Archives du mot-clé maison

Quand les formes simples émeuvent

 

© yoon, joonhwan

Quand l’architecture se défait des accessoires ou des couleurs, elle puise dans l’essentiel et retrouve la simplicité des formes, elle devient authentique. Le projet de l’agence coréenne Rieuldorang atelier en est l’un des exemples.

Puiser dans l’architecture traditionnelle

La maison se trouve à 30 minutes d’Ulsan, la ville portuaire située au sud-est de la Corée du Sud et donnant sur la mer du Japon. C’est dans cet environnement idyllique, très fréquenté pour son architecture vernaculaire, entre mer et montagne, que l’agence d’architecture Rieuldorang a réalisé son projet. Ce dernier se caractérise par une infinie simplicité qui puise dans l’architecture traditionnelle de la région pour mieux s’exprimer.

Pour découvrir la beauté des choses ordinaires, il est donc nécessaire d’avoir une sensibilité poétique qui va au-delà d’une simple manifestation esthétique. Les architectes ont fait tout leur possible pour regarder l’ensemble avec un point de vue différent. Une architecture qui procure l’émotion a donc été engendrée, aussi simple que fonctionnelle, aussi épurée que pratique.

Pour mieux s’exprimer

La parcelle où se trouve la maison ne présente aucune inclinaison et les résidences voisines sont dotées de diverses configurations. Dans leur conception, les architectes ont eu recours à une charmante astuce, il s’agit d’évider le volume d’une boîte pour y insérer les fonctions. Ainsi, l’espace libre sous la forme d’un pignon devient l’une des entrées de la maison. A l’intérieur, les différents espaces libérés de toute contrainte sont lumineux, ils génèrent une multitude de perspectives où la spatialité n’est jamais la même.

Selon les architectes, l’une des exigences des propriétaires est l’espace sous les avant-toits. Dans les logements de banlieue, ces derniers jouent un rôle très important. Beaucoup de choses difficile à faire dans un autre espace sont possibles sous les combles qui reste un lieu s’apprêtant à plusieurs activités et quelque soit la météo. Par ailleurs, les concepteurs affirment que l’histoire fait partie de tout projet et que l’architecture, comme l’art, s’inscrit toujours dans cette éternelle chronologie.

La maison qui se trouve à Ulsan est donc un doux métissage de tradition et de nouveauté , d’espace ouvert et fermé qui prend forme sous les traits d’une architecture où la sensibilité et la justesse ne font qu’un.

© yoon, joonhwan
© yoon, joonhwan
© yoon, joonhwan
© yoon, joonhwan
© yoon, joonhwan
© yoon, joonhwan
© yoon, joonhwan
© yoon, joonhwan

Le site de Rieuldorang atelier : ici.

Les photos : © yoon, joonhwan

A São Paulo, Marcio Kogan signe un ouvrage poétique

© Fernando Guerra / FG + SG

C’est une charmante maison qui se dresse dans les environs de São Paulo, au Brésil. Réalisée par l’agence d’architecture Studio mk27, la résidence de béton et de bois dialogue subtilement avec l’extérieur.

De béton et de bois

Située dans les environs de São Paulo au Brésil, un pays où l’architecte a construit un grand nombre d’ouvrages significatifs, la « Redux House » est un bel exemple poétique. L’architecte y utilise un système de construction élémentaire caractérisé par des dalles en béton et des blocs d’habitation jouant chacun un rôle spécifique tout en se greffant sur un plan libre et ouvert sur le paysage.

L’architecture de Marcio Kogan semble hériter de l’enthousiasme ambiant des États-Unis d’après la seconde guerre mondiale. L’Amérique victorieuse proposait alors un nouveau style de vie, en accord avec l’air du temps. Nous trouvons des ouvrages optimistes sous la forme d’habitations où les espaces visent à un subtil dialogue entre l’intérieur et l’extérieur, ou encore entre l’espace et l’environnement.

