l’océan. Un panorama époustouflant qui aide à l’évasion. Dans cette maison de vacances aussi particulière, tous les éléments semblent être réunis pour une architecture d’exception qui pousse à la découverte.

© Oliver llaneza
© Oliver llaneza
© Oliver llaneza
© Oliver llaneza
© Oliver llaneza
© Oliver llaneza

Le site de l’agence d’architecture de Raimundo Anguita : ici.

Les photos: © Oliver llaneza

Une maison de vacances signée Cometa architects

© Dimitris Kleanthis

En Grèce, dans un lieu paradisiaque, les architectes de l’agence Cometa ont réalisé une résidence qui habite la pente et octroie de magnifiques panorama à ses habitants. Modernité et tradition se croisent pour un résultat accrocheur.

La maison se situe dans les Cyclades, adaptée au climat méditerranéen, elle s’inspire des constructions traditionnelles tout en affichant des caractéristiques nouvelles. De même, les architectes qui ont utilisé les matériaux locaux donnent une grande importance à l’économie d’énergie.

La maison est destinée pour accueillir une famille de quatre personnes, elle comporte trois entités facilement identifiables. Tandis que l’un des volumes comprend le salon, la salle à manger et la cuisine, les deux autres sont dédiés à la circulation et à la partie nuit. Le matériau principal choisi est la pierre locale, soigneusement fabriquée, elle donne une belle prestation à l’ensemble.

Une technique traditionnelle

L’exercice le plus difficile est le paysage escarpé, c’est pourquoi, les architectes ont opté pour une construction traditionnelle communément appelée «kotounto». Cette technique consiste à séparer par endroits l’édifice de la roche. Mis à part ce procédé traditionnel qui est principalement utilisé pour drainer les eaux provenant de la montagne et laissant les murs et les fondations à sec, la maison comprend une installation de chauffage par le sol. Ce dernier est généré par des radiateurs solaires installés sur le toit. Le refroidissement s’effectue grâce à une ventilation croisée. Enfin, l’eau de pluie est recueillie dans les trois toits et elle stockée dans un réservoir souterrain.

Les architectes ont également conçu tout l’intérieur de la maison, ils ont arrangé l’ensemble avec des meubles minimalistes souvent intégrés dans la structure intérieure blanchie à la chaux, un univers très caractéristiques des îles des Cyclades. Néanmoins, un détail très intéressant peut interpeller les visiteurs, il s’agit de l’utilisation de la corde comme matériau de décoration comme la couverture de la pergola ou la rampe qui mène au deuxième étage. Le projet qui a été achevé en 2016 a remporté une mention honorable pour le Best New Built Project de l’architecture grecque en 2017. Une maison qui est en harmonie avec son environnement.

© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis
© Dimitris Kleanthis

Le site de Cometa architects: ici.

Les photos: © Dimitris Kleanthis

Pour un photographe

© Johan Dehlin

A Londres, sur une parcelle étroite, l’agence d’architecture 6a architects a réalisé, pour le photographe Juergen Teller, une série de trois édifices accompagnés de leurs jardins. Une douce conversation entre ancien et nouveau ou même un impressionnant dialogue entre architecture et paysage se dégage de l’ensemble.

Les murs extérieurs, en béton, façonnent les nouveaux bâtiments qui touchent les briquent des édifices existants. Il s’agit d’un projet construit pour accueillir des bureaux, des archives, un studio, une cuisine, une bibliothèque et plusieurs dépendances comprenant une salle de yoga et un sauna. Les trois jardins, conçus par Dan Pearson Studio et inspirés par les jardins urbains qui se forment naturellement dans des coins délaissés de la ville, introduisent une série de terrasses ouvertes qui mettent joyeusement en diapason l’intérieur et l’extérieur.

D’autres détails viennent égayer l’ensemble architectural comme le coffrage en bois qui révèle la texture du béton ou le traitements des assemblages des volumes avec les briques des façades alentours. Une terrasse sur le toit offre une vue panoramique de la ville où l’on peut distinguer les cheminées en terre cuite et les jardins voisins.

Lumineuse mais pas que

Cependant, l’un des fils conducteurs qui caractérise l’ensemble est le traitement de la lumière. Une parfaite maîtrise de la part des architectes qui ont tout orchestré pour que la luminosité ne gêne pas les utilisateurs des lieux tout en leur offrant des espaces clairs mis en valeur à travers de gracieux jeux d’ombre et de lumière. Donnons par exemple le hall d’entrée qui est éclairé d’une manière zénithale par un espace en hauteur triple, traversé par un pont en treillis métallique.

Le bureau de style atelier est l’espace public du projet, il est relié au monde extérieur par une grande fenêtre orientée vers la rue. Le bâtiment central du studio est une pièce comportant des espaces de rangement suspendus qui abaissent la hauteur du plafond.

