Archives par mot-clé : appartement

Vivienda RC34, un charmant projet signé Zooco Studio

© Imagen Subliminal

En Espagne, à Santander, l’agence d’architecture Zooco Studio vient de terminer la réalisation de la Vivienda RC34, un projet charmant qui revisite l’intérieur d’un appartement, manipule les divers espaces tout en gardant intact l’esprit des lieux.

Appartement avec vue

Le projet est développé dans une habitation existante située dans le quartier résidentiel d’el Sardinero, un lieu caractéristique avec une vue magnifique sur la mer Cantabrique. Le logement se trouve sous le niveau mansardé qui s’empare de l’ensemble du plan d’extension du bâtiment.

Les architectes nous racontent qu’à l’origine, la maison avait une distribution de plan obsolète. Elle ne correspondait plus, selon eux, aux standards actuels. En effet, le hall d’accès n’avait ni lumière naturelle ni aération naturelle et l’accès aux différentes pièces était assuré par un long couloir. « Avec ces locaux de départ, la revendication était de donner au logement une disposition ouverte et soulagée, également une limite ouverte avec l’extérieur essayant d’exploiter les vues de cet endroit. » Soulignent les concepteurs.

Un meuble central comme élément principal

Pour arriver au résultat actuel, la structure en béton a été découverte, de même, concernant le fonctionnement intérieur, une nouvelle distribution, indépendamment de la structure, a été repensée. Selon les architectes, l’élément principal du projet est le meuble central en bois qui définit les différents usages de la résidence. Ce volume intègre l’accès à l’espace privé comme la chambre, le dressing et la salle de bains, séparant ainsi l’espace du jour qui contient le salon et la salle à manger. Le meuble contient ainsi une cave à vin, un bureau et des rangements supplémentaires. Pensé d’une manière astucieuse, l’ensemble investit l’espace tout en apportant un grand gain de place.

Les nouveaux espaces ouverts permettent la continuité spatiale entre les différentes pièces et l’extérieur, grâce aux grandes fenêtres et les diverses porches. La brutalité du béton existant croise ainsi la chaleur du bois dans une dualité qui génère une certaine harmonie tout en gardant le caractère propre de chaque matière. Le bois de chêne et le béton deviennent ainsi les principaux acteurs de la palette des couleurs et des textures. L’importance de la mer, visible de chaque endroit de l’habitation, donne l’argument à cette palette. Le bleu et le jaune complètent ainsi la combinaison chromatique du projet. L’ensemble aux traits fins s’accorde merveilleusement à son environnement.

© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal
© Imagen Subliminal

Le site de Zooco Studio : ici.

Les photos : © Imagen Subliminal 

Comme un navire amarré à Amsterdam

© Francisco Nogueira

La résidence d’inspiration maritime habillée de lattes de bois en forme de vagues et signée de l’agence néerlandaise d’architecture GG-loop vient d’être livrée. Baptisée « Freebooter», il s’agit d’un complexe qui fait un joli clin d’œil au passé maritime des Pays-Bas.

De nombreuses références

L’histoire a un important rôle dans la dernière réalisation de l’agence GG-loop gérée par une main de maître par l’architecte italien originaire des Pouilles Giacomo Garziano. C’est pourquoi, un retour en arrière s’impose pour mieux comprendre les enjeux du projet. Il y a plus d’un siècle, Zeeburgereiland, qui est une petite île de forme triangulaire située à l’est d’Amsterdam, émergeait des sédiments de la rivière Ij et devenait le premier avant-poste de la marine néerlandaise. Aujourd’hui, devenue un quartier en gestation, l’île accueille diverses réalisations atypiques.

Situé dans le centre de Zeeburgereiland, la construction se compose de deux appartements de 120 mètres carrés donnant sur la rivière Ij. Les architectes nous expliquent que comme dans la plupart des projets du pays, le site de Freebooter se trouvait sous l’eau jusqu’en 1910. Sur cette parcelle qui a émergé au fil du temps se trouve aujourd’hui Freebooter, un projet original qui comporte de nombreuses références au vent, à l’eau et à la voile.

