Archives par mot-clé : europe

Blu, le charmant hôtel portugais signé deMM

© João Morgado Photography

L’agence deMM arquitectura dirigée par l’architecte Paulo Fernandes Silva a réhabilité « Blu », un immeuble datant du 19ème siècle qui se trouve à Porto, au Portugal. Situé dans le quartier historique de la ville et classé patrimoine culturel de l’humanité par l’Unesco, l’ensemble entame sa nouvelle vie.

Respecter le patrimoine

C’était un immeuble commercial construit au 19ème siècle pour les assurances de la Société Ultramarina. La transformantion en un charmant hôtel est le fruit du travail minutieux de l’agence d’architecture deMM qui a mis tout en œuvre pour répondre favorablement au programme exigé.

Le projet a respecté tous les éléments patrimoniaux qui définissent et caractérisent le bâtiment, les architectes ont même réussi à réutiliser voire améliorer ce qui était enclin au changement comme la façade principale et certains travaux de menuiserie intérieurs.
La réhabilitation a amélioré le confort thermique, acoustique et d’accessibilité en introduisant de nouveaux cadres de fenêtre, une isolation neuve ainsi qu’un escalier qui remplace les deux existants. Ce travail facilite les communications verticales et il les concentre au centre de l’immeuble en ajoutant à l’ensemble un ascenseur.

reformuler les intérieurs

Cependant, l’adaptation au nouveau programme hôtelier reste un geste complexe, il s’agit d’une refonte complète des espaces intérieures ainsi qu’une intention claire de marquer l’architecture par des touches nouvelles. D’où l’utilisation de la couleur bleue qui découle de la philosophie « BLU » appliquée à l’ensemble du bâtiment. Cette teinte a été utilisée à l’intérieur et à l’extérieur à travers la peinture et le micro-ciment, elle est ponctuée par quelques touches de bois dont certains morceaux sont réutilisés à partir de la construction originale.

L’ensemble réhabilité qui se trouve dans la rue Mouzinho da Silveira à Porto ouvre ainsi un nouveau chapitre à travers un charmant hôtel signé deMM.

© João Morgado Photography
© João Morgado Photography
© João Morgado Photography
© João Morgado Photography
© João Morgado Photography
© João Morgado Photography

Le site de deMM arquitectura : ici.

L’Architecte du projet: Paulo Fernandes Silva.
Les architectes collaboratrices du projet: Isabela Almeida Neves et Diana Fernandes Silva.

Les photos : © João Morgado Photography 

A Galatina, le Studio Macagnano restaure un edifice historique

© Studio Macagnano

En Italie, dans la province de Lecce, l’agence Studio Macagnano a réhabilité un ancien immeuble pour lui donner un nouveau souffle. Élégance et sobriété sont au rendez-vous.

C’est l’histoire d’une ancienne demeure

Selon les architectes, c’est l’épopée d’une ancienne demeure italienne, abandonné, mais aussi d’une clientèle étrangère fascinée par son histoire et déterminé à lui donner une nouvelle vie: c’est ainsi qu’a débuté le projet de restauration.

Dès le départ, cette initiative est définie par le respect du style, des méthodes et des
matériaux en accord avec les techniques d’ingénierie avancées. De même, il s’agissait d’une restauration aux diverses attentes d’un marché touristique sophistiqué et en plein essor. C’est pourquoi, les architectes ont fait tout leur possible pour répondre aux différentes exigences et contraintes tout en adoptant une architecture intemporelle.

Concernant la structure de l’édifice, une intervention complexe était nécessaire vu l’état endommagé des murs et du toit. De même, la négligence a contribué à la dégradation avancée des finitions, des agencements et des revêtements de sol. Le travail des architectes était donc délicat parcequ’il fallait remplacer et réhabiliter l’ensemble tout en respectant la structure historique.

