Archives par mot-clé : FRAC

‘Les Visionnaires’

@JulienDonada

Une fois n’est pas coutume mais quand il s’agit de promouvoir l’architecture, Détails d’Architecture ne rate aucune occasion. C’est pourquoi, aujourd’hui, je communique la sortie en Octobre 2013 d’un film réalisé par Julien Donada et qui s’appelle: « Les Visionnaires, une autre histoire de l’architecture. » Il sera suivi d’une soirée autour du film le 10 octobre 2013 au Centre Pompidou à Paris.

Julien Donada n’est pas à sa première réalisation, à part son travail sur des fictions, il a réalisé des documentaires sur l’architecture comme ‘La bulle et l’architecte’, ‘Soudain, la Grande Motte’, ‘A propos du Bunker’, ‘Ce bureau toute une vie’, ‘Le musée Guggenheim de Bilbao’. Egalement auteur de deux livres dont un sur l’architecte Pascal Hausermann ‘Bulles, conversations avec pascal Hausermann’, éditions Facteur Humain) il est aussi photographe et chroniqueur au mensuel Le Tigre.

Son dernier film ‘Les visionnaires, une autre histoire de l’architecture’ est à découvrir…

« En Europe, à partir du milieu des années 1950, une jeune génération d’architectes refuse le dictat hyperfonctionnaliste et rêve d’une autre manière de penser la ville et l’habitat. Cités spatiales ou mobiles, maisons bulles, souterraines ou volantes, l’architecture devient un champ d’expérimentation sans pareil, porté par l’innovation technologique et s’ouvrant à de multiples territoires.
Plongeant dans l’univers fantastique de l’utopie architecturale, ce film réalisé par Julien Donada en collaboration avec le FRAC Centre propose une traversée de lʼarchitecture expérimentale des années 1950 aux années 1970.
En s’appuyant sur les oeuvres phares de la collection du FRAC Centre ainsi que sur le témoignage exceptionnel de nombreux acteurs de cette génération (Yona Friedman, Michel Ragon, Peter Cook, Hans Hollein, Claude Parent, Andrea Branzi…), ce documentaire offre au grand public une lecture historique inédite de projets « visionnaires » devenus aujourdʼhui des icônes de la culture contemporaine. »

Durée : 71 mn
Auteur réalisateur : Julien Donada
Idée originale : Marie-Ange Brayer
Image : Julien Donada
Montage : Agnès Bruckert
Etalonnage : Cédric Juan
Mixage : Amélie Canini
Commentaire : Jean-Michel Fête
Conseiller : Aurélien Vernant
Productrice : Rebecca Houzel
Co-production : Petit à Petit production, Frac Centre, Bip TV, Cinaps TV, TV
Tours Val de Loire
Avec le soutien de Ciclic-région centre en partenariat avec le CNC
Avec la participation du Ministère de la Culture et de la Communication

SOIREE AUTOUR DU FILM
LES VISIONNAIRES
10 octobre 2013, à 18h00

Petite Salle – Centre Pompidou, Paris
Entrée libre / Dans la mesure des places disponibles

18h00: Projection
Projection du film : Les Visionnaires, une autre histoire de l’architecture de Julien Donada, (71′)
(Production Petit à Petit). En présence du réalisateur.

19h30: Débat

Exposer l’utopie

A l’occasion de l’ouverture du nouveau FRAC Centre conçu par les architectes Jakob + MacFarlane, riche d’une collection de plus de 300 œuvres, 800 maquettes et 15000 dessins couvrant l’histoire de l’architecture de 1950 à nos jours, nous nous interrogerons sur la manière d’exposer les nombreux projets utopiques et visionnaires qui constituent l’histoire présente de l’architecture.

Avec Andrea Branzi, designer et architecte, Bernard Tschumi, architecte, Frédéric Migayrou, directeur adjoint au Mnam/Cci et Marie-Ange Brayer, directrice du FRAC Centre.

A noter: Le dvd est un digipak avec un livret de 16 pages et une version anglaise du film.

Dans l’ombre de Kengo Kuma…


« C’est un musée sans musée… » Déclarait KengoKuma le 22 mars dernier à Marseille, lors de l’inauguration du FRAC qui depuis a fait la première page de plusieurs publications. Cependant quelques détails valent le détour. Retour sur un épisode de grande importance qui participe à la renommée artistique de la cité phocéenne.
Mars 2013, Marseille vient d’avoir son FRAC et tout le monde s’en félicite. Une construction griffée et un équipement conséquent pour une ville qui se prépare à affronter plusieurs grands événements.
Les critiques étaient colorées et diversifiées, parfois subjectives et acerbes, souvent optimistes et élogieuses. Avec ces dernières, nous avons pu parcourir le minutieux travail de Kengo Kuma et de son architecture contextuelle en réponse à la complexité de la parcelle. De même, nous avons trouvé une explication concernant la disposition des volumes et leur articulation par rapport au programme imposé.
Ainsi, nous avons appris à apprivoiser petit à petit la ville, à connaître ses derniers projets d’avenir et expérimenter son ambition et son devenir.
Marseille a eu son FRAC, un espace dédié à l’art contemporain avec une création de « nouvelle génération » pour ce qui concerne la conception interne.
Et la peau pixellisée et lumineuse différente des premières images du projet ?
Là aussi, l’explication s’imposait. En réponse, les écailles de verre recyclé que l’artisan verrier Emmanuel Barrois implanté à Brioude a pu réaliser et qui traduisaient mieux la pensée de l’architecte.
Néanmoins une chose importante semble échapper à la plupart des commentateurs qui étaient très bien renseignés par ailleurs : le nom des architectes français associés à Kengo Kuma.
Seuls de trop rares sites d’architecture spécialisés parmi lesquels Le Moniteur, ont indiqué le nom de l’agence marseillaise, associée au japonais. Car comme la devise de Kengo Kuma: « l’éloge de l’ombre » le raconte si bien, ce sont bien des architectes français qui ont œuvré pendant plusieurs années pour faire aboutir au mieux ce projet. Il s’agit de l’agence d’architecture Toury Vallet qui mérite d’apparaître à la lumière des projecteurs…
Les photos: © Toury Vallet.