Le bois comme élément principal

Les deux entités sont formées de deux duplex, elles ont un noyau principal contenant les fonctions vitales comme la cuisine, la salle de bain et les toilettes. La zone de repos qui comprend une chambre principale, une deuxième chambre, un bureau ainsi que la partie consacrée au salon et à la salle à manger, se trouve autour de la première. Selon la disposition des architectes, l’ensemble offre une flexibilité maximale. Le salon se confond avec la salle à manger et le bureau avec l’espace à double hauteur. Les deux appartements offrent une grande fonctionnalité à leurs habitants.

Parlons matériaux de construction. La structure en bois est typique des voiliers mais aussi de l’architecture hollandaise traditionnelle selon son architecte. Comme dans un navire, la présence du bois est remarquable. Ce matériau millénaire croise le verre pour des effets d’ombre et de lumière. Quant au nom du projet, il fait référence à des personnages historiques qui ont assemblé des équipes de voile indépendants pour partir en haute mer à la recherche d’aventures et de nouveaux territoires.

L’intérieur des appartements est sobre, il est marqué par les formes organiques et arrondies qui selon les études poussées de l’architecte, protègent les habitants. La structure en lattes en bois qui enveloppent l’ensemble permet à la lumière du soleil d’éclairer les espaces tout en préservant l’intimité. Freebooter est donc un projet architectural capable de concilier technique et respect de l’environnement, tous liés par un seul fil conducteur le confort des utilisateurs des lieux.

Le fondateur de GG-loop nous livre à Amsterdam un projet atypique qui fournit une nouvelle expérience à ceux qui l’habitent.

© Francisco Nogueira
© Francisco Nogueira
© Francisco Nogueira
© Francisco Nogueira
© Francisco Nogueira

Le site de l’agence d’architecture GG-Loop : ici.

Les photos : © Francisco Nogueira.

Casa Diagonale, le petit cocon où il fait bon vivre

© Piano B Architetti Associati

Dans la capitale italienne, l’agence d’architecture Piano B Architetti Associati a livré en 2018 un charmant projet. Il s’agit de la réhabilitation d’un appartement de 60 m² que les architectes ont accompli avec tact pour un résultat enchanteur.

Un espace de qualité

Le projet consistait, dès le départ, à offrir à une jeune famille un espace de qualité tout en prenant compte de leur budget limité. Sans oublier la forme irrégulière de l’appartement et son emplacement vis-à-vis de la rue, des données qui rendait la tâche des architectes plus complexe.

Cependant, en étudiant minutieusement l’ensemble, les architectes ont mis à profit les diverses difficultés pour les transformer en opportunités. Ainsi, la nouvelle organisation a permis d’obtenir une zone de nuit à la forme aussi régulière que possible. Pour ce faire, les architectes ont transformé l’irrégularité de l’ensemble un espace ouvert où se toutes les fonctionnalité comme l’entrée, la salle à manger, la cuisine ainsi que le salon.

Un univers sobre et épuré

Dans cet univers à la fois sobre et épuré, plusieurs points retiennent notre attention. Citons par exemple le contraste entre d’une part la structure porteuse du bâtiment en béton brut et d’autre part la bibliothèque en sapin naturel. Le dialogue du béton et du bois est de plus bel effet et les différents détails semblent bien s’accorder.

Le bois de la bibliothèque se croise avec le parquet et la couleur blanche des murs pour offrir une délicate touche chaleureuse, tandis que les poteau de béton brut apportent une certaine radicalité. A la fois simple et recherché, le nouveau visage taillé sur mesure de l’appartement semble répondre aux diverses exigences du lieu mais aussi de ses habitants. A Rome, c’est un petit cocon où il fait bon vivre grâce à l’intervention de Piano B Architetti Associati !  

© Piano B Architetti Associati
© Piano B Architetti Associati
© Piano B Architetti Associati

Le site de Piano B Architetti Associati : ici.

Les photos : © Piano B Architetti Associati 

En République tchèque, Štěpán Havlík réalise un appartement pour un musicien

© Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice

A 70 km au nord-ouest de la capitale tchèque, à Ústí nad Labem, l’architecte Štěpán Havlík (a-sh) a réalisé l’intérieur d’un appartement pour un musicien et son partenaire. Situé au deuxième étage d’un nouvel immeuble, la conception a gardé, selon le souhait du propriétaire, certains éléments comme les sols et les fenêtres.