Une approche innovante

Selon les architectes, une approche innovante était nécessaire pour maintenir l’apparence d’une intervention minimale tout en dégageant une architecture contemporaine qui entretient un doux langage avec l’histoire du lieu. C’est pourquoi, les travaux de consolidation effectués sur les murs et les voûtes ont été réalisés à l’aide de techniques de renforcement adaptées au style architectural traditionnel.

Les travaux de maçonnerie ont abouti à des zones intérieures et extérieures flexibles. Ainsi, la propriété peut être utilisé comme une seule grande unité immobilière, mais elle peut également être fractionnée de manière transparente en plusieurs appartements, chacun avec son entrée privée et son espace extérieur. Il s’agit donc d’une réponse architecturale franche au diverses exigences du propriétaire tout en s’adaptant facilement à la demande touristique croissante.

Le résultat final est un design contemporain qui allie des équipements modernes tels que le chauffage et la domotique, le tout dans une structure de grande valeur historique. L’usage réfléchi des finitions et le choix des meubles créent un doux contraste entre le neuf et l’ancien. Dans sa réhabilitation, le Studio Macagnano a réussi un beau pari, celui de rendre hommage au riche héritage architectural qui leur avait été confié.

© Studio Macagnano
© Studio Macagnano
© Studio Macagnano
© Studio Macagnano

Le site de Studio Macagnano: ici.

Les photos : © Studio Macagnano

L’élégante Casa Juani de Pepe Gascón arquitectura

© Aitor Estévez

En Espagne, dans la province de Bercelone, l’agence d’architecture Pepe Gascón arquitectura a réalisé une maison familiale aux lignes pures et aux espaces généreux. Sobriété et charme sont au rendez-vous.

Un projet qui habite le lieu

Dans la charmante commune Viladecavalls, l’agence d’architecture espagnole dirigée par l’architecte Pepe Gascón a réalisé la construction d’une maison ainsi qu’une piscine. Les deux entités baptisés, Casa Juani, occupent un terrain de 600 m² de surface.

Selon l’architecte, de manière générale, le développement résidentiel où se trouve la maison est constitué de parcelles ayant une potentiel d’occupation et d’évolution considérable, avec des espacements minimaux entre les terrains voisins qui ne sont pas trop généreuses. Ceci résulte du fait que le tissu résidentiel est moins espacé que les architectes ne l’ont initialement espéré. C’est pourquoi, ces derniers ont déployé tout leur possible pour concevoir un projet qui habite le lieu tout en répondant favorablement aux diverses contraintes.

Tout en préservant l’intimité

La maison a été conçue de manière à préserver son intimité par rapport aux résidences voisines. Pour cela, les architectes ont préféré de concevoir une maison en forme de U placée aussi près, que le permet la construction, de la limite ouest du terrain.

Notons que sur la limite opposée, à l’est, la distance à la propriété voisine est plus grande, ce qui entraîne la réalisation d’une structure de plain-pied abritant les chambres. Quant au côté en U, il sert d’élément de coordination entre l’entrée, l’accès à la maison et les flux horizontaux de cette dernière. Cette entité possède une galerie qui relie directement l’ensemble au jardin extérieur ensoleillé où se trouvent un salon ouvert et une piscine.

Un patio principalement ombragé est situé entre les longs côtés du U. Cet atrium est intimement lié à la cuisine et au salon, ainsi qu’aux autres parties intérieures de la maison.La cuisine et le salon possèdent une double hauteur sur lequel donne un bureau ouvert et spacieux situé au premier étage. Toute la maison est réalisée de la même brique de céramique. Cette dernière donne une grande homogénéité à l’ensemble. La casa Juani est une belle demeure aux multiples qualités.

© Aitor Estévez
© Aitor Estévez
© Aitor Estévez
© Aitor Estévez

Le site de Pepe Gascón arquitectura : ici.

Les photos : © Aitor Estévez

Mediterraneo 01, la superbe villa signée Metroarea

© Fernando Alda

A Ibiza, dans un environnement privilégié, l’agence d’architecture Metroarea a réalisé une élégante résidence qui se fond astucieusement dans le paysage environnant.