Le plan libre

A l’image des Case Study Houses, l’utilisation de deux dalles, l’une pour le plafond et l’autre pour le sol, libère complètement le plan de la maison. À l’intérieur, les fins piliers structurels sont masqués par quatre quadrilatères qui divisent les espaces en fonction de leur rôle comme les chambres à coucher, la cuisine et les sanitaires et finalement les divers locaux techniques. Sur trois côtés, des baies vitrées qui s’étendent sur toute la hauteur des façades

Construite en hauteur, la villa signée de Marcio Kagan a été conçue pour valoriser la nature environnante, un paysage typique ainsi qu’une forêt luxuriante. Le plan en « L » prévoit un seul étage couvert ainsi qu’une piscine située au même niveau. Il s’agit en somme d’un petit bijou qui vaut la découverte.

© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG
© Fernando Guerra / FG + SG

Le site de Studio mk27 : ici.

Les photos : © Fernando Guerra / FG + SG

En Malaisie, une atypique maison signée Formzero

 

© Ronson Lee

En Malaisie, à Kuala Lumpur, en bordure d’une forêt protégée, les architectes de l’agence Formzero ont réalisé une maison atypique qui entretienne une relation étroite avec la nature environnante. Originalité mais aussi sobriété et luminosité sont au rendez-vous.

Restaurer la relation avec l’espace voisin

Dans leur conception, les architectes ont privilégié le rôle essentiel de la fenêtre qui se définit comme une ouverture vers l’espace extérieur. Selon les architectes, quand une maison est entourée par d’autres maisons, la relation avec la nature environnante est immédiatement brisée.  Comment cette réalisation pouvait donc restaurer la relation avec l’espace voisin sans compromettre la vie privée des usagers?

Pour répondre à cette question, le concept de la « casa de la Ventana » réunit trois approches, le tout en manipulant à merveille la forme ainsi que la fonction de la fenêtre. Ce faisant, le but de ce projet est de renforcer le lien entre les habitants de la maison et le contexte alentour tout en réalisant un projet fonctionnel et gracieux.

Comme une coquille

La maison est enveloppée d’une couche supplémentaire de béton perforé qui ressemble à une coquille. Outre le rôle de protection thermique, la carapace régule aussi la vie privée des propriétaires des lieux. Entre la maison et son habit en béton, se trouve un paysage à plusieurs niveaux a été créé. Ce dernier donne l’impression d’un intérieur coquet même si l’ensemble se trouve physiquement à l’extérieur.

Les espaces aux différentes fonctions sont dotées de diverses ouvertures. Pour créer une expérience visuelle spécifique à chaque pièce, la proportion et la position de chaque fenêtre dans les façades nord et sud sont minutieusement étudiées. Au lieu d’imposer une esthétique arbitraire, la façade devient un tableau collectif qui relie les différentes pièces. En plus d’améliorer la qualité de la vue, les fenêtres sont délimitées avec des avant-toits profonds, chaque vue est capturée dans un cadre d’image.

A l’instar d’un film, les habitants peuvent apprécier chaque image à part entière, le tout dans un ensemble cohérent qui place la maison dans son environnement.

© Ronson Lee
© Ronson Lee
© Ronson Lee
© Ronson Lee
© Ronson Lee
© Ronson Lee
© Ronson Lee
© Ronson Lee

Le site de Formzero : ici.

Les photos : © Ronson Lee

La maison sur la pente

© Katherine Lu

Dans l’une des banlieues qui se trouvent au nord de Sydney, les architectes de l’agence BIJL Architecture ont remodelé une résidence familiale qui a subi longtemps divers changements. Sobriété et grâce sont au rendez-vous.

Croiser l’ancien et le nouveau

A première vue, c’est l’emplacement qui attire l’attention. En effet, il s’agit d’une construction perchée qui assure de majestueuses vues à ses habitants. L’ensemble, qui se compose d’un doux croisement d’ancien et de nouveau, est situé sur une parcelle escarpée entourée d’une luxueuse végétation.