Combiner les inspirations

L’inspiration du propriétaire concernant l’espace de vie résulte de l’intérêt porté à l’ameublement de vieilles maisons de campagne fortement dispersées sur les collines environnantes du paysage du haut plateau de la Bohême centrale České Středohoří. Le penchant du client pour les fermes ensoleillées de la Provence a constitué une autre influence.

Selon l’architecte, en dépit d’être assez disparates, ces deux visions semblaient très concrètes. Le but de ce projet était de combiner ces inspirations en un tout compact. « Je ne souhaitais pas que le projet reste dans le passé en répétant toutes les phrases architecturales empruntées bien connues. Je voulais plutôt créer une réponse réelle et contemporaine aux demandes spécifiques du client. En ce sens, le design était une recherche de l’atmosphère de ces références étudiées. » Raconte Štěpán Havlík, qui a utilisé les meubles en bois massif des cottages provençales pour agrémenter l’intérieur. Tandis que le choix des matériaux et de leur tonalité a été influencée par la nature environnante.

A l’intérieur de l’appartement nous pouvons trouver trois matériaux de base : un revêtement de ciment foncé, du bois de chêne et un contreplaqué de bouleau blanchi. Ce trio se croise astucieusement pour former un ensemble cohérent aux lignes épurées et sobres.

Croiser les matières

Ainsi, l’appartement se dote d’un plafond modelé en contreplaqué de bouleau de couleur claire et blanchi. Cette astuce fait référence aux murs d’escalade car le propriétaire est un escaladeur. Des grandes surfaces vitrées apportent une meilleure luminosité à l’ensemble et surtout au plafond qui change de perception sous l’effet de la lumière. De même, le plafond cache un système de points pour suspendre des éléments tels que des hamacs ou des barres d’exercices ainsi qu’un éclairage ponctuel. En même temps, il cache une poutre ou une ventilation visuellement peu attrayante au-dessus de l’îlot de cuisine. L’architecte nous explique qu’il n’a pas été facile de mettre en œuvre ce plafond abaissé à cause de la hauteur sous-plafond. Cependant, le caractère distinctif et la fonctionnalité l’ont convaincu du contraire.

L’entrée d’origine qui était à la fois généreuse et sombre a été divisée par un mur de placard en un couloir et un dressing. Le hall d’entrée est devenu donc beaucoup plus agréable. De plus, cette idée a renforcé la connexion visuelle entre l’entrée et la table à manger. Le placard au centre de la disposition agit comme un filtre entre la chambre à coucher et le studio d’enregistrement. La cuisine prend forme grâce à de grands «tiroirs» qui sortent des murs. De même, le comptoir près de l’évier est formé en retirant une partie de la masse qu’il a ensuite placée sur l’autre mur. Le comptoir et l’évier insérés sont en granit africain avec une surface structurée. Le mur avec des étagères placées au hasard est également recouvert de contreplaqué, il contient entre autres une petite cave à vin.

L’architecte a étudié également la sonorisation de l’ensemble qui constitue la clé de voûte de l’équipement d’un appartement pour un musicien. Outre le côté plastique et original, la nouvelle organisation répond parfaitement aux diverses attentes du propriétaire.

© Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice
© Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice
© Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice

Le site de Štěpán Havlík : ici.

Les photos : © Jakub Skokan, Martin Tma / BoysPlayNice

Et si on allait vivre dans une grue ?

 

© Edward van Vliet

A Amsterdam, Edward van Vliet convertit une grue qui surplombe la fleuve d’IJ en une charmante résidence de plusieurs étages. A l’aide de quelques conteneurs maritimes empilés accueillant des espaces de vie l’architecte fait un subtil clin d’œil au passé industriel de la région.

D’un patrimoine industriel

En collaboration avec la municipalité, une société locale gère l’appartement dont elle a supervisé également la rénovation. La grue est située dans la région des Docklands qui se trouve à l’est de la ville néerlandaise, une zone lourdement bombardée pendant la seconde guerre mondiale.