Selon les architectes, le concept principal du bâtiment consiste en sa fusion entre la culture méditerranéenne et l’environnement naturel. Inspirée de la villa romaine et de l’héritage espagnol et arabe, la maison prend forme à travers le lexique naturel de l’expressionnisme italien (Moretti, Michelucci, etc.), qui conserve également un puissant souvenir de Rudolf Steiner. Pour Metroarea, en fait, concevoir un bâtiment contemporain signifie établir un dialogue privilégié avec l’histoire et la nature.

Puiser dans l’histoire

Les architectes ont puisé donc dans l’histoire pour concrétiser leur idée et engendrer une architecture à la fois plastique et fonctionnelle. La maison entretient un lien privilégié avec son environnement, la relation intérieure-extérieure obtenue par les grandes baies vitrées se matérialise par des jardins suspendus, des auvents et des volets en bambou sur mesure, qui rappellent les auvents traditionnels et les treillis des Moucharabieh.

L’atrium central consiste le cœur de la maison, il est formé par le point de rencontre des différents flux. Le jardin est doté d’un impluvium qui est un système de captage des eaux de pluie, il est utilisé pour collecter l’eau et la réutiliser pour alimenter une cascade ainsi qu’un ruisseau qui relie les deux piscines. La forme de la villa suit la pente naturelle du sol et épouse la colline suivant une forme qui rappelle un amphithéâtre entouré par la nature.

Des matériaux simples

Les architectes ont eu recours à l’utilisation de matériaux simples, tels que le béton et les plaques de plâtre en forme de panneaux irréguliers. Cela souligne le désir d’éviter une image populaire du luxe, tout en recherchant une connexion avec l’île, le sol ainsi que la tradition. Le résultat est donc informel et hospitalier, selon les leçons de Busiri Vici, Couelle et Vietti. Les volets en bambou fabriqués sur mesure rappellent les auvents traditionnels et les treillis de Moucharabieh. Le béton a été produit sur place, aucune cimenterie de l’île ne pouvant garantir la densité du béton.

La maison réalisée à Ibiza, par l’agence Metroarea Architetti Associati basée dans la province de Trieste, est un petit bijou niché dans son environnement naturel et c’est à découvrir sans tarder.

© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda
© Fernando Alda


Le site de Metroarea ArchitettiAssociati : ici.

Les photos : © Fernando Alda

En Italie, un charmant hôtel signé noa*

© Alex Filz

Dans la commune italienne de Renon, à Soprabolzano, l’agence d’architecture noa * (network of architecture) a terminé en Juillet 2018 la construction d’un charmant hôtel qui puise dans la mémoire du lieu pour offrir une architecture au goût du jour.

« Gloriette »

Baptisé « Gloriette », il s’agit d’un équipement situé dans un lieu privilégié qui  s’inspire de la tradition estivale des vacances pour créer une architecture qui fait fusionner la ville et le paysage.

L’ancien petit hôtel Bergfink, qui existait auparavant sur la parcelle entourée de résidences familiales des riches marchands de Bolzano et constituait un point d’ancrage dans le
structure de village, a été démoli pour laisser la place à une nouvelle construction. Cette dernière s’inspire de la typologie architecturale de l’existant et se démarque par ses propres qualités.

Selon les architectes, il était essentiel que noa * incorpore des éléments architecturaux connu localement, tels que les arches de la façade, ou le toit en croupe, qui remontent à une longue tradition dans le village de Soprabolzano. En même temps, la forme constitue un rappel aux nombreuses maisons situées tout au long du chemin de fer dans la région  où les différentes destinations de vacances d’été se croisent. L’approche de conception holistique est clairement visible: de nombreux détails forment un fil conducteur qui traverse tout le projet.