L’une des caractéristiques de la maison consiste dans les intérieurs. Ces derniers datant l’entre-deux-guerres avait été changés à plusieurs reprises. Il fallait donc y travailler d’une manière méticuleuse pour rendre l’ensemble accueillant et lumineux tout en gardant l’esprit de l’ancien. Les architectes ont avant tout repensé la réarticulation des flux de toute la maison avec son rez-de-chaussée et sa salle de musique renouvelée tout en gardant un accès à la cave creusée dans la pente.

Ouvrir l’intérieur sur l’extérieur

Dans le but de simplifier l’aménagement intérieur et d’ouvrir l’ensemble sur l’extérieur, tous les cloisons excédentaires ont été démontées, le toit étant ponctué de profonds puits de lumière. Les grandes portes coulissantes vitrées permettent à la maison de se fondre avec son environnement ponctué d’extraordinaires jardins subtropicaux et d’une belle piscine.

L’intérieur de la maison présente des traits épurés, l’agencement comporte un mobilier où l’on reconnaît la patte de grands noms des maîtres de l’architecture. Les grandes baies vitrées assurent la luminosité qui s’accentue en présence de la couleur blanche des murs. Les architectes de BIJL Architecture ont repensé l’ensemble sans pour autant toucher à l’essentiel. La maison entreprend ainsi un subtil dialogue avec le site.

© Katherine Lu
© Katherine Lu
© Katherine Lu
© Katherine Lu
© Katherine Lu

Le site de BIJL Architecture : ici.

Les photos : © Katherine Lu

En Corée, une résidence familiale de couleur sombre

© Kim Jaekyung

Réalisée par les architectes de l’agence coréenne KYWC Architects la « Pangyo J Residence » épouse une pente douce et attire l’attention par sa couleur sombre et ses traits raffinés.

Épouser de la pente

Située dans la ville résidentielle de Seongnam-si au sud-est de la capitale coréenne, la maison réalisée par KYWC Architects se démarque de ses voisines. Construite pour une famille et leur chat, la résidence profite de la pente naturelle malgré l’exiguïté de la parcelle.

Une petite cour sécurisée se trouve devant la maison, ainsi la famille peut profiter de la salle de séjour à sa guise et à l’abri des passants. La terrasse sur le côté supérieur présente en son sol des pierres plates pour permettre diverses activités en extension de la cuisine et de la salle à manger. La légère différence de niveau confère une fonction et une caractéristique uniques à chacun des deux jardins.

L’enveloppe est drapée en acier

La pente se reflète également dans l’espace intérieur, créant des changements de niveau au rez-de-chaussée. Cela devient un terrain de jeu naturel pour le chat. Au deuxième étage, l’arche subtile de la chambre et le plafond incliné de la salle de lecture contrastent entre eux. La maison fait face à la rue, les pièces jouissent donc toutes d’une seule orientation.

L’enveloppe extérieure de la villa consiste en une plaque en acier de couleur gris anthracite. L’atypique cadrage des ouvertures ajoutent une douce profondeur à la façade. L’intérieur présente des espaces sobres où la couleur blanche, le revêtement en bois et les briques cohabitent astucieusement. Les grandes baies vitrées ouvertes sur les deux espaces verts amène une grande luminosité à l’ensemble. A la fois énigmatique et épurée, la maison de Seongnam-si est une curiosité à découvrir sans tarder.

© Kim Jaekyung
© Kim Jaekyung
© Kim Jaekyung
© Kim Jaekyung
© Kim Jaekyung
© Kim Jaekyung
© Kim Jaekyung
© Kim Jaekyung

Le site de KYWC Architects : ici.

Les photos : © Kim Jaekyung

A Curitiba, le béton encore et toujours

 

© Fernando Zequinão

Situé dans un quartier résidentiel de Curitiba, le projet élaboré par l’agence brésilienne Elmor Arquitetura est une annexe d’une maison comprenant une piscine intérieure qui sert également de zone de loisirs.