La grue a été érigée en 1957 et a fonctionné jusqu’en 1979 où le transport de conteneurs a pris le relais et la rivière IJ est devenue par la suite trop étroite. Dans le cadre de la transformation du quartier industriel en quartier résidentiel, la grue été transportée et gardée comme témoin du passé industriel de la région. Depuis, la structure a été rénovée et a de nouveau trouvé sa place dans l’ancien port, qui entre temps est devenu un centre créatif prospère comprenant plusieurs galeries d’art, des restaurants et des boutiques indépendantes.

En un appartement de vacances

L’architecte Edward van Vliet a été mandaté pour transformer la grue en un avenant lieu de vacances. Tout en offrant aux visiteurs une expérience unique et un panorama extraordinaire, l’intérieur cherche à rendre hommage à l’histoire industrielle d’Amsterdam.

L’appartement mesure à peine 40 m², il est composé de trois niveaux de conteneurs empilés dans le squelette même de la grue. Le visiteur peut accéder à une entrée qui donne sur un salon via des escaliers situés sur le port. L’ espace cuisine et la salle à manger sont accessibles par d’autres escaliers métalliques. Le premier étage est composé d’une chambre à coucher ainsi que d’une salle de bain, sa baignoire et sa douche. Le conteneur supérieur accueille une autre chambre dotée d’une grande ouverture vers le large. L’intérieur est composé de détails soignés qui rappellent constamment le passé industriel.

Après les conetneurs habités, voici la grue habitée. Amsterdam fait preuve d’un intelligent recyclage.

© Edward van Vliet
© Edward van Vliet

© Edward van Vliet
© Edward van Vliet

© Edward van Vliet
© Edward van Vliet

Le site d’Edward van Vliet: ici.

Les photos: © Edward van Vliet

Un charmant toit-terrasse avec vue sur Manhattan

 

©Christopher Olstein

L’agence new-yorkaise TBD design + architecture a transformé un appartement situé en plein cœur de Manhattan en un extraordinaire espace doté d’un nouveau toit-terrasse où se trouve un bain à remous. Élégance et grâce sont au rendez-vous.

Avec vue sur la ville

Situé dans le West Village, donnant sur la Christopher street, l’appartement reconfiguré mesure près de 150 m². L’agence d’architecture TBD a été mandaté pour transformer l’ensemble en un espace ouvert en lui ajoutant le toit-terrasse.

La propriété comprend une terrasse privée ainsi qu’un bar. Une petite piscine, fabriquée sur mesure vient de se poser sur le toit de l’immeuble. Selon l’architecte fondateur de TBD, les immeubles du centre-ville de New-York sont dès le départ construites pour supporter beaucoup plus de charge, côté structure pas de problème donc, même si les architectes ont dû introduire quelques renforts à la structure d’origine.

L’ensemble donne l’illusion que la petite piscine est encastrée dans le sol. Sur la terrasse, les architectes ont ajouté une cloison ainsi qu’un puits de lumière. En dessous, dans l’appartement, les intérieurs sont blancs, ce qui contraste avec le couloir bordé de bois. Les planchers en béton côtoient l’ensemble et le mélange des textures enrichit l’univers entier.

Sobre et épuré

Les murs en noyer du couloir dissimulent un bureau, une armoire de rangement ainsi qu’une salle de bain pour invités. De l’autre côté se trouve une cuisine et une salle à manger, avec une chambre sur l’autre aile. La table à manger a été créée à partir d’une grosse section de bois, elle fait un clin d’œil au couloir où le bois est omniprésent. Une cage d’escalier à proximité est également conçue avec des planches en bois et des rails en métal léger.

Les arches voûtées en béton d’origine, ont été lissées et peintes en blanc. À l’extrémité opposée du penthouse se trouve une chambre principale, accessible par une porte vitrée. La chambre entièrement blanche, elle est conçue pour regarder des films, d’où la présence d’un projecteur au plafond.

L’ensemble respire la sobriété et l’élégance et l’existence de la terrasse avec ses superbes panoramas urbains lui donne un goût meilleur !

©Matthew Williams

©Matthew Williams
©Matthew Williams

©Matthew Williams
©Matthew Williams

©Christopher Olstein

Le site de TBD architecture + design: ici.