Sobre et élégant

Parlons maintenant du contexte, l’hôtel s’adapte parfaitement à la topographie du terrain. Tandis que le garage fait partie intégrante du bâtiment et occupe le sous-sol, les 25 chambres prennent place au dessus, elles sont réparties sur trois étages. Certaines entités profitent de leur jardins privés. Par ailleurs, le programme comprend une réception, une hall d’entrée, un restaurant et sa terrasse qui forme une extension vers le jardin. L’ensemble jouit d’une vue imprenable sur les environs.

L’intemporalité de l’architecture Art nouveau de la région est délicatement capturée par les architectes qui réalisent un projet aux lignes pures et contemporaines. Le thème de l’arc visible de loin sur la façade se démarque également à l’intérieur, elle est perceptible entre autres dans les chambres qui comprennent un miroir en forme d’arche inversé ou encore comme la cheminée qui se trouve dans le salon, ou la cage d’escalier du spa. Que des détails qui donnent à l’ensemble une apparence sobre élégante. A noter que certains éléments qui  appartenaient à l’ancien hôtel ont été recyclé et forment avec le nouveau décor une ambiance particulière. Les architectes ont réussi leur pari de réaliser un équipement neuf qui habite le paysage et  reprend le langage architectural de l’ancien.

© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz
© Alex Filz

Le site de l’agence d’architecture noa* : ici.
Les photos: © Alex Filz

En Espagne, une rénovation qui a de l’entrain

 

© Héctor Santos-Diez

Dans la province d’Ourense, en Espagne, l’agence d’architecture Muiños Otero López Arquitectura a réalisé le réaménagement du centre du quartier, un bâtiment qui était en ruine et dont la structure était sur le point de s’effondrer. Le résultat est enchanteur.

Se réapproprier l’espace public

Au rez-de-chaussée, une salle polyvalente et diaphane est organisée, elle est destinée à diverses activités comme les conférences, les ateliers, les réunions. Outre la pièce principale, une boutique et des toilettes adaptées aux personnes à mobilité réduite sont installées. L’espace intérieur est complété par le toit accessible en jardin.

L’intervention est proposée comme une tentative de réappropriation de l’espace public, ouvrant la vue sur le bâtiment depuis la partie supérieure de la vallée et créant un jardin public sur le toit. Dès le départ, l’idée du projet consistait à mettre en évidence l’église de Noallo de Abaixo, en utilisant comme stratégie la création d’un point de repère qui fonctionne comme un nœud. En ce qui concerne la couverture du jardin, les architectes ont créé un espace flexible et polyvalent, capable de devenir un point de rencontre pour les différents groupes, tels que les jeunes, les femmes, les enfants, les lecteurs.

Récupérer la mémoire de l’ancien

Récupérer la mémoire et le caractère du bâtiment existant était le point de départ de l’intervention. L’équilibre entre les matériaux traditionnels et l’utilisation des systèmes de construction actuels ont conduit à simplifier le nombre de solutions constructives permettant de réaliser un projet à faible coût. À partir de l’enveloppe structurelle réalisée, l’intérieur du centre du quartier contenait des solutions simples et économiques.

En raison du budget minimal de l’intervention, tous les éléments structurels sont visibles. Ce processus constructif permet de montrer le squelette du bâtiment qui est entièrement en béton armé. Quant à la conception de l’éclairage, elle comprend des luminaires à LED mais aussi de l’éclairage fluorescent à l’intérieur. Le respect du caractère original du bâtiment marque clairement le choix de la palette des matériaux, la réduisant au minimum et recherchant l’équilibre entre les matériaux traditionnels et les nouveaux. Déshabiller la construction de toute couverture superflue est le point de départ, pour mettre en évidence l’authenticité de l’intervention.

Il a été décidé d’ouvrir le bâtiment sur la place,  en optant pour une façade en verre. Sur le toit de l’immeuble, la présence d’un escalier permet d’accéder au jardin avec vue sur la vallée. Pour la construction du toit, les architectes ont entrepris de différencier les diverses zones en cherchant à diluer le bâtiment dans le paysage. La réhabilitation de Muiños Otero López Arquitectura comprend de multiples qualités.