Une douce coexistence

Le projet vise à enrichir l’ensemble architectural à travers un nouveau volume qui exprime esthétiquement son caractère résidentiel d’une manière contemporaine sans heurter la construction existante. L’accessibilité, les dimensions, les circulations ainsi que les matériaux ont été conçus selon le souhait des propriétaires des lieux.

La construction consiste en un volume rectangulaire de 18 mètres de long et de 8 mètres de large, elle est réalisée en béton brut où apparaissent merveilleusement les lattes de bois. Le verre rajoute une touche de contemporanéité à l’ensemble et son croisement avec le béton donne au projet un côté intemporel charmant. De grandes portes coulissantes en verre s’ouvrent complètement permettant un accès libre à l’extérieur, une manière d’agrandir le salon tout en brouillant les limites de l’intérieur et de l’extérieur. Quant à la piscine, le jardin et les terrasses, ils offrent de multiples usages pour diverses activités.

Un exemple de durabilité

Sur la partie nord de la résidence, la terrasse est couverte par un large abri en béton. Suivant certains principes de durabilité, la conception proposent plusieurs ouvertures d’air qui permettent une ventilation transversale tout au long de la journée en refroidissant le bâtiment. Le revêtement du sol est un mélange de quartz et de marbre, il allie durabilité et fonctionnalité. Tout l’éclairage du projet a été réalisé sur des lampes à LED.

À l’intérieur l’espace est ponctué de grands panneaux de bois de noyer, un matériau de faible impact environnemental qui, en plus de ses caractéristiques esthétiques, régule la température. Les panneaux en bois cachent également les armoires et le grill. Le même procédé a été utilisé dans le salon, où un panneau de bois couvre le home cinéma et camoufle la porte de la salle de bain. Pour accéder à l’intérieur, les utilisateurs des lieux devront emprunter l’une des portes coulissantes vitrées dont l’existence brouille les barrières entre la maison principale, l’annexe et les jardins environnants. L’idée permet de créer plusieurs configurations offrant la possibilité d’isolement ou d’interaction pour chaque volume.

A Curitiba, Elmor Arquitetura a réalisé une construction simple et subtile qui met le béton sur un piédestal.

© Fernando Zequinão
© Fernando Zequinão
© Fernando Zequinão
© Fernando Zequinão
© Fernando Zequinão
© Fernando Zequinão

Le site de l’agence Elmor Arquitetura : ici.

Les photos : © Fernando Zequinão

Au Danemark, la première « maison biologique » au monde ouvre ses portes

© Kebony Technology

Au Danemark, la société Een til Een vient de dévoiler la première «Maison biologique» qui établit un nouveau standard élevé pour les bâtiments respectueux de l’environnement.

Recyclage des déchets agricoles

Les concepteurs ont développé un procédé qui convertit les déchets de l’industrie agricole comme l’herbe, la paille et les algues en matériaux de construction bruts et la maison qui en résulte ne laisse pratiquement aucun impact sur l’environnement.

Situé à Middelfart, au Danemark, et fabriqué à partir de matériaux recyclés la « Biological House » est un concept moderne, durable et modulaire axé sur l’architecture, les matériaux et la qualité de l’air intérieur. Les matériaux qui ont constitué jusque là des déchets, sont plutôt transformés en matériaux de construction naturels formant la majeure partie des matières premières nécessaires pour le projet et évitant ainsi l’impact environnemental que leur brûlure pourrait causer.

Soutenus par le Fonds du ministère danois de l’environnement pour la construction écologique, les architectes ont construit la maison écologique en secret pour le nouvel écoparc BIOTOPE de Middelfart, au Danemark. Le projet, a été conçu par une technologie de production numérique avancée, était avant tout guidé par la durabilité à chaque étape.