Les architectes ont choyé le côté passif du projet, ainsi la ventilation est naturelle et l’isolation exemplaire. Une performance énergétique optimale est obtenue grâce à plusieurs procédés comme la structure en bois, le triple vitrage, la collecte de l’eau de pluie pour une réutilisation dans le jardin. N’oublions pas la présence des panneaux photovoltaïques et solaires qui agissent sur l’indice de durabilité de l’édifice. Bref, c’est une résidence aux divers atouts à découvrir sans tarder.

© Johan Dehlin
© Johan Dehlin
© Johan Dehlin
© Johan Dehlin
© Johan Dehlin
© Johan Dehlin
© Johan Dehlin
© Johan Dehlin

Le site de 6a architects : ici.

Les photos: © Johan Dehlin

Le béton dans toute sa splendeur

© David Roche

En Australie, l’agence d’architecture Smart Design Studio a réalisé une maison atypique pour la collectionneuse d’art Judith Neilson. La façade sculpturale en béton est conçue pour illuminer indirectement l’intérieur de la galerie. Il en résulte une forme artistique à part entière.

La résidence conçue par Slam Design Studio est située dans la banlieue de Chippendale à Sydney. La façade en béton sculpté module la lumière du jour grâce aux formes géométriques que les architectes ont donné à la matière.

Le projet se trouve non loin du nouveau quartier du One Central Park, les tours recouvertes de végétations conçues par Jean Nouvel. Les surfaces sculptées se courbent vers l’extérieur pour s’adapter aux ouvertures conçues et faire entrer la lumière naturelle. « La façade en béton de l’Indigo Slam est vivante grâce aux changements provoqués par la lumière, l’ombre, le soleil et les nuages » ont déclaré les architectes.

Les surfaces lisses créent des formes qui offrent un joli jeu d’ombre et de lumière. Un spectacle qui plaît à tout visiteur. L’effet est particulièrement prononcé dans le hall où un escalier spectaculaire, ressemblant à un long couloir illuminé par une lumière zénithale, mène vers les étages. Selon les architectes, il s’agit d’un espace singulier, à la fois grandiose et rude qui invite à la découverte.

Une esthétique raffinée

Les zones de vie sont plus petites et procurent une sensation d’intimité. Au premier étage, les chambres à coucher donnent sur le parc tout en gardant une grande part d’intimité grâce au jeu de la façade. Tandis que la cuisine tout aussi bien éclairée donne vers la rue. Les matériaux épurés accordent à l’intérieur une esthétique raffinée que la qualité de la lumière met en valeur. Un univers qui constitue une toile de fond appropriée pour la collection d’art qu’elle est censée abriter.

Les lamelles verticales incorporées derrière les vitres permettent de contrôler l’intimité des espaces intérieurs. Les fenêtres à auvent peuvent également s’ouvrir grâce à un mécanisme en laiton qui régule le procédé. La décision d’opter pour le matériel mécanique plutôt que le matériel informatique reflète la volonté de la durabilité.

La maison figurait parmi les gagnants des Australian National Architecture Awards 2016, il s’agit d’une curiosité à découvrir.

© David Roche
© David Roche
© David Roche
© David Roche
© David Roche
© David Roche

 

Le site des architectes de Smart Design Studio: ici.

Les photos : © David Roche

De verre et d’acier

© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal

Les murs entièrement vitrés assurent aux propriétaires de cette résidence conçue par Penelas Architects les meilleures vues possibles sur une forêt pittoresque du Las Rozas située non loin de la capitale espagnole. Il s’agit d’un pavillon atypique de deux étages caché dans une clairière que les propriétaires peuvent utiliser comme une retraite ou un espace de médiation.

La forêt dense et l’emplacement rural garantissent aux résidents beaucoup d’intimité, tandis que les grands vitrages de la structure en acier rouge  fournissent à chaque pièce des vues pittoresques. Enfoui dans la forêt, le pavillon de 70m² est à peine perceptible vu la luxuriante végétation qui l’entoure et entretient des liens très rapprochés avec la nature environnante. En effet, la façade arrière du niveau supérieur est inclinée pour que la construction ne gêne pas le chêne vert de 200 ans.

Comme un mirador

La terrasse donne sur une petite cascade située sous la maison. Une série de plates-formes échelonnées et disposées autour de la résidence mènent à un jardin de niveau supérieur qui se trouve à l’arrière de l’édifice. Un escalier en métal qui s’élève à travers une tour de verre relie les deux étages de la maison et conduit à la terrasse sur le toit.

A l’intérieur de la maison, les architectes ont utilisé des finitions en bois de cerisier, y compris les armoires de la cuisine, le tout dans une infinie sobriété. L’acier, le verre et le bois de cerisier forment un joyeux mélange où l’élégance est le mot d’ordre. Les chambres à coucher et la salle de bain occupent l’étage inférieur.

La maison de Las Rosas réalisée par Penelas Architects est un joyeux bijou dans un écrin de verdure qui, à travers sa transparence, constitue un joli mirador qui guette le passage des quatre saisons.

© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal
© Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal

Le site de Penelas architects: ici.

Les photos: © Miguel de Guzmán – Imagen Subliminal