© Héctor Santos-Diez
© Héctor Santos-Diez

© Héctor Santos-Diez
© Héctor Santos-Diez

© Héctor Santos-Diez
© Héctor Santos-Diez

© Héctor Santos-Diez
© Héctor Santos-Diez

Le site de Muiños Otero López Arquitectura: ici.

Les photos : ©  Héctor Santos-Diez

De couleur rouge

© joão guimarães – JG photography
© joão guimarães – JG photography

Au Portugal, l’agence d’architecture Rebelo de Andrade a réalisé une originale maison de couleur rouge vif qui se démarque parmi toutes. Située dans un environnement privilégié, entourée d’une végétation dense, la construction aux traits particuliers attire les regards.

Respecter l’environnement

Selon l’architecte, cette maison rouge vif a été conçue pour se démarquer dans le vaste paysage uniforme du sud du Portugal. Conçue par l’agence d’architecture Rebelo de Andrade, basée à Lisbonne, le projet est situé sur un terrain de 500 hectares peuplé de nombreux arbres à liège particulièrement difficile d’accès.

La résidence, ainsi que le bâtiment de ferme adjacent, ont été conçus pour être construits rapidement et à moindre coût. Dans son geste, l’architecte a veillé pour le respect de l’environnement. Pour cela, des panneaux solaires ainsi que des capteurs thermiques produisant plus d’énergie que la maison n’en consomme ont été installés. Une durabilité que l’architecte prend à cœur d’ailleurs, il a précédemment conçu un éco-complexe comprenant sept petites unités ainsi qu’un ensemble de logements accessibles via un pont surélevé, des projets respectueux de l’environnement.

En contraste avec l’extérieur coloré, l’intérieur affiche une couleur blanche immaculée. Les lignes sont pures et les détails sont soignés. L’ensemble constitue une originalité qu’il est nécessaire de découvrir.

© joão guimarães – JG photography
© joão guimarães – JG photography

© carlos cezanne
© carlos cezanne

© joão guimarães – JG photography
© joão guimarães – JG photography

© joão guimarães – JG photography
© joão guimarães – JG photography

Le site de Rebelo de Andrade: ici.

Les photos : ©

 

A kythera, une résidence qui surplombe la nature

© Pygmalion Karatzas

Elle surplombe la mer mais aussi les montagnes, la résidence conçue par le studio grec r.c. tech se trouve dans la partie sud de kythera, l’île grecque située entre le Péloponnèse et la Crète.

Rétablir le lien avec le voisinage

Située en face du château vénitien et au bord d’une crique à la végétation méditerranéenne dense, la maison est entourée de multiples oliviers dispersés ainsi que de vieux cyprès. La vue panoramique est impressionnante et s’étend entre l’imposant château et la mer.

Sur la parcelle, il existait auparavant,une construction de deux niveaux datant des années quatre-vingt. La maison existante suivait parfaitement la morphologie abrupte du terrain tout en dissimulant les diverses vues de l’intérieur. Les architectes de l’agence r.c. tech ont préféré rétablir le lien de la maison avec les vues et les espaces extérieurs aménagés. Ainsi, les propriétaires peuvent profiter de l’environnement paysager et des vues splendides donnant sur le large.

Sobre et épuré

L’ensemble a été renforcé structurellement et un niveau séparé qui contient la chambre principale a été ajouté. les espaces extérieurs ont également été réaménagés en unifiant les fonctions internes et externes de la maison. La construction affiche des lignes sobres et la couleur blanche nous rappelle les autres constructions de l’île. L’intérieur est épuré, le bois y fait son apparition par petites touches et les grandes baies vitrées amènent le maximum de lumière naturelle.

Sur cette petite île grecque connue par ses trésors archéologiques, la villa réalisée par le studio r.c. tech habite le site et procure un peu de sérénité à ses habitants.

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

© Pygmalion Karatzas
© Pygmalion Karatzas

Le site du studio r.c. tech: ici.

Les photos: © Pygmalion Karatzas