Un projet novateur

La conception et la construction de ce projet novateur ont été un processus rigoureux, avec des techniques innovantes testées et développées tout au long du processus. Au lieu d’une fondation en béton traditionnelle, qui selon les architectes nécessite beaucoup de carbone et ne permet pas la même recyclabilité, le bâtiment repose sur des pieux vissés, généralement utilisés pour la construction de fondations profondes avec un minimum de vibration. Cela permet à la maison d’être facilement enlevée à tout moment, sans causer de dommages au terrain.

Les architectes ont trouvé divers «restes» agricoles pour les matériaux de construction du projet. Des monticules d’herbe, de paille et d’algues récupérées étaient ainsi transformés en matières premières destinées à la construction de la maison. Non seulement les produits ont été recyclés, mais l’impact environnemental de leur combustion a été évité.

Le revêtement sophistiqué de la maison a également été choisi pour son fort profil écologique. La société Kebony modifie les résineux issus de sources durables en chauffant le bois avec un liquide biosourcé, polymérisant fondamentalement la paroi cellulaire du bois. Ce procédé innovant, qui a été développé en Norvège, enveloppe les pièces de bois résineux dans des panneaux de bois dur durables. Dans le cas de la maison biologique, le revêtement argent-gris développera une patine au fil du temps, donnant à l’ensemble un caractère rustique.

La « Biological House » est devenu en très peu de temps un exemple à suivre.

© Kebony Technology
© Kebony Technology
© Kebony Technology
© Kebony Technology
© Kebony Technology
© Kebony Technology
© Kebony Technology
© Kebony Technology

Le site de l’agence Een til Een: ici.

Les photos: © Kebony Technology

La casa Cabo, une petite merveille en béton

© Fernando Guerra | FG+SG

La Casa Cabo est une maison destinée à accueillir un jeune couple. Ce dernier souhaitait une habitations atypique qui ne ressemble en aucune autre maison environnante. La réponse des architectes de l’agence portugaise Spaceworkers est donc unique.

Fonctionnalité et esthétisme

Selon les architectes, c’est la visite du lieu qui a déterminé la forme de la résidence. En effet, il existait un certain vide laissé par la forme de la vallée qu’ils ont souhaité combler tout en créant une architecture qui reflète les espaces verts environnants. En conséquence, les utilisateurs des lieux peuvent savourer les divers vues sur le paysage.

Le volume proposé par les architectes de Spaceworkers, se matérialise à travers deux dalles en béton et leurs côtés concaves, permettant l’insertion d’un mur de verre et de bois entre elles. Il se dégage de l’ensemble une certaine communion entre l’intérieur de la maison et l’extérieur.

Fluidité et luminosité

La construction reflète le mode de vie de ses propriétaires. La cour centrale organise tous les espaces communs comme un foyer. A l’intérieur, il n’y a pas de barrières entre les différents espaces, seulement une géométrie organique et des formes fluides que le visiteur peut parcourir librement. Les espaces privés de la maison sont cachées derrière un mur-rideau qui entoure la cour ainsi que le garage et les zones de service. Comme dans les espaces communs, la chambre principale est constituée d’un espace fluide sans portes, où le placard de la salle de bain et le lit façonnent l’espace.

Les intérieurs sont épurés, la couleur blanche contraste agréablement avec le béton brut des planchers. Les différentes espaces sont lumineuses et  l’ensemble dégage une certaine élégance. Avec les textures à l’état brut à l’intérieur et à l’extérieur, la maison établit une connexion parfaite avec son environnement ; En effet, il s’agit d’une douce communion avec la nature. Les architectes ont réussi brillamment leur pari, c’est une maison atypique de forme originale mais de diverses qualités.

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

 

© Fernando Guerra | FG+SG
© Fernando Guerra | FG+SG

Le site de l’agence d’architecture Spaceworkers: ici.

Les photos : © Fernando Guerra | FG+SG